La yourte interdite et autres crétineries des temps modernes

C’est vendredi, c’est pot-pourri : parfois, il ne sert à rien d’analyser longuement une situation pour en saisir toute l’essentielle absurdité. Comme j’ai un bouquet de trucs idiots glanés un peu partout, je vous le livre, tel quel.

Le droit de propriété, tout comme le droit d’expression, est un droit fondamental dans tout pays dit libre. Nous sommes en France : ce droit est donc généreusement bafoué.

Eh oui : tous les citoyens ont, de fil en aiguille, d’élections en compromis politiciens, toujours voulu se mêler des affaires des autres et être absolument sûrs que ce qu’on faisait chez soi rentrait dans le cadre strict de ce que les autres, autour, pouvaient juger autorisé, quand bien même (et surtout si) ils ne sont en rien concernés.

Et lorsque la République, tendre et câline qui n’hésite pas à se mettre en quatre pour aider tous et chacun en les noyant dans d’onctueuses subventions, remarque que vous faites l’original, que, sur votre propriété, vous décidez de vous la jouer cow-boy, que vous tentez la différence … La République, aimante et pragmatique, vous broie les petons au pilon pneumatique.

Cas pratique : vous installez, sur votre terrain, une yourte traditionnelle en peau de yaks ou de buffle ou de gerboise si ça vous amuse — il faudra compter 12.000 gerboises, c’est tout — et vous déclarez dûment le camping à la mairie, qui vous donne son aval. Bref : vous faites tout bien comme on vous dit de faire, là où on vous dit de le faire, au moment où on vous dit de le faire.

La République (en l’espèce, l’administration de l’équipement), découvrant que vous pouvez donc vous passer d’un permis de construire, va donc absolument tout mettre en oeuvre pour vous fermer le clapet : rîndez vous compte, m’ame Ginette, si jamais on laisse faire, les gens vont pouvoir se loger dans des tentes à peu de frais ! Ça commence comme ça et c’est le bazar, m’ame Ginette.

Ceci n'est pas une yourte

Eh oui, la République sait très bien être citoyenne & festive, mais faut pas pousser, sinon, elle tarte sévère.

Cette histoire est particulièrement agaçante et empiète très manifestement sur la liberté de disposer raisonnablement de sa propriété comme on l’entend, mais heureusement, au jeu du « Qui s’enfonce dans la bêtise le plus vite« , la sociale-démocrassie gagne toujours.

Par exemple, vous avez économisé de l’argent des taxes que vous n’avez pas payées en narguant l’Etat depuis votre yourte. Jusque là, rien d’anormal si ce n’est qu’on va vous redresser tout ça à coup de pelleteuse. En attendant l’aplatissement citoyen réglementaire de votre foyer, vous décidez d’acheter des livres numériques parce que le papier, c’est bien joli, mais ça prend de la place et dans une yourte, ça manque un peu, l’espace.

Et là, stupeur, vous vous rendez compte que si vous achetez les exemplaires numériques depuis la Fraônce, ils sont plus chers que si vous le faites depuis ailleurs. Eh oui : enfin, youpi, soulagement, le livre numérique va subir la même pression débile que le livre papier et faire bénéficier à votre pouardachat la même sodomie que celle qu’on pratique joyeusement depuis la Loi Lang sur le prix unique du livre. Les débris miteux de l’Assemblée Nationale, dans leur immense clairvoyance, ont en effet voté l’application du prix unique du livre aussi pour le numérique.

Amusant rappel : le prix du livre bénéficie d’abord aux grosses boutiques et grands centres multimédias, et favorise donc l’extinction des petites librairies, ce que la mesure était censée combattre au départ.

Remarque intéressante : pendant que nos fossiles de la représentation nationale mettent donc des bâtons dans les roues à nos productions nationales, les livres numériques se vendent, eux, comme des petits pains outre-atlantique. Après ça, les mêmes viendront pleurnicher qu’on se laisse doubler par les méchants ‘ricains.

Anecdote croustillante : pour ce genre de fanfrelucheries où il s’agit essentiellement de plaire à de gros lobbys joufflus, les députains et les politocards n’ont aucun problème pour se mettre en porte-à-faux avec Bruxelles. Comme quoi, la taille des gonades que ces frétillants anus louent en time-sharing varie grandement d’un sujet à l’autre.

Parce qu’a contrario, pour ce qui est de pratiquer une politique toujours plus consternante, là, on trouvera toujours un abruti courageux pour porter haut les couleurs de la Régulation Frivole.

Nous parlions de Bruxelles, restons dans le plat pays et intéressons-nous rapidement à Laurent Louis, intéressant spécimen de parasite thermophile à la mine réjouie de l’abruti qui s’ignore : il propose, sans rire, d’instaurer un permis pour avoir des enfants.

C’est évidemment parfaitement, implacablement, hermétiquement idiot mais pas du tout étonnant : plus on donne de pouvoir à des gens qui n’ont jamais été choisis sur le volet pour leur intelligence, plus on s’expose à ce genre de production douteuse.

Ce qui est relativement inquiétant est que ce genre d’occurrence tend à se multiplier. Si, en Belgique, ce genre de saillies est fréquent, en France, cela passe maintenant totalement inaperçu.

Ben si. Regardez Jack Lang (oui oui, l’autre andouille qui instaura jadis le prix unique) : il nous explique que, pour l’affaire DSK, on doit pouvoir laisser le prévenu en liberté puisqu’ »il n’y a pas mort d’homme« . Regardez Jean-François Kahn déclarer que son ami Strauss-Kahn aurait simplement ripé dans une domestique. Un « simple troussage« , rien de plus. Regardez Elizabeth Guigou regretter que (oh mais enfin quoi bon à la fin) « la présumée victime est davantage protégée que le présumé innocent !« . Regardez BHL, regardez les autres. Et quand ce n’est pas à gauche qu’on dégoise des énormités, ce sera à droite (rappelez-vous des meilleures aphorismes de Lefebvre ou d’Hortefeux, par exemple…)

Pas la peine, finalement, de se moquer des Belges.

Tout le monde sait, maintenant, à quoi s’en tenir : le monde politico-médiatique est vicié. Il l’a toujours été, notez bien. Simplement, maintenant, avec la puissance d’internet, et la facilité qu’a le peuple de s’enquérir par lui-même de ce qu’il veut savoir, … plus moyen de se cacher, de faire oublier les affaires et les petites phrases idiotes.

V for Vendetta

Une demi-bonne nouvelle, dans ce bouillonnement de bêtises ?

Oui : ceux qui, finalement, sont les premiers à subir la déferlante de régulations idiotes et doivent les lire minutieusement pour les faire appliquer sont de plus en plus souvent … absents. La fonction publique territoriale découvre que la grande tendance de la mode automne-hiver 2011/2012 chez ses agents sera portée pâle.

C’est une demi-bonne nouvelle, puisqu’on peut se dire que même eux commencent à se lasser de l’absolue stupidité du système dans lequel ils nagent, au point d’en tomber malade. Ce n’est qu’une demi-bonne nouvelle parce qu’accessoirement, cela veut aussi dire que ceux qui ne sont pas absents sont de plus en plus chargés de travail, qu’on risque encore d’avoir des suicides sur les bras — dont les journaux ne parleront pas, c’est mieux lorsque c’est dans une ex-entreprise d’état devenue privée — et que finalement, pour le contribuable, la facture s’alourdit de toute façon.

En conclusion, je vous encourage donc à vivre dans une yourte, y acheter des livres numériques via proxy étrangers pour les obtenir moins cher, y faire des mômes sans permis et attendre sagement que l’état s’écroule doucement sous sa propre obésité.

Le spectacle promet d’être amusant.

J'accepte les Bitcoins !

1B6sZp19saxAUP2SxVMfYx5qQEgEjUX7TZ

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires73

  1. Z

    Merci pour cette rapicolante lecture matinale !

    La conclusion me semble bonne. Reste à régler quelques détails pour avoir le wifi dans la yourte, mais sinon je m’y mets tout de suite :-)

  2. kelevra

    il n y a pas que la yaourte d interdite, c est aussi valable pour un bungalow, une caravane etc etc. normal, les gentils deputes et l adorable gouvernement ont mis en place le droit au logement; vous estimez etre mal loges, pas de probleme, ah ben si probleme, encore un truc vote par des debiles profonds qui vivent sur jupiter.
    l affaire dsk est une parabole de l etat de la france. la france d en haut trousse la france d en bas au propre comme au figure.

  3. Guillaume

    Ce genre de loi n’est pas si débile : elle permet de s’octroyer un pouvoir sur toute un population d’un coup : saisonniers (qui sont pourtant des travailleurs qui se lèvent tôt), manouches.

    Notez que de plus en plus, avec le remplacement des industries par du service, le travail s’organise autour de « chantiers » ou de contrats cadres de sous traitance (signés pour 2-5 ou 10 ans…). Exemples : contrats des éboueurs, cantines des établissement publics, SSII, jumpers dans les centrales nucléaires, ANPE qui sous traite le traitement des plans sociaux…

    Par conséquent, une partie de plus en plus grosse de la population active sera condamnée à la mobilité professionelle. Je peux même dire que d’ici quelques années, les travaux stables géographiquement deviendront l’exception.

    La Yourte, Caravane ou autre habitat temporaire aurait pu être une bonne solution, mais grâce à la LOPSSI, c’est les plus précaires qui vont être précarisés, susceptibles d’être virés à coup de bulldozers à tout moment.

    1. Epicier vénéneux

      Ce genre de loi n’est pas si débile : elle permet de s’octroyer un pouvoir sur toute un population d’un coup

        1. Guillaume

          Et bien ne dit rien :) (mais lis la suite de mon commentaire).

          Je suis évidemment contre, mais ma première phrase vient rappeler que si le gouvernement tient à faire passer une telle loi, c’est qu’elle a une utilité pour lui.

          Ce type de loi, va soumettre toute une partie de la population dans une instabilité juridique.

          En l’occurence, les travailleurs mobiles (qui souffrent déja des turpitudes de certains maires de stations de ski), les romanichels et autres peuples nomades. Elle constitue un moyen de pression incroyable contre tout ceux qui, par manque de moyens ou par choix, ne veulent pas s’endetter sur 30 ans ou payer des loyers hors de prix.

          Il n’y a pas d’absurdité dans cette loi. Elle donne simplement un moyen arbitraire supplémentaire aux « élites » de rappeler « qui est le chef » quand le besoin s’en fait sentir.

        2. Epicier vénéneux

          Je suis évidemment contre, mais ma première phrase vient rappeler que si le gouvernement tient à faire passer une telle loi, c’est qu’elle a une utilité pour lui.

          OK, je me disais bien que j’avais peut-être dû mal vous comprendre. Au temps pour moi.

        3. Stéphane

          …Qui n’est que la triste illustation de la dégénérescence de notre langue. Consultez au moins la page de discussion de wikipedia pour vous faire une idée.

          Mon vieux Larousse Classique ne m’a jamais trahi. ;)

        4. poum

          mais qui degenere excatement? et qui degenere le plus?
          quel debat fondamental d’avant-garde!
          je vous rappelle que l’on n’a toujours pas démelé une autre question fondamentale du meme ordre: qu’est-ce qui est plus fort, un hippopotame ou un elephant?

      1. poum

        dans la discussion de wikimerdia: »maintenant les deux orthographe sont accepter  »

        voila, c’etait bien la peine de debattre de ca pendant douze pages pour finir par ne pas savoir reconnaitre un participe passe.
        Ca me fait penser aux Quebecois qui s’organisent des soirees fromage&vin pour le couper par la pointe et tenir la bouteille par le goulot comme des pochtrons.

  4. Kara

    Laurent Louis :-D. Si vous voulez une bonne tranche de rire par jour, suivez-le sur Twitter ou faites un tour sur sa page facebook. Il est à pleurer de rire. Et dire qu’il se prétend libéral

    1. Nord

      Rhôôôô, j’ai été voir sa page, c’est du lourd hein! J’ai bien ri à la lecture de l’articulet sur Michèle Martin « un monstre dans nos rues » … et lui il est quoi, dans nos rues? Qui est plus nuisible à la société: la criminelle repentie ou le politocard dénommé Louis?

    2. Epicier vénéneux

      Si son but était d’être drôle, il tient ses promesses. Comme beaucoup, je l’ai découvert en début de semaine avec son histoire de permis. Du très, très lourd.

    1. Epicier vénéneux

      « On dirait que c’est ça qui fait peur, le fait que les gens se prennent en charge ».

      Bonne conclusion de l’article. Voilà un couple dont je ne partage probablement pas les idées mais qui a fait en toute connaissance de cause le choix de vivre comme il le voulait sur un terrain privé. Ca n’embête visiblement que l’administration.

      Voilà peut-être deux libéraux qui s’ignorent.

  5. lucille

    Je suis plutôt d’accord avec tout l’article …
    Sauf ….
    pour le permis pour avoir des enfants je pense sincèrement que c’est une bonne idée, mais il faut BIEN l’étudier et le travailler.
    Comment peut on accorder à des gens qui ont des troubles du comportements d’avoir des enfants ? que ce soit au niveau du sexe, de la violence, de l’alcool, de la drogue ou autres ?
    On s’indigne de voir des enfants dans des congélateurs, des nouveaux nés violés, des enfants battu alors réagissons pour au moins réduire le nombre de pauvres enfants qui tombent dans des familles de déséquilibrés !
    Je pense que cela ne résout pas tout, mais que cela peut limiter un peu.
    Mais bon il faut prendre des pincettes avec ce genre de sujet !

    1. Comment peut on accorder à des gens qui ont des troubles du comportements d’avoir des enfants ? que ce soit au niveau du sexe, de la violence, de l’alcool, de la drogue ou autres ?

      La vie est pleine de surprise. Qui peut dire ce qui va se passer, pour tel et tel couple ? Qui peut prétendre pouvoir réguler la vie des gens jusqu’à leur acte le plus intime, le plus fondateur ? Le sensationnalisme de la presse ne doit JAMAIS faire oublier que l’écrasante majorité des parents sont normaux, qu’ils ne battent pas leurs enfants et s’en occupent.

      Bad cases make bad laws.

      1. Epicier vénéneux

        Véronique Courjault n’a jamais maltraité ceux de ses enfants qu’elle n’a pas congelés. Nul doute qu’elle aurait eu son diplôme avec mention.

        1. gem

          toute façon, ça aurait pas été pire : si en plus ça devient criminel de faire des enfants sans permis, l’infanticide devient une solution raisonnable …

      2. nordyck

        Merci H16 de rappeler que les parents aiment leur(s) enfant(s) ,et s’en occupent au mieux . Et si il existait un mode d’emploi pour être un « bon parent »(?),depuis le temps cela serait connu!!

        Le pire,ce n’est pas que des politicards proposent n’importe quoi , c’est qu’il y ait des personnes pour suivre! Le monde de Minority Report est déjà là …

        Excellent billet comme toujours . Merci.

    2. grandeseringue

      La tentation est toujours grande de faire le bonheur des autres à leur place, et c’est la plus grave erreur, celle qui mène à toutes les dérives !

      Ne jamais oublier que la normalité est subjective.
      En ce qui me concerne, je me méfie beaucoup des psychorigides, en matière d’éducation, ils font des dégâts considérables !

      « réduire le nombre de pauvres enfants qui tombent dans des familles de déséquilibrés ! » : ils auront toujours le CHOIX de faire COMME ou CONTRE leur famille. (sauf s’ils sont transformés en cône choco-fraise avant bien sûr, rions un peu)
      Cette histoire de déterminisme fait vraiment pêcher par excès de zèle !

    3. Pere Collateur

      On peut se demander ce qu’il se passera pour ceux qui n’obtiendraient pas le permis en question…
      Ligatures des trompes pour madame, vasectomie pour monsieur et interdiction d’adopter pour le couple?

      Et est ce que ce permis serait à point?
      Et si je féconde madame pas dans la position préconisée par l’état, je perd 6 points et j’ai une amende de 3ième catégorie?

      Et pour les éjaculateurs précoces, on mettra des radars pour flasher ceux qui vont trop vite?

      Je crois que je vais arrêter là ^^

      Si vous avez d’autres idées, c’est vendredi, alors on peut se lacher…

      1. Crucol

        je pense à des stages de formation pour avoir son permis et aux questions qui seront posées pour avoir le Code (partie théorique) et bien sûr à la partie pratique concernant l’obtention de ce permis et aux inspecteurs dûment formés et assermentés.

        Quand on vous retire votre permis pour infraction (exemple typique de Mr SK), vous devez repasser par un stage de re-formation dans des écoles autorisées par l’administration, avec de pouvoir récupérer des points.

    4. poum

      « pour le permis pour avoir des enfants je pense sincèrement que c’est une bonne idée, mais il faut BIEN l’étudier et le travailler. »

      la connerie a l’etat brut, chimiquement pure

      1. poum

        juste une question pour toi mon pti cerveau: et si ton super permis d’avoir des enfants, je me torche avec et j’ai des enfants sans permis, on fait quoi? l’etat les prends ? les avorte?
        sacrebleu

  6. Aurélien

    L’affaire DSK a révélé que des politiques et des journalistes, les plus déconnectés du monde réel n’étaient pas forcément ceux que l’on croit.
    Evidemment, les premiers prennent les seconds pour des relais d’opinion fiables…

  7. Léonidas

    le pire c’est que Benoits Apparu Secrétaire d’État auprès de la ministre de l’écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, chargé du Logement. Benoits Apparu, va encore changer les règles pour les permis, vaste merdier administratif français géré par une bande de connard qui souvent ont juste le niveau de simple géographe avec 2 années après le bac pour contrôler la responsabilité engagé d’un architecte avec 10 ans après bac cherchez l’erreur …la confiance règne dans ce pays lorsque l’on a encore la chance de déposer un permis en plein périmètre historique faudra voir la majesté des bâtiments de France, ce dernier souvent avec des airs fantasques viendra vous faire chier sur votre architecture, alors que la république n’est même pas foutu d’entretenir les palais quelle occupe comme des coucous je dis coucous parce que c’est le seule oiseau de malheur qui vole le nid des autres …

  8. gem

    « que la grande tendance de la mode automne-hiver 2011/2012 chez ses agents sera portée pâle »…

    Excellent. Bon, à ce stade, c’est pas une mode, c’est du classique bon genre, mais on va pas chipoter sur un bon mot, hein ?

    1. Oui, j’ai vu. C’est rigolo, finalement. On devrait se cotiser pour lui envoyer des oranges, avec un petit mot : « Bon baiser des libéraux français ».

        1. grandeseringue

          Une poupée gonflable serait plus appropriée s’il a réellement des pulsions qui l’ont mené à Riker’s Island !

  9. Higgins

    Au sujet des yourtes, je reste assez dubitatif. Mais pour rester libéral, soyons le mais jusqu’au bout. Aux adeptes de financer éventuellement les raccordements au circuit électrique, à l’eau, aux eaux usées, etc… Que leur choix ne nuise aucunement à la collectivité.

  10. R2M4

    « Le droit de propriété, tout comme le droit d’expression, est un droit fondamental dans tout pays dit libre. Nous sommes en France : ce droit est donc généreusement bafoué. »

    Vous aussi bafouez ce droit car vous niez qu’un individu libre est copropriétaire du territoire qu’il a en commun avec les autres individus libres.

    La France est-elle la copropriété de tous les Français, citoyens souverains, ou la propriété privée de quelques-uns?

    Pour moi c’est évident, la propriété privé est toujours inclue dans une copropriété.

    La propriété privé doit donc faire l’objet d’une compensation Lockéenne, loyer payé aux copropriétaires, que certains calculent très précisément.

    En effet celle-ci devrait être de 400€/citoyen/mois pour la zone euro.

    http://www.creationmonetaire.info/2011/02/quel-montant-pour-le-revenu-de-base.html

    Yoland Bresson arrive à la même conclusion avec une autre méthode.

    1. Deeggs

      Si je comprends bien votre point de vue, un papier disant que je suis propriétaire d’un terrain ne vaut en réalité rien du tout car nous sommes tous copropriétaires de la France…

      Allez donc essayez vos théories vers le palais de l’Élysée et on en reparlera. ;)

    2. Ieremenko

      Vous avez oublié « festif »

      C’est 400€xfestif^2/citoyen/mois

      Et non, une propriété n’est pas toujours inclue dans une copropriété.

      Pourquoi est ce que les crétins monétaires débarquent toujours ici ?

      1. gem

        On peut le regretter, mais en pratique c’est bien comme ça que « not’seigneur » (l’état) conçoit le droit de propriété, de nos jours : il est « seigneur » de tout, et il te concède vaguement un droit d’usage (révocable à volonté) moyennant perception d’un loyer (taxes foncières, …) et des conditions (permis de construire par exemple) qu’il change à sa guise.

        Bien sûr, R2M4 rêve si il croit que l’état, c’est lui, et qu’il en quelque part co-propriétaire. On n’est pas du tout dans le droit de la propriété, on est dans le droit (ou plutôt l’absence de droit) de souveraineté…

      2. Galuel

        @h16 Ce point a déjà été vu.

        La Constitution décrète la souveraineté de la nation et celle du peuple sur la nation. Nul ne peut en exercer d’autorité qui n’en émane (ce qui ne signifie pas l’Etat).

        Par ailleurs tu as répondu que tu ne reconnaissais pas la démocratie.

        Ne reconnaissant pas la démocratie, tu ne reconnais ni la libre association d’autrui, ni donc la propriété d’autrui. Cette position est parfaitement incompatible avec la défense des libertés.

        Le « droit à la propriété » n’existe qu’au sein d’une nation souveraine qui le définit, et qui en permet le respect, à l’aide de règles réalisant un accord démocratique, modifiable dans le temps, et certainement pas « absolu ».

        Celui qui se permet de définir sans l’accord d’autrui ce qui le droit et ce qui ne l’est pas, n’a pas défini un droit mais s’arroge la dictature.

        Enfin tu nais au sein d’une co-propriété qu’est la nation souveraine. Et certes en naissant tu n’as pas la capacité de signer ou pas ton adhésion à cette co-propriété. C’est pour cela que par défaut cette co-propriété t’es donnée selon le droit. Tu peux y renoncer, tu n’appartiens pas à la terre qui t’accueille. Tu peux participer à l’élaboration du droit, tu as le droit à l’insurrection, et à la redéfinition du droit.

        Mais quand on accepte de vivre dans un endroit on en respecte les règles.

        Cette nation souveraine ne t’a pas demandé de naître, et toi non plus tu ne lui as pas demandé d’être là avant toi. De sorte que vous devez vous respecter l’un et l’autre afin de respecter la non-nuisance symétriquement.

        1. gem

          gné ? mais kesturakont ?
          J’ai pas tout pigé, mais je crois bien que tu confonds propriété et souveraineté, ce qui est une étrange conception de l’une comme de l’autre…
          Et je te signale que « modifiable dans le temps », c’est contraire à l’égalité en droit (et aussi bien à l’égalité tout court..), puisque ce qui aurait été possible à Dupont à un moment sera rendu interdit à Durant le lendemain (ou inversement, peu importe). Faire tout un trip sur l’omnipotence du peuple en accusant autrui de dictature et en niant l’égalité, ça fait un poil bizarre, tu ne crois pas ?

    3. Epicier vénéneux

      Moi aussi j’ai fait une étude là-dessus. J’ai lu sur un skyblog que le loyer correspondait à environ un tiers des revenus des ménages. Les entreprises et les administrations, c’est comme des ménages, mais en gros! donc logiquement, le tiers de la richesse créée en France devrait partir au poste « loyer » dans la comptabilité de Bercy.

      J’ai fait le calcul: PIB de la France en 2010: 2500 milliards d’euros; population française en 2010: 65 millions d’habitants.

      Soit par habitant, un loyer mensuel en 2010 de 2500.10^9/(3*65.10^6*12)=1068€ par habitant et par mois.

      Soit exactement le SMIC net mensuel!

      Coïncidence? je ne crois pas!

      Bon Dieu…

      1. gem

        Calcul faux. Les administration et les entreprises, ça ne dépense pas autant que les particuliers. Et surtout les gens ne logent pas dans leur entreprises, ça ne fait pas partie de leurs charges que de payer pour l’immobilier en général…

        En plus ce n’est pas la peine de faire ton calcul, il suffit de demander à l’INSEE : http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=5&sous_theme=2&nivgeo=0&type=2 et http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon05236

        275.10^9/(65.10^6*12)=350 € par habitant et par mois, charges et énergies compris
        Tu t’es juste planté (d’un facteur trois… ). Coïncidence ? je ne crois pas !

  11. Tabilore

    Propriété privée et homme politique >> does not compute.
    Pour le permis de parent, je l’attendais, celle là.
    C’est une étape logique dans la collectivisation de tout.
    L’état est partout, il s’occupe de tout, vous pourvoit en tout, il est donc logique qu’il se préoccupe de cela.

    Plus ça va, en lisant ton blog H16, et plus j’ai l’impression qu’on entre dans un livre classique d’anticipation. La science-fiction est là. Vous savez, celle où l’on voit une autorité floue mais forte diriger, millimétrer toutes les actions de ces pauvres hères devenus des numéros, et à qui il faut tout faire. Tel Copeau (hé oui, il est là) dans « Un bonheur insoutenable »

    Les brain storming constants de ces olibrius me font peur.

    Moi, c’est décidé, je me fais moine.

  12. Calvin

    Euh…
    J’ai un doute là…
    Je confesse avoir déjà pensé tout haut en voyant des parents irresponsables : « on devrait faire un permis pour avoir des enfants ! »
    Si ça se trouve, c’est de ma faute. Mon cerveau doit être relié à Bruxelles, alors que c’était une simple réflexion.

    Bon, je ne dois pas être le seul à être parfois assez désespéré pour lâcher des jugements expéditifs (mais qui font du bien !).
    Ce qui est grave, c’est que des gens bien *intentionnés* se sont dit : « il y a des citoyens qui pensent ainsi, faisons-le ».
    C’est peut-être comme ça que naissent les usines à gaz : une collection d’idées pas toutes mauvaises ni fausses, mais souvent contradictoires, lancées de tous les côtés…
    Et l’envie de nos responsables d’agir coûte que coûte, peu importe le coût, le résultat, l’inflation des mesures, etc…

    1. Sanksion

      Idem, parfois je me dis que certains ne devraient pas avoir le droit de se reproduire, sont trop cons et trop moches, et faut bien faire un peu de sélection naturelle.
      Mais de là à mettre cette idée en pratique … …

      ça fait vraiment nazi sur le coup…

  13. BA

    19h00.

    La libération de DSK retardée. L’hôtel Bristol Plaza de Manhattan n’accueillera pas DSK. Les copropriétaires de l’immeuble voisin, qui partagent la piscine et les prestations avec l’établissement de luxe, se seraient opposés à l’arrivée de DSK, selon les informations recueillies auprès de la direction par l’envoyé spécial d’Europe 1 à New York, Emmanuel Renard (@manurenard sur Twitter).

    Anne Sinclair recherche visiblement des prestations dignes d’un hôtel 5 étoiles avec piscine et personnel de service. Une locataire a expliqué qu’elle payait 11.000 dollars par mois pour une simple chambre au Bristol Plaza.

    Cela risque de retarder la sortie de prison de DSK car après avoir trouvé le logement, il faudra l’équiper en vidéosurveillance et le faire valider par le juge.

    http://www.europe1.fr/International/DSK-une-nouvelle-audience-a-huis-clos-549755/

    1. Parfait. Qu’elle continue avec ses petits caprices de riche socialiste, ça va laisser fermenter son « mari » en taule un peu plus longtemps.

  14. kwak chung seok

    Eh bien mon cher h16, je vous remercie pour ce billet. Il est d’une netteté, d’une fluidité et d’une hardiesse vraiment magnifiques ! C’est le régal du net.

    Je vous offre ma poésie bizarre en modeste compensation eheh

    buona notte

  15. BA

    DSK : une prison dorée au coeur de Manhattan.

    Anne Sinclair avait vendredi jeté son dévolu sur un luxueux appartement du quartier huppé de l’Upper East Side, à deux pas de Central Park. Un meublé de la résidence hôtelière Bristol Plaza, sur la 65e Rue, « décoré de marbre de Carrare, équipé de trois lignes téléphoniques et de télévision plasma dans la salle de bains ». Piscine intérieure, terrasse et salle de sport à disposition des locataires. Loyer mensuel : entre 8.000 $ le studio et 14.200 $ le trois-pièces, selon le site Internet de l’immeuble.

    Mais, au dernier moment, le bailleur a refusé d’abriter ce couple décidément trop médiatique. Un coup dur pour DSK, obligé de passer quelques heures de plus derrière les hauts murs de Rikers Island.

    Mais pour sortir de prison, DSK a dû casser sa tirelire. Il a d’abord dû s’acquitter de sa caution, fixée à 1 million de dollars (703.100 €). Et accepter un dépôt de garantie de 5 millions de dollars (3,5 millions d’euros). Une somme exorbitante garantie par Ira Judelson, un agent d’assurances connu à Manhattan pour voler au secours des people menacés de poursuites judiciaires. Décrit par le New York Times il y a quelques mois pour être « l’ATM (le DAB, distributeur de billets, NDLR) des rappeurs, acteurs et sportifs désespérés », Judelson a l’habitude de travailler avec Benjamin Brafman, l’un des deux avocats américains de DSK. Les tarifs de cet agent de stars : entre 6 et 10 % du montant de la caution à garantir.

    Par ailleurs, les frais que DSK doit engager pour sa défense seront colossaux et pourraient se chiffrer, au final, à plusieurs millions de dollars. Avec Anne Sinclair, il a en effet choisi de s’adjoindre les services de deux avocats de renom : Benjamin Brafman et William Taylor. Les ténors, redoutés par les équipes du procureur, réclament des honoraires à la hauteur et de leur réputation et de celle de leurs clients. La presse américaine avance leurs tarifs : environ 1.000 $ de l’heure.

    Le couple Strauss-Kahn a beaucoup d’argent et les moyens engagés par la défense seront sans limite. Tout sera fait pour prouver l’innocence de Dominique Strauss-Kahn mais surtout décrédibiliser sa victime présumée. Les avocats ont d’ores et déjà fait appel à des équipes de détectives privés rompus à ce genre d’exercice. Ces enquêteurs sont sans doute en train d’éplucher la vie de la femme de chambre du Sofitel afin de prouver qu’elle a accusé le directeur général du FMI d’un crime inexistant dans un but financier. Tout comme les avocats, ces super-détectives ont un prix : entre 500 et 700 $ de l’heure, selon les sociétés d’investigation.

    On le comprend : la nouvelle vie et la défense de Dominique Strauss-Kahn risquent de lui coûter très, très cher. Au bas mot : 250.000 $ par mois.

    http://www.francesoir.fr/actualite/faits-divers/une-prison-doree-au-coeur-manhattan-103256.html

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)