Najat Vallaud-Belkacem voudrait-elle en finir avec le collège unique ?

Cette semaine, pendant que les rêves révolutionnaires grecs étaient – comme prévu – douchés par une humide réalité, pendant que les craintes turbo-libérales françaises étaient drainées par le tsunami de macron-bricolages, on apprenait, étonné mais satisfait, que la ministre de l’Édulcoration Nationale abandonnait enfin l’idée de remplacer les notes par une distribution de gommettes colorées.

Eh oui : en l’espace d’un gros mois, Najat Vallaud-Belkacem aura propulsé son ministère d’une position où la suppression des notes jusqu’à la sixième était, pour ainsi dire, actée, à celle, diamétralement opposée, où il devient urgent de ne surtout rien changer à la notation telle qu’elle existe. Il faut dire qu’entre temps, le Chef de l’État a, encore une fois, fait preuve de son habituelle lucidité de boule de billard et, ayant prestement rebondi sur les événements terroristes comme sur une bande caoutchoutée du jeu au tapis vert, il a décidé que, tout compte fait, l’école devait évaluer. Exit donc, l’idée des gommettes.

Et si l’on passe sur la forme, particulièrement cavalière (et donc d’autant plus amusante) qui accompagne cette bonne nouvelle, on pourra se réjouir du fond qui permettra de ralentir enfin un peu la navrante déconstruction scolaire à laquelle s’emploient maintenant à peu près tous les ministres qui se sont succédé au poste depuis plusieurs années, à coup de réformes toutes plus néfastes et brouillonnes les unes que les autres.

Et justement, en matière de réformes brouillonnes et néfastes, on commence à peine à dresser le bilan de celle des rythmes scolaires dont le coût gonfle gentiment pour atteindre actuellement les 80 millions d’euros, à la charge des départements qui se feront un plaisir de les facturer à leurs contribuables (souriez, vous êtes taxés).

C’est dans ce contexte qu’on apprend que la ministre s’est longuement entretenue le 16 février dernier avec François Lenglet pour appuyer, en bonne soldate ministérielle, les déclarations de Manuel Valls qui voit perdurer trop de ghettos et d’apartheid social dans le pays. Et, ô surprise, au milieu de la soupe de grumeaux gluants que la socialiste nous livre habituellement, on trouve quelques étonnantes réflexions.

Tout part, bien sûr, du constat évident que Manu le Premier a raison, forcément. Et forcément, « Nous avons besoin d’une action très forte des pouvoirs publics pour casser cette ségrégation sociale et territoriale », parce que cette ségrégation n’est pas le résultat d’un choix, ni de l’État, ni des Français eux-mêmes. C’est probablement (faute d’autres explications) un hasard malheureux. Mais les hasards, ça se combat, « les Français dans leur ensemble doivent être convaincus ». Doivent. Au besoin, on utilisera une solide propagande communication.

najat vallaud belkacem scrogneugneuPropagande Communication qui devra pourtant s’accommoder d’une réalité indépassable : s’il y a de l’apartheid, il n’est pas au niveau du diplôme. Parce que bon, la ministre le rappelle, « L’école pour tous existe. Nous avons près de 90 % d’une classe d’âge au baccalauréat. »

Zut. C’est confus, mais c’est Najat, que voulez-vous. Il y a des gros bouts de ghetto partout, MAIS 90% d’une classe d’âge au bac. Ce qu’il faut combattre. Les ghettos, pas le bac. Suivez, un peu.

Et pour obtenir ce résultat, deux solutions existent : l’une revient à augmenter l’intelligence et la culture moyenne du lycéen. C’est très complexe et coûteux. Alternativement, on peut baisser le niveau requis pour obtenir le diplôme. C’est assez simple et peu coûteux sur le court terme, ce qui tombe exactement dans les prérequis politiques électoraux (ça tombe bien). Sur le long terme, cela donne bien sûr des générations de têtards munis d’un papier sans valeur, bercés d’illusions, sachant à peine lire, écrire et compter mais qui restent persuadés d’avoir atteint un niveau suffisant pour la suite de leur carrière. C’est du rêve en poudre, instantané, qui gonfle avec un peu d’eau et un brassage à la petite cuillère, … mais ça reste du rêve.

Rêve qui provoque, on le comprend, quelques soucis : « Le plus terrible dans tout cela, ce sont les élèves qui bataillent et obtiennent des diplômes, ont des compétences, mais qui ne trouvent pas d’emploi. »

Ah oui, ma brave dame, mais d’un autre côté, si le diplôme ne vaut rien, faut-il vraiment s’étonner que les entreprises ne se jettent pas sur des candidats dont les aptitudes à réfléchir n’ont absolument pas été démontrées ? Ici, les deux faits « bac distribué généreusement » et « faible employabilité même muni du bac » n’entrent jamais en contact l’un de l’autre dans l’argumentaire de Najat. Ça ne fait pas chbing dans sa tête, tout simplement parce qu’il y a une autre explication, plus appétissante (parce que plus socialiste) : « Les rentiers et héritiers sont toujours mieux servis que ceux qui doivent faire leurs preuves avant d’accéder à quoi que ce soit. Nous essayons de corriger cela en donnant des moyens aux établissements scolaires. »

Et ces moyens n’ont jamais diminué en 30 ans, jamais. Pourtant, les résultats sont de plus en plus mauvais. Mieux : cette distribution d’argent public dans l’éducation est supérieure à la moyenne européenne, supérieure à celle de l’Allemagne par exemple, qui obtient pourtant de bien meilleurs résultats.

dépenses publiques éducation union européenne

En fait, il n’y a pas corrélations évidentes entre le niveau de dépenses publiques dans l’enseignement et les résultats obtenus ! Pire : ne rien dépenser ne signifie pas nécessairement qu’on n’obtient aucun résultat, et les trente dernières années ont largement prouvé que dépenser toujours plus ne permet pas d’obtenir un résultat positif. À bien y regarder, on aurait même furieusement tendance à penser le contraire. Seule conclusion opérationnelle que tire cependant notre ministricule ? Il faut plus de moyens, pardi !

parabole de l'aspirine (c) Maître Du Monde

Le pompon est cependant atteint lorsque l’entretien aborde la douloureuse question de l’ascenseur social français, tristement bloqué.

« Quand vous ne connaissez que des adultes au chômage ou des adultes ouvriers, vous ne pouvez pas rêver, spontanément, de devenir astrophysicien »

Parce que voyez-vous, apparemment pour la socialiste, l’élève pauvre est un peu con.

Voici résumé, en une petite perlouse de Pensée Socialiste Magique™ de Najat, la vraie, l’ultime raison pour laquelle l’ascenseur social français serait resté coincé dans sa rouille entre le deuxième et le premier sous-sol : comme les enfants ne voient autour d’eux que des chômeurs ou des ouvriers, ils ne peuvent pas rêver de devenir astrophysiciens. Au passage, le fait de voir des chômeurs et des ouvriers ne les empêche toujours pas de rêver de devenir astronautes, pompiers ou joueurs de football, mais je suppose que c’est parce que ces enfants sont entourés de pompiers chômeurs, d’astronautes ouvriers et de joueurs de football astrophysiciens.

La suite, logique, est toute tracée : comme ces enfants n’ont pas autour d’eux de pompiers de joueurs de foot d’adultes qui pourraient les faire rêver, l’État omniscient, omnipotent et omnivore va leur en fournir par palettes de 12 en shrink-wrapped. Forcément, ça va marcher puisque cela n’a pas du tout été tenté pendant les trente précédentes années. Et puis, avec un diagnostic aussi pertinent, comment douter que la solution soit parfaitement calibrée pour les besoins ?

Du reste, on ne peut que s’étonner que ce soit quelqu’un qui, justement, vient de l’immigration et ne provient pas d’une famille bourgeoise qui prétende ainsi que l’ascenseur social français soit à l’arrêt : il a très bien marché pour elle et le plus amusant est qu’elle en convient par la suite sans péter un klaxibule sous le poids de ses propres contradictions. Mieux, elle démontre amplement qu’à condition de se lancer dans la politique, même en loupant l’ENA (deux fois), on peut parfaitement parvenir à décrocher la timbale. Cela suppose, bien sûr, une hontectomie très jeune qui permettra de faire avaler les plus grosses couleuvres à ses électeurs, mais la ministre établit ici par l’exemple que ses explications sociologiques sont parfaitement ineptes.

En revanche, c’est lorsqu’on lit qu’« Il faut arrêter de vouloir traiter tous les établissements scolaires de France à égalité » qu’on entrevoit, pour la première fois, une fissure dans le bel Éden que le socialisme triomphant avait réussi à bâtir dans le pays en terme d’éducation. Apparemment, l’idée même du collège unique ne fait plus l’unanimité, sinon en acte, au moins en parole. Il aura fallu trente années pour se rendre compte de l’absurdité du concept et, surtout, de son aspect néfaste.

Peut-être trente années supplémentaires suffiront-elles à passer à l’action concrète, en donnant enfin la possibilité à chaque établissement de fixer lui-même son type d’enseignement, son programme et ses objectifs ?

Seulement trente ans pour passer à l’action ? On peut rêver.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires260

        1. Pheldge

          Selon votre avis, fait-elle partie des 38% de femmes qui … dont nous parlions il y a peu ? parce que ça pourrait me faire réviser mon opinion ! 🙂 🙂

          1. Black Mamba

            Je ne connais pas intimement la miss , et tu ne peux poser la question comme ça sans quelques formes cérémonials d’introduction du sujet … Une femme reste une femme, ….

    1. paf

      c’est quoi cette video de merde? on dirait du journalimse francais…les pauvre petits chous.Ils ont de moins bons resultats parce qu’ils sont des cancres.Il n’y a qu’a voir les eleves qu’ils interviewe, ce sont ceux qui fument de la beuh derriere le prefa au lieu d’aller en math.

  1. calc8

    Très bon billet, très drôle, sur une situation désespérée (syntax error: « du du rêve en poudre »).
    Les allées et retours des ministres qui « essayent » des stratégies en parlant tout haut devant la presse pour vérifier si l’une pourrait plaire sont fatigants (et probablement coûteux).
    Concernant les apartheids sociaux, je reste convaincu que « L’instructruction Nationale » ira mieux quand « L’éducation Familiale » fonctionnera pleinement (c’est au parent qu’appartient l’éducation de leurs enfants, et à l’école de les instruire) : envoyer des sauvageons à l’école-garderie n’a aucun sens.

    1. Pat

      Les traditions et la mentalité familiales sont souvent très connes, du genre « A 16 ans, il faut partir travailler » (sous-entendu : étudier, ce n’est pas travailler), « les filles n’ont pas besoin de faire des études », « les bourgeois poussent leurs enfants dans les études pour qu’ils puissent exploiter les autres », « nous ne sommes que de petites gens, ce n’est pas pour nous », et j’en passe. Tout cela, je l’ai réellement entendu.

      1. Val

        @Pat , certes , c’est effectivement un discours entendu . Mais il y a bien longtemps , à l’époque ou les instits instruisaient vraiment , l’école permettait vraiment à des jeunes infligés d’une telle famille de « sortir du cadre » . L’idée , c’est de fournir aux jeunes le maximum de piliers solides sur lesquels ils pourront s’appuyer pour s’épanouir. De nos jours , l’école n’est plus un pilier fiable , bien au contraire . Quant aux familles … elles sont souvent en lambeaux .

      2. Kekoresin

        Quelques dizaines d’années en arrière, les instituteurs poussaient les élèves à rester dans leur castes.

        Un fils d’ouvrier, même avec de bonnes capacités intellectuelles ou une aspiration à faire un autre métier, devait devenir ouvrier. Dans ma famille, j’ai des exemples flagrants de maçons, de menuisiers…que l’école envoyait en apprentissage forcé à 14 ans contre l’avis des parents. Même chose pour les fils de notables, même avec du yahourt dans le crâne, quitte à les envoyer moisir dans des écoles privées genre Pigier. Depuis l’avènement de tonton en 81, tout le monde devait avoir son bac et les métiers manuels sont devenus des voies de garage par défaut. Le tout avec une vision sclérosée, pyramidale du parcours scolaire aux voies de traverses presque impossibles en cas de changement d’aspiration professionnelle. Aujourd’hui, on voit des bac+5 passer des CAP de boucherie (ou autre), mais jamais un boucher reprendre des études d’avocat (ou autre).

        L’ascenseur éducatif ne va que du haut vers le bas, sans aucune dénigration pour les bouchers qui me font bien plus plaisir que les avocats!

  2. Gerldam

    Je ne suis pas certain que le pourcenteage en fonction du PIB soit la meilleure métrique. Ne peut-on avoir la somme dépensée par élève, répartie entre primaire, secondaire et supérieur? La comparaison de ces chiffres entre les différents pays européens serait intéressante. Maintenant, cette comparaison avec un pays où les ponctions diverses seraient beaucoup plus faibles mais l’éducation payante fausserait totalement le résultat.

    1. Malheureusement, ça donne la même chose : en somme dépensée, les Français ne sont pas bien classés (beaucoup de dépenses, peu de résultat) comparés aux autres européens (ou OCDE).

      1. Kekoresin

        Ben oui, on en revient toujours à la même chose: la bureaucratie. Cette armée de grattes-cul qui passe leur temps à mordre la main qui les nourrit (ou plutôt qui les engraisse), et qui ne cesse de réduire le nombre des actifs en capacité de l’entretenir. C’est un putain de virus qui prospère jusqu’à la mort de l’organisme qui l’héberge. Nous sommes dans phase des symptomes douloureux et handicapants, en attendant l’agonie libératrice!

    2. gameover

      Ca existe Gerldam au niveau des stats OCDE par cycle et par pays.
      Si j’ai un moment je rechercherai.

      Là dans les stats de h16 il semble qu’il n’y ait que la partie publique. Il ne me semble pas que les participations des parents soient incluses, à voir aussi pour la part communale…

              1. Pheldge

                Si, justement ! Et c’est là que la ressemblance est à Parisapparue 🙂
                J’en viens à me poser des questions ! ça remet en cause pas mal de choses sur ma famille … y’a pit’etr , ine ,parenti avik la Belkacim 🙂 🙂

  3. Calvin

    Mouais, le collège unique a encore de beaux jours.
    L’abandon des notes ont deux ennemis : l’absence d’évaluation et le recours à l’école privée.

        1. Black Mamba

          De toute façon , les enfants ne sont pas dupes quand ils voient que certains petits camarades ont que des gommettes rouges ou d’autres que des gommettes vertes , ils devinent qui sont les cancres et qui sont les plus doués …

            1. David

              m’en parlez pas : je suis daltonien, c’est pour ça que l’armée n’a pas voulu de moi comme pilote de chasse … j’ai raté ma vie … 🙁

    1. Kekoresin

      Gommettes ou pas, on reste dans le même schéma égalitariste niaiseux au pays de tous les droits pour tout le monde, pour un résultat paupérisant diamétralement opposé au discours.

  4. olivier r

    80 millions ce n est que sur une toute petite partie des couts de la réforme: le transport. Pour le plus gros, supporté par les communes le chiffre doit être d une toute autre ampleur

  5. Black Mamba

    Le baccalauréat avait en effet de la valeur autrefois , les élèves qui l’avaient pouvait prétendre d’avoir au moins 100 de QI et on arrivait alors 50% de diplômés … Pour atteindre les 90 % , on a dû descendre le niveau de difficultés on peut obtenir le bac avec un QI de 80 …
    Avoir 100% de diplômés il faut quoi un QI de débile profond …ça promet. 😕

    1. barbatruc

      C’était une autre époque BM , d’ailleurs à cette époque le collège sélectionnait, il ne restait déjà que les meilleurs élèves en troisième, en plus une sélection était opérée à la fin du cursus collégien pour pouvoir accéder au Lycée. On entrait pas dans un lycée comme dans un moulin , il fallait avoir un dossier très correct, et des bonnes notes.
      Seul un tiers à peu prés des élèves de troisième accédaient au Lycée.

      C’était alors la méritocratie qui régnait en ce début des années 80.

      1. Aristarque

        Étant quitté l’ école primaire en 66 (avant Mai 68 et ses suites), j’ ajouterais qu’ il y avait déjà une sélection pour le collège puisqu’une partie des primaires terminait sa course au CEP…

              1. Pheldge

                My very bad, j’&tais dans le primaire public –> 68 , puis privé 69-70 ! ça fait le bon compte, meme si l’intéret est limité … 😉 🙂

            1. Aristarque

              Rappel à tout le monde : le prénom de BM, c’est Stasiréenne.
              (Vous êtes prévenus quant au sort futur de vos confidences du clavier) :mrgreen:

  6. Bonsaï

    Bon dimanche, monsieur H16 !
    Article remarquable, fort bien documenté et assez hilarant … ce qui ne gâche rien. Où l’on voit la belle à la langue bien pendue (ex-porte-parole du gouvernement, ne l’oublions pas) ramer à contre-courant dans une mélasse de plus en plus glauque, censée servir de nouvelle structure pédagogique dans ce pays, que l’on assimilait autrefois à la culture avec un grand C.
    Encore un progrès que l’on doit sans doute à l’ouverture aux « nouvelles méthodes » d’instruction !

    1. brondillant

      j’ai appris il y a peu que « glauque » à l’origine , est une jolie couleur.
      Décidément y gâchent tout les sauces (de saucissons à l’heil)

      1. Aristarque

        C’est la couleur de la mer quand elle donne dans le verdâtre avec traces de blanc ou de gris. Ce fut dit également pour les yeux verts mais pers l’ a remplacé. Le sens a dérivé depuis une vingtaine d’ années pour abandonner la couleur au profit d’une qualification d’ une apparence, d’ une ambiance douteuse, sinistre, poissarde…

  7. balt

    Autre aspect qui révolte beaucoup de parents:les vacances trop longues,qui fatiguent les enfants.Certains parents réclament des délais moins longs entre les périodes de vacances.

    1. Black Mamba

      Avant quand j’étais mère au foyer, je profitais des vacances pour remettre à niveau mes enfants soit en math., français , anglais …

      1. Pat

        Une concurrence déloyale ! Les profs devaient râler… C’est arrivé à ma soeur parce que sa fille lisait trop bien trop jeune. Sûr que ça allait être un handicap.

        1. Lafayette

          C’est vrai que les cours priver, ça devrait être taxé et réglementé.

          On ne peut tolérer de l’éducation sauvage, surtout quand il s’agit de mettre le niveau moyen plus bas chaque année.

          Et le tas de gomette illicite que l’on peut acheter … j’ose même pas imaginer…

        1. Black Mamba

          Autrefois ces métiers existaient par la formation professionnelle sur le terrain, sur le réel , un maître reconnu qui formait lui même ces éléments , des années des apprentissages certes mais les individus avaient un métier en main, pas un diplôme …

  8. Kloupa

    Et, en matière de ghettos et d’apartheid, la ministre ne s’est même pas poser la question de savoir comment il se fait que tous les parents qui le peuvent, y compris les parents politiciens, évitent soigneusement d’envoyer leurs enfants dans l’enseignement public, et préfèrent le privé. Caramba, cible encore ratée Madame la ministre!

    1. Val

      @Kloupa , tres juste , et aujourd’hui , compte tenu du vide abyssal des contenus (voire même des erreurs ..) , c’est le hors contrat qui est privilégié par nos élites . Comme dit une personne qui m’est chère : la meilleure façon de réussir à l’école de nos jours est de ne jamais y mettre les pieds .

    2. Pheldge

      Justement , M’sieur Hache , vous qui avez des relations, c’est où qui sont scolarisés les gosses à Najat ? Ecole Alsacienne, collège Stanislas ou autre cours réputé , avnt de retrouver une place réservée dans les grands Lycées parisiens , Louis le Grand, St Louis, Henry IV ?

  9. Théo31

    « Quand vous ne connaissez que des adultes au chômage ou des adultes ouvriers, vous ne pouvez pas rêver, spontanément, de devenir astrophysicien »

    Pour les filles, elles peuvent faire comme Najat : le plus vieux métier du monde.

    Et pour les garçons, pareil. 😀

    « Les rentiers et héritiers sont toujours mieux servis »

    A Polytechnique, 50 % des élèves sont des gosses de profs socialistes. Ca devrait embarrasser le clown qui gère le bousin.

    Quant aux ghettos, faut arrêter avec cet antienne. Un ghetto est un quartier où les gens son OBLIGES d’habiter, pas des quartiers où l’on se bat pour y habiter avec un joli contrat à la clé. Et si on y regarde de plus près, s’il y a des ghettos en France, ce sont ceux qui sont administrés par Taubira.

    1. Black Mamba

      « Et si on y regarde de plus près, s’il y a des ghettos en France, ce sont ceux qui sont administrés par Taubira.
      Tu veux parler des prisons … Dans ce cas , oui, certains sont obligés d’y vivre …

      1. Théo31

        Personne n’oblige les gens à habiter dans des HLM sordides, d’autant plus que la moitié des locataires a les moyens financiers d’habiter ailleurs. Mais voilà, mentalité socialiste oblige, ils sont d’accord pour y habiter avec l’argent gratuit des autres. Qu’ils ne viennent pas chialer ensuite.

    2. Kami

      Tu veux dire qu’il faudrait sélectionner par tirage au sort des citoyens non issus de la diversité pour peupler de manière plus variée et dé-ghéttoiser les prisons ? 😀

  10. Greg

    Bah l’égalitarisme à tout sujet se heurte à la réalité des lois de la nature…
    J’attends toujours de voir l’Etat Français s’étonner des discriminations face aux handicapés qui font qu’aucun paraplégique ne soit guide de montagne ou pompier !
    Il faut faire quelque chose ! Vite !!

    En parallèle, quand nous aurons le courage de dire qu’une part de l’intelligence est innée et non acquise, nous aurons le courage de dire que ne devient pas qui veut astrophysicien, mais qui peut !
    Alors oui, il faut un système d’étude qui permette de découvrir qui peut devenir astrophysicien, et lui offrir l’enseignement nécessaire si celui qui en a les capacités innées le veut.

    Un poisson ne volera pas, un oiseau ne nagera pas (oui oui les canards…) comme un poisson.
    Et de même, tout le monde n’a pas les capacités à devenir astrophysicien, et cela est très bien parce que si tout le monde le devenait nous mourrions de faim rapidement.

    Donc, cherchons le système d’étude qui permette à chacun de trouver une façon d’être utile, en oubliant pas que celui qui ne veut pas faire d’efforts n’arrivera jamais nulle part…

    1. Black Mamba

      Les métiers manuels ont été dénigrés , pourtant un bon nombres d’élèves auraient pu être sauvés de l’échec social si on les avait orientés très tôt vers l’apprentissage …. On ne peut pas tous devenir des intellectuels .

      1. Théo31

        Celles qui choisissent de devenir prostituées le font pour éviter d’aller se salir les mains à l’usine. Ceux qui veulent interdire la prostitution le font pour la même raison.

      2. Honorbrachios

        il y a plus de bon sens chez un jardinier, un paysan, un charpentier que chez un « intellectuel » (de gauche, comme souvent) – ils savent que tu ne fais pas le toit avant les fondations, que pour avoir un arbre, il faut mettre une graine, que seul le temps et la persévérance fait avancer les choses au contraire des mots et des incantations

      3. RBF

        Et que dire des BTS/DUT, dont la base, au départ, est bonne car proche du monde du travail. Maintenant ils se servent de ces filières comme voies de garage pour les bacheliers ratés qui n’auraient pas mérité d’avoir un quelconque bac (même pas un bac G).

        Je dis bravo. Maintenant essaie donc de trouver de bons techniciens, c’est devenu mission impossible. Dans mon monde, nous sommes obligés d’embaucher des ingénieurs pour faire le boulot des techniciens de jadis. Et des techniciens pour faire le boulot des monteurs.

        Le monde du travail s’adapte naturellement à la dévaluation des diplômes, et il en sera toujours ainsi. Najat peut bien débiter autant de conneries qu’elle veut, elle ne changera rien à la réalité du terrain et à nos contraintes industrielles.

        Le dénigrement des métiers manuels, c’est parfaitement absurde, je suis bien d’accord avec toi. Car les personnes qui utilisent leurs 10 doigts créent des richesses, contrairement à ceux qui font l’ENA et qui pensent savoir tout mieux que toi ou moi…

        1. Black Mamba

          Ma fille a obtenu son diplôme en DUT mécanique, sa formation lui permet d’avoir un boulot sympa en Australie, son employeur est très satisfait … elle espère gravir les échelons …

          1. RBF

            Tant mieux, et je souhaite à ta fille le meilleur qu’il soit. Je me débrouille également bien avec mon petit BTS en informatique industrielle, mais chez le voisin turbo-libéral, car en France mon savoir-faire n’irait pas au-delà des limites de la case dans laquelle je serais fonction de mon niveau d’études et de mon ancienneté.

            Nous en arrivons donc tous au même constat, si nous savons faire des choses, ce n’est malheuresement pas en France que nous pourrons nous épanouir et vivre de ce que nous savons faire…

            1. Curiale

              Tout a fait exact, mon employeur m’a meme explique un jour en entrevue annuelle qu’ il etait tres, tres content de moi, nos clients aussi, mais qu’il ne pouvait pas m’ augmenter compte-tenu de mon diplome et de mon anciennete – Ils ne se rendent meme pas pas compte…

              Je me sens beaucoup mieux 5500km plus a l’ ouest, ou ce genre de conneries les font bien rire.

              (Mes excuses les plus plates, mon clavier fait une rechute de qwertyte ce soir…)

        2. Pat

          Le monde du travail (privé) n’a effectivement pas le choix, puisqu’il s’affronte à la réalité (contrairement au Public). C’est une simple question de survie.

      4. Pat

        Et intellectuel ne veut pas dire intelligent (sinon on ne pourrait pas parler d’intellectuels de gauche), pas plus que manuel ne veut dire adroit (ni Manuel d’ailleurs).

      5. blackwarrior

        c’est vrai,néanmoins faut nuancer pour l’apprentissage,les patrons en profitent plus que bien,quand on voit combien un jeune de 16 ans gagne en apprentissage bah c’est de l’exploitation pure et simple..j’ai tenté le coup et ai fait deux formations boulanger/pâtissier en connexe dans un CFA,et j’ai vu des trucs vraiment honteux,comment des patrons se permettent de parler aux gamins,et arrivent à les faire venir au taf la peur au ventre..

        1. gameover

          « … quand on voit combien un jeune de 16 ans gagne en apprentissage bah c’est de l’exploitation pure et simple… »

          On paie des gens pour apprendre à bosser et tu appelles cela de l’exploitation ?

          Et en plus n’oublie pas que l’apprenti n’est dans l’entreprise qu’à mi-temps… et même quand il y est il faut s’en occuper, il n’est que rarement autonome.

          Pense aussi à la désorganisation que ça créé dans une entreprise. A ce titre un apprenti c’est comme une éolienne : quand il est en CFA il faut quand même du personnel normal pour faire le boulot donc l’organisation n’est pas efficiente.

          Et c’est pareil pour les ingénieurs en alternance. On ne peut pas leur donner des projets normaux et il faut travailler en doublette.

          1. Black Mamba

            C’est pareil pour la formation professionnelle des assistantes, deux ans à avoir un boulet dans les pattes si on s’aperçoit trop tard que c’est deux bras gauches avec un QI proche du débile de nature fragile qui te sabote la relation avec les clients … dans ces cas là je trouve qu’elles sont trop bien payées et on a qu’une hâte , c’est de la voir partir faire ses nuisances ailleurs .

            1. ironbooboo

              Dites, en tant que libéraux, vous ne devriez pas avoir conscience que le marché de l’emploi fonctionne dans les deux sens ? Patrons odieux + salaire ridicule = poste détestable.
              Lorsque j’étais jeune stagiaire je n’allais que là où je savais que j’aurais la pièce si on était content de moi.

              Avec une mentalité comme la vôtre j’ai du mal à imaginer autre chose que du gros relou venir frapper à votre porte : les bonnes places sont prises de suite par les gens sérieux et motivés qui ne veulent pas se retrouver en carafe. Reste les ahuris qui s’en foutent, ceux qui se sont fait catapulté là parce qu’il fallait bien faire quelque chose etc …

              Vous vous condamnez vous même à n’attirer que le fond du panier.

              1. gameover

                ironbobo, je ne sais pas à qui tu parles…

                Si les apprentis ne sont pas contents de leur patron, de leurs conditions de travail… etc… ils changent !

                C’est quoi le problème ?

                1. petit-chat

                  Le problème, c’est qu’il faut une résolution judiciaire (prud’hommes) pour rompre le contrat de travail d’un apprenti, même si les deux parties sont d’accord.
                  Je souhaite bien du courage à l’entrepreneur qui se charge (le mot n’est pas trop fort) d’un apprenti car sa générosité peut être bien mal récompensée avec un branleur.

                  1. Black Mamba

                    Un enfer même … Nous avaient eu le pompon avec notre apprenti , notre comptable a été désolé pour nous , il estimait qu’on avait subi un racket en bonne uniforme … mais bon …tant pis pour nous 😉

                2. ironbooboo

                  Oui tout juste ! ^^
                  Et en partant ils expliquent bien à touts leurs petits potes à quel point ce fut horrible. C’est là que ça pêche pour l’employeur. Les d’jeuns connaissent la réputation des entreprises où ils postulent, faut pas croire. Enfin les jeunes sérieux.
                  Si c’est pour être le larbin de service et se ramasser des soufflantes à rallonge alors qu’on a le droit de ne toucher que le café et les photocopies et qu’on est payé peanuts forcément ça ce passe mal. Comprenez ? Soit un peu de confiance, soit un peu de patience, soit un peu une bonne paye, au moins, sinon pourquoi ils se donneraient du mal ? Pour stagner ? Vous enrichir ? A quel moment il y trouve son compte le jeune ?
                  Du coup, les boîtes pas correctes avec leurs apprentis se retrouvent avec des bras cassés sans cerveaux, en tout cas pas suffisamment pour comprendre qu’ils pourraient partir faire des choses plus enrichissantes ailleurs.

                  1. gameover

                    Ben ironbooboo ça prouve juste que le marché fonctionne bien. Les mauvais sont éjectés… de quelque bord qu’ils se trouvent…

                    Je comprends rien… c’est quoi le problème ?

                    1. Black Mamba

                      Aucun problème , il reproche juste que WP est un mauvais patron … pourtant chacunes des assistantes ont été payé rubis sur l’oncle avec des petits avantages 😉

                    2. Black Mamba

                      :mrgreen: C’est une entreprise familiale, les employées sont traitées comme nos enfants 😉 nous sommes généreux avec les bons éléments …

              2. Black Mamba

                Ben ! Quand la fifille en question vient d’une famille de fonctionnaire et que papa est au prud’homme donc fifille ne fait aucun effort pour être efficace car papa va tout arranger…
                Cette gamine est grillé dans le métier … car quand les futurs employeurs nous appellent pour savoir si ils peuvent prendre le risque de l’embaucher et bien il suffit qu’on dise texto toutes les petites crasses qu’elle nous a fait et bien, est complètement fou celui qui va l’embaucher …

                1. Pheldge

                  Les derniers stagiaires ( niveau bac Pro TP/génie Civil) que j’ai eu, ne voulaient rien faire sur les chantiers , pourtant ce n’était pas salissant ni éprouvant . Ils restaient dans la voiture à écouter la radio … mes employés m’ont dit : « on n’en veut plus , fini , raz la casquette , en plus ils sont irrespectueux ! »
                  Ce n’est pas systématiquement la faute des « salauds de patrons -de bourgeois de riches », quand un stage ou un apprentissage foire. On n’est pas là pour rattrapper ce que les parents et l’EDNat ont foiré pendant des années , par la barbe du prophète !

                  PS: le juron est censé être non stigmatisant et très vivransamble, vos commentaires seront les bienvenus 😉 🙂

                  1. Black Mamba

                    J’utilise  » Pirouette Cacahuète » pour mes jurons … mais en général je ne jure pas car c’est avant tout soi même qu’on salit en usitant des mots « sales » 🙄

                    1. Pheldge

                      Ma pauvre marraine, utilisait « saperlipopette » que son Sicilien d’époux avait customisé en « sa per la poupée » 🙂 🙂

                2. Droopyx

                  Oups ! Attention !
                  Vous pouvez vous faire piéger, la Loi interdit de donner des renseignements négatifs.
                  Je vous recommande plutôt le « Je n’ai pas le droit de donner des renseignements sur cette personne » énoncé d’un ton glacial.
                  En principe votre interlocuteur comprend. Et même s’il y a un huissier ou une association anti-machin au bout du fil, on ne peut rien vous reprocher.
                  Amitiés

          2. blackwarrior

            je ne remets pas en cause le principe de l’apprentissage,qui est bien en soi..j’appuie sur le fait que de nombreux patrons en profitent au détriment de jeunes qui ne connaissent pas le monde du travail..dans certains secteurs ils dépassent les 40h par semaine,bossent le samedi ou le dimanche en plus de la semaine et se lèvent à 4h du mat pour finir a 14h,et doivent enquiller des cours par la suite..pas toujours facile.

            1. gameover

              Lol… la vie c’est dur, la nuit il fait noir et quand il pleut ça mouille et les moustiques ils piquent…

              Tu serais vraiment malheureux toi dans un monde libéral : m’sieur, m’sieur… il a pété et ça sent trop mauvais… j’veux ma maman !

              1. blackwarrior

                bah toi tu devrais te mettre un peu à la place des autres..facile d’avoir certaines idées quand on a pas été confronté au terrain de ces mêmes idées..et pourtant j’ai été un peu comme toi,obtu et avec des idées bien arrêtées..la vie m’a fait changer d’avis sur bien des sujets et stérotypes..

                  1. Pheldge

                    C’est trop facile de sortir le couplet des apprentis maltraités, exploités, violés violentés sodomisés sots , demisés ! C’est encore les fantasmes de bobos bien-pensants ! Diantre , quoi !

                    Ah, c’est vrai , se mettre à bosser pour de bon, sans faire semblant , « c’est pas facile » pour citer qui-vous-savez , ça change de l’ambiance douillette de l’Ednat !

                    Mais jusqu’à présent l’apprentissage a un taux de réussite supérieur à l’enseignement technique et offre une bonne insertion professionnelle , à un public qui est au départ en délicatesse avec le système scolaire classique : http://www.senat.fr/rap/a08-100-5/a08-100-58.html#toc203

                    1. ironbooboo

                      @ GO :
                      Vous êtes déjà malheureux dans un monde socialiste. Ouin ouin les vilains apprentis de 15 berges qui font rien qu’à être méchant au travail.

                      @ BM :
                      Je mettrais ma main au feu que votre ancienne apprentie en a autant à votre sujet.
                      J’ai connu il y a peu un chef de cuisine qui m’a juré que j’allais être traité comme la famille, la preuve la serveuse qui est là depuis 25 ans et tout ça …
                      J’ai mieux compris le propos quand j’ai entendu sa femme se faire insulter parce qu’elle avait changé de station de radio.
                      Je l’ai supporté un mois avant de me tirer sans préavis parce que j’en ai eu ma claque. Et pourtant j’étais très largement rémunéré. Et pourtant le boulot était intéressant. Et pourtant au départ je me faisais une joie d’y bosser.

                      Parce que bon, les apprentis branleurs on en entend parler partout, mais c’est marrant quand je discute avec des jeunes la plupart ont quand même des projets, des objectifs. Enfin je veux dire, ils ne viennent pas chez vous juste pour vous emmerder au départ si ?

                    2. Black Mamba

                      Ben , t’as rien compris …
                      les relations humaines sont compliquées … si tu es partie au bout d’un mois , c’est tu n’as pas réussi à passer le test psychologique … ce n’est pas parce qu’il engueule sa femme qu’il fait de même pour tous le monde.
                      Dans une entreprise surtout les petites structures la réputation du travail du patron est importante, donc il attend beaucoup de ses collaborateurs pour maintenir la réputation et la qualité du niveau qu’il a choisi ,
                      Savoir si on va faire confiance à un apprenti , s’il est bosseur , s’il respecte la hiérarchie … en France la façon dans les contrats sont fait et bien il n’y a pas beaucoup de possibilités …
                      Nous avons eu deux contrats de formation … nous avons traité les deux de la même façon:
                      La première n’avait aucune expérience du monde du travail , cela c’est mal passé c’est la description haut situé.
                      La deuxième avait travaillé mais dans d’autres secteurs et connaissait la bonne réputation de notre entreprise . Nous avons mené jusqu’au bout sa formation pourtant en cours de route, elle voulait abandonné car elle et son compagnon n’avait plus de toit …mauvaise gestion de leur ménage …Et bien on leur a offert pendant un an un logement, eau électricité le chauffage la wifi le télephone tous ça à nos frais … une fois son diplôme obtenu , elle est partie car son compagnon avait trouvé du boulot dans une autre région … t’as vu des patrons faire ça pour leurs employés ?

                    3. ironbooboo

                      @ BM :

                      Inutile que je m’étende d’avantage sur le cas extrême en question, vous auriez vous même trouvé la personne écœurante. Je l’ai même déjà vu mettre un coup de savate à la plongeuse parce qu’elle lavait les assiettes avant les couverts. Un taré qui se défoule sur le personnel quoi. D’ailleurs son annonce est sur popol emploi depuis 6 mois, si vous voulez travailler dans un zoo un jour …

                      Sans vous traiter de tyrans vous ou votre époux, c’est évident, d’après vos propos, que vous avez du mal à ménager les bonnes volontés. Un apprenti, ce n’est pas un salarié normal. Oui il est fragile, c’est encore un gosse, oui il va lentement, il n’y connait rien et même simplement physiquement il y en a beaucoup qui sont encore trop « enfant » pour suivre une vraie cadence de travail. Vous vous attendiez à quoi ?
                      A un moment donné il faut aussi avoir un peu la patience d’essayer de prendre le temps d’en faire quelque chose du jeune. Je ne dis pas qu’il ne faut pas les remuer un peu pour leur faire passer la seconde, je dis que le leadership fonctionne mieux que l’autoritarisme, les remontrances et les cris (jusqu’à un certain stade cela dit, je vous accorde que pour le taré congénital, à part les claques dans le nez …)

                      Après personnellement comme je l’ai dit je suis toujours plutôt bien tombé pendant ma propre formation (ou alors c’est moi qui passais bien ?), mais d’après ce que j’ai pu voir dans ma vie active depuis (en cuisine en tout cas), c’est vrai que l’apprenti prend souvent cher pour pas grand chose (j’en ai même vu prendre des coups sans broncher, ne vous en déplaise). Et je passe sur les fumistes qui ne dispensent aucune formation valable parce qu’ils travaillent comme des porcs (encore une fois je ne porte pas d’accusations contre vous, je ne sais même pas dans quel secteur vous travaillez, je parle simplement de ce que je peux voir dans ma profession).

                      Ce que je vois dans ma profession, c’est que quand le rapport employeurs/salariés se dégrade, c’est en général le fait des deux parties, objectivement. Je glandouille, je change le planning pour t’emmerder, bon bah je me mets en maladie, bon bah je t’envois la sécu ….
                      Ce n’est pas comme ça qu’on avance.

                    4. Black Mamba

                      @ironbooboo
                      J’ai lu votre message : la maltraitance physique qui n’est pas excusable.
                      une petite anecdote personnel vécu en couple :
                      Il y a 17 ans maintenant WP et moi nous avons intégrer une équipe de 3 patrons … celui qui nous a embauché était psychopathe … un vrai … il parait même qu’il avait été interné 🙁
                      Nous avons tenu plus d’un an et demi avec cet homme odieux, aucun regret d’ avoir quitter l’équipe prestigieuse … même si nous avons souffert avec lui, il nous a appris le métier, la théorie en sortant de fac on l’avait mais ce n’est pas tout, pour réussir sur le terrain, il faut un maître …
                      Nous lui devons beaucoup , voilà pourquoi, j’écris qu’ il ne faut pas se focaliser sur le mauvais caractère des gens .

                    5. Quiet Desperation

                      Il avait été internet ? parce qu’il avait des webbed hands ? ça doit gêner, pour un dentiste… mais bon, c’est discriminatoire quand même…

                    6. ironbooboo

                      @ BM :

                      Me tromperais-je en disant qu’il a essayé de vous retenir lors de votre départ ? :p
                      Je le parierais. C’est toujours comme ça avec les gens odieux. Pendant toute la période où vous bossez pour eux vous pensez être un salarié en dessous de tout et finalement les premiers compliments arrivent en même temps que la lettre de démission, tout emmerdé qu’ils sont de vous voir partir chez la concurrence parce que finalement il vous trouvait bosseur et motivé.

                      C’est peut-être moi aussi qui accorde trop d’importance aux avis de mes pairs remarquez. Comme j’ai à cœur de bien faire et que je cherche à travailler avec des gens que je respecte, professionnellement au moins, je me sens vite médiocre et inutile si j’ai l’impression qu’on regrette de m’avoir embauché. Je ne suis pas là pour imposer ma présence à mon employeur : quand ça ce passe mal, je pars. Sans claquer les portes et sans faire chier le monde notez, mais ça c’est ma fibre libérale, la plupart des gens se mettront en dépression et vous emmerderont pendant des semaines voir des mois quitte à avoir ensuite quelqu’un qui déconseillera à tous de les embaucher. Au pire il suffit de ne pas vous faire apparaître sur le CV.

                    7. Black Mamba

                      @ironbooboo
                      Pas tout à fait ça, c’est son mentor qui a regretté de nous voir partir, il lui a même passé un de ses savons devant moi mais notre décision était définitive en dehors du psychopathe , le reste de l’équipe était génial , on n’aurait pas pu tenir autant sans eux …

      1. petit-chat

        J’avais pas noté l’analogie avec les polytiques…
        Et au féminin, pingouine pour Najat, ça choque pas (c’est le résultat de l’EdNat…)

      2. Quiet Desperation

        Il y a des patrons de gauche ! Je tiens à vous l’apprendre.

        Le président Beaufort : Oui, et y’a aussi des poissons volants mais qui ne constituent pas la majorité du genre.

        1. RBF

          La droite n’existe pas en France. Je tiens à rappeler à ceux qui l’ignorent que c’est l’UMP qui a sauvé notre système de santé collectiviste « que le monde entier nous envie ».

          C’est l’UMP qui a eu l’idée d’interdire les assurances privées aux travailleurs frontaliers. Cela a juste été concrétisé par le PS. En France, tous ceux qui votent sont de gauche en réalité.

          Le libéralisme n’existe pas, même pas un petit peu et même pas en rêve. La drouate française n’est que la belle façade d’un immeuble parfaitement vide. Flamby et Sarko se tutoient quand ils ne sont pas devant les caméras. Et ils se goinfrent sur le dos des tribuables.

          Santé.

          1. Kekoresin

            C’est parfaitement exact!

            Le système perdure car il assure à tout ce petit microcosme une existence bien confortable. Pour tous ces cancrelats drapés de grandes aspirations républicaines, le libéralisme est synonyme d’anarchie. La liberté individuelle est dangereuse pour le système qu’ils ont tissé depuis des années, elle ferait rapidement vasciller leur tour d’ivoire.

            Les français sont des moutons à qui l’on fait croire que l’enclos qu’ils financent à grand frais assure leur sécurité et qu’ils mourraient de chaud sans la tonte perpétuelle qu’on leur impose. Pathétique!

            1. bigredebougre

               » Les français sont des moutons à qui l’on fait croire que l’enclos qu’ils financent à grand frais assure leur sécurité et qu’ils mourraient de chaud sans la tonte perpétuelle qu’on leur impose. Pathétique  » Vraiment l’expression est heureuse et avec votre permission,Monsieur, je retiendrai cette formule .

            2. petit-chat

              Et ça, c’est à 20 h !
              Avant l’apéro, juste, juste avant, il est (encore) meilleur. Promo : h16,5 au lieu de h17, pour cette excellente définition que je vais m’empresser de propager…

        2. ironbooboo

          Si si ça existe les patrons de gauche pour de vrai.
          J’en connais un qui lutte âprement contre le capitalisme grâce à son poste de président de la chambre du commerce, bien en cheville avec les politiques locaux. Encore récemment il a réussi à repousser les invasions capitalistes en gênant l’ouverture d’un ibis hôtel. Et je suis sûr qu’il est dévoué à la cause, ce n’est pas seulement parce qu’il possède un hôtel et qu’il ne peut pas concurrencer une grande enseigne. Pas du tout ! Mauvaise langue !

      1. Black Mamba

        Depuis que nous avons un président de la république qui se dit et se qualifie de normal , je félicite mes enfants d’être hors normes …

    2. Aristarque

      (…)faut faire qq chose (pour ne pas discriminer les handicapés): les refuges de haut montagne doivent être pourvus de toilettes ad hoc

      1. Kekoresin

        Des associations de grandes âmes ne crachant pas sur les subventions croustillantes, proposent des ascensions dans l’hymalaya pour les handicapés moteurs. Ben oui, tu comprends, il n’est pas normal que la haute montagne ne soit pas accessible à tous!

        C’est ridicule, pathétique et surtout ruineux. Mais dans l’esprit des diplômés de l’école des clowns (voir + bas) toutes ces conneries suintantes de sentiments gluants, ça fait de l’emploi!

        Dans ma boite, je croise les doigts pour ne pas voir débarquer la Gestapo à roulettes parce lorsque cela arrivera, je mettrai la clé sous la porte en voyant mon capital investit se transformer en gros tas de merde!!!

    3. Caton

      quand nous aurons le courage de dire qu’une part de l’intelligence est innée et non acquise

      Euh, non. L’intelligence est acquise, la stupidité est innée.

    1. gameover

      Pas trop de raisons ici de mettre en doute la correction ou l’élégance.
      Il faut bien distinguer que quand les 2 sont acceptables alors « mauvais » est un constat et « pire » est une opinion.

      S’agissant ici d’un résultat, « mauvais » est donc moins partisan que « pire ».

      1. Aristarque

        Pour l’ instruction, beaucoup, à commencer par notre hôte, se lamentent devant les conséquences, en terme d’illettrisme, d’ absence du moindre diplôme même dévalué de nombreux jeunes gens en sortie de la douzaine d’années du passage en Ednat. Or, si l’ instruction minimale : lire convenablement, écrire et compter pour un minimum d’ aisance, est ratée, la personne en est lourdement frappée pour les soixante ans qui suivent (en moyenne de vie). Pire ne paraît pas excessif à cette aune…

        1. gameover

          « … à cette aune. » Oui mais laquelle… 😀

          Lol… pour s’en remettre à cette unité de mesure de drapier qui allait primitivement du bout du nez au bout du doigt et qui variait en france entre 60cm et 1.10m !

          … et tu viens bien confirmer que c’est une opinion puisque « en cette aune » signifie « en considérant cela »…

                1. Black Mamba

                  @Phelge
                  Tu fais de la guitare classique ou électrique ?
                  Je demande ça , car je viens d’offrir à une de mes filles un petit bijou , une guitare électrique …

                  1. Pheldge

                    Blues , Rock essentiellement . Je suis né avec Chuck Berry , j’ai biberonné goulument du Rolling Stones …
                    J’admire surtout les grands guitaristes de Blues : BB King , Gary Moore, Rory Gallagher, Buddy Guy . Je suis l’heureux possesseur d’une petite dizaine de grattes , dont 8 électriques , les classiques Fender Telecaster et Stratocaster , Gibson Les Paul , mon avatar du jour.

                    Ta fille a de la chance : c’est un univers qui s’ouvre à elle. Il faut un peu de patience et de persévérance au début , mais quel plaisir intense, sans cesse renouvelé… 12 ans est le bon age pour bien commencer. On découvre et on est motivé.

              1. Pheldge

                Et à cette heure-ci, j’ai guitare 😉 🙂
                C – à dire , j’attends que le gentil gouvernement me paye des cours de Jimmy Page. Bin oui ! je veux être Jimmy Page , j’ai bien le droit : donc on me doit mes cours !

                L’autre qui parle des astrophysiciens ! rien à foutre de l’astrophysique, moi je VEUX , GEAIDROAH à des cours de Jimmy Page

                  1. Pheldge

                    Il faut commencer par apprendre les accords de base , qu’elle aura peut-être vus en cours classique, après il lui faut commencer à apprendre des chansons qu’elle connait, sur YouTube il y a des milliers de videos de démonstration qui décortiquent les morceaux , et montrent en détail comment les jouer . On détecte rapidement les mauvais , qu’il faut écarter.
                    Ensuite, il y a la pratique de gammes ( pour le coté solo …) qui permet, une fois maitrisé d’apprendre » facilement » un grand nombre de solos classique.
                    Si elle a fait de la théorie , elle sait que la gamme de Do Maj contient les même notes que celle de La min, donc c’est le même doigté sur le manche.

                    Les sites « d’apprentissage » pour débutants, même venant du classique, ne vont pas lui donner toutes les clefs : par exemple pour les gammes, on ne te dira pas que quand tes doigts savent jouer la gamme de Do il peuvent aussi jouer la gamme de la min, il suffit de commencer sur le La , et d’enchainer …

                    Demande au taulier comment faire pour te faire passer quelques infos , sans polluer le Blog .
                    J’ai galéré pendant des années à acheter des méthodes, des CD , des VHS puis des DVD … alors qu’il y a une logique assez simple. Et sur ce plan là , je suis « socialiste -partageux » 😉 🙂

                    1. Black Mamba

                      Ben, en dehors de quelques rares cas , pour des renseignements en vue d’immigrer, je ne donne pas mon mail 🙁 … L’intermédiaire est White Panda , et je ne vais pas l’importuner pour des cours de guitares 😉
                      Snif ! Snif ! Tant pis :mrgreen: mais t’inquiète avec les différents noms que tu as mis. je vais jeter un œil sur Youtube …

                    2. Pheldge

                      Il y a un mec qui est bon pédagogue , et qui explique pas loin de 1800 classiques du Rock sur YouTube : privettricker . Et c’est du solide, pas comme tout un tas de frimeurs qui flambent en faisant n’importe quoi !
                      Tu recherches sa chaine et tu choisis. C’est en anglais alors, ça aide de mettre les sous-titres.
                      Mais je te prépare un petit guide , parce que « à mon époque » avant internet, j’ai du tout redécouvrir, et réinventer l’eau chaude , et c’est idiot ! Mais ta fille a déjà des bases alors elle pigera vite.
                      Et puis le document servira à d’autres ensuite 🙂

                      Un truc essentiel à comprendre dès le début:toute la subtilité du son est dans les doigts de la main gauche ! c’est le vibrato , et ça se voit sur les videos. Les effets , la disto , il ne faut pas en abuser …

                      Et pour les accords de base : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_accords_de_guitare est assez clair .

                1. Bonsaï

                  Ouais, on n’est pas sortis de l’auberge. D’ici qu’ils aient atteint l’âge de voter, la Terre peut s’écrabouiller sur un astéroïde ! (et j’attends de pied ferme Gameover venir m’expliquer qu’au contraire, c’est l’astéroïde qui doit s’écraser sur la Terre. Parce que moi je fais de la pédagogie Sci-fi pour les djeunz d’aujourd’hui : de la prospective métaphysique ou quantique).

  11. pouf pouf

    Qu’est-ce qu’un rêve à part un souhait qui ne se réalise pas avec une récurrence itérative ? Si on met la barre de son désir à peu près là par exemple, ça donne quoi ? On dit que l’oisiveté est la mère de tous les vices, je dis qu’il faut quand même se méfier du cousin difforme. Car, si la frustration peut être le moteur d’une créativité époustouflante quand on a un peu de temps, quand on n’en a pas et le sang qui bat quand même aux tempes, on est surtout bien embêté. Quand on se voyait déjà ministre à vingt ans après avoir créé l’amicale de valéry destin à sciences pi (coefficient administratif multiplicateur édulcoré), qu’à trente, le frère d’un célèbre deejay de rythme bleu était « à mort » avec vous dans la conquête communale et qu’à quarante on en est réduit à organiser des réceptions à los angeles, que penser de tout ça ? David, ceci est une annonce personnelle, si tu as besoin d’un poète, tu sais où me joindre … en parlant de montagne sacrée, nous venons de recevoir des billets d’argent poétique, nous avons deux cents cinquante quatre mille jodorowsky, il nous a même envoyé un petit certificat de reconnaissance éternelle. Avec ma femme, on pense se l’accrocher quelque part…

  12. Dahu

    « Quand vous ne connaissez que des adultes au chômage ou des adultes ouvriers, vous ne pouvez pas rêver, spontanément, de devenir astrophysicien  »

    Mère infirmière et père travailleur social, je voulais être scientifique depuis que j’étais petit. Malgré un parcours en dent de scie et un peu sinueux, je suis maintenant scientifique, chercheur dans une université anglo-saxonne.

    Tout ça, c’est grâce à:
    -mon esprit rebel m’ayant fait fuir l’Education Nationale dès le lycée,
    -des parents qui m’ont soutenu, même s’ils ne comprenaient rien à ce que je faisais,
    – mon indépendance qui m’a permis de me débrouiller seul sans rien attendre de la raie publique et de l’Educ’ Naze…

    Inutile de préciser que je met mes compétences au service des anglo-saxons, pas de la France… la gueuse n’avait qu’à mieux se comporter avec moi et me montrer un peu plus de respect.

    1. Kekoresin

      Et dire que j’ai essayé de chasser ta famille autrefois, sans grand succès du reste 🙂

      Félicitation en tout cas, mais j’imagine que cela n’a pas été facile d’imposer une parcelle de liberté individuelle et d’ambition dans ce pays où ces deux vertues sont considérées comme une maladie mentale par le corps enseignant. La réussite se doit d’être laborieuse dans notre utopie socialiste et doit se traduire par un dévouement quasi religieux à la cause.

      « Quoi! Vous partez à l’étranger alors que maman état a financé vos études? Nous vous proposons un poste prestigieux à mi-tarif, en espérant que la mauvaise conscience vous fera fléchir en faveur du pays nourricier qui bercera votre vie rendue plus douillette par des millions de cerfas et des taxes calculées au plus juste. » – Monde de merde 😉

    2. bob razovski

      « Quand vous ne connaissez que des adultes au chômage ou des adultes ouvriers, vous ne pouvez pas rêver, spontanément, de devenir astrophysicien »

      je dois reconnaitre que n’ayant jamais eu de criminels, d’escrocs, de délinquants et de faux jetons dans mon entourage étant petit, je n’ai jamais rêvé à une carrière politique.

  13. paname

    Cher H16, petite anecdote philosophique sur la causalité:
    un chercheur étudie le comportement d’une puce. Il lui dit: « saute », elle saute.
    Il lui coupe une patte et lui dit « saute », elle saute.
    Il lui coupe une 2ème patte et lui dit « saute », elle saute….etc.
    Il lui coupe la dernière patte et lui dit « saute », elle ne saute pas.
    Conclusion du scientifique:
    « Quand on coupe toutes les pattes à une puce, elle devient sourde »…

    1. Black Mamba

      il manque la relation avec le sujet du jour, c’est quoi la conclusion, plus on met de moyen financier moins les élèves sont réceptifs à ?! 🙄

  14. George Kaplan

    Suppression des notes ou pas, le problème souffre de toute façon d’un mal congénital : L’obsession de « corriger la naissance » par l’école (Ce qui n’a pas grand chose à voir avec le fait d’aider les élèves en difficulté). Après l’école, même punition : on continue de manière obsessionnelle de « corriger la naissance », cette fois par…l’impôt ! Au passage on corrigera aussi les entreprises, puisqu’on les confond avec les patrons dans une même détestation et un même sentiment d’illégitimité (seul l’état est « légitime » parce qu’il n’est pas guidé par le profit et l’égoïsme n’est-ce-pas ?) heureux pays ou l’on décrit les entrepreneurs de la même façon que les gangsters assoiffés d’argent.

  15. André Rosa

    H16 « la possibilité à chaque établissement de fixer lui-même son type d’enseignement, son programme et ses objectifs »
    Vous pouvez ajouter la liberté du recrutement. Pour motiver une équipe autour d’un projet, il est indispensable de ne pas se voir imposer des gens par le cordeau administratif…

    1. Kekoresin

      Malheureusement, je jacobinisme a encore de beaux jours devant lui!

      Le système ne peut se résoudre au suicide administratif en admettant que des initiatives locales éclairées soient autre chose qu’une sorte de déviance malsaine anti républicaine.

  16. hipparchia

    Ce n’est pourtant pas jour des enfants mais des barres de rire sur l’enfant pauvre qui est con : c’est tellement cela que les gars de l’EN renvoient systématiquement comme idée.

    En revanche, je suis plus pessimiste sur le fait que l’autonomie des établissements soit une remise en cause du collège unique.

  17. vegeta

    Je n’ai jamais compris comment les élèves dans les filières techniques et manuelles peuvent apprendre leurs métiers sans toucher un outil au cours de l’année.

    1. Quiet Desperation

      Vegeta est couvert de plaies, de bosses, de tissus cicatriciels divers, il boite, sa tête est bandée, mais l’œuvre pédagogique de Mgr de Seize – touchant l’orthographe de l’infortuné – est, comme l’éléphant, irréfutable….

      1. petit-chat

        En tout cas, il n’a pas pu pomper en classe, il n’a que des gommettes vertes car c’est lui qui en sait le plus. Les autres, c’est « ge sez pa comon sa çécrit ».

    2. Kekoresin

      La magie socialiste of course!

      Le monde du travail n’est pas encore prêt à offrir les normes de sécurité absolues pour garantir aux bambinos un espace sans contraintes. En attendant que la magie soit pleinement imposée aux vilaines entreprises esclavagistes, pas touche aux outils potentiellement mortels – un tourne vis dans l’oeil nuit gravement à l’apprenti insouciant!

      Le seul petit problème, c’est qu’une fois tout bien mis en place pour réaliser ce rêve sécuritaire, après avoir instauré 5 millions de normes obligatoires, la France n’aura plus d’entreprise du tout. Quand ce jour arrivera, nous aurons toujours le noyau dur des crétins énarques pour ce réjouir d’une annihilation totale du risque lié au travail si avilissant…enfin jusqu’à ce que leur toit commence à fuir!

      1. RBF

        Si mon Cake, je te garantis que les normes sécuritaires existent bien, et que chaque salarié de France est pleinement sécurisé.

        Il faut la feuille jaune pour ouvrir une armoire électrique. Et quand tu as la feuille jaune, il te faut la clé pour ouvrir la boîte rouge qui détient la fameuse clé d’armoire qui va enfin te permettre de pouvoir travailler.

        Disons que ces conneries retardent d’au moins une demi-journée ton électrocution si jamais tu ne sais pas où mettre tes doigts.

        Mais vu que comme d’habitude, tu te permets d’être parfaitement objectif donc contraire au réglement établi, il est de mon devoir de te coller une gommette noire, h17.

        1. Kekoresin

          Mon cher Radio Bretagne Fâchée, j’en sais quelque chose. Je décolle immédiatement cette gommette discriminatoire en précisant que la sécurité absolue ne sera atteinte par les kapos de la bureaucratie qu’une fois les normes déjà innombrables et débiles seront multipliées par dix, jusqu’à ce que mort économique s’en suive.

      2. Deres

        Mais voyons, ce sont ces salauds d’étrangers qui font du dumping normatifs en n’adoptant pas nos normes innovantes, nouveaux phares de l’humanité.

      1. Black Mamba

        C’est de la folie, … on ne peut même plus prétendre d’être un autodidacte, un self man … il faut absolument un diplôme pour n’importe quoi … sans Ednat tu n’es rien 👿

      2. Ano59

        Dans le même genre, les cursus de tourisme à l’université m’ont beaucoup fait rire, même si j’imagine que ça donner des débouchés.

  18. Kekoresin

    Il est normal que dans un monde où tout le monde a le droit à tout, l’école suive l’ornière creusée par des générations de collectivistes forcenés.

    Tout le monde a le droit aux études gratuites (enfin financées par d’autres) Tout le monde a le droit à des soins gratuits (enfin financés par d’autres) Tout le monde a le droit d’avoir une école (un hôpital, un centre des impôts, une gare, un aéroport, un tribunal, une autoroute, un Paul emploi…) à moins de 20 bornes. Tout le monde a le droit de toucher le RSA sans contre partie, toucher des aides pour copuler et faire des générations de limaces de canapés qui toucheront à leur tour le RSA…

    Entendez-bien le « tout le monde » qui se traduit par les profiteurs qui n’ont pas tort de profiter du système qu’on leur soumet et les con-tribuables qui continuent de penser avec une infime partie de leur cortex moteur que les sévices publics à outrance n’ont pas d’incidence sur leur impôts et taxes.

  19. Val

    Pour compléter le sujet du jour, si notre hôte le permet , je me permets de conseiller Philippe Némo : Le Chaos pédagogique, La France aveuglée par le socialisme

  20. Ano59

    Le phénomène de ghettos / « apertheid » en France me semble principalement être dû à la connerie monumentale de l’Etat qui a une fâcheuse tendance à parquer tous les pauvres ensemble, notamment au sein des merveilleux HLM qu’on ne présente plus.

    Pour reprendre une expression de politicien, la fameuse « mixité de palier » serait davantage atteinte sans distorsion étatique dans l’immobilier.

    1. Nicolasn

      La connerie, c’est l’immigration, alors que toutes les études montre que même le peuple de gauche se déclare raciste. Mais bon, s’agit de prouver quelque chose (?), donc on continue..

  21. lxy

    On entend régulièrement des sociologues et des socialistes se plaindre du niveau détestable des élèves des ghettos et ceci en ferait qu’empirer….mais en fait il ne s’agit plus des mêmes populations à cause du turnover. Il entre en France chaque année environ 200 à 300000 nouveaux immigrés dans les ghettos. A ce rythme là ils devraient avoir une population 3 à 4 fois supérieure à celle de Paris ! Ce qui n’est pas le cas. Ceci veut dire que les ghettos se vident régulièrement d’une population qui travaille, qui s’est intégrée, enrichie, et qui part habiter ailleurs…où leurs enfants pourront réussir (cf Belcassinne).Et donc les pauvres bougres qui sont actuellement dans les écoles des ghettos sont majoritairement des ultimo-arrivants dont l’assimilation est inexistante ou récente. C’est la partie immergée de l’iceberg qu’on met en avant pour faire pleurer dans les chaumières. Il faudrait remplacer cette vision statique (et idéologique) par une vison dynamique du processus d’intégration (j’ai des exemples dans ma famille où les parents « issus de l’immigration » comptent bien inscrire leurs enfants dans une école privée pour qu’ils aient plus de chances de réussir.)

  22. Aristarque

    Cela suppose, bien sûr, une hontectomie très jeune qui permettra de faire avaler les plus grosses couleuvres à ses électeurs, mais la ministre établit ici par l’exemple que ses explications sociologiques sont parfaitement ineptes.

    Tiens, vla du boudin une autre qui ne sait pas lire (sa notice du who’s who)…
    Tellement occupée à brasser de l’air…

    http://www.lepoint.fr/politique/le-diplome-imaginaire-de-genievre-fioraso-21-02-2015-1906841_20.php

    (quant au rédacteur de l’indexation, ce doit être un flamand en nostalgie d’une liqueur locale…)

  23. Aristarque

    comme les enfants ne voient autour d’eux que des chômeurs ou des ouvriers, ils ne peuvent pas rêver de devenir astrophysiciens. Au passage, le fait de voir des chômeurs et des ouvriers ne les empêche toujours pas de rêver de devenir astronautes, pompiers ou joueurs de football, mais je suppose que c’est parce que ces enfants sont entourés de pompiers chômeurs, d’astronautes ouvriers et de joueurs de football astrophysiciens.

    Bouhouhou…

    Je ne connaissais pas ni astrophysicien chomeur, ni astronaute pompier ni unijambiste joueur de football dans mon entourage et j’ai raté le coche… 😥
    http://www.lepoint.fr/astronomie/iss-les-plombiers-de-l-espace-passent-a-l-action-21-02-2015-1906893_1925.php

    1. Black Mamba

      J’ai une copine qui travaille dans un aéroport , elle est maintenant responsable ( je ne sais plus de quel secteur) mais pour elle, les hôtesse de l’air ne sont que « des bonniches » et rien d’autre … Il y a à coup sûr une pointe de jalousie 😈

          1. gameover

            « … fait rêver les petites filles … » : t’as déjà entendu une gamine dire qu’elle veut se faire l’hôtesse de l’air…

            Dans les avions elles font souvent femmes de ménage le long de la chaîne alimentaire… entre les plateaux repas et les chiottes…

  24. pete sans pras

    H16, quand est-ce que tu te lances en politique française??
    (Non sérieux, pense à tout cet argent public des autres que tu pourrais palper…)

  25. Chipie

    Une réforme simple qui permettrait d’améliorer le niveau moyen des élèves : faire redoubler les bons – une fois, deux fois, trois fois, dix fois – et faire toujours passer les mauvais en classe supérieure.
    C’est mathématique, le niveau moyen serait amélioré.

Laisser un commentaire