Les palpitantes aventures de Jean-Michel Krugman

Aujourd’hui, je vais vous parler, un peu, de Paul Krugman. Ce n’est pas que le personnage soit particulièrement intéressant, mais de temps en temps, je fais preuve de générosité et je décide de consacrer un peu de mon temps à une œuvre de charité. Cette fois-ci, je vais donc essayer d’apporter quelques éléments de réflexion au sujet de celui qui fut prix Nobel d’Économie avant de sombrer corps et âme.

Je vous rassure tout de suite : ces éléments ne sont pas destinés à ce brave Paul, qui est maintenant dans une autre galaxie, très très lointaine, et donc inaccessible à toute remarque de bon sens. En réalité, ils s’adressent en priorité aux journalistes, notamment français, qui continuent de voir dans l’ancien nobélisé une espèce de gourou sur lequel on peut appuyer toute analyse imbibée de keynésianisme bien moisi.

À la décharge de Krugman, la France a toujours été un paradis pour ses saillies, même les plus ridicules. Avec ses théories consternantes, avec son penchant à gauche parfaitement assumé et totalement irrationnel, et avec ses petits éditos qui tentent régulièrement de camoufler son militantisme socialiste quasi-rabique derrière une fine couche d’économisme de bazar, s’il n’était déjà américain, il aurait été Français et se prénommerait sans doute Paul-Édouard ou Jean-Michel.

krugman house bubble

Et le brave Jean-Michel Krugman aurait eu toute l’écoute des médias « importants » de France qui lui ouvrent déjà leurs colonnes. Le dernier exemple en date illustre à merveille l’obséquiosité dégoulinante qu’ils ont déjà à l’encontre du bonhomme et qui serait sans nul doute décuplée fut-il né Français et baptisé Jean-Michel. En effet, on apprend, de différentes sources aussi sûres que peut l’être la presse française ultra-subventionnée, que l’économiste a flingué (pour reprendre les termes toujours finement choisis de Libération) la « nouvelle politique de François Hollande » dans une récente tribune du New-York Times, le pauvre organe qui lui laisse faire son trampoline militant sur base pluri-hebdomadaire.

Notez au passage qu’à chaque fois qu’un article français paraît sur l’éditorialiste, la titraille s’emballe et insère presque systématiquement le « prix Nobel d’économie » qui va bien (chose que se refuseraient à faire les mêmes journalistes s’il s’agissait d’un Hayek ou d’un Mises, ces derniers, provenant du Camp du Mal, ne méritant pas qu’on rappelle leurs titres).

Sociologiquement, il est fort intéressant de constater l’aura quasi-christique dont dispose le gars Krugman en France : ce dernier étant ouvertement keynésien, ouvertement démocrate, ouvertement socialiste pour tout dire, ouvertement pro-Obama (le terme groupie n’est pas trop fort en l’occurrence), et officiellement nobélisé, il était impossible à tout l’establishment journalistico-politique français, très majoritairement keynésien, démocrate, socialiste en diable, et parfaitement pro-Obama, de passer à côté. On comprend dès lors pourquoi les plus beaux morceaux de bravoure du Jean-Michel d’Outre-Atlantique semblent ignorés de ce côté-ci de l’océan.

krugman internet

Pourtant, difficile d’oublier que si Krugman a bien reçu un Nobel, ce n’était pas pour la pertinence de ses visions politiques ou son keynésianisme, loin s’en faut. Difficile pour quelqu’un qui se renseigne un peu d’oublier que Krugman fut bruyamment en faveur d’un gonflement musclé de la bulle immobilière aux États-Unis, bulle qui explosera ensuite avec les dégâts qu’on connaît. Difficile pour quelqu’un qui suit un peu le personnage de passer à côté de ses prédictions humoristiques sur l’Internet, dont il était sûr que l’impact en 2005 ne dépasserait pas celui du fax. Difficile aussi de passer sans pouffer sur les déclarations proprement ahurissantes du même Krugman qui estime qu’une menace extra-terrestre pourrait se transformer en boom économique (un peu comme la Seconde Guerre Mondiale qui fut, par la reconstruction afférente, un véritable coup de booster économique, si l’on omet les millions de morts et les années*hommes perdues dans l’affaire).

Mais pour un journaliste français, tout ça passe comme une lettre à la poste, précisément parce que c’est n’importe quoi mais que c’est estampillé « Nobel ». Le sophisme de la vitre cassée, dénoncé par Bastiat et ici mis en application avec tendresse par le Jean-Michel Krugman d’Amérique, tout le monde, en France, s’en contrefiche. Bastiat aurait dû s’appeler Jean-Paul ou Jean-Michel, et pas Frédéric, c’est tout.

Malgré tout, et comme on ne peut pas se contenter de rappeler le parcours médiatique un tantinet chaotique d’un économiste pour juger de ses prouesses dans son domaine d’expertise, regardons plus avant ce qui a déclenché la vague de petits articles pétillants d’une presse française acquise aux discours du Jean-Michel américain ; dans son petit billet daté du 16 janvier, Krugman se lâche complètement à la suite de la conférence de presse de François Hollande, dont les annonces constituent selon l’économiste un véritable scandale : le président français serait en train de réaliser un virage libéral, et il remettrait le couvert pour une bonne louchée d’austérité en France.

Pourtant, Krugman le dit et le répète en se mâchouillant la barbe : « scrogneugneu, l’austérité, ça ne marche pas voyons enfin les enfants ! ». Et il en veut pour preuve les croissances anémiques, les taux de chômage records, les difficultés financières et les tensions économiques palpables dans tous les pays d’Europe pour accréditer sa thèse. Ici, les journalistes boivent du petit lait, leur inculture économique et l’absence réelle de toute volonté de recherche sérieuse leur rendant ici de fiers services.

Car, disons-le clairement, Krugman se trompe sur au moins trois chefs. Vous me direz, c’est normal, il est keynésien, militant politique et socialiste, ce qui le qualifie largement en matière d’échecs. Mais au-delà de ces raisons intrinsèques, les faits, têtus, lui donnent tort.

le honzec - la domination libéraleD’une part, économiquement, Krugman se fourre le doigt dans l’œil et les journalistes, toujours aussi finauds, l’aident grandement à lui pousser jusqu’à l’omoplate : il n’y a pas de virage libéral de la part de Hollande. Une France qui crame 57% de ses richesses produites dans le Tout-à-l’État ne peut pas prétendre, même de loin, à la moindre parcelle de libéralisme. Un pays qui a trouvé comme « solution » à la crise un renforcement de toutes les législations du travail, des corporations, un pays qui a toujours fait la place belle au capitalisme de connivence, aux affaires entre copains et coquins, et qui n’a jamais varié d’un iota sa politique économique placée systématiquement à gauche ne peut pas prétendre au libéralisme.

Pire encore, Krugman se plante ici politiquement : Hollande ne fera jamais de virage libéral, social-libéral ou même social-démocrate. Hollande est un animal politique, il émet avec sa bouche les sons qui lui permettront d’obtenir le maximum de suiveurs, de prébendiers et autres thuriféraires pour assurer son propre avenir. Si la conjoncture politique avait dicté qu’il déclare le bleu comme nouvelle couleur tendance, il l’aurait fait, quand bien même il serait venu cravaté de rouge. Ici, Krugman montre toute l’étendue de sa naïveté en imaginant qu’un type comme François Hollande pourrait éventuellement mettre ses actions en face de ses paroles, ce qui serait, proprement, inédit en France depuis plusieurs décennies. Et pardon, mais l’éloignement géographique du Jean-Michel américain n’explique pas tout : Obama est, chez eux, un excellent exemple de ce qu’on peut pipeauter pendant des années tout en conservant le pouvoir (Guantanamo, anyone ?).

Enfin, et c’est tout de même toujours aussi consternant de voir qu’un économiste peut à ce point raconter des balivernes si elles servent son petit agenda personnel, l’austérité en Europe n’a pas été mise en place. Ni en France, ni en Grèce, ni ailleurs. Jamais. Oh, pour sûr, on a pressuré les contribuables, on a écrasé le secteur productif d’impôts, de taxes et de vexations fiscales diverses. Mais les coupes claires dans l’administration, la diminution du poids de l’Etat et de son rôle dans la société, ça, en revanche, c’est … du flan : il n’en a jamais été question. Le poids des prélèvements n’a pas arrêté d’augmenter en France, le poids du secteur non-marchand aussi, l’interventionnisme d’État bat son plein. Krugman, en feignant de croire que la France pourrait prendre un virage libéral ou social-démocrate ou pédalo-flambyste, joue à l’idiot inutile, ou se laisse lui-même berner par ses propres illusions économiques.

krugman zone

Quant aux journalistes, ils relaient, frétillants d’aises à l’idée qu’un Prix Nobel De 2008 puisse ainsi égratigner Hollande qui oserait tenter un truc de fou dont Tout Le Monde Sait (à commencer par le nobélisé en question) Que Ca Va Dégrader La Situation, mais si mais si, puisqu’on vous le dit.

Jean-Michel Paul, faites-vous une raison : vos éditos sont vaguement rigolos lorsqu’ils concernent les États-Unis, mais franchement, pour la France, restez chez vous, vous dites de grosses âneries. Non, Hollande n’a pas pris de virage libéral ou quoi que ce soit. Il continue, têtu, toujours tout droit, bien perpendiculairement au mur de la réalité qu’il va nous faire prendre en pleine tête.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires224

  1. Aristarque

    Non seulement Bastiat aurait peut-être dû se prénommer Jean Michel mais surtout naître ailleurs qu’ en France… Nul n’ est prophète en son pays…

  2. petit-chat

    H16 est bien gentil de parler de ce Bidochon.
    (L’Épris) Nobel ne sont plus, depuis longtemps, dignes de les recevoir. Prix Nobel de la paix à l’Europe qui fait la guerre au monde entier, ou partagé avec Kinssinger, ça donne tout de suite le ton sur le sérieux de l’institution.

    1. Calvin

      De toute façon, il y a un problème avec ces Prix Nobel (particulièrement Economie et Paix).
      Une fois que le titulaire l’a eu, pour une raison précise et très ciblée, les médias croient qu’il détient une vérité sur le monde et l’ensemble des problèmes.
      Krugman a eu son heure de gloire dans un domaine très relatif, mais, parce qu’il parle aux décideurs et aux subventionnés, il est désormais très écouté, quoiqu’il dise, et quelque soit l’honnêteté qu’il déploie (ou pas).

      C’est comme si on demandait à Christiano Ronaldo, détenteur du Ballon d’Or, de diriger notre petite Planète Bleue. Elle est pourtant ronde, non ?

    2. Zendog

      Et comment oublier le prix Nobel de la Paix attribué à ce gredin d’Al Gore et au GIEC pour leur théories sur le RCA ? Là, c’était le bouquet !

        1. MadeInCH

          Ce fut plutôt l’éxécution de la crédibilité par injection strancutanée Pd solide par voir intercrânien, en 1994.

          Mais il y a eu de nombreuses confirmations de décès par la suite.

          Perso, je pense qu’un certain A.H. l’aurait reçu, celui de la paix, si il avait remporté son Mondial V2.0, pour avoir « Unifié l’Europe et amnené la Paix sur le continent ».

          1. MadeInCH

            Je précise que mon commentaire précédent est sérieux.

            Et que cela montre que le prix nobel de la paix est choisi par des puissants en fonctions d’intérêts politiques.

            Et non que ledit AH le mériterait.

        1. petit-chat

          Oooo VM, vous qui ne vous étiez jamais départie de la subtilité du « sexe suberbe » (HB TM, je crois) !
          Ah mais Pet c’est : Profiteur, État et Transhumance
          😳

        2. Black Mamba

          Je donne ce prix volontiers à notre Présigland, toutes les promesses qu’il nous fait c’est que du vent

          1. tess

            Oh non!! des promesses comme les siennes on pouvait s’en passer! Qu’il ne les tiennent pas, ça c’est le problème de ses électeurs! Ses promesses sentaient surtout la boule puante ! Mais attention depuis sa superbe prestation à la conférence de la presse carpette, il vire vers libéralisme POUAH! Il vire vers la ploutocratie OUI !

        3. lateo

          Le fait de chercher le lien wiki a eu l’avantage de me faire découvrir que le Nobel d’économie était lui aussi un bidule fabriqué, et aucunement lié à l’académie non plus.

          Ceci dit, et bien qu’il est assez croustillant que ce soit la banque de Suède qui décerne le Nobel d’économie, le coup du « comité nommé par le parlement » comme jury décernant le Nobel de la Paix, c’est juste énorme.

          Comment utiliser le prestige scientifique de la marque Nobel comme outil de propagande. C’est beau.

        4. Théo31

          En anglais, il y a l’expression « teacher’s pet », qu’on peut traduire par « fayot du prof » ou lèche-cul.

            1. LNB

              Et oui… ma foi je pense que si je vivais encore en France, je serais assujetti à une taxe carbone bien salée. Je produis un volume quotidien qui me fait proprement halluciner. Je tiens ça de mon père et de mon grand-père. 29 ans que ça dure et ça me fait toujours autant marrer et halluciner à la fois. Je ne voudrais pas m’étaler (ni dans mon boxer, ni ici) mais je suis en revanche très peu odorant. Je conjecture souvent que c’est lié à la dilution des plus vilains gaz dans cet incroyable volume. Je ne peux que regretter que ma femme ne prenne pas vraiment part à la discussion à ce sujet. C’est dur d’avoir des passions incongrues et je suis parfois malheureux de devoir vivre mon hobby dans le silence (tout relatif s’entend).

            2. LNB

              Ah oui mais aucun rapport avec les fayots, moi je répondais au prix nobel du pet 🙂
              Les lèche-cul, à l’école, ils passaient au large avec moi… et c’était pas pour l’odeur!

            3. hussardbleu

              Si l’on en croit Alphonse Boudard, dans « Cinoche », Simenon était atteint d’un pareil dysfonctionnement intestinal : cela vaut presque des lettres de noblesse, n’est-ce pas ?
              Et selon Pagnol, avec sa fistule, les flatulences du Roi Soleil effrayaient son cheval (et pourtant, qui a jamais entendu un cheval dans ses oeuvres comprend l’artilleur…).

    3. Tribuliste

      Tout est centralisé et gangrené… pour peu Ribery se voyait nobelisé et Kugnaman ballon d’or ; par chance un stagiaire a amené des cafés bouillants au moment opportun, gageons qu’ils soient tous aussi talentueux à l’avenir.

  3. Aristarque

    Comment cela, il n’y a pas de libéralisme en Grance? 43% de la richesse nationale résistent encore et de plus en plus mal, à se retrouver enrôlés sous le contrôle étatique. Ce pourrait être 25% seulement ou encore moins!

    1. Calvin

      Et puis il y a tellement de Libéraux en France : les médecins, les infirmiers, …
      Il y en a dix fois trop.
      Faut salarier ces gens et leur interdire de bosser autant qu’ils le veulent.

      1. petit-chat

        En lisant les commentaires sur un autre article, pas mal de professions libérales ont déjà commencé à lever le pied : à quoi bon bosser 70 h par semaine si 40 de ces heures sont destinées à faire grossir le diplodocus ?

        1. Calvin

          Oui, je confirme cette tendance.
          Comme je faisais de l’ironie, je me suis aperçu que, non seulement « on » (je parle des dirigeants du pays et de la Sécu) a cherché à limiter leur activité, qu’avec les impôts de ces dernières années et le peu de considérations de leur travail, les praticiens se sont volontairement astreints à moins de boulot (aidés par certains nouveaux venus qui sont formatés EdNat-35h).
          De sorte qu’on a désormais un grave problème d’offre de santé, que le verrou du Numerus Clausus n’est pas encore tombé (et il y aura peut-être de la résistance des syndicats) et que cela mettra des années à revenir en arrière…

          Et vous allez voir que bientôt, comme pour d’autres problèmes, l’Etat va venir pleurer comme quoi la Courbe de Laffer, ça marche très bien pour les professions de santé.

          C’est tropinjuste, on croyait avoir trouvé la martingale…

          1. Bastien

            « les praticiens se sont volontairement astreints à moins de boulot »

            Et ceux qui auraient voulu par vocation continuer à travailler ces 70h sont rappelé à l’ordre par l’URSSaf. Cas des médecin d’un village où j’ai grandi qui assurait une garde le Dimanche jusqu’à l’année dernière. Jusqu’à ce que l’URSSaf leur tombe dessus.

  4. Calvin

    Tu es gonflé de commencer ton article par un « ils s’adressent en priorité aux journalistes, notamment français, qui continuent de voir dans l’ancien nobélisé une espèce de gourou sur lequel on peut appuyer toute analyse imbibée de keynésianisme bien moisi. »

    Outre que nos journalistes :
    – sont tellement convaincus de la Vérité du Socialisme, du Collectivisme et du Keynésianisme, qu’ils ne pourront jamais accepter une autre vision,
    – sont persuadés que le Libéralisme, c’est le Camp du TréTréMal, et donc ne peuvent apprendre quelque chose ici,
    – sont occupés à penser People et politique, Stratégie de bas étage et Tactiques électorale, toute explication ancré dans le réel ne les intéressera pas…

    Et surtout, je suis de plus en plus persuadé que les journalistes ne savent plus lire ni écrire, se contentant de copier-coller dans un mouvement élégant et vain les dépêches AFP et les justifications des élus.

    Merci pour ce blog salutaire, drôle et grinçant.

    1. Higgins

      Sur les journalopes, le dernier billet de Bruno Berthez est lapidaire et totalement juste:  » Je me contente rarement du terme « journalistes » lorsque j’évoque les gens qui, en France, prétendent gagner leur vie en informant. Bien souvent, j’accole méchamment « passe-plats ». Et je les décris comme tels, c’est à dire des larbins qui passent les plats aux puissants, qu’ils soient politiques, économiques ou du star système.
      Un passe-plat, c’est quelqu’un qui pose des questions, non pas pour avoir une réponse, mais quelqu’un qui pose une question à un puissant, un maître, afin de lui offrir la possibilité de répondre ce qu’il a prévu de dire, afin qu’il parle de ce dont il a prévu de parler et dise ce qu’il a envie de dire. Un passe plat, c’est un faire-valoir, un complice, un connivent. Un auxiliaire de relations publiques. » (http://leblogalupus.com/2014/01/19/ledito-du-samedi-18-janvier-2014-hollande-la-societe-du-triste-spectacle-dun-pays-en-derive-par-bruno-bertez/)

        1. Higgins

          Un autre exemple de la nullité abyssale et de la malhonnêteté de cette population: « Cependant et dans le silence médiatique ambiant, la réaction d’une journaliste, Jade Lindgaard de Mediapart, comme suite à cette conférence au Collège de France, est emblématique des blocages évoqués par Marc Fontecave (Marc Fontecave fontecaveest Professeur au Collège de France (chaire « Chimie des processus biologiques ») et membre de l’Académie des Sciences.) au sujet de la manière dont les controverses, qui sont pourtant au cœur de la démarche scientifique, sont perçues par les médias. Jade Lindgaard qui, à ma connaissance, n’a aucun background scientifique, ne parvient manifestement pas à concevoir qu’une « sommité scientifique », comme Marc Fontecave, puisse être « climato-sceptique ». Pour elle, il s’agit d’un « paradoxe intellectuel » (sic) qui nécessite une enquête. » ( http://www.pensee-unique.fr/news.html#fonte)

          Comme l’a dit Coluche en son temps: « ils (les journalistes) ont des idées sur tout. Ils ont surtout des idées! » Avec le vide intellectuel comme bagage.

          1. gem

            il y a plein d’études rigolotes sur les liens entre traits de caractères et professions visées. Mes préférées : les liens entre
            * journalisme : mythomanie, mensonges compulsifs
            * hauts fonctionnaires : tricherie et corruption
            Autrement dit : dans une classe de terminale, la personne qui a les meilleurs chance de vouloir devenir journaliste c’est la menteuse notoire, et de vouloir devenir haut fonctionnaire c’est la tricheuse qui à l’occasion monnaie (en nature, pas en argent, hein, on est pas des chiens libéraux) les coups tordus qu’elle organise.
            Imaginez un peu qui on trouve à Sciences Po, qui vise à former des journalistes et des hauts fonctionnaires …

            1. hussardbleu

              Jade? voui, voui…. il y a des homonymes fââcheux dans l’actualité, comme cette grande jolie Belgicaine d’un riche Monsieur au patronyme gascon, saisi par la débauche comme n’importe quel Le Trouhadec… je me demande si, à l’instar du Prix de Vertu, l’académie française ne devrait pas décerner aussi un Prix du Ridicule… mais bon, il y aurait pléthore de « nominés » et la lutte se ferait au couteau, surtout si on y inclut un certain Ramzy… sans parler d’un célèbre scouterman casqué, donné « winner » à 100 contre 1…

              Donc Jade… voui, voui… mais le Lindgaard fait sérieux, ce double « a »… très classe, hein ?… Sartre lui-même, n’est-ce pas, aurait bien aimé « Saartre » pour faire la nique à Kierkegaard…

              A propos de Sartre justement, je lisais (dans les Mémoires de Jean Cau) qu’un jour Roger Stéphane, gentil garçon, lui avait dit : « Sartre, vous voudriez être en même temps femme, juif, noir et homosexuel : je peux vous dire, moi qui n’ai que deux de ces qualités, que ce n’est pas tellement facile, hein? »…

          2. Greg

            Essayez seulement d’expliquer la différence entre corrélation et causalité à un journaliste de nos jours.
            Je vous parie qu’il commence par chercher la définition des 2 mots sur google…
            Et que causalité n’est pas le terme désignant un patient de psychiatre !

            1. gameover

              Oui, quand on est malade, il ne faut pas aller à l’hôpital : la probabilité de mourir dans un lit d’hôpital est 10 fois plus grande que dans son lit à la maison.

              Si vraiment vous êtes forcés, couchez vous à même le sol, il n’y a pas de statistiques pour ça.

            2. petit-chat

              Ca me rappelle une statistique d’il y a quelques années :
              70% des accidents voiture/piétons ont lieu sur un passage piéton.
              Moralité, pour sauver sa peau en traversant une rue, surtout ne pas emprunter de passage protégé.

    2. Eole

      Si ces journaleux lisaient leur « nobélisé » dansle New York Times et poussaient un peu plus loin dans la lecture des commentaires, ils se rendraient peut-être compte que leur gourou dit des âneries! 🙂

    3. Shade

      Pour les journalistes, je nuancerai (je vis avec l’un d’eux XD ). Le poblème c’est pas tant le journaliste que le directeur de redaction qui joue les censeures. Après que certain soient bêtes comme des âne; c’est un fait; ou paresseux (j’entend souvent des raleries a ce sujet) mais un certain nombre essayent de bosser honnêtement mais se fait tellement remanier les articles que ces derniers ne ressemblent plus a rien.

      Mais il faut ménager l’annonceur / l’etat / le ministre de tutelle / les partenaires sociaux / le monstre spaghetti volant….

        1. hussardbleu

          mais bon, le « monstre spaghetti volant »… on comprend la crainte révérencielle, n’est-ce pas ?

  5. papa

    L’expression chef de famille qui était systématiquement portée par le père signifiait que ce monsieur était RESPONSABLE DEVANT LA LOI des agissements des autres membres de la famille. C’est à dire que ce n’était pas vraiment un cadeau de pouvoir fait au monsieur mais la certitude d’emmerdements. Grâce au féminisme les femmes aussi peuvent aller en prison si leur mari (irresponsable donc) fait des bêtises. Bien sur depuis l’égalité pour tous chacun se retrouve tout seul face à la loi, les enfants aussi. Tous en taule!! Une manière supplementaire de détruire la famille.

      1. Calvin

        Tu as commis un grave contresens, Vengeuse !! 😉

        Le dictionnaire Novlang n’a pas de millésime.

        Il change chaque semaine au gré des désidératas des puissants, il s’enrichit (ou plutôt s’appauvrit) de jour en jour, sans notion de date.
        Ce qui fait qu’on ne sait plus depuis quand responsabilité, liberté ou droits naturels n’existent plus. Ou si même, du coup, ils ont jamais existé !

  6. papa

    Oblabla a fait sont truc-care, mais il a laissé une porte de sortie aux entreprises: les non cdi n’y sont pas assujetis….. je vous explique la suite pour les amerdloques moyens?

      1. MadeInCH

        Le truc, c’est que les patrons DOIVENT assurer leurs employés dès que ceux-ci doivent travailler pour plus d’un certain pourcentage, pour une période dépassant une certaine longueur. Ou pour une durée indéterminée.

        Donc, les patrons n’embauchent plus que de gens travaillant pour moins que X%, et seulement pour une durée max de D jours.

        -> Explosion des mutliples petits travaux par peresonnes.
        Effets secondaires:
        – La vie est difficile, à devoir courrir après 2~3~4 petits jobs.
        – Salaire faible.
        – Dépenses élevés en transport.
        – Dès que l’on a un petit travail de quelques (pas nombreuses)heures par semaines, l’on est travailleur, et donc plus considéré comme chômeur -> Gouvernement content car les chiffres sont bons.
        – Les patrons ne forment pas leurs employés, car ceux-ci seront de toute façon remplacés sous peu.
        – « American Quality » == Travail de m3rd3.

        Exemple:
        Les bombes cargos AMERICAINES. (En dehors de toute considération morales, uniquement considérations techniques.)

        Officiellement, il y a 10% des bomblets qui n’explosent pas. -> machins explosifs amorcés, qui auraient du péter et qui sont prètes à péter, et qui peuvent péter n’importe quant.
        Lorsqu’un chaton veut jouer avec, par exemple.
        Mon Dieu, c’est trop! Alors il faut interdire ces bombes!!!

        Bon, en Yougoslavie, pour éviter les accidents avec les enfants, il y avaient une bande de tissu de couleur bien voyante attachée à chaque bomblet. Si la bomblet n’explosait pas, alors elle était visible et les enfants la voyaient et évitaient de marcher dessus.
        Note: Les rations alimentaires d’urgences parachutées étaient attachées à des parachutes bien visibles, pour être sûr d’être retrouvée et utilisée. De quelle couleur bien visible????
        Quoi? Un risque de confusion????

        Mais en discutant avec un type qui a travaillé personellement sur ce projet, ce n’était pas 10% qui n’explosaient pas. Mais plustôt 40% à 60%.

        Quoi? Comment?

        Ben oui. Le fabricant doit livrer X bombes. Il embauche 500 temporaires pendant quelques mois pour fabriquer et contrôler la qualité de ces bombes.
        Ces employés à la fabrication et à la qualité savent que dans quelques mois, il seront ailleurs, dans un autre état, en train d’assembler des autres trucs, trier des patates, ou bien faire la queue pour avec des tickets alimentaires.
        De plus, si ça ne marche pas, l’on ne s’en rendre compte que bien plus tard, et eux en auront rien à f0utr3. En plus, ce ne sera pas chez eux, mais à l’autre bour du monde, bien au-delà du Lime.

        C’était avant le Obamacare, mais je pense que ça va se généraliser.

        1. hussardbleu

          http://en.wikipedia.org/wiki/Cluster_munition#Unexploded_ordnance

          On voit même une tête de mes vieux Honest John, dont l’armée française était équipée en RFA…

          remarquez, on a aussi « clusterfuck » que j’aime bien et qui rejoint volontiers mon copain Murphy :

          clusterfuck (plural clusterfucks)

          (slang, chiefly military) A chaotic situation where everything seems to go wrong. It is often caused by incompetence, communication failure, or a complex environment.  

          et les citrons verts, c’est au pluriel…

  7. hussardbleu

    Flûte, le Krug est mon préféré champagne, man !

    Quant au Pater Familias romain, « l’exposition » me semble être une pratique à faire revivre… je la verrais bien appliquée de façon rétroactive à quelques hommes publics (et quelques femmes publiques également) que nous chérissons…

    http://terrain.revues.org/1534

  8. NOURATIN

    Déjà, économiste c’est suspect mais Prix Nobel, c’est rédhibitoire, pour y prétendre il faut afficher un minimum de collectivisme bien-pensant.
    A partir de là, il peut raconter toutes les âneries qu’il veut, il sera toujours très bien vu en France. Nous sommes tout de même un peu le pays de la stupidité gauchiarde, non?

    1. Calvin

      Non, pas forcément.
      Il y a de bons économistes, ces derniers sont très utiles, notamment en micro-économie.
      Il y a de bons Prix Nobel (H16 rappelle Hayek ou Mises).

      En revanche, il y a aussi la cohortes de pipoconomistes, très représentés en macro-économie (Tous ? pas loin !) – que l’on devrait rebaptiser en marxo-économie – dont certains s’adonnent même à la manipulation honteuse des chiffres comme Piketti (en plus de manipulations physiques comme les violences conjugales).

          1. Aristarque

            De la façon dont on en parle comme co-responsable (au minimum) du renversement d’ Allende au Chili, dire qu’il est un peu moins du camp du Mal est vraiment TRÈS optimiste quant à son niveau d’appréciation par les élites rosâtres!…

          2. tess

            Nous avons tout de même NOTRE prix nobel d’économie : Maurice allais qui virevoltais entre le socialisme et le libéralisme en fonction du vent.

        1. Calvin

          Exact, désolé…
          Remplaçons Mises par James Buchanan, Gary Becker et Milton Friedman, par exemple…

        1. Duff

          Normal… Imaginez l’indignation, la consternation, le « CHOC » (mot à la mode en ce moment) si un Murray Rothbar contemporain était distingué pour son oeuvre sur l’immoralité intrinsèque d’un état! 😉

      1. peacefulJoe

        « An economist is an expert who will know tomorrow why the things he predicted yesterday didn’t happen today. »
        Laurence J. Peter

            1. Greg

              Vouais, les prédictions…
              Les astrologues ont tiré la gueule quand un comparatif avait été fait avec des prédictions tirées un peu au hasard par un ordinateur pas trop mal programmé :
              au final il y avait plus de juste par l’ordinateur que par les astrologues.

              Première loi de probabilité : il est très probable que des événements peu probables adviennent.

  9. Nyamba

    Jean-Michel, c’est un peu le Nono Montebourre des USA : une corne d’abondance déversant à la demande une matière première idéale pour la plume incisive de notre hôte. A ce titre, je lui trouve une qualité indéniable : le sens de l’humour qui s’ignore. Quel dommage que les dirigeants du bon peuple fRaônçois prennent la plaisanterie au premier degré et, pire encore, tâchent de la mettre en application 🙁 …

    M. Hash, par le plus grand des hasards, vous ne compteriez pas traduire et lui envoyer votre billet ? Pour rire ?

    1. Calvin

      +1

      Ce serait énorme si H16 était traduit en anglais !
      Ca me permettrait de me sentir moins honteux en tant que Français.

      Que le monde sache enfin que les Français ne sont pas tous veules, jaloux, bornés, infantilisés et irresponsables.

      1. Calvin

        Ben attends, il y a des traducteurs pour Contrepoints…

        Je ne suis pas assez bon pour passer du français à l’anglais, mais peut-être que quelques uns peuvent y prendre du plaisir…

      2. MadeInCH

        Easy!
        You just have to write each article solely in English. No time lost in translation.

        As everybody should leave the Françitanic, every French can speaks/reads/writes english. No?

        Note: C’est de l’ironie!

            1. Nyamba

              Et c’est à moi que vous reprochez un manque de bienséance, voire des sous-entendus graveleux ? Tsk, tsk…

            2. hussardbleu

              Permettez que je m’insurge contre vos tsk tsk, chère amie, à un double titre :

              1/ Freddie a bien été balayé d’un souffle

              2/ Si sous-entendu grivois il y a – et je le nie, au moins de mon fait – je ne vois pas comment une jeune personne telle que vous pourrait le comprendre…

            3. hussardbleu

              « Henceforth » !…. how quaint and dainty… bet you loved Persuasion, but won’t acknowledge the fact, just to spite me…

            4. Théo31

              Pas zéro, une probabilité sur 500 000. C’est pas de chance : c’est un scribouillard d’expert qui lui a glissé cette affirmation dans son rapport et ce guignol a signé les yeux fermé.

          1. gameover

            @ Theo31

            Non 1 chance sur 500,000 c’est juste pour donner un exemple du cout que ça engendrerait pour le gouvernement.

            « For example, if the probability of the stress test conditions occurring is less than one in 500,000, and if the GSEs hold sufficient capital to withstand the stress test, the implication is that the expected cost to the government of providing an explicit government guarantee on $1 trillion in GSE debt is less than $2 million. »

            A ce sujet le sujet des « long tails » dans le domaine des distributions statistiques est assez intéressant et date des années 50.
            Il explique pourquoi des événements ayant une très faible probabilité se produisent plus souvent qu’ils ne devraient. Ceci tient du fait que le nombre d’événements dans la queue de distribution est parfois aussi important que les événements dans la distribution principale.
            Un de la dizaine de milliers d’événements avec une probabilité inférieur à 0.0001 (certainement catastrophique) se produira avec 1 chance sur 2.

            1. Greg

              Et moi qui vient d’écrire au-dessus sur le même sujet :

              Première loi de probabilité : il est fort probable que des événements peu probables adviennent.

              Mais vous êtes un peu plus pervers que moi, en prenant DSK pour explication, car vous dites que si la queue de distribution, DSK donc, avait eu moins d’événements, il aurait eu moins de (mal)chances de se faire distribuer des baffes par le principal.

  10. Calvin

    Il y a les bons et les mauvais économistes.

    Les mauvais économistes, ils voient un problème, énoncent des théories mauvaises à base de mauvaises solutions comme l’austérité, la rigueur, l’épargne. Ce sont des mauvais économistes, car, avec eux, c’est du sang et des larmes DES AUJOURD’HUI.

    Les bons économistes, ils voient beaucoup plus de problèmes (car ils sont en plus visionnaires), énoncent des bonnes théories à base de bonnes solutions comme la dépense, le crédit, le gaspillage. Ce sont des bons économistes, car, avec eux, de nouveaux et chouettes problèmes apparaissent que l’on doit traiter. Et le sang et les larmes, c’est pour PLUS TARD.

    Krugman est un bon économiste.

    1. Cerf D

      Et comme à long terme on sera tous mort on peut espérer que le plus tard ne sera pas pour nous.
      Keynes est un bon économiste.

      1. gameover

        Un bon économiste est un économiste mort.

        Pour la simple raison qu’un effet favorable a court terme a de grandes chances d’être catastrophique à long terme puisque l’économiste de court terme type Keynes ne se soucie pas des conséquences long termistes.

  11. Cédric Salvador

    Excellent article.
    Petite remarque sur l’austérité : elle a été appliquée en Estonie et en Lettonie, et ça semble fonctionner.

    1. Calvin

      On parle des pays européens qui veulent atteindre le collectivisme.
      Pas ceux qui en sont sortis et qui ne veulent plus y retourner !!

  12. Karizoc

    Concernant l’austérité en Europe  » l’austérité en Europe n’a pas été mise en place. Ni en France, ni en Grèce, ni ailleurs. Jamais.  » je vous donne ici un lien vers l’article du jour de Charles Gave sur le site de l’Institut des Libertés concernant l’austérité en Grande Bretagne, et plus précisément la réduction du nombre de fonctionnaires : ça marche !
    http://institutdeslibertes.org/perfidealbion/

    1. Calvin

      Correction : « la réduction du nombre de fonctionnaires : ça marche …  » au R-U, uniquement.

      Ici, en France Eternelle et Populaire, la réduction du nombre de fonctionnaires ne marche pas, car, sinon, on aurait essayé !

      1. tess

        Mais en france, on a tout essayé, mais rien ne marche ! toutes les idées sensées fonctionnent chez les autres mais ne fonctionneront jamais chez nous, parce que nous avons une exception francaise qui fait que toutes ces idées novatrices ne fonctionneront jamais chez nous (même les suédois ont essayé la réduction des fonctionnaires mais cela ne marchera pas chez nous) ! NOUS SOMMES L’EXCEPTION MONDIALE parce que nous sommes au fond les meilleurs dans tous les domaines ! N’est-ce pas ? Même les membres du pouvoir central chinois étaient mort de rire quand leur ambassadeur en france leur a appris que nous avions voté les 35 h.

    2. douar

      Ah non, ça ne marche pas. C’est du moins que ce dit chaque lundi matin, Thierry Pech dans sa chronique sur France Culture.
      J’espère qu’il y aura une anthologie de ses chroniques, histoire de rigoler un peu.

      1. Higgins

        France Culture, déjà pas franchement libéral, vire carrément au marxisme de base depuis peu. Je coupe de plus en plus fréquemment les infos. Il y a bien Jean-Marc Sylvestre le mardi matin (de plus en plus inaudible) et Brice Couturier (qui a droit d’asticoter l’invité le matin mais qui ne tient plus « Le grain à moudre » en début de soirée. Bilan: émission assez lénifiante très bisounoursocompatible). Thierry Pech lui, tient table ouverte, mais sa plus-value est de plus en plus faible. Peu lui chaut que le socialisme ait échoué partout, il a sa petite rente bien à lui.

        1. Higgins

          Correction, pas Jean-Marc Sylvestre mais Philippe Manière (Les idées claires tous les mardi matins en semaine à 7h39). Toutes mes excuses.

    3. Duff

      Le temps que je fasse un truc et vous avez mis le lien avant moi, libre au tenancier de faire ce qu’il veut de mon commentaire plus bas… 😉

    4. Aristarque

      Mais il faut comprendre que la GB n’ est en Europe que par la géographie tout en en étant assez éloignée par la politique et la mentalité:rappel des titres de journaux anglais : épais brouillard sur le Channel. Le continent est isolé.

  13. cyprus ill

    Paul Krugman est complètement illuminé, tout le monde le sait. Le problème aujourd’hui est, que ça plaise ou non, qu’une très grande partie de nos contemporains – disons tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans la ligne éditoriale de H16 🙂 – baigne dans la même « lumière », persuadés que l’état doit intervenir, partout et toujours. Le libéralisme véritable a quasiment disparu de tous les paysages politiques, ce qui est évidemment encore plus vrai en France qu’ailleurs. J’ai d’ailleurs pu m’en rendre compte ce WE où une discussion avec mes bons amis (de gauche) vendredi soir a failli mal tourner quand nous avons glissé sur le terrain politique et où les qualificatifs qui m’ont été octroyés étaient en résumé que j’étais un homme sans coeur, car prônant la fin de l’état-providence. Mais bref, passons…
    Mais pour vous chers lecteurs de ce blog voilà que je vous propose de lire un bouquin salutaire, qui va vous faire le plus grand bien en ces temps difficiles pour tout libéral convaincu : « La Grève » de Ayn Rand. Voici un excellent résumé sur ce blog certainement connu de certains : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-la-greve-un-roman-philosophique.aspx?article=5116677000H11690&redirect=false&contributor=Damien+Theillier&mk=2
    En ce qui me concerne, je suis partant pour me mettre en grève moi aussi !

  14. Duff

    Puisqu’il y a des avatars nouveaux qui posent des commentaires, je vais faire un peu de pub :

    http://institutdeslibertes.org/perfidealbion/

    Dernier billet de Charles Gave, pas original ni sur le fond ni sur la forme mais toujours aussi drôle et profond. L’analyse sur les 3 droites en France est plus que jamais vérifié dans la Vème république. Les bonapartistes sont majoritaires et les réactionnaires légitimistes gagnent du terrain. Plus aucun orléanistes libéraux en vue…

  15. gem

    Tu es méchant avec Krugman. Il fait juste comme Hollande : des bruits incohérent avec sa bouche, que des gens reprennent et interprètent comme ça les arrange. Ainsi, libé reprendra la diatribe contre le « virage » de Hollande, mais pas sa démolition en règle (et préalable : ça date de 2000) de la loi Duflot contre le logement :
    http://www.nytimes.com/2000/06/07/opinion/reckonings-a-rent-affair.html
    Et inversement, évidemment : moi je cite ce papier là, l’autre je m’en gausse et je l’ignore

  16. hussardbleu

    Mais il y a eu un Nobel d’Economie en France : Maurice Allais, mort depuis quelques années seulement… mais il sentait un peu le soufre, donc il fut très généralement ignoré… au surplus, il était austère, au point d’en être quasiment puritain, et dénué absolument d’humour…

    Sur les traductions d’H16, je pourrais un jour essayer, si j’ai du temps libre, mais il y a des jeux de mots, des allusions, des à-peu-près, d’ évidence absolument intraduisibles.

    Sur les économistes en général :

    • « The only function of economic forecasting is to make astrology look respectable.  »
    o Though often attributed to Galbraith, as early as 1988 in U.S. News & World Report, the earliest publications of this statement, in The Bulletin (1984) and Reader’s Digest (1985) attributes it to Ezra Solomon.

    1. royaumont

      Maurice Allais, ce n’est pas lui qui avait annoncer l’Euro comme un échec dès 1998 ? Ce en quoi il rejoignait Milton Fridman qui disait : « une banque centrale indépendante est une calamité économique et un scandale politique ».
      Les théoriciens de Bruxelle nourrit au biberon par les théories de Milton Fridman auraient pu s’en souvenir…

      1. eheime

        C’est regarder les conséquence et non la cause.
        Le probleme n’est pas l’independance de la BC.
        Le probleme est le déficit et l’endettement.
        Cela avait été compris par les rédacteurs du traité de Maastricht (regle des 3% et 60%), mais il n’avait pas été prévu de sanction réelle, qui aurait du être au choix :
        – une ingérence forcant le gouvernement à réduire son budget
        – une sortie forcée de l’euro selon des modalités prédéfinies

        Lorsque les critères des 3% et 60% ne sont plus respectés, le gouvernement est pris dans une spirale vicieuse dont il ne peut plus se défaire et qui « oblige » la BC à soutenir la politique d’endettement, comme aux USA, car sinon ça met de facto les Etats en faillite, comme la Grece par exemple.

        Ensuite on regarde de loin et dit que c’est la faute des banques centrales …
        Mais c’est bien le gouvernement qui est à l’origine du probleme.

        Et si l’on regarde de plus prêt, le probleme est que les Etats ont toujours une facheuse tendance à reprendre à leur compte des pertes qui devraient etre assumées par les vrais créanciers . L’Etat Irlandais , l’Espagne, par exemple ont repris des dettes des banques. La France renfloue la sécu. Etc …
        Il est là le problème.
        Aucun rapport avec les BC dont le rôle devrait se limiter à avoir une politique garantissant la pérénité de la valeur de la monnaie.

        1. eheime

          Si les Etats ont une politique responsable (budget equilibré et prévoyant), la question de la monnaie n’est pas un probleme.

          En fait les Fridman et autres Allais considérent que les Etats ne sont jamais responsables (ce qui n’est pas complètement vrai : Suisse par exemple) et qu’en conséquence, il faut une BC politique puisque de facto elle finissent par avoir un role politique « forcé ».

          Mais si on avait instauré des regles de sorties prédéfinies et automatiques de sortie de l’Euro, ce ne serait plus la monnaie qui devrait suivre la politique, mais la politique qui devrait suivre la regle instaurée par la monnaie .. ou alors la politique décide d’en sortir selon des regles prédéfinies (avec toutes les conséquences inflationnistes, et de change, qui s’ensuivent) si elle s’entete dans sa mauvaise gestion. Car au delà d’un certain point cela devient la seule issue possible, comme le Japon est en train de l’expérimenter.

          1. eheime

            Avec des sanctions claires et connues à l’avance en cas de non respect des criteres de Maastricht, les politiques n’auraient pas pu se refugier derriere la « méchante europe ». Cela les auraient contraints, soit à prendre au bon moment les reformes qui s’imposaient, soit à sortir du systeme européen sans plus aucun soutiens que sont la force de l’euro et le rachat de dettes par la banque cnetrale européenne en cas de gros probleme.

            1. royaumont

              Pas tout à fait d’accord. Infiger des sanction financières à un pays surendetté revient à faire une saignée à un anémique. C’est de l’économie selon Thomas Diafoirus.
              La seule solution est de rendre les pays et les Etat directement responsable de leur actes. Plus la sanction des marchés tombe vite en cas de dérapage, moins elle est violente. Avant l’Euro, des pays comme l’Italie (ou la France) se prenaient des gadins de temps en temps sur les marchés des changes, redressaient alors la barre. Moyennant quoi, tous les pays de l’UE avaint un taux de croissance autour de 2% en moyenne sur 10ans, contre 0% depuis l’Euro avec de fortes disparité entre les pays riches qui progressent encore un peu et les autres qui plongent.

            2. gem

              L’argument « Infliger des sanction financières à un pays surendetté revient à faire une saignée à un anémique » est recevable, mais
              1) il confond le pays et l’état. Or en réalité c’est le déficit qui est une saignée infligé au pays par l’Etat
              2) à défaut de sanctions financières, qui de facto seront subie par le pays et non par l’état, il est tout à fait possible de prévoir d’autres types de sanctions différentes. De foutre au tôle (ou au bagne) les responsables par exemple (on a bien été chercher des « criminel de guerre » en ex Yougoslavie, et il ne serait pas possible de faire pareil en Europe même ? ). Ou de punir financièrement les complices (tous les fonctionnaires et assimilés). Ou de saisir des biens : or de la BdF, trésors du Louvre, droits de prospection minière [gaz de schiste, charbon, …]. Ou …
              Bref : il suffisait de le prévoir

            3. eheime

              @ Royaumont.
              Je n’ai pas parlé de sanction financière.
              J’ai juste dit :
              – soit une sortie de l’euro avec des conditions préétablies
              – soit une ingérance visant à forcer ce qu’un gouvernement normal devrait faire toujours : équilibrer le budget en coupant les dépenses.
              Il ne s’agit pas de punir la population mais de lui laisser le choix de la solution.
              A mon sens la population est sanctionnée lorsque l’Etat renfloue les banques et les systemes de protections mal gérés.

        2. gameover

          @ eheime
          Tu dis que la France renfloue la sécu… et que la perte devrait être assumée par le vrai créancier (je pense que tu as voulu dire débiteur).

          Pour ce qui concerne la sécu c’est bien l’état qui fait la politique de santé et qui est le véritable gérant du bidule (les syndicats n’étant là que pour la paie).

          1. royaumont

            @ eheime
            Je comprends l’argument et sa logique. Equilibrer ses comptes relève du plus élémentaire bon sens.
            Pour la part je reste allergique à toute forme d’ingérence, même pour un bon motif. C’est, de mon point de vue, une atteinte à la souveraineté, donc à la citoyenneté, donc à moi…

            Pour renflouer les banques, ce n’est évidemment pas une bonne chose, il faut laisser chacun face à ses responsabilités. Ceci dit, le précédent Lehman Brother donne des raisons d’hésiter. Il faut rester pragmatique.
            Quant à la sécu, elle n’est pas que mal gérée : c’est pire, c’est un jeu de Ponzi, donc destiné à s’effondrer. Nous sommes sur ce point dans un piège : il faut à tout pris changer la logique du système et nous sommes dans l’impossibilité de le faire.

  17. hussardbleu

    J’aime bien celle-là aussi :

    • Hitler also anticipated modern economic policy . . . by recognizing that a rapid approach to full employment was only possible if it was combined with wage and price controls. That a nation oppressed by economic fear would respond to Hitler as Americans did to F.D.R. is not surprising.

  18. Marc

    J’ai eu le plaisir d’assister l’année dernière à une conférence de Krugman où le public lui était plutôt hostile. Ce que j’ai vu et entendu confirma ce que je savais déjà. Il a la bonhomie, la barbe bien taillée et le prix de son côté. Et les chats l’aiment bien (http://cdn-libertylawsite.s3.amazonaws.com/2013/12/Krugrman.jpg) même si à mon avis il y a là raison de se méfier, tout comme de la barbe de papa noël… parce que sans les cadeaux hein… bref revenons-en à nos moutontribuables.
    Je disais donc qu’il montra clairement ses capacités limitées à répondre à des questions claires et nettes, mais qui le mettent à nu.

  19. royaumont

    petite question innocente sur le « pacte de responsabilité » : comment faut-il le comprendre ?
    – un enfumage en bon est due forme, avec la volonté bien établie de ne rien faire ?
    – une capitulation sans condition face à la réalité du marché, enrobée de contreparties vagues et inapplicables histoire de sauver la face ?
    – il y croit vraiment et une nouvelle usine à gaz administrative va naitre, dont la plus sûre conséquence va être une paralysie accrue (si tant est que ce soit possible) de la vie du pays ?

    1. Higgins

      Une simple allégeance aux thèses du MEDEF (et accessoirement au grand capitalisme international) qui, comme chacun le sait, est l’incarnation type du capitalisme de connivence, pardon, du libéralisme dans ce pays. Il a simplement acheter un ticket, gagnant peut-être, placé certainement pour les prochaines échéances.

    1. Tribuliste

      Il y a une logique derrière tout ça : laisser venir au monde des bouches inutiles et leur assurer un logement futur. Et pendant ce temps-là une None accouche 😆

      1. hussardbleu

        Non seulement Jésus était le fils de Dieu, mais encore sa mère était de très bonne famille….
        No quarter given, none expected….

          1. Black Mamba

            POURQUOI MATTHIEU NOMME-T-IL CINQ FEMMES ?
            Seul Matthieu insère des femmes dans la généalogie de Jésus : Thamar, la belle-fille de Juda qui s’est prostituée avec son beau-père Juda pour concevoir ses enfants ; Rahab, la prostituée de Jéricho qui se convertit au Dieu d’Israël et permet aux juifs de s’emparer de la ville de Jéricho ; Ruth, une Moabite veuve qui se convertit elle aussi et épouse Booz, un homme de la lignée de Juda ; la femme d’Urie, Bethsabée, qui s’unit à David dans une relation adultère et enfante Salomon ; et Marie, sa mère.
            http://www.la-croix.com/Religion/Spiritualite/Les-genealogies-de-Jesus-_NP_-2012-12-21-890681

            1. gem

              « pourquoi », il n’est plus là pour le dire. Cela dit, il est bien clair dans la bible que la procréation et l’adhésion à la Loi d’Israël sanctifient (au sens propre) la femme, et que tout le reste (étrangère, esclave, pute, incestueuse, adultére, …) Dieu (et Jésus) s’en branle.
              Pour un mec c’est quasi pareil, d’ailleurs, mutatis mutandis

            2. Black Mamba

              La None accouche et alors ? Peut importe les origines (mon correcteur automatique avait mis « orgie » en première intention 😉 ) qu’elle soit une sainte ou une pute, un enfant vient au monde grâce au ventre d’une femme et cela pour le moment les Pro-du-genre ne peuvent pas le nier …

            3. Théo31

              « un enfant vient au monde grâce au ventre d’une femme »

              Mais pas seulement.

              Ca doit faire enrager les féministes d’être dépendantes de la b*** de l’homme pour se faire engrosser. 😀

          2. Black Mamba

            http://www.francetvinfo.fr/societe/la-question-du-jour/loi-sur-l-egalite-homme-femme-doit-on-davantage-inciter-les-peres-a-prendre-un-conge-parental_509265.html
            J’imagine très mal mon époux prendre un congés parental de 6 mois alors que c’est lui le moteur de la société ( Pour les nouveaux venus , white panda est cloitré dans la cave et doit pédaler jour et nuit pour alimenter la maison en électricité )
            Cette égalité entre les hommes et les femmes est de plus en plus débile … C’est pourtant si simple d’apprécier les différences entre les deux sexes ….

            1. Greg

              Sans vouloir paraître trop pointilleux, s’il pédale jour et nuit, peut-on parler de marcher à voile et à vapeur ?

              Ils semblent donc plutôt rouler à poil et à pas d’heure ?

            2. hussardbleu

              Bon, lors, puisqu’on est parti dans le délire, permettez moi d’y ajouter un peu, passant de la Nonne – la virgo paritura d’espèce, ou quasi, mais ayant besoin, outre d’une participation masculine, de deux « n » – à l’Annone, si essentielle, aujourd’hui comme hier pour maintenir la Paix Sociale : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9fet_de_l%27annone

            3. Tribuliste

              @HB : Pas mal 😆 mais le parallèle prend véritablement fin concernant l’abstinence et le pêché 🙁

    2. Calvin

      Non-sens.

      Editer un site anti-IVG est tout bonnement débile.
      En revanche, éditer un site qui informe sur les problèmes psychologiques de l’IVG est utile. Salutaire, peut-être.
      Or, ce sont ces sites qui sont visés par les législateurs.
      On veut détruire l’information, on veut faire des citoyens des moutons ignares.

    3. gameover

      A ce sujet je viens juste d’entendre un débat sur le sujet de l’avortement sur BFM. On se demande pourquoi quelques uns ont souhaité enlever 3 mots dans la loi Weil, ou du moins on le sait trop bien, ça va occuper les écrans.

      Toujours est-il que dans ce débat un des intervenants prônait que le foetus était vivant et l’autre non… en indiquant que c’était la loi qui le disait. Voilà où sont en train de nous emmener les coups de canifs dans la liberté d’expression.

  20. Kékorésin

    Sacré Krugman! Il fait malheureusement parti d’une cohorte de prévisionnistes en tous genres, estampillés experts par des médias et des politiques! Ils ont un avis sur tout et ils servent d’alibi pour pas mal d’incultes et de gens qui vous veulent du bien en supprimant au passage (un peu, beaucoup, passionnément…) les quelques micromètres de libertés (ou illusions de) qui nous sont généreusement laissées. Les mensonges d’état n’en sont que plus crédibles lorsqu’ils s’appuient sur ces êtres éclairés, copieusement relayés par les laquais ignares d’un journalisme courant après la pub et les subventions de leurs maîtres!

    Les bons vœux de la panthère rose en sont un exemple pitoyable. Voir ces petits scribouillards sagement alignés en levant le doigt, attendant d’avoir l’insigne honneur de poser leur question innocente qui fâchera pas trop le (petit)gourou. Les voir baigner dans la magnanimité sirupeuse alors que ce pays sombre dans les abysses, quel spectacle mes amis! Le staff de la propagande de De Gaulle ne faisait pas mieux (au moins à l’époque existait HARAKIRI).

  21. Celes

    Euh… Attention de ne pas rapprocher les « Démocrates » ricains, qui outre leur lâcheté sont intelligents et ont les pieds sur terre et un solide programme économique (par opposition à ces crétins de cow-boys répub)…
    Et le PS français, qui n’a aucune idée, une idéologie stupide basé sur un égalitarisme imbécile et aveugle, une volonté de créer un utopia irréalisable, et composé d’une magnifique brochette d’escrocs dénués de morale.

    C’est pas du tout la même chose.

    1. Les démocrates ont un solide programme économique ? Ah bon ? Ils y ont travaillé hier soir et n’ont averti personne, alors…

      1. Celes

        Programme… C’est un grand mot. Ils ont des idées.
        Et celles-ci sont davantages sensées que les répub.

        Je suis bien conscient que ce sont tous des idiots corrompus, les USA ne sont certes pas en reste sur la France, mais les Démocrates restent moins pires à mon sens.

        Je préfère un Obama à un cow-boy stupide créationniste extrémiste religieux paranoïaque fan de la NRA et bélliqueux…

        Mais ce n’est pas tant les USA que je critiquais que ta comparaison entre démocrates et PS…
        Notre parti socialisme est prodigieusement plus performant que le leur en terme de débilité, d’hypocrisie, de corruption et de malsanité, ce n’est pas comparable…

        1. Tu as des idées fausses sur Bush (qui est bien moins bête que ce que les médias ont voulu faire croire), et au moins autant sur Obama (qui est un parfait hypocrite).

          1. Duff

            Oui mais il y a bon cowboy et le mauvais cowboy. Bush père étant dans l’administration Reagan et s’est mis en tête de faire la guerre partout au moyen orient pour les intérêts de ses amis et de sa boîte de pétrole. Les bons cowboys ne sont pas interventionnistes limite isolationnistes. Bush fils n’a pas découragé les banques à contracter des prêts immobiliers à des américains insolvables ni son administration à guerroyer un peu partout… Pour le reste ok.

            1. gameover

              Je préfère des américains qui stabilisent une zone au nom de LEURS intérêts ouvertement géo-politico-économiques plutot que nous qui allons guerroyer en Afrique pour leur apprendre ce qui est bien mais sans en tirer de bénéfices.

              Quand les US se seront recentrés sur l’Asie, ça va être un sacré bordel au MO sauf si on donne les clefs à l’Iran, ce qui semble effectivement en train de se réaliser.

            2. Duff

              Cher gameover, la France intervient en Afrique dans des pays limitrophes de pays qu’on ne veut pas voir destabilisés et qui sont comme par hasard producteurs de gaz, pétrole, uranium. Nous ne sommes pas plus naïfs que les autres.

            3. gameover

              Cher Duff,
              On fait surtout le travail des chinois là-bas car pour nous c’est cuit. Etre français en Afrique ce n’est plus une protection, j’en sais quelque chose. A force de faire notre mea culpa on leur a fait croire que c’était nous qui étions la source de leur misère.

            4. Peste et coryza

              L’Idéologie de gauche, encore et toujours.
              Et purement mensongère par dessus le marché.

              Au moins, les chinois ne s’embarrassent pas de ce genre de questions.

        2. gameover

          Croire que les Républicains US sont des abrutis c’est une vision Guignols de l’Info. Souvent des caricatures de texans comme si les français se résumaient à Nadine Morano ou Mélenchon.

          Beaucoup prennent la caricature de la World Company pour la réalité.

          Peu de français regardent les chaines de télé américaines… forcément avec leur niveau de langue…

          Il me semble que Canal+ ne diffuse plus le Daily Show de Stewart en VO ou en sous-titré. C’est un regard intéressant sur le monde, le nôtre et le leur.

          1. D’autant que Jon Stewart n’encense plus du tout Obama. Oui. Même lui, démocrate en diable … il a vu qu’Obie était un gros menteur. C’est dire.

            1. gameover

              Oui il a quand même toujours été pour le consensus entre républicains et démocrates.
              Mais depuis un an ou deux je le sens presque libéral au sens américain du terme.

        3. Théo31

          « Programme… C’est un grand mot. Ils ont des idées. »

          Une heure avec des membres du Klan (qui ne recrute que des démocrates) et on en reparle.

  22. Tribuliste

    Le « Tout à l’Etat » a particulièrement retenu mon attention… et j’imagine avec délice mes « prises de chasses » venir s’affaler nonchalamment sur le bureau de nos ponctionnaires, avec une préférence pour les Impôts cela va de soi.

  23. Hugues001001

    Franchement M. H16, dire des personnes qui « bossent » à Libération qu’ils sont des journalistes, c’est un peu fort. Déjà que cette consternante publication ne mérite pas l’appellation de « journal »…

  24. channy

    Ce cher Jean-michel krugman, il a laissé un souvenir inoubliable au pays de ma moitié la Malaisie durant la crise asiatique de 1997..d’ailleurs les pays qui n ont pas suivi ces recommandations s’en sont très bien sorti..
    Il fallait lire les échanges enflammés entre le premier ministre malaisien Mahatir et Jean-Michel..les noms d’oiseaux n’étaient vraiment pas loin..
    Toutefois si les deux se détestaient cordialement ,Mahatir a reconnu à Krugman d’avoir le courage de ces opinions et de reconnaitre ses erreurs….le problème c est que krugman reconnait ces erreurs seulement quand les autres solutions ont marché et avec des résultats incontestables.;sinon ce n’ est jamais de sa faute.
    Un petit souvenir avec la lettre envoyée par ce cher jean-Michel au premier ministre Mahatir quand celui ci avait refusé de mettre son peuple à genoux devant le FMI et opté pour le contrôle des changes
    http://web.mit.edu/krugman/www/mahathir.html
    L’histoire donna raison à Mahatir , Jean Michel s’excusa en 2003 si j ai bonne mémoire.
    Moralité: les conseils de Jean michel c est comme ceux d ‘Alain Minc mieux vaut ne pas les suivre.

    1. hussardbleu

      Paul et Jean Paul : je réagis seulement maintenant avec l’esprit de l’escalier…. sacré Laurent… ce H16, quand même, il a de la lecture…

  25. Olivier Vitri

    Allez, je me lance pour un hors-sujet pignolesque : je ne peux pas résister à partager la Pignouferie abyssale du jour, FraônceTV nous gâte :

    Un « anti-Hollande » interpellé pour un dirigeable en forme de quenelle…

    http://bit.ly/1dKv9z5

    Rions un peu en ce bon lundi fraônçais.

    1. hussardbleu

      Ce type est extraordinaire ! il faut lancer un mouvement sur les réseaux sociaux pour le faire libérer !
      Et un X, en plus… depuis Raymond Abellio, il n’y a pas dû en avoir beaucoup, dans cette maison du conformisme arriviste…

      1. Olivier Vitri

        Ce qui m’amuse bien, c’est de tenter d’imaginer cet aérostat… phallique, étronesque… ou approchant. Très cohérent et en ligne avec le fumier de la semaine passée au nez de l’A.N.

        La Socialie en fond de la cuvette : à quand la chasse ?

      2. gameover

        Génial !
        Les statuts de son association ont été refusés en préfecture et sa voiture « Hollande dégage » saisie pour publicité clandestine (mais pas mensongère!).
        Dés que son association fonctionne, je lui envoie 50 Euros à titre de soutien.

    2. Calvin

      Un dirigeable en forme de quenelle…

      Oh, my God…

      D’ici peu, j’imagine le nombre de femmes usant d’un ustensile intime en forme de quenelle (prélude à une subversion anti-séminale… euh… antisémite…) risquant d’être interpellées…

      Oh, my Gode…

      Vraiment…

        1. hussardbleu

          C’est cela, BM, poussez les enfants à la perversion ! vous pourriez quand même respecter ce pauvre petit Calvin qui doit sans doute recopier des textes qu’il ne comprend pas ….

    1. hussardbleu

      Honnêtement, la SF me gonfle (j’ai essayé plusieurs fois, le seul qui m’ait séduit, c’est « l’Autoroute Sauvage », de Gilles Thomas, mais même ainsi, c’est du western transposé).

      Celui que tu indiques, c’est un démarquage, avoué, de Hornblower, vieille série anglaise de romans, fascinante pour qui aime l’histoire de la Révolution et de l’Empire. Et là, on peut admirer et la plume de l’auteur, et sa science de la marine à voiles, et jusqu’à sa connaissance de la sociologie de la période… chef d’oeuvre absolu, Hornblower…

      1. Aristarque

        Chef d’ oeuvre absolu, quel enthousiasme pour des romans d’ aventures maritimes de belle facture, je conviens.

        1. Greg

          Ni le monde des non-A de van Vogt ?
          Vous, littéraire, avez certainement un intérêt pour la sémantique générale ?
          De plus, traduit par Boris Vian tout de même… Mais pas sa meilleure traduction selon moi, il faut parfois manger, j’imagine.

    1. Théo31

      Une austérité fondée sur quelques économies sans une baisse substantielle des impôts et une diminution drastique du périmètre de l’Etat n’est pas une austérité.

      La cour constitutionnelle a refusé le licenciement des fonctionnaires et vient de retoquer la baisse des pensions de retraite du secteur public. Tu parles d’une austérité.

      1. Duff

        Juillet 2011 : Impossible de payer quoi que ce soit en CB à Lisbonne en dessous de 50 euros. On passait notre temps au DAB. Pendant ce temps là, en face des monuments des types nous accostaient tous les 10 mètres pour nous proposer du cannabis ou de la coke, aucun policier en civil de toute évidence. J’ai compris pourquoi ces pays là ne connaîtrait aucune révolution/rébellion/ou simple soulèvement populaire pour changer les choses. Voilà ce que l’austérité débile, par des politiciens non moins débiles a produit.

  26. Greg

    Pas lu tous les commentaires donc j’espère que personne n’a déjà soulevé le point…

    « H16 :
    l’austérité en Europe n’a pas été mise en place.
     »
    Ah pardon mais non! Enfin tout dépend si vous considérez la Suisse en europe ou pas…
    Car nous avons eu ce que nous avons appelé
    « Le frein à l’endettement »
    Une politique qui a fait descendre les fonctionnaires dans la rue car leurs salaires ont été gelés longtemps.
    Mais évidemment, la Suisse depuis se porte bien plus mal, donc n’en tenez pas compte… 🙂

    1. LNB

      Je peux en témoigner : ici en Suisse, en cas de catastrophe naturelle ou ferroviaire, les gens pillent les victimes. Il y a des sdf partout. L’insécurité est palpable : les gens se sont même mis à fermer leurs portes à clef. Un mois de salaire ne permet même plus d’acheter une petite voiture d’occasion. La haine est à tous les coins de rue. Les stations de ski ferment, les usines aussi, pas un radis dans les EPF et les UNI… Bref, c’est le tiers monde. Mais c’est normal, comme on m’a dit quand je suis parti : « en Suisse? ils sont xénophobes, c’est le pays de la délation, ils vivent avec le pognon qu’ils ont piqué aux juifs, tu n’auras pas d’assurance maladie, c’est un paradis fiscal plein de gangsters qui blanchissent etc. etc. ». Bref, normal qu’on ne prenne pas exemple sur ces gens qui manifestement ne comprennent rien à l’économie et ce depuis des siècles et des siècles…

      1. Aristarque

        Et puis comme ils sont aussi lents de parole que d’esprit, comment pourraient-ils accéder aux merveilleuses réalisations du socialisme réservées aux esprits capables de concevoir que 2+2=5 quand ce n’est pas 6. Même pas capables d’appliquer Keynes correctement!

    1. Black Mamba

      En dehors de faire des théories , a-t-il un jours travaillé sur le terrain, monté une société

      1. Duff

        C’est une bonne question! Les oints du seigneur font rarement de bons managers/entrepreneurs… Une simple coïncidence probablement

        1. Peste et coryza

          Normal

          Ce n’est pas leur rôle.

          Un économiste, c’est un clerc.

          Or les clercs sont faits pour « orienter » la richesse, pas pour la créer.

    2. Nyamba

      Beautiful. Pour relancer une économie moribonde, rien de mieux, en somme, que du sang, des larmes, et plein plein plein de gens qui souffrent. Guerre, aliens ou catastrophe nucléaire, le pire est ce qui peut arriver de mieux !
      Merci Jean-Michel, j’ai enfin tout compris.

  27. HerveLE

    le stagiaire, c’est l’infanterie du libéralisme.

    sans stagiaires, c’est comme avoir une marine mais pas de troupes à débarquer… vous perdez la guerre.

Les commentaires sont fermés.