La loi des autres

De temps en temps, il m’arrive de sortir la titine, ma magnifique 2CV Tuning Prototype Injection, jantes alliages, spoiler et un système audio qui … je m’égare, il m’arrive donc de me balader et, de départementales en routes vicinales champêtres et bucoliques, voire en petits chemins qui sentent la noisette, et d’aboutir sur des bords côtiers agréables parfumés des embruns maritimes…

C’est au détour d’une de ces homériques ballades que j’étais témoin il y a quelques jours, le long d’une côte dans une station balnéaire huûupée, d’une petite aventure banale et pourtant révélatrice de cet esprit bien français que le reste du monde cherche à comprendre…

La scène est typique d’un été en France. Un soleil bien clair, dans un ciel azur. La caméra fait un panoramique rapide sur les villas côtières, et s’arrête sur une piscine d’eau de mer aménagée en contrebas du chemin. A partir de ce chemin, une brochette d’adolescents plus ou moins fluos se jettent dans la fameuse piscine, quelques mètres directement en dessous.

Par un habile traveling horizontal au niveau des genoux, le point de vue se fixe ensuite sur un panneau émaillé vissé au muret construit le long du chemin, sur lequel on peut lire, sans ambiguïté : « PLONGEON INTERDIT ». En fond sonore, les cris des ados qui s’ébrouent, s’ébatent et font des ploufs bruyants et humides.

Le traveling continue, en plan américain. Deux grosses motos blanches barrées des trois couleurs de la république ; la maréchaussée cyclomontée… A côté des deux engins, deux fonctionnaires de police, lunettes de soleil vissées au nez, la pose détendue, visiblement pas prêt à dégainer le carnet à souche. Un verre de pastis ne choquerait pas dans le tableau, mais ils sont manifestement en service : bottes impeccables, chemises bleu azur fraîchement repassées. Dans leurs uniformes, ils sont beaux, ils sont blonds, ils sentent bon le sable chaud de la plage toute proche ; de vrais petits Brad Pitt dans Thelma & Louise…

Le traveling continue pour s’arrêter sur une vieille dame un peu voûtée, grosses lunettes de soleil en écaille, robe longue rouge à fleurs décidemment très 70 – 70 ans, cela va de soi ! – qui s’avance vers les deux motards décidemment too cool for school ; la caméra se fixe sur la grand-mère qui s’approche à petits pas pressés : à portée de voix, elle apostrophe les deux zigotos de la paix à roulettes mécaniques.

« Dites moi, messieurs, pourquoi vous n’intervenez pas ? Ces jeunes sautent depuis le haut du chemin, alors que le plongeon est interdit ! »

Sourire entendus (et un peu crispés) des deux bikers officiels de la Vème. Plus habitués à verbaliser l’automobiliste pour défaut de clignotants qu’à endiguer les vitupérations excédées d’une octogénaire pointilleuse, et certainement pas trop enclin à friser la bavure en tapouillant mollement la vioque ou en lui demandant ses papiers, ils bredouillent quelques platitudes standard :
« OOooooooof, vous savez, madame, ils ne font rien de mal, ce n’est pas grave… Et puis comme on est à côté, on pourra intervenir si ça dégénère. »

Offuscation de la vieille qui récidive ; l’avantage de son âge, c’est qu’elle n’a plus rien à perdre (même plus ses dents). Et, comme le sparadrap sur le capitaine Haddock dans Vol 714 pour Sydney, elle s’accroche : « Mais si vous ne faites rien, qui va leur dire, à ces jeunes, que c’est interdit ? Et pourquoi vous les laissez faire ? »

J’ai quitté la scène, entendant vaguement les arguments bidons du style « On est pas là pour ça, il faut prévenir la police municipale, nous on s’occupe de la circulation, ici… » que les deux ronds-de-cuirs poussifs déguisés en motards pimpants sortaient à la pauvre retraitée, qui, dépitée, a fini par lâcher l’affaire, manifestement moins collante que les sparadraps de Tintin… Les vieux ne sont plus ce qu’ils ont été !

Eh oui, que voulez-vous, en France, la loi commune est un concept flou et mou dont chacun semble se servir pour amener les autres à faire ce qu’il veut, ou excuser les uns de faire ce que les autres ne pourront même pas envisager sans s’en prendre plein la tête. La Loi, en tant que norme de société, définissant ce qui est interdit, n’est pas connue en tant que telle dans ce pays ; la norme pourra subir toutes les altérations nécessaires pour rentrer dans le moule qu’untel ou untel autre aura défini pour ses besoins personnels.

Pendant que mes deux Brad Pitts de Prisunic merdouillaient avec leur octogénaire désabusée, on assistait à la même scène, en grandeur nationale, sur petits écrans, dans la presse et à la radio. Le plongeur-fautif-excusé sera simplement prénommé Zinedine, le plongeon sera ici un beau coup de boule, mais le contexte et le résultat sera le même : aux yeux de beaucoup, tout comme les ados qui sautent qui finalement « ne font pas de mal », le footballeur aura agit quasiment en légitime défense, et ne mérite pas beaucoup plus qu’un petit blâme : le carton rouge aura suffit, voilà n’en parlons plus.

… Cependant, tout comme les flics en faction se devaient d’agir par simple respect des valeurs (la loi et tout ça) qu’ils sont sensés incarner, le Zinedine ne devrait en rien être excusé ni même encore adulé pour ce geste qui n’était pas son premier. A plus forte raison, étant lui-même le représentant quasi-officiel des Valeurs De La République (au même titre que nos deux zozos cyclomotorisés) – mettre ici la Marseillaise, à fond, tzing boum, tzing boum – , sa disgrâce devrait être d’autant plus forte que tout un peuple voulait trouver en lui des valeurs de tolérance, de fair-play et de courage…

Mais non. Il n’en sera rien. On amnistie bien certains anciens sportifs de magouilles inavouables, pourquoi enquiquinerait-on un ballaupiéteux pour un simple geste violent ?

Je suis reparti sur ces considérations, en mettant à fond mon double-bass booster subwoofer dual-core Twinschlonk 2×5000 Watts, en respectant bien sûr toutes les limites de vitesses.

Bah oui.

Je ne suis pas ado, et je ne m’appelle pas Zidane…

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires5

  1. Ash

    "Et, comme le sparadrap sur le capitaine Haddock dans Vol 714 pour Sydney, elle s’accroche"

    J’aime décidément tes références 😀

  2. LePetitPingouin

    mais il avait insulte sa mere ET sa soeur !!

    j’aime bien les reportages autour du monde (ici au Quebec) avec des journalistes tres serieux qui annoncent avec la bouche en cul de poule:

    " les reponses de l’interesse demeurent assez vague, mais la communaute internationale et le public semblent avoir bien compris que si Znididi Znidan a commis ce geste d’une violence insoutenable, c’est lors d’une perte de controle contre le manque de respect de son adversaire Italien qui, a t-il declare, aurait insulte sa mere ET sa soeur.Georges W Bush a appele au calme et a declare qu’une motion serait etudiee lors d’un prochain sommet…"

  3. LePetitPingouin

    a nous les vacances!

    cette semaine H16 ne pourra pas vous ecouter dire des betises car il est en vacances a Cuba pour apprendre sur la VRAIE politique.
    euh non, en fait il sera dans le sud avec moi pour boire du pastis et manger du fromage de chevre, travaillez bien pendant ce temps hu hu hu :)))

    Pingouin

Les commentaires sont fermés.