Pour certains députés, la « moralisation » de Bayrou ne passera pas par eux

C’est dit, c’est lancé : le chantier de la moralisation de la vie politique, dirigé avec la poigne herculéenne de François Bayrou, a décidément commencé. L’actuel Garde des Sceaux l’a d’ailleurs annoncé avec son phrasé si précis : « Le temps des blocages mystérieux est fini ». Chouette, nous voilà tout revigoré.

Bon, bien sûr, pour le moment, l’agenda reste un peu flou et fortement conditionné aux élections législatives. Accordons tout de même au pouvoir en place certaines marges de manœuvre tant la vie politique française semble s’orienter vers un aplatissement complet de toutes les forces d’opposition et une large victoire d’un extrême-centre extrêmement mou face à une droite minable et sans idéologie, une gauche minable et sans idéologie, une extrême droite minable à l’idéologie moisie et une extrême gauche minable à l’idéologie faisandée.

Autrement dit, quelles que soient les idées lumineuses de Bayrou et sa clique afin de moraliser un grand coup la vie politique française, on peut raisonnablement estimer qu’elles seront appliquées. D’ailleurs, à la réaction extatique d’Eva Joly dont la boussole interne a souvent désigné le sud avec obstination, on est même en droit d’attendre une petite catastrophe judiciaire dont les Français devront s’accommoder pendant des années. Bah. Une de plus, une de mois, les ventes de Préparation H vont encore violemment repartir à la hausse dans le pays, et on sent que la prochaine formule (à base de menthol et d’eucalyptus) va faire un carton grâce à Bayrou.

Malgré tout, cette moralisation n’est pas du goût de tout le monde.

NooOoon ? Si.

Pour Julien Aubert, député Les Républicains du Vaucluse, l’actuel Ministre de l’Ajustice va trop loin lorsqu’il envisage sérieusement la suppression pure et simple de la réserve parlementaire, ces 140 millions d’euros annuels partagés entre les députés pour leurs « œuvres locales », pour cause de « risque clientéliste ».

Et là, les réflexions de l’élu imposent qu’on s’attarde un peu sur la question, ne serait-ce que pour mieux comprendre comment la majeure partie de nos députés envisagent leur rapport avec les finances publiques en général et cette réserve financière dodue en particulier, pourquoi ils sont quelque peu déconnectés des contraintes quotidiennes des Français, et pourquoi ces derniers commencent à trouver leurs élus particulièrement nauséabonds au point de réclamer de plus en plus bruyamment ce genre de lois que Bayrou tente de pousser avec son brio et sa précision légendaire.

En effet, pour Aubert, la suppression de cette réserve est démagogique, parce que, je cite :

« Vouloir supprimer la réserve parlementaire, c’est scandaleux et démagogique. Ce sont des milliers d’associations qui risquent de disparaître demain parce qu’on estime qu’un élu, par définition, fait du clientélisme dès qu’on lui met de l’argent entre les mains. Il faut alors aller au bout de la logique et supprimer toutes les subventions des conseils généraux et régionaux parce que ce sont des volumes beaucoup plus importants, avec des risques de clientélisme encore plus grand !

Oh, quel malheur ! Des milliers d’associations qui ne survivaient que grâce à l’argent de tout le monde au lieu des seuls cotisations de leurs adhérents concernés vont donc disparaître ! Des milliers de groupes d’individus qui, par différents moyens, étaient parvenus à faire payer à la collectivité une partie de leurs hobbies, occupations ou lubies politiques, sociales, cultuelles ou culturelles vont donc devoir faire appel à leurs seuls membres, aux seules personnes directement concernées voire à leurs clients pour équilibrer leurs dépenses ? Mais c’est… c’est… Je cherche mes mots… C’est parfaitement normal et comme ça que ça devrait toujours avoir été, sapredieu !

Oh, quel malheur ! S’attaquer à cette réserve parlementaire d’argent des contribuables utilisé totalement à la discrétion des députés, pour satisfaire les petits besoins de ses électeurs, ce serait amalgamer ces opérations de distribution de pognon gratuit à du clientélisme électoral ? Allons. Tout le monde sait que le député moyen, dans son immense sagesse, son sens unique de l’équité et sa probité remarquable distribue toujours les euros des autres autant aux associations qui lui sont électoralement favorables qu’aux associations qui lui sont farouchement opposées, pour ne faire aucun favoritisme. C’est évident !

Oh, quel malheur ! Supprimer la réserve parlementaire, ce serait prendre le risque de mettre le doigt dans un engrenage douloureux, celui de la réduction des dépenses des conseils généraux et régionaux ! Voilà qui serait particulièrement mal venu, alors que tout indique qu’il faut, c’est évident, augmenter les dépenses, cramer encore plus d’argent public dans ces institutions qui ont toutes largement prouvé leur efficacité phénoménale ! Et avec la « réduction » du nombre de régions et l’évidente multiplication du nombre de bâtiments institutionnels, on sait que diminuer les dépenses maintenant serait le faire au plus mauvais moment : ce n’est jamais le bon moment de supprimer des fonnds publics, jamais le bon moment de diminuer des dépenses, jamais le bon moment d’équilibrer un budget, jamais le bon moment de faire attention à l’argent des autres, surtout lorsqu’il coule à flot.

Tax Money

Mais le brave député (de droite, je le rappelle) ne s’arrête pas là. Pour lui, il y a plus grave encore :

L’autre mesure scandaleuse, c’est de demander aux parlementaires de fournir des preuves de leurs dépenses.

Je ne sais pas si le plus insupportable dans ce genre de saillies digne d’un âne bâté provient du fait que la personne qui la lâche y croit vraiment, ou si c’est lorsqu’on se rend compte que cette opinion lamentable est partagée par un nombre important de ses congénères. Mais, Julien Aubert, tout député sois-tu (et peut-être plus pour longtemps si les électeurs font preuve de bon sens dans quelques jours), bien sûr que si, il peut t’être imposé de fournir toutes les preuves de tes dépenses, exactement comme il l’est fait pour toute personne privée devant justifier de ses dépenses auprès de son entreprise ou de son administration fiscale ! Et encore heureux que ceci soit largement pratiqué puisqu’il s’agit de la base même, du minimum minimorum de bonne gestion des deniers d’un tiers !

Et à ce titre, il n’est que temps qu’enfin, l’Assemblée nationale impose cette mesure minimaliste à ses membres, alors que les rapports de la Cour des comptes s’empilent pour dénoncer ce manque et que les affaires financières scandaleuse se multiplient qui mouillent tous les partis.

Mais le député ne se démonte pas. Avec une virtuosité dans le moquage de visage qui pousse la discipline au rang d’art dramaturgique, pour lui, c’est évident : demander cette mesure pourtant appliquée partout où l’argent des autres n’est pas gratuit, c’est risquer l’engorgement des services de l’Assemblée ! Pensez donc : il va y avoir une déferlante de justificatifs pour les gerbes de fleurs, les stylos ou les repas avec les électeurs !

Non, décidément, ce n’est pas comme ça que lui (et plein d’autres de ses petits copains, soyez-en sûr, cochons de payeurs) envisageait la moralisation de la vie politique : pour lui, cela passait surtout par – je n’exagère même pas – une revalorisation de leur traitement de parlementaire (honteusement stationnaire depuis 15 ans). En effet, avec ces salaires de misère, on ne va plus attirer que les moins bons dans la vie politique.

Ben tiens, je veux mon neveu ! Il n’y a qu’à voir la brochette d’incompétents, de cuistres et, pour tout dire, d’escrocs ou d’enflures qui forment les rangs des sénateurs et des députés pour affirmer avec force que l’indemnité parlementaire, pourtant particulièrement joufflue, n’a jamais permis d’écarter les plus gros parasites de la vie publique. Au contraire, même, ne serait-ce qu’en relisant les arguments consternants du député Aubert du Vaucluse : il semble bien qu’on ait attiré avec constance une belle quantité de profiteurs qui se gobergent goûlument aux frais de la République, de pire en pire, et depuis des décennies.

Je ne sais pas encore de quel bois se chauffera Bayrou avec sa loi. Comme je l’ai dit en introduction, le passé du personnage et la médiocrité globale de l’actuel personnel politique, tous bords compris, ne laissent rien présager de bon. Mais si l’actuel ministre parvient effectivement à sucrer cette réserve parlementaire inique et à forcer les députés à déclarer toutes leur dépenses, alors la République aura effectivement fait plus qu’un grand pas, un véritable bond en avant.

La taille du bond me laisse donc extrêmement sceptique voire pessimiste sur l’aboutissement de cette réforme. Mais la réaction outrée des Banbocheurs de l’Assemblée qui vont devoir pour une fois redescendre sur Terre me donne un petit espoir.

Vas-y, Bayrou, fous-y une claque, tu sais y faire.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires137

  1. Aristarkke

    Pour certains députés, la « moralisation » de Bayrou ne passera pas par eux…
    Déjà qu’un nombre invraisemblable de candidats se réclament de « la majorité présidentielle » même si personne ne les a connus comme suppôt de Macron mais plutôt suppôt d’un autre parti…

          1. Lafayette

            bon dans un pays ou l’imposition est au faciès et la dépense publique telle l’orgie romaine, rien d’étonnant que cela fasse grincer les dents.

            il ne manque plus qu’un syndicat des subventions pour compléter le comique de la situation.

            1. sam00

              Il existe déjà une chambre syndicale française de l’étanchéité … on comprend donc qu’il faille des suppôts pour déboucher tout ça :-p

  2. Le Gnôme

    Une note e frais pour une escort sera t-elle remboursée ? L’élu peut être facilement stressé et a besoin de décompresser.

    Bah, il restera les instituts de massage.

    1. Higgins

      Dans une administration régalienne (cas vécu il y a trois semaine), une dépense de 5 euros nécessite l’intervention d’environ dix personnes (celui ou celle qui souhaite l’achat d’un produit, ceux ou celles qui valident la dépense, celui ou celle qui ordonne la dépense après étude du dossier, celui ou celle qui règle la dépense, etc, ….), réparties dans cinq ou six services différents avec, pour le créancier (dans notre cas, une autre administration), un délai de paiement de l’ordre de l’année, .

      1. Pheldge

        Major, j’imagine que ce genre de parcours a été établi pour des dépenses plus conséquentes, et que dans ces cas là, il est justifié …

        1. Higgins

          Certes mais il y a également des dépenses nettement moins conséquentes comme celle-ci. Il y a de cela quelques années, il y avait encore du mou dans la corde à nœud. Maintenant, c’est Kafka qui a pris le pouvoir avec tout ce que cela entraine comme perte de temps, énervement et désabusement. La « simplification » administrative est tout simplement un enfer pour les administrés.

          1. Lark on the Wing

            Ce qui m’amuse beaucoup, c’est lorsque les « indépendants » refusent leur concours à l’administration à raison des paiements scandaleusement « différés » qui mettent en péril leur trésorerie…

            « Pas d’argent, pas de Suisse »… j’aime bien….

            Tout comme j’appréciais le « mandatement d’office »… j’y avais eu recours, illo tempore, contre l’époux d’une ministre très médiatisée, lui-même DGS d’un département où j’exerçais: j’avais pu jauger ainsi l’arrogance et l’incompétence de nos élites (il est énarque)… le ridiculiser dans son propre domaine : « it made my day for a long year »… daft punk….

  3. Aristarkke

    Mélusine, réveille-toi !!!

    Une de plus, une de moiNs
    S’attaquer à cette réserve parlementaire d’argent des contribuables utiliséE totalement
    Ben tiens, je veux mon nevEU !(suppression du X)
    députés à déclarer toutes leurS dépenses,
    BaMbocheurs

    1. Lark on the Wing

      « (suppression du X) »

      A bas les Pépères La Pudeur !!!!

      et des encouragements au Gnôme pour 9:06 (mais il faut se méfier de l’aspirine du Rhône).

      1. Lark on the Wing

        au fait, ce député du Vaucluse, hein… fatalité patronymique, n’est-ce pas ? …pas sa faute vraiment… en plus, les traditions du Sud… faut être rigide Franciscain comme Monseigneur pour l’excommunier….

        aubert \o.bɛʁ\ masculin (Indénombrable)

        (Argot) (Vieilli) (Rare) Argent ; somme d’argent.
        Quand on n’avait pas d’marmite,
        On bouffait chez l’père Lafrite,
        Pour un peu d’aubert. — (Aristide Bruant, À la place Maubert)
        Le Rouquin disait « gruper » pour grouper; il appelait ses poches, les fouilles, les « fouillouses » (l’escarcelle); il nommait l’argent : l’« aubert », l’or : le « jonc », […]. C’était un gars du Nord. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

        1. sam00

          Dans une circonscription autour de Bordeaux (Lormont je crois) il y a un suppléent du candidat PS qui se nomme « L’Héritier » … ça ne s’invente pas 😉

        2. Higgins

          J’ai trouvé dans le dictionnaire de l’argot moderne de Géo Sandry et Marcel Carrère (édition 1957, Au quai de Paris éditeur): auber (avoir de l’auber) = être fortuné.

          1. Lark on the Wing

            Remarquez, Major, que l’on peut aussi laisser le « T » que j’avais chafouinement ajouté pour les besoins de la démonstration (c’est moralement très laid, je l’avoue, mais les freebooters de ce blogue me ferrandiseront facilement).

            Et si l’on ajoute seulement un « H » on obtient une intéressante protection, laquelle peut se révéler pourtant très illusoire, en cas de rencontre avec un nouvel Amadis de Gaule, ou un Maquerond :

            « Amadis l’attaignit, et luy donna un coup du bout de l’espée, de laquelle il luy fendit le haubert tout le long des reins »…

            Annus horribilis, quoi….

              1. Lark on the Wing

                Je savais pouvoir compter sur vos indulgences, M. de Sameplaillère… par surcroît, hein, c’est l’année ou jamais, n’est-ce pas ….

  4. Bonsaï

    Joli texte pour une rentrée pluvieuse… merci H16 de nous mettre de bonne humeur avec votre écriture élégante et spirituelle,
    Une petite coquille néanmoins à signaler :
    « Ben tiens, je veux mon neveux ! »

    1. Lark on the Wing

      Suivez pas, Lady B, hein?… Harry avait déjà signalé la chose… et même oublié une autre, mais bast… Monseigneur est au-dessus de ça…

      Tiens, je pensois à vous, ce WE à un double titre : l’affaire du château de Coppet, assez étonnante, n’est-ce pas, et qui sent sa parpaillote avocasserie, et la poursuite de la lecture du Journal de Boswell alors qu’il séjourne à Môtiers pour y rendre visite à ce pouacre de Rousseau…

        1. Lark on the Wing

          Dans le Figaro : il y aurait une tentative de captation de la propriété au profit de la commune de Coppet, désireuse de construire – dans un but d’intérêt général, hein, genre « Lebensraum » – sur 30 ha de l’emprise… sympa, hein, en bordure du lac… il doit y avoir des appétits immobiliers… la cupidité helvétique n’est pas plus vertueuse qu’une autre, même si elle se donne les gants de l’altruisme urbanistique…

          1. Bonsaï

            On voit bien que vous ne connaissez pas le nid à frelons qu’est devenu Coppet, lequel n’a plus grand chose d’helvétique !
            C’est ici en effet qu’on peut trouver nichées en toute discrétion quelques unes des plus grosses fortunes de la planète, dont le père de la « petite fille la plus riche du monde*, Thierry Roussel. En effet, sa fille Athina Roussel-Onassis, est le fruit de ses brèves amours avec Christina, fille bien-aimée de feu l’armateur Aristide…
            Notons encore qu’Athina occupe ses journées de manière on ne peut plus démocratique en participant à de grands concours hippiques internationaux.

  5. Nathalie MP

    Egal à lui-même, Julien Aubert. Il se confirme que sur le plan des privilèges et avantages des parlementaires, il maîtrise parfaitement son sujet.
    Si je me souviens bien, il fut l’auteur d’une défense du candidat Fillon particulièrement spécieuse, qui souleva à l’époque l’enthousiasme des militants fillonistes (circulez ya rien à voir, l’enveloppe pour rémunérer les collaborateurs reste acquise, même sans collaborateurs).

    1. Pheldge

      Ce qui est vrai et de plus légal ! Bon, on ne va pas se re-chamailler ici pour ça, c’est « du passé, faisons table rase …. » 😉

    2. theo31

      Il a une bonne excuse : il a fait l’ENA avec le nouveau guignol de l’Elysée.

      Le type a toujours vécu du pognon gratuit des autres, pourquoi ne suis-je pas surpris par ses propos ?

  6. Pat

    Comment une « moralisation » par Bayrou peut-elle être crédible s’il ne « moralise » pas au préalable l’affaire Ferrand ?

    1. assylias

      Souhaitez-vous vraiment que la justice en France soit faite en fonction de la « morale » (furieusement marquée catholique dans le cas que vous citez) et non en appliquant la loi? Soit il est coupable car ce qu’il a fait est illégal, soit il est innocent. Si on trouve que c’est immoral, on peut essayer de changer la loi mais ça ne le rend pas coupable pour autant.

      1. Aristarkke

        L’ennui est que les mêmes qui aboyaient après Fillon « au nom de la morale républicaine, etc, etc… » n’ont aucune interrogation du même ordre pour ledit Ferrand qu’est pareil…
        C’est cela qui est gênant mais, évidemment, pour les non-hontectomisés…

      2. Gosseyn

         » Soit il est coupable car ce qu’il a fait est illégal, soit il est innocent.  »
        Version idyllique confite au jus de licorne rose.

      3. Pat

        Je n’ai parlé ni de Justice, ni de légalité, ni de culpabilité, ni de changement de la loi. Comme pour Fillon, la question n’est pas de savoir s’il est coupable ou innocent vis-à-vis de la loi, mais si son sens de l’éthique (et celui de Bayrou par la même occasion) ne s’applique qu’aux autres, et pas à lui-même (ou pas à ses alliés dans le cas de Bayrou).

        1. René-Pierre Samary

          Puisqu’on parle de Fillon (et ce n’est pas fini), il me revient un précédent, avec toujours le Canard comme Deus ex machina.
          En 1981, l’hebdomadaire titre à la une, quatre jours avant le second tour (sondages 50/50) : « Papon, aide de camp : Quand un ami de Giscard faisait déporter des Juifs. » Selon Michel Slitinsky, enfant de déportés à l’origine de la découverte des documents, le journaliste Nicolas Brimo, auteur de l’article et proche de Mitterrand, aurait pris connaissance de cette histoire deux mois plus tôt, et a assumé le timing électoral de la révélation, estimant qu’elle pouvait « déplacer 200 000 voix juives et 50 000 voix de pieds-noirs ». (source wiki)
          Si l’on admet comme je le fais que l’élection de Mitterrand signe le début de la fin, je ne peux que constater qu’un journal satirique, dont les convictions politiques ne sont ignorées de personne, peux, par des moyens et les courroies de transmission qui lui sont propres, influer répétitivement sur le destin de notre nation.
          Qu’est-ce qu’il faut ? Un dessin ?

          1. Pat

            Que le Canard soit utilisé avec son consentement est une évidence, et que ses infos lui soient apportées sur un plateau est aussi plus que probable.
            Giscard n’était pas responsable des actes de Papon pendant la guerre, ni de l’escroquerie des « avions renifleurs ».
            En revanche malheureusement l’éthique élastique de Fillon ou de Ferrand (et de beaucoup d’autres politiques de tous bords) est bien ce qui pose problème, que l’information soit passée ou non par le Canard.

            1. René-Pierre Samary

              Éthique élastique, c’est le métier qui veut ça. Morale et politique sont deux mondes différents, qui s’approchent parfois mais ne se joignent pas – heureusement, au nom de l’efficacité.
              Il en est autre chose de la presse, le cinquième pouvoir, où l’éthique doit jouer son rôle.
              Car la politique, c’est un peu comme la publicité (ou plutôt, un publi-reportage) : le « client » sait qu’on ne lui dit pas forcément toute la vérité.
              La presse, en revanche, ne se présente comme un outil de propagande. Le public est supposé croire à ce qu’elle dit.
              Sa partialité est d’ailleurs la raison majeure qui fait que le public s’en détache. Sauf du Canard, qui est le plus dangereux des médias, car il garde une aura d’indépendance et d’honnêteté.

    2. sam player

      En fait Pat, c’est l’expression « loi pour la moralisation » qui pose problème et qui amène des quiproquos.

      Une « moralisation par Bayrou » évoque la loi tel une allusion, sans pour autant que ce soit ta volonté.

  7. Onaneur de Moosh

    Les notes de frais seraient certes un progrès, mais tous les abus seront toujours possibles si elles ne sont pas publiées.

    C’était le cas en Angleterre et ça a fait un beau scandale. Les parlementaires se faisaient rembourser les travaux dans leurs résidences secondaires, leurs impôts locaux, et diverses emplettes comme des saladiers en cristal, des barbecue, et des tondeuses…

    1. Gosseyn

      … Des barbecues à intégrité et des tondeuses à contribuables ? Mais, pourquoi des saladiers au lieu de pots à confiture ?

    2. Higgins

      En, Grance, l’administration est particulièrement zélée sur ce point, sans que cela n’empêche des abus voire des malversations (il y a plein de Torquemada dans les bureaux qui passent leur temps à em… les ayants droits sur ce point.). Dans un pays très proche de la Grance, j’ai cru comprendre qu’on ne demandait pas systématiquement des justificatifs pour (espérer) se faire rembourser. Par contre, il existe des contrôles aléatoires extrêmement efficaces sanctionnés, en cas d’abus manifestes, par la plus simple des sanctions: la porte. Dans un ministère régalien de ce pays, un des principaux responsables avait, pour faire face à ses besoins professionnels, droit à une carte de crédit adossée à une réserve financière correcte. Il a pris à ce brave homme de financer sur ces deniers un repas au restaurant en famille. Le contrôle (aléatoire) qu’il a subi et l’incorrection découverte lui ont valu d’être immédiatement convié à aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Simple, efficace, peu onéreux, dissuasif car appliquée sans état d’âme, bref tout le contraire de la vision française de la chose où un document en appelle un autre des fois que le rond de cuir de service voit sa responsabilité personnelle engagée.
      Je fais partie de cette population qui n’accorde pas une once de confiance à nos représentants. Ce brave député, par la stupidité de sa sortie, ne fait que me conforter dans ma position. N’oublions pas que la fameuse loi de 1901 sur les associations a été mise en place pour casser les patronages paroissiaux et que les abus qu’elle génère ne se comptent plus (rarement contrôlées et encore plus rarement sanctionnées). Comme le dit très bien Maxime Tandonnet sur son blog: « Une grande vague de bêtise, de nihilisme et d’aveuglement est en train de submerger le pays. Nous roulons à l’abîme. »

      1. albundy17

        Ici, quand ils se font gauler complètement dans le pot de confiture, il faut dix ans pour qu’ils se prennent une tape sur les doigts et reviennent fleur au fusil, et se font réélire. a se flinhuer.

        Ps, il n’y a que moi ou les alerte mails sont en panne ?

  8. Martin Tixier

    C’est de l’enfumage cette loi. Il n’y a qu’à regarder du côté de la Cour de discipline budgétaire et financière (CDBF). Cette dernière existe belle et bien et doit grosso modo traiter trois affaires par an (Seulement huit condamnations en 2016) alors que le volume d’affaires à traiter grâce à l’honnêteté de nos chers élus devrait être très largement supérieur. Bref cette prétendu cour c’est circulé il y a rien à voir:
    https://www.ccomptes.fr/Institutions-associees/Cour-de-discipline-budgetaire-et-financiere-CDBF/Mission

    « Parmi les infractions qu’elle peut sanctionner, on relèvera principalement le non respect des règles d’exécution des recettes, des dépenses et de la gestion des biens des organismes tombant dans son champ de compétence (article L. 313-4 du code des juridictions financières) et l’octroi d’un avantage injustifié à autrui (art. L. 313-6 du même code), ainsi que la faute de gestion commise par un dirigeant d’entreprise publique (art. L.313-7-1). »

    « Est justiciable de la CDBF, en application de l’article L. 312-1 du code des juridictions financières, toute personne appartenant au cabinet d’un membre du Gouvernement, tout fonctionnaire ou agent civil ou militaire de l’État, des collectivités territoriales, de leurs établissements publics ainsi que des groupements des collectivités territoriales, et tout représentant, administrateur ou agent des autres organismes qui sont soumis soit au contrôle de la Cour des comptes, soit au contrôle d’une chambre régionale des comptes.
    Les membres du Gouvernement ne sont pas justiciables de la CDBF, et les ordonnateurs élus locaux ne le sont que dans certains cas exceptionnels prévus par le code des juridictions financières. »

    « La CDBF peut être saisie par l’intermédiaire du ministère public :
    • par le président de l’Assemblée nationale ;
    • par le président du Sénat ;
    • par le Premier ministre ;
    • par le ministre chargé des finances ;
    • par les autres membres du Gouvernement pour les faits relevés à la charge des fonctionnaires et agents placés sous leur autorité.
    Elle peut aussi être saisie par la Cour des comptes et les chambres régionales des comptes.
    Par ailleurs, le Procureur général près la Cour des comptes, qui est également ministère public près la CDBF, peut saisir la CDBF de sa propre initiative.
    Les particuliers ne peuvent saisir directement la CDBF que pour des faits relatifs à l’inexécution de décisions de justice les concernant. »

  9. René-Pierre Samary

    « Scandaleux et démagogique », « des milliers d’associations qui risquent de disparaître », Monsieur Aubert fait bien de tirer la sonnette d’alarme.
    Quoi ?
    Disparaîtrait la distribution d’argent gratos pour les problématiques de santé des exilés et leur insertion en France, l’intégration des femmes migrantes, la fabrique des savoirs en Afrique Sub-saharienne, pour une étude sur les musiciens dans les mouvements dissidents en Tchécoslovaquie, pour l’histoire de la chevelure et de la pilosité, pour la transformation des formes d’autorité chez les Inuits, pour aider à « changer les regards » et à « lutter contre les discriminations que subissent les immigrés », pour qu’une tribu accompagnée de chèvres et d’un âne transhume dans les quartiers de Nanterre puis s’installe sous une « kahima », pour un programme de recherche sur les dangers liés à l’expansion des populations de tortues à tempes rouges en Île-de-France, pour former les élus analphabètes dans le cercle de Nioro au Mali, pour la pratique du football dans des écoles de la province de Gauteng en Afrique du Sud, pour un programme d’étude sur les écrevisses pour une fédération de pêche, pour former des kinés dans la zone du Mékong au Sud du Vietnam, pour un spectacle dans les quartiers de Santiago au Chili, pour une thèse sur la transformation des formes d’autorité chez les Inuits du Nunavik ?
    (mes références datent un peu, l’Observatoire des subventions en a de plus juteuses, sans doute)
    Mais Monsieur Aubert, assistant parlementaire à 20 ans de Thierry Mariani, ne peut être entièrement mauvais. Il s’est fait rappeler à l’ordre pour avoir refusé à deux reprises de féminiser le titre de président de l’Assemblée nationale, ce qui l’a privé d’un quart de son indemnité parlementaire mensuelle. (source wiki)

    1. Boutros

      Reste à créer une association dont le but sera de faire interdire toute subvention de deniers publics à toute association .

    2. Lark on the Wing

      « Il s’est fait rappeler à l’ordre pour avoir refusé à deux reprises de féminiser le titre de président de l’Assemblée nationale »…

      « La femme, c’est le vautour qui se prend pour Prométhée…. »
      Albert Paraz.

  10. Pythagore

    Merci pour ce texte amusant à lire, bien que plutôt tragique, et me voyez réjouis de la pérénité de votre commerce assurée par nos hommes politiques. Comme quoi pas besoin de réserve parlementaire pour faire marcher ses affaires grâce au politique.
    « Une de plus, une de moi », lapsus révélateur ? Un nouveau business ? Vous vous lancez dans la petite catastrophe judiciaire ?

  11. Pheldge

    HS : Vous allez encore dire que je suis méchant : je découvre, non sans plaisir, qu’il est possible que NKM disparaisse enfin des radars !
    lefigaro.fr/elections/legislatives/2017/06/06/38001-20170606ARTFIG00090-legislatives-ma-voix-peut-s-eteindre-s-inquiete-nkm.php

    1. Aristarkke

      Elle doit être une des très rares qui s’inquiètent de sa disparition…
      Au vu de ses brillants résultats antérieurs, c’en est même étonnant qu’il en reste…

    2. sam player

      « …l’ancienne ministre «Macron-compatible», qui avait signé l’appel d’élus de droite à saisir «la main tendue» du président de la République, après la nomination d’Edouard Philippe à Matignon. »

      Faut pas s’étonner si les électeurs penchent vers l’original (LREM) plutôt que vers la copie (NKM-LR-EM compatible)

  12. Béatrice

    « L’autre mesure scandaleuse, c’est de demander aux parlementaires de fournir des preuves de leurs dépenses. »
    J’ai été prof pendant quelques mois dans un lycée (privé) en région parisienne: au moment où j’y étais, une note a circulé, demandant que les profs qui déclaraient prendre les transports en commun, et à qui l’on payait chaque mois la moitié de la carte orange (eh oui, ça date ….) remettent le coupon mensuel à l’économat à la fin du mois écoulé : il fallait entendre les cris d’indignation dans la salle des profs, outrés que l’on puisse mettre en doute leur probité !
    Quelques questions « naïves » de ma part m’ont permis de constater que, bien sûr, les plus « blessés dans leur dignité » par cette inique marque de méfiance étaient ceux qui venaient en bicyclette depuis quelques années, et qui, ayant juste « oublié » de le déclarer à l’administration, continuaient à recevoir chaque mois le « remboursement » de la moitié de leur non- carte orange…

  13. jeans82

    A chaque réforme des avantages des assemblées il y a eu en contrepartie la mise en place d un nouveau système tout aussi pervers.
    Les fonds secret de l’assemblée nationale transformés en resserve parlementaire sans vrai controle.
    Les primes de nuits généralisées à tout le personnel du sénat
    La fiscalisation des indemnités parlementaires par la suppression de l’abattement forfaitaire remplacée par l’option pour l’imposition séparé des indemnités permettant de rester sur les tranches basses de l’IR.

    Donc, il y aura une contrepartie pour ces malheureux élus de la république qui se donnent a fond pour vous servir sans jamais s’enrichir…
    Sans doute une petite revalorisation des indemnités. Faudrait pas qu’ils se serrent la ceinture non plus.

  14. Guillaume_rc

    Cher H16,
    Autant je suis d’accord avec vous concernant Aubert (j’avais moi aussi…. tiqué en lisant son interview).
    Autant votre optimisme de fin de billet me laisse sceptique.

    Bayrou ne sait foutre des baffes qu’aux (beaucoup) plus petits que lui. C’est l’archétype du « Fort avec les faibles, faible avec les forts ». Il n’y a qu’à se souvenir de la façon dont il a capitulé face aux syndicats quand il était Ministre de l’Education Nationale.
    Et on voit d’ailleurs que les questions de morale ne le préoccupent que quand elles viennent entraver son intérêt propre.

    1. Mmh n’oubliez pas que mon optimisme est largement tempéré par ce qui est clairement dit en début de billet : je n’ai qu’un espoir très faible que Bayrou se découvre une colonne, des muscles ou une paire de couilles.

      1. Lark on the Wing

        « paire de couilles »….!!!!

        Il me semble n’est-ce pas, qu’en se fondant sur le « duos habet et bene pendentes », vous auriez pu, Monseigneur, trouver une formulation moins… triviale…

        Le latin brave l’honnêteté, n’est-il pas vrai ?

            1. Pythagore

              Le prochain festival de Bayrouth est du 25 Jul au 28 Août. Par contre je ne sais pas si Francois y chantera, pas trouver dans le programme.

        1. Lark on the Wing

          J’y ai souvent pensé, moi aussi, Miss Mildred, en voyant la proximité des deux, notamment dans l’exiguïté de la cabine téléphonique qui leur servait de salle de réunion modemique… mais mon sens de l’esthétique s’est toujours refusé à l’envisager sérieusement… quel « Genre 2 » pourrait fantasmer sur S et quelle « Genre 1 » être émue par B ?

          Je sais bien que tous les goûts… n’est-ce pas ?… mais là, franchement…

  15. gonto

    Les Français en ont ras-le-bol de lire dans les comptes-rendus de conseils municipaux , les seuls facilement accessibles car affichés,que telle ou telle association sportive, ou asso de poterie ou association de pétanqueurs ou de chant choral a reçu 5000 euros ou 7500 euros. de la part du maire.
    Je me contre-fiche de ces associations, je refuse que mes impots locaux augmentent sans cesse chaque année et nique mon pouvoir d’achat pour satisfaire leurs trésoriers..

  16. Gosseyn

    Les bonnes feuilles :
    Une élue de la région Grand Est, Valérie Debord, déclare 5610,93 euros mensuels à la HATVP, perçus du Conseil supérieur du notariat, pour sa mission vers les associations.  »Un vrai boulot » qu’elle estime à un 2/5 de temps plein.
    Souriez !
    Après avoir été juriste au C.S.N. en 2012, puis députée, suite à son échec aux législatives, elle saisit ce poste créé par le C.S.N.
    Souriez !
    Le C.S.N. répond à l’Est Républicain  »Mme Debord est indépendante, on la voit très rarement, elle n’a pas de secrétaire et on ne possède pas ses coordonnées ».
    Souriez !
    http://www.estrepublicain.fr/actualite/2017/06/01/les-declarations-de-valerie-debord

      1. Gosseyn

        Le C.S.N. a été créé en 1941. Des fortunes ont alors été acquises sur la spoliation des biens juifs.  »En toute légalité ». La cooptation des dirigeants successifs débute à cette époque. Leur influence également. Qui se ressemble s’assemble. Pourquoi s’étonner aujourd’hui des étranges pratiques de cette caste ?

          1. Le Gnôme

            C’est bien 1941, les décrets de Vichy ont du être validés par les autorités issues de la Résistance pour pouvoir perdurer. Il en va de même pour l’ordre des médecins et quelques autres.

          2. Gosseyn

             »Renseignez vous avant de dire des bêtises » LOL.
            Et vous pouvez chercher les structures antérieures au C.S.N., puis nous rapporter les disparités éclairantes entre ces organisations. Expliquer les mouvements entre le notariat et les représentants des autorités, au début de l’Occupation, qui ont fait que cette corporation est ainsi représentée de façon si peu démocratique et républicaine de nos jours, etc … Mais il faut pour cela dépasser Légifrance.fr et les affirmations péremptoires.

    1. Pythagore

      2/5+5/5+1/5+1/5 = 9/5 elle ne doit pas bcp dormir.

      Que les élus accumulent les mandats, je pourquoi pas, ca réduit le nombre des mandats, mais le cumul des salaires devrait être interdit. Qu’ils chosissent une rémunération entre toutes celles qu’ils percoivent.

      1. Calvin

        Il y a cumul des indemnités avec des plafonnements par mandats.
        D’ailleurs, interdire le cumul des mandats sans diminuer le nombre d’élus nous coûtera plus cher.

  17. Flavien Neuvy

    La justification des dépenses des parlementaires est une évidence et l’indignation de certains élus sur ce point est consternante, je partage votre point de vue.
    Concernant la réserve parlementaire, votre texte est très (mais vraiment très) caricatural. Votre vision du monde associatif prouve votre méconnaissance totale du secteur.

    1. sam player

      Euh ? Vous voulez parler des associations qui n’arrivent pas à se faire financer par leurs adhérents et qui préfèrent que ce soit les autres qui les financent ?

      NIMBY ?
      Vous êtes arrosé par qui ?

    2. Mildred

      Il y avait aussi les fonds spéciaux des ministères. C’était vachement bien ! Quand un ministre était viré, il partait avec sa boîte à sucre sous le bras :
      « Ainsi, avant 2001, à l’Elysée comme à Matignon et dans les ministères, des enveloppes d’argent liquide, retirée à la Banque de France et non déclarée, circulaient sans contrôle pour alimenter les primes de cabinet. »
      Wikipedia

  18. Parisien Philosophe

    Concernant les justificatifs de frais, c’est contradictoire : on ne peut pas demander de comptes pour un usage par nature politique. Il suffit de laisser un forfait. Par contre la réserve parlementaire, comme toutes les subventions de quelque nature qu’elles soient doivent disparaître.

  19. sam player

    HS mais pas trop…

    Avez vous remarqué que sur la dernière page de la déclaration des impôts en ligne, la saisie du RIB est obligatoire… et qu’il y a une case à cocher pour autoriser la DGI à prélever les impôts directement sur votre compte… mais que si vous ne cochez pas cette case avant de signer électroniquement, le programme vous dit que cocher la case est obligatoire !

    C’est énorme !

    1. sam player

      La personne pour qui j’ai rempli cette déclaration en ligne avait reçu avant les élections un avis disant que son tiers provisionnel avait été réduit de 20% dans la perspective de la diminution de l’IR de 2016 (payé en 2017).

      Je viens de lui envoyer l’estimation de son impôt réel : +77% vs l’année dernière alors qu’elle a des revenus ayant augmenté de moins de 10%.

      Oui, mais ça c’est le 2ème effet « après élection » !

      Pour lui faire retrouver le sourire je lui ai envoyé ça :

      leboncoin.fr/voitures/1137345778.htm?ca=7_s

          1. sam player

            Ah ah ah
            La meilleure vue cette semaine c’était un gars qui disait en gros :

            « Juste 2 défauts sur le contrôle technique : corrosion importante de la ligne d’échappement et de ses supports, et défaut de l’ampoule d’éclairage de la plaque d’immatriculation (j’ai changé l’ampoule) »

            1. sam player

              Faudrait ouvrir un site avec les annonces désopilantes du boncoin !

              leboncoin.fr/voitures/1130819442.htm?ca=7_s
              _____
              Par contre je suppose que pour les droits d’utilisation… leboncoin doit avoir un copyright ?

    2. René-Pierre Samary

      « la saisie du RIB est obligatoire »
      Et bientôt, un prélèvement ADN ?
      Quand le SS et le fisc ont croisé leurs fichiers, le CNIL l’a accepté. C’était pour éviter les erreurs. La bonne blague !

      1. sam player

        Je suis étonné de n’avoir rien entendu à ce sujet.

        Je mets la copie d’écran concernant le RIB obligatoire (les trucs en rouge sont de moi). J’aurais dû faire une copie d’écran quand c’était écrit en rouge « vous devez cocher la case » qui est en fait une autorisation obligatoire de prélèvement : je me demande bien pourquoi il y a une case !

        Et il n’y a même pas eu besoin de lois pour cela, l’administration fait ce qu’elle veut !
        hostingpics.net/viewer.php?id=685324CaptureDGI.jpg

  20. cyprus ill

    En termes de foutage de gueule (ou moquage de visage comme dirait H16), ce député frôle l’apothéose !
    Je suis juste sidéré qu’il puisse le verbaliser ainsi, sans que cela ne choque outre mesure… c’est à bien y réfléchir très très inquiétant. En plus il est de droite : je suis consterné.
    Vas-y Bayrou !

  21. Higgins

    HS mais elle m’a fait trop rire. Montebourg se lance dans l’activité économique (il n’a plus de mandat, le pauvre). Il souhaite monter une « société de production et d’exploitation de miel » (c’est sur le site du Point). Réponse d’un lecteur: « Très beau symbole socialiste ! Il ne paye pas ses abeilles, pas de charges sociales, pas de paye, elles travaillent gratuitement, pas de 5ème semaine de congés payés, et il suffit de leur voler leur l’œil, travail accompli… Le rêve socialiste… « 

    1. Lark on the Wing

      les « animaux machines » sont une conception très… cartésienne, hein ? le rêve, celui de La Mettrie, c’est l’homme-machine… on avait déjà eu l’homo sovieticus : on a maintenant l’homo macronicus…

      1. Aristophanedecarotte

        j’ai un mélenchoniste dans la rue ( j’habite la cambrousse ) qui a des ruches! mdr!!!

        et à part ça ? rien..il fait du vélo couché change de partenaire choisissant à chaque fois une fonctionnaire..

        sinon gentil le gars..

  22. sam player

    HS
    Ca vient de moi (je me suis bonsaÏser?) ou la fenêtre de commentaires au fur et à mesure où elle s’étend, suivant la longueur du commentaire, elle cache l’accès au bouton d’envoi (dès qu’il a plus de 15-20 lignes) ?

    Monseigneur aurait-il trouvé une astuce pour limiter ma logorrhée ?

    (Bon y a eu cette nuit une maj de W10 – dite creators update – qu’a duré au moins 2 heures avec 4 ou 5 reboots, ça vient peut-être de là, mystère)

        1. Lark on the Wing

          Lady B, c’est davantage qu’un hommage, c’est la célébrité assurée ! votre nom quitte le parvulo lémanique pour des rives internationales !

    1. sam player

      Bon, en attendant, j’ai trouvé l’astuce…
      En faisant 6 tabs ça met le focus sur le bouton « Laisser un commentaire »

    1. Pythagore

      Merci pour le lien, la ville de Paris qui subventionne du cinéma porno déguisé en vivre ensemble, c’est du lourd.

      « 6/ 20 000 euros à l’association Rainbow Submarine pour l’organisation du festival LGBTQ+ « Chéris, Chéris » qui s’affirme comme un « festival engagé, qui donne à voir et à comprendre tous les aspects de l’homosexualité, de la transsexualité et des questions de genre.

      Pour l’édition 2016, plusieurs films « érotiques » étaient diffusés, décrits sur la plaquette de l’évènement comme particulièrement « hardcores » (No Skin Of My Ass, Fuck Them All…) … »

Laisser un commentaire