Côte-d’Ivoire : les 10 bonnes raisons françaises d’intervenir

Enfin ! Il était temps ! Vraiment, on se demande pourquoi on ne l’a pas fait plus tôt ! La France, une et indivisible, portant la lumière du monde civilisé à tous les coins les plus obscurs de la planète, a décidé d’agir fermement et a bouté Gbagbo l’Usurpateur hors de sa tanière.

À bien y réfléchir, tout ceci était parfaitement indispensable. Il fallait intervenir. Ce n’était pas souhaitable, c’était indispensable, impérieux, et cela va franchement aider à pacifier la région, à envoyer un message fort à tous les vilains et les méchants du monde, comme la junte militaire en Birmanie, comme le douteux despote Nord-Coréen, comme le pénible Castro à Cuba, comme … Heu. Bon. Bref.

Et mieux encore, on peut carrément lister une dizaine d’excellentes raisons pour être intervenus. Car c’est aussi ça, le Service Après-Vente Actions Présidentielles® Demaerd Incorporated : Vous Intervenez, Nous Vous Excusons !

1. Notre Président À Tous, Nicolas Sarkozy, est un homme désintéressé et soucieux du bien-être de ses semblables humains, partout sur la planète, à l’intérieur et à l’extérieur de son pays. Intervenir en Côte d’Ivoire, c’était sauver des petits enfants, sauver des civils, aider la veuve et l’orphelin.

2. En plus, ce sont les Nations Unies qui sont spontanément venues nous demander de le faire. Nicolas Sarkozy, Notre Président À Tous, n’aura que suivi l’autorité légitime et démocratique de l’ONU et compris l’intérêt supérieur des nations, et surtout la nôtre, à faire quelque chose. Il est comme ça, Notre Président À Tous : quand on fait appel à son sens du devoir, pouf, il agit.

3. La France doit être de tous les conflits, de toutes les batailles pour les Droits De l’Homme, de toutes les avancées de la démocratie à grand coup de canon de 105mm : il n’y a qu’ainsi que la lumière s’installera dans le monde.

Sarkozy s'exprime devant la Nation.

4. La France, forte de son expérience passée dans ce qu’on a appelé la Françafrique, ne pouvait laisser filer une occasion de s’ingérer proposer ses services : elle connaît le terrain. Elle connaît les protagonistes (elle en paye même une bonne partie). Elle a des milliers d’expatriés sur place. Elle a des entreprises et des intérêts économiques. Elle asperge distribue son aide aux gouvernements et aux « populations » locales pour « aider » autant que possible le « développement » du pays.

5. Le président déchu, Gbagbo, avait été battu aux élections de façon parfaitement claire ; il n’y avait aucun doute sur l’honnêteté de Ouattara, et sur la qualité irréprochable du vote. Personne, ni au Nord, ni au Sud, ni nulle part dans le monde, ne remettait en cause les élections. D’ailleurs, c’est bien simple : on a su que Ouattara avait été élu dans des délais extrêmement courts qui assurent qu’aucune bidouille électorale ne fut possible.

6. La France a les moyens. Elle peut. Elle doit. Ses excédents budgétaires nombreux, répétés sur ces trentes dernières années grâce à la gestion millimétrée d’un budget étatique toujours plus affûté, ses forces militaires à la pointe de la technologie, tout indique qu’elle pouvait largement et qu’elle devait évidemment intervenir. L’argent dépensé là-bas est une retombée économique évidente ici. Les sourires chez nos principaux équipementiers militaires sont une preuve que tout va mieux.

7. Les autres conflits (en Afghanistan, en Libye) sont maintenant terminés, et nos soldats s’ennuyaient un peu. Et des soldats qui s’ennuient, c’est gênant, et coûteux. En plus, comme en France, la police et la gendarmerie font un travail remarquable, on ne pouvait pas se permettre d’utiliser ces trouffions soldats pour faire régner la loi et l’ordre localement. C’est donc normal d’aller calmer le jeu ailleurs quand tout va bien chez soi.

8. Et puis, intervenir aussi ouvertement, c’était donner les moyens d’asseoir Ouattara sur une solide et naturelle légitimité. On peut être maintenant absolument certain que la paix va revenir bien vite dans le pays ; les partisans de Gbagbo se rendront sans difficulté, les yeux humides de larmes d’une honte compréhensible de s’être fait berner par l’Usurpateur, et, moyennant de grandes embrassades placées sous le sceau d’un pardon œcuménique et universel, tout le monde va bien vite reprendre le travail. Vous voulez un petit bisou ? En plus, la France, au travers de son repris de justice Minustre des Ingérences Affaires Etrangères, fera ensuite tout son possible pour ne pas mettre en avant les valeureux soldats qui firent sauter le dernier bouchon de résistance avant de pouvoir faire sauter les premiers bouchons de champagne chez les turbo-capitalistes français implantés dans le pays.

9. Bon, et de façon tout à fait accessoire, ces opérations, comme celles menées en Libye, permettent de donner un petit coup de publicité pour les armements français. Ainsi, le Rafale pourra se négocier d’autant plus facilement qu’il est maintenant prouvé qu’il pouvait dégommer des Mirages sans problème. On trouvera certainement d’intéressantes retombées technologiques de ce conflit en matière de guérilla. Un entraînement, finalement, ça a toujours du bon, des fois qu’un jour, on se retrouve dans cette situation en France. Non ?

10. Enfin, ce genre d’élan magnifique, flamboyant de grâce, d’humanisme et d’abnégation, donnera certainement un petit coup de pouce à tout candidat à l’élection présidentielle. N’allez cependant pas y voir là une raison supplémentaire pour Nicolas Sarkozy, Notre Président À Tous, de se lancer à l’aventure : il est, comme chacun le sait, au dessus de ces manœuvres bassement politiciennes.

Quand on voit cette liste de raisons en béton armé précontraint, moi, je le dis : bravo.

Merci la République.
Vive la Fraônce.

(♫ musique ♪♫)

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires16

  1. Rzt

    Merci pour cette vision très lucide de la situation.

    A noter que Ouattara s’est marié… à Neuilly-sur-Seine et que celui qui a prononcé les bénédictions n’est autre que… Nicolas Sarkozy. On dit aussi que Ouattara est un bon ami de Bouygues.

    Collusions d’intérêts vous avez dit ?

    La mission secrète de Sarko est peut-être d’installer au pouvoir les anciens du FMI : Ouattara en Côte d’Ivoire, DSK en France.

    Au moins, on est rassuré : un pays chrétien en moins à l’échelon mondial, Abidjan va continuer son accélération dans la construction de mosquées et son épuration ethnique et religieuse, lentement mais sûrement…

    La Côte d’Ivoire d’aujourd’hui est la France de dans 30 ans.

    1. fifou

      La Cote d’Ivoire a longtemps ete la chasse gardee de Bollore et Bouygues, ce traitre de Gbagbo a commence a remettre en cause la main-mise de Bollore sur les principaux ports du Pays et donner des contrats de construction aux Coreens et aux Chinois au lieu d’acheter du beau Bouygues bien surfacture

      En plus ce douteux personnage avait remis en cause l’accord qui faisait de la presidence ivoirienne un locataire de ce meme Bouygues… (Oui jusqu’en 2007 le Palais presidentiel ivoirien etait la propriete de Bouygues et le President devait lui payer un loyer…)

      Maintenant ce scandale a cesse, le beau et noble Ouattara que toute la communaute internationale a elu (oui dans les elections ivoiriennes la communcaute internationale vote… ah non?) a pris le pouvoir grace a la mobilisation populaire. Les tyrans esseules et sans soutien ne peuvent rien quand tout un Pays se souleve contre eux… Bon s’ils ne sont pas esseules et sans soutien – pas de problemes on intervient

  2. Higgins

    Pour y avoir séjourné à plusieurs reprises et avoir sillonné le pays, je crois bien connaître la RCI et les ivoiriens. De toutes les analyses faites sur ce sujet, il me semble que ce sont celles faîtes par Bernard Lugan qui sont les plus justes:
    http://bernardlugan.blogspot.com/2011/04/reflexions-chaud-apres-larrestation-de.html

    L’arrestation de Bagbo ne siffle pas, malheureusement, la fin de la partie. J’applaudis à cette arrestation et observe que Saint Hypocrite règne en maître au sein de l’UMP de gauche comme en témoignent les réactions de certains de ses membres. Pour autant, si bien des questions demeurent, cette crise, momentanément fermée, signe surtout l’échec de la politique française en Afrique, politique qui a été incapable de trouver un digne successeur à Houphouêt, le Vieux. J’ai connu la Côte d’Ivoire en havre de paix. Il n’a pas tenu qu’à elle de sombrer ainsi.

  3. nordyck

    Merci pour cet excellent article . Un véritable condensé de ce que la politique étrangère française sait le mieux faire depuis20 ans: de la m… en barre !
    Nous venons de nous faire de nouveaux amis , et de prêter le flanc à nos adversaires économiques,mais néanmoins alliés,pour nous faire expulser de la sphère »d’influence », ou ce qui en restait,d’afrique noire-ce que je ne regrette pas,à titre personnel;et ceci q sans oublier ce qui va rester de notre « politique arabe »!! Ah si,payer les pots cassés,comme d’habitude …
    Une politique de pieds nickelés,en somme. Nous n’avons même plus droit à un peu de suspens . C’est d’un monotone!

    Quand à parler de pures manoeuvres politico-politicienne,cela est au-dessous du niveau de nos édiles . Comme vous le dites si bien,H16.

    Pôvre Frâonce…

  4. adnstep

    Pas d’accord avec vous. Vous semblez penser qu’il y a un capitaine à bord, qui anticipe et oriente les évènements.

    Il se trouve simplement que le dispositif français (Licorne) était en train de fermer, et que si cette crise avait eu lieu l’année prochaine, il n’y aurait pas eu de force française sur place. Il a fallu d’ailleurs rapidement
    renforcer les troupes sur place.

    Il se trouve également qu’arrivé au pouvoir, en 2000, Gbagbo a lancé un chasse aux français (cette fois-ci, c’était la chasse aux libanais qui a bien marché), et que c’était là l’occasion de se rappeler à son bon souvenir.

    Constatons également que malgré leur forte présence sur place (9000 hommes), les soldats de l’ONU ressemblent plus à une cohorte de danseuses du ventre qu’a une armée efficace. Et que l’ONU a donc du demander aux Français d’intervenir.

    Souvenons-nous enfin des 9 soldats français tués dans un raid aérien en 2004. Rien que pour ça, c’est un plaisir d’avoir vu Gbagbo se pisser dessus.

    La problématique, aujourd’hui, ce n’est plus Gbagbo. Mais la rivalité entre Ouattara et Guillaume Soro, qui est le véritable meneur.

    Quand à ce que cela coûte, c’est déjà inclus dans le BOP OPEX (Budget Opérationnel de Programme, en langage lolfien, et Opération Extérieure, en langage mili) qui est d’environ 1 md par an, ces temps-ci.

    Et si ça dépasse, ce sera pris sur le budget du Mindef. Autant dire que les militaires vont se serrer la ceinture en fin d’année budgétaire.

    1. Marie

      Ne crois-tu pas qu’il est temps pour toi de rentrer en france, de laisser la cote d’ivoire aux ivoiriens et de travailler pour ton pays (la france)? Tu squattes chez des ivoiriens qui de toutes manières ne vous portent plus dans leur coeur, car ayant vu la vraie raison de votre présence chez eux. Démocratie mon C…. ! Hypocrisie mise à nue en tous cas, c’est le côté positif, et , la preuve que ça se terminera bien. La haine est bien là. les français ne sont plus les bienvenus en Afrique noire, c’est clair. Il ne vous reste plus qu’à fabriquer des Soro, watara. et multiplier les hommes d’affaires que sont bouygues, boloré et consort….. qui vivra verra !

  5. Harald

    Je n’ai pas fini d’en vouloir à Sarko ainsi qu’à tous ceux qui ont embrayé dans sa roue. En aidant les neuneus à machette de la bande à Ouattara à vaincre les zozos à coupe-coupe de Gbagbo, il nous a privé d’un spectacle : celui de la réalité africaine : guerres tribales, massacres, actes de cannibalisme et autres joyeusetés déjà vues au Liberia, au Sierra Leone mais oubliées depuis.

    Nous n’avions rien à foutre là-bas au temps des colonies et nous n’avons pas plus à y foutre aujourd’hui. Car à n’en pas douter on va continuer à s’entre-tuer et il est fort probable que ceux qui nous font des langues sous la douche aujourd’hui en remerciement du coup de main de nos bidasses, tirent sur ces mêmes dans quelques mois si d’aventure nous essayons de nous mêler de ce qui ne nous regarde pas.

    Je me souviens effectivement des 9 soldats morts dans ce pays de merde et je les pleure car ils sont morts dans un conflit où ils n’avaient rien à faire à défendre des intérêts qui ne sont pas les nôtres mais uniquement de certains affairistes qui tiennent des politocards par les roubignolles.

    Tant que les gens n’auront pas compris qu’il est des pays, des continents entiers qui n’en ont rien à foutre de la démocratie, qu’elle soit à l’occidentale ou à la je-ne-sais-quoi, des jeunots qui croient à la merde républicaine iront au casse-pipe, y laisseront leur peau en croyant dur comme fer être les défenseurs du Bien Universel.

    Et c’est pareil pour la Lybie. Les tribus de la Cyrénaïque ça n’a jamais été le peuple lybien, car ce soi-disant peuple n’existe tout simplement pas. Déjà les mêmes en 1993 avaient tenté de foutre Khadafi dehors et ça avait lamentablement foiré pour les mêmes raisons que ça foire aujourd’hui. Une bande de bédouins à peine dégrossis avec des pétoires merdiques c’est peau de balle face à une armée correctement entraînée et armée. La preuve, sans blindés, sans avions, avec les quelques canons qui leur restent ils sont capables de tenir en échec une soi-disant révolution de tout un supposé peuple. Et encore une fois l’OTAN a été efficace, que de friendly fires ! Encore un peu et les révoltés au lieu de demander de nouvelles frappes aériennes paraphraseront Lamartine : OTAN suspend ton vol.

    Tout ceci ne m’inspire qu’une citation de Molière : qu’allaient-ils faire dans cette galère.

      1. Harald

        Mais c’est tout le continent qui est à l’identique et pas à cause de la France ou de l’Occident. Sous les guenilles du modernisme, le tribalisme règne en maître. Qu’on laisse donc ces gens se massacrer entre eux.

        Quant à Gbagbo, c’est exactement la même engeance que Ouattara. L’un est le côté pile, l’autre le côté face, mais les deux sont aussi dégueulasses.

        1. Yapi

          Que répondre a une telle concentration d’ignorance et d’idées préconçues ? Rien… Le plus drôle, c’est que nous aboutissons a la même conclusion: vivement que la France remballe sa force licorne, ses coopérants barbouzes, et son franc CFA (qu’elle dévalue a loisir pour acquérir a bon compte les matières premières) ! Moins l’Afrique sera liée a la France, mieux elle se portera !

  6. Yapi

    L’histoire rebondit. Le président Gbagbo est jugé a Lahaye, et il ne compte pas se laisser faire: http://www.nouveaucourrier.info/2011/12/06/gbagbo-lintegralite-de-sa-declaration-a-la-cpi-retranscription/

    D’ici a ce que cela éclabousse la présidentielle française, il n’y a pas des kilomètres, d’autant plus que c’est le grand démocrate, ami personnel du nain de jardin, qui devrait être sous les verrous de la CPI, tant ses crimes sanglants endeuillent la Cote d’Ivoire depuis des années: http://www.sosci.org

Les commentaires sont fermés.