Le piège du Revenu Universel

La guerre du cash aura donc lieu ; elle a même déjà commencé. Petit à petit, tout se met en place et l’étau se resserre lentement mais sûrement, pour que l’argent liquide disparaisse des mains des citoyens, et que, progressivement, les États renforcent leur contrôle des populations sous leur coupe.

Les raisons officielles sont aussi connues que comiques : en supprimant les grosses coupures, on lutte contre le méchant blanchiment, qui dans le monde merveilleux des politiciens-bisounours, ne pourrait avoir lieu avec des petites coupures, trop encombrantes (il semble évident pour nos dirigeants que le dealer refusera les paiements en billets de 20€, et refusera la vente si vous n’avez pas des billets de 50 ou de 100). L’argument du terrorisme étant d’un grotesque achevé, nous n’en parlerons même pas.

gifa bullshitometer

Les arguments officiels étant bien pourris, on peut se pencher sur les officieux, bien plus intéressants.

Dans ce cadre, la lutte contre l’argent liquide apparaît en réalité très pratique pour contrôler les foules. Le cash disparu, tout n’étant plus qu’électronique, on sait qui fait quoi et pour combien. On peut même facilement museler des opposants en les effaçant des transactions, puisqu’après tout, l’impossibilité d’accès à un compte en banque signe rapidement la misère pour le citoyen concerné.

Bien évidemment, la lutte contre le cash représente avant tout la lutte contre la fraude fiscale et sociale. Oh, pas celle avec les valises remplies de billets que certains politiciens s’échangent discrètement, mais plutôt l’économie souterraine, i.e. le travail au noir. Et même si on crée de la misère dans la foulée (tous ceux qui ne peuvent s’en sortir qu’en dessous du travail minimum mais sans charges ni protection n’ont alors plus aucun recours), on peut toujours prétendre lutter un peu contre les paradis fiscaux (mais seulement un peu : les lois sont faites par ceux qui savent les contourner, après tout).

Apparaît un bonus évident : lorsque tout est électronique, tout est en banque, et moyennant un taux négatif sur ces comptes, on oblige les gens à consommer. Pratique, lorsqu’on cherche absolument à noyer les dettes et les erreurs du passé dans une inflation soutenue.

Logiquement, tout s’enchaîne alors : si, pour l’État, il est facile de se servir sur les comptes, il est aussi facile de distribuer de l’argent directement dessus, ce qui, là encore, permet de créer une inflation terriblement pratique pour effacer des années de déficits accumulés en dettes abyssales.

C’est là que le revenu universel rentre en jeu.

Le revenu universel, ou revenu de base (les noms sont nombreux, le concept est globalement simple et unique), c’est l’idée selon laquelle l’État devrait distribuer un revenu (de base) de manière inconditionnelle à l’ensemble des citoyens, chômeur volontaire ou involontaire, travailleur à temps plein ou à temps partiel, et cumulable avec d’autres revenus. Sur le papier, ça vous a un petit côté « Let’s Go Party » indéniable.

gifa loldog party

Fortuitement ou presque, on apprend ces derniers temps que l’expérience du revenu de base est tentée dans un nombre croissant d’endroits, pas tous loufoques : Finlande, Utrecht, les exemples se multiplient. Dernièrement, c’est le Canada, après la Suisse, qui exprime le souhait de tenter le coup.

En France, les petites initiatives politiques pour pousser le concept sont relayées avec gourmandise par une presse qui semble chaleureusement acquise à l’idée ; on ne compte plus les politiciens qui se sont déclarés favorables au concept et s’empressent de le faire savoir. Miam.

Ce n’est pas un hasard : le but affiché est toujours dégoulinant de gentillesse puisqu’il s’agit d’offrir à tous un revenu qui pourra être employé pour se loger, se nourrir, etc… Et tout indique, par la propagande actuelle en faveur de cette « nouveauté », par les rumeurs, les débats des réseaux sociaux, et les reportages de deux minutes rapidement balancés sur les chaînes publiques ou non, que l’idée s’installe, douillettement, dans les têtes de chacun. Et bien trop rares sont les fois où il est rappelé qu’il s’agit tout de même d’une distribution d’argent public. Pensez donc : donner de l’argent sans condition, simplement parce que vous existez, parce que « C’est Ça La Puissance Des Droits de L’Homme ! », ma brave dame, voilà qui fait couiner du chaton mignon, non ?

gifa - cat - miaou groar

Mais deux minutes de réflexions ne laissent pourtant aucun doute : c’est un concept effroyable.

Sur le plan moral tout d’abord, elle instille l’idée perverse qu’on peut, sans dommage sur l’individu, rendre instantanément tout le monde directement dépendant de l’État, de la naissance à la mort. Distribuez ce revenu pendant quelques années et au bout d’un peu plus d’une génération, plus personne ne se souviendra qu’avant son arrivée, des millions de gens se passaient de son existence et savaient vivre sans lui, sans l’État, exactement de la même façon que tout le monde est maintenant persuadé de l’absolue nécessité de la guerre permanente contre les drogues ou de l’interdiction du port d’arme, même si drogues et armes furent bien plus librement disponibles dans l’Histoire sans qu’il fut question de sociétés barbares ou médiévales (on parle d’il y a moins d’un siècle).

Sur le plan économique ensuite, ce revenu deviendra en pratique un plancher pour à peu près tout, créant de l’inflation de façon immédiate ou quasiment ; de la même façon que les APL (aides publiques au logement) ont tiré les loyers vers le haut pour quasiment l’intégralité de leurs montants, le revenu universel en fera de même pour à peu près tout ; tout étant renchéri, le gain pour ceux qui n’auront que ce revenu sera à peu près nul.

C’est de l’économie de base, et c’est très bien décrit dans ce billet de Contrepoints.

Mais surtout, quoi qu’on pense de ce revenu universel, il faudra bien le financer.

gifa jeter l'argent par les fenêtres

D’un côté, bien sûr, il y a les naïfs qui s’imaginent qu’il viendra en remplacement de tout le reste, des aides diverses et variées et en remplacement des millions de petits cerfas dodus et autres formulaires à rallonge qu’il faut remplir pour toucher l’une ou l’autre aide que l’État, notre maître à tous, est parfois assez bon pour nous jeter en pâture, une fois de temps en temps.

Dans cette optique, si on élimine toutes les aides diverses et variées et qu’on les remplace par une seule distribution simple et universelle, on comprend qu’on gagnera au moins sur les frais engendrés par la complexité précédente.

Malheureusement, de l’autre côté, il y a la réalité qui nous oblige à considérer ce « si » (en gras dans le paragraphe précédent) comme une condition quasiment impossible à remplir. Cette même réalité nous rappelle en effet assez douloureusement que toutes les inventions du même acabit, toutes les aides censées réformer de fond en comble des systèmes de redistributions ont systématiquement fini par s’ajouter à l’édifice socio-légal déjà existant.

Le revenu de base viendra donc s’ajouter à tout ce qui existe, et ne simplifiera rien du tout. Son universalité sera rapidement attaquée, des taux seront appliqués, des effets de seuils apparaîtront, des dérives s’accumuleront sans que personne n’y puisse rien faire.

Et la question du financement, au départ écartée sur l’air du « Comme ça remplace ces milliards dépensés là, il n’y aura qu’un jeu de vases communicants », reviendra rapidement au milieu des débats…

À moins bien sûr que toute cette manœuvre n’ait qu’un seul but : celui de pousser à la consommation et donc, de créer de l’inflation, Graal vital pour nos keynésiens en charge de saboter bibliquement l’économie mondiale. Et là, tout devient beaucoup plus simple puisqu’alors, peu importe que le bidule s’ajoute au reste. Peu importe qu’il n’y ait pas l’argent pour le financer, puisqu’en définitive, cet argent, on va l’imprimer comme on n’a jamais imprimé avant.

Mieux que ça : comme tout l’argent physique aura fini par disparaître, aucune impression ne sera même nécessaire. Il suffira de réarranger quelques octets sur chaque compte courant, et l’affaire est entendue.

Créer de la richesse virtuelle en modifiant simplement quelques portes logiques ici ou là, franchement, comment voulez-vous que ça foire ?

forcément, ça va bien marcher

Commentaires385

  1. Calvin

    Le revenu de base ou universel a été soutenu par des llibéraux MAIS pour remplacer toute sorte de subvention ou d’allocation. Soit un moindre mal.
    Évidemment, en France, il y aura les deux…
    D’où le fail cataclysmique…

    1. Val

      @Clavin , perso je ne comprends pas quelle race étrange de libéral peut défendre cela , même si on supprime tout le reste . Comme l’a bien écrit H , ce revenu est destiné à garder le bon peuple au stade pré pubère toute sa vie .

      1. Calvin

        La constellation libérale est très diverse et embrasse les sensibilités de la gauche à la droite du spectre politique.
        Si on se place dans une situation initiale, sans marxiste, ok, c’est inutile.
        Si on se place dans un pays engorgé de dettes et où le niveau d’étatisme est assez important avec un modèle social voulu (Danemark, Suède), cela peut faire sens.
        Si on est en France, c’est carrément un vice !!

        1. LaVitreCassée

          Friedman proposait un revenu de base,avec un système d’impôts négatif, dans un des derniers chapitres de « Capitalisme et Liberté »… Me rappelle plus du détail, j’ai lu ça y’a un bout de temps maintenant !

          Après on pourra me répondre que Friedman n’était pas contre « un peu » d’inflation… 😉

              1. gameover

                Y a un rapport de 1 à 500.
                C’est comme si en achetant 1 baguette de moins par semaine je pouvais payer cash une berline en fin d’année.

                1. lafayette

                  il n’y a pas que cet avantage, c’est aussi l’émission de billet, il finira pas dans la poche d’un opportuniste.

                  Système certes mauvais, mais moins pire que celui d’aujourd’hui.

                  1. gameover

                    Lafayette, vous comprenez ou vous avez la bonsaïte ?
                    L’économie avec l’ANPE représenterait environ 1/500ème du financement du revenu universel soit 0.2%.

                    1. lafayette

                      Et donc cela ne vous gène pas que la planche a billet serve a financer les coq et les dindes de l’administration. Autant développer le bénévolat rémunéré….

                    2. gameover

                      Lafayette c’est consternant de voir encore des sophismes de ce genre : je pensais qu’on les voyait uniquement sur l’explication de wiki, mais non en fait .

                      « Vous ne voulez pas mettre au point ce programme de construction de porte-avions, je ne comprends pas pourquoi vous voulez laisser notre pays sans défense. »

                      Je vais proposer le votre, vous allez être célèbre… par votre bêtise, mais être célèbre c’est déjà pas mal !

                    3. lafayette

                      non l’argument n’est pas tant fallacieux, Il correspond exactement au besoin de croissance, et se fixe sur une autre base de fonctionnement. Comme je vous le dis, le bénévolat permet aussi de travailler… Sauf qu’on arrive plus à vivre avec un seul salaire par ménage ou moins.
                      D’autre part la défense et l’armée n’est qu’une réponse infantile à un problème de croissance mal gérée.

        2. Balthazar Pound

          Le problème, c’est le sevrage du servage. Comment passer de l’aliénation actuelle à la la liberté. C’est la même vielle exclamation de Rousseau : l’Homme est né libre, et partout il est dans les fers. Il faut rappeler que si l’idéal des Lumières est la liberté, le « programme » c’est l’émancipation. Dans un mouvement de libération généralisée, le revenu minimum serait un bon airbag.
          Donc, le problème n’est pas le revenu minimum, mais l’absence de tout programme d’émancipation.

          1. Non. Déjà, Rousseau a fait beaucoup de dégâts avec ses conneries. D’autre part, ce revenu machin ne serait pas un airbag, mais un nouveau saut dans le communisme rapide. Et c’est assez facile à comprendre ; la mise en place du RBI prendra le tour suivant, si on se place dans le meilleur des cas :

            a/ effectivement universel, remplace /effectivement/ (!) les autres allocs. Tout va bien.

            b/ mais voilà, rapidement, des groupes (devinez lesquels) remarquent que X et Y reçoivent tous deux1000 unités par mois, sauf que Y dispose d’une fortune personnelle (héritage, entrepreneuriat, loto, etc…). Ct’un scandale : X peut à peine vivre avec 1000, alors que Y pourrait s’en passer sans rien changer.

            c/ tout aussi rapidement, un plafond de ressources apparaît. Au-dessus, le RBI diminue parce que « faut pas pousser ».

            Notez que ceux qui s’opposeront à la mise en place de c/ trouveront toujours moult groupes rappelant b/ à pleins poumons. Ici, il n’y a pas besoin d’état ou de politiciens véreux. Il y a juste « la nature humaine ». Si on ajoute l’aspect purement économique (revenu != richesse), toute cette idée est vouée à l’échec.

              1. gameover

                Et plus près de nous avec le plafonnement du quotient familiale et les AF sous conditions de ressource et le prix de la cantine suivant les revenus des parents et…

          2. LaVitreCassée

             » Quiconque refusera d’obéir à la volonté générale y sera contraint par tout le corps: ce qui ne signifie autre chose, sinon qu’on le forcera à être libre » J.J. Rousseau Le contrat social

            Beurk…

      2. Aristarkke

        Pour compléter le commentaire de mon galopin de filleul, il me semble que Milton Friedman adjoignait aux tâches régaliennes admissibles pour un libéral, la gestion des handicapés physiques ou mentaux en le justifiant par la considération générale que ces personnes n’avaient par définition pas la capacité de vivre en autonomie dans un monde libérale et qu’il fallait veiller de façon impartiale à ce qu’elles ne soient pas abusées à tous les sens et niveaux du terme. Je ne crois pas que Milton soit l’ archétype d’ un affreux collectiviste par ailleurs.

        1. gameover

          C’est la notion d’handicap qui pose problème. Pour rappel nous avons en Ariège une journaliste handicapée par les méchantes ondes qui touche son allocation handicapée…

          1. Aristarkke

            Milton en restait au niveau des principes. Tout cet arsenal d’ allocations engendre toujours une lignée de profiteurs indélicats comme nous n’ignorons pas que l’immigration est devenue une plaie surtout à cause des Etats – Providence…

          2. rené-pierre samary

            La notion de handicap (DE handicap, GO !) peut s’appliquer, aujourd’hui, à quelque 95 % de la population.
            Ce n’est pas que les gens soient devenus subitement idiots (bien que…), mais c’est que le progrès rapide des connaissances scientifiques ou autres, laisse une immense majorité dans l’incapacité de s’y adapter, les capacités intellectuelles restant les mêmes que chez Cro-Magnon ; ceci au niveau local (occidental) et plus encore au niveau mondial. De ce fait, l’idée d’un revenu minimal n’est pas à rejeter d’emblée. Encore faudrait-il que le perception et l’abondement financier à ce RM soit une question de choix.

            1. gameover

              RPS j’entends bien ton « de handicap » effectivement mais alors tu dis aussi un « fauteuil roulant de handicapé ».. je m’interroge…

      3. Beldchamps

        Je viens de lire le billet d’Eric Verhaeghe sur le RU. En fait il propose un RU pour laisser les gens choisir librement leur couverture sociale, et donc éventuellement quitter la SS, les caisses actuelles seraient privatisées et n’auraient plus la garantie de l’Etat. Tout ça ressemble bien à du libéralisme mais évidemment le revenu universel de nos soces ne risque pas d’être appliqué ainsi !

        1. bibi

          Combien de fois faudra-t-il répéter qu’on ne peut pas privatiser la SS pour la simple et bonne que les caisses de sécurité sociale sont de droit privés.

          1. Theo31

            +1000
            Les profits du RSI finissent dans des poches privées. Les poches privées finissent dans les pertes et les dettes abyssales de la SS. Ça devrait mettre la puce à l’oreille.

          2. Beldchamps

            N’étant pas juriste, je me suis renseignée sur le droit privé vs droit public :
            En droit, on distingue le droit privé du droit public. Ce dernier concerne le droit applicable à l’administration et aux organismes publics ainsi qu’à leurs rapports avec les personnes privées (physiques ou morales). Le droit privé vise donc à défendre les intérêts des particuliers, tandis que le droit public est plus lié à la notion d’intérêt général.
            Quel est le rapport avec la privatisation (= transfert de la propriété d’une grosse partie, voire de la totalité, du capital d’une entreprise du secteur public au secteur privé) ? La SS n’est-elle pas du secteur public ? Aurais-je dû préciser « privatisation intégrale » ? Je sais bien qu’Eric Verhaeghe a parfois une analyse biaisée (les noms de famille lusitaniens par ex.), mais sa spécialité c’est tout de même la protection sociale.

            1. gameover

              La SS est de droit privé mais elle est investie par délégation d’une mission de service public (intérêt général qu’ils disent). Ca répond à ta question oualors j’ai pas compris la question ?

              1. Beldchamps

                D’accord avec vous GO, j’avais bien compris ça, mais je ne vois pas le lien entre « SS de droit privé » => privatisation impossible. Les notions de droit public/privé et secteur public/privé sont différentes, non ? Les mots ont un sens.

                1. gameover

                  @BDC
                  Bah quand Théo31 dit qu’on ne peut pas la privatiser c’est parce qu’elle l’est déjà !
                  La Sécu a le même statut apparent que la MAIF ou que n’importe quelle mutuelle.

                  Bon pour l’instant elle est privée… de sous.

                  1. Beldchamps

                    Ok je vois, merci GO, j’aurais dû écrire « intégralement » privatisées, (pour supprimer la garantie de l’Etat et assurer seules leur survie économique par ex.) ce qu’avait précisé Eric Verhaeghe d’ailleurs. Les mots ont un sens !

                    1. bibi

                      Justement les mots un sens on ne peut pas privatiser la SS par contre on peut supprimer le monopole dont ses différentes caisses jouissent.

                      L’état peut parfaitement privatiser intégralement (c’est à dire ne plus détenir la moindre part du capital) d’une entreprise tout en maintenant son monopole.

                    2. Beldchamps

                      Bibi, pardon pour être très lourde sur ce sujet, j’ai reconnu que ma formulation était fausse, mais pour moi le raccourci organisme de droit privé = organisme privé, comme n’importe quelle entreprise privée, c’est un peu spécieux, donc je maintiens la nuance. La SS a tout de même engendré un organisme gouvernemental (Cades) qui récolte des contributions obligatoires type CRDS pour éponger ses dettes. Ensuite, casser le monopole c’est un autre sujet et nous sommes d’accord.

                    1. Beldchamps

                      Pour moi si la SS n’est pas (intégralement) privatisable, c’est parce qu’elle est tellement en faillite que pour la rendre présentable, le capitalisme de connivence fera que la Cades reprendra les dettes, qui resteront publiques. La privatisation (intégrale) implique que le bouzin soit désormais soumis au régime de solvabilité drastique comme toutes les assurances et les mutuelles, ça en fait des miyards à éponger ! Et de toutes façons, c’est pas demain la veille que l’opinion publique et les polytocards seront prêts à se séparer de cette institution QLMENE.

                    2. Theo31

                      La SS peut être solvable à deux conditions
                      – faire enfin de l assurance
                      – virer tous ceux qui bénéficient de prestations sans verser un kopeck au pot commun.

                      Vu son état, ça finira par arriver. Mais ça couinera grave, à commencer par les mafias syndicales qu’ils gavaient.

    2. gameover

      Non celui de Génération Libre ne remplace pas tout. Par exemple les aides au logement, aides handicapés et le SMIC sont maintenus.
      ( l’allocation handicapé est versée à plus d’un allocataire de minima sociaux sur quatre !)

        1. gameover

          Oops j’ai aussi oublié la couverture maladie à charge des autres. Dans sa grande bonté GL augmente même la CSG de 50% (de 8% à 12.5%). mais comme ça ne tient pas compte de ceux qui vont se démobiliser ils n’excluent pas de l’augmenter : je plains les derniers qui vont bosser.
          Ce qu’ils oublient aussi c’est que ceux qui n’auront vécu que du revenu universel n’auront jamais cotisé pour une retraite.
          Le bon truc serait de prendre le revenu universel et d’aller s’installer en Thaïlande avec la couverture santé de la SS !

          1. Aristarkke

            Avec la qualité habituelle des contrôles de la SS et assimilés, il est loisible d’ imaginer une immigration temporaire, le temps d’enclencher les Cerfa et autres dossiers qui retourne ensuite vivre douillettement au pays. Si localement, le Smic correspond au tiers ou au quart du RU du pays payeur, il est certain que l’on ne manquera pas d’impétrants…

            1. gameover

              Oui surtout que pour le RU il n’y aura pas de contrôle, c’est justement dans l’énoncé : moins de contrôle, moins de personnel affecté à celui-ci !

            1. Aristarkke

              Pareil sauf que mon 50% commence à évoluer depuis qu’elle a vraiment pris conscience de la masse d’impôts et taxes que l’on acquitte en une année par rapport aux revenus…

            1. gameover

              Viager oui, mais c’est pour souligner que le nombre de bénéficiaires net n’est, à terme, pas du tout du même ordre que celui des bénéficiaires du RSA. Ayant un peu étudié le sujet je pense qu’on arrive facilement à 35 millions de bénéficiaires nets (enfants inclus) et non entre 15% et 20% suivant GL.

              1. Aristarkke

                Probablement mais dans le principe, je suis hostile à toutes les sortes d’allocations hors celles concernant les handicapés (selon les critères communs habituels) et les allocations familiales , ces dernières uniquement dans le cadre d’un système de retraites par répartition. Ceci pour éviter les passagers clandestins des gens sans descendance qui compteront de fait sur les enfants des autres pour leur assurer leur retraite. Or les mômes ont un coût d’élevage nettement supérieur aux allocations et réductions d’ IR…

                1. bibi

                  Encore faudrait-il que les familles qui sont bénéficiaires en NET des allocations familiales engendrent de futurs individus contributeur au régime de retraite par répartition.

                    1. bibi

                      Non GO point de ça chez moi voyons.
                      Je stigmatise les faignants de parents qui engendrent des grosses faignasses.

                      Parce que vu ce que vous prend la CAF sur toute une vie de labeur pour être bénéficiaire NET de cette aide il faut être une très grosse faignasse.

                      Rappel : 1 couple gagnant 2 salaires médians avec deux enfants à charge est contributeur NET à la CAF vu qu’il ne reçoit que 129.35€ par mois.

                2. Pat

                  Avec cette logique, pas de cotisation retraite tant que vous n’avez pas de descendance (puisqu’il n’y aura pas de retour). Autant supprimer le système et revenir à la solidarité familiale, puisque seuls les parents ayant eu des enfants qui sont encore là pour cotiser auraient droit à une retraite.

                  1. Aristarkke

                    Le but est de supprimer la retraite par répartition pour la remplacer par une à capitalisation. Dans cette conception, la charge d’enfants devient neutre

                    1. Fabrice Bailly

                      La retraite par répartition c’est finis il y’a trop de chômeurs c’est un système archaïque vu qu’il faut davantage d’actif que de retraité!Il faut toujours plus d’enfant alors que la planète et surpeuplé a croire que les français veulent rester figer dans un système archaïque!

    3. celeg

      Simple, le temps de travail sera flexibilisé, on supprimera la base légal d’un taux horaire, on emploiera à la demande pour des périodes très courtes. fini le contrat de travail surprotégé etc tout en rendant le citoyen totalement dépendant de l’état qu’il sera toujours obligé de financer

  2. Higgins

    Comme il est si bien dit, c’est un concept proprement effroyable.. Le retour au réel, qui aura lieu un jour, n’en doutons pas, sera terrible. Maxime Tandonnet sur son blog indique que une de ses invitées, réfugiée roumaine de l’époque Ceausescu, lui a fait un parallèle saisissant entre la situation roumaine d’avant 1989 et notre situation.
    Un excellent film roumain, dont j’ai oublié le titre et qui dénonçait l’absurdité de système, se terminait sur une scène ubuesque où tous les protagonistes d’un village, dans lequel devait passer un ponte du parti, se retrouvaient prisonniers d’un manège, condamné à tourner jusqu’à l’épuisement du carburant A vouloir embarque toit le monde dans l’aventure, il n’y avait plus personne pour arrêter le moteur du manège. Il va sans dire que l’autorité n’est jamais venue. Nous sommes dans une situation équivalente.
    CPEF.

    1. MadeInCH

      ça me fait penser à une situation, réelle, qui m’a empêcher de dormir après que j’en aie entendu parler.
      Des jeunes sont en sortie sur un petit voilier, loué pour l’occase.
      Allez! On s’amuse! Tout le monde à l’eau!
      Le bateau a été retrouvé, vide, en parfait état, des jours plus tard.
      Personne n’avait pensé à jeter une corde, une échelle de corde pour remonter dans le bateau. Et tout le monde était dans l’eau.
      Je n’ose pas imaginer les pleurs et les grincements de dents, et les inévitables accusation durant des heures, tournant déserpéréments autour du bateau, sans pouvoir y remonter.
      Puis de moins en moins de pleurs…
      J’imagine que le bateau, en « parfait état » devait avoir des coup de griffes sur les 1 mètres au dessus de la ligne de flottaison.
      Apparament le film « Open Water 2 » a repris ce scénario, plus tard. Je ne suis évidemment pas allé voir ce film.

      1. gameover

        Le bateau était un bien commun ou un bien des autres…
        Tués par leur bêtise… merci Darwin…. en plus des jeunes donc ils n’ont pas eu le temps de se reproduire… ça ne m’aurait pas empêché de dormir, j’aurais même repris deux fois des moules…

        1. Val

          +1 , la mer, la montagne , l’avion , l’equitation , disciplines nomades qui sont de véritables écoles de vie , elles apprennent la responsabilité , l’humilité , la perséverance ,et font rêver voyager rencontrer ou au contraire s’isoler ….

      2. MCA

        Ca me rappelle un incident du même genre qui m’avait marqué dans mes lectures de jeunesse.

        La navigateur solitaire Alain Gerbaud racontait qu’une fois au beau milieu de l’Atlantique, la mer étant d’huile et sans un souffle de vent, il en profita pour se baigner et s’éloigner un peu du bateau.

        Quand il se retourna, il se rendit compte qu’une brise légère s’était levée et que le bateau s’en allait sans lui.

        Il eût toutes les peines du monde en nageant à la limite de ses forces à regagner le bord.

        Le souvenir de l’incident l’empêcha de dormir pendant plusieurs nuits consécutives; comme quoi même les chevronnés peuvent commettre des imprudences fatales.

        1. gameover

          Je suis un peu étonné de ces histoires car d’aussi loin que je me souvienne on laisse toujours traîner derrière un bout (cordage) en polyamide (ça flotte) Perso j’en laisse un d’une 30aine de mètres de long…

          1. MCA

            Pas tant que ça, la culture du risque devrait être une discipline mentale de chaque instant, mais l’homme est faillible.

            Regarde Tabarly, il a bien fini au bouillon et pourtant plus expérimenté que lui on aura du mal à trouver.

            Perso je me suis retrouvé sur un bateau a moteur à naviguer sur les rivières anglaises du côté de Norwich.

            A bord nous étions 6 dont une fillette de 3 ans; tout le monde surveillait la fillette sauf que… à un moment donné la mère a demandé où elle était et personne ne savait.. grand moment de panique. Elle était montée sur le toit du bateau et s’y promenait, ouf!

            Elle aurait pu tomber à l’eau sans que personne s’en aperçoive.

            Dans le cas de Gerbaud, c’est lui-même qui le racontait dans un de ses bouquins et je me souviens très bien de l’angoisse que j’ai ressentie en m’imaginant dans cette situation.

            1. gameover

              Justement pile à l’époque où a disparu Tabarly je faisais du convoyage de voiliers entre l’Angleterre (Ouest-Est) et aussi l’Irlande (retour touriste souvent à vide). J’avais au poignet un petit boitier étanche (commande radio courte portée) qui désengageait automatiquement le pilote et abattait la grand voile si je m’écartais du voilier, même pas besoin de motorisation de GV.
              Bon après il y a toujours le coup de bôme qui vous envoie à la baille et qui peut vous laisser assommé pendant 10 minutes…

              Je ne dis pas qu’on ne peut pas tomber, mais je dis qu’il faut être vraiment con pour disparaître comme ça… Comme quoi…

              PS : les lignes de vie c’est vraiment pas pratique surtout qu’on les utilise toujours dans des conditions extrêmes, c’est pas comme à l’accrobranche.

              1. rené-pierre samary

                Je ne me doutais pas qu’il y avait tant de marins dans la boite du patron.
                La culture du risque, c’est d’abord savoir discerner les risques à haute fréquence, mais à basse intensité, des risques à basse fréquence, mais à haute intensité (ce que la plupart des gens ne savant pas faire).
                Comme dit plaisamment Jules Renard, « avec un peu de prudence on peut faire toutes sortes d’imprudences ».

            1. Higgins

              J’éprouve du respect pour lui car il en fallait pour faire son expérience en 1953. De mémoire, il raconte dans son livre que, voulant se baigner à proximité de son bateau, il s’est retrouvé à nager plusieurs heures derrière ce dernier pour avoir omis de laisse traîner un bout. Après, il n’a jamais réitèré l’expérience.
              L’histoire mentionnée par MCA a plusieurs versions, je la connais depuis longtemps. Je ne sais pas si elle est vraie mais, dans tous les cas, elle est très éducative.
              Quant à la présence de socialisme dans le plancton, je n’y crois pas car sinon, il n’y aurait plus de plancton.

  3. Calvin

    En ce qui concerne la fin du cash, de nombreux citoyens sont pour, car ils sont jaloux.
    Pour eux, le cash, le black, c’est pire que Daech.
    Alors que moi j’utilise volontairement le cash avec les petits commerçants indépendants et la carte bleue (de ma mère) dans les grandes surfaces.
    Et si les commerçants peuvent truander les impôts, ce sera déjà ça qui ne sera pas gaspillé.
    Car je rappelle un principe évident : les impôts ne sont pas perçus en fonction des besoins mais en fonction du seuil avant rébellion des contribuables.
    Tout millier d’euros non perçu en TVA n’ira pas abonder un service administratif inutile mais dont le budget ne baissera jamais.

    1. BLACK MAMBA WARRIOR

      Pour la fin du cash, pour que cela fonctionne , il faudrait que tous les pays de la zone euro s’y collent sans cette condition on aura vite fait d’avoir un circuit d’argent liquide hors contrôle de l’État français… la nature a horreur du vide 😉

      1. albundy17

        Oui, on s’échangera des poulets, des services (déjà en cours, vite une taxe !) ou des grains de riz, mais un systeme se mettra en place.

        ça fait plaisir de revoir votre avatar :mrgreen:

  4. Pactol

    Ben oui, ça coûte rien, c’est l’État qui paie !
    Mais d’où vient l’argent ?
    Pas des ultra riches, il y a longtemps que leur fortune a été exfiltrée !
    Pas des « pauvres », ils ne paient pas d’impôts !
    Il reste qui ?
    Le pékin moyen qui travaille comme vous et moi et sans gagner des fortunes.
    Et comme tout mou premier n’aime pas les riches (le riche commence à 4 000 euros/mois, une grande blague) !
    Je vous annonce : on va casquer sévère.
    Leur but : créer une armée de pauvre dépendant de l’État et ainsi réassurer leur élection les doigts dans le nez !
    C’est le merdier assuré et c’est pas avec le grand chauve, le communiste de droite, que ça va changer en 2017.

  5. Karizoc

    Un petit détail, insignifiant. Quelles seront les conditions pour obtenir cette allocation universelle ?
    – La nationalité française ?
    – Séjourner dans la pays ?
    – Séjourner dans le pays depuis X années ?
    – Un ET des conditions ci-dessus ?
    – Un OU des conditions ci-dessus ?
    Je sens déjà le sac d’embrouilles, de rappel des heures les plus sombres de notre histoire lorsqu’il va falloir se mettre d’accord sur ce détail. Sachant que l’État, forcément juste, décidera tout seul, et ne nous demandera bien évidemment jamais notre avis !

    1. gameover

      Comme j’ai dit récemment à un membre de ma famille, si quelque chose qu’on te propose ne te convient pas, ne commence pas à demander des détails car ainsi tu montres que ça pourrait être acceptable et on t’obligera à l’accepter sans conditions.

        1. gameover

          La proposition était un changement de poste (–> commercial) dans une entreprise mais sans donner aucun élément financier mais le poste ne la branchait pas plus que ça. Elle me demandait quoi répondre. Je lui ai dit que ce n’est surtout pas à elle à demander des détails car ainsi elle prouverait 1) qu’elle a les compétences 2) qu’elle envisageait le poste. Il fallait donc répondre à coté de la plaque genre « vous traitez les commerciaux comme de la merde, alors… » mais surtout pas « faut voir ».

          En Australie je l’avais bien joué : j’étais arrivé comme CdP et le DirOp a démissionné. Le poste m’intéressait mais je ne voulais pas me porter candidat et ce afin de ne pas être demandeur : on ne peut pas demander un poste ET un salaire. J’ai donc glissé au cours de la conversation avec un cafeteur que ça pourrait m’intéresser et le lendemain le PDG m’appelait dans son bureau et devant ma mine patibulaire m’a proposé une augmentation de 30%. C’était lui le demandeur, pas moi !

          1. Aristarkke

            T’avais mis la dose maousse de téflon sur son fauteuil et il a estimé que c’était le prix à payer pour le nettoyage ???

              1. gameover

                Silicone, je vous en prie, il y a des vallées pour ça !

                Silicone (Si-O) et Teflon (PTFE ou C2F4) sont 2 matières totalement différentes avec des applications totalement différentes. L’une est un élastomère (rubber) et l’autre un fluoropolymère. L’un est moulable, l’autre non.

                1. Pheldge

                  allons allons, sois beau joueur ! tu nous a fait un beau cadeau pour te mettre en boîte, le jour où tu nous a fait cette confidence , ça oui ! 😀

  6. Royaumont

    Perspectives effroyables, aussi bien pour la fin du cash que pour le revenu universel.
    Peut-il y avoir un pire cauchemar qu’un état omnipotent et omniscient régentant dans les moindres détails la vie d’un peuple rendu irresponsable ?
    J’en viens à souhaiter que ce système s’effondre vite, malgré les dégâts, avant que ce sinistre programme n’aboutisse.

  7. Aristarkke

    La question qui tue est : qui fournit le pognon pour engendrer concrètement ce revenu universel de base. La seule façon initialement indolore de le faire est de faire virer au rouge la planche à billets tellement qu’elle fonctionnera… Et cela se terminera façon Weimar ou Zimbabwe… Parce que d’ une autre façon, déjà qu’il y a un cinquième de la Grance qui trime pour les autres quatre cinquièmes…

    1. Gerldam

      En fait, les anciens principes ne fonctionnent plus: les banques cenrales ont déversé des trillions de dollar/euros dans le système sans que l’inflation redémarre de quoi que ce soit. Pire, c’est la déflation qui menace.
      Tous les prix étant faussés par les banques centrales, plus aucun raisonnement « classique » ne fonctionne plus (cf. Charles Gave).

      1. Calvin

        Nuance : les BC ont déversé les trillions dans les banques et non pas le système (ce qui incluerait entreprises, organisations, etc…).
        Ceci explique sans doute cela.

        1. gameover

          Oui, ce n’est pas une distribution d’argent mais un achat de titres sur le marché. C’est donc du refinancement de dettes.
          Ça prouve une chose même pour un profane c’est que cette injection dans les finances d’état n’arrive pas à remplacer le PIB privé disparu… et donc que le multiplicateur keynésien ça ne marche pas.

          1. Calvin

            Hayek : « le multiplicateur keynésien ça ne marche pas. »
            Piketty : « le multiplicateur keynésien ça ne marche plus. »
            Sapin : « le multiplicateur keynésien ça marche ! »
            Hollande : « Le coeffi… quoi ? C’est dur les conomies… »

      2. albundy17

        L’équivalent de l’hélicopter monay qui fait son chemin actuellement, l’argent gratuit pour les banquiers aura au moins évité l’inflation a part celle des marchés.

        Les raisonnement classiques qu’évoque Gaves permettaient de facilement gagner en bourse, une petite analyse micro et macro economique validait sans probleme les « analyses » graphiques, maintenant plus rien de cohérent

      1. Aristarkke

        Dans le texte d’ H16??? Je l’ai lu tout à l’heure, dans ma progression sur l’A6 à la vitesse d’un escargot arthritique du pied… Mais Mélusine a déjà constaté que notre hôte ne rectifie pas toujours à la suite de ses remarques…

          1. Aristarkke

            MDR!
            D’ en parler, mine de rien, de ci de là, cahin caha, a fait entendre Mélusine par notre hôte plus sûrement que par citation directe… 😉

            1. gameover

              J’avais relu 2 fois pour chercher le jeu de mots… « aides sensées » je me suis dit qu’il avait peut-être retourné sa veste cette nuit !
              Et toi qui ne disait rien.. Pheldge absent (« je bosse moi ! ») l’arbre en descente de trip(es)…

              1. Aristarkke

                Ce matin, je ne l’ avais pas vu mais cela tient au stop & go induit par les bouchons automobiles. Je lis le billet par séquences et je ne garantis pas que je relance ma lecture en reprenant exactement là où je l’ai quittée, surtout que ces laps de temps peuvent être très variables les uns par rapport aux autres.

              2. Pheldge

                Non, je ne bosse pas, je profite de la vie avec ma chère et tendre 😉 Et cet aprèm , j’suis avec la chorale paroissiale, à la messe !

                1. Bonsaï

                  Comment se fait-il qu’à la Réunion, la messe ait lieu le samedi ? J’avais pourtant cru comprendre qu’elle avait plutôt lieu le dimanche matin (avec chorale)…

                  1. Pheldge

                    Chez nous, y’a la messe le samedi ET le dimanche, avec église pleine, et chorale + accompagnement à chaque fois ! moi, je joue le samedi, le dimanche , c’est des z-autres 🙂

  8. yoananda

    Idem ici : la dépendance à vie à l’état garantie, non merci. On a déjà assez de chiens de garde avec les fonctionnaires.
    Mais je reconnais que c’est une idée géniale pour le système et qu’il va être très compliqué de s’y opposer tellement les gens sont mûrs pour un nouveau biberon d’argent tombé du ciel.
    Fin du cash, taux négatifs, revenus universel …

    1. Ces trois éléments font partie du même « package deal » ; il faudra un peu de temps pour les mettre en place mais nous y aurons droit.

          1. Val

            Ne pas oublier le pq et les clopes , tjrs des valeurs sûres faciles à échanger et impérissables : indispensables valeurs refuges au pays coco (par opposition à cocagne)

    2. Deres

      Le français moyen ne verra que le fait qu’on va lui donner de l’argent et trouvera le concept génial. Les effets de bord, les conséquences et les fraudes possibles, il ne les imaginent pas. C’est encore le coup de la vitre cassé de Bastiat, les keynésiens demandant à casser toutes les vitres pour sauver l’économie (ou une bonne guerre bien couteuse …)

      1. yoananda

        vu le contexte de crise, en effet, ça risque de passer comme une lettre à la poste, il suffira de le présenter comme un « acquis social » pour protéger les plus démunis, les drogués et les faignants et hop, le tour sera joué.

        1. Bonsaï

          Je crois au contraire que cela ne peut que provoquer grondements et soulèvements. Ne pas oublier que les gens parlent, lisent et qu’ils ont aussi accès à internet ! En haut débit.
          Alors même que le « gros du troupeau » est (peut-être) moutonnier, il suffit de quelques meneurs bien calibrés pour faire exploser des énergies insoupçonnées…

          1. yoananda

            Difficile de trancher, l’ingénierie sociale à beaucoup progressé en face. Mais il est vrai qu’il y a de plus en plus de signe d’une « colère qui monte » faute de meilleure dénomination.
            Je ne parviens pas à me faire une idée la dessus.

            1. Royaumont

              Comme toujours, la colère qui monte est légitime, mais elle se nourrit beaucoup de mauvaises raisons. C’est en partie pour cela que les révolutions ne sont pas propres : face à une situation réellement bloquée et scandaleuse, on commence par appliquer les recettes les moins adaptées. Evidemment, ça se passe mal et les bonnes solutions ne s’imposent que de manière empirique, en s’implantant en douce, masquées par le bruit et la fureur.
              Pour l’avenir, il faut renverser la table… mais on risque d’en payer le prix fort.

              1. yoananda

                quand on voit son niveau de vie décliner, la sécurité ne plus être assuré, la justice péricliter, l’espérance de vie en bonne santé diminuer, l’ascenseur social s’arrêter, la priorité à l’étranger sous couvert de bon sentiments, l’invasion technocratique, la prédation de la finance « socialisée » (privatisation des gain, socialisation des pertes), etc… je trouve qu’on a des bonnes raisons d’être en colère un peu quand même.

                Il y a une partie de cette colère qui est illégitime, qui n’est qu’une résistance au changement, à l’ubérisation, à la « destruction créatrice », mais, il n’y a pas que ça en jeu, bien au contraire, la France va mal … ce blog nous fait d’ailleurs la chronique de certaines de ces raisons.

                1. Peste et coryza

                  D’où la suppression du cash !
                  Ainsi, tous ceux qui en ont marre et qui voudront faire sécession seront bloqués, incapables d’échapper à l’appétit du léviathan.

                    1. Peste et coryza

                      @Bonsai

                      Tu ne crois pas si bien dire.

                      Apparemment, Jovanovic se plaint de se faire pourrir sa page wikipedia par une chercheuse du CNRS. Celle ci n’a tellement rien à faire de ses journées qu’elle passe son temps à traquer les affreux fachos sur wikipedia.

  9. yoananda

    Changeage de sujet : je reviens sur la « règle » des 10%. Ca m’est revenu d’un coup :

    ça veut dire que si on a 10% de musulmans décidés, alors le pays bascule dans l’Islam ?

    Ne serait-on pas en train d’atteindre ce seuil justement ?
    vu les stats sur l’Islam en France : 25% d’élèves se déclarant « très fiers de leur religion » en grande majorité et vu que ça devient un sujet de débat quasi permanent (sauf ici qui reste étrangement immunisé à la question)

    1. Il faut 10% de prosélytes. On en est encore très loin. Pour le moment, on a surtout une déformation de leur importance par les médias qui y ont un intérêt (d’audience) direct.

      1. yoananda

        l’article ne parle pas de prosélytes mais de croyants convaincus, engagés.
        Ce qui rejoint les travaux de Moscovici sur le pouvoir des minorités dites « actives ».

        C’est bien ce que l’on constate pour les musulmans vu toutes leurs revendications perpétuelles, ils sont « engagés », ça se voit.
        Les médias au contraire masquent l’ampleur des problèmes contrairement à ce que vous dites. Il suffit de creuser un peu la question sur la presse locale pour voir que ce qui remonte sur la presse nationale n’est que la pointe de l’iceberg. Sachant qu’en plus, tous les problèmes sont rapportés de manière édulcorée pour ne pas déclencher de réaction trop importante.

        Le gouvernement leur cède (presque) « tout » (depuis les émeutes de 2005).
        Une grosse majorité (j’ai plus le chiffre exact en tête, mais c’est plus des 2/3) des musulmans déclarent que la charia est supérieure aux lois de l’état.
        20% des musulmans sont des supporters passifs de l’état islamique (source : contre espionnage)

        Je ne dis pas qu’on y est au 10%, je ne sais même pas comment on les calcules, mais je dis par contre que prétendre qu’on en est loin est contraire à la réalité observé.

        Je ne sais pas si on est (vu les tendances démographiques) à 10 ou 20 ans, mais on est « proche » (à l’échelle de l’histoire). Il y a tellement de signes qui l’indique …

          1. Peste et coryza

            La faute à l’armée elle même : il y a plein de français de souche au chômage, disponibles. Mais non, l’armée recrute des gens dont la loyauté est plus que douteuse… et après ça se plaint.

            Et qu’on ne me sorte pas l’excuse de « trop diplômés/ils n’ont pas les qualités requises/trop exigeants/etc… ». Marius transformait des paysans en bêtes de guerre, Sun Tzu a formé des concubines de harem en régiment. On a même eu un banquier devenu officier commando (Kieffer).
            On doit bien avoir un ou deux colonels qui savent transformer du chômeur en soldat motivé.

            1. Higgins

              L’armée prend ce qui se présente et fait ce qu’elle peut avec ce qu’elle a. Perso, je trouve qu’elle s’en sort pas mal meme si beaucoup d’erreurs ont été faites a la fin de la conscription. Cette derniere a pris tout le monde de court. Les problèmes de l’armée de terre en la matière ne sont pas ceux de l’armée de l’air ou de la marine. Maintenant, je sais que pour beaucoup, c’est trop dur. Crapahuter réclame des valeurs qui ne sont pas celles dispensées par l’EN (il n’ya qu’à voir la gueule de l’enseignement sportif à l’école).
              En matière de motivation, la chaîne exécutive va du colonel au caporal et tous ont un rôle à jouer. Globalement, ils le jouent tous bien. Mais je dois avouer que de plus en plus nombreux sont ceux qui se lassent de jouer les voitures balais de la société. Pour le moment, l’armée tient mais pour combien de temps?

              1. MCA

                @Higgins – 11 mars 2016, 20 h 55 min

                Major, je me suis toujours posé la question de savoir ce qui avait réellement motivé la fin de la conscription.

                Pourriez-vous m’apporter vos éclaircissements?

                1. Higgins

                  Un: compte tenu de la fin de l’URSS, les besoins en personnel étaient moindre. De nombreux régiments (c’est l’armée de terre qui absorbait le plus gros d’un contingent) n’avaient qu’une efficacité opérationnelle limitée parce que pas de crédits pour s’entraîner convenablement.
                  Deux: plus le temps passait, plus le SN devenait inégalitaire. Aucune difficulté pour les petits malins pour s’en faire dispenser.
                  Trois: la décision de Mitterrand de ne pas engager le contingent lors de la guerre du Golfe, et quand bien même elle peut être considérée comme fondée, a porté un coup fatal à la notion « républicaine » de Nation en armes. Aucune raison de la maintenir donc.
                  Quatre: il semblerait que des études aient montré que l’augmentation prévisible d’une population exogène au sein des contingents soir génératrice de troubles potentiels. J’ai vu très peu d’informations à ce sujet.
                  Cinq: le budget de la Défense étant traditionnellement une variable commode d’ajustement, nos clowns à roulettes n’allant pas se priver d’en user , la cible était toute trouvée.
                  Six: l’évolution de la société indiquait, à tort ou à raison, que cette coutume passait de plus en plus mal surtout qu’il aurait fallu tôt ou tard l’étendre au sexe faible.

                  Je n’ai pas d’infos particulières sur ce sujet. C’est une décision qui a été extrêmement mal anticipé (l’intéressé est coutumier du fait) et dont les armées commencent à peine à se remettre. A mon humble avis, tout retour en arrière est impossible.

          2. gameover

            J’ai un doute sur la crédibilité de ce genre de reportage et la anière de s’exprimer du soldat ne lève pas ce doute. Mais je ne doute pas qu’il puisse y avoir quelques incidents communautaristes.
            ________
            J’ai bien aimé la présentatrice qui s’excuse pour « ancient soldat » mais tout au début du reportage il est écrit « musulmants ».

                1. Higgins

                  Normalement conduite, l’intégration à la vie militaire donne rapidement naissance à un esprit de corps généralement mal appréhendé par la société civile. À Toulouse, Merah a ainsi échoué bien qu’il ait visé essentiellement des parachutistes dont il pensait qu’ils appartenaient à sa mouvance. Dans certaines villes de garnison, les troubles sont réguliers et parfois violents entre les soldats et les quartiers chauds.

        1. De « croyants convaincus, engagés » à « prosélytes », la différence est fine, pardon de le rappeler. Quand on en est aux « revendications », on n’est plus dans la simple conviction ou l’engagement, on est dans le prosélytisme. Et je maintiens: ils sont une minorité de la minorité musulmane.

          1. Alecton

            Ce sont les minorités qui sont à l’origine des massacres, toujours les minorités. Quant aux minorités de la minorité musulmane, elles me semblent bien bruyantes, dans la vieille europe comme en France.

            Il faut discuter religion avec un musulman pour voir apparaitre le prosélytisme ontologique qui les anime. Je n’ai que très rarement discuté religion avec un musulman (moins d’une dizaine de fois), mais j’ai systématiquement été confronté à quelqu’un qui me croyait chrétien et tentait de me faire changer de bord… je ne suis évidement représentatif de rien mais je reste persuadé qu’en cas de conflit engagé, la majorité de la minorité musulmane répondra selon son conditionnement et se torchera avec la République.

          2. Nomi

            Peu importe que les prosélytes convaincus ne soient que 9%, ou 5%, ou même 0.5 %. En situation de désaccord ou d’ouverture de conflit, une portion non négligeable, si ce n’est majoritaire de musulmans soutiendraient leurs « frères » radicaux, quel que soit le motif. Et alors là, votre plafond de 10% serait facilement crevé. Et d’ailleurs, on observe déjà ce soutien inconditionnel des musulmans dits « modérés » pour les prétendus musulmans wahhabites ou islamistes radicaux.

            Il ne faut pas sous-estimer le profond sentiment d’injustice que ressentent les populations du Moyen-Orient contre l’Occident, qu’ils vivent en France, en Europe, ou partout de la Turquie à l’Algérie. Depuis le démantèlement de l’empire Ottoman et les « reconstructions » territoriales réalisées par les puissances post-coloniales occidentales (France et RU principalement), le ressentiment est lourd, tenace, et nous explose maintenant à la figure avec l’EI. Ben Laden y avait fait clairement référence.

            Ca va swinguer. En attendant, pas de panique, au lieu de me faire sauter le caisson, je vais me faire péter le buffet: de la barbaque, de la grenaille et du bricheton, le tout arrosé de pichtogorne écossais 15 ans d’âge. On va s’envoyer ça derrière la cravetouze et allez-simple direct au plumard. Banzai!

            1. « En situation de désaccord ou d’ouverture de conflit, une portion non négligeable, si ce n’est majoritaire de musulmans soutiendraient leurs « frères » radicaux »
              Justement, ce n’est pas ce que montrent les études sur les comportements de groupe. En revanche, c’est ce que répètent certains médias, certains politiciens en boucle, qui n’ont pourtant jamais réussi à prouver leurs compétences, mais qui deviennent subitement valables sur ce sujet.

              1. Nomi

                J’avais plutôt l’impression que les médias (les médias d’état hein, pas les dissidents sur les interouébes, vous m’avez compris) soutenaient l’inverse: que l’islam et les musulmans sont pour la paix et l’amour universel, à base de bisous de licorne. Ce sont plutôt les « réac » et autres zaffreux truc-phobes issus de la « fachosphère » qui ont ce discours, et ce ne sont pas eux qui passent au JT de 20h, si?

                Je ne demande pas mieux que de me tromper, si vous avez des sources contradictoires, des références concernant ces études des comportements de groupe.

                1. Moi, avant de vous fournir mes sources, j’attends que vous, vous me fournissiez des sources de vos affirmations.

                  Après tout, c’est vous qui avez commencé.

                  1. Nomi

                    Je reconnais que mon opinion se base plus sur une projection personnelle fort peu scientifique en effet. Et il est également vrai que les enquêtes et études faites au sujet de l’islamisation réelle ou supposée de l’Occident en général, et de la France en particulier, ne permettent pas d’affirmer qu’on assiste à un soutien croissant du radicalisme islamique.

                    Par exemple:

                    http://www.postedeveille.ca/2011/09/usa-un-sondage-evalue-l-importance-des-musulmans-radicaux.html

                    Mais aussi:

                    http://www.postedeveille.ca/2011/06/usa-plus-de-la-moitie-des-textes-dans-les-mosquees-incitent-a-la-violence.html

                    Et aussi:

                    http://www.leplaisir.net/

                    La rubrique « Islamiste » présente quelques stat/ Les articles de Gourévitch, qui ne me semble pas de parti-pris, malgré les inévitables accusations de zislamophobie dont il a fait l’objet pour avoir eu l’outrecuidance de relever des données chiffrées. Si son constat ne révèle pas l’émergence d’un soutien majoritaire du radicalisme, il n’en souligne pas moins l’existence de ce risque.

                    Les prévisions sont certes vouées à des extrapolations ou des projections. Je me garde des vaticinations de gens comme Guillaume Faye, et je reconnais la faiblesse scientifique de mon opinion.

                    Mais en même temps, voyons comment se manifestait l’islam radical en France il y a 20 ans. Même chose en Afrique et dans le monde. Et voyons comment il se manifeste maintenant. Ahem. Projetons cela sur 20 années supplémentaires, en admettant que l’évolution se poursuive de la même manière… Ok, je vous vois venir, dans 20 ans, tout et son inverse peut arriver. Mais on nous disait déjà cela il y a 20 ans. Opinion et projection personnelle, certes, mais qui ne me semble pas totalement délirante. Maintenant, pourrions-nous avoir l’honneur de vos sources? 🙂

                    1. « voyons comment se manifestait l’islam radical en France il y a 20 ans. »
                      Vous faites une partie du chemin seulement. Vous oubliez la partie « qui nous montre l’islam radical en France depuis 20 ans ».

                      Il y a un effet d’entraînement évident, d’auto-catalyse entre ceux qui croient que le communiste au couteau entre les dents pardon l’islamiste avec la ceinture d’explosif nous attend au prochain virage, et ceux qui nous fournissent exactement ce genre d’images : les médias (même en se défendant de le faire) présentent ce que les gens veulent voir, et pire, en surjouant la carte de l’intégration / monde bisounours / padamalgam, accroissent le sentiment qu’on sous-estime la menace du communiste au couteau entre les dents pardon de l’islamiste avec la ceinture d’explosif.

                      Si je parle du coco et de son couteau, c’est parce que dans les années 70/80, on avait le même schéma, avec une autre typologie d’ennemis.

                      La réalité, c’est que l’écrasante majorité des musulmans sont peu pratiquants, que dans les pratiquants, il n’y a qu’une petite frange qui est radicale. Comme dans tout le reste.

              2. Alecton

                Les études de comportement de groupe ne prennent pas en compte la culture musulmane quand elle sont réalisées par des sociologues biberonnant du fond public. Je reste néanmoins curieux de vos sources en la matière

                1. Bonsaï

                  Pour être aussi affirmatif, il conviendrait dès lors de mentionner pour quels secteurs d’activité sont réalisées ces études.
                  Environnement commercial, éventuellement professions libérales, je présume.

                2. Moi, je serais curieux de voir vos sources, scientifiques, solides, vous permettant d’affirmer qu’il y aurait une majorité de musulmans soutenant leurs frères radicaux. Pour rire.

                  1. Innerwildblog

                    @ H16

                    Dans les différentes guerres civiles récentes impliquant des musulmans et des non-musulmans, on a systématiquement observée l’effet de bloc communautaires musulman. Je pense notamment à la Yougoslavie, le Liban, et l’Empire des Indes. Je vous épargnerais Israel…

                    La ligne de fracture religieuse est très nette à chaque fois, et le communautarisme l’emporte sur toute préoccupation nationale, éthique, ou autre.

                  2. Innerwildblog

                    @H16

                    La comparaison avec les communistes des années 70/80 n’est pas valable, car le communisme n’est pas une communauté. C’est une idéologie.

                    Par contre la Oumma musulmane est non seulement une communauté et une religion, mais une civilisation bien distincte de la notre, avec ses peuples bien distincts des nôtres, et un instinct grégaire et clanique sans commune mesure avec les nôtres.

                    Et encore une fois, attendez les premiers morts, et vous verrez qu’ils n’y aura plus de « pratiquants ou non-pratiquants », mais bien une communauté soudée contre le reste du monde.

                    1. « le communisme n’est pas une communauté. C’est une idéologie. « 
                      lolilol

                      « attendez les premiers morts, et vous verrez qu’ils n’y aura plus de « pratiquants ou non-pratiquants », mais bien une communauté soudée contre le reste du monde »
                      Ah oui, la fameuse communauté soudée des sunnites, chiites, salafistes, alaouites, j’en passe et des meilleures ! Une communauté soudée qui a tué plus en son sein que tous les mécréants réunis !

                      lol !

                  3. Innerwildblog

                    « Le communisme n’est pas une communauté, c’est une idéologie »

                    La seule différence entre vous et un communiste français, c’est la manière de penser. Si demain vous vous faites la guerre, le reste des français ne se rangera derrière l’un ou l’autre que par idéologie. PAS par appartenance à un groupe ethnique. Ça fait une très grosse différence en terme de cohésion des troupes. Si vous avez un doute, je vous propose d’étudier n’importe quel conflit africain ou moyen-oriental.

                    « la fameuse communauté soudée des sunnites, chiites, salafistes, alaouites… »

                    C’est drôle, mais comme vous le savez bien sûr, l’immense majorité des musulmans français sont sunnites (de l’école malikite en particulier), et à part deux trois soufis qu’on brandit comme des épouvantails, il n’y a personne pour faire sérieusement contrepoids. Par contre, et comme vous le savez bien sûr, les salafistes étant sunnites, ils ont tout pour s’entendre le moment venu.

                    1. Or, ce n’est pas ce qu’on observe dans le monde. La réalité étant ce qu’elle est, elle doit donc mentir.

                    2. Bonsaï

                      @ Innerwildblog, 0:15
                      D’où l’intérêt des diverses tractations actuelles du monde occidental avec l’Iran, dont la grande majorité de la population est chiite…
                      Un possible contrepoids en temps opportuns ?

                  4. Innerwildblog

                    @H16
                    On n’observe pas quoi dans le monde?

                    @Bonzai
                    D’un point de vue géopolitique, vous avez raison: les perses chiites et les arabes sunnites se font contrepoids dans leur région et ça fait des décennies que l’on en profite.

                    Par contre, en terme de politique intérieur et d’une éventuelle guerre civile, nous n’avons sur place que des sunnites et pas d’iranien. Il n’y aura donc pas de scission sérieuse au sein de la communauté musulmane.

                  5. Pheldge

                    « une majorité de musulmans soutenant leurs frères radicaux… » peut-être pas encore, mais on ne peut que constater dans les quartiers, une influence grandissante de ces radicaux, qui finissent par imposer leur mode de vie. C’est assez semblable au prosélytisme sectaire : tu es sympathisant, mais si tu ne fais pas comme nous, alors, tu vis dans le péché, et tu es considéré comme un ennemi … et ça porte !

        2. rené-pierre samary

          J’ai entendu qu’un transfuge de Daesh avait livré une liste de quelque 20 000 noms à une télé britannique. La majorité venait de France.
          Si cela se confirme, nous aurions une confirmation de ce qui était facilement et logiquement probable : l’immigration arabo-musulmane, et ce qui lui est partiellement associé, le fondamentalisme, est un problème plus spécifiquement français (raisons historiques). Reste toujours la grande question : sachant le danger, pourquoi cette immigration de masse a été encouragée, et par qui ?

          1. MCA

            @rené-pierre samary – 11 mars 2016, 18 h 33 min

            « sachant le danger, pourquoi cette immigration de masse a été encouragée, et par qui ? »

            Je pense qu’il est trop tard pour se poser ce genre de question et trouver des responsables car nous sommes face au problème.

            A présent il faut se poser la question suivante : quoi faire? et trouver une(des) solution(s) acceptables.

            1. rené-pierre samary

              Trop tard, MCA ? Moi je veux bien. Pourtant, je ne digère pas que nous ayons financé, via des assoces que chacun connaît, notre ruine sociétale, et un retour à la barbarie, barbarie importée qui est venue s’ajouter à la barbarie locale, dont nous avions l’espoir de commencer à sortir. La barbarie religieuse, qu’on commençait seulement à foutre à la porte, est entrée à flots par la fenêtre. Et vous voudriez qu’on dise « amen » ?

              1. Bonsaï

                « sachant le danger, pourquoi cette immigration de masse a été encouragée, et par qui ? » René-Pierre Samary, 11.3.2016. 18:33.
                Par qui, demandez-vous : par tous ceux qui simultanément prenaient grand soin d’aménager leur futur point de chute et d’y cultiver leur relations !
                Et ils sont nombreux à procéder de la sorte, ce qui laisse à penser qu’il s’agit bien là d’une opération programmatique et non d’une succession de coïncidences.
                Je sens que vous brûlez de me réclamer des exemples, sinon des chiffres… Personnellement je suis plus à l’aise avec la symbolique qu’avec la statistique. Je me contenterai donc de ne citer qu’un seul nom, assez évocateur, celui de l’ancien maire socialiste de Paris M. Delanoë.

                1. Bonsaï

                  On pourra également interroger le cas de nombreux notables français, parfois même jusqu’aux plus hauts niveaux ministériels, qui possèdent un riyad au royaume chérifien du Maroc.
                  Et contrairement à d’autres pays européens, notamment scandinaves, la France s’est toujours montrée assez laxiste en ce qui concerne les pratiques privées de son personnel politique. On se rappellera les amitiés personnelles de Mme Alliot-Marie venant interférer en pleine révolution tunisienne.
                  Il y a là clairement des éléments d’appréciation qui ne plaident pas en faveur d’une politique objective et sereine face aux problèmes liés à l’immigration.

          2. Oui ou alors Daesh, qui n’est pas constitué que d’une brochette d’andouilles, fait une belle intox aussi en faisant soi-disant fuiter une telle liste.

            Conclusion : on ne peut rien conclure.

          3. yoananda

            ce n’est pas « spécifiquement » français : nous avons la première communauté musulmane d’europe. Ensuite, comme je l’ai dit, les islamistes, pour plusieurs raisons, ont ciblés la France en particulier depuis un moment.
            Quand aux raisons, elles existent, et on sait « qui » l’encourage. Ça n’a rien d’un mystère (pour faire simple si vous voulez des réponses « rapides » lisez Devilliers). Mais ce blog n’est pas le lieu d’en parler, je ne vais pas abuser de la patience du taulier.

          4. Theo31

            Quand l immigration musulmane est nourrie au bon gros racisme d’état qu’est la discrimination positive, il ne faut s’étonner du résultat, qui le même aux Usa avec les noirs.

            1. Bonsaï

              C’est pas faux. Sauf que les noirs US étant dans leur grande majorité de religion chrétienne, il ne risque guère d’y avoir un clash sociétal du style guerre de religions.

              1. Theo31

                On s en fout de la religion. La discrimination positive postule que le minorités sont composées de minables incapables de diriger leur vie.

                1. Bonsaï

                  La discrimination positive est basée sur la peur.
                  C’est un calcul intéressé qui vise à conjurer une forme ou une autre de menace possible, qu’elle soit clairement définie ou pas..
                  Il ne s’agit donc pas de désigner la minorité comme incapable de gérer sa vie, mais surtout qu’on ne souhaite pas lui laisser cette liberté !

  10. Lorelei

    Comme le gouvernement veut mettre en place le prélèvement des impôts à la source… et voter les textes avant cet été.
    On ne saura plus combien on paie d’impôts, tout sera indolore, on pourra augmenter les prélèvements sans que quiconque réagisse. On se contentera de râler chacun dans son coin.
    La boucle se boucle.

    1. Deres

      Il est plus que probable que tout comme les charges augmentent discrètement tous les ans de manières planifiés longtemps à l’avance, ce sera bientôt le cas des impôts. Il n’y aura plus besoin de passer tous les ans devant le parlement … Par exemple, en 2012, Flamby a fait voter une hausse de 0.2% (0.1 en salariale et 0.1 en patronale) des charges par an sur tout le quinquennat soit 1% au total. Depuis, bien entendu, il n’en parle plus, se cachant derrière la fameuse fumisterie du « pas d’impôts nouveaux ».

        1. Deres

          Et dans la réalité, les impôts sont indexés sur l’inflation. On l’a bien vu quand ils ont figés les tranches, ce qui revenait à augmenter l’IR du pourcentage de l’inflation.

    2. Aristarkke

      C’est très probable qu’on ne saura plus ce qu’on paye. Un exemple tout simple. Comme artisan, j’ai évidemment une taxe pro (sous son nouveau nom CFE ???). Depuis 2014, il n’y a plus d’envoi postal mais uniquement par informatique dans votre espace au sein du site du TP. En 2014, le total à payer était décortiqué entre les différents ponctionnaires alimentés par cette taxe. En 2015, foin du détail puisque seul le total à payer est accessible. S’il y a une manip pour accéder aux détails, elle n’est pas indiquée clairement. La hausse n’ a été que de quelques euros sans que je puisse savoir qui va en bénéficier… Lors d’augmentations plus musclées, cela limitera l’ échauffement à l’ en contre du(des) gourmand(s)….

  11. Val

    J’ai lu l’autre jour un soi-disant libéral défendre ce truc sur CP . Dans la vraie vie, le seul qui défend ce concept délirant est mon cousin collectiviste qui a été un des bras armés du DALO (et en est pas peu fier ). Ce cousin , d’apparence charmante est sûr de détenir le beau le bien et le bon, il est fermement convaincu que donner tout gratos à tout un chacun libérerait l’homme et que ce dernier se réaliserait sans contrainte, dans un monde parfait , -ici petit chant doux de séraphins, sur fond de licornes qui p*tent- . Toute personne ayant un avis divergeant est un sa**op qui ne pense qu’a lui même . Cet homme qui ne croit plus en dieu mais croit « en l homme » (??!!??) essaye de bâtir le paradis sur terre mais ne fait que poser les pavés de l’enfer.

  12. Gerldam

    Ces idées nauséabondes sont tellement dans l’air du temps que plus d’un « économiste », lance l’idée d’une distribution gratuite de cash sur chaque compte bancaire privé de l’EZ (EuroZone), ce qui revient au dispositif mentionné dans le billet, mais à l’échelle européenne.
    Cela aurait quand même plus de gueule non? Des milliards déversés directement par la BCE sur les comptes particuliers. Voilà de quoi relancer la consommation. Et non les achats d ‘or, car les nécessiteux sont tellemement plus nombreux que les quelques qui ont déjà assez et pourraient penser à convertir cette bonanza en or. D’ailleurs, si j’étais eux, j’interdirai après la distribution tout achat d’or à partir d’un compte de l’EZ.

    1. honorbrachios

      tiens , ça me donne une idée : l’état imprime ses billets et au lieu de les verser sur nos comptes, il se les verse à lui même à la place de nos impôts…comme ça il nous fout la paix et s’imprime autant d’impôts qu’il veut

        1. Peste et coryza

          Mais que feriez de tous ces contrôles du fisc, du RSI, de l’URSAF, et de leurs pulsions sadiques.
          Vous voulez leur enlever leur petit plaisir ? vous etes méchants…

          1. honorbrachios

            Ah oui, ça c’est embêtant…Pour résoudre ce problème, je propose que l’état imprime la somme dont il a besoin, le verse sur nos comptes en fonction de nos différentes déclarations, ce qui rétablit toutes les joies des contrôles, puis la création d’une commission chargée du bon recouvrement des sommes versées préalablement. (en plus , ça permet de caser quelques copines)

      1. Pat

        Je propose que l’ensemble des revenus des entreprises privées et des salariés ou indépendants (du privé aussi bien sûr) soit versé directement à l’Etat. On gagnerait un temps fou. La redistribution se ferait par ordre de priorité : aux hommes politiques, aux hauts fonctionnaires, aux autres fonctionnaires, aux syndicats, et s’il reste quelque chose aux assistés de tout acabit, en commençant par les ââârtistes de rue, les intermiteux du spectacle, les journalistes…
        Je pense n’avoir oublié personne.

  13. Aristarkke

    Si l’ interdiction d’ usage de l’ euro en billets devient interdite en Grance, on se rabattra sur d’autres espèces comme dans les pays collectivistes…

      1. Val

        le troc , le choux et l’alcool frelaté sont les mamelles du communisme . Hollande a déja le look du dirigeant coco : une momie ronde , triste , un vrai clone de Mao . D’ailleurs ne l’a t il pas dit : Mao président , je , Mao président je etc etc

        1. Bonsaï

          Sauf que Mao avait l’air moins niais et avait au moins publié quelques ouvrages, ce qui n’est pas encore le cas du Grand Timonier du Tulle. A ma connaissance du moins (mais aussi à celle de Google, apparemment).
          N.B. : non, je ne suis pas crypto marxiste-léniniste pro-chinoise. Que ce soit bien clair.

          1. Theo31

            Il a publié un seul opuscule que personne n’a jamais lu. Un peu comme Badiou.

            Comme Mongland de Tulle, il baisait tout ce qu il pouvait.

    1. Bonsaï

      Dollar US ? Franc suisse ?
      Ce qui tendrait à prouver qu’il s’agit là d’une opération bien orchestrée dans un cadre EU-Otan. Encore une fois le citoyen lambda sera le dindon de la farce.

      1. MCA

        Je verrais bien dans la suppression du cash Euro une sournoise promotion du dollar US comme monnaie européenne, sioux, non?

        Il suffirait que les US ne suivent pas et tout le monde passe au dollar avec son cash dollar.

        Et qui osera affronter l’oncle Sam et l’interdire en Europe vu les pieds nickelés qui sont à sa tête et à la solde des US???

    2. hugeus

      Finalement, les cocos vont finir par réaliser mon rêve de gosse, quand je rêvais d’échanger des dollaaars, et des bastos.
      Dire que je croyais que ça ne m’arriverait jamais de vivre dans l’Ouest Sauvage, passeque c’était un autre pays, passeque ça n’aurait plus lieu… eh ben si, je vais finir par vivre une partie de ma vie dans l’Ouest Sauvaaage, mais beaucoup plus à l’Est que je ne croyais !
      Pour que le rêve soit parfait, y faudrait que les dollars soyent des pièces d’argent, et les pièces d’or des pesetas… qui sait ?

  14. bibi

    Pierre Lemieux : L’économie de la résistance fiscale
    Publié dans Le Figaro-Économie, 30 janvier 1997, p. XI.
    Finalement avec le temps la seule chose qui change c’est qu’aujourd’hui il n’y a plus un article dans la presse française pour dénoncer la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde.

    http://www.pierrelemieux.org/artresis.html

  15. JuJu

    Superbe billet! 🙂

    Ne réfléchissez pas en terme d’efficacité, les banques centrales s’en foutent ils sont en mode on fait se qu’ont nous a apprit, et cela mondialement.
    Donc vous aurez les mêmes politiques dans le monde entier, et on peut donc déjà en déduire des effets général de manières très simple:Toutes les politique menées et en projets sont inefficaces.

    Sachant qu’après les QEs, il y a la distribution d’argent gratuit, et c’est la dernière étape avant le crash final.

    Le modèle économique est mort, il n’y a aucun modèle alternatif viable mondialement, ni modèle de transition, on est dans l’impasse et personne n’a de solution.

    Par contre la France étant administrativement très lente, je me demande si nous auront le temps de tout mettre en place(argent gratuit) avant un krack financier et économique.Quand on voit la volatilité des marché, la manipulation des action de banques, de l’or…C’est ultra instable et manipulé…à un moment les « manipulateur » tireront la manette sur OFF et la manipulation fonctionnera dans le mauvais sens, le sens accélération de la chute.Le futur crack n’est donc en revanche pas comparable avec un autre.

    Vous parlez dans votre billet de déflation, la perte de valeur de notre monnaie a déjà commencée, la seul chose c’est que les points de comparaisons sont les autres monnaies par exemple, hors elles sont toutes torpillés donc dans les chiffres ont tient le choc…Mais en fait non 😀

    1. Peste et coryza

      Je rappelle que l’on verse des fortunes à ces mecs justement pour qu’ils n’appliquent pas bêtement les recette apprises à l’école.
      Cela, c’est le boulot de l’opérateur, voire du technicien.

      @H16
      Avec un système de « revenu universel », comment peux tu justifier l’existence d’un système scolaire ?
      Comment faire la différence entre le gars qui mérite un coup de pouce, et celui qui mérite un bon coup de pied au cul ?

      La scène politique tangue aussi, violemment.

        1. Mauvaise analyse. Pour diriger un pays, ils sont incompétents. Mais pour se faire élire et toucher le jackpot, ils ont été très compétents au contraire. Et qui les a élu ? Des moutons sans cervelle.

      1. JuJu

        Ok mais actuellement on est dans les deux cas:

        -En déflation
        -En perte de la valeurs de la monnaie

        Les deux sont actuellement lié, donc je parle des deux 🙂

      2. Royaumont

        J’avais lu (sur CP ?) que l’inflation n’est pas à proprement parler une hausse des prix, mais une augmentation de la masse monétaire, qui a pour conséquence une hausse des prix (et donc une perte de valeur de la monnaie).
        En temps normal, les deux concepts sont liés. Mais avec le cocktail QE + taux négatifs, est-on en temps normal ?

        1. JuJu

          On est dans une politique monétaire complètement inédite, avec des concept appliqué à peine théorisé(théorisé sans avoir déceler complètement leurs aboutissements).

          (concept appliqué sans effet par le Japon et d’autres pays de monnaies secondaires).

        2. gameover

          Les banques ont juste refilé leurs créances (dettes sur état) à la banque centrale et ont gardé l’argent pour reconstituer leurs réserves qu’elles ont placées…. à la banque centrale, d’où les taux négatifs de prise en pension de la banque centrale pour forcer les banques à les mettre ailleurs, d’où l’augmentation des indices boursiers etc… car le seul endroit où les banques ne le mettent pas, surtout en Europe c’est dans l’économie.. mais c’est aussi parce qu’il n’y a pas une forte demande de crédits dans l’économie… donc ça va repartir dans les emprunts d’états avec des taux négatifs… mais moins négatifs que les BC (ou égaux ou plus négatifs si la BC limite le montant).

          C’est bien expliqué ici avec les graphiques qui vont bien :
          http://www.captaineconomics.fr/-hausse-base-monetaire-offre-monnaie-inflation

          1. MCA

            @GO

            Il y a une chose qui cloche :

            quel est l’intérêt (c’est le cas de le dire) pour une banque de prêter à un état à un taux négatif? (même si ce taux est moins négatif que celui de la BCE)

            Autant qu’elle garde son fric chez elle ou qu’elle le joue ailleurs (bourse par ex),non?

            Ce raisonnement est valable pour un particulier aussi : si la banque applique un taux négatif sur les dépôts, autant tout retirer et mettre ça dans un coffre (tant que le cash n’est pas interdit).

            1. gameover

              Merci MCA de poser cette question car beaucoup de gens ne le savent pas intuitivement mais…. on n’a jamais de créance sur soi-même (tu ne te dois pas d’argent à toi) et donc une banque ne peut pas avoir une créance sur elle-même…. et donc elle ne peut pas avoir un compte à son propre nom dans sa propre banque et ce compte est obligatoirement dans une autre banque ou à la BCE…

              1. MCA

                OK, et comme elle ne se font plus confiance, le compte de la banque est forcément à la BCE, d’où le pouvoir de la BCE de leur coller un taux négatif….

                @GO, bibi, scrooge

                Merci pour ces précisions très intéressantes.

                1. gameover

                  @Val : Service.Oui il m’arrive souvent de voir sur des forums des lecteurs qui se demandent pourquoi les banques ne gardent pas l’argent vers elles plutôt que perdre de l’argent en le prêtant… et ça part dans des théories fumeuses…

                  Voir aussi dans la réponse de Scrooge le coup des titres qui peuvent être assimilés à des fonds propres. Donc elles peuvent prêter en négatif puisqu’elles en retirent ce bénéfice.

                  1. Juju

                    Apparemment certaines banques stockeraient du cash pour palier à divers problèmes(taux négatif justement, et fond propre en cas de retrait massif pour éviter d’être la première à faire faillite, etc)

                    1. gameover

                      Juju voilà ce que j’appelais juste au-dessus des théories fumeuses. Et en plus 1) stocker du cash, avec toutes les mesures de sécurité que cela nécessite, c’est s’appliquer à soi-même un taux négatif 2) ne pas pouvoir faire face à un retrait massif n’a rien à voir avec une faillite.

            2. bibi

              @MCA
              Pour mettre l’argent aux coffres plutôt que sur un compte avec un taux négatif il faut que le prix du coffre soit moins élevé que la perte mais ce n’est pas forcément suffisant car il y a des situations ou il est préférable de payer la banque plus cher que le coffre pour des raisons de disponibilité.

              L’argent sous forme de 0 et de 1 c’est ce qu’il y a de plus liquide tant que vous pouvez librement accéder à votre compte.

            3. scrooge

              La créance contractée par une banque auprès d’un etat évalué au dessus de AA+ est jugée comme ultra solide. Beaucoup plus que la créance contractée auprès d’un particulier ou d’une entreprise. Le taux négatif est compensé par la qualité de l’emprunteur. Les règles prudentielles les poussent à avoir une partie des prêts accordés à des emprunteurs ultra fiables. En quelque sorte elles sont coincées.
              De plus il y a une forte méfiance inter bancaire qui fait que l’argent transite souvent par la banque centrale pour éviter d’être perdu si lors d’une compensation inter bancaire il est au mauvais endroit au mauvais moment.
              Enfin la banque n’a, par principe, aucun intérêt à « garder » l’argent. Elle gagne sa vie à le faire circuler (et reproduire par les prêts) et il faut toute la législation du monde pour la forcer à garder des fonds propres estimés comme raisonnables.
              Pour le particulier l’histoire est différente mais va bientôt sentir très mauvais. Les assurances vie « obligataires » en euros sont en effet constituées de prêts aux états. Le rendement des nouvelles assurances vie va sans doute prendre une sacrée baffe et celle des anciennes va se réduire comme peau de chagrin.
              De mon point de vue (qui n’engage que moi) il faut gentiment transférer une part raisonnable de ses économies monnaie vers le tangible qui possède une valeur intrinsèque propre (immobilier, or, argent, tableaux, vins, etc).
              Le système actuel me fait penser à Mickey qui joue à l’apprenti sorcier. Il y a de plus en plus de balais et d’eau partout.
              D’un coté on augmente la monnaie en circulation (ou du moins la création de monnaie) et de l’autre la valeur de cette monnaie augmente (les prix des commodités baissent). C’est illogique donc ça va mal finir et plus ça tarde à finir plus ça va faire mal.
              En parallèle on explique à travers cette idée de distribution d’argent gratuit que l’argent n’est plus en rapport avec une quelconque création de valeur. C’est illogique, stupide et dangereux.
              Ensuite on explique à travers les taux négatifs que n’importe quel investissement qui perd moins d’argent que le taux négatif devient intéressant. On bascule dans la quatrième dimension.
              Enfin et surtout cela parait désormais hors de tout contrôle réel. Les actions prises par les banques centrales avec un but avoué (relance des investissements et inflation modérée) aboutissent à des effets contraires (investissements au mieux stables et baisse des prix). Bref on tourne le volant à gauche et la voiture continue impertubablement vers le mur.

              1. Val

                @scrooge merci de formaliser et d’expliquer l’intuition générale que je peux en avoir . Si je saisis bien : nous sommes passés en vitesse lumière financière et nous ne connaissons pas (encore) les lois physiques qui régissent les mouvements .

              2. MCA

                @scrooge – 11 mars 2016, 21 h 25 min

                « Les actions prises par les banques centrales avec un but avoué (relance des investissements et inflation modérée) aboutissent à des effets contraires  »

                Oui, c’est exactement ce qu’explique Delamarche, mais ça soulève une autre série de questions :

                Tout le monde constate que ça ne marche pas et pourtant Mario continue de plus belle à créer de la monnaie de singe par wagons entiers; il n’y comprend rien? Il ne fait sciemment? ou il ne sait plus quoi faire car il n’y a pas de solution au problème actuel et tout va exploser un jour ou l’autre en ruinant tout le monde?

                Je serais d’avis qu’il le fait sciemment pour gagner du temps tout en ne sachant plus quoi faire d’autre, ce qui est extrêmement inquiétant.

                Le 15 mars j’assiste à une conférence avec Delamarche, Meilhan, Béchade, Sabatier, Louvet, Berruyer et en apprendrais peut être plus sur ce qui nous attend.

            4. JuJu

              @Gameover:

              Appeler une théorie « fumeuse » n’est pas un argument 😉

              « stocker du cash, avec toutes les mesures de sécurité que cela nécessite, c’est s’appliquer à soi-même un taux négatif  »

              Je n’ai peut être pas la science infuse mais les banques ont déjà des coffres et déjà des alarmes, remplir les coffres vides de cash ne change rien.Elle expliquera par contre au comptable ou directeur que le taux d’occupation des coffre est à 98% mais que si besoin il peut baisser.Point

              La possession d’Euro peut même rapporter pour quelqu’un qui sait manipuler les devises 😉

              De plus c’est comme dire que l’or ne rapporte pas, on parle ici d’éviter de « trop perdre » et vous me parler d’argent qui rapporte…C’est pas la même chose.

              « ne pas pouvoir faire face à un retrait massif n’a rien à voir avec une faillite. »

              Donc : -si une banque est incapable d’ouvrir car une horde de bien-malheureux fait le pied de grue devant sans pouvoir retirer un seul cent
              -si l’action chute car la banque est paralysée pour la même raison
              -si les mécanismes interne de maintiens à flot ne sont pas gérée chaque jour(comme actuellement en Italie)
              -si les dirigeant ne sont pas capable de faire de point presse parce qu’ils n’ose même plus se pointer au siège de leurs banques

              La banque ne va pas faire faillite peut être?

              Le stockage de billet est en fin de compte une étape de transition, les banques réfléchissent déjà à des solutions de repli. Sauf qu’elle sont en dessous des Etat, donc elle en sont dépendante et ne peuvent finaliser aucunes solutions.

              Les Etats sont bloqué car mal dirigés, donc tout est bloqué.Merci au revoir

    2. « Le modèle économique est mort, il n’y a aucun modèle alternatif viable mondialement »
      Le modèle keynésien est mort. Le modèle à banques centrales est mort. Le modèle planificateur est mort.

      Mais le modèle capitaliste libre, lui, il fonctionne très bien. Il a déjà prouvé son efficacité. Son défaut : il ne permet pas à la classe dirigeante de s’enrichir sur la bête.

      1. JuJu

        Je suis d’accord, et vous savez très bien que l’expression « jeter le bébé avec l’eau du bain » aura bientôt tout son sens.

        Quand les gros poissons n’arriveront plus à s’enrichir plus sur la bête, et quand les petit poissons n’auront plus les miettes qui tombent de nul part, on jettera tout pour un modèle bien bancale 🙂

  16. nemrod

    C’est donc ça le plan.
    Noyer leurs erreurs dans l’inflation.
    Comme imprimer de la fausse monnaie et en inonder l’économie via les banques ne marche pas, ils songent à nous le filer direct.
    J’ai bon, c’est ça ?

    Mais pourquoi ça marcherait mieux ?
    Il y a de grandes chance que le magot soit épargné par un des acteurs de la chaîne qui a peur de l’avenir
    – celui qui a reçu la somme
    – le commerçant qui vend
    – les deux.

    Et puis si ça marche, ça peut marcher trop bien et ruiner les épargnants.

    Les effets de bords et les effet secondaires néfastes sont de loin les plus probables.

  17. Deres

    De toute façon, je rappelle que l’inflation, appelé de tous les vœux par les étatiste pour éviter de réformer ne résoudra aps tous les problèmes pour de multiples raisons :
    – une partie de la dette souveraine est indexé sur cette inflation (encore une grande idée française …)
    – l’Etat contrôle une partie des prix en France et ceux-ci sont indexés donc vont spontanément suivre l’inflation (SMIC, indices des fonctionnaires, logement, santé, …)
    – avec la mondialisation, de nombreux produits ne sont plus produits du tout (ou marginalement) en France (TV, smartphone, chaussures, …) et ne le seront pas plus en, cas d’inflation. Il est illusoire de croire à une relocalisation chez nous quand des usines produisent pour le monde entier. On a tellement décroché que els allemands commercent maintenant plus avec les américains qu’avec nous …
    – enfin avec l’euro, le problème de notre compétitivité avec nos principaux partenaires ne change pas du tout.

  18. Rastapopoulos

    Parfait rien à redire.
    Par contre, en essayant d’être un peu plus positif, on peut espérer que tout s’effondrera avant l’instauration de toutes cette merde ?
    2016 sera très instructif à ce propos et on voit déjà que les magouilles de Super Mario sont sans effet.

  19. Alecton

    Ca nous ferait un bon signal haussier pour l’ensemble des actifs tangibles, or et immobilier compris. D’ailleurs pour l’or, je ne suis pas persuadé qu’il ne serait pas envisageable des les revoir, avec l’argent, prendre leur place de monnaies physiques officieuse… Il n’est pas vraissemblable de voir les possesseurs d’or et d’argent ré-injecter leurs biens dans la machine.

  20. cherea

    IL me semble que désormais on ne peut plus payer en cash à des institutions publiques au-dessus de 1000€. Cela pour dire que ça me rappelle il y a encore quelques années, on voyait un reportage où un type allait payer son dû au Trésor avec des pièces de quelques centimes histoire de bien emmerder le percepteur. Ça c’est fini.

    Une récente étude montrait que 35% du revenu des Français venait des aides sociales, 35% de 2000 ça doit faire 700€, soit le niveau auquel on imagine cet revenu universel.

    Je n’ai pas encore eu le temps de bien étudier le Liber de generationslibres de Gaspard Koenig, vous avez un avis?

    https://www.generationlibre.eu/dossiers/liber-un-revenu-de-liberte-pour-tous-2/

  21. Galuel

    Aucune inflation. Car si le RdB vaut 10% de la monnaie par exemple, alors RdB = 10% M => M = 10 RdB est fixe en « nombre de RdB ». Donc comme on peut afficher tous les prix et faire la comptabilité « en RdB », il n’y a aucune « inflation » du tout, nulle part, c’est pure illusion. Ceci est démontré et expliqué dans cette vidéo : http://www.creationmonetaire.info/2014/02/le-quantitatif-et-le-relatif-v2.html

    Je suis d’accord toutefois sur les remarques qui disent : « Son universalité sera rapidement attaquée, des taux seront appliqués, des effets de seuils apparaîtront, des dérives s’accumuleront sans que personne n’y puisse rien faire. »

    Mais il est faux de dire que le RdB devrait être « financé ». Car à l’inverse je peux affirmer : Comment toute activité économique sera-t-elle financée PAR le RdB, une fois celui-ci choisi comme monnaie !?

    Autrement dit le projet uCoin de monnaie libre P2P fondée sur un Dividende Universel % de la monnaie, démontre que ça tourne tout à fait bien, sans inflation, mais aussi « sans Etat » : http://www.metab.ucoin.io/#/home

    Après les hommes sont en effet libres de choisir tel ou tel système monétaire.

    1. gameover

      Pourquoi s’arrêter à 10%, ça marche aussi avec 100% !
      RdB = 100% M => M = 100 RdB

      … même avec 200%… 1000%… affligeant

      1. Galuel

        ça marche aussi en effet, aucune inflation donc, autre phénomène qui n’a aucun lien avec l’inflation. Toujours est-il qu’une monnaie fondée sur un RdB est donc possible, après que ça plaise ou pas c’est un autre sujet.

        1. Galuel

          Je ne redonne pas de lien pour ne pas tomber sous la validation (lois française semble-t-il, h16 m’a informé, merci à lui). Mais je vous invite à regarder les vidéos du jeu Ğeconomicus sur youtube (vous le trouvez via creationmonetaire.info) qui démontrent un lien entre résultat final et forme du système monétaire utilisé.

        2. Pheldge

          P’tain, dire que la corne d’abondance existe, et qu’on ne le savait pas ! Chouette, on va bientôt redécouvrir le mouvement perpétuel , et son célèbre avatar le moteur à eau …

    2. Patatrac

      @Galuel, 11h50
      Au risque de lasser, pour toute approché sérieuse en théorie monétaire, reprenez von Mises, et si vous voulez rire, Friedman.

  22. Cerf D

    Ben moi je suis pour cette mesure.

    Du coup s’il y a un revenu universel, je réduis drastiquement la voilure et j’arrête de bosser (inutile de gagner de l’argent si c’est pour qu’il soit pris en impôts).

    Mais il y a quelque chose qui me turlupine : Si tout le monde fait comme moi, on va se retrouver avec un tas de pognon dont on ne pourra rien faire !

    Wait ! What ?

    A moins que comme dans Atlas shrugged il devienne interdit de quitter son emploi. Je ne vois pas d’autre solution.
    Bref cette mesure sera un grand pas en avant sur la route de la servitude.

    1. MCA

      Si le revenu universel est en plus du reste, il va créer une inflation et c’est ce que cherche le système.

      Et c’est pour être bien sûr que les gens vont dépenser le pognon qu’on leur donne que de nombreuses mesures seront prises (pas de cash=pas de thésaurisation, intérêt négatif = si tu ne dépenses pas ton fric, on te le pique, on peut aussi inventer une monnaie à durée de vie limitée etc..)

      Mais le risque à postériori de l’inflation c’est qu’elle ruine le revenu universel.
      A quoi bon donner plus de fric si les prix montent de telle sorte que l’argent distribué est mangé par l’augmentation des prix?

      Avec ce revenu universel (en plus) je verrais bien un pic d’inflation lié au pouvoir d’achat distribué, puis comme actuellement une inflation faible et un retour au problème actuel avec simplement un niveau de prix plus haut.

  23. MadeInCH

    HS:
    L’Humanité apelle au secours!!!
    http://www.humanite.fr/lalerte-601697
    « …malgré nos demandes réitérées d’une répartition plus équitable des dépenses publicitaires des grandes entreprises et des institutions publiques,… »
    C’est donc à l’Etat de définir qui peut/dois faire des réclames et dans quel merdia?
    Non, mais… Vivement la fin de ces trucs!
    « Malgré l’augmentation des prix en début d’année, nous perdons 0,50 euro pour chaque exemplaire de l’Humanité vendu. »
    Mais il y a de l’espoir!
    En effet:
    « Dans l’immédiat, c’est, contraints et forcés, que nous lançons une nouvelle fois un appel urgent aux dons, sans lesquels l’Humanité ne passera pas les prochains mois. »

    1. Patatrac

      Le public peut encore choisir les journaux qu’il veut lire, les annonceurs encore choisir leurs supports et l’Humanité (malgré les kilotonnes de subventions) ne se vend pas… zut et re-zut… méchant le marché, méchant ! Et avide ! Il faut instaurer un quota minimum de lecteurs de l’Humanité pour que le journal ne disparaisse pas, et vite.

    2. Calvin

      Ah ça va. Il faudra attendre au moins quelques mois avant un renflouage par les contribuables.
      Ouf. L’humanité sera encore sauvée par le capitalisme.

      1. gameover

        Ca sera plus fin que ça : abonnements multiples dans les mairies, les communautés de communes, les conseils départementaux, les régions, les super régions, les ministères, les 1500 agences d’état, les ambassades, les hautes autorités…

        1. Pheldge

          tu veux dire duplication des abonnements déjà existants … pour faire du pognon, les cocos se démerdent pas trop mal en général : à la Réunion, le PCR qui n’a quasiment plus d’élus, ni de militants, arrive quand même à être le parti le plus riche de l’île !

    3. Eddie

      « Malgré l’augmentation des prix en début d’année, nous perdons 0,50 euro pour chaque exemplaire de l’Humanité vendu. »

      Quel monde cruel.

    1. Val

      @Calvin allons allons jeune Jedi , tu n’écoutes pas assez la propagande , c’est Jupé bien entendu , Jupé dont la campagne est préparée depuis de longs mois par notre pravda , Jupé encensé il y a peu par Dany C-B , dont le principal talent consiste à mettre son fauteuil dans le sens du vent.

  24. paf

    je note que la discussion focus beaucoup sur le RU mais pas sur l’interdiction du cash.
    Le premier pays a interdire son cash verra sa monnaie s’ecrouler et les devises papier d’ailleurs l’envahir.Ca ne fonctionne que si tout un continent s’y met en meme temps, ca ne fonctionnera donc pas.
    Au lieu de depenser, les gens (comme recemment au Japon) thesauriseront leur cash et les metaux precieux et bitcoin (entre autres) s’envoleront.

    Je me demande ce que les grands cartels et gros traffiquants ont prevu pour remplacer le cash mais une chose est sure, ils ne vont pas s’arreter juste parce que c’est interdit, et ils sont puissants.

    De son cote Apple est en train de preparer les solutions ‘faciles’ pour payer sans cash, avec un telephone…

  25. Patatrac

    Le revenu universel est le point d’orgue d’une société parfaitement collectivisée, une sorte d’ère post-communiste où le travail devient une contribution à la société qui vous le rend bien. Le plus dangereux étant l‘inéluctable paupérisation, avant le passage sous coupe totalitaire. C’est une croyance personnelle, mais la liberté et l’indépendance économique précèdent à la liberté et l’indépendance politique.

  26. John

    Une actu sidérante : https://www.causette.fr/le-mag/lire-article/article-1442/la-va-ritable-histoire-de-la-la-gion-da-honneur-du-prince-ha-ritier-saoudien.html

    A lire les emails originaux des membres du gouvernement reproduits dans l’article.

    Vous vous demandez : la transition avec le sujet du jour de h16 ? Très simple : quand un gouvernement révèle un cynisme a toute épreuve, on ne peut que craindre que la guerre contre le cash sera du même acabit !

    1. Bonsaï

      Ah! les fameux éléments de langage d’inspiration « terra-novesques » sans lesquels le gouvernement de la France ne serait qu’un théâtre guignol en délire.

  27. gameover

    Même pas HS … c’est en rapport du RU

    Une carte super intéressante sur le nombre d’allocataires du RSA par département… ça va jusqu’à plus d’1 habitant sur 5 dans l’île à Pheldge (tranche 15-64 ans) ! Plus d’1 sur 10 dans le 9-3.
    L’explosion 2009-2015 c’est souvent +40% à +50%

    http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/explicateur/2016/03/11/29004-20160311ARTFIG00007-explosion-du-rsa-departements-asphyxies-pourquoi-l-etat-reprend-la-main.php

    1. Pheldge

      « 1 habitant sur 5 dans l’île à Pheldge » , oui, c’est un peu faible je sais, mais on fait de gros efforts pour faire mieux l’an prochain ! 😉

      Blague à part, je suis très inquiet pour les nouvelles générations chez nous : gamin gâtés pourris par leurs parents, absolument pas préparés par l’EdNat, et qui voient dans le système allocataire une façon cool de vivre … ça me fait mal, et j’ai hélas des exemples proches : cumul RSA pour lui, API pour elle + bébé, APL etc … et les parents qui soutiennent, parce que …

  28. hop hup

    L’Autriche retenait son souffle vendredi alors qu’expirait en fin d’après-midi une offre destinée à éviter une possible faillite de la petite province de Carinthie, plombée par 11 milliards d’euros de dettes de son ex-banque publique Hypo Group Alpe Adria

    je sens qu’il va y avoir une ponction du bas de laine des autrichiens pour éponger la faillite de la banque

  29. Opale

    Article bienvenu car on entend de plus en plus parler ce revenu et ça me gonfle terriblement. Assez peu/mal renseignée sur le sujet j’avoue ne pas savoir systématiquement quoi répondre aux bisounours qui bavent d’envie devant ce Noël avant l’heure… Si ce n’est de leur demander ‘qui va financer ?’ Ce que personne ne sait.

    Et le matraquage fonctionne très bien, sur tous les canaux :
    http://www.madmoizelle.com/revenu-de-base-153238
    (les commentaires sont effarants de naïveté)

    http://revenudebase.info/evenements/2016-06/

    https://www.letemps.ch/suisse/2016/02/18/un-jour-demanderons-avons-pu-vivre-revenu-universel-base

    1. scrooge

      Toute la beauté farfelue de cette idée est que personne n’a à la financer. Ca c’était de la vieille économie qui liait assez stupidement argent en circulation et richesse réelle (l’étalon or par exemple).
      Aujourd’hui, sans doute par la faute des OGM, les billets de banque poussent sur les arbres en grande quantité. Il suffit de les cueillir et de les distribuer.
      Poussons un peu la logique des taux d’intérêts négatifs pour voir à quel point la nécessité de financement est un problème du passé: on place 1 million à -1% sur un an (pour faire simple) on perd 10.000 euros.
      On distribue 10.000 euros de suite aux nécessiteux et autres intermittents et on laisse 990.000 euros à 0% pendant un an et le résultat est économiquement bien meilleur car les 10.000 euros auront fait marcher la machine économique.
      CQFD
      Il suffit d’ailleurs de rémunérer l’argent à -10% pour pouvoir en distribuer beaucoup plus gratuitement de suite et avoir une machine qui marche encore plus vite.
      Le tout est de savoir à quel moment cet espèce de pyramide de Ponzi inversée va s’effondrer sur nous tous. Ce sera aussi brutal que la rupture d’un barrage et aussi dévasteur.

  30. JiJiBé

    « La guerre du cash aura donc lieu » ??

    Même petit joueur aucun risque pour ce qui me concerne, j’ai conforté mes positions achat perché.

    Et accessoirement je suis champion de cache-cash quelle que soit la table !

  31. regis33

    Contrairement à beaucoup , je ne suis pas aussi pessimiste , car ce qui dans un temps normal ,les défauts de l’homme , c ‘est à dire , appât du gain , individualisme , égoïsme , instinct de conservation ( ça c’est pas un défaut ) , etc , peut s’avérer être une arme redoutable quand un totalitarisme quelconque veut imposer l’universalité de notre avenir , sous la servitude monétaire ou autre .
    Aucun gouvernement , empire, dictature , idéologie , n’ont pu empêcher l’Empire de la démerde , propre à l’homme , et pas que .
    Ni Mao , ni Staline , ni Hitler n’ont pu annihiler cela , car si ce n ‘est nous , se sera la génération suivante , voir l’autre d’après qui écrasera par la logique et le simple bon sens , les barrières et interdits .
    Paradoxalement , je crois , que le farouche individualisme humain , intrinsèquement lié à son instinct de survie ,  » égoïsme louable  » sauvera l’espèce entière , d’une aliénation à des tarés collectivistes ……. désolé , je n’ai pas trouvé d’autres synonymes à leur maladie mentale .
    Pour mes enfants , et ceux des autres , j’espère ne pas me tromper …… à suivre !

    1. lafayette

      Non non une petite solde a suffit pour faire marcher des révolutionnaires sur des régimes. Le gros capital ne tien bientôt plus que dans une petite poignée. A chacun son heure, argent gloire puis oubli.

    2. Val

      @Regis tout à fait d’accord avec vous : les impostures se cassent toujours la figure . Mais je pleure déja les ravages abominables que cette chute produira …j’ai une petite baisse de forme sur le plan de l’optimisme car il faut dire que je « sors » de l’excellent livre « la fin de l’homme rouge » et ce livre -excellent- ne porte pas trop à l’optimisme . Mais la France n’est pas la Russie et je crois fermement aux singularités nationales, la nôtre nous porte à nous relever de tout.

      1. Nomi

        Je découvre ce livre que vous citez. J’ai fait l’expérience de cette « petite baisse de forme » en lisant, dans un tout autre style celui du lituanien Ricardas Gavelis « Vilnius Poker ». Sous une forme symbolique, presque fantastique, on comprend ce que pouvait être la vie sous le joug soviétique, et c’est éprouvant.

    1. KuingYamang

      Tiens d’ailleurs, l’autre jour je regardais ce branleur de Gaspard Koenig en train de se toucher ce qu’il lui reste de gland sur ARTE (émission 28 minutes) en vantant les bienfaits de ce toxique RU.
      J’espère qu’un de ses contacts lui postera cet excellent article.

  32. gameover

    h16 je viens de voir qe comme d’hab le titre de ton article sur CP a été changé.
    Le piège du revenu unversel –> Le revenu universel piège ou opportunité ?

    Je trouve cela gênant pour ma part car le titre fait partie de l’article, surtout que dans le cas présent le titre de CP ne reflètent pas le contenu de l’article.

    J’ai l’impression qu’il n’y a pas beaucoup de libéraux qui soutiennent cette ineptie, donc pas beaucoup d’articles dans le sens « Youpi, vive le revenu universe !  » et que le secrétaire de rédac, voire la rédac complète qui laisse faire, fait de l’entrisme.

    Si c’est pour attirer des lecteurs je trouve que ça fait un peu « Cash Investigation » : en pire puisque dans le cas de CP le titre attire le lecteur qui découvre tout son contraire dans le corps de l’article alors que dans Cash Investigation le reportage va dans le sens du titre.

    Mais bon, moi j’dis ça…

    1. Bonsaï

      Le nœud du problème est que le lectorat de CP est beaucoup moins pointu que chez Hashtable et sans doute plus diversifié. Les éditorialistes sont donc obligés de ratisser un peu plus large dans la définition de leurs titres.
      Ils ont moins de commentaires qu’ici, mais sans doute plus de passages en coup de vent (impression subjective, non basée sur une étude approfondie, précisons-le).

  33. bouju

    La démonstration n’est pas tout à fait convaincante car elle repose sur le fait que le revenu minimum sera par définition pipé (par une classe politique délétère) et qu’au lieu de se substituer, à montant de dépense globale identique, à l’ensemble des allocations versées par l’Etat, il s’ajoutera en réalité à celles-ci. C’est fort probable car la résistance aux droits acquis dans notre pays tient lieu d’ héritage perpétuel irrévocable… Mais la discussion sur le principe ne doit cependant pas être radiée au nom d’une supposée réalité, d’autant qu’il peut exister des formes transitoires ou alternatives (l’impôt négatif) de revenu minimum, aboutissant à certaines des conséquences positives qu’il porte et qui sont très peu évoquées ici (responsabilisation du bénéficiaire, coûts de gestion… voir la littérature libérale favorable au dispositif). Une telle mécanique permettrait par ailleurs – et c’est ce qui devrait également être mis en œuvre pour les pensions de retraite – d’associer facilement ce revenu minimum à la performance annuelle économique du pays ce qui favoriserait la pédagogie et l’implication des citoyens dans le fonctionnement de notre économie. Ce revenu universel deviendrait en quelque sorte l’instrument de participation aux résultats du pays, à l’instar de ce qui existe et réussit dans bons nombre d’entreprises performantes.

  34. gameover

    « voir la littérature libérale favorable au dispositif »

    Vous parlez de GL ? CSG augmentée de 50%, APL maintenue, à peine 2 déciles gagnants, 8 déciles perdants, 2 derniers déciles taxés à plus de 50%.

    Santé gratuite pour tous : vous appelez ça de la responsabilisation ?

  35. Higgins

    Je ne saurai trop conseiller la lecture du dernier billet de notre psy préféré intitulé « KO debout ». Le lien est dans la blogroll ci-dessous (Psychothérapeute).

    1. Nomi

      J’approuve. C’est toujours un plaisir de lire notre psy national, et ça faisait quelque temps que je ne n’avais pas été rendre visite à son blog.

      Ah! J’ai vraiment raté le coche quand j’ai arrêté mes études de psychologie. Mais vieux motard que j’arrive! J’y reviens! On a vraiment besoin de thérapeutes dans ce monde de fous! Est-il utile de le préciser, de thérapeutes libéraux, même si à mon sens c’est un pléonasme?

      Une société fondée sur de la monnaie littéralement virtuelle, et un salaire gratuit, donc tout aussi virtuel? Oui, vraiment, au secours! aux fous!

    2. nemrod

      Merci Higgins…c’est le nom de mon chat, c’est dire si je vous apprécie.

      Ca fait du bien de voir que l’on est pas tout seul, que l’on est pas fou mais que d’autres sont saisis d’effroi dans ce pays dingue.

      Ce billet est remarquable.

  36. De Moor Michel

    Mouais, c’est un peu facile de tirer sur l’ambulance.

    Autant pour l’abandon du cash je suis résolument contre, autant pour le Revenu Universel ( ou Revenu de Base ou peu importe comment vous l’appelez ), je tiens à remettre les pendules à l’heure.
    Il faut pas être économiste pour se rendre compte que le système actuel est définitivement sur la pente descendante. Alors, que faire?
    Je paie des impôts et je suis pas content de ce que nos édiles en font. par contre, le nombre de laissés pour compte ne fait qu’augmenter et les innombrables mesurettes pour les aider sont tellement complexes, nécessitant autant de ‘contrôles’ sous toutes formes plus idiotes les unes que les autres… que reste-t-il comme solution?

    Le changement de paradigme est inévitable.

    Vous ‘levez’ le monstre du Loch Ness en prédisant l’inévitable déclin de l’espèce humaine sous la coupe d’un Etat ‘1984’.
    Demandez-vous plutôt si nos grands ‘spécialistes’ et ‘économistes’ qui parviennent à renflouer les banques avec de l’argent qui n’existe pas, de l’argent-dette, ne pourraient pas se pencher sérieusement sur les problèmes de financement d’un tel système? Le jeu n’en vaut-il pas la chadelle dans votre esprit? Peut-être êtes vous à l’abri de toute déconvenue pour vous, vos enfants, votre famille, vos proches à l’avenir?

    Il existe des alternatives, en vrac et sans distinction: l’impôt négatif, l’argent fondant, l’économie locale (et la monnaie locale qui va avec ).

    Si tel n’est pas le cas, on verra très vite revenir au devant de la scène le troc, les marchandages et les organisations mafieuses qui n’hésiteront pas un instant à en venir à la force.

    OUI, le revenu de base est un concept (trop) galvaudé par beaucoup ces derniers temps. Et NON, ce n’est pas un cataclysme annoncé si on laisse une chance à la réflexion à son sujet sans à priori à l’emporte pièce.

    Ne me posez pas de question de détail sur le financement, l’inflation, etc… je ne saurais répondre… c’est pas mon truc. Par contre, demandez-moi si je veux pouvoir me regarder dans le miroir le matin en me levant et regarder mes gosses sans rougir de n’avoir rien tenté quand il en était encore temps.

    1. « Demandez-vous plutôt si nos grands ‘spécialistes’ et ‘économistes’ qui parviennent à renflouer les banques avec de l’argent qui n’existe pas, de l’argent-dette, ne pourraient pas se pencher sérieusement sur les problèmes de financement d’un tel système? »
      Ah oui. Demander à ceux qui ont tout foiré par incompétence et dogmatisme de tout corriger. Voilà qui augure d’un excellent futur.

      Quant à tenter des trucs, si on est sûr qu’ils vont exploser, pourquoi ? Pour être encore plus sûr de sûr ?

      Lisez le commentaire http://h16free.com/2016/03/11/48859-le-piege-du-revenu-universel/comment-page-1#comment-544197

      1. De Moor Michel

        En effet, on peut douter de leur compétence à résoudre un problème qu’ils ont aidé sinon à mettre en place, au moins le faire flotter jusqu’à maintenant.

        Pour votre rappel à votre commentaire « … c’est dans la nature humaine « , vous avez mis le doigt sur ce que j’essaye de démontrer, et je vous en remercie. Car c’est bien de cela qu’il s’agit: conscientiser à l’inéluctable chute du système actuel et chercher des solutions alternatives: le Revenu de Base n’en serait qu’un petit bout… on pourrait y ajouter en vrac: le peer-to-peer, l’économie collaborative, la démocratie participative, …

        Je suis résolument pour « moins d’Etat », mais pour une répartition plus « humaine »… Avez-vous des propositions?

        1. Nomi

          J’en ai une: laissez tomber toutes ces calembredaines alter-machin-chose. En fait, j’en ai deux, et la deuxième suffit: laissez faire les gens.

          Chacun selon leurs compétences, qu’ils maitriseront toujours mieux que n’importe quel politicien qui n’a jamais rien fichu de concret de sa vie.

                1. Nomi

                  Je tope, je tope, mais doucement, sans quoi, dans le mouvement, je vais gaspiller ce magnifique scotch. Un bonsaï arrosé au whisky, pas sûr que ça favorise sa bonne santé. Quoique? 😛

            1. gameover

              L’anarchie ce n’est pas le bordel. D’ailleurs si vous regardez comment fonctionnent les états entre eux ils sont anarchistes, il n’y a pas d’état mondial. Les états refusent au peuple que qu’ils pratiquent entre eux.
              Certes des conflits se sont réglés par la violence mais c’est de moins en moins le cas et même dans ces conflits et souvent les moins libéraux ont perdu.
              La mondialisation c’est justement anarchique, personne n’impose de règles aux autres, autres pris dans le sens des peuples et non de leur gouvernement. Les accords style TAFTA c’est justement pour empêcher les gouvernements de contraindre leur propre peuple en dictant ce qu’ils ont droit d’acheter ou pas. Ce sont des règles qui suppriment des règles et non qui en rajoutent.

              1. Nomi

                Etymologiquement, anarchie signifie « absence de hiérarchie ». Ce qui ne signifie pas désordre ou chaos, on est d’accord. Bien souvent, la présence d’un chef suffit à foutre le bordel. Ceci explique sans doute certains points de vue anar…

                « Ni dieu ni maître », j’ai rarement entendu slogan plus pertinent, ou plus justifié 🙂

                1. Val

                  @nomi ok pour le maître mais dieu ? Je ne l ai jamais vu emmerder qui que ce soit sans y être invité . Je suis sûre qu il vous fout un paix royale …

                  1. Nomi

                    Très juste, ok, il n’est pas nécessaire de l’inclure dans l’histoire, puisque après tout, ce sont les mêmes maîtres qui utilisent dieu à des fins de pouvoir et de contrôle. Mais ce sont finalement les moutons bêlants qui se soumettent à dieu d’eux-mêmes, alors une petite piqûre de rappel fait toujours du bien.

        2. Laissez faire.
          La « conscientisation », on a essayé (pendant pas mal de décennies) et on a vu ce que ça a donné, merci mais non merci.

          1. MCA

            Mmmmm,

            Les politiques pour justifier leur existence n’ont plus que deux moyens d’agir : obliger et interdire.

            Dans cette optique, le « Laissez faire » et le « Foutez nous la paix! » n’ont pas leur place.

            Et c’est bien ça qui nous étouffe.

            Je ne vois pas d’autre solution pour en sortir que de renverser la table (légalement bien entendu).

  37. lartigue

    La question fondamentale est le mot : « inconditionnel ».
    En fait, il risque fort qu’il y est des conditions à son obtention : on se tient bien droit etc, on accepte la puce rfid, …
    Sinon, concernant le financement, en fait, c’est déjà financé aujourd’hui uniquement si ce revenu serait réellment inconditionnel, cad exempt de tout controle necessitant des structures administrative de flicage qui sont un coup considérable dans les dispositif du type rsa ou assedic… regardez ce film : https://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0
    Le pb, comme tj, c’est la récupération et la dénaturation.

    1. Non non, ce n’est pas financé : à mesure qu’on le distribuera s’établira un calcul entre l’intérêt de travailler et celui de ne rien faire du tout. Le nombre des bénéficiaires nets ira augmentant de façon inexorable (cas pratique : la sécu). C’est garanti sur facture pour des raisons économiques parfaitement logiques et connues. A ceci s’ajoutera l’inflation galopante. Epic Fail assuré.

      1. Higgins

        J’approuve totalement. On dirait une phrase de Bastiat, celle qui est en tête du blog « Quitter la Sécu ». Sinon, En plus, enfermer les individus dans un déterminisme étouffant a proprement quelque chose de terrifiant pour la liberté individuelle.

        1. Val

          @Higgins , le RU fait partie du toolkit collectiviste qui a pour principe que la travail est une aliénation , alors que nous autres pensons plutôt qu’il rend libre et responsable . Les collectivistes ont mal digéré le christianisme , ils sont restés collés à la chute de l’ancien testament (chassés du paradis) (« a la sueur de ton fron tu mangeras du pain etc » ) , alors que nous sommes ds le « leve toi et marche » de Jesus . Je dis ça c’est une pure interpretation , car ces gens se revendiquent non croyants le plus souvent . Mais en fait ils ont remplacé dieu par l’état et un dieu qui serait resté coincé au stade 1er seuil .

          1. gameover

            @Val
            Ouf, j’ai eu peur que tu aies renié ta foi vu ta réponse à 10 h 48 où tu disais que tu étais d’accord avec Nomi qui parlait des « moutons bêlants qui se soumettent à dieu »… 48 minutes de mécréantisme mais te voilà revenue sur le chemin… ouf !

      2. Theo31

        La production et les recettes fiscales vont s effondrer. Le système ne tiendra pas longtemps vu le niveau actuel de l assistanat.

      3. MCA

        Le calcul est vite fait.

        C’est une perversion de l’esprit de dire que le majorité des gens cherchent du travail, en réalité ils cherchent du fric.

        Donnez leur le fric et vous verrez que beaucoup (pas tous heureusement) seront beaucoup moins pressés de rechercher du travail.

        Le travail a deux fonction intéressantes : il contribue à redistribuer de la richesse à ceux qui l’assurent et il occupe les gens une bonne partie du temps donc évite des dérives socialement intenables.

        J’espère simplement que si ce RU voit le jour il sera suffisamment faible pour encore inciter les gens à travailler un peu ou du moins à s’occuper car comme dit le dicton : oisiveté est mère de tous les vices.

        Maintenant il faudrait se projeter vers l’avenir et essayer de deviner combien il y aura de travail à partager en quantité et en qualité et quel profil il faudra pour l’assurer, et je pense que c’est là que ça coince.

        Rajoutez à ça la « qualité » de l’enseignement « standard » dispensé par l’EN et la concurrence des pays du tiers monde qui comme la Chine forment des ingénieurs à la pelle, il va forcément y avoir un problème de répartition et de compétences.

        Je ne reprendrais pas le débat sur la Robolution, mais persiste à penser qu’une partie de la population deviendra inemployable car concurrencée directement par des robots plus fiables et plus compétents que les êtres humains.

        Et je ne reprendrais pas non plus le thème de l’IA et des machines qui seront à terme capables (et certaines le sont déjà) d’acquérir le savoir d’une façon autonome. L’être humain a du mouron à se faire surtout si l’enseignement dispensé continue de se dégrader.

        Alors, que vont faire les dirigeants politiques de cette population?

        L’avenir je le verrais bien de la façon suivante:

        -Les érudits qui naviguent dans le nouveau monde taillé pour eux (15% de la population au pif)

        -La grande masse, plus ou moins aidée (RU), plus ou moins bricolante et assurant comme elle peut des lendemains incertains.

        Le modèle de société n’étant plus majoritairement piloté par l’activité salariée mais par une rente, un « droit à l’existence » complété par la débrouille individuelle et collective de proximité.

        Et je vais volontairement jouer les provocateurs car je sens la question arriver : « comment on finance tout ça »?

        Et bien je suis étonné de constater que quand il s’agit de venir au secours des banques en ruine, Mario n’hésite pas à créer à partir de rien des quantités de monnaie démentielles pour racheter leur créances pourries et je pense que cette mauvaise solution sera probablement appliquée pour le RU.

        Mais dans ce cas, il faudrait également envisager le RU non pas simplement au niveau français mais au minimum au niveau européen car nos voisins ont et auront les mêmes problèmes.

        Le côté « chien de garde » du travail n’étant plus là, on risque fort de voir un flicage insoutenable pour éviter les dérives énoncée plus haut (et tout les prétextes seront bons comme actuellement : trafics en tous genres, insécurité grandissante etc… vous connaissez la suite).

        Cette évolution se fera au détriment de ce que le Major appelle « liberté » et qui à mon avis commence à devenir actuellement même, un concept dépassé.

        Maintenant, la « liberté » est un idéal à atteindre que pour ceux qui y ont goûté ou le fantasment ; il suffit de naître sous le nouveau régime oppresseur que je pressens pour ignorer qu’elle existe et ne pas en avoir besoin.

        Orwell était un visionnaire.

        Alors, on en pense quoi de tout ca au juste?

          1. MCA

            C’était avec plaisir!

            Si j’avais dû redévelopper les deux sujets qui sont passionnants, j’aurais rajouté 15 pages, c’était donc un choix que j’assume pleinement. :o)

  38. Bonsaï

    Et dans la série « Le père Ubu a encore frappé* voici le dernier épisode :
    « POLITIQUE REGIONALE – CONSEIL REGIONAL GRANDE REGION EST – ALCA – ACAL – MAISON DE LA REGION LORRAINE. Metz 12 mars 2016.Philippe RICHERT, président de la Grande Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, à côté des 3 propositions de noms « Rhin-Champagne, Acalie et Nouvelle-Austrasie » de la future Grande Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine qui vont être soumis à la consultation citoyenne ce lundi 14 mars 2016 jusqu’au 1er avril 2016 minuit. ».

  39. Appianglorius

    En défense (libérale) de l’idée du revenu universel :
    – il n’est pas lié aux élucubrations sur la création monétaire et autres sources d’argent gratuit
    – on peut en parler indépendamment de la faisabilité concrète au plan politique – je suis d’accord avec h16 que dans les conditions politiques actuelles, ce serait une catastrophe
    – le RU n’est pas libéral, mais c’est mieux que la situation actuelle, ça évite d’inciter à des comportements néfastes (donner des allocations qui récompensent les naissances hors mariage / l’inactivité / handicap fictif …), ça évite l’inquiqition de l’Etat dans les situations personnelles
    – il n’implique pas une baisse de l’activité, au contraire, parce que le prélèvement marginal est plus faible qu’avec le système actuel (un RMiste qui retrouve du travail peut perdre en allocation autant que ce qu’il gagne en bossant)

    Bien sur, ça veut pas dire que la question du financement soit réglée – pour autant que le montant soit significatif, ni celle du périmètre des allocataires : (enfants ? – étrangers ?)

    1. Il a tout de même un défaut : il favorisera économiquement celui qui ne fait rien contre celui qui fait quelque chose, et il détache la production de richesse de la production de revenu.

      Ça a déjà été tenté quelques fois. Ça a merdé dans 100% des cas.

  40. tuturarhz

    Pertinemment non, le RU ne favorisera pas celui qui fait rien au profit de celui qui fait quelque chose puisque tous toucherait le même montant (sous forme de crédit d’impôt par exemple ?) et que les effets de seuils et de marche serait supprimés.

    De plus, une inflation générale des prix n’est pas à craindre, car contrairement aux APL et autres aides ciblés diverses, celle-ci doit constituer une base globale à toute forme de dépense (logement, assurances primaires, un minimum de nourriture…) et nul ne peut honnêtement dire sur le marché, quels seront les arbitrages rendus par le bénéficiaire de cette allocation. Privilégiera-t-il son budget logemet, budget assurance, la nourriture, l’éducation de ses enfants s’il en a ? En clair, le RU ne connaîtra pas les errements des APL parce-qu’il n’a pas de cible imposé par l’état et sa portée est diluée dans l’ensemble du marché.

    Bien évidemment, si ce revenu universel devait se cumuler à tout le système existant, ça serait une catastrophe… Mais je ne partage pas votre inquiétude à ce sujet (bizarrement j’en conviens…).

    1. Outre que ne pas partager l’inquiétude est particulièrement couillu, vous oubliez un truc essentiel, la nature humaine : vous aurez des gens qui touchent des ronds indépendamment de leur fortune personnelle. Je ne mets pas un an avant que des groupes lèvent la voix pour réclamer que ceux qui n’ont pas besoin du RU pour vivre (parce que se débrouillant très bien sans avant) s’en voient dépossédés, au motif qu’ils grèvent inutilement les finances publiques d’un bon argent qui serait mieux employé sur des nécessiteux X ou Y. L’universalité tombera comme un fruit mûr, très vite. Ensuite, c’est simplement du bon sens : barèmes, taux, planchers, etc… viendront très vite se greffer sur la belle idée, montant tous les jours un peu plus les uns (qui payent sans rien recevoir) contre les autres (qui recevront sans payer).

      C’est garanti sur facture.

      1. tuturarhz

        Si l’on part de vos axiomes, oui forcément ça ne peut que merder.

        Le problème sur la redistribution que vous soulevez serait je pense bien résolu par :
        – l’octroi d’un crédit d’impôt (avec retour négatif) sur un impôt sur le revenu à taux constant (« flat tax »), et non pas un chèque direct.
        – l’asservissement entre le taux de l’impôt sur le revenu et le taux du salaire médian octroyé sous forme d’impôt négatif. (par exemple TI% = TSM%)
        – l’établissement de ces taux sur la base de critères macro-économiques prévu par la loi, comme la maximisation de la recette fiscale, ou au contraire la minimisation du taux, ou encore le rythme de croissance, etc…
        En soit un mécanisme qui repose moins sur des barèmes, des taux, ou des planchers sociaux, et plus sur l’état de santé de l’économie en générale afin de pérenniser le système, ce qui est assez différent de la mentalité française en la matière.
        Dans tous les cas, « Keep It Simple & Stupid ».

        1. Le problème du crédit d’impôt est qu’il n’est valable que pour ceux qui payent des impôts, ou pour les assujettis, disons. Un enfant, un dépendant n’ont pas d’impôts. Ce n’est donc pas universel. C’est un fail. Quant à chercher la maximisation de la recette fiscale (ou simplement la calculer), c’est une chimère évidente : si c’était seulement possible, ils auraient déjà tenté le truc, et pour le moment, tout indique qu’ils en sont incapables.

          Et je maintiens : plus c’est simple, plus vous aurez de jaloux. Inévitable.

          1. tuturarhz

            On peut bénéficier d’un crédit d’impôt (avec retour négatif) sans payer d’impôt. Une déclaration d’impôt suffit.

            Je ne vois pas en quoi les critères que j’ai donnée formerait une chimère. On parle de tout autre chose que le système actuel de base. Avant de dire que c’est impossible, il faudrait tenter de créer un modèle. J’ai pas le temps et pas le jeu de donnée pour ça, mais ça pourrait bien m’occuper plus tard.

            « Plus c’est simple, plus il y a de jaloux… » je serai intéressé que vous développiez ce point, car pour moi ça passe pour une assertion sans preuve.
            Et puis à un moment, les râgeux, les jaloux, on a droit de s’asseoir dessus aussi.

          2. Akitus

            Désolé de relancer le sujet après presque un mois, mais je viens de tomber su le lien et je trouve la discussion fort intéressante.

            J’ai plusieurs objections à vous soulever.

            La première étant, comme vous l’a signalé quelqu’un d’autre avant moi, que vous mélangez le réel et le théorique. Ce serait comme dire que la démocratie c’est de la merde parce que l’on voit le résultat aujourd’hui.

            Autre erreur que je constate dans votre raisonnement, il se base sur la société actuelle sans prendre en compte les bouleversements « évident » des 10 à 20 prochaines années. Ne faisons pas de plan sur la comète type guerre, effondrement économique, etc. mais parlons de choses bien réel.

            Le plus grand « danger » pour le travail humain n’est ni la robotisation, ni l’IA comme certain en parle ici qui n’en sont qu’a leur balbutiement et qui nécessite des puissance de calcul phénoménale.

            Non en réalité, il s’agit de l’informatisation qui arrive enfin à maturité grâce à la puissance de calcul enfin disponible à faible coût, grâce notamment au cloud. Permettez moi de vous expliquer. Sur les 20 dernières années, l’informatisation se limitait à la secrétaire sur excel ou au logiciel de commande d’une machine outil. En gros, on facilite un plus le travail des humains mais rien de plus.

            Avec la puissance actuel, ce sont des logiciels (notez que je n’ai pas dit IA) qui s’occupe de tout. Et c’est cela le vrai problème dans une société de service. A quoi sert un conseiller bancaire quand un logiciel fait 10 fois mieux, appliquez cela à tous les métiers du même type, avocat, « journaliste », manager en tout genre, etc. Avec l’arrivé des véhicules autonomes (notez le véhicule et pas voiture), c’est la fin des taxis, uber, chauffeurs livreurs, etc.

            Vous voyez, nous nous retrouvons rapidement dans une société où le « travail » n’existe plus et pas sur 1 siècle ce qui laisserait le temps de se retourner, mais sur 20 ans, voir 50 ans grand max en fonction des législations.

            Vous vous doutez bien que dans notre merveilleux monde mondialisé, on se retrouverait en réalité avec 1 boite américaine dans chaque domaine embauchant quelques milliers de personnes pour gérer l’ensemble de son secteur commercial sur la planète.

            Bien heureusement tout ne pourra pas être remplacé. Votre boucher par exemple, les infirmières, les métiers d’art et d’artisanat, etc.

            Voilà pour ce long point, mais nécessaire pour la suite.

            Maintenant, passons au revenu universel, pour la partie théorique uniquement, puisque la partie pratique ne serait que pur spéculation.

            Comment fonctionne t’il ?
            ———————————–

            Par rapport au système actuel, il doit remplacer l’intégralité des sommes versées par l’état aux citoyens, allocations, retraites, chômage, sécurité sociales, niches fiscales, subvention aux associations, etc.

            Le revenu de base doit fonctionner de la façon suivante (on le fixe à 1000 euros pour simplifier les calculs).

            Il est versé inconditionnellement à toutes les personnes ayant la citoyenneté française. Pour les mineurs, 50% de cette somme est bloquée pour leur être redistribuée en une fois à leur majorité garantissant un capital de départ dans la vie active.

            Autrement dit pour une famille de 2 adultes et 2 enfants, celle-ci perçoit 4000 euros par mois officiellement, mais seulement 3000 euros en réalité. A cela, il faut encore déduire certaines choses. L’école gratuite c’est finit.

            L’école publique aurait un coût fixe de 200 euros par mois et par enfant. Ce fonctionnement permet au parents de choisir où ils veulent scolariser leurs enfants, et aux écoles d’enfin avoir les mains libres pour entreprendre.

            Il y aurait aussi une assurance maladie obligatoire mais privée comme pour l’automobile. L’état pourrait imposer des règles minimales aux acteurs privés avec par exemple un forfait à 100 euros par mois par personnes par exemple (ou moins, c’est juste pour l’idée).

            Soit concrètement 3000 – (2×200) – (4×100) = 3000 – 800 = 2200 euros d’argent avant impôt pour payer le loyer, les factures, etc. Autrement dis, c’est pas l’Amérique pour une famille de 4 personnes, mais cela permet de vivre dignement.

            Comment l’argent rentre dans les caisses ?
            ———————————————————-
            Toujours dans un but de simplification, il n’y aurait plus que trois sources de revenus pour l’état :
            – Les impôts sur les particuliers et les entreprises
            – La TVA
            – Les bénéfices de ses activités (patrimoine historique, boursier, etc.)

            Les taux d’impôts et de TVA sont fixées pour des durées de 3, 5 ou 10 ans de sorte à faciliter les investissements.

            Pour les impôts il s’agit de flat tax dès le premier euro, même les plus pauvres payent. On peut imaginer 20% sur les particuliers, 10% pour les entreprises et 25% pour la TVA. C’est taux sont ajustées pour la période donnée (3, 5 ou 10 ans) de tel sorte que l’état reste non pas à l’équilibre, mais bénéficiaire (de 1à 5%) pour garantir l’avenir.

            On supprime tout le reste, les milliers de taxes en tout genre, les charges sur les salaires, etc. et bien évidemment le smic.

            Autrement dit, même le plus bête des français peut calculer ce qu’il doit à la collectivité. Et les entreprises peuvent faire des plans sur de longue période.

            Pour les impôts, tous les revenus sont pris en compte de la même façon (salaire, dividende, revenu universel, etc.) Pour les revenus exceptionnels (vente d’entreprise, d’immobilier, héritage, etc.) on permet un lissage sur 10 ans maximum.

            Si nous reprenons l’exemple de notre famille précédente, sur les 4000 euros perçu de RU, elle devra verser 800 euros d’impôt soit au final un reste à vire de 1400 euros mensuel. De quoi vivre, mais pas de se payer une Ferrari aux frais de la princesse.

            Les bénéfices de ce système :
            —————————————–

            Grâce à ce système plusieurs bénéfices apparaissent.

            Avant que vous ne fassiez l’erreur de me prendre pour un gaucho punk à chien, je tiens à vous dire que je gagne très bien ma vie et pas en étant haut fonctionnaire, journaliste ou dirigeant d’un syndicat. Pour faire simple, je suis cadre dans le privée dans le domaine du développement informatique.

            Mais j’ai connu au début de ma vie professionnelle des moments très difficile que je ne souhaite à personne. J’ai cru comprendre que vous gagniez aussi très bien votre vie, mais comprenez que nous ne sommes qu’une infime minorité, qui certes la mérité d’une certaine manière, mais que cela ne nous offre pas pour autant le luxe de considérer les autres comme des ratés.

            Revenons au RU, le premier des bénéfices, c’est que plus aucun salarié n’est tenu de faire un boulot de merde pour non pas vivre, mais survivre. L’argent perçu par le travail salarié étant considéré comme du bonus pour s’offrir une vie plus confortable, chacun est libre de le faire ou pas. Ainsi Mc Donald, Auchan, etc. auront le choix entre mieux rémunérer leurs salariés ou innover pour s’en passer (je préfère la deuxième solution)

            Le second bénéfice est la meilleur répartition de la population sur le territoire nationale. En effet, avec 1200 euros par mois pour 4 personnes, le logement en plein cœur de paris, c’est plutôt râpé. Par conséquent, les gens souhaitant quitter les grandes métropoles pour partir à la campagne pourront enfin le faire, le problème de l’emploi n’en étant plus un. Et comme vous vous en doutez, l’afflux de personnes nécessitera la création de service, et donc de l’emploi.

            Les personnes souhaitant s’investir dans la vie associative pourront le faire. Je ne vous parle pas des associations pour les migrants, mais celles qui aides nos vieux, les enfants à l’école, etc.

            Les personnes souhaitant lancer une entreprise ou se former pourront enfin le faire car plus tenu de travailler pour manger.

            On met un gouffre financier entre les étrangers qui veulent s’installer en France et les français puisque de base 1000 euros par mois et par personne nous sépare, que l’école et les soins sont payant au minimum pour 300 euros par mois. Avec la suppression du SMIC, seul les étrangers à très haut revenu pourront s’installer en France. En gros, finit l’appel d’air, maintenant, on vide.

            Enfin, les personnes ayant les plus faibles revenus sont celles qui consomment le plus, donc rien de mieux pour relancer la « croissance ».

            Les inconnus :
            ——————–

            L’inflation ? A la différence des APL qui sont ciblées et qui génère évidemment de l’inflation sur les loyers, le RU ne l’est pas. Donc impossible de toute augmenter en même temps. Si les loyers augmentes trop, les gens achèteront, pour les biens fabriquer à l’étranger et revendu par des importateurs, la concurrence mettra vite le hola, même chose pour les denrées alimentaires, encore plus avec la vente en direct des agriculteurs. Bref, l’inflation due au RU est loin d’être une évidence contrairement à ce que vous pensez.

            La fainéantise du peuple français. La première chose qu’il faut voir, c’est que le RU vient en plus du salaire. Je vois mal un jeune cadre qui gagne 2500euros par mois donc 3500 euros avec le RU tout plaquer pour vivre avec 1000 euros dans la creuse. Non en réalité je pense que seul les salariés mal dans leur boulot ou avec un salaire misérable (SMIC à mi temps, etc.) décideront de tout arrêter. Pour les autre même les smicard qui passeront de 1000 euros à 2000 euros par mois, le gap sera tellement énorme qu’ils préfèreront continuer.

            Voilà, désolé pour ce roman, mais il était nécessaire. Vous l’aurez compris que le revenu universel n’est ici qu’une brique d’un tout. Je vous rejoins totalement sur le fait que si il était mis en place dans le système actuel, ce serait un catastrophe.

            Bien cordialement.

            Akitus

            1. Mhmmh.

              Vous auriez intérêt à relire quelques autres billets d’ici, notamment sur l’impact de la robotisation. Par exemple, les deux ci-dessous et les liens qu’ils fournissent :
              http://h16free.com/2015/03/08/36224-lere-des-robots-arrive-et-non-vous-ne-manquerez-pas-de-travail
              http://h16free.com/2016/01/31/44614-ia-robolution-ces-emplois-qui-ne-seront-pas-perdus

              Vous avez pris le temps de développer une thèse, très bien, malheureusement, économiquement, elle est assise sur du sable.

              1. Akitus

                Merci pour les articles je vais prendre le temps de les lire. Cette « thèse » n’est pas du tout basé sur du sable économiquement. A l’heure actuelle avec les même taxes et prélèvement, en supprimant toutes les allocations, niches, sécu, chomage, retraite, etc. on peut verser à chaque francais (mineur et majeur) entre 1000 et 1200 euros net par mois selon si l’on inclus les économie de gestion (fonctionnaire et paperasse).

                Pour les sources, je vous invite à regarder les revenus de l’état (wikipédia, etc.) et le taux de la dépense sociale dans notre pays. Ensuite une banale division par le nombre de francais (55 millions je crois) et pas d’habitant (65 millions) source insee.

                Non, comme souvent, cela ne reste une théorie que par manque de courage politique.

                Mais toutefois vous qui êtes un fervent opposant au RU, j’aimerai votre retour sur cette théorie en ne vous limitant pas la faisabilité de celle-ci dans notre pays. Imaginons que l’on parte d’une feuille blanche avec seulement comme contrainte notre nombre de citoyen et leurs compétences (ou incompétences 😉 propres.(pas ce soir, prenez le temps de lire et de répondre)

                1. Non, votre thèse est basée sur du sable économiquement parlant lorsque vous imaginez que l’avenir, plein de robots, fera disparaître le travail. C’est complètement faux. Le reste en découlant, tout s’effondre.

                  Après, il y a bien sûr les aspects purement financiers qui aboutissent aussi au même résultat (le RBI est une hérésie économique, même hors de France, même en partant d’une feuille blanche), mais là encore, ça demande un petit peu de lecture (histoire & éco).

                2. sam player

                  Akitus de 22 h 29 votre calcul pour arriver à 1000-1200€ prend en compte des dispositifs assuranciels: retraite, chômage pour lesquels des gens ont cotisé : vous ne pouvez pas intégrer ça dans un pot commun puis partager entre tous et en oubliant de leur donner l’indemnité due lors du chômage ou de la retraite… quelques centaines de milliards… encore en moins à redistribuer.

                  Déduisez les avant de faire vos opérations.

            2. sam player

              Akitus, vous devriez :
              – prendre une calculatrice
              – vous renseigner sur ce que coûte une assurance santé privée (ou le coût moyen actuel de la SS) : c’est 3 fois ce que vous avez prévu.
              – vous renseigner sur le coût de l’école et vous demander comment faire avec 200 euros par élève par mois quand une année coûte actuellement en moyenne 10,000 euros. c’est 4 fois plus que ce que vous avez prévu.
              – vous renseigner sur la façon dont avec les impôts on récupère en haut ce que l’on a donné en bas : taux différenciés

              Sur ce dernier point vous pensez que vous allez pouvoir le faire ?
              Surpriiiise ! Les gens qui ont un revenu fiscal de référence de plus de 100KE paient déjà en moyenne 18.3% donc en final ils seront gagnants : 800 euros net d’impôts de rentrée mensuelle sans compter que cherry on the cake ils ont remplacé leur CSG de 15%, soit 15,000 euros, par votre ridicule 1,200 euros. Youpiii !

              Car en final dans votre système vous ne récupérez pas tout ce qui a été donné. Vous avez distribué 792Mds dont vous récupérez immédiatement 160Mds en impôts (on se demande d’ailleurs pourquoi avec un tel système vous ne donnez pas une allocation nette d’impôts), puis 80Mds en TVA à 25% (à supposer que la moitié du disponible soit dépensée en TVA à ce taux)… et il vous manque 552Mds, une paille !

              Certes vous pourriez dire que si les gens disposent d’une base de 800 euros pas mois alors les salaires pourraient baisser mais je vous rappelle que vous venez de taxer à 20% des gens qui ne l’étaient pas, de leur faire payer l’école et leur santé et d’augmenter la TVA à 25% : un salaire de 1,000€ ne leur rapportera en net à dépenser que 1,000*0.8*0.75=600€. Ajouté à leur allocation nette de 800€ ça leur fera 1,400€… bah comme avant en fait quand ils étaient au SMIC + toutes les aides.

              Bravo vous avez appauvri les pauvres ! Et en plus avec vos 100€ de cotisation santé ils sont plus malades qu’avant ! Et le déficit de l’état qui était de 80Mds est maintenant de 552Mds… par an !
              Vous avez mis le turbo.
              Mais le socialisme c’est souvent comme ça. Ils pensent résoudre un problème qu’ils ont créé mais ils font l’inverse.

              Le lien qui suit sur les impôts devrait être très instructif pour vous.

    2. gameover

      Pas d’inflation ?
      Ah bon… d’où vient d’après vous la brillante idée de la BCE de distribuer 175 euros mensuellement à chaque européen… euh justement pour faire repartir l’inflation !

      Il faut vraiment être du pays des bisounours pour croire que mettre 600Mds d’argent sur le marché ne va pas créer d’inflation… et m’est avis que ce sera sur les biens de consommation de première nécessité et que ce sera les pauvres qui seront affectés en premier… c’est logique.

      Il y a d’autres exemples que les APL : à chaque fois qu’il y a eu des primes à la casse il était impossible de négocier le prix des petits modèles de voiture… Simplement parce que la demande avait augmenté.

      Regardez aussi l’inflation à la fin de WWII 50% par an : dès qu’on balance du pognon il y a inflation. Si les aides sont ciblées il y a une inflation sur le secteur ciblé, si les aides sont non ciblées c’est une inflation générale.

      1. BDC

        Bonjour GO, pour moi les QE consistent à racheter les créances douteuses des banques pour nettoyer leur bilan et qu’elles relancent le crédit, la consommation et donc l’inflation. Qu’est-ce qui vous fait penser que ça va bien se passer et que l’argent va descendre dans les poches des ménages ? Il faudrait pour ça qu’il y ait de la demande, je ne pense pas qu’on soit dans cette situation. On dit que les QE n’ont pas été efficaces au Japon ou aux USA. En revanche, on peut s’attendre à de l’inflation sur les prix des obligations (taux négatifs) et les actions (surrévaluées).

        1. gameover

          BDC tu n’as pas dû suivre.
          La BCE a dans l’idée de distribuer l’argent directement aux particuliers.

          Les QE avaient uniquement pour but de renforcer les fonds propres des banques en valorisant la qualité de leur dette avec l’idée que ça allait les rendre plus favorables à octroyer des crédits mais ce n’est pas le cas et il y a 2 raisons liées:
          1) la raison principale est qu’il n’y a pas de demande solvable excédentaire. La demande solvable est satisfaite et il y a même une grande concurrence dessus car elle est étroite.
          2) le marché est atone et incertain. Même avec un bon business plan vous n’avez pas de crédit car les banques doutent d’une reprise.

          Il me semble que les marchés financiers viennent de se rendre compte que l’économie est naturellement déflationniste. Elle l’était déjà mais on ne s’en rendait pas compte car notre amélioration de productivité était bouffé par le coût du travail incluant la protection sociale, les coûts de la réglementation, la fiscalité, les coûts administratifs etc…
          La mondialisation fait que nous pouvons enfin profiter des gains de productivité… des autres pays !
          Comme beaucoup l’ont noté ici notre PIB global augmente mais le PIB marchand diminue… et pourtant on ne manque de rien : c’est bien le signe qu’on arrive à vivre mieux et que ça coûte moins.

          Les seuls qui ont un problème avec cela ce sont ceux qui ont des dettes car non seulement ils doivent rembourser des intérêts mais en plus il faut plus de travail (à prix constant) dans une économie déflationniste : si les prix baissent naturellement, le bénéfice baisse ne absolu (pas en relatif) et il faut donc plus de production pour dégager le même bénéfice absolu.

          Si les salaires ne peuvent pas descendre (c’est le cas) il faut soit licencier et embaucher les gens à un salaire inférieur, soit générer de l’inflation.
          Ce n’est peut être pas une vue partagée mais malgré les hausses de taxes et de coût du travail (ce sont des taxes aussi) je vois bien les prix baisser en france.

          Je cherchais hier des robots industriels et je viens de me rendre compte que là où il fallait mettre 80 à 100K$ pour un robot un peu aveugle, il y a depuis peu des solutions entre 20 et 30K$ avec un système de vision très performant…. et les USA arrivent à les fabriquer à 75% made in USA.
          Yen a qui ont compris, d’autres pas.

          1. BDC

            Merci GO ! Effectivement j’étais restée sur les QE, ça m’étonnait que vous défendiez l’idée « c’est l’offre qui crée la demande » ☺️. Dans ce cas nous sommes pleinement d’accord, sur la déflation je le vois aux salaires d’embauche des p’tits jeunes, au mieux 5 % de plus en 10 ans, et pourtant mon secteur ne connaît pas le chômage.

            1. gameover

              Il semble que tu parles d’offre de monnaie… précise-le car en général c’est bien la dynamique de l’offre de produit qui crée la demande plutôt que l’inverse.

              Sinon tu dois être dans un secteur non délocalisable et non soumis à la concurrence.
              Actuellement les ingénieurs généralistes sont souvent embauchés à des salaires inférieurs ou égaux à ceux d’il y a 15 ans en arrière. Ça vient aussi (surtout?) de leur niveau qui a énormément baissé et en plus ils n’arrivent pas à capitaliser l’expérience, ils sont capables de faire la même connerie 3 fois de suite. Je pense que ça vient du fait qu’ils choisissent un métier par défaut plutôt que par choix (par passion). Il y a le même phénomène dans l’EdNat.

              1. BDC

                Non délocalisable, oui, pour l’instant je ne vous enverrai pas de CV ! Vous savez qu’on délocalise même des services de compta …

      2. tuturarhz

        « Ah bon… d’où vient d’après vous la brillante idée de la BCE de distribuer 175 euros mensuellement à chaque européen… euh justement pour faire repartir l’inflation ! »

        La BCE est très compétente pour faire repartir l’inflation, c’est bien connu ^^ la preuve, l’inflation ces derniers temps est mirobolante.

        1. tuturarhz

          Plus simplement je pense qu’il y a un petit amalgame entre l’inflation monétaire (orchestré par la BCE, les 175€ en question étant de la monnaie de singe, forcément ça donne de l’inflation) et la hausse général des prix. S’il y a équilibre entre la recette fiscale et la dépense pour le RU, je ne vois pas comment le problème apparaitrait.

          1. gameover

            J’avais renoncé à répondre à votre commentaire mais je vois qu’en 3h et 18 minutes vous avez changé d’avis, bien.

            S’il y a équilibre : c’est bien le problème:
            1) l’équilibre ne peut se faire qu’entre des gagnants et des perdants. Quelle va être la réaction des perdants ? S’ils fuient le système… voir point n° 3.
            2) Les modèles présentés jusqu’à maintenant (GL) ne sont pas équilibrés et essaient de nous faire croire qu’il n’y a presque que des gagnants. Quand on fouille dans le détail on se rend compte que le système n’est pas financé, qu’il ne supprime pas toutes les aides, met la santé de tous à charge de uniquement ceux qui travaillent.
            3) La dynamique des comportements (arbitrage) est complètement passée sous silence. L’équilibre ne peut qu’être instable car toute décision influe sur le comportement des acteurs qui remet donc en cause l’équilibre : on rentre dans un cercle vicieux, moins de contributeurs, plus de profiteurs… encore moins de contributeurs etc…
            4) Concernant l’inflation d’un tel dispositif elle est évidente si on raisonne par niveau de vie : si vous augmentez le niveau de vie des premiers déciles il y aura inflation de la demande qui leur est propre. A l’opposé, comme vous amputez le niveau de vie des plus hauts déciles (bah oui, gagnants/perdants) le prix des Ferrari et du caviar va baisser… bonne nouvelle… euh wait !

    3. Aristarkke

      Comment cela que le RU ne favorisera personne puisque la somme sera identique??? Permettez moi de voir et de palper une très sensible et douloureuse différence entre recevoir une somme sur son compte en banque sans avoir rien fait d’autre que d’exister au jour du versement et de devoir gagner la même somme en commençant par devoir se lever un nombre certain de matins pour aller abattre du taf! Surtout quand le métier est majoritairement physique, en plus… 😈

  41. creaboost

    Moi, dans l’argumentaire des pro-RU, le truc qui me fait tiquer, c’est qu’ils partent tous du principe qu’il ne peut y avoir qu’une incitation aux comportements vertueux, quand plusieurs millénaires d’existence humaine prouvent que l’être humain est opportuniste.

    On en arrive à un système qui va rapidement ressembler à une sorte d’URSS; face aux problèmes, il va se muer en une sorte de système à la chinoise (pas la version actuelle, mais l’orientation probable à horizon de vingt ans) pour finalement retomber sur un libéralisme qui sera inspiré de ce qui a été mis en place après la seconde guerre mondiale : étalon monétaire indépendant, marchés des matières premières minérales et agricoles réservés aux producteurs et transformateurs, les spéculateurs qui n’ont rien à faire sur ces marchés seront à nouveaux exclus comme ils auraient toujours dû l’être.

    Bref, on est parti pour perdre 100 ans. Bon, entre temps on aura peu-être réussi à provoquer une guerre civile ou une nouvelle guerre mondiale, tristes méthodes pour dégager l’incompétence politico-économico-bancaire que l’on subit depuis les années 70 et et le financiarisme à l’oeuvre depuis la chute de l’URSS.

    Mes 2 cents

    PS : En fait c’est bien là le problème de toutes les théories économiques, pour résoudre leurs contradictions ou passer outre les objections, à un moment ou à un autre, on part du principe que les intervenants du système sont vertueux ou loyaux… ce qui n’a JAMAIS existé. La théorie de l’homme bon de Rousseau ayant été infirmée -une nouvelle fois- par des découvertes archéologiques récentes laissant à penser que mêmes les chasseurs-cueilleurs pouvaient se massacrer entre tribus. Les études en psychologies montrent que l’être humain aspire peut-être à la bonté, mais la peur de passer pour faible le rend incapable de la mettre en pratique, sauf auprès de ses proches -et encore- et ce depuis la nuit des temps. La concurrence pour la survie, tout le monde oublie cette réalité, même l’altruisme est révélateur d’une lutte pour la survie (coopération ou loi du plus fort, ça dépend des individus), c’est l’alpha et l’oméga inconscient de l’humanité.

    1. « les spéculateurs qui n’ont rien à faire sur ces marchés »
      Alors vous ne savez pas ce qu’un un spéculateur ni à quoi il sert.

      « on part du principe que les intervenants du système sont vertueux ou loyaux »
      Pfff. Ce poncif est régulièrement ressorti par ceux qui n’ont jamais fait d’économie. Renseignez-vous mieux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.