[Redite] Cantines et religion : j’ai la soluce !

Article initialement paru le 19.08.2015

Août, c’est aussi l’occasion de réfléchir à de vrais sujets d’actualité. Et en France, en août, quand on ne parle pas de Burkinis de la discorde, on peut, on doit même parler nourriture et religion. Il y a deux ans, c’était une pétition de Yves Jégo qui défrayait la chronique, réclamant un menu végétarien dans les cantines. Une polémique étant toujours une excellente occasion de pousser de nouvelles idées, j’en profitais pour proposer les miennes, certainement iconoclastes mais parfaitement adaptées, soyez-en sûrs, au vivrensemble tonifiant dans lequel s’enfonce le pays…

Stupeur et fourchette en plastique ! Une nouvelle fois, c’est une douloureuse question alimentaire qui secoue la France, pays où l’on peut rire de tout, sauf de la nourriture : Yves Jégo a lancé une pétition appelant à imposer la présence d’un repas végétarien au menu des cantines. Derrière cette pétition, le député UDI voit une solution à la prolifération des menus confessionnels dans les cantines normalement aussi laïques que républicaines.

Cette lubie du menu confessionnel n’est pas étonnante. Là où, en toute application d’une logique vraiment laïque et républicaine, et dans le cadre normal d’une administration d’État habituellement peu soucieuse du bien-être de ses administrés dont elle se fout complètement le reste du temps, le menu serait confectionné indépendamment des petits désidératas des uns et des autres, avec forces politiciens et moult associations conscientisées, mois d’août oblige, l’affaire s’est immédiatement enkystée.

life : nature's way to keep meat fresh

Que voulez-vous : tant la nourriture que la religion, en France, c’est fort complexe à gérer. D’ailleurs, en France, on n’a pas de pétrole, on n’a pas d’idées, mais pour bien vérifier qu’on n’a rien de tout ça, on a un paquet d’Observatoires. Notamment un Observatoire du Fait Religieux (nom authentique, ça sent presque le terroir et le dépôt de main courante) qui, tous les ans, interroge les entreprises françaises pour savoir si elles sont concernées par une situation marquée par la religion. C’est une longue phrase pour savoir si elles ont remarqué des salariés qui faisaient les marioles avec leur croyances et qui embêtent les autres avec leurs interdits divers et variés. Notez que ça marche aussi pour les cantines.

En 2014, on apprend que 12% indiquent que oui, des salariés ont provoqué des incidents en entreprise liées à leur religion. À mon avis, c’est trop faible pour expliquer à la fois la croissance nulle et les déclarations absurdes de Michel Sapin, mais une tendance se dégage : celle d’une augmentation des situations de blocage en entreprise liés à la religion. L’enquête explique ainsi que certains refusent de travailler avec des femmes ou de manipuler de l’alcool, d’autres de manipuler des femmes et de travailler avec de l’alcool, d’autres qui réclament bruyamment des menus confessionnels ou d’autres encore, accoutrés de marinières cocasses, exigent exclusivement du Made In France.

Chose intéressante : l’enquête prend beaucoup de précautions pour ne pas trop citer la religion la plus impliquée dans ces blocages récurrents alors que tout le monde se doute bien qu’il s’agit évidemment du syndicalisme. Ahem. Brmm. Bref. Pourtant, c’est oublier que dans l’écrasante majorité des cas, la plupart des salariés savent rester actifs même après une bonne prière ; les entreprises s’adaptent et c’est très bien : on est en pays laïc, que diable.

Et en pays laïc, on ne doit discriminer personne et, mieux, on doit absolument accommoder tout le monde. Et ça tombe bien : la France est le pays qui a placé au rang d’art le fait d’accommoder les choses entre elles, comme en cuisine avec le sucré et le salé, ou en politique avec les blaireaux et les ânes. C’est pour cela que je le dis : finissons-en avec ces blocages intestinaux et prenons enfin une bonne goulée de tolérance laxative !

Tout d’abord, il faut mettre un terme définitif aux tracas posés par les différents interdits vestimentaires. Fini les lois complexes pour interdire ci ou ça, la loi devrait au contraire sanctuariser les vêtements. Quelle joie de pouvoir enfin travailler en combinaison intégrale cuir à son guichet de poste ! Le biker tatoué, lui, n’aura plus à cacher ses avant-bras turgescents et colorés lorsqu’il travaillera à la crèche. Pourquoi cantonner les nudistes aux plages, alors que leur accoutrement est quasiment un prérequis sanitaire en cuisine ou dans les hôpitaux ? Et qui sait, bientôt, on pourra enfin voir apparaître la première super héroïne en burka intégrale ?

Dans un pays vraiment tolérant, on ne peut pas, on ne peut plus imposer de discrimination sexuelle. Bien sûr, il faut mettre fin au plafond de verre qui interdit aux femmes des postes hauts placés comme grutier ou commandant de bord, et qui relègue Christiane Taubira aux karaokés d’estrade, mais on peut aller plus loin, par exemple en supprimant les toilettes séparées ou en imposant des journées « jupes pour tous » les mercredis pairs et « Gode ceinture pour toutes » les impairs. Et puis, fini les discriminations sexuelles honteuses : une stricte parité peut et doit être imposée dans les équipes de travail : un sage-homme pour chaque sage-femme et des équipes de foot composées de cinq hommes, cinq femmes et un trans, le tout, sous des vêtements adaptés aux religions de chacun, voilà qui aurait de la gueule !

conformity

Pas question non plus de choquer nos amis écologistes : tout le papier sera systématiquement recyclé, de la photocopieuse aux mouchoirs en passant par les toilettes devenues mixtes. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme dans la bonne humeur et le vivre-ensemble. Bien évidemment, il n’est plus question de manger des animaux, ces derniers étant sacrés dans les religions animistes et cela pourrait choquer leurs défenseurs. Pour des raisons religieuses évidentes, fini les étouffe-chrétiens à la cantine ! Terminé l’alcool, puis ce qui n’est ni halal, ni kascher. Et quand le Carême et Ramadan tomberont au même moment, les cantines ne distribueront plus qu’un peu d’eau tiède le midi avec un filet de citron. Voilà du vivre-ensemble vraiment accommodant !

Enfin, puisqu’il faut tenir compte des différents impératifs religieux, les entreprises devront fermer le jeudi (qui est férié dans une partie des pays musulmans), le vendredi (qui est jour de prière), le samedi (parce que c’est shabbat), le dimanche (parce que c’est le Jour Du Seigneur). Pour les animistes, le lundi fera l’affaire, et le mardi sera consacré aux hindous, aux bouddhistes et aux confucianistes.

Et là, on touchera en France un stade de perfection rarement atteint dans la vie communautaire, puisque l’entreprise sera alors ce lieu magique où les gens se rencontrent une unique fois par semaine, le mercredi midi, pour manger un bol de corn flakes garantis bio sans gluten arrosés de lait de soja éco-conscient avant que tous repartent chercher leurs enfants ou rejoindre leur potager macrobiotique pour un après-midi de détente multiculturelle.

Bon, on le comprend : tout ceci est évidemment fort complexe à mettre en place. Heureusement, j’ai une autre solution.

Pour les aspects alimentaires, le plus simple est de proposer la même chose pour tous, dans le respect des religions et des interdits alimentaires habituels, bien sûr. Un porridge bio peut faire l’affaire. Les horaires seraient les mêmes pour tous, et pour faire plus simple, un repas unique mais roboratif suffira. Pour éviter les discriminations sexuelles qui commencent, on l’oublie très souvent, par le prénom, je propose qu’on ne désigne plus les gens que par un numéro, neutre. Et pour les aspects vestimentaires, pourquoi ne pas limiter les ennuis en imposant à tout le monde une même tenue, par exemple un joli pyjama rayé ?

Et là, je vous assure que le vivre-ensemble sera parfait, absolu, total !

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires50

  1. Le Gnôme

    Il paraît que les insectes sont l’avenir de la nourriture, et comme aucune religion n’interdit de bouffer du cancrelat, tout le monde sera content.

    Bon, sur ce, je vais sortir l’entrecôte du frigo, je suis carnivoriste ( religion nouvelle) dévôt et impénitent.

    1. Lark on the Wing

      Voui, mais de l’hygiène, surtout !!!

      Raaah ! on va tous mourir ! (quater, ou quinquies, je sais plus, en quelques jours, après la canicule – sic – la chaleur qui va empêcher les avions de décoller et autres coquecigrues) : qui pense aux éponges des cantines ?

      « Des chercheurs ont passé au crible des échantillons d’éponges de cuisine, qui se révèlent à la fois des incubateurs et des vecteurs de disséminations idéaux pour ces microorganismes.
      Une équipe allemande a examiné des éponges utilisées en cuisine pour faire la vaisselle et nettoyer les plans de travail. Il s’avère que ces petits pavés en mousse ne font pas qu’absorber l’eau savonneuse ; ils abritent aussi plusieurs milliards de bactéries, dont certaines peuvent être à l’origine d’infections des voies respiratoires ou de méningites. »

      sante.lefigaro.fr/article/nos-eponges-de-cuisine-abritent-des-millions-de-bacteries

        1. Pheldge

          Et quand on fait barboter les godes-ceintures vivransamblesques dans le bac à vaisselle, ça donne du gode, froid, de bouillon de culture, c’est ça ?

      1. Dr Slump

        D’où l’expression bien française « éponger les dettes », qui conduit au contraire à les multiplier comme des colonies de bactéries!

    2. Gérard

      Je m’inscris en faux absolu : le jaïnisme interdit de bouffer quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à un mille-pattes ou à un scarabée, et même s’ils ont été égorgés sans étourdissement préalable. Instruisez-vous avant de dire des bêtises. De toutes façons, y a qu’Allah qu’est dans le vrai, et il exige qu’on torture les moutons avant de les manger. C’est ça qui lui fait plaisir. C’est pourtant simple ?

    3. joseph

      « tu ne mangeras point de ce qui grouille et pullule »
      vers, cafards, etc. ne sont pas cachers

      ceci dit, aucun juif religieux ne se contentera de viande cachère cuite dans une vaisselle non-cachérisée
      c’est la raison pour laquelle les juifs ne réclament jamais de cuisines collectives cachères : c’est impossible
      alors démerdez-vous sans nous, sur ce coup-là

    1. Lark on the Wing

      « Oldham » : va falloir changer le nom de la ville…. pas hallal du tout… tout comme York, trop évocateur par association….ou Pork Lane… sans parler de Bishop’s Ichington, Beaver Close, Bushygap, Faggot, Gays Hill, Old Sodbury,

      On gardera naturellement Queen Camel et Crackpot

      PS : pour Michel Sapin, on lui suggérera de se retirer à Grope Lane, pas très loin de Happy Bottom ….

  2. Bonsaï

    J’ai relu par « conscience professionnelle » et curiosité les commentaires de l’article original du 19 août 2015.
    Vous devriez le faire aussi. Il me semble qu’il y avait à l’époque plus de dynamisme et de talent. Peut-être que les uns et les autres fatiguent ?

    Mais évidemment si on émet la moindre critique, voilà ce qui nous attend :
    « Higgins 19 août 2015, 14 h 04 min
    Ce que dans certaines unités de l’armée des Indes, nous appelions le PMG (Processus de la Main dans la Gueule). Très efficace le PMG et pas onéreux. »

  3. totor

    BRAVO pour votre imagination !
    Mais je pense que malgré toute ces mesures il y aurait foule de mécontents: ceux qui révèrent la LIBERTÉ

  4. MichelC

    Le numéro, neutre, on le tatouera, en vert puisque c’est la mode, dans l’avant bras, à l’ancienne 🙂 Un monde parfait : Heil :mrgreen:

  5. René-Pierre Samary

    Dans certains pays, on conduit à gauche. Dans d’autres, à droite. En France, pour ne stigmatiser personne, on devrait imposer la circulation au milieu.
    Euh… C’est déjà en application, chez quelques progressistes du genre 1 ?

  6. Pheldge

    Hmmmmm, « ça sent … la main courante » que c’est suggestif , une « main courante », genre, chérie, tu la sens ma main courante ? 😉

    1. Lark on the Wing

      yapa klamain ! on me dit que dans les Isles, avec la consommation de fruits pas trop lavés… sont laxistes, les Isliens….

  7. Albundy17

    « même après une bonne prière » mdr, faroudgia inside ?

    Le billet est bien d’actualité, avec tout ces oeufs qu’on va tous crever, et la nouvelle législation européenne « couleurs des frites » qui va enfin éradiquer ces produits toxiques que sont les frites cuites correctement

  8. Pheldge

    Patron, merci de m’avoir ouvert les yeux ! que me suis-je fatigué pour faire des études ! comme que vous le disez, grutier, c’est assez haut placé comme poste ! 😉

  9. Higgins

    C’est là qu’on voit que la série « Le prisonnier » était totalement prémonitoire. Plus de nom, que des numéros, là est la solution. Les tarés sont partout et ils imposent bon gré mal gré leur vision des choses. Ce qui me sidère la plus, c’est la facilité avec laquelle la société cède sur ces lubies. Les premiers, parce que leur accès aux médias est immédiat, sont les journalopes dont on ne dénoncera jamais assez fort la nocivité et la permissivité. Les seconds sont les politiques qui vendraient père et mère pour une once de notoriété. Les deux sont de plus en plus inutiles. Le corps enseignant suit, hélas pour les chères têtes blondes (forcément blonde), de très près.

    1. Bonsaï

      En effet, et quant on voit où en est la culture générale chez les adolescents d’aujourd’hui on prend peur !
      Déjà l’incapacité à s’exprimer dans un français correct prend de l’ampleur, sans parler des lacunes désormais flagrantes dans les nouveaux formats pédagogiques…

      1. albundy17

        « où en est la culture générale chez les adolescents d’aujourd’hui on prend peur ! »

        Oui et non, j’en rencontre certains très vif(s) d’esprit. J’ai assisté aussi à une passe d’armes père fils (17 ans) concernant le réchauffement climatique anthropique, le fiston n’a rien gobé de la doxa et a mis son père en bouteille, arguments après arguments, je buvais du petit lait.

        On s’est bien marré à ce diner ^^

        Mais Bonsaï, raconte un peu ces ados que tu rencontres en Suisse et que tu évoques, ce sont des natifs ? ou des français ?

          1. Albundy17

            On ne parle visiblement pas des mêmes, focaliser sur la plèbe fait oublier qu’il y en a de pas con, correctement éduqué et avec une cervelle, enfin, comme de tout temps…

            1. Bonsaï

              @ Albundy, 17:52
              « Mais Bonsaï, raconte un peu ces ados que tu rencontres en Suisse et que tu évoques, ce sont des natifs ? ou des français ? »
              Les deux, mon Général !
              Mais pour te dire la vraie vérité, j’ai un peu forcé le trait…

  10. carpe diem

    et les gens, comme moi , souffrant de verticalité contrariée, les rase-bitume, les frôle-moquettes, les pseudo-hobbits? hein, rien pour eux! c’est scandaleux, je veux ma journée du nain!

  11. Aristarkke

    Monseigneur est quand même un peu léger! Aucune exclusion bien assénée du paraben dans les contenants de lait de soja ou de coco…
    On n’est pas en sécurité avec une pareille liberté laissée aux fabricants….

  12. Pheldge

    Moi aussi j’en ai une de soluce : le Soylent Green obligatoire pour tous ! comme ça pas problème hallal, haram, casher, vegan …

Laisser un commentaire