Derrière le scandale des éoliennes, celui des subventions à la presse

Heureusement que la presse française existe, est subventionnée et fait un travail tous les jours remarquable. Sinon, c’est sûr, il faudrait l’inventer. Tenez, prenez la propagande qui entoure l’éolien : sans cette presse, qui saurait toutes les magouilles, corruptions et erreurs économiques dramatiques qui entourent les multiples projets qui sont lancés en France, en dépit du bon sens ?

les éoliennes sabotent le paysage

Et en effet, lorsqu’on lit cette presse-là, que l’État arrose d’une abondante manne en provenance directe de vos poches et ce, que vous la lisiez ou non, on découvre que derrière l’installation frénétique d’éoliennes dans le paysage se cachent trop souvent de sales histoires d’argent, d’élus locaux corrompus, et — plus grave sur le long terme — de tarifs négociés à prix d’or qui distordent assez gravement le marché énergétique français au point de mettre en péril les investissements de long terme et de renchérir bien visiblement les factures des consommateurs.

En somme, la presse permet de faire savoir à tout le monde qu’il se glisse bel et bien quelques petits soucis entre l’idée géniale écolo-bobo-consciente de production d’énergie à partir d’éoliennes et la réalisation pratique de moulins à vent effectivement installés dans le paysage, avec un vrai coût de maintenance, une production quantifiable et des rendements pas franchement au rendez-vous, l’ensemble étant synthétisable par le petit graphique suivant :

éolien : des subventions, des pertes, des sous-sous dans la popoche, et un peu d'électricité

Et pour le faire savoir, cette presse (que vous payez donc, quoi que vous en pensiez) s’est donc très mollement occupée du problème en publiant quelques articles, ici et là, pour expliquer à la fois les problèmes économiques sous-jacents et les combines, corruptions et prises illégales d’intérêt de certains élus qui rendent les opérations d’installation de ces gros moulins moches un peu trop juteuses pour être parfaitement honnêtes.

En décembre 2014, on découvrait ainsi dans Le Point un article qui mentionnait clairement comme un vent de corruption dans le monde de l’éolien.

En mai 2015, c’est au tour de Capital et du Monde d’évoquer le problème, le premier dans un article détaillé qui participera à sa une du moment, le second en planquant habilement les petits ennuis éoliens dans la rubrique Radio & Télé, son habituelle tendresse pour les sujets écologiques ne lui permettant probablement pas d’aborder le sujet autrement qu’au travers d’un petit article relatant un reportage de France 3, lui même daté du 6 mai 2015, vers 23h15 (heure où le chaland, pas trop vif, ne sera pas trop violemment bousculé lorsqu’on lui expliquera sur un ton de confidence coquine que ses factures enflent et son paysage est détruit pour installer des machins au rendement catastrophique qui n’aident en rien la facture énergétique française et engraissent des élus déjà bien nantis).

Au passage, notons la probité de Libération qui n’évoquera le sujet qu’au travers d’une seule affaire, en juillet 2015. Les subventions étatiques à cette presse-ci sont bien employées, et l’amour torride que l’épave de gauche entretient pour l’écologie vexatoire explique peut-être cette grande prudence vis-à-vis du sujet.

figaro magazine - éoliennes le scandaleEnfin, histoire de terminer le tour d’horizon, n’oublions pas Le Figaro qui fait honneur à la profession en se réveillant après tous les autres, en septembre 2015, mais compense en consacrant tout de même au sujet toute la première page de son magazine. Rassurez-vous : la découverte du scandale par la rédaction du Figaro sera largement compensée par le retour aux fondamentaux écolo-compatibles une poignée de jours plus tard avec un tonitruant article sur le nouveau souffle de l’énergie éolienne en France, montrant assez bien qu’en matière de presse, on peut dire tout et son contraire sans problème tant que le lecteur ne s’en rend pas trop compte et que les subsides étatiques continuent à tomber gentiment.

Seulement voilà, ces beaux organes de presse n’ont guère chanté à temps. Pendant que certains se réveillaient donc en décembre de l’année dernière, Contrepoints expliquait la nature du problème en détail dès juillet 2014, il y a donc plus d’un an, et remettait le couvert en septembre 2014 (plusieurs mois, donc, avant l’écarquillement de paupières chez Le Point par exemple. Au passage (et c’est probablement un pur hasard, hein, bien sûr), Contrepoints est strictement non subventionné, et soutenu exclusivement par des gens qui le lisent.

Oh, bien sûr, il ne fait aucun doute qu’on trouvera, dans la presse locale, l’un ou l’autre article relatant le rapport du Service Central de Prévention de la Corruption à l’origine de cette révélation, mais la presse nationale généraliste s’est, au mieux, contentée d’entrefilets ou n’a tout simplement pas traité l’affaire avec le sérieux que l’ampleur de la corruption observée demandait. De ce point de vue, on observe encore l’une de ces nombreuses pignouferies que la presse française nous sert régulièrement, soit par action (débile) soit par omission (coupable).

Pignouferies de presse

C’est fort regrettable, à plusieurs niveaux.

On peut certes convenir que l’actualité ne permet pas toujours de traiter tous les sujets avec la profondeur requise. Mais compte-tenu des révélations, compte-tenu des montants en jeu, compte-tenu de l’impact sur les finances publiques, les finances privées (à commencer par celles du contribuable), compte-tenu de l’impact sur nos paysages, sur l’immobilier, et dans une certaine mesure sur la santé des riverains, il me semble que ces affaires de corruptions et de prises illégales d’intérêt méritaient mieux qu’un traitement minimal ou inexistant, et ce pendant plusieurs mois. Ce constat est d’autant plus cruel qu’avec un journal comme Contrepoints, on comprend qu’il ne s’agit pas d’une question de moyens financiers pour faire connaître ce genre d’informations.

D’autre part, cela implique aussi que la presse subventionnée ne traite donc pas de tous les sujets d’importance comme on serait en droit d’attendre d’elle. Or, le lecteur ne sait rien de ces oublis, et le contribuable paye quoi qu’il arrive. Cela pose, implicitement, la question de savoir qui détermine les sujets qui seront traités ou non et à partir de quel impact dans la vie de nos concitoyens ils sont jugés d’importance pour mériter plus qu’un entrefilet. Difficile de n’y pas voir un peu de manipulation, voire, dans certains cas, de la propagande pure et simple… Que, je vous rappelle, vous payez volens nolens.

Enfin, comment ne pas soupçonner cette même presse d’avoir comme un conflit de conviction lorsqu’on se rappelle qu’une écrasante majorité des journalistes se revendique ouvertement de gauche, que cette gauche n’a pas cessé de toujours louanger l’écologie et les énergies dites renouvelables, et que cette écologie sert très habilement de cheval de Troie de tous les récents interventionnismes étatiques et les collectivismes les plus débridés ?

L’ampleur des phénomènes de corruption dans le monde de l’éolien indique assez bien le scandale économique et politique que représente l’écologie mal comprise au mains des gouvernants. L’ampleur, ou plutôt, l’absence d’ampleur des articles de la presse nationale sur le sujet montre à son tour à quel point la presse française est loin de tous les standards minimums de journalisme.

subvention presse rsf 2014

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires149

  1. Aristarque

    C’est même étonnant que la puissance étatique continue ses subventions à cette Presse qui révèle de temps à autres, comme cela, en passant et sans y attacher trop d’ importance une énième prise d’ un élu, les doigts dans le pot de confiture… Maudit soit ce Théophraste Renaudot! Qu’il soit astreint à lire la collection complète de l’ Huma…. 😈

      1. bob razovski

        Bah… c’est pas si dur que ça. C’est toujours la même chose :

        1) les patrons tous des pourris
        2) heuu… on veut plus de sous.

        😉

        1. Calvin

          @bonsaï
          « Qui balance les infos au Canard Enchaîné ? »
          Comme je disais plus haut : hauts fonctionnaires, énarques, membres de cabinet, conseillers spéciaux, éminences grises, …
          On balance quand la populace est suffisamment prête pour hausser les yeux, sans plus.

      1. Calvin

        Le Canard Enchaîne fonctionne par dénonciation interne.
        Soit pour dégommer un impétrant trop irrespectueux des us et coutumes de la République, soit pour changer le mode de corruption.
        En gros, le Canard révèle un scandale de corruption lorsque les politiques en utilisent un nouveau encore moins détectable.

  2. Le Gnôme

    Quand on sait que même le journal de Mickey est subventionné, qu’il est plus écolo que Duflot elle même, on se dit qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark, pardon, dans la République française.

    Il n’y a plus de journaux indépendants, ils dépendent tous de groupes industriels éloignés du monde de la presse, on peut donc considérer que celle-ci n’est plus un contre pouvoir, comme elle le fut il y a très longtemps.

    Ces faits, couplés avec une télévision qui marche comme un seul homme, coulent le mouton dans un même moule. Reste le web pour le curieux, mais celui-ci est rare.

    1. Calvin

      Ne nous trompons pas.
      Peu importe qui possède les titres des journaux.
      Les journalistes sont devenus de simples passe – plats forts bien rémunérés par de belles niches fiscales.

  3. René-Pierre Samary

    D’une façon générale, c’est toujours par hasard (ou sur le web, mais à condition de chercher, et cela prend du temps) qu’on apprend l’essentiel.
    Les sujets d’enquête ne manquent pas, mais il n’y a plus d’enquêteurs, comme dirait l’Inspecteur Rosaire.

    1. Bonsaï

      Et comme par hasard, dès qu’on laisse filtrer une information provenant de la presse étrangère, les censeurs et le petits soldats de la pensée correcte se mettent en ordre de marche. Tout faire pour que les versions alternatives ne s’ébruitent pas…

    2. Beldchamps

      J’ai appris la liaison Hollande /Gayet des mois avant le scandale, dans un bouquin people « les amazones de la République », sur les affaires entre les femmes journalistes et les politiques. C’était très bien rédigé car j’ai clairement compris que c’était vrai, malgré le démenti qui concluait le paragraphe, fallait bien que l’auteur se protège en attendant le feu vert.

  4. Higgins

    Trois remarques sur ce scandale qu’est l’éolien en Grance:
    – un de mes amis m’a indiqué que dans sa belle et rurale commune, le maire s’était entiché de l’éolien et souhaitait installer sur le ressort de sa cité quelques uns de ses superbes objets qui embellissent le pays. Rien que de très normal si ce n’est que de mémoire d’homme, jamais un seul moulin à vent n’y a été installé parce que, tout bêtement, la région n’est pas assez venteuse pour en accueillir. Les subventions ont-elles le pouvoir d’animer l’atmosphère?
    – les éoliennes, comme toute création humaine, ont une durée de vie limitée. Leurs adeptes mettent facilement en avance l’impact écologique (le vent, c’est propre) en omettant soigneusement de chiffrer les coûts de démantèlement, entre autre celui ayant trait au superbe soubassement en béton nécessaire à chaque objet (sans parler de l’impact CO2 avec la noria de camion requis). En avançant cet argument de bon sens, un autre de mes amis, membre d’un conseil municipal amoureux du « progrès », a sérieusement refroidi les enthousiasmes.
    – enfin, j’ai sursauté samedi à la lecture de ce titre des Echos: « Les éoliennes alimentent 6 millions de foyers en France » (http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/021322666582-les-eoliennes-alimentent-6-millions-de-foyers-en-france-1154862.php) . Sous-entendu, la route vers le paradis terrestre est déjà bien entamée et si ce n’est pas déjà le cas, vous ferez bientôt partie de heureuzélus.. La cécité des journaleux (je reste poli) me sidère de plus en plus.

    1. ironbooboo

      « Les subventions ont-elles le pouvoir d’animer l’atmosphère? »

      En déplaçant un volume d’oseille assez conséquent on peut peut-être créer un appel d’air …

      1. carped iem

        les subventions sont issues de politocards qui brassent beaucoup d’air et de fric des autres, leurs discours ne sont que du vent, leur cerveau plein de courants d’air. Le guignol de l’alizée fait la bise aux journalistes, vous avez dit blizzard?

    2. fred theshark

      6 millions de foyers ? Il faut au minimum enlever 2 zéros vu que le facteur de charge d’une éolienne est de 1%…
      De plus en tant qu’énergie intermittente, cela nécessite la construction de centrale a gaz pour compenser les variations. Alors, le bilan carbone, il est plutôt négatif. A moins qu’on accepte de prendre le TGV uniquement les jours de grand vent. 🙂

      1. Calvin

        C’est plus compliqué : quand ils disent 6 millions, il faut entendre « au mieux, mais pas en même temps ».
        La puissance maximale atteinte peut atteindre ce genre de couverture mais cela ne correspondra pas à 6 millions de foyers à l’instant T.
        Ne serait-ce que parce qu’une part de cette électricité éolienne quitte la France.

        1. Adolfo Ramirez Jr

          6 millions de foyer soit 18 M de personnes? la réponse est dans l’article donné par l’auteur : X foyers fournis, HORS CHAUFFAGE. Donc ça sert à peine à allumer 3 ampoules et une télé.

    3. Alecton

      Il convient dans toute discussion sérieuse de rappeler deux éléments relatifs à l’éolien :
      – le facteur de charge, c’est à dire, le pourcentage de temps durant lequel l’installation fonctionne à son régime nominal = 23 %. Ce qui donne une idée du caractère intermittent de la production du bouzin.
      – tout réseau électrique se doit d’avoir une fréquence et une tension stable sous peine de Blackout.

      Ces deux éléments permettent de comprendre pourquoi il faut immédiatement arrêter d’installer des éoliennes en France et impérativement intégrer au coût global, le coût de renforcement des installations électriques ainsi que celui de l’énergie dépensée afin de maintenir la stabilité des deux grandeurs précitées.

      le reste c’est du pipi de chat

        1. sam player

          Pourquoi tu dis ça Gerldam ?
          Ce qui dit Alecton est correct.
          Si on est obligé de construire une centrale électrique destinée à parer à la discontinuité de l’éolien, alors le coût du MW éolien doit intégrer une partie de l’investissement (et du stand by) de cette centrale sans qui l’éolien ne serait pas viable.
          L’un peut exister sans l’autre mais pas l’inverse.

        2. FASTNET

          Les meilleures éoliennes sur les côtes produisent 1800 h/an et 1 an = 365*24 = 8760 h/an le ratio de ces éoliennes est de 1800/8760 = 20%
          Les éoliennes à terre à plus de 200 km des côtes :1500 h/an = 17%
          Comme le dit Sam Player il est donc nécessaire de construire une centrale pour palier les arrêts des éoliennes et une centrale qui démarre vite donc une centrale à gaz ou à charbon ! Et donc « exploiter » une éolienne produit du CO2 8760-1800 = 6960 h/an !!!!

  5. Aristarque

    Ah, le Monde!… le quotidien de référence et de révérence… Tout un art… S’abriter derrière un reportage télé pour faire un articulet qui permettra de dire qu’on a dénoncé en son temps ledit scandale mezzo voce

  6. gameover

    M’est avis que dans les 2Mds de subvention on a oublié les abonnements multiples des ministères et collectivités locales. Ce n’est pas rare de voir 10 abonnements à Libé dans une mairie.

    6000 abonnements sur Paris rien que dans les merdiathèques (paris.fr)

      1. ironbooboo

        Ah mais ils le lisent en plus ? Je pensais sottement qu’ils en faisaient usage pour leur hygiène postérieure. Tout s’explique. Avec libé le temps passe et les neurones trépassent.

    1. Pheldge

      Tu oublie les diverses écoles supérieures + certainement quelques facs … A mon époque, nous avions droit au choix à Libé, l’Immonde, et le Figaro, une centaine de chaque … Là je sais bien que le but c’est de fidéliser le lecteur, mais bon …

  7. Higgins

    HS mais tout le monde a entendu les déclarations du gouvernement sur l’augmentation de la redevance et la taxation des FAI pour aider ce pauvre et inutile audiovisuel public.

    1. gameover

      Oui et ne pas oublier que c’est Fillon qui avait mis en place cette taxation des opérateurs pour soi-disant compenser la baisse des pubs… et qui en final avait décidé de détourner 50% de cet argent au profit direct du budget de l’état.. Hollande s’étant proposé d’achever le détournement complet en 2017.

      Donc en résumé ils vont augmenter le taux sur les FAI de 0.3% (0.9% à 1.2%) pour collecter de l’argent pour le service public alors même que la première taxation effectuée dans ce but avait été détournée !

      Niel a répondu que c’était une manipulation que de faire croire que ce n’était pas les clients qui en paieraient en final le coût.

        1. gameover

          C’est un peu moins simple que cela.
          Perso je pense que c’est le corrompu le coupable. Le corrupteur ne fait que s’adapter aux règles établies par les politiques corrompus. Sans cela ils ne peuvent pas travailler.
          Pour avoir son autorisation mobile il a fallu qu’il en fasse des courbettes.

          1. Val

            @go « des courbettes » ah …. je n’utilisais pas ce terme là …. mais les « courbettes » n’ont sans doute pas suffit , car il a aussi fallu tordre pas mal de bras côté Orange pour lui faire la part aussi belle , hein ?

            1. gameover

              Je pense que le contrat Free-Orange est plutôt un contrat win-win. Et d’une ça a évité que ce contrat soit contraint forcé par l’Autorité des Télécoms (ARCEP), et de deux Bouygues avait aussi bénéficié très longtemps de conditions particulières avec les autres opérateurs lors de son entrée sur le marché.
              Et d’ailleurs il y a toujours un accord privé à double sens entre SFR et Bouygues : Bouygues fournit la 4G à SFR-NC et SFR-NC relaie l’ADSL de Bouygues.
              Ce contrat Free-Orange c’est un épouvantail pratique pour Bouygues et je vois que ça fonctionne bien, on en pleurerait presque.

              1. Val

                @go « Je pense que .. » et moi je sais d’un insider d’orange que des bras ont été vigoureusement tordus.D’ailleurs le contrat favorisait tellement free que c’en était grotesque. Et ne me la fais pas mouchoirs GO, pas du tout ton style 😉 . Alors toi aussi tu as besoin de croire que l’on peut réussir en France comme ça sur ce type d’activité sans connivence , Niel est un gros mirage, un attrape gogo. La seule chose qui m’a étonnée , c’est qu’il n’ait pas réussi à avoir Sfr .

                1. Aristarque

                  Inutile de se leurrer. La taille du marché -la Grance- est bien trop grande pour la SARL du coin de la rue ou même la SA à 1M€ de capital. Seules de très grandes entreprises peuvent postuler et il est d’évidence même que l’ Etat qui s’acharne à pourrir la vie des TPE-PME par des contrôles pesants et tatillons, ne laissera pas passer la moindre occasion vis-à-vis des grandes. L’ interrogation demeure sur les motifs profonds de la mise en place du quatrième opérateur alors que toute la technostructure française ne rêve habituellement que de monopoles plus ou loin avérés ou, au pire, de luttes d’ éléphants avec des fleurets mouchetés???

                2. gameover

                  Grosse erreur de raisonnement. Ca me rappelle d’ailleurs la maxime qui dit que si ça marche faut taxer etc…

                  Le problème à l’origine c’est juste un interventionnisme qui bloque l’entrée de nouveaux opérateurs en temps opportun en distribuant des licences au compte goutte (comme les taxis tiens!), puis comme il n’y a pas de concurrence (cf les amendes) on force l’arrivée d’un nouvel opérateur.

                  Bouygues a bénéficié de terminaisons d’appels dissymétriques pendant plus de 10 ans, Free pendant à peine 18 mois.

                  Un appel d’offres a eu lieu pour le roaming de Free. Le contrat ne doit pas être si intéressant que cela vu la vitesse à laquelle Free développe son réseau, toujours largement en avance sur le planning et le seul à respecter depuis le début ses obligations de couverture.

                  En final la question à se poser est : nous avons gagné 2Mds sur le coût de nos abonnements mobiles en revenant à un système dans lequel il y a plus de concurrence, Oui ou Non ?

                  PS: Niel ne s’est jamais positionné sur SFR mais sur Bouygues (offre à 5-6Mds)

                    1. Pheldge

                      GO, je te rappelle que j’ai le quasi monopole des blagues et jeux de mots douteux , par ici 😉 si tu me cherches …

                    2. Val

                      @go que l’utilisateur final ait bénéficié d’un prix d’abonnement plaisant c’est un fait . Je remarque juste que les prix d’abonnements n’avaient rien de délirant si l’on comparait avec les pays voisins (angleterre , belgique ) Maintenant je continue à dire qu’il a bénéficié d’un sacré coup de pouce .
                      Tu as raison sur Bouygues , my bad , sorry .
                      Et je te préfères mille fois pour tes blagues à 2 balles que qd tu sors le mouchoir , ça fait plus ton style 😉 , mais n’en abuse pas …

                    3. gameover

                      @Val tout compte fait les abonnements ont baissé de moitié (perso avant je payais 45E et maintenant 16) avec beaucoup plus de fonctionnalités et les opérateurs gagnent toujours de l’argent. De quoi tu te plains ? De plus de concurrence ?
                      Les marchés étrangers ne sont pas une référence car justement ils sont fermés et c’est là qu’est la connivence.

                      On a rétabli un tant soit peu le fonctionnement normal du marché (un peu hein car l’état nous revend des trucs qui étaient déjà à nous : les fréquences).
                      Si demain on supprime les taxes sur l’essence tu vas accuser le lobby pétrolier d’avoir eu un coup de pouce ? Si on supprime l’autorisation pour construire une centrale électrique ? Si on supprime l’autorisation pour ouvrir une école, une université ?

                      Tu as quelqu’un qui a perdu son emploi dans les télécoms ? 😥

                    4. Val

                      @GO , mon propos était juste dirigé sur Niel que tu avais cité. Par ailleurs introduire de manière totalement étatique un concurrent tiré de son chapeau de connivence n’est pas vraiment libéral, non ?

                    5. gameover

                      @Val
                      Ce n’est pas libéral certes si tu ne regardes que ça uniquement sans t’intéresser aux précédents qui ont permis une situation de non-concurrence.
                      Mais dans ce cas l’état a juste corrigé un phénomène d’éviction qu’il a lui-même créé, et c’est juste une réparation.
                      De plus la procédure était ouverte et les autres candidats possibles se sont retirés d’eux mêmes.
                      Ce sont les 3 qui étaient déjà sur le marché qui ont tout fait (faire jouer leurs relations dans les différents ministères et assemblées) pour empêcher l’arrivée du 4ème opérateur.
                      Il me semble que Silicani (ARCEP) avait plutot l’air de quelqu’un d’intègre qui voulait remettre de la concurrence dans le marché, il a bataillé ferme tout au long de son mandat contre le lobbying des 3 autres qui y sont tous allés de leur multiple recours et de déclarations diffamantes dans la presse.
                      Le pire ayant été Bouygues disant que Free resterait un parasite et ne pourrait pas monter un réseau en si peu de temps avec moins d’un milliard d’investissement par an alors que lui, Bouygues, avait investi des dizaines de milliards. Il semble bien qu’il est tort… mais pas honte.

                      Y a-t-il eu de l’argent public mis dans Iliad ? Non.
                      Y a-t-il eu un passe droit ? Non
                      Est-ce que Free a joué des coudes pour s’imposer ? Oui.

                      Sérieusement je ne vois pas où est le problème sauf à voir le premier dossier de Free qui avait été refusé 2 ou 3 ans avant pour des raisons pas très claires.

  8. Harold Glitch

    J’ai discuté un ad’tratif++ qui navigue dans les hautes sphères de l’énergie entre l’EDF et le secrétariat politique.

    Pourquoi construire des éoliennes si c’est pas rentable ?
    – Il en faut, il faut de tout, éolien, solaire, méthane agricole, il faut de tout.
    Mais pourquoi promouvoir si ça coûte une blinde à produire pour un résultat tout pourri ?
    – On ne peut pas être contre, le coût n’est pas un critère d’avenir.

    Voilà l’argument : « le coût n’est pas un critère » car « on ne peut pas être contre » car « c’est pour l’avenir ».

    Bah, voila quoi, c’est pas utile d’avoir raison maintenant, car ce qui compte c’est d’avoir raison plus tard, sachant que plus tard, on dépensera les sousous que l’on aura pompé maintenant.

    Il faut mettre Descartes dans une poubelle et réhabiliter Nostradamus.

    1. Calvin

      « Il faut mettre Descartes dans une poubelle et réhabiliter Nostradamus. »
      Ça, c’est fait. Sauf que le Nostradamus moderne s’appelle Marx.

  9. DoS

    Le communisme n’est jamais une évidence…..avant que cela soit trop tard !

    L’Etat est le passage obligé pour l’information (AFP qui trie l’info, bonne ou pas bonne pour les oreilles du peuple).

    Chaque branche économique passe par l’Etat et doit obtenir son petit tampon du ministère du travail, des lois et des taxes.

    La justice ne fonctionne plus et la propagande passe par une éducation en ruine.
    Les hôpitaux sont en faillites.

    Les caisses de retraites en pré-explosion.

    Les agriculteurs, les artisans, les petits patrons, enfin, ceux qui croient encore que le travail fait vivre…sont pourchassés sans relâche. Implacablement, méthodiquement, sans pitié aucune.

    Le particulier, le rentier, le SDF, le migrant….et n’importe qui, doit passer à la moulinette PS@tm. Sans tampon, pas d’avenir.

    Alors, il y a deux choix:
    – Accepter de montrer pâte blanche, prendre son tampon et fermer sa gueule.
    – Lutter, et in fine, être brisé.

    Car, le communisme ne transige pas avec la réalité…..c’est la sienne, pas celle des autres.

    La violence qui monte et qui est passée sous silence aujourd’hui en France, est un peu le thermomètre social, la preuve de notre putréfaction avancée.

    CPEF, préparons nous au pire.

    1. Black Mamba

      « – Lutter, et in fine, être brisé. »
      Pourquoi « être brisé » , tu ne connais pas tes classiques, Le chêne et le roseau une des fables de monsieur La Fontaine . On fait mine de se plier , nous sommes très souple et nous nous redressons majestueusement … :mrgreen:

      1. DoS

        oui, tant qu’il y a de l’eau…
        Je vois une longue sécheresse en perspective.
        L’on va avoir la totale:(
        On rigole encore, nous autres privilégiés.
        Nous avons encore un poil de recul.
        Mais il est si rapide de sombrer dans l’horreur.
        Les nombreux Sdf de France en sont la preuve.
        Sauvons les migrants….et laissons crever les SDF Made in France.
        Sauvons les chômeurs…..et tuons les entreprises.
        Taxons les riches et laissons crever nos pauvres.
        Et qu’importe, Hollande le sait. Il n’en a rien à foutre.
        Être Président mérite bien qqs sacrifices.

          1. DoS

            Dans les malins il y a qui ?
            Mon BOB n’est toujours pas prêt. De plus je n’ai pas encore lu mon livre de 1000 pages sur la survie.
            Mais au début de ce livre, comme dans l’emission Man vs wild, les premiers jours sont décisifs.
            J’ai l’impression que notre survie en France puisse venir à bout de nos forces et de nos réserves.
            Le pire est la violence engendrée par ce phénomène. Des instincts primaires détestables vont ressurgir.
            Il faudra donc aussi être fort et répondre à la violence.
            Bref, cela me répugne. Quel est le choix ?
            Se barrer avant 2017….pour moi c’est impossible pour le moment.
            Donc, oui, je me torture face à un dilemme de taille.
            Soyons lucides, cette France est morte, quoi que l’on puisse dire.
            Tic tac, tic tac.
            Run fools !

            1. Black Mamba

              Pourquoi 2017 ?
              Est-ce encore une date de fin du monde ?
              Te prends pas la tête advienne que pourra … il faut vivre le jour le jour .. C’est la clef du bonheur !

          1. C’est la vraie grande force de l’État d’avoir réussi à monter les uns contre les autres, tous contre tous, et se ménager ainsi une position d’arbitre, qui non seulement lui permet d’être demandé par tous, mais de récolter le fruit des efforts de chacun pour taper sur les autres.

              1. Et ça marche si bien que la droite est maintenant elle-même divisée, la gauche suit le même chemin. Qui diable va bien pouvoir en profiter ?

                Raaah, je sèche.
                Vraiment.
                Je ne vois pas.

                1. ironbooboo

                  Dire qu’on en trouve pour ne pas vous comprendre lorsque vous annoncez prophétiquement une guerre civile …
                  C’est pourtant gros comme une maison.

                  Qui va en profiter ? Apparemment les plus incohérents du lot, parce que pour plaire à tout le monde il faut promettre tout et son contraire.
                  L’immigration chôme, mais il est nécessaire d’appliquer la préférence nationale. Notre économie ne fonctionne plus guère que sur le tertiaire, mais on va se lancer dans le protectionnisme. Le seul petit avantage de l’Europe c’est la libre circulation mais on va fermer les frontières.
                  Tout est du même tonneau.
                  CPEF, mais vivement le clap de FiN on va bien rigoler.

              2. theo31

                La guerre civile permanente est la clé de voûte du communisme.

                En revanche, les socialistes anti-communistes devront m’expliquer comment appliquer le socialisme sans pratiquer la guerre civile/lutte des classes. J’avoue, je sèche.

            1. john

              « C’est la vraie grande force de l’État d’avoir réussi à monter les uns contre les autres, tous contre tous, et se ménager ainsi une position d’arbitre, qui non seulement lui permet d’être demandé par tous, mais de récolter le fruit des efforts de chacun pour taper sur les autres. »

              > Oh que oui.
              Le plus malheureux, c’est de constater à quel point les gens ne s’en redent pas compte. Dans ce pays les gens sont vraiment complice de cet etat de fait. A tout probleme ils attendent une solution de l’Etat. Comme si ce rôle lui revenait nécessairement, comme s’ils pouvait tous les résoudre.

      1. tabbehim

        ben non, et bientôt, il faudra passer par une pustule étatique pour chaque acte de la vie : le ménage doit être fait dans les normes, les gens ne respectent pas les normesil faut donc une entrerpise agréer par une norme DTC 69….pareil pour tout le reste y compris les câlins au lit.

        J’aimerais juste connaître le poid en kg de toutes les normes imprimé en recto verso taille 8 interligne 0.5…..je pense que ça pourrait être amusant ^^

    1. FacePalm

      A quand le Cerfa pour pouvoir inviter des gens à manger garuitement chez soi. Quel affreux mankagagné pour les restaurants….:-/ Rigolez pas, on pourrait y venir 🙁

    2. le touriste a nyc

      « Nous demandons à ce qu’il y ait une équité entre tout le monde. »

      Il etait pas loin de la bonne reponse… mais il prefere l’equite dans la reglementation et les taxes que dans la liberte 🙁

  10. L’Ami-Râle

    Des investissements qui ne serviront que quelques années car l’avenir et au centrale nucléaires « sous-critiques » !…

    « Gates considère que les sommes colossales d’argent investies dans les énergies renouvelables telles qu’on les conçoit aujourd’hui, éolien et photovoltaïque, sont perdues d’avance car elles n’atteindront jamais leur but qui est de remplacer le pétrole et le charbon dans la production d’électricité, non seulement pour l’industrie, les services et les ménages, mais également pour les transports à moins d’une diminution brutale de la population mondiale de l’ordre de plusieurs milliards d’habitants !

    Gates insistera sur le fait que c’est exactement ce que veulent les « verts » car ils savent, du moins ceux qui ne mentent pas, que le 100 % renouvelable est impossible à atteindre.
    Ce système mis en place ne peut perdurer qu’avec des subventions provenant de taxes que paient les utilisateurs finaux et il ne profite qu’à une petite poignée d’industriels.
    Pour lui, le tournant politique pris ces dernières années pour développer les énergies renouvelables est une utopie vouée à une impasse. Cette impasse doit donc, toujours selon lui, cesser et il importe de réorienter une part des investissements vers la R&D dans les technologies nucléaires de quatrième génération.

    Et il sera intéressant de noter que John Gilleland, le CEO de TerraPower était, avant d’occuper ce poste, Managing Director pour les USA du projet ITER.
    Gilleland n’utilise pas non plus de périphrases à propos du projet ITER : « C’est un truc (ITER) sur lequel je ne peux même pas espérer pour mes petits-enfants. À TerraPower nous nous sommes focalisés sur la fission plutôt que sur la fusion parce qu’il faudra (pour la fusion) encore énormément de temps et d’investissements. »

    La direction prise par la R&D de TerraPower cible le TWR, pour Travelling Wave Reactor, une technologie imaginée dans les années 1950 par Saveli Feinberg et qui ne nécessite aucun rechargement de combustible, donc aucun arrêt, pendant plus de 50 ans en « brûlant » de l’uranium 238 non-radioactif avec des neutrons rapides provenant d’uranium 235 enrichi à environ seulement 4 %.

    Le plafond d’enrichissement qui sera permis aux iraniens après l’accord avec le groupe « 5 + 1 ».

    Les supercalculateurs du MIT ont entre-temps validé l’idée de Feinberg.
    Ce réacteur de IVème génération sera aussi refroidi avec du sodium liquide et un prototype de 500 MW prévus tournera aux alentours de 2020.
    Dans moins de 5 ans !

    « La technologie existe, le design du réacteur et son fonctionnement en continu permettront d’utiliser de manière optimale les neutrons afin d’atteindre des rendements améliorés » défend Paul Allen.

    Ces améliorations permettront de « brûler » également les actinides à haute radioactivité et c’est la raison pour laquelle le réacteur prototype, qui coûtera 1,5 milliard de dollars – on est très loin des coûts monstrueux de l’EPR – est appelé le WAMSR, acronyme de Waste Annihilating Molten Salt Reactor.

    Ce réacteur « brûlera » en effet non seulement de l’uranium appauvri mais aussi le combustible usagé des réacteurs à neutrons lents…

    Cette technologie permettra enfin de fournir de l’électricité pendant des centaines d’années à l’humanité avec des coûts très faibles.
    TerraPower a donc repris la technologie du MSR (Molten Salt Reactor) d’Oak Ridge qui fonctionna en continu et sans aucun indicent de 1965 à 1969, mais n’a pas encore déposé de brevets malgré le fourmillement d’idées nouvelles émanant de la collaboration du staff de la société avec les laboratoires du MIT.

    « C’est marrant, moi je vois plutôt d’utiliser du thorium 232. Et de l’ensemencer avec un accélérateur de particules tout con. Tu lui balances quelques protons dans les naseaux, et il s’allume en uranium 235, qui percute et rayonne ses voisins en U238 et éventuellement en plutonium 239 qui se dégrade ensuite plus ou moins vite en plomb et libère de la chaleur récupérée par un fluide à haute température, comme le sodium par exemple qui ira chauffer un circuit secondaire. Qui lui-même fait tourner une turbine électrique qui va servir, notamment à entretenir l’accélérateur de particules et alimenter la torche à plasma confiné dans un fort champ magnétique dans la tuyère de mes moteurs.
    Si le truc s’emballe, tu coupes l’accélérateur de particules et la chaudière nucléaire se refroidit toute seule : aucun danger pour l’environnement ! »

    Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2015/08/chapitre-xxviii-paul-allen.html

      1. L’Ami-Râle

        Pas mal votre article sur le thorium !… Et si on ajoute les progrès de la fusion froide c’est toute l’industrie énergétique qui est condamnée à moyen terme : l’extraction pétrolière, gazière, charbonnière, la filière nucléaire classique. Une fantastique révolution technologique qui apportera de l’énergie pour tout le monde, sans pollution.

        1. Calvin

          « Une fantastique révolution technologique qui apportera de l’énergie pour tout le monde, sans pollution. »
          Énergie sans pollution, c’est impossible.
          Mais je suis d’accord pour dire que cela va grandement la minimiser, voire la rendre indétectable aux citoyens.
          Quand à se servir du pétrole pour autre chose que se chauffer, mille fois « oui » !!

              1. L’Ami-Râle

                J’ai déjà été voir de ce côté-là, et j’en ai fait un post intitulé : « Lockheed Martin, la Z-machine et la fusion nucléaire » :
                http://euroclippers.typepad.fr/exopolitique/2015/04/lockheed-martin-la-z-machine-et-la-fusion-nucl%C3%A9aire-ii.html

                C’est absolument ahurissant !…
                Nous sommes à la veille d’un gigantesque chambardement dans le domaine de la production d’énergie et c’est complètement ignoré du public et des décideurs étatiques qui continuent à nous promouvoir de l’éolien à tour de bras !…

                Il suffit de voir le parc éolien qu’ils nous construisent au large de Fécamp.
                Et tout cela à grand coup de subventions et de corruption si nécessaire…

                Un des symptômes de la décomposition progressive de notre pays !…
                Bien à vous !….

                1. FASTNET

                  Pour Fécamp enquête publique en cours du 1/09 au 8/10/2015.

                  Il y aurai 83 éoliennes de 6MW soit environ 2000m3 par unité et 500 tonnes d’acier.
                  83*2000 = 160 000 m3 de béton dans la mer !
                  83*500 = 41 500 tonnes d’acier !

                  Pour produire 1000 fois moins qu’un EPR !!!
                  Vive l’écologie

                  Les quantités de béton et d’acier sont issues de la presse… non subventionnée : « le moniteur des travaux publics »

                  Et en plus c’est en face de chez moi !

                  1. I-Cube

                    Punaise (pour ne pas dire autre chose), dans le rail montant ?
                    C’est pas un peu dangereux, tout ça… ?

                    Notez que ça fait des casiers à langouste en pagaille.
                    Perso, en « Corsica-Bella-Tchi-tchi » je regrette qu’ils mettent leurs grandes hélices en limite du parc naturel de la Scandola, classé au patrimoine mondial de l’Unesco et son fameux balbuzard (l’aigle pêcheur, espèce archi-protégée), au lieu de les mettre à la mer… justement pour les langoustes qui pullulent dans le coin.
                    Mais bon, il y a encore du corail dans les fonds abyssaux : ça ne doit pas être commode.

        2. john

          « c’est toute l’industrie énergétique qui est condamnée à moyen terme l’extraction pétrolière, gazière, charbonnière,  »
          > par contre, ça , je suis d’accord.
          Le stockage electrique reste un des rares domaines a avoir fait du quasi sur-place pendant 100 ans (les nouvelles nouvelles technos avec des aliages restent assez proches la batterie au plomb) . On voit que c’est en train de bouger. Notamment grace aux condensateurs, à la techno graphène, etc .. Bref, je crois qu’on pourra assez vite stocker de l’energie électrique pour pas cher et facilement.

          Et ça remettra beaucoup de chose en cause (automobile, aviation, production d’electricité tant locale que nucléaire, ..). Si j’étais producteur de pétrole je m’empresserais d’en vendre tant que je pourrais. Tiens, c’est ce qu’ils font justement !

          1. I-Cube

            J’en suis parfaitement d’accord John !!!

            D’ailleurs, dans le « Nivelle 003 » (en préparation) il faudra des condensateurs « dopés » pour « allumer » la centrale au thorium embarquée.

            Et pour l’heure, je manque de « matière » à traiter sur le sujet, parce que tout le monde est en retard sur le sujet…

            1. C’est vieux (plusieurs années) sans qu’une application industrielle ait été vue (ce qui tend à prouver que ça n’ira guère plus loin), et les rendements sont encore assez mauvais (à peine équivalents au li-ion, donc très inférieur au litron d’essence traditionnel).

          2. gameover

            @John

            « On voit que c’est en train de bouger. Notamment grace aux condensateurs, …. »

            Pour l’instant c’est de la science fiction.
            Densité énergétique par kg:
            Pétrole : 12 kWh/kg
            Batterie Li-ion : 0.15kWh/kg
            Supercondensateur : 0.006kWh/kg (commercialisé en 2015)

            « En juillet 2015, Skeleton Technologies fait encore mieux en proposant des supercondensateurs atteignant une densité d’énergie de 9,6 Wh/kg [Waouh…!!0.0096kWh/kg]. Une telle performance était auparavant réservée à des clients très exigeants et capables de mettre le prix. En effet, ces supercondensateurs de nouvelles génération à base de CDC (ou flocons de graphène incurvés) étaient jusqu’à présent réservés à l’aérospatial et à la défense militaire, ainsi qu’à l’industrie d’exploration gazière et pétrolière qui est très intéressée par ce moyen de stockage plus fiable et moins risqué à utiliser que les batteries Lithium-Ion. »
            _____
            On est quand même dans un facteur 2000.

    1. René

      Euh, ce n’est pas ce que faisait Superphénix, le surgénérateur de Cadarache, qui a fonctionné pendant plusieurs années et qui a été arrêté principalement à cause des khmers verts

  11. Calvin

    Ce scandale des éoliennes est d’autant plus énorme qu’il est couvert par tous ceux qui ont promis la création de millions d’emplois « verts ».
    Cette affabulation totale mérite bien un soutien de la presse, non ?

  12. Bonsaï

    Au secours, ils reviennent ! Paris-Match nous offre le défilé triomphal des trois héros américains du Thalys :
    « Anthony Sadler et ses amis d’enfance Alek Skarlatos et Spencer Stone étaient courageusement intervenus pour désarmer à main nue Ayoub El Khazzani dans un Thalys Amsterdam-Paris et l’ont empêché de commettre ce qui aurait pu tourner à un massacre. La parade s’est déroulée près du Capitole de la capitale Californienne sous un soleil de plomb. Les trois héros souriants et en lunettes de soleil, Spencer Stone portant un uniforme militaire, ont défilé sur un char décoré de ballons bleu blanc et rouge. Ils se sont ensuite arrêtés devant le Capitole, où le maire de Sacramento leur a rendu un vibrant hommage, sous les applaudissements. Ils ont prononcé chacun quelques mots de remerciements. Spencer Stone, très ému, a dû s’arrêter quelques instants, la voix étranglée. Le pouce encore bandé après avoir été tailladé lors de sa lutte avec El Khazzani, il a dit à dit à l’AFP: « On adore les Français, vous êtes supers. On reviendra dès que possible, peut-être pour le procès si (les autorités) veulent qu’on revienne ». Anthony Sadler, en pantalon gris et chemise bordeaux, a ajouté: « C’est submergeant mais c’est fantastique d’être là. Vous les Français, on vous adore! ». Quant à Alek Skarlatos, en polo turquoise, il a plaisanté: « Attention! on va revenir ». »

    1. Calvin

      Tu as oublié la fin :
      « Hollande a alors solennellement demandé aux trois héros si l’un d’entre eux voulait bien reposer au plus vite sous l’Arc de Triomphe en tant que Soldat Inconnu »

      1. Bonsaï

        Il peaufine déjà son discours officiel, tout en griffonnant dans la marge la révision des quotas d’accueil des migrants, au fur et à mesure qu’ils tombent sur son écran…

  13. DS

    J’ai assisté à une réunion de scot ( administration et cabinet d’études en dessous de tout, ridicules et affligeants) , j’ai lu des rapports d’études des territoires a énergie positive. On dirait le grand bond en avant du président Mao, chaque territoire doit avoir ses sources d’énergie et viser à l’autonomie, les collectivités locales ont mission de les développer. Je n’entends aucune voix s’élever contre ce délire, mais où sont les gens raisonnables, ils ont émigré ailleurs ?

    1. Calvin

      Les gens raisonnables se taisent.
      A quoi ça sert de s’élever contre des inepties alors que :
      – ce sera poursuivi bien que le mur soit au bout du chemin,
      – le cadre ou le technicien, qui s’est élevé contre cette folie, va subir les conséquences de ses avertissements.
      Les gens raisonnables savent qu’il est improductif de se battre contre des moulins à vent.

        1. Calvin

          La seule chose que je vois, c’est de démissionner et de monter une concurrence. Mais comme on parle de capitalisme de connivence, lié à l’Etat juge et parti, c’est peine perdue.
          Cassez leurs jouets et ils les reconstruiront.

    2. Val

      @ds même réaction que vous , c est le retour du grand bond en avant . A la fois c était prévisible de la part d anciens indécrottables maos. …
      J aurai préfèré le retour du grand blond , c est débile mais au moins ça fait rire.

        1. Pheldge

          @ Val, peut-être qu’il représente une petite lueur dans un océan de ténébritude (j’ai déjà dit que j’essaie de reproduire le parler du président normal et audacieux, alors je m’applique 😉 mais il ne pourra agir avant 10 bonnes années. Et d’ici là …

  14. MadeInCH

    Je vais me faire l’avocat du diable.
    Je pose des hypothèses:
    1) L’Etat est un stratège qui veut le bien de son Peuple.
    2) L’Etat voit que la source d’énergie pas cère, le pétrole ici, va s’épuiser, quasi d’un coup.
    3) Les grandes compagnies économiques, qui ne prennent un projet que si celui-ci sera a une rentabilité de 20% dans 2 ans, ne vont JAMAIS investir dans une énergie actuellement non-rentable.
    .
    Conclusion:
    Il me semble évident que, voyant le problème arriver de loin, l’Etat décide de consommer du carbonne et faire pleins de CO2, pendant qu’on en a pleins, pour préparer les infrastructures qui éviteront un naufrage plus tard.
    .
    Même si les éoliennes doivent être remplacées, alors leur socles restent longtemps, les mats, si bien faits, restent aussi longtemps, et les routes de même.
    .
    Question:
    Est-ce que les hypothèses sont valables?
    .
    Okay, pour la première, la réponse à la question est connue…

      1. MadeInCH

        Mais lorsque la reprise va arriver, vous allez voir! La crise est derrière nous! (*)
        Les indiens, les chinois, la Syrie pacifiée vont devenir des gouffres à pétrole!
        Toutes les richesses importées en 2015, 2016, … vont acheter pleins de voitures qui augmenteront la demande!
        Alors, d’un coup, on va en manquer sec! ça va être aaafffrrreuuuuux! On va tous mourrir!!!!!
        .
        Je sais que le pétrole ne va pas manquer si vite.
        Ce n’était ici qu’une hypothèse de travail.
        .
        (*) Laquelle?????

        1. gameover

          Ce qui va nous sauver ce sont les objets connectés. Y aura un algo dans le programme de ton frigo pour qu’il relance ta consommation en passant tout seul des commandes suivant les injonctions du gouverne-ment 😀

        2. MadeInCH

          J’avais oublié de dire que la reprise arrive grâce à toute les réglementattions qui vont être mise en place pour lui faire une belle rampe de lancement.

    1. Pheldge

      Il y a aussi des éoliennes qui fonctionnent avec les vents de lumière , vous savez , les flux de photons. Ça s’appelle l’effet photo-électrique, et ça marche avec ces jolies éoliennes brillantes immobiles et silencieuses qu’on appelle bêtement « panneaux solaires » ! Sérieux ! 🙂

    2. Pheldge

      D’ailleurs il y a un centre de recherches dédié près de la cité phocéenne : on les appelle les « savants de Marseille » … 😀
      RIP Coluche

  15. Bonsaï

    Evidemment, la question de la presse subventionnée pose du même coup celle de sa collusion éventuelle avec le pouvoir. D’autant qu’il faut désormais compter avec la presse en ligne, les <em<pure players, qui bénéficient aussi des subventions de l’état à l’instar de Mediapart et de Rue89.
    Par ailleurs, les seuls pays européens dont la presse ne bénéficie d’aucune aide directe de l’Etat sont l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni et la Suisse.
    Encore un sujet sur lequel le public n’a pas voix au chapitre (mais dont il n’a peut-être que faire…).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.