Toi aussi, lutte contre la fraude intellectuelle

Vite, il faut trouver des sous. Et pas qu’un peu ! Le triple-A (auquel les gens sérieux ne croient plus depuis longtemps) est en danger ! Le gouvernement (pas très sérieux qui y croit encore) se mobilise donc, oublie que le mot « austérité » est tabou, et gratouille ses fonds de tiroir. Et les trois premières minutes, c’est presque impressionnant.

Sarkozy serait-il en campagne ? Oh, non, vous n’y pensez pas !

Non, il est, comme tous les élus responsables et soucieux d’un avenir maîtrisé pour les finances publiques, décidé à en finir avec la vilaine fraude sociale, et s’en est donc ouvert lors de son déplacement à Bordeaux. En temps de crise, on ne peut plus se permettre le laxisme douillet dont l’administration a fait preuve les années précédentes.

Fini, les contrôles de l’URSSAF gentils et compréhensifs ! Fini, les petits arrangements avec la Sécurité Sociale, ! Terminé, la clémence et la mansuétude de l’Inspection du Travail ou même des aimables représentants du Trésor Public lorsqu’ils viennent effectuer chez vous un petit fisc fucking contrôle fiscal de routine !

Maintenant, on ne joue plus : on va te retrouver ces méchants fraudeurs, ces voleurs éhontés de la veuve et de l’orphelin, et on va te me les coincer ! Non mais.

Vous l’aurez compris : comme d’habitude lorsqu’il s’agit de trouver quelques piécettes pour faire fonctionner le bastringue encore quelques semaines de plus et continuer à se shooter gentiment à la dette publique, on ne renonce à aucun artifice.

Avouer qu’on veut s’attaquer à la fraude sociale en fin de quinquennat, pour Sarkozy, c’est avouer qu’il n’en a pas fait assez les années précédentes. C’est aussi avouer que l’Etat est, encore plus que d’habitude, poussé dans ses retranchements ultimes puisqu’il va lui falloir, maintenant, effectuer un travail de recouvrement qu’on imagine déjà long, pénible et plus que sûrement peu profitable.

On ne s’étonnera pas non plus du choix fait d’aller traquer le méchant fraudeur : c’est électoralement bien plus porteur de désigner à la vindicte populaire un groupe social vague, qu’on imagine interlope et séditieux, plutôt que d’aller chercher les économies là où elles se trouvent.

Ainsi, avec une seule mesure simple, de justice sociale et suffisamment égalitaire pour ne pas pouvoir être attaquée par la Gauche qu’on sait évidemment Humaniste et Responsable, le problème de la fraude aux arrêts maladie pourrait être grandement amoindri.

Pour cela, il suffirait tout simplement d’aligner le nombre de jours de carence du secteur public sur le secteur privé ; dès lundi, c’était déjà vaguement envisagé, sur la pointe des pieds, et encore, puisqu’on sent qu’au moindre frémissement, poum, des grèves et autres mouvements d’humeurs vont se faire sentir. On se rend bien compte qu’un tel alignement provoquerait un changement assez important en matière d’absentéisme, une baisse du taux d’arrêt maladie, et augmenterait mécaniquement les ressources humaines disponibles ce qui permettrait de répondre au mantra habituel du manque-de-personnel…

Alors hop, ni une ni deux, le gouvernement, rassemblant le petit raisin sec qui lui sert de couille (racheté en seconde main à un précédent gouvernement, très peu servi), décide de punir le privé encore un peu plus en passant le nombre de jours de carences de trois à quatre. Comme la mesure est un cocktail savant avec 1 mesure de foutage de gueule, 1 mesure d’iniquité et 1 mesure de cynisme amer, histoire de faire passer le breuvage, le brave Fillon en profite pour introduire la fameuse carence dans le public, à hauteur de … une seule journée.

Encore une fois, dans le pays où l’Egalité figure sur tous les frontispices municipaux, le public va faire 25% de l’effort du privé. Ce dernier appréciera encore une fois d’être roulé dans la farine, découpé en rondelles et revendu en petits cubes faciles à digérer.

Mais ne vous focalisez pas sur ce genre de petites différences, hein, il en va de la réélection du Président, les enfants, on ne joue pas. On a mieux à faire : on va trouver du pouilleux qui fraude, c’est plus médiatique.

Explosion atomique clownesque

Et pendant ce temps, pour ce qui est des économies à l’étage supérieur de la fusée républicaine, vous pourrez bien sûr aller vous faire voir ailleurs. En effet, même si plus de neuf Français sur dix veulent une réduction mesurable du train de vie du gouvernement, on attend toujours que ce rêve humide de plus de 55 millions de Français devienne réalité.

Car lorsqu’il s’agit de passer à l’acte, il n’y a plus personne : le député moyen, qu’on savait toujours indélogeable et friand d’argent des autres, refuse catégoriquement de faire un petit effort : « non, scrogneugneu, vous ne toucherez pas à mon indemnité bande de populistes démagogues ! »

Mieux : puisque le peuple gobe sans broncher, et même si la crise continue de s’étendre et de faire des ravages, chaque jour apporte son lot de scandale aux remugles bien putrides, comme par exemple lorsqu’on apprend qu’Éric Walter, le formidable, l’indépassable et indispensable secrétaire générale de la non moins essentielle HADOPI, dont on se rappellera que le salaire (180.000 euros annuels) fait partie des 1% contre lesquels les 99% ne pipent pas mot, vient de se faire nommer Chevalier de la Légion d’Honneur. Ceux qui l’ont et qui la méritent doivent avoir honte. Certes, ils ne doivent plus être très nombreux, mais à leur place, j’irai même jusqu’à m’indigner, tiens.

Ce gouvernement et ce président, en mode panique depuis que la crise est passée à la dimension supérieure, montrent encore une fois leur totale incompétence, leur manque cruel de lucidité. Au moment où l’on sent que c’est justement la qualité dont on a clairement le plus besoin, c’est assez inquiétant de s’en voir à ce point dépourvu. Le bon sens a totalement disparu.

Mais ce qui désespère encore plus est de voir que les adversaires politiques sont aussi à court de tout échantillon, même minuscule. Rien de nada, nib, que dalle à droite. Le néant, le vide, le zéro à gauche.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires87

  1. infraniouzes

    En une seule phrase tout est dit: « On se rend bien compte qu’un tel alignement provoquerait un changement assez important en matière d’absentéisme, une baisse du taux d’arrêt maladie, et augmenterait mécaniquement les ressources humaines disponibles ce qui permettrait de répondre au mantra habituel du manque-de-personnel… »

    Quel génie H16- Où allez-vous chercher tout ça ? Ma parole vous êtes plusieurs derrière l’ordinateur, c’est pas pensable….

    Ceci dit, je suis pour la chasse aux fraudeurs, mais dans la discrétion. Plus on clame fort qu’on va ENFIN le faire, plus on se couvre de ridicule pour ne pas l’avoir fait plus tôt. Mais les clowns-à-roulettes qui nous gouvernent sont spécialistes de la chose. Non ?

  2. argone

    Dans le privé l’employeur, suivant la convention collective, compense des jours de carence. Ce pas le cas ds le public.

    Les gens malades poseront donc des jours de congés plutôt que venir au taff contaminés leurs collègues.
    J’attends donc la prochaine mesure : mettre 1 jour (ou plus) de carence pour les jours de congés !

    Mais pour simplifier tout ça pourquoi ne pas tout simplement supprimer les arrêts maladie payés et les jours de congés payés ?

    > C’est le bon docteur chinois (cf billet de H16 précédent) qui applaudirait des 2 mains.

    1. Il y a des assurances complémentaires qui couvrent très bien la carence. Le coup de « dans le privé, c’est l’employeur qui couvre », c’est du pipeau pour l’écrasante majorité des PME françaises. Les grandes entreprises le font, mais elles ne représentent qu’une minorité des salariés.

      1. Flo

        Quand bien même le privé couvrirait les jours de carence, ça resterait avec de l’argent privé, pas avec des brouzoufs pris dans le fonds commun.

        1. NEV

          Entre nous je préfère un système ou l’employeur se voit dans l’obligation de payer les 30 premiers jours de maladie consécutifs de l’employé qu’un système tout social qui déresponsabilise en partie l’employeur qui aurait engagé un employé tombant « trop vite » malade… (et je ne parle pas ici d’une personne qui a réellement la santé fragile)

          Pour ce qui est du public, on devrait instaurer ce jour de carence dans les institutions Européennes… On en économiserait des brouzoufs!

        2. argone

          Ouais mais comme le précise h16, cette compensation se fait surtout dans les grandes Ets, les petites PME ne le font pas cad que leurs salariés sont obligés de souscrire une ass complémentaire. Les inégalités ne sont pas seulement entre privé/public, elles existent aussi intra-privé. Donc vu que l’idéologie dominante est de tout aligner sur le moins-disant, autant aligné tout le monde sur les petite PME et TPE.

        3. javi

          Que ce soit des jours payés par la CNAM ou des jours payés par la mutuelle, ça reste dans tous les cas payé par le salarié lui-même via les charges salariales.

          La part du contribuable à ce financement est réduite: ce sont les 10% de CSG (à diviser entre assurance maladie, vieillesse et chômage).

          Quelqu’un qui ne travaille pas ne paie pas les jours de carence de ceux qui travaillent.

    2. deres

      Je sens venir un bon effet qui ne se voit pas comme Bastiat les décrivait … L’absentéisme dans le public va drastiquement diminué je pense, mais non pas à cause du jour de carence, mais car une sorte de tolérance entendue va probablement se développer. Dans certains services, les gens ne déclareront tout simplement pas d’absence le premier jour avec l’accord de leur supérieur. Il faut bien voir que les vengeurs masqués de la justice sociale et des acquis sociaux agissent à tous les niveaux …

  3. Galuel

    « Ce pays est foutu »

    Non.

    Mais le post est bien hors cette conclusion hâtive.

    Ce pays est le nôtre, il n’a absolument rien de foutu, il est grand, il est riche, et ne doit rien à personne.

    1. Burnout

      grand = crotte géographique
      riche = potentiellement, le jour où les français se sortiront les doigts, et où l’État sera remis à sa place etc…
      ne doit rien à personne = t’as vu la dette?

        1. Galuel

          Quels créanciers ?

          Pour qu’il y ait des créanciers encore aurait-il fallu que la monnaie existe au moment du prêt. Or ceci n’est pas possible.

        2. Galuel

          Il y a donc au contraire 40 ans de production de valeurs non payées, qu’il faut payer, et pas en monnaie de singe.

          Ca va être l’heure de passer à la caisse quoi.

        3. Lib

          OK. Abolissons la dette puisqu’elle n’existe pas. Déclarons l’Etat en défaut et modifions la constitution pour interdire à toute entité publique de s’endetter.

          Ca me va très bien. Tout ce qui peut restreindre la capacité de l’Etat à brûler des ressources va dans le bon sens.

        4. Galuel

          @Lib

          Oui, à condition aussi de définir ce qui est monnaie et ce qui ne l’est pas. Ainsi abolir aussi les réserves fractionnaires comme moyen unilatéral de créer de la monnaie va de pair.

          A minima le Free Banking doit être posé comme base.

        5. eheime

          Ca revient à se déclarer en faillite ..

          En général ça devient plus difficile après pour trouver des créanciers, car ces cons là ils se méfient ensuite (d’ailleurs ils se méfient déjà …)

        6. Nicolas

          « Pas légitime. Aucune valeur. »

          C’est sans doute ce que les français ont du penser d’Hitler, avant le 10 mai 40..

        7. Galuel

          « En général ça devient plus difficile après pour trouver des créanciers »

          Je ne comprendrai jamais ce blocage intellectuel qui persiste dans le vide propositionnel.

          Mais pourquoi donc quiconque aurait besoin d’un CREANCIER ???

          Quelle étrangeté que l’esclave qui dit à son compagnon « mais si tu t’évades, tu ne trouveras plus de maître ! »

          Ahurissant.

        8. Nicolas

          « Je ne comprendrai jamais ce blocage intellectuel qui persiste dans le vide propositionnel.
          Mais pourquoi donc quiconque aurait besoin d’un CREANCIER ??? »

          Parce que, Oh suprême vacuité universel, tu paye tes impôts à la fin de l’année et que l’Etat lui commence à flamber/Flanbyser au maximum le 1er janvier (avant que le gouvernement épouvanté ne prenne des mesure d’économie quelque mois plus tard devant l’importance délirante des dépenses publics, et avant que les administration brulent la totalité du reste de leur budget en fin d’année parce que finalement tu comprend).

          Donc, sans emprunts, comment faire pour commencer à flamber le 1er janvier, hum ?

    2. bbph

      « […]il est grand, il est riche, et ne doit rien à personne. »

      J’en étais sûr: ces histoires de dettes, c’était des balivernes, merci beaucoup de l’avoir confirmé!

      Et puis, comme le tiercé gagnangnant à la prochaine présidentielle sera composé de trois socialistes, on peut à coup sûr parier que les franchouilles seront bientôt sortis du pétrin qu’ils n’ont pas encore vu arriver.

        1. Théo31

          +1
          Il est contre la dette mais pour de l’argent gratuit des autres dès la naissance comme tous les gros franchouilles qui pipent quedalle aux questions monétaires.

        2. Galuel

          @Théo31

          « Il est contre la dette mais pour de l’argent gratuit des autres »

          « l’argent gratuit des autres ? »

          Et pourquoi « les autres » auraient de « l’argent » et pas « les uns » ? Par quel genre de miracle ?

          Les hommes s’échangent des biens et des services, ils se monétisent pour cela, ils définissent un système monétaire pour cela, sans avoir à prendre de l’argent des autres ni à s’endetter auprès de personne.

          A esprit obtu, compréhension limitée.

        3. Théo31

          « Les hommes s’échangent des biens et des services »

          Ils échangent volontiers également un bulletin de vote contre un peu d’argent (revenu universel par exemple) des autres. Ca porte un nom : la démocratie sociale.

  4. Kerlogoden

    Petite rectification qui n’enlève rien à l’indignation: ce n’est pas la Légion d’Honneur mais l’Ordre National du Mérite dont Eric Walter est fait chevalier…

    1. Yrreiht

      Re-recification, il était déja chevalier et a été fait officier.

      (La légion d’honneur… de déhonneur plutôt, d’infâmie. Ordre du mérite… de la corde.)

      1. Pascale

        Mon oncle, décédé maintenant,l’avait refusée (la Légion d’Honneur) car pour lui elle ne devait être gagnée qu’à titre militaire. Il avait de la gueule, lui.

  5. kelevra

    en boucle on nous dit qu il faut chasser le fraudeur!!!, mais les merdias n oublient pas de dire que quand meme c est les entreprises qui fraudent le plus.

    il faut dire que quand on peut, on fraude,
    exemple : un consultant independant qui facture 10 000€ tout paye il lui restera 3500€, par contre s il cree une limited en GB et encaisse en estonie, lituanie, luxembourg ou autres il lui restera 8800€. ca donne pas envie d etre honnete!!!!

    1. Pascale

      Je ne trouve pas ça être malhonnête que de vouloir garder de manière décente ce que l’on a gagné.

      Le voleur dans l’histoire c’est l’État.

      1. Guillaume

        Ce n’est pas malhonnête, vu que ce genre de montage est possible grâce à l’Europe.

        Tout est légal, si ce consultant désire mettre son entreprise en GB ou en Lettonie, je ne vois pas le problème. C’est pas pire que Renault qui fait construire des moteurs en Roumanie pour ne pas avoir à passer par le droit du travail Français.

    2. bruno

      Sur le papier, ça semble légal, mais en pratique, vu qu’il est facilement démontrable que l’activité est exercée en France, si le fisc vient y mettre son nez, je pense qu’il y aura une joli redressement à la clé… (+ les chers camarades de l’urssaf qui viendront prendre leur tribut au passage)

  6. NEV

    « puisque le peuple gobe sans broncher »
    -> Voilà, il doit aimer ça le peuple, non pas vous H16 qui écrivez chaque jour un article, mais la plupart des gens qui ronchonnent et votent pareil, ils restent chez eux tant que le chauffage tourne et qu’il y a un peu de soupe à table.
    Il faudrait être con pour être un politicard et ne pas en profiter, tant que ça dure…

    Dans certains pays, le peuple gueule quand une ministre prend le taxi, moi à votre place je serais fatigué de me « battre » pour cette populasse, vous feriez bien plus de vues avec h16.no

  7. Emmanuel M

    Le canard enchainé fait une analyse plutôt fine de la couillonade carencée.

    Elle épargne deux catégories : les artisans / commercants (restaurateurs par exmeple) et les retraités.

    Soit le socle socilogique traditionnel du FN.

    L’opération drague continue.

    1. GrosBen

      Les artisans et commerçants c’est pas eux en général qui vont se faire porter pale pour un petit rhume. Déjà car c’est quasiment impossible pour eux de s’arrêter totalement de travailler. Et en plus si je ne me trompe pas ils ont 7 jours de carence et des indemnités journalières misérables…

      1. Emmanuel M

        @Grosben : je sais bien que les artisans/commercants paient de leur poches leurs arrêts maladie. Et c’est d’aillerus pour ca que la mesure ne les impacte pas.

        1. GrosBen

          Et c’est bien pour ça que l’analyse du canard (que je n’ai pas lue)ne me semble pas très fine. C’est pas ça qui va faire changer le vote d’un artisan frontiste…

    1. argone

      Pour comparer objectivement (car comparaison n’est pas raison) il faudrait aussi mesurer l’effet d’une baisse d’impôts de 1% puis comparer :
      et accessoirement mesurer une augmentation des taxes versus augmentation des impôts. Par exemple en France sarkozy dit ne pas avoir augmenté les impôts (quoique vu que le barême a été gelé ça équivaut à une augmentation) mais beaucoup de taxes ont été créees depuis 2007 (40 taxes).

      (Depuis 2007, près de 40 nouvelles taxes et suppressions de niches fiscales :
      http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/10/25/depuis-2007-pres-de-40-nouvelles-taxes-et-suppressions-de-niches-fiscales_1593438_823448.html#ens_id=1593448)

      1. Pascale

        Alors que dans sa campagne d e2007 il avait proclamé le Monsieur « je n’ai pas été élu pour augmenter les impôts ».

        Personne parmi la journalisterie pour s’indigner ?

    1. scaletrans

      La vidéo est extra. Je connais des cas, et « inventer » des revenus inexistants est courant. J’ai le cas d’un ami, chez lequel le contrôleur fiscal ne trouvait rien, et pour cause: l’ami en question vivait depuis plusieurs années d’expédients. Ayant fait remarquer que le contrôleur faisait preuve d’acharnement, mon ami s’est attiré cette remarque furieuse: « j’aurai votre peau ». Quelques semaines plus tard, l’ami en question recevait un redressement de … 150 000 euros, ce qui permettait au fisc d’hypothéquer tous les biens et ratisser totalement le moindre montant se trouvant sur un compte bancaire (la quotité saisissable, ils ne connaissent pas!). Visités, les responsables locaux ont répondu: « notre procédure est parfaite ». A la question de savoir comment ils avaient « reconstitué » des revenus justifiant un tel redressement, ils ont refusé de répondre.

      1. Nicolas

        Oui, l’Etat de droit, les DDH, présomption d’innocence, tous ca, lorsqu’il s’agit de SON FRIC, l’Etat s’en tape…

        Heureusement, il y a tout de même des juges intègres -à la fin.

    1. argone

      En effet c’est purement électoraliste. Cette fraude c’est peanuts. Le lourd c’est la fraude à la TVA, le travail au noir, la fraude fiscale … mais ça pas touche !

  8. fred2vienne

    pour juger de l’inégalité entre public et privé vous oubliez toujours que dans le public, ils sont coincés dans des grilles de salaires et que ceux ci sont inférieurs aux salaires possibles du privé

    1. MXI

      Inférieurs ? Pas en début de carrière ni pour les emplois les moins qualifiés il me semble.

      De plus, pour être honnête, il faut prendre en compte les autres avantages (vacances etc.) qui à mon sens font partie du salaire.

      Enfin, on peut voir que le plus haut salaire (avec moins de vacances, des horaires plus longs et du travail pendant les vacances, vivent les smartphones) est en contrepartie d’un risque : le fonctionnaire est fonctionnaire à vie. Alors que j’ai vu des gens du privé, mieux payés, mais qui se sont faits virer en deux temps trois mouvements…

      1. Shnaffy

        „. Alors que j’ai vu des gens du privé, mieux payés, mais qui se sont faits virer en deux temps trois mouvements… »

        Vraiment ?! En France ?
        Mais c’est intolérable ? Que fait notre gouvernement face à tel manque de bisous!?
        Non là je m’indigne, je pensais que le licenciment était impossible (excepté faute grave et économique) !
        Je suggère de l’interdire totalement !
        Comme cela, fini le chômage, e comme les patrons doivent payer les charges patronales fini le trou de la sécu !
        Roh mais pourquoi personne n’y avait pensé avant ? Le manque total d’envie chez les politiciens de réduire ces inégalités flagrantes entre public et privé me révolte …

        Plus sérieusement, certaines mairies commettent des abus que j’oserait qualifier d’illégaux; en prenant l’exemple d’une cousine employée à « mi-temps  » c’est a dire quand bon leur semblent…
        Ils peuvent l’appeler pour le jour même,( elle habite a 2 h) ou pas du tout pendant une semaine ….
        Exploitation ou esclavagisme ?

    2. hervé

      « inférieur aux salaires possibles du privé »
      aujourd’hui, le salaire moyen public est supérieur au salaire réel moyen privée

      1. valuebreak

        parfaitement exact ….
        avec un temps effectif de travail bien inférieur …
        et une production utile minable …

        les mleux payés de tous, en moyenne, sont les retraités …
        evidemment pas de délai de carence pour eux vu qu’ils sont abesent du taf 365/365 pendant 35 ans …

        1. deres

          Sans compter que ceratins travaillent 35 heures effectifs payés 40 avec des RTT en plus. Il est aussi possible d’avoir des jours de récupération pour les heures supplémentaires. Cela se passe comme cela dans certaines collectivités territoriales.

  9. Crétindesalpes

    J’ai entendu ce matin sur BFM que les petites entreprises n’étaient pas touchées par les 4 jours de carences et que seules les grandes entreprises seraient concernées. Cette affirmation est fausse: Toutes les entreprises adhérentes au syndicat de la métallurgie ou de la chimie sont tenues de payer les 3 jours devenus 4 jours de carences!!!Dans beaucoup de branches c’est le même problème, mais chut ce n’est pas intéressant ni important. ILsontkapayercessalaudsderiches.

  10. Pascale

    Non, les gens ne pipent mot. Par contre, ils s’indignent contre la finance internationale et le capitalisme « apatride », sans s’apercevoir, comme l’a souligné Charles Gave dans son excellent blog, que nous venons d’assister sans broncher à deux coups d’état en Europe, en l’espace d’une semaine (la semaine dernière): deux hommes élus parfaitement légitimement par le peuple ont été « débarqués » par l’UE et remplacés par d’autres nommés par la même UE dont l’un (Mario Monti) est un ancien de Goldman Sachs.

    Quelle est la légitimité de ces deux gus ??? Personne, mais absolument personne ne s’indigne ni même ne se pose la question.
    http://lafaillitedeletat.com/2011/11/14/jenrage/

    1. Nicolas

      Dans le mesure où ils ont « la confiance » du parlement, ils sont légitimes.

      La dessus, je ne vois pas de problème.

  11. Pascale

    J’ai vu de manière quasiment subliminale sur une chaîne de TV une affiche avec une photo de Sarko et l’accroche suivante : LA RÉPUBLIQUE VOUS PROTÈGE.
    J’ai immédiatement pensé à Hayek et « La route de la servitude »

    1. Nicolas

      « LA RÉPUBLIQUE VOUS PROTÈGE. »

      Et oui ! Moi aussi j’ai peur du retour du terrible Louis XVI dit « Le sanguinaire » !

  12. Flo

    « Le SNUipp-FSU, principal syndicat des écoles primaires, a annoncé mercredi qu’il s’opposerait à la réforme de l’évaluation des enseignants si elle était basée « sur un mérite largement arbitraire » et il s’est demandé si le but du gouvernement n’était pas de « faire des économies ». »

    Mérite arbitraire? Fraude intélectuelle dîtes-vous?

    « et il s’est demandé si le but du gouvernement n’était pas de « faire des économies ». »
    C’est vrai quoi, quelle idée! C’est pas comme si on avait un budget en déficit abyssa, m.. à la fin.

    1. Flo

      « intellectuelle » la fraude. En plus c’est écrit dans le titre, même pas capable de recopier sans faute. Bouh.

    2. Nicolas

      « et il s’est demandé si le but du gouvernement n’était pas de « faire des économies ». »
       »

      AH AH AH AH AH !!

      C’est à des détails comme ca qu’on voit que les français n’ont pas encore capté que pour eux l’avenir, c’est le niveau de développement d’un pays d’Afrique..

  13. Nicolas

    PUTAIN ! C’est dégueulasse de s’en prendre ainsi aux fonctionnaires qui, eux, travail pour l’intérêt général contrairement à ces connards du privé qui ne pensent qu’au fric, surtout que nos jours de maladies sont une tradition Républicaine que tous les gouvernement ont toujours respecté, une sorte de droit acquis à des vacances en natures bien mérité étant donné la pénibilité du travail, les rendement exigé et nos faibles salaires.

    1. Rémy

      Euh, c’est de l’ironie j’espère…
      Si ce n’est pas le cas, on ne doit pas avoir ma même définition du mot « pénibilité »…
      Et pour ce qui est des « faibles salaires », voir les commentaires ci-dessus sur la différence entre salaires moyens du privé et salaires moyens du public.

      1. Nicolas

        Pfff ! Espéce de vermine libérale, va ! 😉

        « Le prof n' »administre » pas son savoir à l’élève comme le médecin administre sa potion au patient. Le prof pense. Et penser n’est pas un acte qui s’effectue sur commande. Le prof souhaite aussi élever ses élèves dans la faculté de penser et la liberté d’esprit. Assigner le prof à rester 35 h le cul sur une chaise de son lycée et vous vouez toute éducation à la ruine. Vous aurez non seulement des élèves mais aussi des profs abêtis et abrutis. Vous aurez la modernité, quoi. »
        -Commentaire authentique copier coller du Le Monde…

  14. BA

    Mercredi 16 novembre 2011 :

    La crise de la zone euro frappe aux portes de la France.

    Après la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne et l’Italie, la crise de la zone euro frappe désormais aux portes de la France, forçant la Banque centrale européenne à monter en première ligne pour freiner l’hémorragie.

    Selon des courtiers, la BCE a intensifié mercredi ses rachats de titres italiens et espagnols au lendemain d’une journée noire sur le marché obligataire, au cours de laquelle les primes de risque de la France et de plusieurs autres pays du coeur de la zone euro ont bondi à des niveaux jugés impensables il y a encore quelques jours.

    Cette intervention n’a toutefois pas permis de desserrer l’étau autour de la dette française, alors que les investisseurs voient l’Europe prendre le chemin périlleux de la récession et restent défiants face à la capacité des dirigeants du continent à prendre des décisions structurelles mettant fin à la crise.

    L’écart de rendement entre les dettes française et allemande se rapproche des 200 points de base, un niveau inconnu depuis le début des années 1990.

    La porte-parole du gouvernement français, Valérie Pécresse, a jugé cette évolution injustifiée et a réaffirmé que la France tiendrait ses engagements de réduction des déficits, à 4,5% du PIB en 2012, et 3% en 2013, afin de conforter sa note « triple A ».

    Elle a ajouté que Paris avait « toute confiance » dans la capacité de la BCE à assurer la stabilité de la monnaie unique. Un message à l’attention des marchés, qui espèrent que l’institution de Francfort, vue comme le seul rempart crédible à l’éclatement de la zone euro, n’hésitera pas, le moment venu, à endosser le rôle de prêteur en dernier ressort des Etats, ce à quoi s’opposent la BCE elle-même et l’Allemagne.

    http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/la-crise-de-la-zone-euro-frappe-aux-portes-de-la-france-16-11-2011-1396896_240.php

  15. bouyrat

    un témoignage en passant sur le travail de certains fonctionnaires: comme d’habitude le fisc me réclame la redevance alors que je n’ai jamais eu la télé.Je me rend donc,2 jours avant l’échéance,au centre des impôts.Là,une queue jusqu’à la porte,15 personnes,et 15 autres assises à attendre…je me prépare à prendre mon mal en patience(rtt).Et maintenant, imaginez la même situation dans une autre administration(caf,assedic…),ou dans le privé(supermarché,banque…)… putain, ça va être long… Long?…non, en 10 minutes tout était réglé grâce à une organisation impressionnante.L’accueil résout rapidement les problèmes les plus simples tout en répondant au téléphone sans s’éterniser,si pas de solution immédiate, on vous donne un ticket pour être reçu dans un bureau.A intervalles rapprochés,les gars des bureaux renforcent l’accueil et reprennent leurs sièges en fonction de la longueur de la queue.Quasiment pas d’attente pour être reçu dans un bureau,peut être un ticket prioritaire pour les cas simples comme le mien,et 5 minutes plus tard tout est réglé.C’était jour d’affluence et ca chômait pas ,alors chapeau ,et que le privé et d’autres en prennent de la graine.

      1. Paf

        pas etonnant du tout dans la mesure ou ce service prend l’argent des gens plutot que de le distribuer.
        En meme temps je me souviens avoir ete a ma caisse des impots du 17e un midi, j’ai du appeler a travers l’hygiaphone pour qu’un fonctionnaire que je derangeais visiblement arrive au guichet en PANTOUFLES pour traiter mon cas de facon malpolie avec une bonne attitude dedaigneuse du genre qui appelle les baffes – apres tout j’etais juste la pour leur donner des milliers d’euros, pas une raison pour me respecter.
        Maintenant je suis dans un autre pays, plus liberal et moins fonctionnarise ou TOUTES les administrations ont une reponse classieuse et confortable avec un temps d’attente raisonnable, pas uniquement celle de la poire a lavement.

    1. Before

      J’ai eu récemment affaire à deux centres des impôts, et j’ai été aussi agréablement surpris de la célérité et de la compétence de l’accueil.

      J’ai aussi eu un problème avec ma connexion Internet (Free, dégroupage partiel) : après une attente téléphonique de quelques minutes, j’ai eu une personne accueillante et compétente. Un rendez-vous a été pris pour le lendemain, un autre technicien, employé de Free, est venu chez moi pour diagnostiquer le problème. Tout c’est très bine passé.

      J’en déduit que la situation est légèrement moins basique que « Public=Bisounours / Privé=Tous pourris » ou l’inverse.

  16. fifou

    concernant le AAA de la France, les taux a 10 ans sont actuellement a plus de 3.75 soit l’equivalent d’un AA…
    c’est le double de l’Allemagne soit dit en passant
    D’un autre cote, je doute que la France ait la capacite a rembourser ses creances dans 10 ans

Les commentaires sont fermés.