Les impôts grimpent, la grogne aussi

La déception continue de s’étendre dans les rangs socialistes : les lendemains qui changent, ce n’est pas maintenant. En revanche, la pluie d’impôts et de taxes, c’est tout de suite, comme je l’avais déjà noté il y a quelques jours. Seulement voilà : à force de tirer sur la bobinette, la chevillette cherra et les Français diront stop. En attendant ce moment, ils montrent tout de même un peu les crocs.

Oh, rassurez-vous : le citoyen lambda est encore fort loin d’avoir parfaitement intégré les évidences macro-économiques qui poussent à conclure que la pression fiscale, en France, a dépassé les limites depuis un bon moment. Pour l’instant, il est encore au stade où, les fesses endolories à de multiples endroits par le fouettement répété du Trésor Public, son esprit est à la recherche d’un endroit où garer son petit derrière loin des vexations fiscales, afin d’y passer une bonne couche de pommade en attendant les jours meilleurs. Apeuré et confus, le citoyen n’essaye pas, pour le moment, de comprendre pourquoi son arrière-train le fait à ce point souffrir, ses pensées sont entièrement mobilisées à arrêter la souffrance.

Dès lors, il est plus facile de comprendre pourquoi, lors d’une récente enquête, les Français interrogés estiment qu’il vaudrait mieux diminuer le nombre de fonctionnaires plutôt qu’augmenter les impôts pour arriver à boucler un budget que la blagounette de la réduction de déficit ne parvient pas à faire passer sans douleur. Moins de fonctionnaires, c’est moins de personnes à payer, donc moins d’impôts à ponctionner (et plus de surface de cucul épargnée).

moins de fonctionnaires, plutôt que plus d'impots

Mais, comme je le disais, en conclure qu’il a compris, ce serait faire un saut lacantique : on est toujours, pour le moment, dans les mouvements réflexes. D’ailleurs, les politiciens l’ont très bien compris qui annoncent une nouvelle cure d’austérité pour 2014. L’article du Monde, qui relate les états d’âmes du gouvernement face à un budget serré comme un café de Clooney, mérite totalement le label de Pignouferie de Presse. Laissant dès les premiers paragraphes sous-entendre que le laxisme budgétaire gluant dans lequel baigne la France depuis 40 ans serait une forme de « norme de dépenses exigeante », il enchaîne en expliquant qu’Ayrault aurait retrouvé les petits raisins secs qui lui servent de gonades et qu’il avait perdus il y a six mois par assoupissement, et qu’ainsi armé, le chef du gouvernement aurait demandé à faire des économies non pas de 2 milliards d’euros, mais (!) de quatre (!). Stupeur.

60 milliards d'économiesPour rappel, le déficit budgétaire de 2013 sera de toute façon supérieur à 60 milliards d’euros. En toute logique, un « effort » d’économie, en dessous d’une soixantaine de milliards d’euros, n’est donc pas visible. Le rigolo qui passe actuellement pour Premier Ministre et son side-kick comique en charge du budget, Cahuzac, assurent donc le spectacle en s’agitant sur des rabotages de quelques milliards. Pourtant, 60 milliards d’euros, c’est le montant qu’on pourrait économiser tous les ans si l’on nettoyait l’État des masses considérables de polypes cancéreux, de couches de graisses et autres excroissances parasites que forment les commissions, institutions bidons et autres monstres bureaucratiques développés ces 60 dernières années.

Mais non, décidément, même ces quatre milliards d’euros sont déjà trop :

« On est à l’os ! Ce n’est pas le train de vie de l’État auquel on touche désormais, c’est aux moyens d’assurer les missions de service public. »

Ah bon ? Vous voulez dire que le service public va, si on continue, être encore plus pourri qu’actuellement ? Mais dites-moi, comment va-t-on procéder pour offrir un service public encore plus mauvais qu’un service inexistant ? Par exemple, comment rendre encore plus inadmissible le traitement scandaleux des renouvellements de papiers dans les préfectures, comme je le relatais dans un billet d’il y a quelques mois ? Comment faire en sorte que la police, qui n’intervient plus dans certaines zones, intervienne encore moins que plus du tout ? Par quel procédé va-t-on empirer encore le délai d’attente aux urgences publiques ? Comment rendre le RSI plus catastrophique ? Etc.

La réalité, c’est que certains services publics pourraient être purement et simplement stoppés sans que personne ne s’en rende compte. Qui pleurera vraiment la suppression du Comité Economique, Social et Environnemental ? Qui sera même au courant de la disparition du Conseil d’analyse de la société, de celui d’orientation pour l’emploi, du Haut Conseil d’intégration, et j’en passe ?

J’aimerai bien que se signalent dans les commentaires ceux qui s’élèveraient contre la disparition des inspecteurs des impôts (ceux qui font les contrôles chez les contribuables), les inspecteurs du travail, ceux de l’URSSAF ou même les douaniers. Oh, bien sûr, on pourra toujours leur trouver quelque utilité, mais en temps d’économies, elle doit être mise en rapport avec son coût, et là, ça fait très mal. Et puis, entre les comités Théodule et les services publics dont le public, justement, adorerait se passer, les économies possibles sont colossales.

Non, décidément, on est encore très très loin de l’os. Pour le moment, on a même pas commencé à chatouiller la couenne. Plus précisément, pour le moment, aucune économie n’est réellement actée puisque la seule action entreprise a été la multiplication des taxes et des ponctions.

Ce qui va devenir particulièrement épineux tant pour le gouvernement que pour les Français eux-mêmes, c’est qu’à cette incroyable incapacité à prendre de vraies mesures d’économies d’Ayrault et sa clique répond parfaitement l’entêtement du peuple pour les solutions qui n’en sont pas.

Si celui qui passe pour le premier ministre actuellement semble absolument hermétique aux notions de coupes claires et massives dans un Etat devenu obèse, le peuple lui-même, confronté aux limitations de plus en plus importantes de son système de retraite refuse toujours aussi obstinément de le remettre à plat : il ne veut pas franchement entendre parler d’un départ retardé et, de façon assez logique, n’accepte plus du tout la moindre modification sur les cotisations payées pour la retraite.

J’écris « assez logiquement », parce que tout le monde a maintenant compris que ces cotisations sont déversées dans un panier percé, et que ceux qui payent actuellement (et de plus en plus) n’ont plus aucun espoir de revoir ces sommes considérables revenir vers eux à un moment dans le futur. En outre, ces mêmes Français commencent à se rendre compte que la multiplication des régimes spéciaux a largement aidé à placer l’ensemble du système de retraites par répartition dans l’écroulement au ralenti dans lequel il se démène actuellement. Et les manipulations grossières de la ministre Marisol Touraine pour camoufler certains des avantages de ces régimes (celui des parlementaires, en l’occurrence) laissent un goût amer à ceux qu’on vient maintenant solliciter pour verser un peu plus au tonneau commun des Danaïdes.

Bref : entre un gouvernement qui refuse de faire des efforts et implémente sa version très particulière de l’austérité, et un peuple dont la grogne monte, on comprend que trouver une solution crédible relève au mieux du parcours du combattant, et au pire, de l’impossibilité complète.

Pourtant, comme le soulignent de récents articles de Contrepoints, des solutions existent et ont été mises en place avec succès (cas du Chili pour la retraite par capitalisation, typiquement, de la Nouvelle-Zélande ou de la Suède pour la cure de minceur de l’Etat). Mais voilà : ces solutions sont, évidemment, d’inspiration fortement libérale. Elles seront donc honnies et méticuleusement rejetées du champ des débats en France.

Moyennant quoi, ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1CVHMwEHB9enNwR4c981PX2CTAb3CoNKgA

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires194

  1. bibi33

    Cela fait 10 ans que la première édition du Grand gaspillage du regretté Jacques Marseille est parue que de temps gâcher et de déficit accumulé depuis.

  2. Mominette

    Et pendant ce temps, l’impôt continue à tuer l’Etat …

    La farde de cigarettes, par exemple, abominablement chère en Belgique, est si « intéressante » pour les français que les buralistes ont disparu de toute la zone frontalière côté France, tandis que les modestes points de vente se multiplient côté belge. Un gérant belge parlait de … 750 clients français/jour, prenant plusieurs fardes chacun ! On peut alors imaginer le chiffre côté espagnol ! Rien que ces achats frontaliers représentent pour l’Etat français une perte de … 2,5 milliards !!! A quoi il faut ajouter l’énorme contrebande.

    Finalement, si l’exportateur belge est navré de la dégringolade du marché français, d’autres se frottent les mains : les marchands de tabac déjà cités, les agents immobiliers qui accueillent les exilés fiscaux (plus de 11.000 dans une seule commune de Bruxelles), , les étudiants fuyant le numerus clausus et la sale ambiance des universités françaises, les clients de maisons de retraites (bien mieux pris en charge pour bien moins cher en Belgique), les futures accouchées pour les mêmes raisons, etc …

    Aucune raison de penser toutefois que la Belgique ait le monopole de ce « tous aux abris », et l’Allemagne, la Suisse, l’Espagne et peut-être l’Italie comme l’Angleterre doivent avoir la part de ce gateau que la France jette par dessus ses frontières.

    Pour un pays protectionniste, c’est un comble !

    1. tn

      Mmmoui, à lire ton post et à écouter les médias FraOnçais, on a l’impression que la Belgique est un épouvantable paradis fiscal ou tout marche bien.

      Qu’on se rassure, ce pays est à peut près aussi foutu que la France. Bien sur, il n’y a pas d’ISF, et pas (encore, mais on en parle) de taxes sur les plus-values de session d’entreprise.

      Mais en ce qui concerne l’impôt sur le revenu, les charges sociales ou la TVA, les Français sont en comparaison des petits joueurs.

      Notons aussi que la complexité politique y est sans égal dans le monde : c’est le seul pays au monde à avoir 6 gouvernements … c’est pas vraiment gratos. Par contre, pour la créativité taxatoire et les commissions-à-la-con, c’est génial.

      Les maisons de retraite privée sont valables, mais une simple visite dans un home public ne donne pas envie de vieillir.

      Le tabac est actuellement moins cher qu’en France, mais ça dépend vraiment des périodes. Par contre, il vaut mieux acheter l’alcool, la bouffe et l’eau minérale outre-Quievrain.

      Bref, c’est un pays intéressant pour les gens qui ont du patrimoine, mais pour les autres, c’est pas tellement mieux que la France.

      1. Pistache

        Pareil que vous, Tn. C’est sur le post sur le RSI surtout que j’ai eu l’impression que Mominette parlait d’un autre pays que le mien (ou qu’il y avait eu du miracle dans l’air depuis que je l’ai quitté…). Et je partage totalement votre remarque sur les homes…

  3. infraniouzes

    Parler de réduction dans les effectifs des fonctionnaires, de suppression de nombre d’associations bidons, de mettre fin à des sinécures dorées c’est comme parler du mariage des prêtres à un cardinal de la curie romaine; ou de proposer de remplacer l ‘hostie par un McDo bien dégoulinant. c’est quasi impossible car on toucherait au dogme, aux fondements et aux racines de la CHOSE socialiste. Il resterait quoi après ? Le roi serait nu et il prendrait froid… Alors non, jamais ça, horreur absolue, plutôt dîner avec le diable…. Mais merde ! Cela fait 40 ans qu’on soupe avec lui alors pourquoi ne pas continuer ?

    1. JS

      Exactement, tous les Francais seront mort de faim et de froid qu’ils s’accrocheront encore a leur Religion et a ses dogmes…c’est mort !

  4. Etienne

    J’ai lu le livre de Mme Verdier-Molinié, et très franchement ça m’a foutu le cafard. Quand on en arrive à un tel niveau de gabegie, on ne peut que conclure que le pays est foutu. Maintenant il faut attendre de toucher le fond si on veut repartir sur de bonnes bases, le plus vite sera le mieux.

    1. Théo31

      « si on veut repartir sur de bonnes bases »

      Mouais avec le grand Méchancon et la fille à papa de St Cloud en embuscade, ce pays est plutôt dans la merde, mais c’est bien fait : le peuple qui vote a le gouvernement qu’il mérite.

  5. LNB

    Le meilleur dans tout ça c’est qu’on pourrait penser que les médias sont enfin devenus critiques. En fait, ils soulignent les problèmes mais fournissent dans la foulée une excuse en or : « vous comprenez, c’est difficile ». C’est difficile??? Ben oui, oui c’est difficile. Et alors?
    Personne n’a dit que c’était facile. Pour moi, ça aurait été trop dur. Alors je ne me suis pas présenté à la présidentielle. C’est aussi simple que ça!
    « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. »

  6. Fwh

    Entendu ce matin : sur les 5 milliards d’économies annoncés par Cahuzac, 3,5 sont en fait des redéploiements (qui serviront donc à financer les mesures démagogiques prises par Hollande). On arrive donc à seulement 1,5 milliards d’économies. Je pense ne pas prendre trop de risque en affirmant qu’il s’agira en fait d’une baisse des augmentations de dépenses, plutôt que d’économies.

    Concernant la retraite, un sondage récent montre que 56% des sympathisants de droite sont prêts à allonger la durée de travail pour sauver les retraites, contre seulement 32% des sympathisants du PS. Comme quoi, au PS, la solidarité, c’est quand les autres se sacrifient pour nous. Quand c’est à notre tour de se sacrifier pour les autres, il n’y a plus grand monde, et il vaut mieux faire des manifs pour sauver les zakisociaux.

    1. skunker

      « Je pense ne pas prendre trop de risque en affirmant qu’il s’agira en fait d’une baisse des augmentations de dépenses »

      lol, avec en parallèle une non augmentation des baisses d’augmentations d’impôts … heu pardon, des taxes, ce qui permet de belles rentrées fiscales … à l’étranger.
      On nous prend vraiment pour des cons ….

    2. Peste et coryza

      @Fwh

      Tu fais une grossière erreur :
      Les sympathisants de l’UMP sont surtout des retraités. Allonger le temps de travail, ils s’en foutent car ils sont déjà à la retraite.

      C’est la même qu’au PS : faire payer ses conneries par les autres. C’est aussi pourquoi les électeurs PS fonctionnaires virent UMP une fois à la retraite.

      1. BucheronAuvergnat

        Ne jamais oublier que ces hauts fonctionnaires ne sont pas si stupides. Un seul mot « Prefon ». De quoi avoir un complement retraite agreable même si le regime de base venait a baisser… Attendez mais qui dirige Prefon ? Pas des syndicalistes tt de même… Ah si.

    3. Higgins

      Je connais déjà le nom des ministères qui vont manger froid: la Défense (http://www.marianne.net/blogsecretdefense/315-ou-28-milliards-C-est-tout-l-enjeu-du-Livre-blanc_a979.html) et la Justice. Les cultureux vont continuer à nous les gaver grave, l’EdNat elle va continuer à se casser la gueule méchamment bien qu’elle embauche 60000 peintres, l’Agriculture va continuer à voir son nombre de fonctionnaires suivre une courbe inversement proportionnelle à celle du nombre d’exploitants agricoles, quant à la Santé, je ne fais pas de dessin. Pour l’Intérieur, je vous laisse deviner qui, entre la Police et la Gendarmerie, va bénéficier des subsides. Les autres parasites ne vont rien changer (surtout celui du redressement improductif et des veaux sous la mère). Combien de temps cela va-t-il encore durer, là est la question. Normal 1er et Iznogood sont avant tout des fossoyeurs pour ce pays.

    4. channy

      Concernant la retraite, un sondage récent montre que 56% des sympathisants de droite sont prêts à allonger la durée de travail pour sauver les retraites,

      ah bon? à l’ump on croit encore que l’on peu sauver les retraites? pourtant un petit excité sur talonnette leur avait déja dit qu’il avait sauvé les retraites il y a quelques années non?les mesurettes n’auraient pas fonctionnées?
      -H16 a écrit très justement :
       » parce que tout le monde a maintenant compris que ces cotisations sont déversées dans un panier percé, et que ceux qui payent actuellement (et de plus en plus) n’ont plus aucun espoir de revoir ces sommes considérables revenir vers eux à un moment dans le futur »

      Moi aussi fait mon deuil de toutes ces sommes.;ce sera beau si ma génération touchera un minimum vieillesse raboté.

      1. Théo31

        Et dire qu’il y a plein de gens qui croient qu’il y a une enveloppe bien garnie qui les attend pour leurs 60 ans.

        L’enveloppe est en fait toujours vide et en plus elle se remplit au tiers à crédit. Quand tout cela va s’arrêter, il va y avoir de sacrés grincements d’anus.

  7. Before

    CMEF, ce monde est foutu.
    Ce matin Eric Leboucher sur Europe constatait un recul des idées libérales de par le monde, en évoquant l’augmentation de 25% du salaire minimum aux USA, l’instauration probable d’un smic en Allemagne et la dernière votation Suisse limitant les hauts salaires.
    Les français vont embrayer sur le thème « vous soyez bien qu’on a raison, que le libéralisme marche pas, puisque même ces zaffreux amerloques en reviennent »; ça va pas aider à calmer l’ardeur dépensière de nos zélus.

    1. Nocte

      les marchés le feront et le résultat sera dramatique. Mais une fois de plus le coupable sera le grand capital et le libéralisme pas le gentil petit etat tout mignon et tout bisous.

    2. JF

      Je pose une question un peu naïve:
      Le salaire minimum est-ce vraiment anti-libéral ?? On peut avoir un système économique avec intervention minimum de l’état (fonctions régaliennes uniquement) mais avec un SMIC non ? Ou alors imposer un salaire minimum c’est déjà trop intervenir ? J’imagine qu’il n’y a pas vraiment de réponse et que ça dépend du point de vue de chacun…

      1. Le salaire minimum est une intervention de l’état dans un domaine non régalien. C’est de plus antilibéral puisque cela crée des barrières à l’entrée de l’emploi, rigidifie le marché et favorise certains au détriments d’autres.

        1. Before

          Il y a un argument en faveur du smic qui revient très souvent, à propos de l’Allemagne, du Royaume Uni et des USA, c’est celui du nombre (épouvantable, forcément) de « travailleurs pauvres ».
          Si c’est bien la réalité, et compte tenu des tensions sur le marché du travail qui tire les salaires vers le bas, quelle est la proposition des libéraux pour justement réduire ce nombre de « travailleurs pauvres » ?

          1. lol

            Forcément, en France, on préfère les pauvres qui ne bossent pas. L’inverse traduirait le rôle immoral de l’infâme exploiteur capitaliste : le très méchant chef d’entreprise, kapo des temps modernes….

          2. Alex6

            En travaillant, meme pour un bas salaire, on accumule de l’experience qui permet ensuite de monter dans la grille des salaires. C’est pour cela que certes dans les pays ou il n’y a pas de salaire minimum, il y a des travailleurs pauvres mais le turnover est beaucoup plus grand que dans les pays comme la France ou beaucoup restent scotches au smic toute leur vie (et sont de fait, pauvres au meme titre que les autres)
            En bref, le liberalisme n’a pas pour vocation d’eradiquer la pauvrete et il me semble que ca n’est pas quelque chose de possible avec aucun systeme. Il pretend en revanche laisser la liberte aux gens de pouvoir s’en sortir et de pouvoir ameliorer leur vie.

          3. skunker

            Il faut être libre au fond de son petit cœur pour comprendre, c’est totalement apolitique dans le fond.

            Pour moi l’administration, la paperasserie, c’est le désespoir, la mort lente par supplice, je n’y arrive pas. J’asphyxie. C’est comme de la dyslexie quelque part. C’est complètement contraire à ma logique et pour bien faire il me faudrait une assistante sociale à plein temps qui m’aide à démêler ce qui m’apparait être un gigantesque bordel infranchissable.
            Faut dire aussi que je m’y retrouverais certainement mieux si j’avais souscrit moi même ne serait-ce que la moitié des sévices dont on m’a fait « bénéficier » d’office avant même ma naissance.
            Pour vous donner une image j’ai l’impression constante d’être Astérix vs l’administration romaine. Vous voulez le formulaire A1 ? très bien, aller au bureau suivant, remplissez la convention B12 puis revenez me voir. Vous voulez une convention B12 ? Vous devez d’abord vous inscrire auprès de l’office bidule … omg !
            C’est épuisant, décérébrant.

            Je trouve beaucoup plus simple et plus gratifiant d’aller frapper aux portes patronales plutôt qu’à celles des institutions. Je préfère un emploi sous payé obtenu simplement à une oisiveté subventionnée qui m’en fait chier des ronds de chapeaux à longueur de temps avec en prime la fierté de ne pas être un poids mort pour mes congénères.
            J’accumule les expériences et si ça ne remplit pas toujours mon compte en banque ça remplit au moins mon CV et ça m’évite en entretien de répondre « bah … rien » à la question « qu’avez vous fait pendant cette période ? ».

            Je veux que l’état me fiche la paix, qu’il disparaisse de ma vie en emportant sa philosophie mensongère et ses légions de sbires inutiles avec lui. Je suis assez grand pour décider moi même si les conditions d’un emploi me conviennent ou pas.

            Tout est une question de mentalité. « Travailleurs pauvres » ou « pauvres travailleurs » ?
            Je me plais plus au boulot qu’affalé dans mon canapé. Quand je suis inactif depuis un moment je finis toujours par me dénicher un stage non rémunéré, ça c’est facile à trouver et peu importe le domaine je m’en contrefout. Ça occupe les mains et l’esprit, ça donne une raison de se lever le matin.

            Qu’ils virent le smic et que les gens comme moi puissent profiter de toutes les opportunités que ça va générer.

    3. Sylvain Jutteau

      Eric Leboucher peut pousser l’analyse :

      A) Les Etats-Unis sortent de la société du libre contrat pour aller vers la société de la contrainte.

      B) A l’inverse, les Chinois et les Indiens sortent de la société de la contrainte pour aller vers la société du libre contrat.

      Même en ayant eu des fonctionnaires d’Etat en guise d’ »enseignants », on devine qui est le gagnant en fin de partie.

  8. skunker

    « Mais dites-moi, comment va-t-on procéder pour offrir un service public encore plus mauvais qu’un service inexistant ? »

    Ah l’article qui tombe bien =D

    J’ai reçu ce matin l’attestation vitale que j’attendais depuis 5 semaines pour commencer un boulot. Heureusement mon dossier était tamponné « urgent », sinon j’attendrais toujours.
    Normalement c’est un papier que la CPAM peut fournir en 2 minutes, sauf quand vous devez vous y réinscrire parce qu’ils vous ont viré depuis 2009, sans raisons et sans prévenir. Ceci expliquant le délai, qu’on m’avait d’ailleurs promis ne pas devoir dépasser 2 semaines, grand grand grand maximum dans le pire des cas.
    A noter qu’ils n’ont pas oublié de prélever mes salaires entre temps, comme quoi je devais être encore un tout petit peu inscrit quand même.

    Attestation vitale qui m’est devenue totalement inutile depuis le temps puisque là moi effectivement, je l’ai dans l’os, et pas qu’un peu.

    Je fais quoi maintenant ? Je leur enfonce touts leurs putains de rouleaux de tickets au fond de la gorge jusqu’à étouffement ? Je colle des rafales de baffes à la nanas de l’accueil en espérant que ça remonte à la direction ? Je loue une pelleteuse avec la putain d’alloc que je vais devoir aller mendier (j’ai quitté mon ancien pour commencer le nouveau …) et je leur fait tomber le bâtiment sur leurs tronches d’abrutis congénitaux ?

    C’est pas les idées qui me manque, faut dire aussi que grâce à eux j’ai tout le temps d’y penser. Les cocktails molotov c’est compté dans les mouvements sociaux ? Je serais amnistié ?

    1. Fwh

      Dégradation de bien public => 2 ans maximum => amnistié
      Homicide involontaire => 5 ans maximum => amnistié

      Mais n’oubliez pas que maintenant, on est en socialie, donc pas sûr qu’il y ait de nouvelle amnistie, car vous n’avez plus aucune raison légitime de vous rebeller.

    2. barboteur

      Mais quoi encore ? Vous tapez sur les administrations publiques parce que c’est « lent » ?
      Moi çà fait 2 mois que j’attends la modification de mon prêt immobilier à ma banque, avec mail envoyé à mon conseiller toutes les semaines pour les relancer.
      Ha là, ya personne pour aller taper hein, surtout que ces pauvres entreprises du CAC40 n’ont pas de pognon !

      1. C’est quoi exactement ton problème pour changer de banque ? Et sinon, si tu es dans ton droit (ce qui reste à prouver, hein) qu’est-ce qui t’empêche de faire intervenir un tribunal ? Et puis, sans vouloir te flanquer une petite claque pour mauvaise foi, le fait de cogner sur les administrations publiques n’indique en rien ce que je pense des bureaucrates bancaires. Homme de paille très très maigre.

        1. barboteur

          Ca veut dire quoi changer de banque ? Rachat de crédit (= pénalités de remboursement anticipé + frais de dossier pour le rachat par l’autre banque) et des frais pour faire passer les livrets d’une banque à l’autre. Mon portefeuille risque de bien le sentir.
          Et j’ai que çà à faire de faire intervenir un tribunal !!
          La mauvaise foi est de votre côté.

          1. Taratata. La mauvaise foi elle commence avec l’homme de paille. Elle continue avec les couinements typiques d’un inopérant pas foutu d’avoir un RDV avec son chargé de clientèle. Elle persiste avec ce genre de commentaires débiles alors que rien, absolument rien ne t’empêche de changer de banque pour tout le reste et garder l’emprunt chez eux. Après, savoir s’ils seront méchants ou pas avec toi est une question de négo. Quand on n’a pas les moyens de faire chier son banquier, on ne lui emprunte rien. Principe de base.

          2. skunker

            Si votre banque marchait comme ma CPAM on vous clôturerait vos comptes sans vous en avertir mais en continuant à vous prélever pour la CB et le carnet de chèque.
            Depuis 2009 j’étais sans couverture sociale; une hospitalisation et je m’endettais sur 30 ans alors que je cotise !!!! Je me suis cassé une main il y a quelques mois et d’après mon médecin j’aurais dû me faire poser des broches; j’ai été sacrément bien inspiré de refuser !!!! D’ailleurs j’aurais pu me douter du problème quand j’ai reçu la facture de la radio qu’ils ont refusé de payer …

            Et ce serait la première fois que j’ai un soucis avec eux encore je ne dis pas mais là c’est systématique les emmerdements, systématique …

            La dernière fois que j’ai eu affaire à eux c’était pour un accident du travail. 3 MOIS avant de toucher quoi que ce soit ! J’avais déjà repris le boulot, alors l’intérêt de recevoir des indemnités une fois que j’ai retrouvé ma source de revenus hein …

            Sans entrer dans les détails j’ai déjà dû m’occuper de mettre la situation de quelqu’un à jour pour qu’il touche des indemnités cause handicap moteur/mental suite à des AVC. Ils m’ont perdu le dossier 3 fois ! Pas une, pas deux mais 3 FOIS.
            Je passe sur la difficulté de se re-procurer des originaux délivré par les hôpitaux, ça on s’en doute, mais le plus énervant c’est que les assurances privées attendent après leur confirmation pour verser ce qu’ils doivent, hors avec des dossiers perdus ça n’avance pas très vite, pour vous l’argent vous en avez besoin parce qu’un handicapé lourd ça demande quand même quelques aménagements. A l’époque c’est toute ma famille qu’ils ont mis au bord du suicide collectif.

            Forcément que c’est bon à rien, qu’est-ce qu’ils en ont à foutre de leurs « clients » ? C’est sûr que ce n’est pas demain la veille que je vais changer de sécu. Toute la beauté des monopoles illégaux.
            Oui ILLEGAUX, et ce n’est pas moi qui le dis mais l’Europe qui l’a jugé ainsi et à obligé la France à donné un statut d’entreprise privée à la sécu. Techniquement je peux changer d’assurance maladie (mdr jaune).

          3. channy

            « Quand on n’a pas les moyens de faire chier son banquier, on ne lui emprunte rien. Principe de base »
            J’approuve à 200% et quand on a les moyens( pas forcement des sommes faramineuses) c est un délice d’envoyer chier son ou sa « chargée de clientèle » ou de les voir « faire canard » quand vous dites que vous allez vous casser si on continue à vous faire chier

          4. skunker

            Sinon pour la banque faites comme moi et toute ma grande fratrie + quelques amis : prenez tout au même endroit (du compte courant à l’assurance vie en passant par la mutuelle) en leur faisant bien comprendre qu’en cas de problèmes ils ne perdront pas 1 mais 10 clients.
            Je vous garanti que maintenant j’ai quelques facilités pourtant aucun n’a une paye de ministre, on est tous à peine au dessus du SMIC (enfin j’y serais sans la sécu). Déjà plus besoin de rendez vous, je m’y pointe quand ça me chante et on s’occupe de moi tout de suite. Plus de frais quand je mets le compte courant dans le rouge. On me donne au tel des infos qu’avant on me disait trop sensibles pour être transmises autrement que par courrier et j’en passe et des meilleures. Je peux leur demander n’importe quoi et je ne m’en prive pas. Une fois pour voir jusqu’où ça pouvait aller j’ai eu un rendez vous par une fenêtre, parce que la café de la banque est bon mais sans clope (taxé au banquier d’ailleurs) c’est pas pareil alors le banquier dedans, moi par la fenêtre avec ma clope, mon kawa et mes tongs ! C’est ça la classe croisière !

      2. Nocte

        Envoie un recommandé, avec récapitulatif et copie de tes mails de relance, un simple mail (même envoyé toutes les semaines) a une valeur toute relative. Et tu dois certainement avoir une cellule « service client ».

        Sinon, pour les banques, vu leur proximité avec le pouvoir et mon expérience personnelle, je ne les regarde pas d’un oeil bienveillant.

    3. channy

      « mon dossier était tamponné « urgent »,
      j’adore ce système bien français ou tout le monde a des demandes urgentes..et veut que son dossier soit traité rapidement( attention skunker je ne vous vise pas personnellement)..le pompon dans ce domaine est bien celui du service passeport ..ou tout le monde exige son passeport rapidement.;alors la gentille employée va mettre le tampon urgent..(ce qui ne changera souvent pas grand chose)..
      Dans certains pays( Nouvelle Zélande, et d’autres pays d’Asie par exemple) : si vous voulez votre passeport en 48 heures pour partir en voyage? vous payez un supplément « express » qui vous garanti que le document sera établi dans les délais..sinon vous attendez le délai administratif mentionné..
      Bon c ‘est vrai que dans ces pays l’administration ne coute pas un bras aux citoyens..mais bon le fraonçais hurlerait à la discrimination devant de telles pratiques

      1. Jeanpierre

        tu connais le classement assez classique des affaires courantes : 3 corbeilles respectivement marquées :
        -urgent
        -très urgent
        -trop tard.
        Je pense que dans les services public c’est :
        -Trop tard
        -Le client rappellera
        -Pré-poubelle

    4. Théo31

      Pour avoir une attestation SS, c’est super dur : il faut appuyer sur un bouton pour imprimer, mettre sous pli et coller un timbre. Pour avoir commandé une attestation un dimanche pour le vendredi suivant, il a fallu que je me déplace le vendredi matin pour l’obtenir. C’est vraiment des branleurs à la SS.

      1. skunker

        Si vous pouvez expliquer ce qui m’arrive autrement que par « c’est des branleurs » je suis tout ouïe. Eux en tout cas ne m’ont fournis aucune justification; comprennent pas comment ça a pu arriver.

        En attendant j’ai encore quelques exemples pour la sécu et un paquet pour tous les autres sévices publiques que j’ai dû me coltiner. Au pif le pôle emploi qui me radie pendant mon accident du travail cité plus haut alors que je fais suivre tous les documents qu’ils demandent ! oéééé j’ai que ça à foutre de taper des kilomètres pour faire mumuse. Là aussi comprennent pas comment ça a pu arriver.

        Et puis zut ! Maintenant que je suis lancé je vais en placer une aussi pour le pôle emploi, ce sera plus égalitaire comme ça.

        Personnellement je ne m’y inscrit plus. A part des stages et autres séminaires pour apprendre à rédiger un CV ils n’ont rien à proposer et j’aime autant ne pas perdre mon temps et mon essence pour des conneries. J’estime que c’est trop d’emmerdements pour une alloc minable qu’il faut quémander comme un clochard. J’ai ma petite fierté.

        Je cherche donc mes emplois seul et m’en porte très bien, bien mieux qu’avec le pôle emploi en tout cas. La bonne vieille méthode du « je mets une chemise et je vais toquer aux portes » est encore la meilleure.
        Sauf que voilà, je dois quand même m’y inscrire parce que j’ai besoin de papiers qu’ils sont seul à délivrer.
        Pourquoi ?
        Parce que ça leur permet de justifier de leur existence. Quand j’aurais retrouvé moi même un emploi sans leur aide ils pourront me compter parmi leurs résultats positifs. C’est pas beau ça ?

        1. skunker

          Il ne traîne pas ici un employeur qui pourrait confirmer ou infirmer le fait que le pôle emploi est un refuge à glandus ? Juste histoire de bien prouver qu’ils sont aussi pourris côté patron que côté demandeurs d’emplois.

          1. Aristarque

            @skunker :
            Oui et non!
            Cela dépend des bureaux de localité et des agents qui y bossent. J’ai eu l’occasion d’avoir des relations avec des agents qui se décarcassent avec haute réactivité pour placer leurs chômeurs en stock. Mais ils sont malheureusement très minoritaires et « noyés » dans une masse qui bosse très « paisiblement ».
            Maintenant ma dernière expérience remonte à 5 ans à un moment où le niveau de chômage était plus faible. Avec toute la masse de nouveaux chômeurs qui déboule depuis deux ans, je ne sais pas ce qui peut en résulter sur le terrain.
            Perso, je ne cherche plus à embaucher qui que ce soit parce que le carnet de commande fait du yoyo depuis 4 ans…

          1. skunker

            @ h16:

            J’en ai plein ma hôte des sketchs dans le genre =D

            Ma mère était artisan d’art. Pour créer son entreprise, sans capitaux ni salariés, ça lui a pris plus d’un an. Ça à finit par se faire quand elle commençait à envisager de s’expatrier en Angleterre où ça n’aurait pas pris la semaine … merci la chambre des métiers ! Encore une équipe d’aigrefins qui consument du fric en prétendant résoudre les problèmes qu’ils créent.

            Notre état me fait penser à une sphère de Dyson. Il nous encercle de toute part et capture notre énergie pour la dépenser dans l’usine à connerie qu’il est devenu.
            C’est désespérant de se sentir aussi coincé, ceinturé, bloqué, cerné, plaqué, forcé, surveillé … il est passé où l’horizon je le vois plus ?

          2. skunker

            Une de mes sœurs cherche un BTS dans le domaine du tourisme. Ça fait plus de 3 mois que ça dure les journées complètes gâchées dans les conneries de pôle emploi, tout ça pour qu’ils finissent par lui donner des infos qu’elle aurait pu trouver en 5 minutes sur le web …

            1 quart de jeunes au chômage c’est 1 quart de jeunes qui n’ont pas encore assez l’expérience du truc pour passer outre directement, ce n’est pas plus compliqué que ça.
            A pôle emploi quand tu dis que tu as besoin de travailler le plus vite possible, quitte à être éboueur ou à tenir les panneaux de la DDE (lol connaissent pas les trépieds ces connards, 1 stagiaire qui bosse pour 5 salariés qui le regardent et lui cassent du sucre sur le dos) on te rit au nez … dans une agence d’intérim on te propose quelque chose ou au moins on te dit quand ils prévoient d’avoir des postes du genre à pourvoir vite vite.

          3. skunker

            Un jour en rdv avec mon référent à la mission locale (un type (le seul que j’ai rencontré) sur-efficace à qui il faut souvent demander des délais parce que l’administration ne suit pas) je l’ai vu se mettre dans une colère noire.
            La raison ? Il avait trouvé du taf à quelqu’un qui devait commencer le 1er du mois et ça tombait un vendredi. Ses collègues ne comprenaient pas qu’on commence un vendredi. Ils l’ont fait chier comme ça pendant 20 minutes devant moi et ça durait déjà depuis un moment avant que j’arrive.
            Il a finit par dire à ses collègues qu’il en avait plein le cul de bosser avec des débiles (ses propres mots) et que le prochain qui frapperait à sa porte pour de la merde allait se ramasser un marron suite à quoi il se mettrait en dépression pour 3 mois … lol.
            C’est pour ça que c’est remplis de mous et de parasites; ils désespèrent les gens sérieux qui partent dans le privé plutôt que d’être confronté tous les jours au crétinisme de gens invirables.

  9. jacqueshenry

    Merci pour votre excellente prose dont je me délecte chaque jour. Pour insister sur le fait que le pays est foutu, on peut voir aussi la situation de manière encore plus alarmante si on considère que juste un peu plus du tiers de la population active travaille pour tous les autres, les autres je veux dire les collégiens, lycéens et étudiants, les fonctionnaires et les professions assimilées aux fonctionnaires (médecins, pharmaciens, dentistes, notaires), les contractuels nombreux et variés de l’Etat (plusieurs millions), les cheminots et autres conducteurs de métros ou de bus, et enfin les retraités dont je fais partie. Or c’est ce tiers de la population active qui va être le plus taxé en tous genres. On ne voit donc pas comment le pays s’en sortira si la « poule (les classes moyennes laborieuses et silencieuses) n’a même plus la force de pondre des oeufs » puisque c’est ce qui arrivera inéluctablement et ce dans des délais très brefs. Les socialo-marxistes au pouvoir ont pour seule préoccupation de préserver les privilèges de leur caste dans le court terme, il n’y a qu’à se souvenir du non-débat sur le non-cumul – c’est caricatural – et après ce sera à la droite (extrême ?) à réanimer la France en coma dépassé …
    Pour les suppressions de dépenses, vous avez oublié le Sénat !

  10. Serge Cheminade

    « les Français diront stop » Tu es en retard.. Le 19 décembre 2012 au soir j’ai notifié aux impôts mon refus de payer ma Contribution foncière des entreprise. Dès le 27 décembre 2012 le fisc accepté de me dégrevé mais n’a peut-être pas compris que je ne veux jamais plus payer cette taxe. Donc je lance une révolte fiscale http://www.orvinfait.fr/revolte_fiscale.html pour mieux faire entendre ma volonté. J’invite tous ceux qui veulent se révolter contre la folie taxatoire à agir avec moi.

    Quant à la retraite je propose une retraite par répartition. Cette retraite est une innovation de ma part. Elle sera à la fin de la révolte entièrement libre ce qui signifie que n’y souscriront que ceux qui le veulent suivant les modalités qu’ils voudront eux-mêmes pour avoir la retraite qu’ils veulent à la carte. (Par rapport à la retraite par répartition actuelle il y a d’importants changements)

  11. Peste et coryza

    De son coté, la rente étatique se porte bien. 1 exemple parmi d’autres.

    L’armée française compte 5500 généraux pour…. 220000 soldats.
    Soit 1 général pour 50 soldats. Moins qu’un sergent.
    L’armée française, qui a perdu en 1940 en partie sous le poids de sa bureaucratie, de sa structure hiérarchique et de la nullité de ses officiers supérieurs, avait 150 généraux… pour 120000 officiers subalternes et 5 millions d’hommes. Si on voulait ramener le nombre de soldats commandé par général à celui de 1940, la population française entière n’y suffirait pas (il faudrait 180 millions d’hommes).

    1. skunker

      Petite comparaison entre deux démocraties :
      États-Unis :
      300 millions d’habitants – 100 sénateurs – 435 représentants
      France :
      60 millions d’habitants – 350 sénateurs – 577 députés

      Si les États – Unis faisaient comme nous , ils auraient :
      2100 Sénateurs et 3462 députés !
      Si en France , nous faisions comme les États – Unis, nous aurions que :
      17 Sénateurs et seulement 73 députés !!!!

      1. eheime

        @ Stunker

        Pour les USA, tu oublies l’echelon local (il faudrait comparer l’Etat Fédéral avec l’Europe).

        Mais en prenant un état comparable en population et en PIB ta remarque reste entièrement fondée :

        Par exemple :
        80 députés pour l’assemblée de Californie
        http://en.wikipedia.org/wiki/California_State_Assembly
        40 sénateurs
        http://en.wikipedia.org/wiki/California_State_Senate

        Soit 120 députés et 60 sénateurs pour chez nous.
        Ce qui est le maximum acceptable pour faire avancer une discussion ou un projet, à mon avis.
        Et encore …

        1. barboteur

          Oui mais les Etats beaucoup moins peuplés ont quasiment le même nombre de sénateurs donc au final, ils ont le même rapport nombre députés-sénateurs par habitant que en France …

          1. barboteur

            Prenons l’exemple du Wisconsin : 33 sénateurs et 98 députés.
            Population : 5,7 millions.
            Soit si on rapporte à la population de la France qui est à peu près de 10 fois plus, ça fait 330 sénateurs et 980 députés …
            Je disais que sur la totalité des US, ils ont autant voire plus de députés et sénateurs que la France.

          2. duff

            Sérieux le nombre de députés c’est un faux problème. Le problème c’est qu’un député perçoit des avantages en nature et à vie qui sont scandaleux. Il est aussi dommageable pour le renouvellement démocratique qu’on puisse faire 3 voire 4 mandats pour les plus rodés.

            On pourrait penser qu’assurer les arrières des battus encouragerait des cadres du privé à se lancer. Que nenni! L’assemblée nationale et le sénat sont composés ultra majoritairement de fonctionnaires ou de professions libérales, avocats en tête.

            Les économistes au contact de ces députés racontent souvent combien ils sont effarés de la méconnaissance économique des élus. Pas étonnant qu’ils votent n’importe quoi.

            D’ailleurs l’ami Hollande et son divin art du compromis et sa fulgurance pour trancher à séparé les enjeux économiques en 1 heu non 5 ministères : Sapin, Moscovici, Cahuzac pour les moins nuls et Montebourg, Hamon (si si il est au gouvernement) qui eux parlent soit en termes marxistes ou de démondialisation + protectionnisme. J’offre un mars à celui qui m’explique la cohérence et la rationalité du truc.

            Cdlt

          3. skunker

            @ duff :

            L’état est un amant exigeant; il y en a tellement qui ont l’air de connaitre le plaisir du coït anal qu’il n’y a pas de raison qu’il arrête. Enfin pas avant qu’on soit tous mort d’une péritonite le colon perforé.

      2. Godfree

        Et en Belgique (pour rire)…

        - 150 députés et 74 sénateurs au niveau fédéral
        - 75 députés au parlement wallon
        - 89 députés au parlement bruxellois
        - 124 députés au parlement flamand (les flamands, plus raisonnables, ont fusionné leur région et leur communauté)
        - 94 députés au parlement de la communauté française de belgique
        - 25 députés au parlement de la communauté germanophone de belgique

        Total: 631 parlementaires pour 10 millions d’habitant

        Si la France faisait comme nous , ils auraient :
        3786 parlementaires !

        1. tn

          Ben oui, merci pour les chiffres. C’est ce que je voulais dire en parlant de 6 gouvernements. Aurais-tu les chiffres pour les ministres divers et (a)variés ?

        2. tn

          Et puis, il serait peut-être utile de préciser pour nos amis Français : Il s’agit bien pour chaque ligne d’un parlement séparé. C’est comme si en France, il y avait 6 Assemblées Nationales différentes. Et 6 fois les minustres d’usage.

          1. Godfree

            En effet ! Par contre, j’ai l’impression qu’ils se sont calmés côté postes ministériels (je me souviens du temps où ils avaient eu le culot de scinder l’éducation wallone en trois ministères). J’ai trouvé ceci comme chiffres:
            - 8 ministres wallons
            - 7 ministres de la communauté française dont 4 cumulards dans le gouvernement wallon
            - 13 ministres fédéraux + 6 secrétaires d’état
            - 9 ministres flamands
            - 5 ministres bruxellois + 3 secrétaires d’état
            - 4 ministres de la communauté germanophone
            soit 51 têtes de bétail.

            Alors certes, ce système grotesque (digne d’une blague belge) coûte cher, mais après tout ça nous fait un état moins fort et donc peut-être moins efficace dans la production de lois liberticides. Maigre réjouissance par apport à la France…

        1. Raphael

          Bonjour,

          4800 en 2ème section = à la retraite. Ne nous emballons pas, la 2ème section signifie juste que le bonhomme est rappelable à volonté par ses grands chefs (différence avec les hauts fonctionnaires de grade équivalent et très avantageuse pour les comptes de l’état. )
          Les dits hauts fonctionnaires sont en nombre beaucoup plus considérable, alors qu’ils ont nettement moins de troupes. Ministère de la culture par exemple, plus de 3000 équivalents généraux en service.
          Je crois au contraire que la Fonction Publique devrait s’inspirer du nombre de généraux pour dégraisser le mamouth (tous ministères non régaliens surtout!)

      1. Bruno

        Je crois savoir que Gallieni, alors en retraite, avait eu l’idée des taxis de la Marne, sauvant ainsi la France de la défaite, et permettant au massacre de continuer pendant encore quatre ans.
        On en a conclu qu’il faut lmpérativement garder les généraux mobilisables, avec paie et avantages d’activité, jusqu’à leur mort, alors qu’en Suisse, ils partent avec une retraite de colonel et on n’en parle plus.
        Les avantages zakis, ce n’est pas qu’à la SNCF, mais aussi chez tous les « hauts » fonctionnaires et prébendiers de la République

        1. Jeanpierre

          Gallieni n’était pas en retraite. Il était en poste à Paris. Enfin, je crois.
          Mais effectivement, 4800 généraux de RAB, ça fait beaucoup.

    2. Le Gnôme

      Il y avait 633 généraux fin 2007, il serait étonnant qu’il y en ait 5500 en 2013 (source Le Point).

      En 1940, il y avait 500 généraux environ et 35.000 officiers.

      1. Peste et coryza

        Effectivement, j’ai fait une erreur pour 1940 :
        On avait, en comptant ceux de 2eme section :

        - Active :
        . Généraux d’armée : 20
        . Généraux de corps d’armée : 30
        . Généraux de division : 70
        . Généraux de brigade : 180
        Soit un total de 300, déjà très gros nombre.

        - deuxième section (les vieux) :
        . Généraux d’armée : 12
        . Généraux de corps d’armée : 30
        . Généraux de division : 400
        . Généraux de brigade : 720
        Soit un total de 1170 généraux

        On est très loin des chiffres d’aujourd’hui, et pourtant l’armée française, malgré plus d’hommes et un meilleur équipement que les allemands, s’est faite plier, entre autre par la nullité de ses généraux et sa bureaucratie complexe.

        35000 officiers, c’est juste l’armée de terre de 1940 il me semble. Avec Gendarmerie + air + marine, on arrive à 120000.
        Tout ça pour commander 5 millions d’hommes mobilisés.

          1. tn

            Ah si !
            Les historiens sont à-peut-près unanimes.
            En dehors de l’aviation, l’armée Française était nettement mieux équipée que l’armée Allemande. La France avait plus de blindés et de meilleure qualité . Le nombre de pièces d’artillerie était supérieur. Et globalement, les Français étaient en nombre supérieur.

            Ce qui a fait la différence, c’est la tactique, la doctrine d’utilisation des chars, la mobilité supérieure des Allemands. Ils ont utilisés leur aviation de manière beaucoup plus efficace.

            Et surtout, ils n’avaient pas 50 % des forces bloquées sur la ligne Maginot

          2. skunker

            Ils étaient quasi aussi nombreux que toutes les forces alliées en présence (141 divisions allemandes contre 145 alliées, 86 françaises).

            Le budget de la ligne Maginot à pousser à faire des choix qui se sont avérés ridicules mis face à la réalité de la guerre moderne.
            Les allemands nous surpassaient sur ce qui a fait la différence : moyens de communications, aviation. Qui plus est on pouvait avoir des tanks très bien sous tout point de vu, la combinaison blindés/avions communicant par radio des allemands leur aura été fatale. Ils avaient environ 3k de blindés avant la bataille de France et n’en ont perdu qu’un petit quart.

            Une fois la ligne Maginot franchie (je vous l’accorde car elle à été mal défendue) on était dans le vent d’office. Comparez l’équipement du fantassin allemand à celui du fantassin français : pour nous c’était le même ou presque qu’en 14, de leur côté les allemands avaient un équipement moderne et léger, très bien adapté à l’assaut.

          3. Nemrod

            Non, non !
            Il a en partie raison.
            Les effectifs engagés étaient comparables.
            L’équipement français tenait tout à fait la route.
            Les chars en particuliers étaient plus nombreux chez les français et le Somua était sans équivalent allemand.
            Seule la Luftwaffe était objectivement supérieure en particulier le Messerschmidt 109 qui n’avait comme équivalent que le Dewoitine mis trop tard en ligne à cause des lenteurs bureaucratique française et de la désorganisation consécutive au front populaire.
            Les bombardiers allemands n’étaient pas supérieurs même le fameux Stuka déjà dépassé à l’entrée de la guerre.
            L’artillerie française était performante.

            Non, la supériorité allemande était tactique avec un emploi massif des chars en divisions blindées là ou les français ne les employaient que disséminés en soutien de l’infanterie, un emploi massif et total de l’aviation y compris sur les colonnes de civils pour désorganiser l’adversaire.

            L’armée française était purement défensive et organisée comme telle alors que l’armée allemande était une armée de rupture qui engageait tout son potentiel dès les premières de la bataille en jouant sur la surprise et la désorganisation adverse.

            Non, la supériorité du matériel allemand est un mythe.
            L’armée française a perdu la guerre à cause de l’aveuglement de Gamelin qui n’a jamais cru que les Divisions Panzer de Guderian passeraient par les Ardennes; alors qu’il avait été alerté à maintes reprises.

            Quand c’est arrivé, la masse de manoeuvre française était embourbé en Belgique et Gudérian n’a eu qu’à refermer la nasse.
            Pour avoir une chance réelle, Gamelin aurait du passer à l’offensive quand l’armée allemande pulvérisait la Pologne…mais ce n’était pas dans sa doctrine défensive…doctrine de looser.

          4. skunker

            Dans le fond on est d’accord, mais avec quoi aurait-il attaqué avec une armée équipé pour la défense ?
            Gamelin … il a retiré la 7ième armée de la zone qu’elle était censé défendre, zone non couverte par la ligne maginot. Ce n’est plus de la stratégie c’est du sabotage.

          5. Nemrod

            Skunker.
            Nous sommes globalement d’accord et effectivement la coordination chars-aviation était très supérieur dans l’armée allemande.

            Mais c’est bel et bien l’aveuglement catastrophique de l’état major français qui a permis une débacle aussi rapide.
            Entre Septembre 1939 et Mai 1940; pour des généraux clairvoyant, il eut été tout à fait possible de porter sur le territoire allemand le dispositif engagé en Belgique en mai 1940.

            Au lieu de ça et parce qu’il étaient châtré par une classe politique qui ne voulait pas faire passer la France pour l’agresseur…(on croit rèver alors que la Pologne était martyrisée !), les généraux français ont préféré attendre que l’ennemi attaque avec toutes ses forces reconstitués à l’Ouest .

            Une fois nos aérodromes détruit et un bon tiers de nos zincs avec…on allait voir de quel bois on se chauffe.
            On a vu !
            Ca ne date pas d’hier que nos dirigeants sont à ce point clairvoyants…

          6. gem

            +1 pour tn
            Les militaires ont « refait le match » de 1939-40 de nombreuses fois, et la conclusion c’est qu’il y une quantité impressionnante de « si … » tout à fait réalistes qui conduisaient à une défaite allemande.
            De même, aujourd’hui encore, la France conserve une quantité d’atouts économiques considérables, et elle perd à cause d’un commandement politique déplorable.

      2. JS

        Mouais bof moyennement d’accord avec votre debat.

        Le Front Populaire porte une (tres) grande responsabilite dans la defaite 1940, chose que comme par hasard on s’est ensuite evertue a cacher pendant 60 ans. En popularisant tres intelligeamment l’idee que la defaite etait la faute soit du trouffion de base soit des Generaux.

        Devant les evidentes intentions belliqueuses de son voisin Allemand le Front Populaire a preferer…faire l’autruche et faire du « social ».

        Si cela vous rapelle qq gouvernements ulterieurs c’est normal…

    3. salpetre

      Ces chiffres sont sortis directement de votre imaginaire… Ou alors citer ces sources est une habitude uniquement communiste ? 5500 généraux haha, arrêtez la moquette…

      1. Peste et coryza

        Et le lien que je donne pour les chiffres actuels viennent d’officiers d’active…
        Quant aux chiffres de 1940, entre wikipedia et les différents groupes passionnés de seconde guerre mondiale, il y a de quoi faire.

        1. skunker

          J’ai cherché à comparer avec le nombre de généraux de l’armée Napoléonienne qui remportait des victoires mais je fais choux blanc pour les chiffres. Quelqu’un aurait une vague idée ?

  12. Guillaume_rc

    Cher H16, vous dites que le peuple lui-même est hostile aux réformes. Ce n’est pas tellement étonnant vu le manque d’imagination dramatique des élites en général et de la presse en particulier.
    Deux exemples :
    Discussion avec un ami journaliste sur la nécessité de fermer le Conseil Economique et Social (qui ne sert strictement à rien). « Mais que fais-tu de ceux qui y bossent ? on peut pas les virer c’est des fonctionnaires » me dit-il. Je lui réponds qu’on peut très bien les recaser dans d’autres administrations (ce qui éviterait bien des recrutements). Le journaliste ne me laisse pas finir et éclate de rire en me disant « ah bon tu les vois flics ou pompiers ou profs ; sois sérieux ». Pas un instant, il n’imagine que tous les ministères ont des emplois strictement administratifs et quasi interchangeables. Pas plus qu’il n’imagine que les gens en question puissent se former, évoluer, etc.
    Deuxième débat avec un prof cette fois sur l’âge de la retraite. Qui me dit (à juste titre me semble-t-il) que passé un certain age, on est plus apte à enseigner et donc qu’on ne peut repousser l’âge de la retraite. Je lui réponds qu’on ne lui demande pas d’être prof jusqu’à 65 ans, on lui demande de travailler jusqu’à cet âge. Pas un instant, il ne lui est venu à l’esprit qu’il pouvait évoluer, changer de métier.
    Comment fait-on pour faire comprendre à certains que le monde change de plus en plus vite, que le même emploi toute la vie, ce n’est plus possible ?

    1. Nocte

      Deux cas emblématiques cités ici :

      Le journalisme, gavé à coup d’argent public, et ses magnifiques et dévoués agents, l’esprit ouvert, capable d’analyse fine qui ne voient pas qu’on peut en effet reclasser des gens à des postes identiques ou les déplacer sur d’autres postes à condition qu’ils reçoivent la formation adéquate (et une bonne dose de terrain). Au passage, le type devrait se choquer qu’un ministre de la culture puisse devenir ministre de l’industrie puis ministre de la santé puis garde des sceaux : ça ne nécessite pas les mêmes compétences, les sujets sont divers et demandent de vraies connaissances… un journaliste quoi…

      Le professorat, ou la profession qui passé un certain âge refuse de se voir confronter à la jeunesse décatie qu’ils ont en partie générée. J’aime.

      à 65 on est parfaitement apte à parler et poser son cul sur une putain de chaise devant 20 décérébrés. Sinon, c’est pathologique et la retraite à 40 ans n’aurait pas changé gros chose à une neuro-dégénérescence .

      1. Peste et coryza

        Faut voir…
        Il faut avoir une certaine pèche pour enseigner, et en plus avec l’age on n’est plus en phase avec les plus jeunes, sans parler de l’évolution de la technique. Déjà à 35 ans on est sénior dans certains professions.

        Le fait est que le nombre de métiers envisageables se réduit avec l’age.
        Ne parlons même pas des métiers où être jeune est de rigueur.

        1. Nocte

          Pour les métiers physiques de type manut’ sans assistance mécanique, je suis bien d’accord, 65 ans, ça peut être tendu. Pour l’enseignement, l’EdNat bouffe son pain noir, à force de toujours victimiser les fouteurs de merde en cours, et réduire la valeur des diplômes, on finit par avoir des enfants qui viennent à l’école en mode branleur car de toute façon, leur diplôme : ils l’auront.
          Je peux comprendre qu’un prof n’aie pas envie de venir dans une telle classe, mais il faut se regarder en face parfois et pour avoir fréquenter des salles des profs à une époque, la plupart ne se lamentait pas sur le niveau des élèves, mais plutôt sur le fait que l’EdNat ou la direction de leur établissement allait leur retirer tel ou tel truc, ou bien que la réorganisation de tel diplôme allait bouleverser leur méthode et qu’ils devraient la revoir, pas cool, ça fait du taff…

          1. Théo31

            Rien ne les empêche de démissionner et de faire autre chose. Il faut donc croire que 8 mois d’enfer, c’est le prix à payer pour avoir 4 mois de vacances.

          2. Nocte

            J’ai croisé un prof qui avait décidé de se barrer, il n’était pas tendre avec ses collègues. Un ras-le-bol complet et total. Mais un sur combien ?

  13. johnny_rotten

    Cette semaine sortira le livre « Dexia,une banque toxique » de Nicolas Cori et Catherine Le Gall, où ils expliquent que dans des villes de Seine St Denis ou pour la Communauté Lille Metropole, ils leur ont fourgué des produits structurés qui les acculent à devoir rembouser leurs prêts avec des intèrêts de 25%.C’est hallucinant de voir comment cette bande de blaireaux, avides d’avoir de l’argent frais tout de suite pour faire n’importe quoi, ont signé « les yeux fermés » vers le début des années 2000, des engagements de prêts totalement foireux.

    1. barboteur

      Pas sûr que çà revienne à faire des économies. Si ils deviennent virables, ils seront plus chers. Bah oui, ils coûteront chers comme dans le privé et la plupart de ceux qui peuvent entrer dans l’administration sont au moins BAC+4 … Donc c’est soit la sécurité de l’emploi soit le tarif !

        1. Mathieu

          Non, pas à tâche égale. ( pour les postes qui existent dans le privé, hein )

          C’est la même chose que lorsque l’on compare le salaire des hommes et des femmes.

          1. 314ns

            Mouais, sauf que ce « paquet de mots » permet d’affirmer tout et n’importe quoi (et surtout n’importe quoi) puisque tout depend comment vous valorisez ces « avantages » (lesquels, pour quelles professions, quels ministeres). Et, en passant, on ignore egalement les inconvenients. Pas tres objectif non ?

            1. Un avantage : l’emploi à vie (ou disons, une quasi certitude d’emploi à vie). Ceci se traduit mécaniquement par des emprunts moins chers. C’est un exemple, il y en a d’autres.

          2. JS

            Ce debat me rappelle une interview recente d’un ancien haut fondtionnaire qui avait employe dans sa carriere des equipes mixtes public/prive. Les seconds etant mieux payes, ceux avec les status « publics » finissaient toujours par venir reclamer le meme traitement de salaire…. Ce a quoi il repondait invariablement : ok mais a meme statut, vous perdez donc l’emploi a vie. Dans sa carriere pas un seul n’a accepte !!

        2. 314ns

          Bof. Argument un tantinnet fallacieux dans la mesure ou, ce faisant, vous comparez (pour simplifier) des salaires de cadres avec des salaires d’ouvriers (l’Etat embauche bien plus de cadres / ingénieurs que le privé). Pour etre honnete, il faut comparer a statut/niveau d’ etudes/compétences égales, et pas seulement sur le salaire moyen, qui ne veut rien dire.

          Et là, la comparaison prend une autre couleur: s’il vaut mieux etre ouvrier d’Etat, il reste préferable d’etre cadre (et surtout cadre sup’) dans le privé.

        3. Théo31

          Je ne me souviens pas d’avoir vu des cohortes de fonctionnaires socialistes démissionner parce que le nazi nabot à talonnettes allait les diriger pendant 5 ans.

    2. 314ns

      Pourquoi creer une procedure qui existe deja ?

      Un fonctionnaire, meme titulaire, peut parfaitement se faire virer: http://vosdroits.service-public.fr/F514.xhtml

      Le fait est que cela arrive rarement dans les faits, mais les textes ont toujours prevu le licenciement. Je ne vois donc pas tres bien en quoi voter une nouvelle loi changerait quoi que ce soit. Ce qu’il faut changer, ce sont les mentalites.

      1. JS

        Un focntionnaire est INVIRABLE.

        J’en connais qui volent des vehicules de leur Mairie par exemple ou detournent des sommes plutot elevees (genre avec 5 zeros)…se font prendre…et reste fonctionnaire au meme poste !!

        1. skunker

          C’est la journée des témoignages qui tombent bien ! On se croirait à noël pour un peu =D
          Moi je connais un directeur de lycée hôtelier qui vient de se faire arrêter pour proxénétisme et détournement de fond, rien que ça. Là il est en taule mais bon pour le moment rien n’est prévu pour le remplacer donc on peut supposer qu’il sera réintégré tôt ou tard.
          Lui qui voulait interdire à ses élèves de sortir parce qu’ils en profitent pour faire fumer des pétards et faire la tournée des bars les petits salopiots ! Parait que ça donne une mauvaise image du lycée =DDD

          1. skunker

            La mairesse du petit bled où j’habite à fait se désister celui qui aurait dût être élu en lui faisant du chantage. Tout le monde le sait et tout le monde s’en fout, c’est super on nage dans le bonheur. On a une maitresse chanteuse (ça ce dit ça ?) plutôt qu’un escroc patenté je me demande de quoi je me plains …

        2. Nocte

          ou les mecs raid bourrés du matin au soir.
          j’en connais quelques uns.

          Ils sont dans un placard pour éviter le contact avec le public, ne servent à rien mais continuent à recevoir leur traitement…

  14. Arkh

    En ce qui concerne les retraites, il suffirait de revenir à ce qu’on nous rabâche qu’elles sont : égalitaires et celles d’une année sont payées par les cotisants de la même année.

    Donc tout retraité français devrait avoir une pension fonction de son nombre d’heures cotisées uniquement (et en aucun cas de son salaire précédant la retraite) et des cotisations encaissées.
    Ainsi, l’ancien ouvrier qui a bossé sur des chantiers aurait la même pension qu’un cadre sup’ qui aurait cotisé aussi longtemps.

    1. Nocte

      Un cadre sup lâche plus de blé qu’un ouvrier en charge salariale pourquoi devrait-il avoir autant la retraite ? pour l’absence de pénibilité physique ?

      1. Arkh

        Pour le principe d’égalité tellement répété par tous les tenant du tout état. Qu’ils arrêtent l’hypocrisie.
        Tu cotises X% de tes revenus pendant 40 ans (quel que soit ton âge de départ, et quelle que soit ton espérance de vie de retraité), tu as une retraite pleine avec une valeur qui est la même pour tous ceux qui ont une retraite pleine. Pas de régime spécial, pas de condition particulière.
        Tu veux plus une fois à la retraite ? Tu investis pour te faire une rente à part. Normalement, le cadre ayant un plus gros reste-à-vivre devrait pouvoir investir plus facilement.

        1. Nocte

          Ce que tu décris c’est juste du foutage de gueule, elle est où l’égalité ? Un type côtise plus et à terme se retrouve avec le même montant qu’avec un type qui a moins côtisé ? simplement parce qu’ils étaient à égalité en pourcentage de prélèvements ?
          Une égalité serait plutôt : on vous ponctionne 250€/mois sur vos revenus, de l’ouvrier au cadre sup’, et à la retraite, on vous reverse 700€/mois (chiffres fictifs). ça c’est de l’égalité.
          Mais j’entends déjà la horde de Rouges hurler l’assaut. Ah ben, oué, c’est moins bisous qu’un putain de droit à réclamer plus en ayant cotisé moins au titre de la solidarité, parce que les vilains cadres très très méchants, auront mis plus de thunes de côté pour leurs vieux jours.
          D’ailleurs, ta dernière phrase justifie toute forme de ponction : tant qu’on ne les aura pas taxé jusqu’à ce qu’il ne leur reste qu’un équivalent au smic, on continuera puisqu’ils ont un plus gros reste-à-vivre (c’est d’ailleurs ainsi qu’est justifiée la taxe à 75% voire 80, si d’ici là, la rage taxatoire devient une folie)

      2. Franz

        Non, simplement pour le punir d’avoir servi le grand capital de plus près que l’ouvrier… Ou alors, et ça revient au même, parce qu’il est un « ennemi de classe » et que ses rémunérations sont « indécentes » et que d’abord, il « n’a pas besoin d’autant d’argent ».

  15. eheime

    « J’aimerai bien que se signalent dans les commentaires ceux qui s’élèveraient contre la disparition des inspecteurs des impôts (ceux qui font les contrôles chez les contribuables), les inspecteurs du travail, ceux de l’URSSAF ou même les douaniers.  »
    > Bah, moi je me signale :)
    Au moins pour les inspecteurs des impots et de l’URSSAF. Si on reconnait la necessité de lever un impot (ce qui est mon cas) , un controle est necessaire. Pour les douaniers, il faudrait redefinir leur mission, mais sur le principe je ne remet pas en cause leur existence.
    Les inspecteurs du travail : à voir. En tout cas pour la paperasserie, je suis d’accord avec vous.
    Globalement, c’est plus la mission qu’on leur donne qui est à revoir, que leur existence meme selon moi.

    1. * les inspecteurs des impôts : normalement, il me semble (DDHC) que l’impôt devrait être consenti volontairement. Pourquoi des inspecteurs, alors ? A la limite, pourquoi ne pas instaurer un impôt volontaire libre ? L’Etat ferait alors comme n’importe quelle entreprise, chargée de vendre des services. Et ne serait tenu pour responsable qu’à hauteur des moyens qui lui serait alloués. Je vous garantis que police & justice retrouverait du lustre & de la patine, que l’armée se calmerait un peu en terme d’opérations aventureuses à l’étranger, et que les conneries de petits fours cultureux s’arrêteraient très vite.
      * les inspecteurs URSSAF : vous avez beaucoup d’inspecteurs d’assurances privées ? Qui débarquent comme des policiers et foutent le souk en se comportant comme la Gestapo (ou pire) ? Non. Personne ne les regrettera (et surtout pas ceux qui y ont été confrontés). Et les URSSAF ne sont pas des impôts, au fait. La confusion qui règne à ce sujet en dit long sur l’extorsion en cours que vous adoubez ainsi de votre soutien.
      * les inspecteurs du travail : il y a des tribunaux pour les cas litigieux. Pour tout le reste, ce sont des contrats normaux entre adultes consentants. Inspecteur du travail, c’est comme « inspecteur des rapports sexuels » : ça ne sert à rien si ce n’est à profiter de la bête.

      1. eheime

        @H16
        * les inspecteurs des impôts : pas con.
        * les inspecteurs URSSAF : confusion volontaire de ma part. ON met le nom qu’on veut, mais dès lors que l’Etat me force à payer ce qu’il claque ensuite, c’est un impot.
        * les inspecteurs du travail : entièrement d’accord pour l’aspect « litiges ». Ma seule interrogation c’est sur les consignes de sécurité. Dans les faits, ce ne sont pas les employés, mais souvent les patrons qui les font respecter . Si ce dernier n’est pas controlé, il laissera faire. Vous me direz :  » oui mais si l’employé est d’accord, tant mieux ».
        Ok, mais sur les chantiers par exemple , ce sont souvnet des pauvres gars qui ne se plaindront probablement jamais, mais bon on est plus au 17e siecle. J’imagine qu’à terme , il y aurait surement une « sanction » du public face au constructeur négligeant qui auraient des morts sur ses chantiers (en supposant des jounalistes qui relaieraient l’info). Alors ok, mais dans l’intermède, il faudrait au moins faire une transition douce. D’où mon « à voir ».

        1. « * les inspecteurs URSSAF : confusion volontaire de ma part. ON met le nom qu’on veut, mais dès lors que l’Etat me force à payer ce qu’il claque ensuite, c’est un impot. »
          Mais justement, ça ne devrait pas. Au départ, il s’agit d’une compagnie d’assurance qui s’est muée mafieuse. Dès lors, les inspecteurs URSSAF n’en sont que les tontons macoutes ou les gros bras chargés des collectes pour votre bien.

          « Si ce dernier n’est pas controlé, il laissera faire. Vous me direz : » oui mais si l’employé est d’accord, tant mieux ». »
          Pas du tout. Je vous dirais qu’il s’établira une concurrence évidente entre les patrons qui font n’importe quoi en terme de sécurité (et qui devront obligatoirement payer plus cher leurs employés quand cela finira par se savoir) et les autres, respectueux. Et comme en plus, les tribunaux iront claquer plus souvent le museau de ces patrons indélicats (et ce, dès les premiers accidents, hein), leurs coûts (juridiques) augmenteront.

          Normalement, dans un monde responsable, le syndicat local a justement pour rôle de garantir les droits des salariés. Conclusion : exit les inspecteurs et retour des syndicats à leur vraie mission.

          Le marché, c’est plus fort que toi ;)

          1. Nocte

            Par ailleurs les inspecteurs du travail recherchent surtout les fraudes de types emplois non déclarés /clandestins : ca touche les prélèvements et ca, c’est pas bisous.

        2. gem

          En général, qui est charge de s’assurer que les lois sont respectées ? Les flics. Et les flics ne débarquent pas chez les gens « pour voir » : ils ne viennent que quand il y a un problème manifeste, qui a fait ouvrir une enquête.
          Pourquoi ce statut dérogatoire, et contraire à toutes les règles d’un état de droit, qui autorise les divers inspecteurs, dont ceux du travail, à faire chier le peuple en le considérant a priori comme suspect ?

          1. Franz

            Bonne question.
            Ces comportements sont d’ailleurs surement une des raisons de l’efficacité de la collecte fiscale en France (un des rares trucs que le monde entier -enfin surtout les États dépensiers type Grèce- nous envie).
            Il n’empêche que l’État nous impose beaucoup de choses dont il s’exonère tranquillement (absence de discriminations, payement au jour dit sinon pénalité de 10%, respect des « minoritaires », etc. etc.)

          2. skunker

            « Et les flics ne débarquent pas chez les gens « pour voir » »

            Non c’est vrai, dans le quartier où j’ai grandi ils se contentaient de retourner les poches des moins de 30 ans en plein milieu de la rue. Maintenant ils prennent pierres et ustensiles de cuisine sur la gueule. Étrange …
            Faut pas croire, c’est pas les trafiquants qui les ont dégagé, ils en ont juste profité pour s’implanter.

    2. YP

      Des inspecteurs des impôts et de l’URSAFF… On pourrait envisager leur reconversion professionnelle comme porteurs de cibles sur les stands de tir.

  16. hussardbleu

    comme disait le bon Mencken, et j’en arrive à partager son opinion : « Every normal man must be tempted, at times, to spit upon his hands, hoist the black flag, and begin slitting throats »….

  17. Karizoc

    Ce qui est incroyable avec ce refus de diminuer les dépenses, c’est qu’il est à géométrie variable. Si on prend d’un côté l’État français, obèse, et en déficit chronique, et de l’autre côté l’Assurance Maladie de la sinistre Sécurité Sociale, en déficit chronique aussi ; deux solutions opposées sont appliquées.

    Pour l’État, refus catégorique de baisse des dépenses. La seule solution envisagée : augmenter les recettes (c’est à dire nos impôts). Il faut bien remarquer ici que les dépenses sont celles faites par nos chers élus, et qu’ils refusent de les baisser.

    Pour l’Assurance Maladie, la seule solution proposée, c’est de diminuer les dépenses : les dépenses hospitalières, les remboursements de médicaments, les un euros non remboursés sur chaque visite, etc. Il faut bien remarquer dans cet autre cas, que les dépenses sont celles faites pour nous.

    Deux poids, deux mesures. Selon qui bénéficie des dépenses (et donc dudit déficit), nos édiles savent vite fait le choix entre réduire les dépenses, ou augmenter les recettes !

    1. Julia

      Les dépenses ne sont evidemment pas le seul fait des élus. Un mec est au RSA, il est au RSA, point. Et aucune commune ne décide combien elle va avoir de bénéficiaires à sa charge.

      1. Nocte

        quand une commune possède un parc logements sociaux massif payé par le contribuable et de la dette (elle-même payée par le contribuable), elle a une bonne idée de ce qu’elle peut attendre en terme de clientèle.

        1. Franz

          Ben pas tant que ça… Il semble bien que le revenu moyen des locataires du parc « social » soit plus élevé (à surface habité équivalente) que celui des locataires du secteur privé…
          Avec plein de HLM une commune attend deux trois familles de sans-papiers, quelques ouvriers pauvres et plein de gentils fonctionnaires qui vont « bien voter », payer sans problèmes et couter au niveau national (donc on s’en moque) !

  18. Pascale

    J’ai cru entendre hier que telle dépense serait financée par la croissance. Deux choses m’ont interloquée : 1/ la croissance, mais quelle croissance alors que nous sommes en récession ? 2/ pour les socialo augmentation potentielle des recettes ne signifie pas que l’on va pouvoir faire des économies et rembourser la dette, pas du tout, cela signifie que l’on va pouvoir dépenser encore plus.

    CPEF

  19. Diasw

    La dette c’est chouette !
    L’emprunt ça sent le parfum !
    Le déficit c’est la vie !

    Vous comprenez on ne peux pas revenir en arrière on vous prendra le pognon, et tâchez de garder le sourire c’est pour votre bien, ne vous plaignez pas on vous sauve des griffes du grand méchant marché, c’est une offre qui ne se refuse pas !

  20. GrandNicolas

    Il y’a aussi l’exemple du Canada, qui a fait subir une vraie diète à son budget au milieu des années 90 et qui a su faire cette réforme quand il le fallait.
    Mais quoiqu’il en soit, tant que les 4 éditorialistes du Nouvel Obs, de Libé, du Point et de l’Express (lol) continueront à hurler contre l’austérité, dont on a pas vu le début d’un commencement en France et qui si elle arrive enfin un jour, ne touchera pas à ce qu’elle doit réellement toucher (les innombrables agences gouvernementales, le surplus de fonctionnaires dans les communautés de communes, départements, régions), aucune réforme ne sera possible dans ce pays.
    Pour moi, le plus atterrant est que l’on mélange 2 types de fonctionnaires bien distincts, l’un étant utile sinon indispensable et mal payé, l’autre n’étant qu’un parasite surpayé. D’un coté, les infirmières, les policiers, inspecteurs du travail (désolé, je les trouve utile), de l’autre, les vice-présidents de communautés de communes, les chargés de communication du Loir et Cher, ect. Pour moi, l’austérité devrait commencer par supprimer ces derniers, mais on voit bien que ce seront les derniers auquel l’on touchera, et encore, pas avant d’avoir réduit au strict minimum la 1ère catégorie des fonctionnaires utiles.
    Bah.

    1. « inspecteurs du travail (désolé, je les trouve utile) »

      Utile à quoi, et pour qui ? Regardez bien : ils font ce que d’autres devraient faire, et ajoutent des contraintes inutiles et coûteuses.

      1. Jaybee

        Faut faire comme viennent de le faire les ricains, mise à pieds sans solde. Quand on n’a plus d’argent pour payer on ferme les robinets.

    2. Tea Party

      Vous avez été entreprenant, en ayant ne serait – ce qu’un seul contrôle ? A mon avis, surement pas. Toujours appelé gentiment, amicalement, de façon non tronquée, (discrètement !) par leurs clones  » partenaires sociaux », s’il est une corporation phagocytée par la  » bienpensance » c’est celle bien celle là !!

      Ils n’ont pas attendu, que Toumou 1er, et toute les gauches, leurs disent qu’ils n’aimaient pas les  »riches » !! pour agir en fonction.

      Leur utilité ? : Il faut dire, que de temps en temps, les  » patrons  » ont l’outrecuidance de refuser des demandes ruineuses, inutiles, aberrantes, des absences chroniques, pour maladie du  » lundi  », (redoutable) des primes qui ne correspondent à rien … et pire que tout, de vouloir virer par plaisir sadique, des gens allergiques au travail, rebelles, incompétents, indélicats ….
      Leur utilité ? c’est peut être parce ce que les entreprenants, sont par contre, assez idiots et demeurés mentaux, pour ne pas tout faire, pour conserver uniquement les bons éléments normaux et les encourager par tous moyens pour qu’ils restent !

    3. aristarque

      On ne doit pas lire le même hebdo Le Point. Abonné depuis fort longtemps, je ne me souviens guère d’éditorialistes prônant la dépense publique à tout va et le refus d’une austérité curative. Que ce soit Claude Imbert, FOG, Nicolas Baverez, Jacques Marseille, Lenglet et bien d’autres, ils ne cessent tous de réclamer moins de dépenses e(x)tatiques et des impôts revus à la baisse et bien mieux répartis. Certes, ils n’ont pas encore totalement réalisé que la pseudo droite française tenait davantage d’un socialisme bleuâtre que d’autres choses…
      Peut-être pour ne pas désespérer le XVIme et Neuilly.
      Il me semble que leur dernier numéro n’affiche pas une condition de thuriféraire du régime actuel

    4. aristarque

      « Le Canada a su faire cette réforme quand il le fallait »…
      Ben voyons! Les Canadiens se seraient un beau jour levés en se disant qu’ils avaient bien rigolé jusqu’à maintenant et que des bonnes choses, trop abuser ne fallait pas, si bien qu’ils se seraient réformés après cette innocente constatation…
      N’y sont ils pas plutôt allés à la hache plutôt qu’au bistouri et au cataplasme parce qu’ils étaient littéralement ruinés et que le FMI commençait à réserver les billets d’avion et les nuitées hôtel! Quand l’ argent gratuit des autres coule à flot et qu’on ne participe pas ou peu au remplissage du tonneau des Danaïdes, qu’on n’a guère de compassion pour le travail de ceux-là et pas plus de moralité que cela, il est logique de ne pas envisager une interruption volontaire d’une telle sinécure…
      La vérité est que les Canadiens (comme les Anglais avec Margareth) ne s’y sont mis que parce que le choix se résumant dés lors entre la poêle à frire et le feu, il restait au moins l’honneur de choisir sa voie de rédemption en application bien connue du paradoxe des enfers allemands et français

    5. nawak

      « inspecteurs du travail (désolé, je les trouve utile) »: HOU ! Je poste rarement dans les forums, mais j’aurais du mal à laisser passer ça! Personnellement, pour les avoir subi en tant qu’employeur, je peux vous dire qu’ils sont surtout utiles à vous donner envie de tout plaquer en laissant vos employés au chômage. Heureusement, ils n’ont que des QI de bulots et de minuscules coucougnettes. C’est probablement cela qui fait que certains entrepreneurs persistent encore un peu.

    6. Franz

      Pour les fonctionnaires utiles et soit disant mal payés : on ne va pas pleurer, sauf exceptions (vraies fonctions régaliennes : police -un peu, car il y a des compagnies de sécurité privées- justice et défense) s’ils sont utiles il y a un équivalent dans le privé, s’ils choisissent le public c’est pour la sécurité de l’emploi (ça a un prix, ça, et même un gros). Il y a aussi les conditions de travail favorables (ben oui, les enseignants se plaignent, mais avec un temps de travail de 30 h par semaine sur 9 mois par an, leur salaire réel est en fait super élevé, et idem tous les autres qui travaillent 25, 30h en réel).
      J’ai été fonctionnaire (maitre de conférences à la fac) et j’ai trouvé que j’étais mal payé (je comptais bien enseigner et faire de la recherche même si ce n’est en pratique pas nécessaire pour être payé), donc je suis passé en école privée. Je suis bien mieux payé et avec de meilleurs conditions. Mais si je suis mauvais on peut me virer.

  21. Marc Aurèle

    La plèbe frumentaire

    Voici une expression que je ne vois guère dans vos colonnes: c’est celle de cette « plèbe frumentaire » à qui l’Empereur à Rome donnait du blé et du pain, ce gratuitement à la fin de l’empire, pour éviter qu’elle ne se révolte. Cette plèbe frumentaire est là, sous une forme modernisée aujourd’hui sous nos yeux: que ce soit dans l’inactivité subventionnée ou dans toutes ses formes de faux-chômage.

    La quantité d’électeurs (et leur capacité à se révolter lorsque le « pain » gratuit disparaitra) est telle, qu’elle explique pourquoi nos dirigeants ne feront jamais d’économies. Et que la couenne dont on parle c’est en fait la notre. Mes chers, nous n’avons pas fini de nous faire dépouiller.

  22. palamède

    La France d’aujourd’hui, c’est encore une génération qui a quelques scrupules à se mettre en congé maladie chaque semaine . .qui la font marcher à peu près, je ne parle pas naturellement des profs et autres fonctionnaires des administrations dites « militantes ». Sans doute pour cela que ce pays à une longue agonie.L’avenir, ce sont des hordes d’analphabètes, incapables de la moindre pensées structurée, d’accepter la moindre contrainte, la moindre privation et surtout aucun conseil ni autorité. Quel est alors notre avenir, ceux qui ont connue les deux mondes ? dégager de ce foutoir qui s’appelle la France. C’est ce que j’ai fait.Depuis mai dernier. Et je vis très bien, ma tension est redevenue normale.Mon pouvoir d’achat à augmenté de 20%; Bien sur, je parle la langue locale, et j’ai obtenu la nationalité (non, ce n’est pas le Maroc ou la Thaïlande. Et non,il n’y a pas de » communautés » organisées. Mes enfants ont aussi émigré sous d’autres cieux ( Canada) ainsi que mes parents, à 86 ans. Certains de mes amis sont partis bien avant moi, d’autres, jeunes retraités, s’apprêtent à nous rejoindre.

      1. Emmanuel Brunet Bommert

        Pour ma part, j’ai pris tout ce que j’avais et je me suis tiré en Chine Continentale. Bon, il faut faire avec le Great Firewall, mais autrement, c’est infiniment plus vivable que la république socialiste française. Puis, de temps en temps, si mes finances le permettent, je peux même faire un tour à Hong Kong.

        Comme quoi, c’est possible. Il faut juste être prêt à accepter une vie où on est seul maître de son destin et seul responsable de ses fautes. Ce qui implique parfois de vivre dans un réduit grand comme une cellule de prison et de manger la même chose tous les jours.

    1. palamède

      Istvan
      Australie. Ce pays qui a mis en demeure les fouteurs de merde islamistes de se calmer ou dégager. Je suis revenu pour quelques jours en Fraonce, r régler des affaires. J’ai l’impression d’être dans un pays du tiers-monde. A propos, je ne suis pas parti pour des raisons fiscales. j’ai simplement une retraite correcte, en dessous des critères de richesse selon la nullité actuelle.

      1. Alex6

        Esperons que les Australiens prennent la bonne decision en septembre et mettent le Labour a la porte parceque franchement, ca commence a sentir le pate la situation par ici. Une part est due effectivement a la montee du dollar qui penalise l’industrie a l’export mais les conneries du genre « mining tax » et surtout le manque de direction de Gilliard fait beaucoup de mal a l’economie du pays depuis 2-3 ans.
        Maintenant sur le fond, c’est un pays qui n’a presque pas de dettes et donc des perspectives plutot stables pour l’avenir malgre les difficultes actuelles. En tout cas dans mon domaine, l’ingenierie, nous en sommes a un niveau pire qu’en 2008 avec tres peu de nouveaux projets dans les tuyaux. Esperons que ca change rapidement parcequ’ensuite, c’est la bulle immo qui risque de peter et la, ca risque de faire tres tres mal…

    2. max

      En tant qu’ingé l’Allemagne c’est pas mal, j’ai doublé mon pouvoir d’achat prp à la France, ils apprécient ceux qui leur amènent des bonnes idées et récompensent celles ci, financièrement s’entend, et pas qu’un peu.

  23. barboteur

    La question « diminuer les dépenses de l’Etat en diminuant le nombre de fonctionnaires » montre une fois de plus les questions complètement biaisées des sondages. Elle est très différente de la question « dimineur les dépenses de l’Etat » car il y a beaucoup plus d’économies à faire en tapant dans les autres dépenses que les fonctionnaires. Comme par exemple, le recours aux entreprises privées qui coûtent un bras ou bien les avantages énnormes de certains fonctionnaires qui font qu’ils coûtent à eux seuls le prix de dizaines d’autres fonctionnaires.

    1. gem

      L’état c’est 400 G€. Gaspillages notoires :
      * Solidarité, insertion et égalité des chances 13, G€
      * Sport, jeunesse et vie associative 0,5 G€
      * Travail et emploi 10,3 G€
      * Relations avec les collectivités territoriales 2,7 G€
      * Régimes sociaux et de retraite 6,5 G€
      * Outre-mer 2 G€
      * Politique des territoires 0,3 M€
      * Médias, livre et industries culturelles 1,2 G€
      * Égalité des territoires, logement et ville 8 G€
      * Direction de l’action du Gouvernement 1,2 G€
      * Culture 2,6 M€
      total 48 G€, avant même de toucher au reste, où les gains sont plus difficiles à chiffrer sérieusement

  24. tn

    HS
    @H16 : n’y a-t-il vraiment pas moyen de remettre quelque part la liste des 10 – 15 derniers commentaires ? Sur un billet comme celui-ci (déjà 91 commentaires), lorsqu’on voit que 3 ou 4 commentaires ont étés ajoutés, c’est vraiment fastidieux de retrouver les derniers intervenants.

  25. hussardbleu

    A propos des Inspecteurs du travail, une petite expérience vécue :

    Dernières Nouvelles d’Absurdie :

    L’Absurdie, comme vous ne l’ignorez pas, est l’un de ces nouveaux pays créés au sortir de la glaciation d’au-delà du Rideau de Fer, et qui, prévoyant son intégration à la Communauté Européenne, a calqué ses nouvelles institutions sur celles de divers pays occidentaux relevant de l’Etat de Droit.

    Non sans quelques difficultés mineures, au reste, tenant naturellement à de mauvaises habitudes antérieures : l’ours a du mal à dépouiller le vieil homme…

    Prenons l’exemple de mon ami Wladimir Kornilov:

    Sortant de mon bureau d’Import, vers 11 h 30, je suis passé au garage Volga, voir mon ami, qui devait être entendu dans la matinée par la Milice, au sujet de la plainte déposée à son encontre par M. Kratof, Inspecteur du Travail, et Mme Calenko, employée démissionnaire, pour « harcèlement moral ».
    J’ai eu la surprise d’apprendre d’Héléna Kornilov que son mari était placé en garde à vue, qu’elle devait être entendue elle-même l’après-midi, et qu’elle s’attendait donc à être soumise à pareille ordalie…

    Chose invraisemblable, en l’état des auditions antérieures du reste du personnel du garage, 7 ou 8 autres personnes, qui ont tous témoigné – j’ai lu leurs attestations – que les Kornilov sont gens parfaitement libéraux dans les relations de travail, qui ne rechignent point à prêter des voitures de l’entreprise aux employés, y compris pour les congés, acceptent des absences sans difficulté, et laissent le personnel jouir de leurs droits sociaux sans obstruction.
    Certains mêmes, après avoir quitté de leur plein gré le garage, y sont revenus, constatant que l’herbe était beaucoup moins verte ailleurs. Et tous ont attesté qu’ils n’avaient constaté aucun harcèlement exercé à l’encontre de la plaignante, malgré sa propension à la vodka connue de tous…

    J’ai, dans la mesure de mes moyens, soutenu le moral d’Héléna, lui disant que je repasserais dans la soirée pour prendre des nouvelles, après avoir, en vain, tenté de joindre Ivan Kravchenko, notre ami avocat.
    Je suis donc repassé chez Kornilov ce soir vers 17 h, pour les trouver l’un et l’autre heureusement libres, mais moralement effondrés, s’étant vu considérer à l’égal de dangereux délinquants de droit commun, traités de Turc à More par les miliciens, lesquels plaisantaient de façon détendue en leur présence avec des Kossovars en cachemire qu’ils venaient d’interpeller, sans visas naturellement, dans une voiture tout aussi dépourvue de papiers…

    Wladimir m’a rapporté l’extraordinaire fait suivant : alors que le rapport Kratof affirmait que Mme Calenko avait été placée dans un « placard sans fenêtre » – ce qui est contraire à la plus élémentaire vérité, comme je le sais personnellement pour l’avoir vue naguère travailler dans le plus grand bureau de la concession Volga, tous les bureaux étant vitrés, et, placés dans le hall, aucun n’ayant de fenêtre ( !) – Wladimir a demandé au milicien qui l’interrogeait si Kratof avait réitéré la chose dans son audition : à quoi il lui a été répondu que ledit Kratof n’avait pu encore être entendu, se trouvant en arrêt maladie comme ayant été trop affecté par cette affaire (rigoureusement sic)…

    Il apparaît ainsi que :

    - Une plainte, infondée, est instruite sans ménagements aucun (Wladimir s’est vu notifier sa garde à vue dès son entrée dans le bureau milicien, avant d’avoir répondu à une seule question) sur la dénonciation d’une employée démissionnaire – dont l’alcoolisme est patent – et soutenue, au-delà du raisonnable, par un Inspecteur du Travail au mental tellement fragile qu’il ne peut résister à l’exercice normal de son travail (soulignons que le contrôle s’est passé sans aucun incident entre les contrôlés et le contrôleur…).

    - Le Parquet absurdien trouve normal et justifié de placer en garde à vue une personne honorablement connue, au casier judiciaire vierge, sans antécédents en matière d’infractions au droit du travail, et jouissant enfin du soutien unanime du reste du personnel, dont les témoignages contrebattent et infirment les allégations de Mme Calenko.

    Il est donc apparemment dans la norme, dans l’Absurdie actuelle, de laisser le Droit Pénal réguler de façon brutale, voire inhumaine, ce qui devrait relever du contentieux prud’homal et du Droit Social en général. Il est, au reste, significatif de noter, en l’espèce, que Mme Calenko s’est bien gardée d’engager le litige sur ce terrain.

    En élargissant le débat, si l’on veut « créer de l’emploi » – en attirant les délocalisations venues de France et d’ailleurs – il est douteux qu’on y parvienne de la sorte, en laissant les employeurs à l’absolue merci de salariés alcooliques et irrationnellement vindicatifs, et d’Inspecteurs du Travail Absurdien caractériels, politiquement engagés à l’extrême gauche.

    Il serait temps, pour le Législateur absurdien, d’en prendre conscience et de revenir sur toutes ces incriminations vagues « attrape-tout », qui font d’un innocent un coupable en puissance.
    La règle démocratique voudrait que le Droit Pénal soit d’interprétation stricte : l’Absurdie s’en éloigne, et le temps pourrait bien revenir de Béria, le Fouquier-Tinville absurdien, qui disait « donnez moi une phrase de n’importe qui, et je me fais fort de l’envoyer à la guillotine ».

    Enfin, sur l’irresponsabilité des magistrats, il y aurait naturellement beaucoup à dire, en ces temps où l’on voit un Membre du Conseil de la Magistrature Absurdienne pédophile, ou un Procureur de la République Absurdienne pratiquant la reprise individuelle des cartes de crédit, tout en pontifiant sur « l’Ethique de la Magistrature Absurdienne », ou encore un Juge d’Instruction usant de ses prérogatives dans les intérêts d’une Société Secrète, voire un assesseur disciple d’Onan à l’audience…

    Français vivant à l’étranger, je me félicite que de pareilles choses ne puissent se passer en notre douce France !

  26. André Bolkonsky

    Encore un excellent article, merci beaucoup.

    2 coquilles :
    4e paragraphe :
    « les politiciens l’ont très bien compris qu’ils annoncent une nouvelle cure d’austérité » –> qui annoncent (ou bien : « (…) l’ont si bien compris…)

    Avant dernier paragraphe :
    « comme le souligne de récents articles de Contrepoints » –> comme le soulignent.

  27. Franciskus

    Les français n’aiment pas payer l’impôt, comme tout les peuples normalement constitués, mais votent socialistes.
    Une sorte de masochisme politique, en somme.

    D’ailleurs, tous les mois de mai, avec la déclaration, et tout les mois de septembre, avec l’avis d’imposition, j’ai toujours droit aux chouineries des collègues. Ce qui donne inévitablement le dialogue suivant :

     » – Zut et flûte, les impôts augmentent encore cette année. ça commence à bien faire.
    - t’as voté socialiste ?
    - bah oui.
    - ben ta gueule alors  »

    Ma boss, grande bobo CSP+, abonnée à télérama, le monde, voire pravdabération (ce néologisme est extraordinaire, je me permets de l’user en hommage à son auteur), se met à lire le figaro quand vient la dure saison des impôts. Juste pour voir les nouvelles niches et faire de l’optimisation fiscale.

  28. Jopechacabri

    Finalement, sur tous ces points pertinents et indiscutables, qu’a fait le gouvernement précédent, à part pleurer de ne pouvoir rien faire…?
    il parait qu’il fallait refondre les territorialité… ah bon, pas un chapeau de vendu !
    Qu’a fait celui d’avant à part remplacer le 12 par le 118 ?
    Qui peut faire quelquechose de censé en ce pays ?
    L’avantage c’est qu’avec le grand paris on va avoir des km de tunel pour abriter les chômeurs sans-abris et les immigrés qu’on se demande bien qu’est-ce qu’ils viennent trouver ici…
    Ce qui est super c’est qu’à force de détruire les emplois on va avoir un super bilan carbone et … une belle jambe !
    De toutes façon, la seule chose que protège la politique, c’est la politique elle-même. Alors pourquoi penser qu’il y ait la moindre chance que ça change ?
    Le seul qui portait un message audible pour moi, c’est Dupont-Aignan… Y a qu’a voir le score qu’il a eu, personne ne croit plus a rien, et moi le premier

  29. Jopechacabri

    Au fait, le clown normale, il a bien fait d’aller à Dijon, je crois que la moutarde monte au nez de pas mal de monde …!

  30. Sylvain Jutteau

    Ah Ah, bientôt, je vais commettre un super article sur mon blog. Ca fait deux mois que j’y réfléchis. Ma dernière publication date du 10 janvier ( cette publication détaillait douze référendums à proposer aux suffrages pour « Réhabiliter la France »). Eh oui, tout le monde ne peut pas être prolifique comme un H16.

    En fait, je dis tout ça car je me sens ici comme un gros chat qui ronronne près d’un poêle.

    Grosses Bises.

  31. dede

    Hors sujet : je viens de recevoir par email une invitation pour adherer a l’association des amis de Nicolas Sarkozy (manifestement, il y en a encore…)
    Cela ressemble furieusement a une utilisation illegale des listes consulaires (l’UMP avait ete la premiere a les utiliser lors de la campagne presidentielle) : les francais de l’etranger inscrits sur les listes consulaires sont-ils tous dans mon cas?

  32. Peste et coryza

    Discotonio s’est fendu d’un constat sur l’état de la capitale.
    http://auxinfosdunain.blogspot.fr/2013/03/mon-passage-paris.html
    Bref, ça sent le déclin sauce URSS années 80…

    La seule question qui reste est : comment se barrer de ce pays ? même pour être prof du privé en France, il faut l’agrément de l’état, et on ne peut pas déroger à son programme, même si ça mène à l’abrutissement des élèves.

    Dites moi si je me trompe, mais le plus évident serait de rechercher un job via monster ou naturejob, et en parallèle de préparer son passeport et autres papiers ?

  33. Epicier vénéneux

    « Ah bon ? Vous voulez dire que le service public va, si on continue, être encore plus pourri qu’actuellement ? Mais dites-moi, comment va-t-on procéder pour offrir un service public encore plus mauvais qu’un service inexistant ? Par exemple, comment rendre encore plus inadmissible le traitement scandaleux des renouvellements de papiers dans les préfectures, comme je le relatais dans un billet d’il y a quelques mois ? Comment faire en sorte que la police, qui n’intervient plus dans certaines zones, intervienne encore moins que plus du tout ? Par quel procédé va-t-on empirer encore le délai d’attente aux urgences publiques ? Comment rendre le RSI plus catastrophique ? »

    Avec plus de moyens !

  34. Phil Azerty

    on est le 13 mars, il vient d’y avoir un épisode neigeux assez conséquent, je reviens de normandie ou tout était bloqué. Le problème c’est pas le nombre de fonctionnaires ou l’emploi de l’argent public, c’est le degré d’autonomie des gens, leur capacité à se prendre en charge sans tout attendre de l’état.
    On ne peut pas hurler parce que la voiture est bloquée par la neige et que ces fainéants de la DDE n’ont pas fait le travail et dire en même temps qu’il y a trop de fonctionnaires, il faut s’acheter des pneus neige, une pelle et réfléchir avant de prendre la route. On ne peut pas refuser de manger des lasagnes au cheval et refuser des inspecteurs des fraudes, il vaut mieux s’habituer au cheval. On ne peut pas refuser les inspecteurs du travail et critiquer le travail au noir, il vaut mieux s’habituer à travailler sans couverture. Idem pour la médecine, pas la peine d’encombrer les urgences pour des petits bobos, d’encombrer la justice avec des procès qui pourraient être évités par de simples conciliations. Il est inutile de s’assurer contre la colique, il suffit d’anticiper en achetant du smecta.
    Bref, l’incapacité des français à s’assumer, à être autonomes, a généré un état providence envahissant, au dessus de nos moyens. Et l’évolution des mentalités, l’abrutissement intellectuel programmé par une tv publicitaire ne donne pas beaucoup d’atouts à la future génération pour inverser la tendance.

    1. Mhm oui et non.
      Par exemple, on peut très bien  » refuser les inspecteurs du travail et critiquer le travail au noir ». Par exemple, je suis contre les inspecteurs du travail, et pour moi, le travail au noir ne devrait pas exister puisqu’il ne devrait y avoir que des contrats interpersonnels (entre un patron/une entreprise et un employé). Le travail au noir existe parce qu’on a obligé deux contractants adultes à déclarer ce qu’ils font à tout un tas d’organismes pour que ceux-ci viennent les ponctionner (de force) en échange de prestations (pourries, monopolistiques et non optionnelles). Virez l’obligation et le monopole, vous faites disparaître les inspecteurs.

      Et pour les autres exemples, c’est pareil : l’Etat s’est arrogé des prérogatives qui ont engendré la nécessité factice des fonctionnaires correspondants. Virez la prérogative, vous faites disparaître les fonctionnaires. Et le service précédemment rendu par ces fonctionnaires, s’il est utile, sera fourni par le marché parce qu’il y aura des gens prêts à payer pour. Et si personne n’est prêt à payer pour, c’est que ce service était inutile.

      Simple. Clair. Efficace.

      Pour le reste (responsabilisation des conducteurs avec des pneus neiges et une pelle), je suis d’accord.

  35. Sylvain Jutteau

    Dans un petit coin tout caché du web, l’Histoire se souviendra que j’ai prévenu du lien entre la pression fiscale et l’explosion. Prévenu, et expliqué. Sinon c’est trop fastoche. En effet, s’il y a excès de pression, il y a explosion du contenant, non ?

    Dans ces conditions, on peut se demander si la fraude fiscale est la soupape qui permet de retarder le grand BOUM final, que chacun pressent sans trop l’expliquer :

    http://sylvainjutteau.blogspot.fr/2013/04/la-fraude-fiscale-devient-legitime.html

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)