Censure : l’Amérique d’Obama n’a rien à envier à celle de Bush

C’est finalement dans l’exercice du pouvoir que les hommes politiques montrent l’étendue de leurs réelles capacités, malheureusement souvent pour nous faire découvrir qu’ils sont de ternes tâcherons perdant rapidement pied et convictions. Parfois, ils en viennent même à piétiner les idéaux qui les ont portés. Obama ne déroge pas à la constatation : les récents développements de Wikileaks donnent une idée assez glaciale du dévoiement auquel on peut arriver sous prétexte de patriotisme…

Je ne reviendrai pas sur Wikileaks, j’en ai déjà parlé un peu ici ou . En substance, on a pu voir que pour protéger leurs sales petites manies, les états sont prêts à des manipulations assez extensives, voire grotesques.

On regrettera ainsi que les moyens mis en oeuvre pour inculper Julian Assange n’aient pas été aussi mis en oeuvre pour des personnages autrement plus inquiétants, dans le trafic d’arme, de drogue, d’humains (vivants ou sous formes d’organes séparés), les criminels de guerre, fuyards de régimes totalitaires déconfits et autres joyeusetés du même acabit.

En fait et jusqu’à présent, l’affaire du Cablegate de Wikileaks aura surtout démontré à qui en doutait encore que les états montrent bien plus facilement les crocs quand on menace de montrer leurs propres magouilles au grand jour que lorsqu’il s’agit de réellement protéger les citoyens qui les font vivre. Mais, à proprement parler, rien de vraiment nouveau sous le soleil.

Ce qui devient de plus en plus inquiétant cependant, c’est que les états, et surtout l’américain dans le cas qui nous occupe, ne s’arrêtent pas là. L’aspect au départ folklorique de la traque d’Assange suivi des allégations plus que farfelues de « sexe par surprise » ont pu faire oublier à certains qu’un combat féroce se jouait : on ne compte plus le nombre de journalistes, parfaits petits marquis poudrés de la bien-pensance mal ajustée, qui ont aboyé avec les ambassades et les politiciens, autre brochette d’idiots utiles ou d’hypocrites agressifs, pour faire stopper les fuites numérisées.

Eh oui : c’est bien dans les rangs de ceux qui ont absolument tout à perdre d’une immixtion plus grande de l’état dans leur boulot qu’on a trouvé de chauds partisan de … la censure. Et il n’aura pas fallu pousser bien fort pour que de frétillants crétins politocards nous expliquent, en parfaite inversion des causes et des effets, qu’une transparence totale serait totalitaire.

Evidemment, la transparence totale des affaires privées est bel et bien du totalitarisme, mais celle des affaires publiques constitue en réalité le seul et unique contre-pouvoir du peuple sur les personnes auxquelles il a confié son destin, ses moyens financiers et … l’usage unilatéral de la force.

Et malgré l’évidence de cette remarque, on ne peut pas dire qu’on entend beaucoup les grands médias sur le sujet, et notamment les français, qui n’hésiteraient pourtant pas à aboyer de grands paragraphes grandiloquents si Sarkozy chatouillait leur petite liberté d’exprimer tous le même gloubiboulga.

Fascism : do you think it'll be this obvious ?

Certes, certes, l’actualité, pas vraiment rose, a de quoi les occuper. Il serait compréhensible qu’ils parlent bien plus de ce qui se passe en Tunisie que de ce qui se passe au sujet de Wikileaks, encore que les affaires soient étrangement proches, par nature si ce n’est par degré. Mais non. Rien. Où sont nos vaillants défenseurs du droit à exprimer platement des idées fadasses, pourtant toujours prêts pour un combat contre l’hydre et le ventre fécond d’une bête qui pond des heures les plus sombres etc… ?

Parce qu’en tout cas, côté politiciens, on ne chôme pas. Et, plus triste encore, cette Amérique qui nous a jadis habituée à porter haut le drapeau de la liberté d’expression et des idées subversives se laisse gentiment faire par une administration Obama toute acquise au Ferme Ta Gueule viril et musclé.

Oh, zut de zut, Obama n’est pas le messie charismatique et youplaboum progressiste qu’on espérait ! C’est même, si l’on regarde strictement ce droit d’expression, une parfaite continuité d’un Bush qui, lui, n’a jamais eu les faveurs des médias, notamment de ce côté-ci de l’Atlantique… Cette indulgence, fille d’un Deux Poids, Deux Mesure troublant, est bien enquiquinante pour ceux qui n’ont qu’impartialité et éthique à la bouche, non ?

Surtout si l’on ajoute les velléités du même Barack à vouloir instaurer des identifications spécifiques et « Governement Approved » sur Internet, en toute décontraction et surtout ne vous inquiétez pas tout ceci est normal, le gouvernement travaille pour votre bien, souriez, penchez vous en avant et toussez un bon coup.

Tout ceci ne peut pas laisser penser que le chemin emprunté est le bon, ni qu’il conduit vers de vertes prairies pleine de joie et de bonheur. Rien de ce qu’on lit, en filigrane des interventions qui frisent l’hystérie pour fermer le clapet d’Assange et de l’association qu’il représente, ne laisse penser que tout ceci ne serait qu’un petit mauvais moment à passer. Non : c’est, réellement, une façon claire, nette et précise pour museler l’expression, pour contrôler l’information et ses canaux de distribution.

Et en face de ces tentatives …

Stupeur ! Il n’y a aucune réaction !

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires40

  1. Kelevra

    François Baroin à propos de WikiLeaks : « Une société transparente est une société totalitaire »

    tout est dit!!!!!

  2. Sébastien CERISE

    Le monde entier (La France surtout..) a cru que Monsieur Obama était noir… et que donc, forcément, ça changerait quelque chose.

    Ils se sont lourdement trompés : Monsieur Obama est Américain !

    Et « on ne change pas une équipe qui gagne! »

    Excellent billet en tous cas.

    1. Stéphane

      Les Américains sont des gens très bien. Pour preuve, ils ont ouvert les yeux sur le socialisme patent du Grand Leader Charismatique.

      Faute avouée est à demi pardonnée…

      1. Sébastien CERISE

        Oui, les Américains (en tant que peuple) sont des gens très bien, comme les autres. C’est à dire qu’ils pataugent allègrement dans la semoule et ne comprennent pas grand chose à ce que font leurs leaders…

        … mais c’est vrai qu’ils commencent à vraiment se demander si kek’par on se foutrait pas un peu de leur gueule…

        En fait, Les Américains sont des Français comme les autres… 😉

        1. Flak

          « C’est à dire qu’ils pataugent allègrement dans la semoule et ne comprennent pas grand chose à ce que font leurs leaders… »

          faux.tu repetes betement les ponifs francais;

          « Les Américains sont des Français comme les autres »

          super ultra faux…

        2. GM

          Un exemple pour illustrer ce que dit Flak : l’autre jour j’ai rajouté le blog économique de Barry Ritholtz à mon reader (je recommande chaudement, d’ailleurs). Il compte plus de 53 000 abonnés.

          J’ignore la représentativité exacte de son blog à l’échelon américain, mais à titre comparatif, Hashtable c’est 200. Par contre, Agoravox et Rue89 flirtent gaiement avec les 150 000 abonnés.

          Je crois que ça dit pas mal de choses sur l’écart de perception politique entre les deux côtés de l’Atlantique.

    1. Oh, pour la France, je me fais assez régulièrement l’écho des petits soucis qu’elle traverse notamment en matière de liberté d’expression 😉 Merci pour le lien, en tout cas.

      1. daredevil2009

        Excellente analyse, Hash!

        Petite remarque grammaticale 🙂
        « encore que les affaires sont étrangement proches » = »encore que les affaires soient étrangement proches »

  3. Winston (l’autre)

    Dans l’idéologie antiraciste noir=gentil. Obama est donc gentil, même quand il ne l’est pas, puisqu’il est noir. Donc en gros pour les zélés zélateurs du Bien : « Obama lui bon nèg' » et là c’est difficile de faire plus raciste et plus réducteur. Mais nous sommes en France, ouf, tout va bien, les antiracistes ne sont donc pas racistes (ils ne peuvent pas, ils sont contre) et les noirs sont vraiment tous gentils. Yabon !

    1. Plus prosaïquement encore, Obama étant démocrate, et Bush républicain, il ne pouvait être que dans le camp du bien. Les Français (et surtout les journalistes) se réveillent un peu d’une longue gueule de bois où ils avaient imaginé qu’Obama déferait proprement ce qu’avait entrepris Bush. Bilan : Guantanamo existe toujours, c’est toujours la guerre en Irak et en Afghanistan, et les libertés régressent plus sinon aussi vite que sous son prédécesseur.

      Eh oui : le socialisme, fut-il mis en route par un démocrate, c’est toujours aussi pourri.

      1. Higgins

        Ça y est! Tu vas encore nous valoir les foudres de GdC et de ses comparses: le socialisme pourri! pourquoi pas puant aussi? Y en a marre de ces pléonasmes à la fin.

      2. Stéphane

        Je suis entièrement d’accord avec le commentaire de h16.

        Excepté le passage où les journalistes français se réveilleraient de quoi que ce soit.

      3. Winston (l’autre)

        Une petite anecdote pour illustrer à quel point Obama fait fantasmer les cons : sur un site traitant d’affaires criminelles et rapport à une histoire d’exécution capitale au Texas j’avais lu un commentaire du genre : « vivement qu’Obama soit élu et qu’il abolisse la peine de mort ». Oui mais non. Obama ne s’est JAMAIS prononcé contre la peine de mort, bien au contraire. Obama lui pas bon nèg’. Obama lui président. ça pas pareil.

    2. Balthazar

      Bien d’accord avec toi Winston

      D’ailleurs en France on dit pas un noir, on dit un « Black » (et beur pour un marghrebin).
      Pourquoi ??
      Parce qu’il faut faire une différence pardi !
      Et pour quelle raison ?
      Au nom de la non-discrimination !!
      Comprenne qui pourra…

      C’est ça la France.
      Vive l’Europe. J’espere qu’un jour sur mon passeport y aura ecrit « Europa » plutot que le non de ce pays dans lequel je ne me reconnais décidément plus du tout.

  4. Chris

    Pourquoi ????…..Quoi ?????….Comment ????….il y a encore quelqu’un qui discute à propos d’ Obama ???….le jour de son élection , je commis un bilet virulent qui me valut tous les noms d’ oiseaux possibles …

    Moi , je crois en les élections …c’est pas le Pérou …mais c’est bien mieux que rien …
    Sinon , je ne vois pas d’autre alternative que la fourche….

    1. Laetitia

      Ah…Je me souviens de l’époque où cette petite crapule incarnait les espoirs de tous les gentils moutons adeptes de bisous.

      Je me souviens aussi des regards noirs et des mines outrées lorsqu’on avait le malheur de ne pas partager cet enthousiasme.

      Aujourd’hui tout le monde pense comme nous mais personne ne semble vouloir se souvenir de ses erreurs passées.
      J étais très jeune, mais je me souviens que ça avait été la même chose avec Bush, et quelques années plus tard, il était loin le temps où on me faisait taire au motif que je n étais qu une gamine qui n’y connais rien.
      Les moutons nous perdront. C est pour ça qu il faut se casser, et vite.

  5. monoi

    Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’on entende pas grand monde s’opposer. Mais je pense, ou j’espere, que la majorite silencieuse se rend compte qu’on se fout de sa gueule, et qu’un jour, il y aura la goutte.

    Dans ma jeunesse, j’avais fait un voyage en train avec des amis entre Zagreb et Athenes. Nous avions eu une bonne discussion avec un jeune yougoslave qui essaya de nous convaincre que la Yougoslavie avait un avenir radieux devant elle. C’etait en 1984. On a vu la suite, et mes craintes sont que les tocards qui nous gouvernent en Europe nous mene tout droit vers une issue similaire.

  6. kwak chung seok

    Sarkozy a raison, il est urgent pour la salubrité publique de faire fermer votre dangereux , liberticide et malsain blog d’extrême droite ultréactionnaire et d’anéantir cette insupportable galaxie de blogs où les gens ont le toupet de dire ce qu’ils pensent et de s’interroger sur Le numéro de marionnettes médiatiques qu’on leur présente et dont les ficelles grossissent de jour en jour ! Que l’on rattrape donc le retard pris sur l’Azerbaidjan et le Kazakhstan !!
    Vivement les sextapes des opposants diffusées en continu sur les grands canaux informatifs officiels !

    Bravo pour ce merveilleux poster démotivateur !!!

    Je suis naturellement d’accord avec vous H16, mais comme nous savons tous pertinement que les grands journaux français sont peu lus, peu achetés, subventionnés jusqu’à la moelle et des repaires de journalistes qui entretiennent des rapports bucco-anaux de plus en plus approfondis avec le pouvoir, pourquoi continuer à s’acharner à les critiquer, pourquoi continuer de s’étonner de leur servilité/lâcheté ? A quoi sert d’aller dans une porcherie vérifier si ça pue, evidemment que ça pue !!

    Sinon H16, J’aurais aimé un petit billet sur le tragique assassinat de cette députée démocrate américaine et de 9 autres personnes à Tucson il y a quelques jours, quel est votre point de vue ?

    1. adnstep

      Tant qu’à faire, pourquoi pas un billet sur l’assassinat (ou le meurtre ?) de 3 personnes dans une laverie automatique, à Bayonne. Pourtant, dans notre pays, les armes ne sont pas en vente libre. Je ne comprend pas.

  7. adnstep

    Pour en revenir à Wikileaks, je reste dubitatif : quel « secret » a donc été révélé ? Que l’Iran est une dictature et à les moyens de tenter d’envoyer un missile balistique sur Israel ? Que la Chine aussi, est une dictature, et s’amuse à faire péter les réseaux des copains ? Que parfois ça ne vole pas très haut chez nos dirigeants ? Que machin couche avec bidule, et truc avec chose ? Que Stuxnet n’a pas été inventé par le Vatican ?

    Quand à la méthode, je suis encore plus dubitatif : on a donc un gars qui bosse dans les renseignements, Bradley Manning, qui rentre dans une zone sécurisée avec son CD-RW compil mp3 de Lady Gaga. Admettons. Mais connaissant la paranoïa aigüe de ces gens-là, j’ai un gros doute.

    Ensuite, on nous dit que le poste était sur SIPRNet, le réseau sécurisé du DoD et du département d’état permettant d’échanger des documents jusqu’au Secret Défense (l’équivalent chez nous, c’est ISIS : http://www.ssi.gouv.fr/site_rubrique33.html). Et là je me gausse : des postes SD avec des ports USB et un graveur de CD librement accessibles ????? Et en plus en réseau ????? Ben non. Même chez eux, ça ne se fait pas.

    Donc, soit ce n’est pas lui, soit il a eu les documents autrement, soit on l’a laissé faire.

    1. Jesrad

      « Pour en revenir à Wikileaks, je reste dubitatif : quel « secret » a donc été révélé ? »
      Que le Yemen a été discrètement bombardé ? Que Shell magouille au Niger ? Quil y a des Spec Ops des USA au Pakistan ?

      1. adnstep

        Ah ? C’est nouveau ? C’est donc grâce à Wikileaks qu’on découvre qu’on n’est pas dans le monde des Bisounours ? Et moi qui croyait que depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen réunis, on vivait au paradis.

        « Que le Yemen a été discrètement bombardé ? » ==> « Notre guerre contre la terreur commence avec Al Qaida mais elle ne se termine pas là. Elle ne se terminera que lorsque chaque groupe terroriste qui peut frapper partout dans le monde aura été repéré, arrêté et vaincu ». Discours de G.W. Bush après les attentats du 11 septembre. En passant, il faudra m’expliquer ce qu’est un bombardement « discret ».

        « Que Shell magouille au Niger ? » : seulement au Niger ? C’est un bon point pour eux. Les autres magouillent partout où il y a du pétrole.

        « Qu’il y a des Spec Ops des USA au Pakistan ? » : voir réponse 1. Au demeurant, la frontière entre Pakistan et Afstan étant imprécise, poreuse, et refuge des talebs (les étudiants, pas les châles), il est normal d’y trouver des soldats des forces spéciales. Et je vais vous révéler un vrai secret, que même wikileaks ne le sait pas. Il y aurait aussi des forces spéciales françaises dans le coin. D’ailleurs, il y en a aussi au Burkina-Fasso, et en Mauritanie, et dans d’autres lieux de villégiature fort courus ces temps-ci. Mais chut, c’est un secret.

    2. Balthazar

      Clair que c’est suspect. Mais en meme temps, l’improbable se produit toujours.

      Kerviel, les vagues scelerates, la vie sur terre, sont là pour nous montrer que l’impossible est toujours possible.

      Alors une fuite, meme facile, pourquoi pas. Faut juste savoir lire la fuite : avec les préautions d’usage lié au potentiel élevé de manupulation.

      1. GM

        Oh, quant à l’explication des fuites, elle est beaucoup plus simple : dans la foulée des attentats du 11 septembre, l’administration US a attribué une bonne part de son incapacité à les anticiper au déficit de coordination entre les différents services. L’information a donc été massivement décloisonnée, permettant à tout un tas de services d’État d’avoir accès à ces câbles diplomatiques et autres documents auparavant confidentiels dans le cadre de la prévention anti-terroriste.

        Résultat, ce sont près de 2 millions de personnes qui ont pu avoir accès à ce type de documents. Pas étonnant qu’ils aient fini par se retrouver dans le domaine public. Mais ça, c’est un tout petit peu plus compliqué à vendre aux média pour l’administration fédérale. 

        1. Pythéas

          Le débat sur la transparence ne mérite pas d’être tranché aussi facilement…
          Si je suis H16 sur la nécessité de transparence dans la chose publique, et que cette même transparence ne doit même pas être évoquée dans un cadre privé, il me semble que justement la zone diplomatique est purement grise.
          Certaines infos, évidentes ou non, n’ont pas nécessairement besoin d’être explicitées.
          Le poste de F Boizard sur le sujet vaut son coup de cidre : http://fboizard.blogspot.com/search?q=wikileaks

          1. En l’état actuel des états et des relations entre les pays, je pourrais vous suivre. Cependant, stricto sensu, les états n’ont pas à se mêler des affaires des autres ce qui rendrait la diplomatie très différente de ce qu’elle est actuellement, et la notion même de confidentialité aussi.

  8. Balthazar

    En tout cas pour moi c’est clair, nous vivons les dernieres de vraies liberté sur internet.

    Sarko, Obama, la Chine, .. bref tous parlent d’une seule voix :
    « pensez ce que voulez mais taisez vous si vous pensez mal. »

    On est en train de vivre 1984 (http://fr.wikipedia.org/wiki/1984_%28roman%29) en live

    Franchement, les impots, le bordel en France et tout le reste, ça m’embete, mais quelque part, c’est pas tres important. En revanche, la disparition d’internet tel que je l’ai connu, c’est à dire le plus fantastique outil de liberté qui n’ait jamais existé, m’attriste.
    Car c’est sur, internet tel qu’il est, c’est déjà du passé.

    Bien sur il ne disparaitra pas totalement, car il sera toujours possible de communiquer sur des canaux d’initiés que les Etats n’arriveront (et ne souhaiteront) jamais à filtrer completement. Mais les Etats s’en fichent. Ils ne se préoccupent pas des individus, mais de la masse. Peu importe que quelqu’élite ne suive pas le troupeau. Ce qui compte c’est que le troupeau, la masse, aille dans la bonne direction. IL doivent donc mettre fin à internet tel qu’il existe. Car la beauté d’internet, c’est justement que, qui qu’on soit, on a acces à une information qu’on est pas forcément allé cherché activement mais qui peut nous faire réflechir (ou pas d’ailleurs ..).

    Internet n’était en fait rien d’autre que la démocratisation de l’intelligence et du savoir.

    Rassurez vous, chers censeurs, le mal est canalisé.

  9. Pythéas

    @H16 :
    « les états n’ont pas à se mêler des affaires des autres »
    Oui. Mais comme ce n’est pas le cas, je préfère les non dits diplomatiques, finalement plus civilisés.
    Où est passé votre légendaire pragmatisme ? ;-))

    1. Ah, moi, je ne suis pas pragmatique. Je suis une pute fachiste d’extrême-droite 🙂 ….
      Plus sérieusement, je disais bien « stricto sensu », et me plaçais donc hors du premier cas (hors de « En l’état actuel des états et des relations entre les pays »). Si on se cantonne à ce qui existe actuellement, oui, effectivement, la diplomatie a besoin d’un certain secret. Mais dans ce cas, les états, lors de fuites, doivent d’abord blâmer ceux qui rendent les fuites publiques (qui ont donc rompu leur contrat, d’une façon ou d’une autre, avec eux) et non avec ceux qui, récipiendaires des informations, les diffusent : ces derniers ne sont, eux, tenus à aucune sorte de secret.

      1. adnstep

        Un réponse en deux temps :
        « les états, lors de fuites, doivent d’abord blâmer ceux qui rendent les fuites publiques (qui ont donc rompu leur contrat, d’une façon ou d’une autre, avec eux) » : oui.

        « et non avec ceux qui, récipiendaires des informations, les diffusent » : ils ne les blâment pas, il font en sorte que cela ne se reproduise pas. Souvent en pure perte, mais c’est la façon d’agir d’un état. A titre personnel, je trouve ça crétin, mais je trouve encore plus crétin que l’on s’offusque de ce qu’on lit dans les mémos sortis par wikileaks.

        1. Ils ne les blâment pas ? Ah ? De loin, on dirait que c’est un contrat pour tuer Assange. C’est un euphémisme d’un bel acabit que vous nous proposez là, mon cher adnstep 🙂 …

Les commentaires sont fermés.