Grenelle de la Décomposition

A la suite du concours d’un aimable confrère blogueur (Toréador pour ne pas le citer), une idée a été proposée dans certains commentaires (ici notamment) d’organiser un concours tout à fait hashtablien, visant à déterminer les facteurs les plus prégnants de cette décomposition dont la Fraônce fait les frais depuis les dernières années à un rythme soutenu.

Alors voilà, je lance ce petit concours, dont le but est de recenser les endroits où la décomposition du pays est la plus avancée, avec une attention particulière à l’impact sur le commun des citoyens : quelle est la décomposition la plus nauséabonde pour les Français ?

Tout le monde est appelé à proposer de tels faits, de tels éléments. Chacun peut, par exemple, proposer un fait, un événement, une déclaration, un dysfonctionnement, une gabegie évidente ou une perte fondamentale de repères dont notre société aurait à pâtir, éventuellement sous les applaudissements mongoliens d’une foule de votants – pire, de démocrates forcenés ;) – en délire.

D’ores et déjà, je propose les catégories suivantes :
- individu politique le plus décomposeur (attention, concours ouvert aux hommes ET aux femmes, encarté-e-s ou non)
- mouvement de société le plus alter-comprenant
- lois les plus absurdes ou avec l’effet délétère le plus évident

En fonction des candidats que vous pourrez me proposer, je pourrai toujours aménager des catégories supplémentaires ou des sous-catégories le cas échéant.

Pour être qualifié, la proposition de candidature devra mentionner la catégorie de concours et disposer d’une petite ligne argumentaire décrivant pourquoi le lecteur la propose (une décomposition de français, en quelques sortes).

En fonction de l’enthousiasme des foules, on pourra proposer un triplet ou un quadruplet de connards décomposeurs pour un Demaerd Award , qui sera officiellement remis lors d’un Grenelle de la Décomposition organisé dans la foulée.

Evidemment, je reste à l’écoute de toute proposition ! Bonnes candidatures à tous.

J'accepte les Bitcoins !

15FacgKkL1cWzb7hNKZ3FkCae7MLccQAup

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires36

  1. Toréador

    Je participe :
    L’individu politique le plus décomposeur, je crois qu’on peut sans aucun problème couronner haut-la-main Le Pen, à égalité avec Chirac. Ce couple aura en effet réussi à décomposer la droite, puis la gauche.

    Le mouvement de société, je dirais personnellement la télévision réalité, avec son cortège de voyeurisme, de mauvais goût, et d’abaissement de la personne humaine.

    Quant à la loi la plus absurde, ou ayant l’effet le plus délétère le plus évident, je propose la loi ratifiant le Traité d’Amsterdam. N’est-ce pas cette loi qui, au mépris du référendum de Maastricht, a voulu accélérer la construction européenne alors qu’il aurait fallu digérer ?

  2. Arno

    loi: Sans Conteste la loi Toubon, pas besoin de faire un rappel je crois.

    Individu: Bruno Julliard, Bernard Laporte, François Mitterand en tête, pour sur. Et Delanoé aussi.

    Organisation: Indymedia

  3. bibi33

    Individu politique nuisible : Pierre Mauroy; André Henry, Edwige Avice (ministres du temps libres)
    Mouvement de société nuisible : pastécologisme
    Lois absurde et nuisible : DADVSI

  4. Higgins

    Individus politiques nuisibles : Noël Mamère, Henri Emmanueli, Laurent Fabius, Patrick Devedjan, Dominique de Villepin.
    Mouvements de société nuisible: l’écologisme, l’altermondialisme.
    Lois absurdes et nuisibles: le principe de précaution, la loi sur les chiens dangereux.

  5. geo

    Je vais tous vous faire sauter au plafond,vous rendez responsable l’homme politique de la lente décomposition du pays, certes vous avez raison et tort a la fois.
    Vous, éléments unitaires de ce pays, êtes responsable de cet état de fait, pour de multiples raisons, mais vous ne voulez pas le voir, vous êtes des conservateurs, les yeux toujours sur le passé,alors vous accusez tel ou tel individu…..mais si vous réfléchissez un tant soit peu, n’ont ils pas raison ces politiques de profiter d’un système que vous leur servez sur un plateau,

    La lente décomposition de ce pays est lié à la paresse d’esprit d’un peuple qui a oublié ce que le mot "misère" veut dire

    ……allons vous les libéraux, libertaires et libertins , secouez vous un peu, bottez le derrière de votre voisin , bon en bref essayez de ne pas vous mêmes rentrer en décomposition…..

  6. geo

    individus:
    ——–les nuisibles……..Tous les hommes et femmes politique
    ——–les utiles………….Aucun

    Associations, partis…ou tous groupement se réclamant du droit social
    ——–les nuisibles….toutes et tous
    ——–les utiles………….Aucune et aucun

    Les lois toutes inutiles car jamais respectées ou appliquées avec discernement……….et comme disait mon grand père (philosophe du bar d’en face)…tout fout l’camp mon p’tit gars ,,tout fout l’camp

  7. Veryfar

    The seaming problem of this country appears to arise from political doctrines that grant individuals the right to choose actions but which also shield them from the consequences of those choices. You have free-riders in the place, quite a lot. Unemployment disguised in nth of organisations, state owned and companies subsidized… Dressed up accounts… As anything is an illusion you see the illusionists; appearences are of huge worth. Remove an illusionist you will get two!Then what would arise? Moralism! Moralism represents a threat to a general culture of liberty because people so often turn to the coercive power of the state to solve the free-rider problem. Social conservatives focus on using the state to discourage or punish behaviors which lead people to parasitize others by dysfunction or dependency. The welfare state itself may have evolved due to resentment on the part of those who voluntarily assisted the poor against those who did not. Only in systems which closely link individual action to individual consequence will we see low levels of moralism. There are two much people in politics, far too much, it is not needed, it becomes parasitic, once you know there are about 400000 individuals involved in politics, most are civil servants, or suffer from a dependence on state (on other administrative stratum) for their job. Free rider problem, conflicts of interests, fiddlings, moralisms, mistrusts you have the secret sauce for waning!

    I really appreciate this comment and wonder if you’re a regular reader of this blog (and if there are a lot of english speaking readers in the regular readers of this blog)… Thanks a lot for your opinion ;)

  8. gnarf

    Je propose la loi rendant le licenciement des plus de 50 ans tres penible. Je ne me rappelle plus du detail.

    Objectif: comme les plus de 50 ans ont du mal a trouver un travail, on essaie de dissuader les employeurs de les licencier.

    Resultat: de peur d’avoir a le garder jusqu’a 60 ans, plus personne n’ose employer une personne de plus de 50 ans… du coup les 50-60 sont encore plus dans la mouise.

    Resultat directement et exactement contraire a l’objectif. 20/20.

  9. TheGreatLeslie

    Ce qui est fou c’est que les individus et décisions nuisibles se retrouvent à tous les niveaux : je travaille dans un syndicat mixte (organisation fabuleuse à statut privée mais financement public) donc notre comptabilité est rattachée à la perception locale qui nous oblige lors de la saisie comptable de nos factures à créer un mandat par ligne de facture (qui est resaisie à la perception) et pas un par facture ce qui est tout a fait possible, seulement les postes à la perception sont justifiés à la quantité de mandats saisies ! Notre secrétaire perd du temps et un parasite fait un travail totalement inutile sur le dos des contribuables. Ca c’est juste la dernière parce qu’un syndicat mixte c’est assez impressionnant…

  10. Liranteleslignes

    L’economie mixte tout un poeme!

    Les projets etatiques aussi!

    Une fiction sans rapport avec la realite:

    Il était une fois en Utopia, un roi (avec un petit “r”) qui voulait impressionner ses confréres Rois…
    Il créa une école d’affranchis,que l’on appela Nouvelle Ecole d’Affanchis NEA. Ses produits, les né-arques, furent d’abord chargés de démultiplier les idées royales. Puis le roi s’en remis à ses né-arques pour idéaliser le royaume. Le plus célébre d’entre eux s’appelait Lirante. Il avait des dons de voyance. Il lisait l’avenir dans les tripes des dinosaures économiques et prophétisait l’avenir sur cette base sophistiquée. Il était trés écouté du roi. Elles étaient célébres les prophéties et les idées de Lirante… Le roi avait également des idées, aussi brillantes et célébres que celles de Lirante. Lui vint un jour l’idée de faire de plus beaux carrosses que chez son grand et puissant voisin de l’Ouest. Plus beaux et surtout plus gros pour que tous en aient plein la vue; question de prestige, de grandeur. Lirante admirait son roi. Ce jour là il fût sous le charme! Une idée digne de moi se dit-il! Un projet dans le sens de la ritualisation consensuelle imposée au royaume et prouvant au vulgaire l’infaillibilité du roi et de ses né-arques. Cependant dans les usines royales on objecta que si gros carrosse demanderait d’élargir les voies et que, de plus, il faudrait construire des relais à deux niveaux car le nouveau carrosse avait deux niveaux pour faciliter son accés à si grand nombre de passagers. D’autres objectèrent des coûts directs et indirects, d’autres de la nécessite de bien remplir le carrosse pour qu’il soit rentable. Bref on objecta… Mais chez le roi la réalité valait moins que les verités construites. Cela Lirante le savait. Alors Lirante objecta à son tour: nous plierons le réel à nos idées, sur le papier divisez les coûts par deux, multipliez les prévisions de vente par deux, je veux ce papier demain pour le presenter au roi! Ainsi fût fait. En ce beau royaume on investit tout l’or dans un projet de Lirante. Lirante avait les poches profondes, pour les remplir, car si bons conseils valaient or et prestige également. Pendant ce temps, précisement chez le voisin qu’on voulait impressionner et gêner on construisait d’étranges véhicules, moins performants semblait-il que les carrosses mais promis à un avenir certain car infiniment plus souples et plus agiles, les “automobiles”; capables de relier tout point à tout point et non plus de relais de carrosse à relais de carrosse. Quel étrange et ridicule nom pensa le roi, automobile, automobile… ridiculesque! Et identiquement en écho Lirante et ses hommes liges; comme le pensérent les né-arques et toute la Cour! Déja dans le passé, Lirante qui avait une longue expérience de tels projets, avait brillamment, avec verve et panache soutenu les fabricants de chandelle contre ceux des ampoules électriques, pour le plus grand bonheur du royaume! Lirante signait un coup de maître. Dans les envolées verbales de Lirante, il n’y avait plus que des carrosses, la planéte entière se couvrirait de carrosses et les caisses du roi se rempliraient, se rempliraient… Ce furent les “automobiles” qui couvrirent la planéte! L’avenir prouva que les caisses du roi se remplirent de vide et que les idées de Lirante furent prises pour ce qu’elles étaient: des contes à dormir debout. Mais Lirante et ses amis avaient rempli leurs poches avant de passer sous les fourches caudines. Un jour les gens du roi se reveillèrent, embrassèrent leur temps et le monde réel. Maintenant ils se racontent les temps jadis, l’Histoire de la période de Lirante et des né-arques; quelques grimoires nous sont parvenus dont sont tirées ces lignes. (Histoire d’Utopia – devise “pourquoi faire efficace quant on peut faire utopique”)

  11. de con posons comme la lune

    Schéma bananier courant en nos provinces par les "intelligentsia" locales (lié aux mondes clos, avec conflits d’intérêts et parfum de dérive sectaire) :

    Faux et usage de faux (faux documents… ),

    escroquerie au jugement (tribunal de commerce, montage de cabales pour éliminer des concurrents par des juges "volontaires" et honnêtes commerçants, connus de bonne famille et de bonne vie et même politiques ou/et maçons notoires et respectés par leurs fréres – assomption tacite : un tel homme respecté ne peut point… etc, mais si et c’est précisément le problème français paufiner la surface et y faire croire, les hommes peuvent changer, en bien, en mal, ici en mal, il faut donc des contre-pouvoirs…),

    escroquerie en bande organisé (spoliation d’entrepreneurs non initiés à ces faits délictueux),

    détournements d’actifs (pompage d’une société par une autre),

    abus de confiance (il y a le choix la liste est longue),

    concussion (faux controle fiscal amical pour valider une gestion passée, délégué par un sachant à un jeune controleur inexperimenté, contrôle prouvé "bidon" car l’entreprise avait subie maints abus de bien sociaux que le contrôle aurait du révéler, cet adoubement construisait l’image crédible mais fausse sur laquelle un dossier de reprise fût monté, visant à reporter les problèmes sur un pigeon – repreneur – qui doit dans le grand plan génial déposer le bilan, et cela se fait par ententes avec les clients de l’entreprise -reports de contrats, non-paiement ou leur allongement, crise de trésorerie, jeux des cautions, mise en faillite – ensuite reprendre en tant que chevalier blanc la dite entreprise dont les dettes sont par magie du processus du plan de continuation réduites et étalées, sans avoir à subir le dépot de bilan soi-même, enfin paraître sauveur de la veuve et des orphelins, renforcer sa position de notoire local ; brillant mais tellement pathétique assemblée de maffieux! )

    et recel (car ceux qui facilitérent et reçurent des produits du montage).

    Fictions? Croyez-vous que cela s’invente?

    Un cas choisi ancien et presque "anonymisé" :

    Pris dans la presse et donc information ouverte mais discrete sur les pratiques qui fachent, un oeil averti peut savoir qui est X.

    X se refait une santé pour pas cher!

    X, via ses filiales de capital-risque, va fêter la nouvelle année devant la cour d’appel de V. Un homme d’affaires français (appelons le B) accuse en effet X d’avoir mis la main sur son brevet très prometteur dans le domaine de la robotique.

    Tout débute en 1988,A la tête de la société STE, B a besoin de fonds pour commercialiser un robot médical très perfectionné. Il se tourne vers deux filiales de X, Xa et la banque Xb, avec lesquelles il signe, en octobre 1991, un pacte d’actionnaire.. Objectif : trouver de nouveaux financements. Le ministère de l’Industrie entre, lui aussi, en piste. Et pose 4 millions de francs sur la table. Seule condition, B doit augmenter son capital. Il ne pourra jamais y parvenir (en sous-main on arriva a empecher cela par diverses influences).

    En fait, pendant que le petit industriel se démène pour trouver de nouveaux capitaux, X, via ses filiales Xa et Xaf (Xaf autre acteur de l’ombre), monte discrètement, avec 17 millions de Francs, une société concurrente, STE International. Laquelle porte quasiment le même nom que la société de B, et s’intéresse aux mêmes programmes techniques et scientifiques…

    En juillet 1992, B est sur la paille. Il dépose le bilan. Son robot est a1ors cédé pour une bouchée de pain à Xaf. Qui s’efface derrière STE International. Le tour est joué.

    Mieux, B est condamné à verser plus de 2 millions de francs, pour insuffisance d’actifs. " Dès octobre 1992, nous avons eu des doutes et alerté le ministère de l’Industrie, s’énervent ses défenseurs. En 1996, nous avons agi de même avec C (structure étatique chargée de vendre une partie des dépouilles de X qui soc nationalisee avait depose son bilan). Personne n’a bougé. Aucune enquête n’a été diligentée. "

    La justice, elle aussi, restera longtemps muette. Déposée une première fois en 1997, la plainte de B pour " escroquerie et abus de confiance " dort pendant trois ans ou presque.

    Pour les avocats de X, il y a dans cette histoire " aucune infraction de commise ". Seulement les divagations d’un " farfelu ". Reste que ce présumé farfelu a mis au point un robot vendu à plus de 500 exemplaires à travers le monde, et à 4 millions pièce ! Au bénéfice de X, qui en avait sans doute besoin pour boucher un trou…

    NB : Xaf = nouveau nom de Y Finance autre soc nationalisee (lors de la constitution du noyau dit dur d’actionnaires sûrs, ceci lors de la mise sur le marché -sic- de X

    Cas de pourrissement avancé non ?

  12. Solution

    Aprés la descriptif de la réalité française "vomitive" ci-dessus, qui consiste à tout faire pour que rien ne change (relents de sectes et petits bras divers planqués) le début de la solution:

    Un regard attentif sur les marchés financiers témoigne de la difficulté des
    PME françaises à grandir et à franchir les diverses étapes, les différents seuils de développement qui constituent le paysage des entreprises. En effet, contrairement aux États-Unis où plusieurs start-up se sont hissées en un quart de siècle jusqu’au sommet (Sun Microsystems, Dell computers, Compaq, Silicon Graphics, Google, etc.)
    aucune structure créée ex nihilo en France depuis 1960 – et dont l’expansion serait basée sur une forte croissance interne – ne figure aujourd’hui au CAC 40.
    Dans un rapport récent, le ministère du Commerce et de l’Industrie britannique (DTI) estime que sur 237 entreprises dans le monde qui entrent dans la catégorie des « géants en puissance », en fonction d’une série de critères prédéterminés (chiffre d’affaires, budget de recherche significatif…), les deux tiers se situeraient aux États-Unis, dont 67 dans les TIC, 39 dans la pharmacie-biotechnologie et 38 dans les logiciels. Face à ce rouleau compresseur de la high-tech américaine, les Européens font pâle figure : 12 champions potentiels pour les Anglais, 6 pour les
    Français, 5 pour les Suisses et 1 pour les Allemands.
    De nombreux économistes, à l’instar d’Elie Cohen, expliquent la non-émergence de nouveaux champions par l’insuffisance de « destruction créatrice » dans notre pays. Cette analyse épouse la théorie schumpetérienne selon laquelle la croissance serait portée par un renouvellement constant des techniques : pour croître, une firme prendrait la place d’une rivale (catastroophe, vade retro satanas!!!!) en offrant un produit plus innovant. Ce serait la création, la croissance puis la disparition d’entreprises et donc le « recyclage » et l’amélioration des technologies par de nouvelles entités, qui assureraient un renouvellement bienfaisant du tissu industriel.

    (À noter que près du quart de la puissance technologique actuelle des États-Unis est produite par des entreprises qui
    n’existaient pas il y a trente ans. À cette époque, l’Europe inventait près des deux tiers des nouveaux médicaments,
    contre un tiers pour le reste du monde (États-Unis et Japon). Aujourd’hui la proportion s’est inversée. De plus, près de
    80 % des nouvelles molécules issues des biotechnologies naissent dans des laboratoires ou des universités Nordaméricaines.
    Faut-il s’en étonner lorsque l’on sait qu’en 2005, Amgen, une « jeune pousse » américaine de la
    biothech, née il y a 25 ans, a injecté dans sa R&D environ 2 milliards de dollars, soit un sixième de la recherche
    publique française.

    En France, la domination du marché par les grands groupes empêche d’une certaine manière les PME, même très innovantes, d’émerger face aux poids lourds de leur secteur (voir aussi la chasse évoquée plus haut, les méthodes et les concertations que ces mécanismes de chasse aux innovateurs demandent). Ce phénomène mécanique, qui défavorise les nouveaux entrants, est gommé dans certains pays par une politique volontariste en faveur des PME. C’est le cas aux États-Unis où la Small Business Administration encourage par tous les moyens le développement des PME au cours des premières phases de leur croissance,
    afin de leur permettre de « prendre le train en marche » et d’accéder, à
    armes égales cette fois, au marché de la concurrence.

    Pris dans note Dumas téléchargeable sur le site de l’Institut Montaigne!

    Mais les structures dites au service des PME n’y sont pas vraiment.

    Fait pour servir tout entrepreneur-Innovateur qui croirait encore vivre dans un pays avancé!

    Bonne lecture

  13. Califat

    A defaut le plongeon:

    La richesse crée par habitant de Bratislava est maintenant supérieure à celle de …. Lyon! En cette ville française comme en bien d’autre on vit sur le passé et le tas d’or accumulé, mais la génération de richesse est maintenant moindre qu’en cette ville sortie du communislme il y a peu!

    Pourquoi? Par des mécanismes évoqués plus haut. Des ententes des lobbying auprés des politiques locaux, par des califes en leur califat, qui firent tout pour éviter des implantation nouvekles et tout pour obtenir des info sur des dossiers intéressants (ce qui normalement devait devenir de belles plantes devint proprement arraché, éteint, au nom du califat, d’où le manque d’entreprises innovantes), les politiques virent leurs campagnes soutenues en retour. Le niveau de revenu stagnat, ce qui permit de maintenir des activités dépassées, d’où la performance en pib / habitant. Le cas de Lyon est intéressant, car deuxième ville de france, ayant été, en plongeon actuel, mais chut. Mieux vaut annoncer le pib global, ca fait ronflant.

    Pas spécial à la ville évoquée…

    A Bordeaux califat vinicole, à Lyon califat chimique et textile, partout califat immobilier grâce au divin pos, sans parler du califat d’une banque connue qui en fait beaucoup en pub, du califat d’une "Entreprise Avide De Subventions"…. A méditer.

    Enfin pour une info décapante (non libétarienne) mais didactique :

    http://www.jpchevallier.com/

    Voila pour faire avancer le schmilblick, j’en ai assez de voir saboter ce que nous avons de meilleur et vivre une médiocratie ridicule!

  14. gnarf

    Arretez de comparer Bratislava a des villes detruites par 50 annees de communisme comme Lyon. C’est trop facile. Comparez plutot Bratislava avec Ljubljana…la deja c’est plus difficile d’etre au meme niveau.

    Les pauvres habitants des pays de l’Ouest ont bien du merite, et avec un peu de chance ils auront rattrappe le niveau de vie de l’est dans 10 ans.

    D’ailleurs tous ceux qui rient des pays de l’Ouest sont cruels, en particulier ce groupe debile, les Ardechois boys.

  15. Vulguspecum

    Tiens, un nouveau sujet pour le concours du Grenelle de la Décomposition, entendu aux infos à la radio ces derniers jours : la mairie de la ville de Reims a cette année encore laché dans ses rues l’éternel Père Noël tout rouge.

    Ce dernier, pour la joie et le bonheur des petits n’enfants, demande à ces derniers ce qu’ils veulent pour noël, si ils ont été sages, et tout et tout….
    (pouvez même faire photographier vos bambins, moyennant finances supplémentaires, avec ce gros obèse barbu).

    Ben alors, quoi d’extraordinaire, me direz-vous ?…

    Hé Bien cette année, à Reims, le gentil et gros Père Noël, pour qu’il accepte de prendre vos petits n’enfants sur ses genoux et les tripoter, il faut lui donner 1 euro !

    La population de Reims, face à ce nouveau père noël cupide et particulièrement vicieux pour ne pas dire pervers (quel parent va dire à son gamin : non cette année tu n’iras pas voir le père noël pour te faire tripoter !…), a râler tout son dégoût et est allé se plaindre à la mairie.

    La réponse de la mairie : "mettre un père noël dans la rue nous coute très cher. Chaque année au mois de décembre c’est 50 000 euros pour cette animation, c’est normal que la population participe un peu…" .

    Moi, pour 50 000 euros par mois je veux bien faire le père noël toute l’année !

  16. gnarf

    Excellent…une petition pour revenir a la gratuite du pere noel…les gens croient vraiment que quand c’est la mairie qui paie, c’est gratuit pour eux!

    Meme la mairie le croit puisqu’elle declare "c’est normal que la population participe un peu".

    Ils vivent dans un reve eveille.

  17. Mythbuster

    Juste un complément gnarf ce n’est pas du communisme, c’est du nomenklaturisme!

    Si en Russie les soviets arrivérent au nomenklaturisme par le communisme, les français sont arrivés au nomenklaturisme par les corporatisme et la centralisation-concentration, dont l’énarchie et les califats protégés sont des moyens. Si il y a des communismes dans ces groupes, ils ne le sont pas tous, ce sont des logiques parasitaires et sectaires!

    Bratislava se redresse après en gros quinze ans de liberté. Bien des villes de france plongent lentement depuis longtemps, avec une accélération marquée ces dernières quinze années. Pragues est encore bien plus haut.

    Ce pays est malade de ses castes.

    A part cela oui il faut privatiser le pére noël! Il faut une entreprise privée qui fasse le pére noël toute l’année, et un peu plus que cela, et il y aura une demande. Au fond que croyez vous que fit Walt Disney? Excellente idée!

    Sur l’illusion du gratuit, et des taxes cachées, il y a beaucoup à dire.

    La désinformation sur les taxes par exemple. Prenez l’ensemble de taxation sur les produits pétroliers. Tout le monde dit 80% ce qui est énorme. Réveillez vous, depuis quand faites vous le calcul depuis le prix de vente? Normalement vous le faites depuis le prix hors taxe! Donc ce sont bien 400% de taxe! Imaginez donc que vous faisiez le plein de votre automobile. Au réservoir vous payez, mettons 20 Euros. Puis avant de sortir de la station, vous avez une barrière et une guéritte avec écrit dessus percepteur-éclusier (passage obligé et cher), là vous devez payer (80% depuis le prix toute taxes) 400% depuis le prix HT, soit 80 Euros! Total 100 Euros.

    80% de taxe est le chiffre présentable et c’est celuis repris par la communication sans vérifier, 400% est le taux réel, ce n’est pas présentable!

    Soient deux pays P1 et P2. Dans le premier il y a 1/4 des emplois sous statuts divers, protégés de tout. Dans le second la proportion est de 1/7. Dans le premier 3 paient le 4ème, dans le second 6 paient le 7ème; de 3 taxés à 6 taxés la pression fiscale est moitié. Par ailleurs trés occupés dans le second leur missions réduites n’inhibent en rien le reste dans le marché; à trois sur quatre là ils interférent lourdement, ce qui met les 3 restants dans une tenaille (inhibé par le système et obligé de la financer).

    Soient deux pays P1 et P2. Le premier finance la retraite par répartition exclusivement, le second par capitalisation. Dans le premier les comptes tournent et comme bien des emplois sont en fait irriguées par des subventions et des emprunts au nom des nourrissons, les droits acquis sont de l’argent non gagné (unearned money). Pas d’accumulation donc et creusement d’une dette (génial); pas d’accumulation et donc pas d’investissement, pas d’investissement donc pas d’entreprises nouvelles et pas d’innovation, plongée dans les activités et produits génériques, valeur ajoutée en berne, faible revenus, et difficulté pour financer les retraites de gens qui par ailleurs vivent plus longtemps. Dans le second il y a accumulation et cet argent est investi dans l’économie en créant des emplois et en préparant l’avenir des nourrissons, comme une économie porteuse en permanent renouvellement seule capable d’assurer des revenus pour ceux en activité comme pour ceux en retraite.

    Soient deux pays P1 et P2. Dans le premier on croit aux systèmes. On a des milliers d’organismes d’aide au développement économique. Dans le second on croit aux hommes. On trouve peu d’organismes, un seul et c’est une toute petite administration. Dans le premier les organismes se partagent tous les mêmes cas, si bien qu’ils revendiquent les mêmes "succés" mais ils sont comptés n fois (vous suivez); ces organismes coûtent des fortunes en structures, hommes etc; bref ces organismes participent en direct au déguisement du chômage, leur impact est une taxation nette. Dans le second, avec en gros 500 personnes pour tout faire, l’organisation est "slim" et facilitatrice en réequilibrage des dérives de concurrence pour permettre de nouveau entrants dans un jeu de grands; c’est un guichet unique. Le premier pays voit sa population d’entreprise innovante asymptotique à zéro, le second est tiré par ses entreprises innovantes.

    Etc…

    Etonnant non!

  18. geo

    @Mythbuster

    très mauvaise analyse en ce qui concerne les retraites par répartition ou capitalisation……allez donc demander aux retraités qui dépendaiet de la société ENERON aux USA , ces braves petits vieux y croyaient a leur système…….qu’en est il aujourd’hui de leur retraite?

    mais il est vrai que le système par répartition a oublié l’allongement de la durée de vie et l’augmentation du chômage……il semble evident que la solution miracle n’est pas encore dans le tuyau……

  19. geo

    @Mythbuster

    d’accord avec vous pour l’analyse sur votre analyse de la nuisance des systèmes en surnombre , mais hélas ce type de système est une caractéristique française, l’agence de ceci, la commission de cela…..n’oubliez pas quand m^me que le demandeur de ce système étatique est le français lui même, le social a outrance génère forcement ce système d’agence et de commission…..

    a vous de trouver le "SYSTEME" qui marche…..mais cela est une autre paire de manche! n’est ce pas?

  20. Mythbuster

    @geo Trés mauvais exemple geo, et également trés bon!

    En fait je dis simplement que le cas local est un ENRON généralisé, et que là bas il fût réduit à une société, puis des organismes compensérent le pb.

    Excellent exemple que le cas ENRON relatif au cas crédit Lyonnais qui coûtera en fait l’équivalent de 200 Milliards de francs (traduisez en Euros) aux français par l’impôt mais ils ne le savent pas, alors que Enron coûta aux actionnaires d’Enron seulement, et à l’entreprise qui certifiat les comptes de disparaître et pourtant elle était connue. Et il y a de nombreux cas tels le crédit lyonnais en ampleur en faisant les sommes!

    Mais vous avez parfaitement raison de dire que les francais demandent d’être traités comme ils le sont!

    Pas de miracle et pas de perfection. Mais il y a deux systèmes antagonistes et l’un coiffe l’autre sans l’ombre d’un doute! Aprés on peut ergoter sur le pourcentage exact de plein et de vide dans deux verres! Mais je dis en connaissance des deux, que le verre ici est bien moins que la moitié plein et que là bas il est bien bien moins que la moitié vide! Je dis également avec vous qu’il n’existe dans cet esprit aucun endroit où le verre serait parfaitement plein, pas même un paradis fiscal!

    Mais le pire est que la pente de ce pays est inscrite pour trés longtemps; et que si sursaut il peut y avoir ce sera au prix d’une secousse, genre crise financière. Il n’y a pas de solution positive en voyant les comptes de ce pays; et tout ce qui crée part, avec raison d’ailleurs, en anticipant le colapsus ou les complications idiotes!

    Ah si il y a quelque chose qui est trés bien ici, l’art des complications idiotes; in english it’s the Murphy’s law! Murphy inside! en français en bon français la loi de l’emmerdement maximum.

  21. miniTAX

    Je propose de nominer comme entité décompositrice l’Education Nationale, qui héberge en son sein une majorité de crypto-communistes non repentis et qui forme des jeunes chômeurs, des analphabètes, des futurs fonctionnaires et/ou des syndiqués vindicatifs en masse.

    Son influence est perfide et sournoise mais il y a suffisamment de faits accablants contre ses avatars décomposationnelles pour que ce soit un lauréat de choix dans la catégorie poids lourd (plus de 88,451 kg) du concours du plus grand décomposeur – fossoyeur serait le mot juste- de la Frâonce.

    On ajoutera dans la catégorie welter léger en candidat libre le décompositeur en chef Philippe Meirieu*, géniteur infâme du pédagogisme responsable de plusieurs générations de jeunes ne sachant ni lire, ni écrire et encore moins compter (remarque, c’est peut-être pour ça que ton blog avec ton catpcha qui demande des calculs Demaerd en est épargné ;) ).

    *auteur de volutes décomposationellisatrices comme "la pédagogie, c’est bien l’universel en actes, mais un universel modeste se construisant en permanence par l’interpellation de la liberté d’autrui"

  22. Mythbuster

    @miniTAX Le pedagogisme, vous avez raison est la dérive majeure, pusiqu’on trouve en cascade depuis le bas, le prof, le pedagogue qui forme le prof, le pedagogue en pedagogie; le tout en forme de pyramide gigantesque avec exces de poids en haut et insuffisance sur le terrain, nombre d’enseignant sans eleves, une bureaucratie enorme.

    En outre les formations sont toujours trop theoriques et pas assez pratiques. Prenez le cas de l’Anglais. En certains pays (Finlande) on enseigne la pratique, l’important est la pratique, et meme si "on" ecorche, si on fait des barbarismes, peu importe on apprend par la pratique comme on apprend a marcher en marchant en se heurtant a etc… Ici on apprend par la linguistique, groupe verbal, regles, etc. Devinez ou sont les resultats.

    Mais je viens a ce propos d’entendre bien pire. Pour rapprocher les enfants de l’economie, on fait intervenir des gens exterieurs. Jusque la tout va bien. Le probleme c’est le critere de choix. Voila que l’on a choisi des gens en retraite, ingenieurs en retraite pour parler de leur domaine; pas des ingénieurs en activité, non. De plus les gens choisis sont des métiers de la chimie de grand-pere. Je n’ai rien contre les ingenieurs, rien contre les retraites qui font du benevolat, rien contre la chimie du passe, mais l’avenir de nos enfants demande des gens dans le dit secteur, en activite et qui travaillent dans des domaines de pointe aujourd’hui qui seront la chimie de demain, ou son evolution biotech ou nanotech! L’education natiionale est dans le suivisme absolu; elle devrait etre dans l’anticipation. Si elle etait dans cette comprehension, elle choisirait ses intervenants, sur des criteres objectifs "parler de ce qui est aujourd’hui et pour demain" pas ce qui fut aux temps glorieux du nylon ou du silicone (pour parler chimie). Et je dis cela avec egalement de la sympathie pour les efforts de quelques enseignants qui essaient de remuer le mammouth; ne les oubliez pas!

    Vous avez absolument raison de dire qu’en ce mammouth on pratique la promotion a la carte, la carte trotskyste est bien vue, celle ps est assez bien vue! Me souviens d’un enseignante qui me dit un jour, "j’ai toujours refuse de noter entre 10 et 16, j’ai toujours note de 0 a 20"… " j’ai du me battre contre tout le monde"… cela aussi c’est la trace des derives!

  23. Veryfar

    Pourquoi il faut etre mefiant vis a vis du systeme francais? Si ce pays fonctionne encore c’est que les francais sont dans le systeme D; tout est rigide et il faut trouver des contournements pour respirer.

    Parce que c’est un systeme base sur la defiance avec des acteurs de l’ombre, dont helas, meme si leur vues sont basees sur de "bonnes intentions", le resultat atteint est toujours catastrophique. Pour aller au dela de "l’enfer est pave de bonnes intentions" il faut dire que leur erreur fatale est de compter sur le systeme, l’esprit de systeme et de caste, pas sur l’individu "individuel" et divers, mais l’individu formatte; ils pourraient effectivement faire mieux s’ils pariaient sur les hommes reels, non sur des certitudes rigides mais sur la recherche de verite en tentant a son niveau de faire bien. La cause du probleme en question vient de loin. De la revolution, de cette epoque. A cette epoque, on vit des solutions, des mouvements emerger dans le monde anglo-saxon, depuis cette epoque un pays vide est devenu leader en tout. Des francais voulurent reprendre ces mecanismes et organisations et references, mais leur copies furent biaisees, interpretees en une culture fondamentalement differente de celle qui a genere tout ceci, en bref les mots et pas le fond.

    Il faut rappeler que la revolution devint tre vite la terreur, l’administration royale renforcee pour la porter, que napoleon la renforcee, et que ceci est le fait francais, une sur-administration mefiante du reste, qui nourrit et noyautes tous les rouages. Sans contrepouvoir reel. L’amerique s’est faite par oppositions aux abus des gouvernements europeen. La difference est de taille.

    C’est ainsi que l’ensemble des fondements culturels n’ayant pas passe l’etape de la copie, ce qui en est sorti est arrive a un bien autre resultat ; l’esprit de systeme avec cette culture de defiance! Melange redoutable.

    Ce n’est donc pas le probleme de designer x, y, z, mais il faut pointer le moralisme en castes et la realisation par systeme; en toutes ces organisations dont l’equilibre est ce pays. Nulle n’y echappe ne serait-ce que pour s’opposer les unes aux autres en une belle melee bien gauloise!

    C’est tres loin de la societe anglo-saxonne. Cela se decline dans la facon de faire des lois, dans leur application, des lois qui finissent par etre pour et par un clan, un deni de justice evident, loin de la jurisprudence; en tout ce pays est proprement ronge par cet esprit de chose et de mecanique figee pensee de l’exterieur, et mene par une nomenklatura fermee et predatrice.

    Le resultat est que ce systeme ne selectionne pas, il elimine. Il ne capitalise pas les differences, il dit la norme. Impuissant il tente d’imposer par des regles. Ferme, il se vit au-dessus. Marginalise il est a cote de la societe reelle celle qui tente de s’integreer dans le mouvement global actuel. A defaut de generer des richesse il finit par assurer des rentes en des logiques predatrices et intouchables.

    Car la est la derive absolue, durant l’ancien regime le chatelain avait des avantages et cela etait su et vu par tous, on a abouti a bien pire des avantages identiques et meme bien plus grands en un systeme opaque avec une omerta.

    Au dela de tout individu, de toute organisation, c’est bien cela qui fait que la societe francaise est double, nomenklatura et manants. Rien n’est base sur le merite, cela est illusion, tout est base sur l’accord de vue autour de cette organisation, ou bien tenu par mangeoire ou barbichette. Ce n’est donc que question de culture et c’est pour cela qu’il n’y a pas de perspective de court terme.

    Voila h16. C’est ma facon de voter pour vous. Je persiste a dire que vous devriez penser a traduire votre blog car le oueb est bien plus petit que le web ;)

  24. emma

    Bien que je sois d’accord avec Veryfar (of France i presume) qui dit : "Ce n’est donc pas le probleme de designer x, y, z, mais il faut pointer le moralisme en castes et la realisation par systeme", je réponds quand même :

    - individus nuisibles : Martine Aubry, Laurent Fabius, J.-L. Mélenchon, A. Laguillier, Besancenot, Bové, etc.
    - mouvement : le syndicat SUD
    - "loi" délétère : le principe de précaution

  25. Veryfar

    @emma Veryfar born in france yes. Now in france. D’accord avec vous sur le pb du principe de precaution, le rechauffisme de decroissance (et nimby), vous ajouter la pac et le pos (politique agricole commune) et (plan occupation des sols), les trente cinq heures, leur effet deletere dans les esprits tout autant que dans la dynamique economique, l’organisation du cnrs ou de l’inserm et de la recherche publique en general, l’etat derriere l’aeronautique, le bove utile a une entreprise d’agrochimie larguee technologiquement et genralement tout ca pour ca, or much ado about nothing!

  26. Veryfar

    @emma (2) Perso, je n’ai pas subi les joies trentrecinqheuresques et rttesques, ayant deja tourne le dos a ce machin…

    Mais j’en sais assez sur un point, sans dire toutefois tout. Mais ce que je vais vous dire ici est authentique. Je vais faire simplement remarquer ici que Mme Martine Aubry, a etee soutenue par une partie du patronat francais, et que celui-ci se rangea (ou se coucha) pour des raison inavouables. DPV lui a fourni une place de choix en son entreprise avec connection au reseau patronal, reseau ou elle exposa ses vues relatives a une economie en voie de plongeon et au necessaire partage du travail en cette economie en plongeon, pour preserver les entreprises retardees et permettre une equation dite sociale (comprendre rester en retard en deguisant du chomage). Alliance du pire, malthus economique et logique de clan assiege et inamovible. Pendant ce temps, des societes (disons X et Y), de cette mouvance, conclurent sans mise en concurrence de grosses campagnes de pub aupres d’un publicitaire au teint toujours bronze, et peut etre que ce fut ainsi le moyen de financer une campagne electorale qui vit arriver Mme Martine avec son equation miracle : la regle de trois au service des fabricants de chandelles, de bandes molletieres, de charettes, de sabots, et pour le bonheur du peuple socialiste et decerebre en liesse davant tant de comprehension de l’economie comme de l’homme.

  27. Emma

    A Veryfar
    Merci de ces précisions. En effet, l’une des mamelles du socialisme est le malthusianisme et pas qu’économique (la Martine en question n’ayant mis au monde qu’un malheureux rejeton) avec comme résultat suprême le partage de la pénurie, en n’oubliant pas, évidemment, de servir ses affidés au passage comme dans toute bonne nomenklatura qui se respecte. Logique de clan, dites-vous justement.
    Séguela – que vous prenez soin de ne pas nommer – est bien entendu de cette faune clownesque. Jusqu’à quand sévira-t-elle ? Je parie pour encore longtemps car notre Education nationale ne forme guère ses chers petits clients à l’esprit critique.

  28. Veryfar

    Take a hard look at this (published WSJ) gsorman.typepad.com/

    "Apartheid à la Française" : autre façon de dire "insider and outsiders"

    …Our economic policy has created a strong public sector and job market protected by high walls of restrictive regulation. If you’re educated enough, you pass a civil servant exam and get a plum job for life. If you have the right connections and talent, the private sector treats you as a quasi civil servant. Firing an employee is nearly impossible. The outsiders without the right connections and education remain outside: All the regulations play against them.
    The majority of insiders don’t want job-market flexibility…

    ….Socialist and conservative leaders alike are not ready to acknowledge that their “goodwill” policy—more subsidies—just leads to more apartheid. They should wonder why, after 30 years of more of the same state interventions, suburbs tend to shift further away from the mainstream, self-satisfied insiders…

    …Who will resist this ideological shift? The most entrenched insiders within the public sector will protect their interests in the name of the Republican tradition. Market opening and diversity smack of America, after all. Not being like the U.S. is the ultimate excuse for not bringing France into the real world…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)