La mascarade régionale et l’inertie bureaucratique

Voilà, le second tour de la péniblerie électorale régionale est maintenant terminé et le peuple français va pouvoir reprendre le cours des quelques activités qui ne lui sont pas encore interdites ou surtaxées.

Soyons franc : tout a déjà été dit sur le premier tour, sa participation rikiki et les peu nombreux votants dont la composition générale, plutôt du côté des retraités que des étudiants, autorise la classe jacassante à de pénétrantes analyses sociopolitiques sur le mode « les jeunes ne sont plus citoyens » et autres poncifs du même acabit.

Et il est vrai qu’avec 80% des moins de 35 ans qui se sont abstenus, on pourrait arriver à cette conclusion si on poussait l’indigence intellectuelle à s’arrêter là. Au passage, cela veut dire que le grotesque pari « McFly & Carlito » du chef de l’État est donc raté, ce que bien peu de journalistes semble vouloir admettre malgré l’évidence et les sondages fébriles mentant le contraire.

La remise en question des sondages n’étant pas pour tout de suite, comme, du reste, sur les 10 dernières élections au moins, on devra se contenter des pleurnicheries habituelles des médiocres chroniqueurs officiels de la vie politique française sur la perte de civisme, les dangers qui pèsent sur la démocratie et sur le peu d’implication des Français dans ces régionales.

Bien tristement, la réalité pragmatique n’est pas lâchée sur les plateaux, tout juste est-elle édulcorée en évoquant un contexte (sanitaire en l’occurrence) qui n’a pas aidé ni la campagne ni le vote, et un niveau de pouvoir (régional) qui n’est pas suffisamment clair pour le citoyen qui ne voit donc pas forcément ce pour quoi il vote.

Pourtant, on aurait gagné à dire les choses en face, et de préférence aux brochettes de clowns venus palabrer sur les plateaux et qui ont surtout profité de l’occasion pour (au choix) se chamailler sur des différences d’opinions nanométriques et sans grand intérêt, ou pour célébrer leur victoire avec toute la retenue calculée dont ces hypocrites sont capables entre deux coupettes de champagne payé avec l’argent gratuit des citoyens, abstentionnistes compris.

Disons-le carrément : s’il y a eu une telle abstention, c’est bel et bien parce que les Français n’ont rien à carrer de ces élections régionales.

D’une part, ce niveau de pouvoir ne sert absolument à rien comme l’a amplement prouvé le remaniement de ces régions qui n’a débouché sur absolument aucun changement palpable pour ces citoyens. Ginette du service Compta de l’ancienne région Poitruc-Machin a peut-être été fusionnée avec le service Compta & Finance de l’ancienne région Limouchose pour rejoindre en fanfare la naissance de la région Nouvelle-Dépense, mais franchement, tout le monde (à part Ginette, et encore) s’en tamponne assez vigoureusement : la facture globale n’a fait qu’augmenter, et les attributions budgétaires et de compétences, déjà passablement bordéliques, ont simplement gagné en complexité.

D’autre part, ces régions se contentant de gérer (mal) et de distribuer (encore plus mal) le pognon gratuit des autres en provenance directe et exclusive de l’État, les présidents de ces fromages républicains sont essentiellement des comptables chargés d’asperger en fonction de critères très vaguement politiques la manne fiscale sur laquelle ils n’ont que peu de leviers. On comprendra que l’intérêt du citoyen dans ces tubulures en coulisses soit particulièrement modeste.

Enfin et surtout, le citoyen a maintenant compris que son vote importe très peu.

Si ce vote est pratique pour le citoyen afin de virer l’un ou l’autre incompétent, arrogant ou crétin qui aurait malgré tout réussi à choper le pouvoir, le vote qui permet de déterminer une politique et une orientation pour le pays semble s’être évaporé quelque part dans les dernières décennies.

Oui, le réalisme pousse à constater que voter ne sert plus qu’à éliminer quelques nuls parmi les enfilades d’arrivistes plus ou moins habiles qu’on nous présente régulièrement ; croire que voter permettrait d’orienter le pays, de réformer l’une ou l’autre administration serait d’une naïveté confondante.

Et pour cela, il suffit de constater que les trois derniers présidents en exercice, à la plus haute fonction de l’État et donc théoriquement disposant du plus large pouvoir, ont été parfaitement incapables de faire dévier la trajectoire néfaste du pays. Ils ont parfois un peu modifié l’assiette du bolide dans sa trajectoire parabolique descendante, mais ont tous été infoutus d’en changer la destination finale (le sol).

Certains seront tentés d’apporter moult exemples de réformes soi-disant nécessaires, courageuses, importantes, marquantes ou que sais-je pour montrer que, mais si, mais si, tel président et son gouvernement ont réellement influé sur le destin du pays. Les leurres médiatiques et politiques, les rhétoriques plus ou moins efficaces des partis servent précisément à ça : faire croire que ces bouffons ont, effectivement, un impact.

Les dernières crises montrent qu’il n’en est rien : la direction générale du pays, le trajet qu’il suit et sa vitesse actuelle tiennent beaucoup, beaucoup plus de l’inertie qu’il a acquise il y a plusieurs décennies que des testiculations présidentielles (impressions de gesticulations tout en ne glandant rien). Regardez les choses en face : alors que le pays était au devant d’une crise majeure, alors que son petit Président est même monté à la télé pour déclamer, en zozotant avec gravité, que nous étions en guerre, et que l’État allait tout mettre en œuvre (quoi qu’il en coûte) pour juguler le pire, alors qu’une mobilisation de toutes les administrations, de toutes les bureaucraties était à l’ordre du jour (et le mot ordre ici n’est pas rhétorique), … tout ce qui pouvait merdouiller mollement l’a fait dans des petits prouts gras.

Eh oui : malgré l’intervention du Président, malgré tout un gouvernement tendu comme un seul homme dans le but d’organiser une réponse adaptée à la crise sanitaire, absolument rien n’a fonctionné correctement. Chaque administration, chaque bureaucratie, chaque strate de l’État s’est habilement employée à nouer les lacets des autres. Chaque administration, chaque bureaucratie, chaque strate de l’État a consciencieusement appliqué les milliards de procédures débiles qu’elles ont minutieusement construites depuis cinquante ans. Chaque administration, chaque bureaucratie, chaque strate de l’État a agi de façon à peu près individuelle, sans coordination d’ensemble, dans le but de conserver sa parcelle de pouvoir, de minimiser ses responsabilités et tout travail qui lui incomberait et de maximiser son budget.

Les immobilismes crétins, les idées idiotes, les procédures à la con, les interdictions ubuesques et les règlements ineptes se sont donc multipliés dans un véritable ensemble symphonique d’inutilité bureaucratique quintessentielle pour garantir que le beau volontarisme du mirliflore présidentiel se traduise au final par un petit zéphyr tiède. Et tout ça, pour une crise majeure ouverte avec une véritable déclaration de guerre, alors même que chaque Français (en ce compris chaque échelon de chaque administration) avait bien compris l’enjeu et l’importance de l’action décisive…

Imaginez le niveau de néant chimiquement pur que doivent produire ces mêmes administrations lorsqu’il s’agit d’une énième réforme lancée par un gouvernement (ô combien temporaire) pour un sujet qui ne mobilise qu’un ou deux ministres, avec éventuellement un « Grenelle » et un numéro vert (ou deux)…

Les Français ont compris que, quel que soit leur vote, la petite musique de l’État providence allait continuer, cahin-caha, que les louanges du collectivisme continueraient d’être chantées, de même qu’ils commencent à comprendre que l’épouvantail RN n’est que ça, un épouvantail qui, confronté à la même administration pachydermique obèse, ne pourra pas plus faire de réforme que les douzaines d’autres guignols avant eux.

Ne votant plus que pour éjecter les usés, les nuls et les imbéciles, ils ne se déplacent plus pour donner un avis dont, par inertie bureaucratique, personne n’a rien à foutre : les politiciens ne les écoutent pas hors campagnes électorales, et les journalistes ne sont plus payés pour ça depuis un demi-siècle. Au final, personne ne tient compte des votes.

C’est d’ailleurs aussi pour cela que ce pays est foutu.

J'accepte les BTC et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires205

  1. Aristarkke

    Flop Joene a pris une de ces gamelles électorales ! Où sont les 50% de « satisfaits » (selon le Propagandastaffel)???

        1. MCA

          Je te signale que j’ai envoyé ce post d’un TGV qui me ramenait vers la civilisation alors que je m’étais levé à 5h00 du mat’

          Je connais de respectables plombiers qui peineraient à en dire autant…

  2. Le Gnôme

    Le plus drôle est d’entendre les chants de victoire ou de défaite, les fines analyses sur les sentiments de l’électeur moyen et les projections savantes sur les scrutins à venir alors que deux inscrits sur trois on été taquiner le goujon au grand dam des écolos qui devraient penser à faire interdire la pêche à la ligne les jours de vote.

    Tout ceci est affligeant.

  3. pabizou

    Les plus pénibles à entendre sont les soit disant vainqueurs qui pavoisent du haut de leurs 13-15% comme s’il venaient de d’escalader l’Everest du haut de leurs taupinières . Tout ça n’annonce rien de bon, les salopards ont les mains libres pour encore un bon moment .

  4. Calvin

    Même promettre un vélo et un Mars à chaque Parisien n’a pas suffit à faire venir les électeurs pour le vote Vert.
    Pauvre Bayou.
    Le populisme, ça eut payé…
    Si on ne peut plus se fier au clientélisme, mais où va t’on ?

          1. Jacques Huse de Royaumont

            Oui, c’est vrai, il avait laissé échapper par inadvertance qu’il changeait le chiffre des dizaines fin juin.

            J’espère qu’il l’a fêté comme il se doit.

  5. Husskarl

    Le système est vérouillé par les règles interdisant à n’importe qui de se présenter, par le fric requis pour ce faire, par les médias, par les signatures et par les ponx qui ne bougeront pas quoiqu’il arrive.
    Sauf si quelqu’un les mettait dehors manu militari (au sens réel) ?

  6. Dr Slump

    Rien de plus à ajouter sur ce sentiment d’élections régionales. Il ne s’est en fait rien passé, juste un vague courant d’air qui est passé dans des écoles ouvertes par hasard un dimanche matin.

    Je me demande ce que ça va donner pour les présidentielles. Est-ce qu’ils vont nous inventer du vote « distanciel » made in French ? Après tout ça a bien fonctionné aux US, d’autant que Biden et Macron sont comme larrons en foire de Davos.

    1. Pierre 82

      La seule question que se pose les journalistes, c’est: qui sera face à MLP aux second tour des présidentielles?
      Ce pourrait être Macron (peu probable amha, il est cramé), Bertrand ou Lisnard qui sont juste des clones de Macron, parmi ceux qui pourraient être adoubés par la haute administration qui dirige le pays, condition sine que non pour de trouver au second tour (le parquet financier, médiapart et le canard enchaîné se charge de ceux qui voudraient passer outre).
      Et face à MLP, nul besoin de l’aide de Dominion ou de votes par correspondance truqués jusqu’au trognon: elle n’aura jamais la majorité, et ce n’est même plus nécessaire de hurler au fascisme: elle est tellement nulle qu’elle désespère tous ceux qui en ont ras-le-bol. Et on pourrait même imaginer un taux d’abstention similaire pour les présidentielles.

      1. Dr Slump

        C’est une erreur de donner Macron déjà perdant, et de le croire fini. Pour ma part je le vois déjà réélu.
        Par contre concernant MLP je suis d’accord, elle est tellement nulle qu’elle conduit son parti au naufrage. Son remodelage en mule consensuelle lui fait perdre ce qui donnait à son parti sa force d’attraction, et lui fera donc perdre son capital électoral.
        Ces élections promettent d’être les plus imprévisibles qu’on ait connues depuis Mr Valéry « Au revoir » Giscard d’Estaing.

        1. Pierre 82

          Peu importe que ce soit Macron ou un de ses clones, celui qui aura la plus fière allure sera placé en position éligible, et les électeurs feront le reste bien sagement, comme des moutons.

  7. Pythagore

    Les jeunes ont été accusés d’être les vecteurs de la pandémie, et leur scolarité a été fortement perturbée pour le dire gentiment alors même que l’on sait qu’ils sont très peu vecteur et encore moins susceptible de faire la maladie.
    Comment alors s’étonner qu’ils s’abstiennent ?

    1. Husskarl

      Ce n’est pas la cause. Les jeunes s’en foutent parce qu’ils constatent que rien ne change, et les vieux s’acharnent à voter tous les 5 depuis 50 ans sans que la trajectoires ne s’infléchisse.

      Si une personne brillante se présentait, elle aurait un vivier de voix. Mais le système est vérouillé, qui pourrait avoir les 500 signatures de 40 départements différents & subir de fausses accusations & ne pas parler dans les médias & etc… ?

      1. MCA

        « Si une personne brillante se présentait, elle aurait un vivier de voix. »

        Comment savoir si elle est brillante alors qu’elle n’a pas encore le pouvoir?

        Sur l’impression qu’elle donne ? Un Sarko dynamique ? un Micron qui va changer tout ça avec sa tête de gendre idéal?

        On connait la suite et on a déjà donné..

        1. pabizou

          On ne peut pas te donner tort sur le fond mais il vient toujours un moment ou il faut se mouiller et prendre le risque de se tromper, ou d’être trompé . Et je dis ça alors que je n’ai toujours pas digéré que Sarko nous ait roulés dans la farine . A ce sujet, d’ailleurs, il faut quand même reconnaitre que nous avons tous manqué de discernement, il a dit ce que nous voulions entendre et nous avons eu l’ouïe très sélective pour écarter ce que nous n’avions pas envie d’entendre, qu’il chierait sur le référendum . C’était un salopard mais nous avons été des crétins qui avaient trouvé leur guru .
          Je pense, ou plutôt j’espère, qu’il n’est pas trop tard pour remettre les pendules à l’heure mais le temps joue contre nous . Si l’occasion venait à se présenter on pourrait toujours se dire que c’est la balle de match et que perdu pour perdu on doit tenter le coup

          1. MCA

            @pabizou 28 juin 2021, 15 h 48 min

            « il vient toujours un moment ou il faut se mouiller et prendre le risque de se tromper »

            Nous n’avons aucun moyen de savoir si nous nous trompons au moment du vote, ce constat ne peut être fait qu’à postériori et nous n’avons aucun moyen de révoquer l’imposteur si imposteur il y a.

            Et des imposteurs jusqu’à présent je n’ai vu que ça et je dirai même que je ne vois plus que ça.

            La question fondamentale à se poser dans une élection est :

            « SUR QUELS CRITERES VOTE-T-ON? »

            Quand on a répondu honnêtement à cette question sans se chercher des excuses et si on n’est pas adepte de la roulette russe, la suite rationnelle à cette interrogation est de cesser de voter.

            Autant tirer un nom dans un chapeau, au moins on aura la satisfaction morale de mettre le résultat de l’élection sur le dos du hasard sans exclure qu’il puisse être heureux car non sujet aux manipulations

            1. Pheldge

              sauf que quand tu t’abstiens de voter, les excités de cocos et autres écolos, eux, restent mobilisés et font élire leur candidat ! la Réunion vient d’en faire les frais … J’ai une brochette de jeunes à portée de baffes, qui n’ayant pas jugé important de se déplacer vont découvrir les joyeusetés de la « gestion solidaire », le coût de la « gratuité pour tous » entre autres et de toutes les promesses de la nouvelle présidente, néo-stalinienne convaincue.

              1. Higgins

                Je comprends ton courroux mais je ne suis pas persuadé que ça change fondamentalement la donne. Ce n’est pas la première fois que ce département tombe sous la coupe d’un bon gauchiste (Il y a eu Vergès il me semble) et les confettis de l’empire français souffrent tous, peu ou prou, de maux identiques liés la présence de zoreilles, généralement fonctionnaires ou assimilés, plutôt bien payés (sinon, il n’y aurait personne) et d’autochtones issus des milieux possédants et possédés, ces derniers étant en-dessous de la pyramide sociale. En dépit de transferts sociaux massifs en provenance de la métropole ou de l’Europe, les déséquilibres sociétaux n’ont jamais été aussi importants. On voit ce que ça donne à Mayotte ou dans les Antilles. Peut-être peux-tu nous en dire plus ?

                1. Pheldge

                  j’essaierai de développer un autre jour, là, comme cadeau d’anniversaire, j’ai eu l’élection de la cocotte, et hier le match calamiteux des enfants gâtés du foot, alors faut que je digère … 😉

                  1. durru

                    Philou, faut quand même dire que les enfants gâtés étaient plus préoccupés par les BLM ou LGBT que par le foot. Le résultat (comme celui d’aujourd’hui au Wembley) n’était que prévisible…

                    1. Pheldge

                      à propos des BLM, voici la réponse de Tyrus à la lanceuse de marteau qui a tourné le dos pendant l’hymne américain

        2. Husskarl

          Des idées, un vrai programme couché par écrit point par point. Vous avez vu un programme incroyable et précis chez sarko ? ou chez Macron ?
          Bah non.

            1. Husskarl

              Désolé si ça concerne beaucoup de gens ici, mais il fallait vraiment être un pigeon pour croire en Sarko. J’étais bien jeune a l’époque pourtant mais ça crevait les yeux.

              1. Nemrod

                L’illusion aura à peine durée une heure.
                Le Fouquets.
                Puis le Yacht.
                Puis ensuite l ouverture a gauche après avoir raflé les voix très a droite.
                Une crapule quasi parfaite doublée d’un tdc.

              2. Pierre 82

                A notre décharge, il faut se rappeler ce qu’il y avait en face… on peut voter pour quelqu’un juste parce qu’on estime que ce sera le moins pire. De là à croire aux promesses, c’est un pas qu’il ne faut jamais franchir…

          1. MCA

            On peut te rétorquer qu’appliquer un programme figé dans un monde changeant ne tient pas la route, sauf à résider en Corée du nord.

            D’ailleurs le poudré ne s’est pas gêné pour dire qu’il n’avait pas de programme, sauf celui de prendre le pouvoir.

            Résultat, il l’a obtenu…

            1. Pheldge

              z-y vas, arrête, au minimum, s’il n’est pas explicite, le « programme » c’est de satisfaire ses électeurs, qui s’ils sont contents en fin de mandat reconduisent l’élu … ou pas !

        3. Opale

          Il me semble que Gave est en train de peaufiner un plan en trois ou quatre axes, qui sera publiée début 2022, reste à savoir qui s’en emparera.

          1. Pierre 82

            Il y a de fortes chances que personne ne s’en empare, sauf peut-être un parfait inconnu que seuls ceux comme nous qui fréquentons la fachosphère connaitront…
            Aucun risque. Le changement ne viendra pas des urnes, mais des suites d’un effondrement du niveau de vie.

            1. Dr Slump

              Pas sûr. Une opposition se construit, je parle d’une vraie opposition, qui a enfin compris – il était temps – que c’est une guerre politique qui est à mener sur tous les fronts, et d’abord sur celui des idées, qu’il faut diffuser en direction de l’enseignement, des réseaux associatifs, des médias etc.

              On ne va pas récupérer le terrain comme ça le temps d’un mandat présidentiel, mais certains l’ont bien compris il y a déjà plus de 5 ans, je pense à Marion Maréchal, qui agit de façon intelligente et patiente, ce qui est rare en politique. Et d’autres comme Gave, de Villiers, etc, qui construisent la riposte. Je note une progression des idées. Les abus de pouvoir de la coalition gauchiste nécrophile provoque des mouvements de résistance, on ne les laissera pas faire.
              En plus du « n’ayez pas peur », j’ajouterais un « gardez espoir ».

  8. Rick Enbacker

    Ah ! Quelle bouffée d’air frais ! Ca fait du bien de retrouver le patron après une semaine de sevrage avec un billet magistral ! Les batteries ont pu être chargées à fond et qu’est-ce que c’est jouissif ! Merci, merci, merci !

  9. pabizou

    S’il n’y avait que Macron en Europe qui soit cul et chemise avec Sa Sénilité 1er ce ne serait pas grave, il ne compte pas plus qu’un pet de lapin sur une toile cirée . Ce qui s’est passé lorsque les hongrois ont essayé de passer une loi pour protéger les mômes du nihilisme de la propagation du wokisme est beaucoup plus inquiétant que les 66% d’abstention aux régionales . Les réactions de l’UE n’augurent rien de bon …dans le genre ingérence injustifiée, elle pouvait difficilement faire pire surtout cachée derrière un faux nez à la Pinoccio

      1. paf

        c’est ça qui est rigolo, l’Europe ne s’est pas construite sur une base fortement testiculée, ça va être rigolo de les voir chouiner. A mon avis ils vont enterrer l’affaire.

        1. pabizou

          Pour chouiner, ça chouine . Si tu farfouilles un peu sur les observateurs.ch tu trouves à peu près toutes les conneries qui ont servi d’excuse pour essayer d’imposer à la Hongrie des choix qui ne regardent qu’elle . Tout y passe, l’homophobie, les sortir de l’UE juste pour une loi qui ne vise qu’à empêcher les progressistes d’imposer leur relativisme . Ce type de tempête dans un verre d’eau en dit plus long sur l’UE que sur Orban . Surtout quand on sait qu’Orban a déjà travaillé avec des homos sans problème . De même d’ailleurs qu’avec Soros et qu’il sait de qui il parle et pourquoi il ne le supporte pas .

  10. Murps

    Je vous trouve tous très vaches.

    Il y a eu quand même une série de réformes majeures de l’Etat Stratège ces dernières années :
    – interdiction des couverts en plastique, par exemple…
    – …

    1. Dr Slump

      Ah oui c’est vrai ça, sans oublier l’invention des uritrottoirs parisiens, ainsi que le grand boum des vélos et trotinnettes. Vivement l’année prochaine, j’ai hâte.

          1. Janus

            les chinois savent d’où ils viennent. Après 1 siècle de malheurs, de meurtres génocidaires et de pauvreté, ils s’approchent de l’aisance économique à grands pas en baisant bien profond ces cons d’occidentaux qui les ont humiliés durant ce siècle (Sac du palais d’été, concessions internationales de Shanghai, etc). Le reste ne les perturbe pas pour le moment. Sur le siècle de 1866 à 1968 en Chine, je vous suggère la lecture d’un auteur désormais au purgatoire : Lucien Bodard. Quand on a vécu ce qu’il décrit, les petits cris d’effroi et les larmoiements des occidentaux ne font même pas rire les chinois. Ils se préparent à nous marcher sur la gueule à la chinoise : Bien fort et avec le sadisme qui va avec…

            1. Higgins

              J’ai lu de lui « Le consul » et « Le fils du consul » où il raconte sa prime jeunesse à Kunming où son père était consul de France et supervisait la construction du chemin de fer Hanoï-Kunming.
              Ces livres sont devenus difficiles à trouver mais devraient être lus par tous ceux que la Chine intéresse. Ça éviterait quelques bévues.

        1. MCA

          Nous avons vécu leur futur, laissons les sur leur nuage rose avant qu’ils ne soient rattrapés par le mur des réalités. 😆

        1. Higgins

          https:/ /www.bfmtv.com/amp/police-justice/accident-mortel-de-trottinette-a-paris-l-une-des-mises-en-cause-deferee-pour-homicide-involontaire-aggrave_AN-202106250461.html

          1. MCA

            C’est rigolo mais je n’ai encore vu de flics en trottinettes.

            J’imagine la scène courant derrière des malfrats en BMW…

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Tu oublies la réforme des cotons tiges : plus de tiges en plastique, que du carton.
      Si c’est pas important ça !

  11. Nemrod

    J’ai l’impression que consigne a été donné aux petites mains LREM de pousser Wauquiez pour pouvoir le diaboliser …chose impossible avec L’Assureur.

    1. pabizou

      Je ne sais pas si tu as raison au sujet de Wauquiez, mais même si c’est le cas ça ne changera pas grand chose . Il n’y a pratiquement plus personne à l’horizon qui soit près à lancer une guerre contre le progressisme, tous seront donc peu ou prou des clônes de Macron . A moins d’une très grosse surprise la fin de partie n’est plus très loin .
      La vidéo sur IDL Charles Gave-Bercoff fait un tour complet du paysage assez intéressant

        1. Nemrod

          Ils auraient tort de se priver, ça marche à tous les coups…sauf que…
          La manoeuvre est difficile car il faut ne pas trop attirer d’électeurs RN sur Wauquiez pour le battre au second tour en faisant le plein au centre et en attirant une partie de la Gauche.
          Ca peut marcher.
          De toute façon contre Bertrand Macron est battu.

          1. pabizou

            Pas sûr que c’a n’arrange pas les sponsors de Macron, ils ne risquent rien avec l’assureur, pas sûr que ce soit une bonne nouvelle pour Macron . A un moment ou l’autre, les mouches vont changer d’âne …

            1. Nemrod

              Non, c’est pas une bonne nouvelle pour lui que le RN s’étiole.
              Le vote anti RN est son dernier argument…quoi d’autre ?
              Bien pour ça qu’un Facho plus light ( selon le Mainstream) mais largement diabolisable, leur irait bien.
              Bertrand l’ a bien compris et tire déjà sur la corde anti fachiste lui permettant d’être insoupçonnable de Droititude rédhibitoire.
              Contre Le Pen c’est gagné : anti fachiste.
              Contre Macron c’est gagné : anti gauchiste.

                1. Chat de Nuit

                  Moi j’attends le bourreau qui coupera les têtes de tous ceux qui vivent sur le dos des contribuables… À mon avis, il va avoir du boulot celui-là…

  12. Husskarl

    Même un torchon est contraint d’en parler:

    https://midilibre.fr/2021/06/28/vaccin-contre-le-covid-19-pourquoi-la-deuxieme-dose-provoque-t-elle-plus-deffets-secondaires-9636243.php

    « Fatigue, maux de tête, fièvre… De nombreuses personnes témoignent d’effets secondaires plus intenses après la deuxième dose du vaccin anti-Covid. Pas d’inquiétude, il s’agit d’une réponse normale du système immunitaire. On vous explique.

    D’une douleur au bras à la fièvre en passant par les courbatures, la palette des effets secondaires liés à l’injection des vaccins à ARN messager contre le Covid-19 est large. Pour certaines personnes puisque ce n’est pas une généralité, la seconde dose s’est révélée être un calvaire, une véritable claque, bien plus que la première.

    Des effets secondaires jugés non graves en règle générale
    Comme le détaille France Inter, depuis le début de la campagne de vaccination, l’Agence nationale de sécurité du médicament a relevé en France, tous vaccins confondus, 41 173 cas d’effet indésirables.

    Dans 74 % des cas, ce sont des effets secondaires jugés « non graves », d’après son dernier bulletin en date, le 27 mai.  »

    Donc 26% d’effets graves. Youpi.

    1. durru

      Bah oui, 11k cas d’effets graves sur 40M vaccins, c’est rien du tout, le rapport bénéfice-risque est toujours clairement en faveur du vaccin, namého !

      1. Aristarkke

        A condition de ne pas faire partie des 11k (mal)chanceux qui font rien que de plomber les résultats excellents, forcément excellents !
        Ce serait étonnant qu’ils soient détendus d’avoir ainsi aidé la Science à progresser… à leurs dépens… 😥

  13. Waren

    « Les Français n’ont rien à carrer de ces élections régionales. » Et encore moins des élections départementales dont personne n’a parlé et s’est occupé. Je me demande vraiment encore l’intérêt de cette nième strate, si ce n’est glaner encore quelques taxes et passer de ci de là des réglementations locales.

    1. Le Gnôme

      Je suis très content, le dernier département à direction communiste, le Val de Marne, est passé à droite. Ca ne changera pas grand chose, mais je déteste les communistes, c’est même pour ça que j’ai voté et je vote dans le canton du président du conseil général qui vient d’être envoyé à la retraite.

  14. glot

    Question à poser à LR.
    Pour quelles raisons, exclure de la candidature à la présidentielle, parmi les brillants vainqueurs de droite aux élections régionales, le brave Muselier.?
    L’homme de tous les compromis pour obtenir un poste

    1. pabizou

      Pas sûr, ça n’a pas trop réussi à Fillon, et tu peut compter sur la guerre des chefs au LR . C’est d’ailleurs sans importance, il n’y en a pas un pour racheter l’autre .

  15. Faustur

    Les mêmes ont été réélus!
    Si la majorité des électeurs ne va pas voter, reste qui? Ceux qui bénéficient du pouvoir en place, les copains, ceux qui ont un bon poste ou un avantage à ce que le pouvoir reste aux mêmes, ceux que l’élu a acheté ou brossé dans le sens du poil! c’est pour ça que tant d’argent public est dilapidé pour des associations, partis, journaux. Et ces gens qui ont à perdre si le pouvoir change, eux votent!!! L’abstention est une folie, si les gens ne vont pas voter, Macron sera réélu, encore et encore. Il a distribué et distribue tellement de fric à une part choisie de la population, il a la presse à ce point avec lui que c’est inéluctable, quel que soit son adversaire au second tour.

    1. Ba

      « L’abstention est une folie, si les gens ne vont pas voter, Macron sera réélu, encore et encore. »

      Hahaha.

      Vous considérez encore comme un enfant que le problème vient du fait que ce ne sont pas les bonnes personnes qui sont au pouvoir. C’est un mauvais raisonnement et la simple observation devrait vous montrer comme le fait d’ailleurs h16 dans le billet que le problème ne vient pas du tout de là.

      Le problème est dans le fait que le pouvoir existe et qui plus est sous forme de démocratie. C’est pour ça qu’il ne faut surtout pas aller voter : moins il y a de voteux = moins il y a de personnes qui cautionnent le système de pouvoir, moins le système est légitime, et plus les mecs qui se prétendent au pouvoir sont faibles.

      Lire ce bouquin : https://www.amazon.fr/Depasser-democratie-solidarite-prosperite-publiques/dp/1482344181

      1. Faustur

        Un peu de politesse SVP: ce n’est pas parce que vous n’êtes pas d’accord que je raisonne comme un enfant. Mais je comprends: derrière un ordinateur, on se lâche.
        Vous semblez penser que c’est le nombre de votants qui fait un pouvoir fort: dans une dictature, personne en vote, et pourtant, le pouvoir est fort. Traditionnellement, il s’appuie sur l’armée. Plus besoin, les médias et Facebook suffisent. Nierez vous que nous avançons tout doucement vers une dictature, et, employons les mots, vers une tyrannie: rappelez moi, quand dans l’histoire de l’humanité, a t-on empêché les gens de se soigner comme ils l’entendent, à part récemment pour la covid?

        1. Ba

          Si je dis que vous êtes un enfant, c’est parce que voter n’a rien de fondamentalement different de croire au père Noël.

          Vous dites qu’on va vers une tyrannie ou une dictature peu importe, c’est bien vrai et la cause en est que nous sommes en démocratie : le problème c’est la démocratie (en fait sa perversion mais peu importe). Vous pouvez mettre qui vous voulez à la tête de l’Etat, ça ne change rien du tout à la direction. D’ailleurs c’est ce qu’explique h16 dans le présent billet. Si vous voulez faire un tour à peu près exhaustif des raisons qui font que c’est comme ça, lisez le livre que je vous ai mis en lien.
          Donc je le redis, voter n’influence en rien la direction de l’Etat démocratique, bien au contraire vous le renforcez.
          Si vous voulez avoir la moindre chance d’échapper à la tyrannie, si vous en avez marre, arrêtez de voter, arrêtez de demander des trucs à l’Etat, nuisez par tous les moyens possibles aux hommes de l’Etat, contestez tout ce qu’on vous fait subir, armez-vous, ignorez les politiciens, et organisez votre sécession. Ce que recommande d’ailleurs cet article de Contrepoints d’avant-hier (https://www.contrepoints.org/2021/06/27/400482-plutot-que-des-elections-la-secession-individuelle).

      2. MadeInCH

        La « légitimité », ils s’en branlent. C’est juste un truc à dire pour donner l’illusion.
        .
        Seul la légalité compte.
        Donc, ne pas voter, c’est accepter de donner la paroles aux vendus et aux profiteurs.
        .
        Il faut voter.
        .
        Pour le meilleur.
        Contre le pire.
        Pour le pire pour tout crasher au plus vite.
        .
        Mais il faut voter.
        .
        Et c’est gratuit.

        1. Higgins

          Voter pour quoi (je ne dis pas qui) ? La légitimité, ils ne s’en foutent pas tant que ça. Elle leur est nécessaire en plus de la légalité, réelle ou non, attachée à leur élection. Sans légitimité, l’élection perd de plus en plus de sens. Sans elle, la pression s’accumule et, comme une cocotte-minute dont on bloque la soupape, on prépare l’explosion. Les réactions lues ci et là montrent à l’évidence que nos zélites ne comprennent pas, feignent de ne pas comprendre ou refusent de comprendre ce qui se passe, la palme revenant dans ce domaine aux plumitifs, experts et politologues de tout poil qui s’ingénient à donner une explication rassurante à quelque chose qui ne l’est surtout pas. Deux exemples de cette cécité ou de cette bêtise : « Abstention : quelles pistes peut-on suivre pour réconcilier les jeunes avec la politique ? » (https:/ /www.francetvinfo.fr/elections/regionales/abstention-quelles-pistes-peut-on-suivre-pour-reconcilier-les-jeunes-avec-la-politique_4681925.html) et surtout l’ineffable Iznotdutoutgood « Pour Jean Castex, l’abstention record exprime du « désintérêt » plus que de la « contestation » » (https:/ /www.lci.fr/politique/abstention-aux-elections-regionales-2021-un-desinteret-plutot-qu-une-contestation-selon-jean-castex-2190070.html).
          C’est absolument dramatique.

          1. Pierre 82

            On pourrait leur l’idée de ramener l’âge de voter à 8 ans. Ça permettrait aux plus fines analyses de triompher: « il faut sauver la planète et les ours blancs » ou « les pauvres c’est pas bien, les riches doivent leur donner à manger, pasqu’ou sinon ils vont mourir de faim » ou encore « la guerre ,c’est caca, il faut pas d’armée, et il ne faut plus que les gens aient des armes ».
            Les écolos sont très intéressés.Tu m’étonnes.
            Plus le temps passe, et plus je serais favorable à une sorte de vote censitaire. Tu bosses, alors tu as le droit de vote. Tu ne bosses pas, tu passes ton tour. Et si tu es fonctionnaire, voter serait être juge et partie, donc pas possible. A la limite, tu votes pour une assemblée séparée, et avec voix consultative.
            Disons qua ça me traverse l’esprit, là…

            1. Pheldge

              ou qu’au moins ta voix ait plus de poids, si tu participes au financement du bousin, un peu comme un actionnaire dans une AG.

    2. Pierre 82

      C’est le seul argument pour aller voter que je trouve pertinent: empêcher les parasites qui dépensent de l’état d’être les seuls à décider, en venant (tenter d’) ajouter son grain de sel.
      Le problème, c’est qu’on vous présente les élections comme s’il s’agissait de voter pour un « programme », ce qui est une plaisanterie, vu leur manie de ne jamais respecter leurs engagements, qui n’en sont pas.
      Voter signifie à mon sens « se débarrasser des pires entre plusieurs nuisibles ». Remarque qu’avec ce système à deux tours, la probabilité de voir arriver un changement est quasi réduite à néant.

      1. Pheldge

        empêcher les parasites, les pires des parasites, parce qu’ils le sont tous, « pour notre bien et l’intérêt général ».

    3. bob razovski

      Que l’argent soit dilapidé par ducon ou dugenou, quelle différence ? Que l’argent dilapidé n’ira pas aux mêmes potes ? Ok, mais à part ça ?
      Les tracts de propagande étaient bien clairs à ce sujet : tous proposaient plus d’état, et plus de pognon gratuit des autres claqué dans tous les sens.
      Alors non, l’abstention n’est pas une folie, c’est au contraire le dernie rempart du bon sens.

      1. Pheldge

        Oui, en effet, et vu qu’ils sont tous disposés à nous mettre bien profond, notre seul choix c’est sur la taille du godemiché et éventuellement une dose de lubrifiant …

  16. Murps

    X. Bertrand a sûrement violé quelque chose quand il était plus jeune, il risque de lui arriver des bricoles, à moins qu’il ne soit bisou/écolo/compatible.

    Auquel cas on lui passera tout.

    1. Arthur H

      Non, monsieur Murps, il a juste beaucoup pensé à représenter tous les français et, donc, il a développer une philosophie politique d’eunuque: il est compatible avec tout même avec ce qui n’existe pas.

    1. Murps

      Ahhh !!!! depuis le temps que je cherchais les chiffres.
      J’ignorais même que la loi permettant la divulgation était abrogée.

      Personne n’a parlé de cette abrogation ?
      Mais pourquoi ?
      C’est quand même important, m…e !!!

      Démocratie à deux balles de mes fesses !!!!

    2. Pierre 82

      C’est hallucinant, quand on réfléchit, que dans un pays qui se targue d’être une démocratie exemplaire, ils peuvent décider de filer du pognon à des gars sans publier les chiffres, à part le minimum. Et surtout qu’on a des députés et sénateurs de l’opposition qui sont infichus de compiler ces données avant de les révéler au grand public. Le système est vérolé jusqu’au trognon. Voire même jusqu’au trogneux.

      1. Pierre 82

        Ca dépend. Les maisons d’édition, surtout les plus anciennes, sont-elles subventionnées, comme la presse? Je n’en suis pas certain, mais si c’est le cas, ils se contrefichent du nombre d’exemplaires vendus, tout comme les journaux se foutent du nombre de lecteurs. La seule manière de gratter pognon étant de plaire au prince, l’équation est vite faite.
        Quant à une petite maison qui l’accepterait, il faudrait qu’elle soit prête à subir des contrôles fiscaux à profusion dans les années qui viennent. C’est un risque, surtout que devant des montagnes de réglementations, il y en a toujours l’une ou l’autre qu’on a omis de suivre.

        1. Higgins

          Le monde de l’édition dissimule bien des secrets.On pourrait par exemple s’interroger sur la quantité phénoménale de livres publiés chaque année dont la diffusion mériterait d’être mieux connue. Dans ces livres, quelques chefs d’œuvre mais également un paquet de livres nullissimes dont souvent la pauvreté du texte n’a d’égale que la notoriété apparente de l’auteur (je pense en particulier à tous les ouvrages écrits par des personnalités politiques style « Moi, un leader » ou « Ma vision pour la France »). Il y a aussi tous ces romans pas intéressants qui encombrent les librairies. Combien finissent au pilon ? Comment le système fait-il pour gagner de l’argent ? Mystère. On peut faire la comparaison avec le cinéma, elle tient assez bien.

          1. Mildred

            Donc, à vous en croire, à la caste médiatico-politique, où tout le monde couche avec tout le monde – il faut ajouter la caste des éditeurs ?
            Ça se tient !
            .

            1. Pierre 82

              Je n’en sais rien, en fait, mais comme dit le major, tout ceal est nébuleux. Mais je suis certain qu’en cherchant un peu, on peut trouver des infos intéressantes.
              De manière générale, la « culture » au sens large est entièrement subventionnée et donc étatique comme en URSS. Je ne vois pas de raisons pour laquelle le monde de l’édition échapperait à la règle.

              1. Dr Slump

                Oui. L’édition, la distribution et la vente des oeuvres écrites (journaux, magazines et livres) sont une mafia état-syndicats.
                Subventions, abattements fiscaux et avantages de toutes sortes distribués de façon opaque.
                Le ministère et de la culture ET de la communication, le détail est important, est un ministère de contrôle de l’expression artistique et de propagande soviétoïde qui ferait l’admiration de Lénine, Staline et Trotski réunis, tant il est aussi efficace que discret.
                Demandez aux artistes d’arts classiques comment ils sont vus par l’inspection du ministère de la culture. Oui, le ministère a des inspecteurs de la création et de l’enseignement culturel.

                1. MCA

                  D’ailleurs la soi-disant réforme de l’indemnisation des intermittents du ̶t̶r̶a̶v̶a̶i̶l̶ spectacle a été rapidement enterrée;

                  je me demande encore pourquoi?

                    1. Pierre 82

                      C’est à lui que l’on doit aussi le prix unique du livre, censé protéger je ne sais plus qui, entre les auteurs, les imprimeurs, les « ouvriers du livre », les messageries ou les libraires, et qui, comme d’habitude, sont juste un frein à l’établissement d’un prix de marché, et donc est néfaste à toute la filière, et bien sûr au consommateur.
                      Je n’ai pas encore étudié la question, mais ça m’a toujours stupéfait que ce prix unique du livre existe encore aujourd’hui.
                      Ça doit engraisser certains.

                    2. Aristarkke

                      On ne remet pas en cause une loi du vivant de son auteur, voyons! Et même, postérieurement à son décès.
                      Il n’y a qu’à voir ce qu’il reste encore des lois pétainistes en exercice aujourd’hui…

            2. Janus

              Regardez donc qui possède EDITIS ou Hachette et regardez Gallimard et ses filiales (Dont les éditions de Minuit qui viennent d’être achetées par Gallimard). La concentration dans l’édition est identique à la concentration dans la presse et les propriétaires sont les mêmes : Lagardere, Bolloré , Arnault (9.5% du capital de Gallimard) Ces gars là ne sont pas des philanthrope, ni des sleeping partner

            3. Pheldge

              dans le monde de l’édition, livre ou musique, il y a des locomotives, qui font rentrer le pognon, permettent à d’autres d’être édités, parmi lesquels peut-être un auteur de best-seller …
              Zemmour trouvera un éditeur, par exemple Ring, comme Obertone, ses bouquins se vendent bien.

          2. Aristarkke

            je pense en particulier à tous les ouvrages écrits par des personnalités politiques style « Moi, un leader » ou « Ma vision pour la France
            D’autant plus que ce ne sont pas eux qui usent la plume d’oie…

          3. Aristarkke

            Cela explique aussi le fait que les HP trouvent sans difficulté, un éditeur qui mise l’avance de fonds pour une production qui sera symbolique en terme de ventes réelles…

  17. Alex

    Mais pourquoi toutes ces strates ?
    Ma question est: il y a trop d’intermédiaire, de bureaucratie, de couches administrative…

    Quel serait un bon système, par exemple, pour gérer au mieux la crise du Covid ?

    Qu’aurait-il fallu comme organisation ? Quelles simplifications auraient-été nécessaires ?

    1. Higgins

      Je crois qu’il existe plein d’études qui montrent qu’un système administratif s’auto-alimente en permanence et se développe de manière inconsidéré si rien n’est fait. Si en plus ces administrations dépendent du bon vouloir d’un roitelet d’un jour, on voit où ça nous mène.
      Un des problèmes majeurs de ce pays, si ce n’est le problème duquel dépend le reste, est à mon sens la centralisation. Elle est hélas inscrite dans les gènes du pays, elle a montré çà et là son efficacité, et c’est pour cette raison qu’elle reste extrêmement difficile à combattre (ex: la règle imbécile des 80 km/h). Les socialos ont instauré à partir de 1981 la décentralisation. Officiellement, l’état a transféré aux potentats locaux une partie de ses prérogatives mais en aucun cas, et malgré les déclarations officielles, ce transfert ne s’est pas accompagné d’une bascule de la fonction publique concernée du niveau central vers le niveau local. Par contrainte ou raison ou par simple choix, ces échelons locaux ont simplement recréer une usine à gaz pour « gérer » la nouvelle situation. Les potentats y ont trouver leur compte facilement car ils ont ainsi pu se créer une clientèle obligée et laisser libre cours à leur attitude autocratique. J’ai ainsi pu observer que dans de nombreux départements ou régions, la première décision des nouveaux petits califes à été de se faire construire (il y a eu quelques rénovations) un palais à la hauteur de leurs narcissisme. 40 ans plus tard, les administrations locales n’ont jamais été aussi importantes. Le sketch continue de plus belle avec les communautés de communes qui consistent le plus souvent à additionner les services municipaux concernés sans aucune recherche d’économie d’echelle avec en plus, l’embauche de nouvelles cohortes de collaborateurs pour faire face aux nouveaux problèmes créés plus ou moins artificiellement.Tout cela évidement en doublon de l’administration d’état existante qui joue facilement la mouche du coche. La gabegie est totale car de nombreux chantiers sont retardés par les uns et les autres avec des conséquences ubuesque et onéreuses. C’est ainsi que dans ma ville, le plus important collège public va devoir être fermé car son état général est tellement déplorable qu’il faut entièrement le rénover. Depuis plus de trente ans, les « responsables » ont simplement laissé le bateau couler. Il n’ y aura évidemment aucune sanction, les responsabilités étant bien trop diluées.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Parfaite illustration de la théorie des choix publics.

        cf https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_choix_publics

    2. Pierre 82

      Pour régler au mieux l’affaire du covid, il y avait un plan, auquel le Pr Raoult avait participé, d’ailleurs. Plan qui n’a jamais été mis en œuvre.
      Dépister, soigner, isoler les malades.
      Mobiliser tous les médecins pour tenter de soigner, même imparfaitement, surtout au début, en observant tous les symptômes et les paramètres. Mettre le paquet pour dépister tous les gens malades, et les isoler de leur famille (uniquement les gens malades). Diffuser le retour d’expérience des médecins, et l’analyser au plus près afin de donner des conseils de plus en plus précis au corps médical.
      Le rôle de l’état aurait dû se borner à faire en sorte d’augmenter le nombre de lits dans les hôpitaux, même si ce n’est pas parfait, en laissant carte blanche à chaque établissement pour y arriver (y compris le privé).
      Certains vont me dire que c’est facile à dire, yaka-faukon, etc… Faux, c’est ce que je pense depuis le début, depuis fin février 2020, quand j’ai entendu pour la première fois Raoult nous expliquer qu’il ne fallait pas paniquer, et appliquer ce que je viens de décrire.
      C’était tellement du bon sens que même pour moi, c’était une évidence, alors que je n’y connais rien en médecine, que je panique à la vue du sang, et que je ne comprend la biologie que de très loin. Ça reste pleinement valable 16 mois après, et on aurait évité cette catastrophe dont nous n’avons pas encore mesuré les conséquences.
      C’est pourquoi ça m’énerve parfois d’entendre dire qu’ils on fait ce qu’ils ont pu, et qu’on n’aimerait pas être à leur place, et qui sont prêts à accorder un quitus au gouvernement.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Sans cerfa, sans comités peuplés d’énarque, tu n’espère tout de même pas arriver à quelque chose ?

      2. Higgins

        Je suis plutôt d’accord. La très grande majorité des problèmes qui animent l’actualité n’en sont pas. La pandémie du COVID est un exemple et si l’apparente gestion de cette dernière est une catastrophe, elle le tient plus de la nullité des différents intervenants qu’à la dangerosité du virus. Mais il faut bien justifier l’existence de toutes ces administrations. J’ai pu constater de visu la nocivité de certains bureaux et/ou individus dans la gestion de dossier simple. Leur intervention inutile a simplement démultiplié les délais d’exécution : je bloque donc j’existe.

      3. durru

        « sont prêts à accorder un quitus au gouvernement »
        Plutôt à eux-mêmes, pour avoir aussi longtemps été derrière les décisions iniques du gouvernement, après février 2020, mais aussi avant.
        C’est pour ça que la situation dans laquelle nous nous trouvons est inextricable, car plein de gens se sentent mouillés (le soutien aveugle étant seulement le dernier étage de la fusée) et croient qu’il est de leur devoir de défendre le statu quo, sous peine d’y laisser des plumes…

        1. Nemrod

          Ca c’est sûr.
          La fuite en avant est la seule option.
          Vous croyez vraiment qu’ils peuvent envisager qu’un vieux traitement marche même un peu ou bien que le vaccin est assez mal toléré ou bien que les confinements ne servent à rien …,

          1. durru

            La seule option, dans le contexte donné. C’est à dire un pays où la raison et la capacité de raisonnement en soi ont perdu le droit de cité, où tout « raisonnement » se limite à l’analyse des impacts immédiats sur sa propre personne, tout en occultant tout effet sur le moyen ou long terme.
            Ça me fait penser au mème du Patron (qu’il n’a plus remis depuis un moment) avec le gouvernement qui prend 10k€ pour rendre 100€ et le pékin tout content…

          2. Pierre 82

            @Nemrod
            « ils peuvent envisager qu’un vieux traitement…. »
            En fait, vous touchez le cœur du problème: les politiciens n’ont pas à considérer ou ne pas considérer, ce n’est ni leur fonction ni leur leur métier et encore moins leur domaine de compétence.
            Il y a des médecins pour ça, avec des centres d’excellence (comme l’IHU, mais ce n’est pas le seul), et c’est à eux de proposer des solutions. L’état doit se cantonner à ce qu’il doit faire, c’est-à-dire qu’on ne va pas dans le mur.
            Je n’ai aucun avis technique sur l’HCQ ou l’IVMC, mais si on me montre qu’on a des bons résultats, je laisse les gens bosser.
            Et d’ailleurs, c’est parce que je n’ai aucune compétence en ce domaine que je ne lis pas les articles sur les effets indésirables des vax, notamment sur la transcription ARN / ADN. Je suis incapable de discerner si ce qu’on raconte dans l’article est du flan ou pas, et les concepts qu’on agite devant moi me sont inconnus.
            Par contre, je suis tout à fait capable de comprendre que ce n’est pas impossible, et qu’il convient d’être prudent, et donc de ne pas se lancer tête baissée dans une vax tous azimuts.
            Que chacun exerce dans son domaine de compétence, et tout ira mieux.

      4. MCA

        « Ils ont fait ce qu’ils ont pu » ?…

        Effectivement, ils ont fait ce qu’ils ont pu et notamment :

        – interdire aux pharmacies de vendre des masques,

        – confisquer par les douanes les masques commandés par des circuits non officiels,

        – interdire la prescription de médicaments contre le virus, par menaces indirectes via l’OM sur les médecins qui le pratiquaient,

        – discréditer tout médicament pour mieux promouvoir la voie « vaccinale »,

        – imposer des thérapies non abouties par la peur, le chantage, la menace et probablement la coercition à venir,

        – restreindre les libertés individuelles et notamment celle de circuler,

        – compromettre les libertés par leurs pass sanitaire,

        – et la liste n’est toujours pas terminée.

        Ils ont vraiment fait tout ce qu’ils ont pu, et je leur fais confiance pour en inventer d’autres.

      5. Janus

        Vous avez d’autant plus raison que la raison d’être de l’IHU de Marseille était de créer un pôle d’excellence doté en interne de tous les moyens adéquats et pluridisciplinaires (de la biologie à l’informatique en passant par la statistique médicale et tutti quanti) pour faire face à une épidémie de maladie infectieuse et de donner le la aux pouvoirs publics. Mais le créateur de cet IHU n’avait pas prévu que Mme BUZYN, épouse à la ville de M. LEVY de l’Inserm, serait ministre de la santé lorsqu’il s’est agi d’utiliser l’IHU pour ce pourquoi il avait été créé…) Et voila pourquoi votre fille est muette…

    3. Pythagore

      Open your eyes 😉 et regardez ce qui a marché.
      Qu’est ce qui a marché ? les médecins qui se sont occupés de leurs patients et ont prescrits en fonction des symptômes comme cela se fait d’habitude plutôt que de renvoyer les gens chez eux avec du doliprane.
      Tester les symptomatiques comme cela se fait d’habitude.
      Des grossistes qui étaient prêts à livrer des masques mais qui n’intéressaient personne.
      …etc…
      En gros, sur le terrain, il y avait suffisamment de gens capables pour gérer les différents problèmes mais l’état et les administrations ont préféré imposer et interdire (pour le bien de tous n’est ce pas…).
      Il aurait surtout fallu supporter ceux qui font sur le terrain, et faire remonter les « best practices » comme peut le faire l’IHU de Marseille par exemple.

      1. Nemrod

        C’est exactement ça.
        Véran menace ce matin : « les soignants ont l’été pour faire leur choix » sinon le vaccin sera obligatoire en Septembre.
        Ca me rappelle la fameuse phrase chère à tout maffieux  » je vais vous faire une proposition que vous ne pourrez pas refuser »

          1. MCA

            LOL

            « 50% des contaminés au variant indien sont des vaccinés » (alors qu’ils ne représentent pas 50% de la population….)

            1. Husskarl

              Oui, j’avais mis la main sur un doc officiel UK où il était clair que les vax étaient bien plus infectés que les gens normaux.

            2. Higgins

              Je viens d’écouter l’interview de Bercoff par C. Gave sur l’IDL. Elle a été faite il y a une dizaine de jours mais elle n’a été mise en ligne que le 27 juin. La vaccination faut partie des sujets abordés. Bercoff rapporte à ce sujet que deux pays voisins, Israël et la Jordanie, ont adopté deux stratégies différentes vis-à-vis du COVID. Le premier a vacciné quasiment la totalité de sa population, l’autre n’a quasiment pas vacciné. Au final, la différence est négligeable entre les deux alors que on assiste à une recontamination dans la population vaccinée. Les avantages du vaccin, face à un virus qui mute en permanence, apparaissent de plus en plus minimes si tant est qu’ils ont un jour existé. Raoult ne le dit pas directement mais il le sous-entend fortement.

                1. Pierre 82

                  Je l’ai lu, et franchement je ne sais pas quoi en penser. Au fond, il peut me raconter n’importe quoi, je ne possède pas le bagage scientifique nécessaire à discerner le vrai du faux.
                  Il n’en reste pas moins qu’il n’est pas nécessaire de croire que tout va dégénérer comme il l’annonce pour refuser de se faire piquer.

                  1. MCA

                    Ce que j’en retiens c’est que tant que les experts ne sont pas d’accord entre eux (et ce n’est pas prêt d’arriver) , moi qui ne suis pas expert n’ai aucune raison de prendre un risque à la roulette russe.

                    Tiens j’ai lu ce matin que le Véran laissait au personnel médical rétif jusqu’à fin aout pour se décider à se faire picouser, ensuite il menace de rendre ça obligatoire.

                    Vivement la entrée, ça va être intéressant….

                    1. Aristarkke

                      Prêt d’arriver ??? Une obsession d’ancien banquier??? Nous mettrons cela sur l’heure tardive et le décalage horaire engendré par le TGV…
                      (près puisque proche peut remplacer avantageusement)

                    2. MCA

                      @Higgins 30 juin 2021, 7 h 49 min

                      (désolé mais les commentaires décalent)

                      « C’est insuffisant et ce n’est pas une situation normale au regard de la fragilité des résidents »

                      Curieux de tenir un tel langage de la part de celui qui autorisait la « vaccination » les « fragiles résidents » au Rivotril il n’y a pas si longtemps que ça.

                      Cet individu n’est qu’un clown dangereux.

                      J’ai lu récemment que certains personnels d’ Ehpad étaient tout simplement prêts à démissionner en cas d’obligation de picouse; au point que certains dirigeants d’établissements s’en sont émus et n’ont pas manqué de faire remonter leur émotion au ministère.

                      Probablement car le personnel compétent, dévoué, en nombre et bien formé doit se bousculer à l’embauche…

              1. Deres

                Je viens de regarder les données actuelles et cela ne colle pas vraiment avec cette description orientée. La différence de cas est certes faible mais elle est quasiment nulle en Israël alors qu’elle est sur un plancher non nul en Jordanie. Et la baisse en Israël est arrivé beaucoup plus tôt en parallèle de la vaccination. Et en parallèle, la Jordanie vaccine aussi très vite maintenant (25% aujourd’hui).

                Là où on nous ment c’est en nous disant que la vaccination va complétement stopper l’épidémie. En Israel par exemple, avec 60% de personnes vaccinées et un taux de protection de 90%, cela fait un taux de protection globale de la population de 54% seulement, voir plus faible si les nouveaux variants sont plus infectieux. Cela va donc surtout diminuer la taille des vagues épidémiques, mais pas les stopper complétement. cela diminue aussi le danger pour els infectés à priori donc un effet encore plus grand sur els hospitalisations et les morts qui sont il est vrai le fond du problème.

                1. Dr Slump

                  Je ne cherche même pas à démêler le vrai du faux dans toutes ces publications, vu qu’on se paye notre tête de toute façon, un peu de sens logique suffit pour s’en rendre compte.

                  L’OMS l’a encore répété récemment, même vacciné il faut continuer les gestes barrières, je cite: « tant qu’il y aura des variants ». Autant dire ad vitam aeternam ! Escrocs !

                2. Higgins

                  https:/ /mirastnews.net/2021/06/22/15-472-deces-et-15-million-de-blesses-50-graves-signales-dans-la-base-de-donnees-de-lunion-europeenne-sur-les-effets-indesirables-des-medicaments-pour-les-injections-covid-19/

                  1. Higgins

                    https:/ /qactus.fr/2021/06/29/q-scoop-les-ophtalmologues-ont-desormais-lobligation-ethique-de-denoncer-les-vaccins-covid-19-alors-que-20-000-nouveaux-troubles-oculaires-sont-signales/

    4. durru

      « pourquoi toutes ces strates ? »
      Pour pouvoir se faire une clientèle électorale, pardi. C’est la seule et unique raison.

      « Qu’aurait-il fallu comme organisation ? »
      Une subsidiarité absolue, personne ne s’occupe de ce qui ne le regarde pas directement et les vaches sont bien gardées.
      Le médecin s’occupe des traitements, les pharmaciens des médicaments, les biologistes des tests, les chercheurs étudient le virus etc, les commerçants fournissent du matériel (masques, gel, réactifs pour les tests, etc) et c’est tout. A la limite, les politiques décident des mesures contraignantes (proportionnées) envers les individus potentiellement dangereux pour la communauté (par ex., quarantaine pour les symptomatiques). Certainement pas plus.

      1. Higgins

        Je suis assez d’accord mais je pense que ça reste plus une question d’opportunité que de volonté tout simplement parce que personne n’est assez intelligent pour imaginer, concevoir et mettre en œuvre une telle machination. Par contre, en bons disciples de Machiavel; ils savent très bien saisir les opportunités quand elles se présentent en les amplifiant et en les mettant à leur service. Après, c’est de l’entretien et ça marche tout seul.

        1. Deres

          C’est une évolution naturelle de toute organisation humaine via les volonté individuelles. Cela existe aussi totalement au sein des entreprises privées mais cela ne peut pas dégénérer comme dans la fonction publique car il y a des pressions inverses très fortes dans l’autre sens via le besoin d’avoir une rentabilité. Mais on voit souvent la même chose dans les grandes entreprises avec une direction centrale inutile qui pourtant se développe en permanence.

        1. Pierre 82

          Non, il faut une organisation. Le truc était un peu exceptionnel, il fallait multiplier les lits dans les hôpitaux, et ça ne se fait pas sur un claquement de doigt. Mais surtout, il fallait que chacun reste dans son rôle. C’est aux hôpitaux de réclamer ce qu’il manque et l’état aurait du se contenter de leur donner un coup de main pour les obtenir. Pas essayer de se substituer à tout le monde en prenant des décisions en dépit du bon sens.

  18. Duff

    J’ai essayé d’écouter la cacophonie (toujours plus insupportable) des débats à 20h après l’annonce des résultats. Comme d’habitude les vainqueurs ont fanfaronné après 5 secondes consacrées à « l’inquiétante abstention ». Comme d’habitude les perdants ont cherché à minimiser le succès de leurs contradicteurs oubliant que si l’abstention minimisait leur victoire cela signifie aussi que le score faible est en réalité misérable. Rien de neuf donc.

    Que les politiciens professionnels soient incapables de décrypter les raisons de l’abstention et de l’effrayante bureaucratie dans laquelle la France s’enfonce, personne ne sera surpris. Ce qui est plus notable c’est que l’explication du vote n’a pas non plus été abordée alors qu’elle est parfaitement limpide. Seuls les vieux ont voté et donc reconduit les sortants car ce sont les seuls dans ce pays a parfaitement s’accomoder de l’immobilisme dans lequel tous les présidents se sont vautrés.

    Finalement ce n’est pas l’incompatibilité du socialisme avec l’immigration qui coule le pays mais son vieillissement. Modèle social clientéliste ultra-favorable aux boomers qui empêchent toute réforme et qui nous emmerderont jusque dans la tombe.

    1. durru

      « Modèle social clientéliste » oui, réservé aux vieux/boomers non.
      Combaz en parlait d’ailleurs récemment sur TVL, il a à peu près tout dit. Les divers et variés employés du service public, ainsi que leurs familles, font aussi partie intégrante de ce modèle, c’est même la courroie de transmission essentielle du système.

      1. Duff

        C’est juste le signe de l’écroulement intellectuel qui démarre à l’école puis à l’université où des idées aussi stupides que déviantes prolifèrent.

        Sur le plan économique, du pouvoir d’achat et de la « justice » le problème français c’est majoritairement le ratio trop défavorable aux actifs qui créent de la richesse vs inactifs/parasites en tous genres. A quoi il faut ajouter une progressivité des impôts et cotisations sociales qui encouragent encore plus le nivellement par le bas.

    2. Higgins

      Démographiquement parlant, la France est un pays qui vieillit. Rien de surprenant à ce que les plus âgés aient du mal à accepter un changement quel qu’il soit. Le Mignon poudré leur apparaît comme étant le garant de cet immobilisme. Aucun des mes enfants n’a voté ou n’a cherché à le faire. Les nouvelles cartes d’électeur les attendent toujours dans leur enveloppe. Par contre, mes parents et beaux-parents, âgés, ont accomplit leur devoir électoral même si ma mère m’a confié avoir déchiré les bulletins de votes et voté blanc. D’ailleurs, le dialogue « politique  » est impossible car ils ne comprennent simplement plus ce qui se passe et ne se renseignent qu’à travers la propagande officielle. A cet égard, leur comportement avec le vaccin est tout à fait symptomatique. Je ne leur en veux pas car comment serais-je lorsque j’aurai atteint leur âge ?

      1. MCA

        « Le Mignon poudré leur apparaît comme étant le garant de cet immobilisme. »

        Quand le poudré leur fera un reset de leurs comptes en banques, m’est avis qu’ils vont changer d’opinion car il ne faut pas se leurrer, du fric il en cherche et eux en possèdent.

        1. Pierre 82

          Ce n’est que mon avis, mais je pense que beaucoup d’entre eux ont très bien compris comment cette histoire de dette irremboursable finira mal, et que leurs agitations ne sont que des efforts désespérés pour retarder le moment.
          Sauf sans doute quelques-uns parmi eux qui n’ont pas compris que ce type de fuite en avant a toujours une fin, et qui ont réellement cru aux sornettes qu’on leur a racontées quand ils étaient à l’ENA.

          1. Duff

            Ho non… La dette est remboursée avec de nouveaux emprunts. Le truc c’est plus de savoir à qui on refourgue les nouvelles émissions et le turnover est rapide. Quand un minustre parle de flécher l’épargne vers l’économie, on voit entre les lignes ce que ça veut dire. D’ailleurs la part des titres détenus par les non-résidents semble baisser… Surprise.

            1. Pierre 82

              Le principe de Ponzi. Ça finit toujours mal, c’est le principe de conservation des flux. En ont-ils tous conscience?
              Leur dernière cartouche consistera à confisquer l’épargne, et il y a même des chances que ça passe, que les spoliés acceptent la mort dans l’âme en se disant que de toutes façons, on ne peut pas faire autrement.
              Et après ça, il n’y aura plus de cartouches. C’est inéluctable, dépenser plus que ce qu’on a ne peut pas durer éternellement.
              Pour l’instant, ils font mine de croire que la croissance future permettra de rembourser la dette, ce qui démontre leur inculture crasse de ce que l’histoire nous enseigne.

              1. Aristarkke

                Croissance future qu’ils torpillent allègrement dès les prémices à base de Cerfavalanches et ponctions en tous genres avant même le premier euro de bénef…
                Les investissements étrangers dont Flop Joene se gargarisait pas plus tard qu’aujourd’hui, ne s’obtiennent qu’à la suite de grasses subventions ou exemptions des joyeusetés qui accablent d’ordinaire les entreprises du cru…
                Comme Bastiat l’écrivait, nous en sommes réduits à dévorer l’avenir pour maintenir un etat-providence déjanté… 😥

        2. durru

          Bah, c’est bien pour ça qu’ils poussent l’immobilisme à l’extrême, dans l’espoir que cette conclusion inéluctable arrivera seulement pour leur descendance (s’ils en ont une).
          Il y a, bien sûr, comme partout et comme toujours, des ravis de la crèche, mais ils ne doivent pas former la majorité.

          1. Pierre 82

            @durru
            « ils ne doivent pas former la majorité ». Ne sous-estimez pas la stupidité de ceux qui nous gouvernent, ou plus exactement, leur déconnexion totale avec la réalité, surtout pour ceux qui y baignent depuis longtemps, et pour les plus jeunes, leur incroyable manque de culture couplée à une arrogance de premier de la classe.
            Rappelez-vous la tête de Ceausescu dans son ultime discours de décembre 89, il est manifeste qu’il ne comprend même pas pourquoi les gens le sifflent. J’ai toujours pensé qu’il était parfaitement sincère à ce moment-là. On lui souffle aux oreilles depuis des décennies que sa politique a rendu la Roumanie heureuse comme elle ne l’a jamais été, il n’a aucune chance de se douter que ce n’était pas tout à fait le cas. J’avais 28 ans à l’époque, je m’en souviens comme si c’était hier….
            Le pouvoir rend fou.

            1. durru

              Comme je l’ai déjà écrit, j’ai le plus profond mépris pour nos « dirigeants », donc aucun risque là-dessus, soyez rassuré 😉
              Je parlais des soutiens âgés du pouvoir en place, ceux dont MCA disait qu’ils possèdent des comptes en banque prêts à être vidés.

              P.S. Concernant Ceausescu, moi ce qui m’a le plus marqué c’est son attitude (disons, plutôt, son incompréhension) lors de son « procès ». Approche plus subjective probablement.

              1. Aristarkke

                Vivre dans une « Cité Interdite » entouré de courtisans et utiliser une Presse dégoulinante d’obséquiosité ne permet pas de garder le contact avec la Réalité, celle qui reste quand le Rêve s’est évanoui…

            2. Pythagore

              Peut-être vrai à l’époque, mais entre les gilets johns et la suppression active et médiatique de contenu par qq GAFAM, entre autre, je ne pense pas que le pouvoir ignore l’existence d’une grogne populaire. Peut-être ne la comprennent-ils pas, mais cherchent-ils vraiment à comprendre ? Est ce vraiment leur souci ? Ils sont tout à fait persuader d’avoir le vérité et continuent leur petit business comme ca les arrange. Si ils ignorent les signaux, ils n’en ignorent pas leur existence.

              1. Pierre 82

                Bien sûr, ils sont au courant qu’il y a de la grogne, mais ils sont incapables d’interpréter le malaise.
                Depuis leur adolescence, où la plupart de ces parasites ont commencer à baigner dans le marigot politique, on leur dit et on leur répète qu’ils ont la possibilité de piquer dans la poche des contribuables (et depuis une décennie, directement à la banque centrale) pour distribuer le pognon pour essayer de contenter le peuple. C’est même le cœur de leur métier, ou en tous cas, de la compréhension qu’ils en ont.
                Ils ont à ce point un mépris du peuple que pour eux, ce sont juste des mendiants venant réclamer leur pitance. Ils ne s’imaginent même pas qu’ils puissent avoir juste envie qu’on leur fiche la paix,qu’on arrête de les empêcher de bosser et de confisquer le peu qu’ils gagnent.
                A leur décharge, quelle frange de la population vient à la rencontre de leurs politiciens? Toujours les mêmes, les quémandeurs, qu’ils soient des « allocataires sociaux » qui viennent demander un logement pour leur neveu, ou un emploi à la mairie pour leur fille, ainsi que des responsables d’associations de commerçants venir leur demander de l’argent pour organiser la prochaine foire aux boudins.
                Il s’agit d’un microcosme, politiciens d’un côté, mendiants de l’autre, et qui vivent en symbiose.
                Les politiciens professionnels oublieront très vite qu’il existe un autre peuple, composé de 80% des gens, qui n’ont pas l’habitude de venir demander des passe-droits, mais cette classe de politiciens ne travaille que pour elle-même et pour leurs clientèle. Les autres, ils ne les connaissent pas, et ceux-ci, en réaction, ont fini pas ne même plus aller voter.

                La réaction de Macron face aux gilets jaunes était éloquente: leur refiler un peu de pognon en se disant que ça calmera.
                En fait, ce sont les LBD, suivi d’un confinement généralisé, qui ont finalement calmé tout le monde. Mais rien n’est résolu.

                1. Higgins

                  Je n’ai pas encore pris le temps de visionner cette interview mais comme j’ai déjà entendu Michel Maffesoli parler de son livre, c’est un demi-mal et je partage ses conclusions : https:/ /lecourrierdesstrateges.fr/2021/06/29/maffesoli-lere-des-soulevements-arrive-et-le-sang-va-couler/
                  Nos pignouf devraient prendre très au sérieux cette abstention.

    3. Nemrod

      J’habite dans un département emblématique de ça.
      En gros il n’y a plus que des obligés du système : des fonc et des assisté auxquels s’ajoute maintenant des indépendant contents d’avoir toucher des « aides ».
      Une fois que le Socialisme est bien incrusté, seule la faillite le chasse.
      Ou la Guerre…perdue évidemment.

    4. Janus

      Regardez d’où viennent TOUS les politiques qui ont gagné misérablement les élections régionales : Soit il s’agit de politiques depuis l’origine, soit il s’agit de fonctionnaires. Ils s’en foutent de n’avoir que 13% des inscrits, ils ont le poste, la voiture siège cuir et chauffeur (Delga en occitanie) et tout le reste. Alors la démocratie n’est qu’un moyen et tant pis pour la légitimité… L’hôtel de région est bien chauffé et confortable…

  19. Covid’grenier

    « Si voter servait à changer les choses, il y a longtemps que ce serait interdit ». Citation approximative de je ne sais plus qui.

    1. Dr Slump

      Les hommes politiques sont marrants, encore je ne pense pas qu’ils nous feront un jour autant marrer qu’ils nous emmerdent.

      Alors on s’dit :
      – « Waaaaouh, mais, z’hommes politiques, euh, en même temps, z’hommes politiques… Ça doit être un métier difficile, z’hommes politique. »
      C’est pas vrai !! Les études c’est très simple : cinq ans de droit, tout le reste de travers. C’est pas compliqué.

      Pasque, là ils pétochent, les z’hommes politique, y va y avoir les érections pestilentielles, alors…
      J’aime autant vous dire que, comme y disent dans les milieux autorisés, les z’hommes politique trahissent des inquiétudes… faute de mieux, évidemment.
      D’ailleurs, c’est pas moi qui l’dit, qu’c’est des cons.
      Le président de la république l’a dit, dans un truc pour les jeunes, y croyait pas qu’on allait le répéter…
      Il a dit : – « Le plus inquiétant pour notre jeunesse, c’est la médiocrité de pensée de nos hommes politiques ».
      Peut être… je sais pas pour qui y dit ça… peut être…
      Moi j’ai pensé à Lecanuet.
      Ben si, j’me suis dit tiens, euh…pasque Lecanuet, on sait pas trop c’qu’y fait là non plus…
      Moi j’ai l’impression il a du être premier dans un concours de circonstance, Lecanuet.
      Remarquez, il est propre, hein. On dirait un VRP-multicarte ! – « Bonjour, j’ai tout le matériel dans la R-16 ».
      Ils s’en servent comme épouvantail, à la campagne, maintenant : ils le mettent au milieu des champs, et les oiseaux rapportent les graines. Oui oui…

      Attentions, les déclarations très importantes en politique cette semaine :

      Raymond Barre a dit : – « Il faut mettre d’urgent un frein à l’immobilisme ».
      Non, j’l’invente pas. J’vous l’dit pasque, si ya des mecs qu’ont des freins qui servent a rien, euh… même rongés, y peuvent les amener.

      Ce à quoi Chirac a rétorqué : – « Les portes de l’avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser. »
      Pasque des fois on s’dit : – « Oh, merde, Raymond Barre, Jacques Chirac, y sont pas d’la même crémerie, tout ça, y sont pas ensemble »

      Euh… hé ho, y z’ont un numéro de cirque, y en a un qui coupe les oignons et l’autre qui pleure.

      Attention… vas savoir c’qu’ils pensent, ces mecs-là…

      Ah, on en a plein, des ministres, on en a plein, on en manque pas. Ah oui…
      J’ai l’impression, les ministres, c’est comme les trous dans le gruyère, voyez..
      . Plus y’a d’gruyère, plus y’a d’trous, et puis plus y’a d’trous, ben, moins y’a d’gruyère.

      Alors, du coup, comme bientôt ça va être les élections, et qu’il va falloir voter pour son parti, alors les mecs y nous ameutent :
      – « Camarades morpions, adhérez aux parties »

      Voyez, pasque, les 4 leaders des grandes formations politiques françaises ne sont pas les uns contre les autres, mais bien unis comme les 3 mousquetaires des cinq doigts de la main, « un pour tous, tous pourris! »

  20. Pierre 82

    Totalement HS, mais je viens de recevoir le nouveau missel qui sera en vigueur à partir de l’année liturgique prochaine (1er dimanche de l’Avent).
    Du « frères-et-soeurs » à tous les étages, on croirait entendre du « celles-et-ceux ».
    Il est temps que ça cesse, sinon on aura droit à « A.wo.men » dans la prochaine édition…

    1. Pheldge

      avec le François Imbroglio, tu devrais être soulagé qu’il ne soit pas ponctué de « bismillah » ou de « inch allah » , au nom de la tolérance et de la bienveillance … 😉
      Après tout Jésus est pour certains musulmans le prophète Aïssa, alors faut bien équilibrer.

      1. Pierre 82

        A tous ceux qui désespèrent de l’Église, je leur rappelle que les deux derniers millénaires ont été truffés de papes insuffisants, voire cons comme des balais.

        En fait, on a été bien servi avec les deux derniers papes, et le XXème siècle a été assez bon. Mais au XVIIIème et XIXème, c’était un peu la cata question niveau intellectuel. Se souvient-on de Pie VII, qui, 20 ans après la révolution française, est allé couronner empereur un certain Bonaparte, lui donnant ainsi une légitimité qu’il n’avait pas, en prenant de court tous les cathos qui sont tombés de leur chaise en voyant ça?

  21. Panchovilla

    Pour la remarque sur le fait qu’ils ne sont que des comptables et qu’en entreprise on n’elit pas les comptables, je revendique la paternité. (cf précédent post).
    On dit merci tonton Pancho.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.