La France Potemkine

Le niveau des élèves français est réellement stupéfiant : bien qu’apparemment un peu en dessous de celui de certains Ukrainiens, le baccalauréat est maintenant décroché par plus de 90% d’entre eux, sous les applaudissements de la foule et notamment des enseignants, de plus en plus ravis de faire le plus beau métier du monde.

Ou presque.

Il apparaît en effet que certains de ces professeurs – des ronchons, sans doute – se plaignent de voir autoritairement relevées les notes qu’ils attribuent aux copies qu’ils ont eu à déchiffrer noter dans l’épreuve du bac 2022. La polémique enfle : ayant noté une moyenne de copie, voilà qu’ils constatent que cette moyenne a été relevée, parfois de plusieurs points, et notamment pour les notes plus faibles.

Comment est-ce possible ? Entre la plateforme numérique sur laquelle sont saisies ces notes, les rectorats et toutes les petites mains administratives qui se battent tous pour l’excellence de nos chères têtes blondes, le mystère reste entier même si certains soupçonnent que l’idée générale d’une certaine « harmonisation » des notes ne suffirait pas à expliquer le glissement de ces notes (toujours constaté à la hausse).

Les autorités seraient-elles en train de maquiller les notations pour les améliorer, et camoufler ainsi le niveau médiocre des élèves ?

Vous n’y pensez pas ! Il serait inconcevable qu’on joue ainsi avec des chiffres pour brosser dans le sens du poil des élèves, des parents (qui sont des électeurs de façon indirecte) voire des autorités politiques, et d’autant plus qu’il ne fait en réalité aucun doute que les élèves français maîtrisent à l’évidence les arcanes de leur langue comme en témoigne le questionnement sur l’un des sujets de philosophie pour savoir si « ludique » n’était pas un mot trop compliqué dans l’intitulé.

Non, décidément, cette histoire de notes du bac mystérieusement relevées ne tient pas debout.

Ce serait… Ce serait… Ce serait comme insister qu’il y aurait eu plusieurs dizaines de milliers de faux billets distribués lors de la finale entre Liverpool et Madrid à la Finale de la Ligue des Champions disputée au Stade de France fin mai dernier : on sentirait de trop loin le gros bobard mal torché.

Cela n’empêchera pas Didier Lallemant, préfet de police de Paris, d’utiliser cette fine excuse pour expliquer la petite bousculade qui eut lieu aux alentours du stade lors de cette rencontre internationale par ailleurs très bien planifiée, organisée et gérée par l’ensemble des autorités en responsabilité.

Le retour à la réalité (2800 faux billets constatés) n’aura fort heureusement entraîné aucune sanction, aucune mise-à-pied ni prise de conscience pour notre élite dirigeante qui, en responsabilité toujours, a misé sur l’incident diplomatique avec le Royaume Uni plutôt qu’avec la Seine Saint-Denis.

Gentils décalages de notes au bac, petits pipeaux pieux pour le Stade de France, tout se déroule comme si notre administration et nos dirigeants n’étaient plus exactement en phase avec les chiffres réels et leur préféraient ceux qu’ils avaient méticuleusement concoctés : ces derniers ont un avantage d’aider à venir peindre une réalité différente, plus facile à appréhender et pour laquelle les problèmes (de niveau d’éducation, de criminalité, d’image de marque, …) s’évaporent miraculeusement.

C’est un peu comme cette inflation dont l’INSEE s’empare fébrilement tous les trimestres pour nous élaborer une quintessence de calcul irréprochable et systématiquement en décalage avec la réalité, décalage favorable avec le pouvoir ce qui est à la fois un hasard commode et une propriété presque inhérente à la façon de mener le calcul (ça tombe bien).

Et lorsque certains, hardis (et un peu foufous, soyons honnêtes) se demandent si ce chiffre n’est pas un peu sous-estimé, une fine analyse sera rapidement poussée pour conclure à une « divergence méthodologique » qui, rassurez-vous, ne change rien : oui, certes, l’immobilier et l’énergie sont complètement sous-côtés dans l’indice officiel mais c’est parce que Raisons A, B et C et tubulures chromées X, Y et Z et à la fin, hop, petit chiffre ici, soustraction là, voyez m’ame Ginette pas de quoi s’affoler : 3%, c’est vraiment tranquillou, respirez m’ame Ginette.

C’est un peu comme la dette. À 2800 milliards d’euros, on ne compte plus au milliard près, tout ceci serait mesquin. Et si l’on peut, là encore, s’arranger avec la réalité, on n’hésitera pas à le faire comme le président Hollande le fit à son tour sans la moindre vergogne. À la fin, la réalité finira toujours par cogner, mais au moins peut-on présenter temporairement, comme pour le bac, comme pour les exactions au Stade de France, comme pour l’inflation, des chiffres contrôlés et un narratif sinon séduisant au moins pas catastrophique, presque sympathique.

En somme, on habille, on nettoie, on accommode, on arrange, on ripoline vite fait, on embellit. On pose un décor dont l’épaisseur et la coloration du carton-pâte varie… mais qui reste un décor et petit à petit, l’État français ne propose plus qu’un bac Potemkine, qu’une éducation Potemkine, qu’une sécurité Potemkine ou qu’un service public Potemkine en général.

Et ce n’est pas nouveau, c’est même devenu extrêmement tendance ces dernières années avec toute la compagnie de clowns et d’histrions bariolés qui occupent le pouvoir actuellement.

Est-il utile de revenir sur les stocks (de masques, de vaccins, de lits et j’en passe) dans notre système de soins ? À chaque fois, les gouvernants ont feint la surprise en découvrant – toujours trop tard – que les chiffres annoncés étaient fantaisistes et les stocks largement fantasmés ?

Du reste, tout le système de soin est une magnifique illustration de cette potemkinisation : la façade montre un personnel mobilisé, des équipements modernes et des services au taquet pour assurer une qualité de soin irréprochable aux patients et à ceux qui payent, contribuables et assurés. L’envers du décor montre des services désorganisés, un personnel épuisé, démotivé et débordé et des urgences qui ne sont plus assurées.

Le pays Potemkine a probablement commencé à mesure que le décalage entre le discours politique et la réalité s’est fait trop violent pour être admis par le pouvoir en place, directement responsable de la dérive. On se souvient ainsi des voyants qui se remettaient tous tranquillement au vert de Mauroy dans les années 80, tout comme ce « sentiment d’insécurité » qui doit nous faire oublier les exactions de plus en plus nombreuses et violentes dont sont victimes les Français.

À présent, il n’est plus un domaine dont l’État s’est emparé qui ne se soit pas accablé de cet écart consternant entre sa devanture, vantée par toute la clique au pouvoir quel qu’en soit le bord politique, et les coulisses rafistolée aux indicateurs bricolés sans honte pour afficher une santé, des performances ou des caractéristiques de plus en plus irréelles.

Même si, maintenant, une majorité de Français semble avoir compris qu’ils se déplacent dans ce décor de carton-pâte, ce qui la pousse à marquer une pause dans sa participation au théâtre, un nombre considérable d’entre eux refuse encore de regarder la réalité en face : il n’est qu’à voir le nombre de citoyens prêts pour le marché de Nupes ou à remettre une couche de Renuisance pour comprendre que ceux-là se satisfont très bien de ce décor et de ces faux-semblants tant qu’ils en profitent.

Les législatives Potemkine vont donc se dérouler sans accrocs, et le parlement Potemkine, fraîchement élu, fera semblant d’exercer le pouvoir législatif.

Ce pays Potemkine est foutu.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires326

      1. Decamp

        En effet tout est là.
        Tout est dans ce décalage entre le réel que l’on observe, le véritable, et le réel créé par les gouvernants via les médias.
        Dans les termes de notre belle époque, être politiquement correct c’est croire, ou faire semblant de croire, que le réel créé est le véritable réel. Au contraire, contester la véracité du réel créé en y opposant le décalage avec le réel observé c’est être complotiste.
        Je crois que c’est Ricoeur qui disait que la vérité exige deux choses, l’intelligence et le courage. De plus en plus de gens auraient l’intelligence de constater cette France Potemkine tant la chose devient chaque jour plus évidente, mais ils ne veulent pas la voir, ils n’ont pas le courage d’affronter les implications d’un tel constat. Alors ils font semblant. Quand le sage montre la lune certes l’idiot regarde le doigt, mais le peureux aussi, de crainte de ce qu’il pourrait y voir au bout.

        1. Aristarkke

          Ricœur n’est pas le maître à penser dont se gargaris(ait?)e Flop Joene au point d’en avoir été, un temps, le secrétaire???
          Restons-en à ce niveau en l’absence de plus ample information.
          Visiblement, les leçons dispensées par le maître ont été remisées aux culs-de-basse-fosse…

          1. Jacques Huse de Royaumont

            Macron a beaucoup gonflé son CV. Son lien avec Ricoeur est réel, mais beaucoup plus ténu : il l’a je crois, côtoyer pour son mémoire de DEA, pas plus.
            De même qu’il n’a jamais fait Normal sup ni n’a de doctorat. Il a un parcours somme toute assez banal, Normal Sup + ENA au 2ème essai.
            Ce genre de parcours, on en voit 50 tous les ans. De plus Science Po est connu pour recruter et former des arrivistes cyniques, pas des esprits brillants.

            1. Pheldge

              en effet les « esprits brillants » ayant fait Ulm avant l’ENA sont rares … heureusement que nous en avons la chance d’en avoir un au gouvernement, tellement qu’il est brillant, que son intelligence est un obstacle 😉

          2. Decamp

            Si, lui-même mais l’évocation de Ricoeur n’était pas le coeur de mon propos. Peu importe finalement qui a dit ça, cela me semble simplement très juste.

  1. Aristarkke

    si « ludique » n’était pas un mot trop compliqué dans l’intitulé.
    Heureusement qu’ils n’ont pas mentionné luddique, encore pire en ce qu’il suppose de connaissances historiques…

    1. Manzoni

      Si j’ai déjà entendu parler de luddisme et de luddite, je n’ai encore jamais rencontré le terme « luddique » (qui a trait au luddisme ?)

      1. Aristarkke

        Déjà lu « le mouvement luddique » en transcription plus ou moins adroite tirée du mot anglais ludds, mouvement ouvrier de la première moitié du XIXme siècle, luttant contre l’arrivée des machines à tisser, en fait du même niveau anti-progrès que les canuts lyonnais face aux métiers Jacquard.
        Mais je n’ai pas vérifié que l’Académie Française (de plus en plus lamentable à mes yeux), arbitre officielle des élégances du langage depuis Richelieu, tout de même, a ou non accepté ce terme.

      1. Aristarkke

        Là, outre ta précocité une nouvelle fois révélée, je ne suis pas sûr qu’il y aurait eu doute quant à la compréhension dudit mot ..

  2. Le Gnôme

    Rien que le fait de savoir lire les sujets du bac devrait valoir le diplôme aux candidats, même si de méchants profs mettent des mots incompréhensibles comme ludique dans les sujets.

    Et puis Potemkine ne renvoie pas qu’aux villages riants complètement bidonnés, il revoie aussi au glorieux cuirassé dont l’équipage, mélanchoniste avant l’heure, combattit le tsarisme et ses horreurs pour la plus grande gloire du prolétariat mondial.

    1. Aristarkke

      Célèbre surtout pour sa mutinerie (et le film d’Eisenstein qui en fut tiré et encore, pour la scène du landau qui dévale les escaliers). Sinon, il n’a rien fait de spécial sauf d’être sabordé, si cela constitue à jamais un fait de gloire.

        1. Higgins

          Un hommage à la scène du landau a été fait dans le film « Les incorruptibles » avec Kevin Kostner, Robert De Niro et Sean Connery. La scène se passe dans le hall de la gare de Chicago.

      1. Pheldge

        le nom Potemkine fait partie du panthéon révolutionnaire, c’est devenu une légende, qui fait fantasmer les révolutionnaires de salon en T shirt à l’effigie du Che et lisant Neruda …

        1. Aristarkke

          Vrai mais apparemment modelée par un Français exilé :
          Armand-Emmanuel du Plessis de Richelieu, qui avait l’amitié d’Alexandre I , est considéré comme l’un des pères fondateurs de la ville : Ayant fui la Révolution française, il servit dans l’armée russe contre les Ottomans. Il exerça d’abord la fonction de maire d’Odessa, de 1803 à 1805, puis celle de gouverneur d’Odessa et de Nouvelle-Russie de 1805 à 1814.
          (Extrait de la notice Wikipédia sur Odessa)
          Comme Paris a été modelée par le baron Haussmann sans qu’il en soit le fondateur.

          1. durru

            Plus à propos de ce qu’est devenue Wikipédia que pour Odessa, je viens de lire la partie de son histoire pendant WWII en anglais et en français. Si on fait pas attention, on a du mal à savoir qu’il s’agit de la même ville…

          2. Higgins

            Tous les articles du Courrier des stratèges qui parlent de la conduite de la guerre se terminent par une photo d’icelui : « Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port » (https:/ /lecourrierdesstrateges.fr/2022/06/16/guerre-dukraine-jour-110-111-ladhesion-de-la-suede-et-de-la-finlande-a-lotan-est-remise-aux-calendes-turques/)

  3. Stéphane B

    Euh non Patron.
    Tu écris  » les arcanes de leur langue comme en témoigne le questionnement sur l’un des sujets de philosophie »
    Or il s’agissait d’un texte de français si je lis bien l’article, ce qui est encore pire, car tous les renseignements étaient donnés dans le texte d’accompagnement

      1. Stéphane B

        Déjà qu’ils ne savent pas ce que signifie ludique, tu ne vas pas quand même leur demander de savoir différencier philosophie et français ?

      2. Higgins

        C’était en Bac Pro donc en français : « … «Selon vous, le jeu est-il toujours ludique ?» Tel est le sujet de français sur lequel ont dû plancher mardi 14 juin les lycéens de voie professionnelle… » (https:/ /www.lefigaro.fr/vox/societe/bac-2022-en-ignorant-le-sens-du-mot-ludique-certains-lyceens-confirment-la-baisse-dramatique-du-niveau-20220615)

  4. Aristarkke

    « a misé sur l’incident diplomatique avec le Royaume Uni  »
    Depuis le Brexit, tout est bon pour remettre à l’honneur « l’Entente Cordiale » officiellement en vigueur quand bien même nous nous tirions des bourres en Afrique pour agrandir nos empires coloniaux respectifs.
    Je viens de commander en GB des pièces très spécifiques de matériels sanitaires où les frais de transit et de douane ont été plus élevés que l’achat lui-même par le jeu de montant minimal obligatoire. Et malgré tout, en me dégageant une marge brute d’un tiers par rapport à ce que me reviendraient ces mêmes pièces acquises ici…

    1. P&C

      Faut bien faire de la lèche jusqu’au bout…

      Je parie que, même lorsque les allemands et leurs vassaux bataves quitteront l’UE, nos mamamouchis continueront l’aplaventrisme.

    2. Mitch

      J’achète mon Glyphosate au UK, mes claviers (des QWERTY qu’on ne trouve quasi pas ici), mes laptops, récemment des médocs pour mon chien (ici les cinglés me demandaient une ordonnance pour le chien – véridique – sans compter qu’ils étaient x2.5 plus cher) et encore plein d’autres trucs. Je m’arrange pour me pas dépasser les £150

      1. MJ

        j’achète le Glyphosate en Espagne (glifosato) . 8€50 le litre. mais faut y aller.
        pour ceux qui y vont en vacances, ça marche dans n’importe quelle jardinerie.

        1. MCA

          Il faut le commander sur ALIEXPRESS, il est livré à domicile par une société espagnole dont les stocks sont situés… en France.

          Authentique, j’ai essayé ! 😆

            1. MCA

              Commandé (et reçu) en juin 2021, depuis le prix a été multiplié par 3…(180E les 5 litres concentré à 30%)

              Il vaut mieux le commander en Chine via ALIEXPRESS sous forme de poudre et délayer ensuite; c’est beaucoup moins cher (quelques euros), par contre il y a les délais.

              1. Aristarkke

                Ils sont nettement en amélioration sur les délais, les Chinois. Mais ils ont visiblement commencé à établir des entrepôts relais dans des pays pas trop chers comme la Pologne ou l’Espagne pour raccourcir les transferts et en diminuer le coût pour les objets les plus lourds ou encombrants…

                1. Hari Seldon

                  Et l’énorme site de l’aéroport de Charleroi (Belgique) en cours d’aménagement aussi. Même si j’ai cru entendre des rumeurs sur des problèmes de sécurité nationale …

            2. Torpedo…los!

              Non ça ne fonctionne pas ainsi, refus de livraison en france. En se plaçant sous VPN hors de france, ça peut fonctionner mais pas moyen de régler par Paypal, carte ou Google pay uniquement.

        2. Yanka

          Vous irez soigner aussi votre cancer en Espagne ? Monsanto, c’est le Pfizer du jardin.

          Si vous avez des soucis de « mauvaises herbes », un bon sarcloir, en vente dans toutes les bonnes jardineries, serait d’un grand appoint, outre que cela vous forcerait à bouger un peu, de réduire vos comorbidités, tel ce ventre plutôt disgracieux.

      2. BXL

        @Mitch. Enfin, Mitch! Si vous zappez l’échelon vétérinaire, comment pourriez-vous soigner votre chien ? En France, suivez donc religieusement et néanmoins scrupuleusement toutes les marches du grand escalier qui mène au nirvana, mais n’oubliez pas le véto! J’en connais un rayon en la matière, simplement parce que j’ai eu des toutous (et surtout toutounes) toute ma vie

        1. Mitch

          Mon chien (Berger Blanc Suisse) a grandi très vite (comme les gros chien – rien d’anormal). Il est passé en quelques semaines de 3.5 kg à 15 kg, et s’est mis à boiter (problème articulaire du à sa croissance). Je suis allé voir le véto qui m’a donné du Métacam pour le soulager.

          Quelques semaines après, bis repetita, mais je n’avais plus de Metacam. D’où ma commande, car pas envie d’aller chez le véto pour qu’il me dise la même chose.

      3. sam player

        “Je m’arrange pour ne pas dépasser les £150”

        Justement c’est quoi les dispositions maintenant (montant maxi en franchise de droits ?), même eBay n’est pas clair à ce sujet: parfois il y a un avertissement ciblé sur le produit comme quoi il pourrait y avoir des frais supplémentaires, parfois ces frais sont détaillés au cent près et parfois il n’y a rien d’indiqué…

        Sinon moi, Glifosate diserbante eBay Italie, 80.40€ port compris les 5 litri en flacons de 1/2 litre à 360g/l en juillet 21

        1. sam player

          Les frais détaillés au cent près, je pense que ça a lieu quand c’est eBay qui fait le groupage des envois à destination de l’europe: dédouaner un container complet de 1000 objets ça coûte forcément moins que 1000 dédouanements unitaires…

  5. Popeye

    On pourrait même donner le bac à ceux qui se plaignent de ne pas comprendre le sens du mot. Au moins, ils savent qu’ils ne savent pas.

    1. MCA

      @Popeye 17 juin 2022, 9 h 22 min

      « Au moins, ils savent qu’ils ne savent pas. »

      Sauf que pour conceptualiser leur ignorance il leur faudrait des mots que précisément ils ne possèdent pas. 🙂

      On est dans le 1984.

    2. Pheldge

      oui, en effet, ils savent qu’ils ne savent pas, nous savons qu’ils ne savent pas, ils savent que nous savons qu’ils ne savent pas, et pourtant, ils continuent de croire en leur haute valeur, et en leurs diplômes en papier mâché …

  6. Aristarkke

    « et leur préféraient ceux qu’ils avaient méticuleusement concoctés »
    Comme il n’y a pas 70 ans que Winston C. a rendu son dernier soupir, ils s’exposent à des poursuites en droits d’auteur!

  7. Aristarkke

    Les législatives Potemkine vont donc se dérouler sans accrocs, »
    Il me semble logique de mettre plutôt accroc au singulier pour indiquer que vraiment, il n’y en aura aucun…
    Sinon, on peut estimer qu’un seul accroc ne rendrait pas la proposition vaine …
    Enfin, JDCJDR…

          1. Mitch

            J’aurais écrit ‘au feeling’: ‘être accroc’. C’est donc que ça ne doit pas être ça ! 🙂

            Visuellement ‘être accro’ c’est moche, il manque quelque chose (même si c’est plus simple).

            Le soucis en FR c’est qu’on ne prononce pas les terminaisons. Si on disait ‘accroC’ (en prononçant le ‘C’), le problème serait résolu.

        1. Pierre 82

          Ça n’a pas le même sens, mais àa a la même étymologie…
          De « accrocher » en substantif pour « accroc » et en apocope pour « accro ».

  8. Aristarkke

    *ces faux-semblants tant qu’ils en profitent.*
    La réalité est plutôt « tant qu’ils croient qu’ils en tirent profit » parce que dans une dégringolade pareille, rien que se maintenir de partout est une vraie gageure.

  9. Rick Enbacker

    Le sujet est déjà en soi complètement débile car ludique signifie relatif au jeu. Ce qui se traduit donc « Selon vous, le jeu est-il toujours relatif au jeu ? ». Pas de quoi faire une tartine de plusieurs pages… De là à dire que les rédacteurs de sujets ne maîtrisent pas le vocabulaire…

    1. Calvin

      Les questions deviendraient des anecdotes de comptoir :
      – le jeu est-il simplement un jeu ?
      – la liberté rend-elle libre ?
      – la médecine soigne-t-elle ?
      – la peur fait-elle peur ?

      ‘Tain, vivement le bac…
      Je crois que je pourrais le passer pour mes neuf ans…

      1. Rick Enbacker

        M’enfin, tout le monde sait que la liberté c’est l’esclavage !
        Quant à la médecine, posez la question à Olivier Véran !

      2. Mitch

        La vérité est-elle vrai?
        Le mensonge est-il faux?
        Le feu brûle t-il?
        L’eau mouille-t’elle?

        On a discuté de tous ces sujets avec Marcel et Raymond au bar café PMU des Amis hier et après quelques Pastis on était tous d’accord. On est ensuite passé au Foot et aux courses de chevaux (faut pas déconner quand même).

        1. Pheldge

          Flamby nous avait bien inventé un ministère de l’égalité réelle, avec à sa tête, une médiocre politicienne réunionnaise, caution féminine et colorée du gouvernement Cazeneuve …

    2. Aelil

      +1
      Le nombre de sujets « à l con » qu’on peut trouver…
      Je me souviens par exemple en philo un « y a-t-il une part d’animalité chez l’homme ? », le soucis évident c’est que si on en trouve la part la plus infime (et j’avais opté pour la biochimie primaire qui est globalement la même, au moins chez les mamifères) la réponse devient oui et le plan attendu en thèse-antithèse-sythèse ne peut pas se défendre (je peux insister sur des différences, mais ça n’empèche que cette part trouvée existe et que je ne peux plus la nier).
      Là ils font encore pire puisque c’est même tautologique, donc même pas possible de trouver des nuances pour bricoler un semblant d’antithèse.

      1. P&C

        La philo et la biochimie ne font pas bon ménage.
        De toute faço, c’était coef 1… et la prof était une allumée. Mieux valait bosser la microbio…

        1. Aelil

          C’est sûr que l’argument n’a pas semblé la convaincre (alors que perso je le trouvais plutôt valable, sinon je ne l’aurai pas mis)…
          Mais bon déjà utiliser une question « fermée » (qui accepte « oui » ou « non » comme réponse) c’est casse-gueule parce que certaines sont trop fermées justement (on peut défendre l’idée que compte-tenu du contexte de l’épreuve le candidat doit deviner que juste « oui » ou « non » ne va pas être accepté, encore faut-il une question qui accepte de la nuance).
          La déliquescence que l’on constate se trouve finalement déjà dans le sujet:
          – « Qu’est-ce qu’une bonne solution ? » => Question ouverte invitant à développer. Trop ouverte/trop libre ?
          – « La solution A est-elle une bonne solution ? » => Question fermée mais qui peut assez facilement se décliner dans le plan attendu en cherchant les avantages, les inconvénients et enfin en conluant (l’ordre du développement donnant la thèse, l’antithèse et la synthèse selon nos préférences).
          – « La solution A est-elle optimale ? » => Pour le coup la question devient trop fermée car le seul développement possible devient la démonstration (un contre-exemple et la réponse est « non », sinon un raisonnement valide qui démontre que « oui » et la réponse est, de fait, « oui »).
          – « La solution A est elle une solution ? » => C’est visiblement ou nous en sommes aujourd’hui, avec la question dont la réponse pourrait se résumer à « c’est dans la définition connard ! ». Le soucis devient alors de prendre l’habitude de sacré contorsions intellectuelles pour malgré tout avoir notre sempiternel plan thèse-antithèse-synthèse, parce que malheureusement pour les élèves, celui qui répondrait juste (voire ma proposition) aurait probablement une sale note. Et pourtant intellectuellement parlant il serait le plus valable/celui que j’embaucherai…

          1. Reek

            Êtes-vous si sûr que l’homme ait une part d’animalité ?

            Personnellement je n’en suis pas sûr à 100%.

            A voir… je veux juste dire que la porte est ouverte et que certaines écoles de pensée peuvent complètement contredire cette thèse.

            1. Dr Slump

              Est-on sûr qu’il y a de l’eau dans la mer? Je ne suis pas sûr à 100 %.
              Mais bon la porte est ouverte, après tout il est bien établi maintenant que les humains n’ont pas de sexe défini à la naissance.

      2. André Rosa

        Aelil : « la réponse devient oui et le plan attendu en thèse-antithèse-sythèse ne peut pas se défendre », « cette part trouvée existe et que je ne peux plus la nier »

        Attention, un plan dialectique ce n’est pas « 1. oui, 2. non (ou l’inverse), 3. peut-être si vous voulez ». C’est 1. oui (ou non), 2. mais, 3. de plus / pourtant / d’un autre point de vue…

        On peut reformuler la question que vous donnez en exemple et proposer le plan suivant :
        1. Oui, une part d’animalité existe de fait chez l’homme: fonctionnement biologique, instinct de survie, cruauté…
        2. Mais l’homme est doué de facultés absentes chez l’animal : langage conceptuel, création artistique, institutions…
        3. De plus, vertus morales et force spirituelle peuvent chez certains hommes se montrer plus fort que l’instinct de survie: Socrate, Jésus etc.

        1. Aelil

          « On peut reformuler la question »
          C’est bien là tout le problème: Si on reformule, on introduit forcément d’autres idées que la question de départ. Je comprend bien que c’est ce qui était attendu, mais c’est stricto sensu hors-sujet.
          Voyez ça comme mon côté matheux: Quand on me demande si le mec dans son train arrivera à l’heure pour le repas, je ne répond pas qu’il y a un wagon restaurant (après tout on peut reformuler la question en « Va-t-il pouvoir manger ? »).
          Du coup ça introduit de l’arbitraire parce qu’il devient difficile d’avoir une limite nette pour ce qui est ou non dans le sujet (et de fait plein de choses auront un lien si on me laisse expliquer genre la présence d’un wagon restaurant).
          Je suis donc d’accord avec le point 1 détaillé (« oui […] »).
          Par contre le point 2 est hors sujet (on peut lister autant de différences qu’on veut ça ne changera rien au fait que le point 1 a répondu « oui », et ce de façon définitive).
          De la même façon le point 3 s’éloigne du sujet (de fait puisqu’il essaie de réintroduire le 2 qui est déjà hors sujet mais en moins bien: « certains », ici ce n’est même plus d’un truc qu’on espérait partagé qu’on parle).
          Votre plan correspondrait plus pour moi à la question « Peut-on réduire l’homme à un animal ? » (à laquelle je répondrai 2-1-3 à titre personnel). Ce n’est pas du tout la même question et donc ça n’appelle pas la même réponse.
          Sinon je peux aussi reformuler votre commentaire entier et répondre à autre chose que ce qui est dit. :-p
          Et je vais renvoyer aux exemples de questions que je donne dans: https:/ /h16free.com/2022/06/17/71522-la-france-potemkine/comment-page-1#comment-879115

  10. Calvin

    « a misé sur l’incident diplomatique avec le Royaume Uni plutôt qu’avec la Seine Saint-Denis. »

    L’ambassadeur de la Seine-Saint-Denis a été très clair lors de son entrevue avec son homologue français : toute incrimination de ses ressortissants par l’Etat Français dans les violences au Stade de France serait sanctionnée par un gel des relations diplomatiques et une hausse du racket financier.
    L’Etat a préféré s’offrir une bonne tranche de rosbif…

    1. Blondin

      Le truc c’est que les Marseillais, les Corses, les Roubaisiens, etc. peuvent crever sans que ça émeuve plus que ça en haut lieu.
      En revanche, St-Denis est limitrophe de Paris. Donc on arrose de pognon pour éviter que notre belle capitale soit touchée

    2. Higgins

      La racaille n’est pas que devant le stade : « C1 : Les autorités françaises auraient fait pression sur l’UEFA pour incriminer les supporters de Liverpool
      samedi 11 juin » (https:/ /www.sofoot.com/c1-les-autorites-francaises-auraient-fait-pression-sur-l-uefa-pour-incriminer-les-supporters-de-liverpool-515674.html)

      1. Pierre 82

        « Selon le daily mail ». La source vaut ce qu’elle vaut, c’est-à-dire pas grand chose…
        Ceci dit, ça n’enlève rien à l’attitude déplorable du gouvernement français, et il est possible que les Anglais l’aient tellement avalé de travers qu’on pourrait s’attendre à des retombées, du style: plus aucun rencontre internationale ne peut se dérouler sur le territoire français, ou alors, encore plus humiliant: que la sécurité soit supervisée par une autre autorité que française. Et que le poste de commandement soit carrément attribué à une tierce partie.

        Quoi qu’il en soit, les JO de 2024 semblent se présenter sous les meilleurs auspices (rien à voir avec les EHPAD, anciennement hospices)

          1. Aristarkke

            Non et pas seulement à cause de la musicalité de la formule qui rendrait moins bien :
            L’haruspice est celui qui pratique les arts divinatoires selon différentes voies possibles (vols des oiseaux, examen d’entrailles animales, etc…) alors que l’auspice est la recommandation ou le présage qu’il émet au titre de son service divinatoire.

  11. Rick Enbacker

    J.P. Brighelli vient de pondre un billet sur le même sujet :

    https:/ /www.causeur.fr/niveau-baccalaureat-philosophie-chute-logiciel-santorin-surnote-235859

  12. Blondin

    Il est savoureux l’extrait avec Pierre Mauroy (l’homme qui mangeait de la langouste 3 fois par semaine quand il était à Matignon).

    J’aime beaucoup sa conclusion : « Les Français ont du bon sens »….. quand je vois leur vote depuis 40 ans, j’ai quand même un gros doute.

    1. Nemrod

      D’avoir voté pour lui prouve le contraire.
      Globalement les français auront ce qu’ils méritent…une minorité est victime de la connerie de la majorité…c’est comme ça.
      A mon humble niveau je vois bien des boomers ( j’ai dit des) devenir de plus en plus hargneux à mesure que le château de carte s’effondre alors que leur gueule est encore dessous.
       » quoi Moi, privé de soins aux urgences, Moi ! »
      Ben oui toi Ducon, et tu n’y est pas pour rien.

      1. Higgins

        « … je vois bien des boomers ( j’ai dit des) devenir de plus en plus hargneux à mesure que le château de carte s’effondre alors que leur gueule est encore dessous. » J’ai quelques exemples dans mon entourage…

        1. Blondin

          ça me rappelle une conversation avec des copains profs à peine un an après l’élection de Flanby et la sodo… pardon le matraquage fiscal qui a suivi.
          eux : « Franchement Hollande, je ne peux plus le supporter ! »
          moi : « Fallait pas voter pour lui »
          eux : « ………………………………………….. on allait quand même pas voter à droite !!!! »

          1. Aristarkke

            Ça fait toujours tout drôle d’approuver qu’on va taxer les riches et de constater subitement être dans le lot desdits sans avoir jamais eu le sentiment d’en faire partie…

          2. Jusnaturaliste

            Au moins les gauchistes, ils sont démocrates et ils votent.

            Le problème de la France, c’est que la droite est encore trop royaliste, soit ils votent pour une dynastie (et avec les Le Pen, on est tombé bien plus bas que les trois autres dynasties encore prétendantes au trône), soit ils boudent parce que les candidats sont des nazes. Pendant ce temps la gauche vote et garde le pouvoir.

            1. Pierre 82

              Je pense, à l’instar d’Obertone, que la France EST de gauche, ou du moins viscéralement étatiste. Le Salut ne pour provenir QUE de l’état pour une écrasante majorité de Français. Il n’y a pas plus d’abstention dans un camp que dans l’autre.
              La seule différence gauche / droite, c’est de savoir si on doit donner un peu plus aux sans-papiers, aux branleurs et aux fonctionnaires (=la gauche), ou bien un peu plus aux classes moyennes (=RN), ou si on doit en donner un peu plus aux entrepreneurs (= LR, je n’ose pas écrire la droite).

              Comme il y a plus de branleurs que d’entrepreneurs, la gauche ne peut que l’emporter. Quand aux classes moyennes, elles sont laissées sur le côté, leur avis n’a aucune importance.

              1. BXL

                La seule raison d’exister des classes moyennes, c’est l’essorage fiscal. Lorsque cette partie de la population s’éteint dans un pays, c’est toujours très mauvais signe.

            2. Nemrod

              Le fait de voter ne veut pas dire qu’ils sont démocrates.
              D’ailleurs la France…une démocratie, ça se discute.
              Il vaudrait peut-être mieux pas étant donné le résultat…on pourrait désespéré de ce type de régime.
              Ouah c’est bath on est démocrate mon fils…oui mais on s’est fait virer de chez nous papa !

              1. Jusnaturaliste

                La démocratie, c’est par définition le pouvoir à des représentants élus par le peuple. Pour ma part, je ne suis pas démocrate, je suis jusnaturaliste, ce qui m’importe n’est pas que le peuple vote pour des représentants, mais que les droits naturels de chaque individu soient respectés.

                1. Aelil

                  « La démocratie, c’est par définition le pouvoir à des représentants élus par le peuple. »
                  Euh la démocratie c’est pas le pouvoir au peuple plutôt ?
                  La démocratie représentative passe par des représentants (même pas nécessairement élus d’ailleurs, ça peut être du tirage au sort), mais on peut, surtout à petite échelle, imaginer une démocratie directe donc sans représentants.

        2. Aristarkke

          Même la soeur aînée de Mevrouw, pourtant de Gôche depuis des lustres -feu une tante disant d’elle à de nombreuses reprises qu’elle avait été ravagée par mai 68 , 20 ans à l’époque et en fac à Paris, future prof, sans jamais s’en être remise- commence à avoir de gros doutes sur les bienfaits de la Gôche notamment quant aux soins des hostos…
          A 74 ans, bien que n’ayant jamais rien eu de sérieux sur le plan santé, elle doit penser que, peut-être, un hôpital en état de marche convenable…
          ayant toutefois survécu au Covid, version 2021, malgré sa vie en Thébaïde, sans vaccin…

      2. Mitch

        « A mon humble niveau je vois bien des boomers ( j’ai dit des) devenir de plus en plus hargneux à mesure que le château de carte s’effondre alors que leur gueule est encore dessous. »

        +10. Pas mieux. Je souhaite que ca tombe sur la tronche de certains pour être parfaitement franc. (j’ai dis de ‘certains’).

          1. BXL

            @Mitch. Avec un « S », c’est le conditionnel donc hypothétique. Sans, c’est du sûr, aussi sûr que la France qui fait un grand pas en avant vers le précipice. Guess you agree ?

            1. Mitch

              Le pire c’est que je le savais. Arf. My bad!

              « La France qui fait un grand pas en avant vers le précipice. Guess you agree ? »

              couldn’t agree more 😉

    2. Aristarkke

      Prendre Pierre M. pour une lumière revenait à faire preuve d’une croyance éperdue au Père Noël ou similaire.
      Fallait pas habiter Lille ou alors, fallait avoir les yeux de Chimène…
      D’ailleurs, appeler Méremptoire auprès de lui à Lille a montré terriblement ses limites en la matière après tout le cirque qu’elle a pu y faire d’odieux pendant qu’il était encore maire pour tenter de le pousser du haut des escaliers.
      Mais il n’a jamais osé la virer parce que, pensait-il probablement, l’aura des 35heures rejaillissait sur lui.
      Le seul fait qui l’a propulsé à Matignon a été d’avoir choisi de suivre (avec la fédération PS du Nord qui était bien plus puissante à l’époque que maintenant, même si il y a encore de beaux restes) l’Arsouille parmi les tous premiers séides dudit et, en quelque sorte, de le cautionner.
      Et d’une fatuité ! Faisant rappeler à tous propos, notamment sur les plaques commémoratives qu’il était un ancien PM, bien (trop) longtemps après son temps…
      Et je ne dis rien quant au niveau des impôts locaux sous son égide même pour la TH, au moins dans le secteur dit libre ..

      1. BXL

        @Ari 14h13. Et en cette époque ô combien bénie pour la génération du moment, les réseaux sociaux (beurk) et Médiapart (rebeurk) n’avaient pas encore vu le jour…

    1. Pierre 82

      Sam, comment pourrais-tu imaginer qu’une telle figure de style pût être involontaire?
      Le boss est un maître ès allitérations et ès tautogrammes?

  13. LCH

    Bof quand je vois qu’une fois en discutant comme quoi je suis à la bourre pour mes passations de tarifs car je ne peux pratiquer la procrastination sinon je perds de l’argent .

    Vous auriez vu les yeux des interlocuteurs de moins de 30 ans ne comprenant pas le sens de la phrase

    Le niveau périclite
    Nous serons bientot en Négatif

      1. Blondin

        Attention Calvin, quand tu parles Jourdain à un jeune « conscientisé », il pense au conflit israëlo-palestinien (je te laisse deviner qui sont les méchants).
        Enfin, ceux qui ont déjà regardé une carte.

    1. Mitch

      « pratiquer la procrastination sinon je perds de l’argent »

      Même mot en Anglais (et même verbe). Je suspecte que cela doit venir du Français qui doit lui même le tenir du Latin. A vérifier à l’occasion.

      C’est à peu près autant utiliser en Anglais qu’en Français à vrai dire. Et il y a peu près aussi peu de chance que tu sois compris 😉

      A mon avis, ce n’est pas tant une question d’age mais surtout de culture (et à priori on a plus de culture à 60 ans qu’à 30 ans – ce qui est assez compréhensible).

      AMHA, il y a largement plus grave. Une bonne partie des élèves de ma femme (des terminales) ne sait pas calculer un pourcentage. Pour eux, rien d’anormal à ce que le prix HT soit supérieur au prix TTC 🙂 (NB: I wish it were true !! 😉 ) : « c’est la machine qui l’a dit ma’m ».

        1. Mitch

          Quand ils font la feuille de paie (c’est au programme), il parait que c’est un grand moment devant l’éternel 🙂 Effectivement, beaucoup ont de très gros soucis avec Mr Pourcentage.

          Passer ce cap (ou pas), leur conclusion est invariable:

          « Ouah,Ma’m, c’est trop l’arnaque, et pourquoi je vais bosser alors ».

          Comme quoi, ils ne sont finalement pas si cons que ça 🙂

          Et ils appliquent d’ailleurs souvent leur conclusion 🙂

        1. Mitch

          Ah ok. Ca dépend des pays de langue Anglaise alors. De par chez moi c’est utilisé comme ici (cad peu). Comme souvent avec ce type de mot rarement utilisé c’est aussi un marqueur social (en tout cas de part chez moi).

      1. LCH

        Desole Mitch
        Mais pas que des 30
        J ai des 20 30 40 50 60 70 alos que je suis pas dans le 50

        C es tcomme qd la voisine explique un problem au travail
        et que je reponds / C est antnomique ce que tu me dis

        Apres un bug de bien 20 sec Cla veut dire quoi
        e fais a chaque fois je sors le smart google ou tu peux meme faire des sur l ortho

        PUt! de merde ils ont un outil de livre livre experience dans leur poche mais ils tapent a la porte toi tu tu connias coment ont fait

        depuis dernierement C est devenu / ben tu demerde

        Par contre a ne pas utiliser dvant un tribunal tu te fais defoucer
        ils aiment mieux le wesh wesh pourles peines

        J aime pas la procratisnation donc j ai cherche des mots pour raccourcir mes phrases

        Vu que l atttention de l inteerloc est lequivalent d une pub TV

          1. Pierre 82

            Sans vouloir chercher une vaine polémique, je n’ai rien compris. Ni le sujet, ni ce que vous essayez d’exprimer.
            Je vous assure que si vous parlez comme vous écrivez, il n’est pas étonnant que certaines personnes vous regardent parfois avec des yeux ronds… sans doute que je ne suis pas doué pour le décryptage, mais je ne pense pas que je sois le seul…

  14. Gerldam

    Il n’y a plus que deux solutions: oublier toute cette merde et se concentrer sur le personnel, la famille, la lecture….tant qu’on a à bouffer et un toit au dessus de la tête.
    L’autre, celle que j’ai choisie: la fuite.

    1. Nemrod

      Moi aussi…enfin un mix des 2
      La fuite dans le désert français en se concentrant sur mon clan.
      Pas le courage pour la vraie ou encore les marges de manoeuvre pour me mouvoir dans la diagonale du rien en passant sous les radars.
      Ca peut ne pas durer.

  15. Mildred

    Je suis quand même un peu étonnée qu’il y ait encore des professeurs pour s’alarmer que leur notation des élèves soit remise en cause !
    Je me souviens que dans les années 1985-1990, une de mes amies professeur de lycée m’expliquait que les notes des plus mauvais élèves – ceux qui auraient dû être exclus du lycée – étaient systématiquement relevées au motif que ces élèves-là, on les connaissait, tandis que s’ils étaient exclus, ils seraient remplacés par d’autres, tout aussi mauvais, mais parfaitement inconnus.

  16. LaGranGen

    Le problème n’est pas que les élèves de bac pro ne connaissent pas le mot ludique, mais que les examinateurs aient pu formuler de la sorte le sujet. Ludique veut dire 1. qui a trait au jeu, 2. (par extension) qui est amusant, distrayant. Le sujet aurait dû être ainsi libellé: « Le jeu est-il toujours amusant ? ». Apparemment, certains sujets sont rédigés à la va-vite, sur un coin de table, et non relus ni vérifiés.
    Les ignares sont les profs qui ont donné ce sujet.

  17. Mitch

    « En somme, on habille, on nettoie, on accommode, on arrange, on ripoline vite fait, on embellit »

    En Anglais, on a une expression très imagée que j’aime beaucoup pour qualifier ce que le Boss décrit. On dit que :

    ‘You put lipstick on a pig’.

    Ce que le Boss décrit fort bien dans son ticket n’est rien d’autre qu’une Soviétisation accélérée de ce pays.

    Outre l’habillage fait de mensonges, et les résultats catastrophiques dans à peu près tous les domaines, on peu aussi observer:

    – Le retour des plans quinquennaux
    – Le retour des tickets (ou chèques)
    – Une bonne partie de la population pour qui la conscience professionnelle est un concept inconnu ou disparu
    – Des apparatchiks totalement déconnectés de la réalité et sans aucune pudeur
    – Un pouvoir qui n’hésite plus une seconde à manipuler les foules à très grande échelle et de façon totalement décomplexée
    – Un pouvoir qui n’a aucun scrupules à utiliser la force et la censure
    – Un pays qui ne produit plus rien si ce n’est des fonctionnaires et des CERFAs
    – Une administration toujours plus lourde et inefficace
    – Un régalien en perdition

    All the boxes are ticked off …

    Combien de temps avant l’effondrement? C’est la vrai question.

    Dans l’histoire, ‘the way out’ pour ce type de régime à l’agonie à souvent été la guerre …

    1. Pierre 82

      @Mitch
      ‘the way out’ pour ce type de régime à l’agonie à souvent été la guerre

      Je vous rappelle, à toutes fins utiles quoi qu’on en dise, et même si rien n’a été déclaré, nous sommes en guerre. Certains se demandent même si on n’est carrément pas au début de WWIII.

      C’est comme ceux qui traitent de complotistes ceux qui se plaignent des pertes de libertés, le tout dans un pays qui a assigné à domicile toute sa population à cause d’un rhume. Il est manifeste que quand on est la tête dans le guidon, on ne s’en rend même pas compte: nous sommes en guerre. Une drôle de guerre peut-être, mais ce n’est pas la première fois non plus.

      1. Higgins

        Je suis assez inquiet par le comportement du Mignon qui multiplie les provocations imbéciles envers la Russie. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin qu’elle se casse.

            1. Mitch

              Le Politburo, par l’intermédiaire de sa dévouée Pravda, dit qu’il n’y a pas lieu de de s’inquiéter, et que la gaz sera fourni par d’autres pays, et blablabla.

              Ce qui veut donc dire qu’on est dans la merde et que l’hiver prochain risque d’être Rock&Roll

                1. BXL

                  Gaz de shit, par exemple ? Le souci, c’est qu’on a, je crois, très peu d’installations industrielles capables d’effectuer je ne sais quelle conversion technique à même de transformer ce gaz avant de pouvoir l’utiliser. J’ai tout faux ?

                  1. Pheldge

                    Brillante idée qui permettrait à des pays émergents » de connaître un développement foudroyant : entre le « libanais rouge », le « marocain », le « double zéro », sans oublier « l’afghan » ou le « Black Bombay », tout en garantissant un approvisionnement diversifié et sécurisé ! 😉

                  2. P&C

                    On ne sait même pas si le gaz de schiste présent dans notre sous sol est utilisable… ça pourrait n’être que du NH3…

                    En plus, on a un autre problème : les forages de gaz des schiste, ça prend énormément de place… que nous n’avons pas. Les USA sont un pays désert, pas la France.

                    1. durru

                      Ouais, la Pennsylvanie, avec 112 habitants/km2, c’est un désert… Pire que le Massif Central.
                      Quant à savoir ce qu’il y a dans le sous-sol, c’est sûr que si on interdit de chercher, on risque pas de le savoir un jour.

        1. Mitch

          Oui, je partage cet avis.

          Le Mignon est un vrai sujet de (très grosse) inquiétude.

          J’imagine (enfin, j »ose espérer) qu’il est entouré de conseillers militaires compétents, mais le Mignon ne semble écouter que le Mignon.

        2. Jacques Huse de Royaumont

          Va savoir.
          Quand il abreuve l’Ukraine de promesse et de bonnes paroles, qui doit le plus s’inquiéter, la Russie ou l’Ukraine ?
          Les mots ne lui coutant pas cher, il dit à Zelenski ce qu’il veut entendre, mais ça ne l’engage à rien. C’est même peut-être un signe précurseur d’un abandon en rase campagne.
          Pour intégrer l’Ukraine à l’UE, encore faut-il que l’Ukraine existe encore.

          1. Mitch

            +1. Le fait que le Mignon ait promis à l’Ukraine qu’ils feraient parti de l’UE veut dire … qu’ils n’en feront jamais partie.

      2. Mitch

        On va dire que pour l’instant, il n’y a pas (encore?) de troupes engagées sur le terrain (sans doute des conseillers militaires oui, mais pas de troupes) et donc pas (encore?) de confrontation directe, ni de déclaration en ce sens. Si l’on se réfère à la définition d’une guerre, cela n’est ai pas une (pour l’instant au moins).

        Quand à WWIII, bien difficile de savoir ce qui va se passer, mais il faut bien garder à l’esprit que l’immense majorité des pays n’a pas voulu prendre position (ou l’a fait du bout des lèvres sans aucune conviction).

        L’AmSud, l’Afrique, l’Asie du Sud Est, l’Asie centrale, la péninsule Indienne, le moyen orient considèrent que c’est une guerre régionale. Tous ces pays doivent bien représenter 80% des pays du monde et +90% de la population mondiale.

        Je doute que ces pays changent d’avis (mais je peux me tromper, hein).

        Alors la guerre ‘mondiale’ … comment dire …

        C’est le club des pays occidentaux, avec le Japon en invité (aka le ‘camp du bien’) qui en découd avec la Russie (aka ‘l’axe du mal’). Les occidentaux, nombrilistes par nature, présentent ça comme les prémisses de WWIII. Le prisme occidental. Rien de nouveau à … l’ouest 😉 .

        1. Nemrod

          Oui et non.
          La grande majorité des humains n’en ont pas grand chose à faire mais si ça tourne mal…enfin encore plus, ils seront tous très affectés, pour être le plus light possible.

        2. Pierre 82

          Je t’ai déjà donné mon avis là-dessus, Mitch.
          An 1939, les US n’en avaient rien à foutre du conflit européen, qui était pour eux une guerre locale. Mais quand ça a dégénéré, tout le monde a été entraîné sans l’avoir voulu.
          Aujourd’hui, il s’agit quand même d’une guerre entre l’occident, d’une part, et un pays, la Russie. Les autres ne veulent pas en entendre parler, certes.
          Sauf que cette guerre implique de sérieux dysfonctionnements dans le commerce mondial, y compris dans la disponibilité des matières premières. Dans le bloc anti-occidental, pour l’instant, il n’y a que la Russie, mais pas mal d’autres pays sont plus ou moins rangés de son côté, tels la Chine et l’Inde, excusez du peu.
          Et même si l’occident est sur son déclin, il a encore suffisamment de beaux restes que pour foutre une pagaille monumentale avant de tirer sa révérence.

          Ce qui m’inquiète le plus, c’est de voir qu’aucun pays occidental ne montre le moindre signe d’apaisement, de volonté de négocier, ni de vouloir éviter que ça ne dégénère. Au contraire, ils soufflent sur les braises autant qu’ils le peuvent, ce qui n’est pas une chose à faire dans une forêt du Var quand il fait 40°C et qu’il ne pleut plus depuis 3 mois.

          Donc, oui, amha, les conditions sont réunies pour que ça dérape.
          Et quand ce sera parti, plus rien ne l’arrêtera.

            1. breizh

              l’Europe n’a rien à opposer aux Russes (qui n’ont engagé qu’une fraction de leurs forces armées en Ukraine et qui écrasent les pauvres ukrainiens dans leurs bunkers).
              C’est peut-être par qu’ils ne peuvent pas mordre que les européens crient (surtout la commission).

                1. Pheldge

                  quand elle trouve un cadavre en forêt, à la tombée du jour, ça fait « j’aime le son du corps, le soir au fond des bois … » 😉

            1. Pierre 82

              Je ne sais pas qui est ce garçon, ni quels sont ces états de service, mais que des faucons agitent le chiffon d’une intervention de l’OTAN n’a rien de surprenant.
              De là à penser qu’ils sont en mesure de forcer leurs choix, je ne pense pas qu’on en soit là.
              L’armée US qui se fait chasser ignominieusement d’Afghanistan n’a sans doute pas la possibilité d’intervenir massivement contre l’ours russe.
              Par contre, installer un bordel permanent en se battant jusqu’au dernier Ukrainien, oui. C’est plutôt sur un enlisement voulu par les US que je tablerais. Ils ont la même stratégie depuis leur défaite au Vietnam, et pour changer de vision stratégique, il faut un pays dirigé par un chef. Pour l’instant, il est dirigé par des factions qui dirigent les différentes administrations.

              Bon, ce n’est qu’un point de vue.

              1. Roanna

                Pour l’instant les US n’ont jamais été touchés sur leur sol, tout ce qu’il fomentent est à mille lieues de leur territoire.
                La Russie semble pouvoir toucher les US à partir de leur territoiren, cela change grandement la donne.
                Ils ne sont pas fichus de sortir avec les honneurs d’un pays, pourquoi sortiraient-ils vainqueurs d’Ukraine.
                Le centre de décision US c’est le pentagone, un ou plusieurs missiles bien centrés et dodo les petits, ce qui veut dire que les US n’oseront pas franchir le cap.
                C’est en tout cas ce que conseillerait un esprit bien fait dans une position d’infériorité.

                1. Pierre 82

                  Et les Russes recevraient en retour un déluge de feu nucléaire sur la tronche, sans être capable d’arrêter tous les missiles en même temps.
                  Je ne pense pas que Poutine soit fou, contrairement à ce que colportent les journalistes.

                  1. Spirou

                    Les silos américains ? Au moins la moitié est HS. Beaucoup ont des pbs d’alimentation électriques avec des prises… uniquement produite en chine. Le mythe de la première salve shock and awe de l’administration US a pris du plomb dans l’aile au Pentagone où ils savent que la vitesse de frappe des russes mettraient HS Camp David, la Maison Blanche, les 2/3 des bunkers essentiels et donc rendrait la prise de décision quasi nulle

                    1. Pierre 82

                      Peut-être, mail il y a deux erreurs que je ne commettrais pas:
                      1. surestimer la puissance de l’armée russe
                      2. sous-estimer ma capacité de réponse des USA

                    2. Dr Slump

                      Franchement, je pense que l’état américain est tout autant Potemkine que le nôtre. En plus gros, certes, mais ça peut avoir un effet démultiplicateur sur le cargo maquillé en super-destroyer avec beaucoup de carton-pâte, et d’autant plus lourd à manoeuvrer lorsqu’en plus leur présidouille est un Bidet sénile sous prozac, et leur vice-présiglande une hyène crétine sous amphétamine.
                      Ce n’est pas pour rien que les médias US décrivaient leurs émeutes en ville comme « fiery but mostly peaceful ». Le parallèle avec le cas du stade de France me paraît assez frappant.

                    3. Pierre 82

                      Je comprends bien Dr, que les US ressemble de plus en plus à un village Potemkine. Je veux juste ajouter ceci:
                      – il ne faut pas négliger qu’ils ont encore une force d’inertie énorme, surtout pour une puissance qui a dominé le monde pendant plus de 70 ans. Ils ne sont pas devenus des nains au niveau militaire.
                      – il ne faut pas négliger non plus qu’ils ont un pouvoir de nuisance énorme, et précisément à cause de leurs élites au pouvoir, qui ont une espèce de haine à l’égard du genre humain. Ces gens sont excessivement dangereux
                      – De leur côté, le Russes ne sont pas terribles non plus. C’est le patriotisme qui tient la machine debout, et c’est la ferveur populaire d’un peuple tant de fois humilié qui fait qu’ils soutiennent majoritairement la guerre de Poutine. Mais n’oublions pas que ce pays est dirigé par des maffias locales, qui rendent très compliqué le développement d’une vraie classe d’entrepreneurs. On peut bien sûr gloser sur notre capitalisme de connivence, mais côté russe, ce n’est pas plus brillant. Ils n’ont pas d’entrepreneurs, car ce sont principalement des accapareurs, souvent assez violents. Géographiquement, ils ont un potentiel de croissance qui est comparable aux USA du XIXème siècle, mais ça ne démarre pas. Et pour cause.

                      C’est juste pour remettre les choses à leur place. Non, je ne pense pas que les Russes ne feraient qu’une bouchée des Américains. Les Chinois non plus, d’ailleurs.

                    4. P&C

                      @Pierre82

                      « Ils n’ont pas d’entrepreneurs, car ce sont principalement des accapareurs, souvent assez violents.  »

                      Ce qui est toute l’histoire de la Russie, entre les Varègues pilleurs, les Khans mongols pilleurs, les boyards pilleurs…les cocos nomenklaturistes avec force Stakhanovisme, et les voleurs dans la loi.

          1. Jean-Maurice

            Parce que ce serait un moyen de planquer toutes les erreurs des années passée. Tous les gouvernements occidentaux ou presque sont dans l’impossibilité de rembourser les dettes et de faire des budgets équilibrés. De plus macron a bien dit qu’il y aurait une loi (donc déjà écrite, discutée et votée?) pour mettre en place une économie de guerre.

        3. Jacques Huse de Royaumont

          Il semble que des troupes soient déjà présentent en Ukraine. Pour l’instant, ce sont officiellement des mercenaires.
          L’engagement direct n’est donc pas loin.

          Par ailleurs, la Chine a commencé des préparatifs pour une opération spéciale sur Taiwan.
          Enfin, l’Iran a tiré, de son sol, des missiles sur des camps militaires américains en Irak.

          WWIII n’est pas à exclure, et avec des irresponsables comme Macron aux manettes, le pire est à craindre.

          1. Spirou

            Le flux s’est tarit. Restent les alt right américains qui finiront comme les autres. En fuite ou mort. Une douzaine de militaires israéliens ont été évacués d’Azvolstal et remis aux autorités israéliennes qui ont promit de ne plus fournir d’armes. On connaît la valeur d’une promesse de l’état hébreux mais c’est pour la Russie un moyen de pression à peu de frais.
            On est sur une guerre par proxy. L’Ukraine use de mercenaires et de gamins enrôlés de force. La russie se sert essentiellement de ses brigades de Lugansk et Donesk pour le sale boulot. La première a perdu environ 50% de ses effectifs. Le reste sont des forces spéciales des deux côtés. Il y a 900 000 hommes hors conscriptions qui attendent l’arme au pied en Russie

    2. Jacques-Marie Bichot

      Oui, soviétisation.
      En revanche, je retirerais le mot « accéléré ». Les signes concrets de la soviétisation sont croissants et ils existent depuis plusieurs dizaines d’années, avant 1936 qui fut un marqueur historique.
      Le massacre des vendéen est un autre repère historique. Ce qui m’amène à argumenter que la soviétisation prend sa source en France, comme l’exposait Alexandre Soljenitsyne.
      Si je considère que les députés français sont entre 70 et 95% à gauche selon les législatures, au moins depuis 1973 (probablement avant, c’est simplement que je n’ai pas étudié davantage le passé), la soviétisation est lente, continue et ancrée.
      Par conséquent, tout est normal, car nos concitoyens demandent ce régime avec constance.

            1. Pierre 82

              On a eu Foucault, Derrida, et autres joyeux baltringues à l’origine du wokisme, aussi… encore un succès de l’exportation pour la France.

              1. Yanka

                Oui, enfin… Est-ce que Marx est responsable de la lecture biaisée et forcenée que certains en ont fait ? Est-ce que Foucault, Derrida, Deleuze et consorts, ont fait autre autre que penser ? Je ne sache pas qu’ils avaient un programme politique. On a par exemple fait de Foucault (dont je ne suis pas fan, loin s’en faut) le pape de l’antipsychiatrie, parce qu’il avait écrit une « Histoire de la folie », qui n’est pas sans intérêt et qui n’est pas un pamphlet, ni un programme politique.

                Le père de l’antipsychiatrie, Ronald Laing, mentionne dans un ouvrage des plus intéressants des cas réels (il était psychiatre clinicien, pas philosophe). Par exemple, celui-ci. Une gamine mutique qui passait ses journées assise sur son lit, à regarder le mur en face. Après enquête, il s’est avéré que les parents passaient leurs journées devant la télé à haut volume à s’engueuler, et que la gamine, pour échapper à cet enfer, avait développé cette stratégie du retrait intérieur, du silence, contre la folie de ses parents. Or, dit Laing, dans notre « culture », il n’est pas anormal de passer ses journées devant la télévision à s’engueuler comme pus, mais ce l’est de demeurer assis en silence en fixant un mur blanc. Il met l’accent sur le fait que la folie (en dehors de toutes lésions cérébrales) est décrétée telle par des gens dont la folie n’est pas diagnostiquée comme telle. Nous venons de voir avec la crise sanitaire que les gens les plus sains d’esprit étaient traités de tous les noms par les délirants aux manettes, ce soi-disant cercle de la raison, les sachants. Nous sommes beaucoup à avoir développé aussi des systèmes de protection plus ou moins fonctionnels contre ces cinglés hautement contaminants. Nous avons des moyens qu’une gamine de 11-12 ans n’a pas forcément. Dès lors que le bon diagnostic est posé, le traitement est aisé, sans chimie ni camisole.

                Les partisans de l’antipsychiatrie (en fait, l’antipsychiatrie ne s’en prend qu’à la psychiatrisation de certains comportements) ont été caricaturés comme des mecs qui voulaient relâcher les fous dans la nature. On caricature de la même manière les déconstructivistes français, comme s’ils avaient proposé de tout fiche par terre ! Je ne suis vraiment pas fana de leurs idées, puisque je suis plutôt un conservateur, mais ils ne proposent rien de tel. Subversifs, oui ; séditieux, pas du tout. Et encore n’étaient-il subversifs que dans un cadre social et politique qui était la vieille France de l’après-guerre, pleine d’arthrose intellectuelle. Maintenant, la lecture qu’en font certains… comme Nietzsche devenu nazi par la magie d’une sœur acquise à ces idées-là et par un tripatouillage scandaleux du concept de surhomme. Le surhomme de Nietzsche n’est pas un officier nazi vociférant dans son impeccable uniforme Hugo Boss. Cette lourdeur du Schleu (du Prussien guerrier et belliqueux), Nietzsche a passé sa vie à la haïr, lui qui était dans l’âme un latin, un artiste plutôt fin et un musicien doué (écoutez ses compositions), un poète (son allemand est loin de la lourde syntaxe kantienne), un danseur, un équilibriste. Et « on » en a fait un précurseur du nazisme !

                1. durru

                  Marx, comme Foucault, Derrida et consorts, ne sont pas directement responsables de ce que d’autres ont fait, c’est vrai.
                  Mais prétendre que Marx ne serait pas responsable de la mise en place de dictatures sanguinaires, quand c’est bien lui même qui a théorisé le remplacement des systèmes démocratiques par des dictatures (« du prolétariat »), ou que Derrida, l’inventeur du concept de « déconstruction », n’a rien à voir avec la destruction du système d’enseignement en France (juste quelques exemples), c’est une curieuse façon d’apprécier l’impact des idées sur nos sociétés.
                  Bien sûr que toutes les victimes (environ cent millions, une paille) des divers régimes communistes de par le monde peuvent sans l’ombre d’un doute réclamer leur relation directe avec les thèses de Marx. Outre la « dictature du prolétariat », il ne faut pas oublier sa promotion d’un des péchés capitaux : l’envie. Ce qui reste, jusqu’à présent, le fer de lance de tout socialisme.

                  1. Yanka

                    Oui et non. Si je dis d’un mec qu’il est à tuer (par exaspération) et qu’un quidam le liquide effectivement, suis-je responsable, suis-je un donneur d’ordre ? On va me dire que j’ai armé psychologiquement le lascar, que mon propos équivaut à licence… La responsabilité commence où, pour un écrivain ? Un assassin qui s’inspirerait d’un récit pour tuer peut-il chercher à atténuer sa responsabilité en se défaussant sur l’auteur du récit, comme s’il s’agissait d’un programme à mettre en place ?

                    Le déconstruction est un concept philosophique et pas un programme politique. Je veux bien que certains intellectuels ignorent généralement les conséquences éventuelles de leurs théories, mais une théorie est un constat à un moment M de l’histoire, la plupart du temps biaisée quand les faits sont tordus dans le sens de la théorie qu’on cherche à mettre à place, quand le théoricien écarte tout ce qui ne rentre pas dans son logiciel de pensée (c’est frappant avec le premier Debord dont les théories sont émises d’abord, puis justifiées par des faits retenus pour leur utilité ; on peut trouver des contre-exemples factuels qui invalident la théorie).

                    Les parents de Hitler sont-ils responsables des crimes du fiston pour l’avoir mis au monde et élevé, quand bien même ils ne l’ont bien sûr pas élevé pour qu’il devienne ce qu’il est devenu ? Pour moi, non. Si tu rédiges un programme précis et qu’un abruti le met en œuvre, là, l’auteur du programme est responsable. Marx n’a pas plus voulu les crimes du communisme que l’inventeur du couteau n’a voulu qu’on se serve de son invention pour tuer son prochain, ni le constructeur Peugeot complice de mon crime si j’écrase délibérément un fâcheux au volant de ma 204.

                    1. durru

                      « Marx n’a pas plus voulu les crimes du communisme que l’inventeur du couteau n’a voulu qu’on se serve de son invention pour tuer son prochain »
                      Ahem… Tout d’abord, je répète, Marx a bien *voulu* la dictature. Vous voulez dire que personne ne pouvait imaginer un quelconque rapport entre dictature et décisions aléatoires, possiblement violentes ? Quant à l’envie, faudrait pas abuser, la raison pour laquelle elle est classée parmi les péchés capitaux est évidente.
                      Mais je vais aller plus loin. Le couteau, vous dites, n’a pas été inventé pour tuer son prochain. Je vous conseille de lire René Girard, pour qui la chasse et la guerre sont tout aussi anciens dans l’histoire de l’humanité (ce que les découvertes archéologiques laissent penser). La violence humaine (et son contrôle à l’intérieur du groupe) sont vieux comme le monde.
                      Faudrait un jour se débarrasser de cette vision idéaliste du bon sauvage, produite par un autre immense envieux et théoricien des génocides.
                      Théoriser quelque chose, c’est à dire donner une caution morale à des actes à priori répréhensibles, va bien plus loin que l’exemple simpliste que vous donnez, d’appel au meurtre. Détruire les structures de la société n’est pas comparable avec la destruction d’un seul membre de la société.

      1. Aristarkke

        probablement avant, c’est simplement que je n’ai pas étudié davantage le passé
        Oui, pour la IVme République, la fin de la IIIme et sauf de 58 à 81 où le Général avait repris le pays suite à la déliquescence avérée et totale de la IVme République, comme il l’avait prédit dix ans auparavant à Bayeux puis à d’autres occasions.

      1. Mitch

        Parfaitement correct (et approprié) aussi 😉 En FR je crois qu’on dirais ‘faire passer de la m..de pour de l’or’ (ou quelque chose comme ça).

        NB: a turd = une merde, un étron (pour ceux qui ne savent pas forcement).

          1. Roanna

            C’est pas vraiment intéressant comme transformation mais si vous avez la méthode inserve (oui dans l’autre sens) alors on pourra s’entendre.

    3. Ned Kelly

      Il y avait recherche de solution (guerre, révolution, …) quand il y avait un peuple homogène et une espèce de croyance en un destin commun. Ce n’est plus le cas.

  18. ValM

    Tout ceci ne montre qu’une chose : la LREM et Macron n’en ont plus rien à foutre. Ils ont été élus, ils sont là pour 5 ans, personne ne va les attaquer alors qu’est-ce que ça peut faire si les français croient ou non à leurs bobards ?

    Un peu comme Lallemant qui a sorti aux sénateurs : « c’est quoi votre problème ? »

    C’est ce que je craignais avec la ré-élection de Macron : qu’il ne se sente plus pisser à l’idée d’avoir réussi à rester malgré la merde qu’il a foutu et qu’il se sente tout puissant… Ben voilà, ça arrive. Ils mentent tous et se foutent de ce que les français pensent. Ça n’augure rien de bon pour les prochains mois.

  19. Le Gnôme

    Toutes les radios nous cassent les pieds avec la chaleur, comme si c’était une nouveauté. Il suffit de regarder les vieilles chroniques, que l’ont peut trouver dans la mémoire des croquants de Moriceau.

    Ainsi, en Normandie:  » Le jour de Pasque cinquiesme jour d’avril 1556, il pleut en très grande abondance, mais depuis aucune pluie jusques après la feste de la Toussaint, et fut de si extresme chaleurs et sécheresses qu’elles causèrent une grande stérilité des bleds, parce que les orges qui furent depuis seméz n’eurent moyen de croître. »

    Comme nos contemporains croient tout ce qu’on leur raconte et qu’ils ont une mémoire de bulot, ils pensent que c’est de leur faute et réclament des verges pour se faire battre.

    Déjà l’homme de Cro-Magnon, à la sortie de la dernière glaciation, se plaignait du réchauffent climatique. Il n’avait pas pensé à la dangerosité du pet de mammouth.

    1. Higgins

      « 23 mai au 6 juin 1922 : vague de chaleur exceptionnelle – ces records sont pulvérisés avec 34° à Valenciennes, Tours et Chartres, 35°à Rouen, 35 à 36° à Paris, 36° à Nancy, Charleville Mézières, Epinal et 37° à Chaumont. Dans la soirée du 2 juin, un très violent orage éclate à Paris. » (https:/ /www.meteo-paris.com/chronique/annee/1922).

      1. Pheldge

        Major, mais tu ne comprends pas ? tu le fais z-exprès ? ça, c’est de la météo, et le Monsieur, il te cause de climat … 😉

        1. Minou

          D’ailleurs une des caractéristiques du réchauffement climatique, les étés sont plus chaud et les hivers sont plus froids (c’est logique le réchauffement donne plus de froid ! Mais y a quand même moins de neige qu’ils disent).
          Comme j’avais une fois répondu à un écolo, » dans ce cas si la situation s’inverse nous aurons des étés plus frais mais des hivers plus chaud soit moins de neige que maintenant » après un moment de réflexion la réponse : « vous êtes climato-septique vous ne pouvez pas comprendre »

  20. Nemrod

    Préférer l’incident diplomatique avec le Royaume Uni qu’avec la Seine Saint Denis…très drôle et très juste.
    C’est tout à fait ça.

  21. Mildred

    A propos des « législatives Potemkine », croyez-vous qu’il serait judicieux, comme certains le demandent, d’instaurer chez nous, le scrutin majoritaire à un tour ?

    https: / /www.contrepoints.org/2022/06/16/433081-legislatives-2022-pourquoi-un-second-tour

    1. Pierre 82

      Je ne pense pas qu’on soit dans une crise de représentativité, ni que le problème soit le type de scrutin.
      Le souci, c’est qu’ils ont largement dépassé leur domaine naturel de compétences, qui est le régalien.
      A partir du moment où le peuple pense qu’il est normal de « redistribuer », la porte est ouvert à une dérive. Dérive qui a pris plus d’un siècle à aboutir à l’endroit où nous en sommes.
      Si la question telle qu’elle est comprise par la population lors d’une élection est: « à qui voulez-vous que je prenne du pognon, et à qui voulez-vous que je le distribue? », la réponse est prévisible, et ne peut mener qu’à la ruine.
      On y est presque, et changer le mode de scrutin n’y changera rien du tout.
      Ce qu’il faut d’abord faire, c’est redéfinir le domaine dans lequel un état peut exercer son pouvoir, et où il li est interdit de mettre ses grosses mains pleines de doigts.

      1. Mildred

        Avant de dire si oui ou non nous sommes dans une crise de représentativité il faudra comparer les chiffres des élus que nous aurions eus dimanche dernier et ceux que nous aurons dimanche prochain. Cependant j’ai comme un petit doute que le RN n’aura pas les 110 députés qu’il aurait eus dimanche dernier si nous avions été en scrutin majoritaire à un tour !

        1. Aristarkke

          Vous postulez que les électeurs auraient le même comportement face à un autre mode de scrutin. On peut imaginer qu’actuellement certains électeurs se lâchent au premier tour sur le mode : tremble, Manu! Regarde pour qui nous sommes capables de voter !
          Pour ensuite voter sagement la reconduction des députés de Manu pour ne pas participer au jeu de Nupes..’
          Ce qu’ils ne feraient peut-être pas en scrutin à un tour où il faut voter utile de suite…

      2. breizh

        c’est une forme de corruption, l’UE n’est plus que cela « à quel pays je prends le pognon pour le distribuer à qui ».
        Le seul qui gagne, c’est la technostructure.

    2. MCA

      @Mildred 17 juin 2022, 14 h 24 min

      Avec un scrutin majoritaire à un tour il serait très difficile voire impossible au poudré d’obtenir la majorité absolue à l’AN et toutes les conséquences qui en découlent.

      Conclusion: ce mode de scrutin n’est pas prêt de voir le jour et c’est bien dommage.

  22. Theo31

    Quand ça foire, c’est la faute à la réalité qui ne veut pas s’adapter à la doxa. J’en connais beaucoup qui ont voulu faire un concours de bites avec dame nature. Elle a toujours gagné.

  23. Rick Enbacker

    HS mais Martin Hirsch démissionne de la direction de l’AP-HP :
    https:/ /fr.news.yahoo.com/sant%C3%A9-martin-hirsch-patron-l-101600897.html
    En ce moment les bonnes nouvelles sont rares alors inutile de se priver.
    Bon par contre son remplaçant sera peut-être pire…

      1. MCA

        Autre évolution possible, qu’il devienne ministre de la « santé » dans le futur gvt.

        Mon petit doigt me dit que nous n’avons pas le c*l sorti des ronces.

    1. Torpedo…los!

      Ce sera pire, c’est l’ancien directeur de la CNAM jusqu’en 2020, Nicolas Revel qui lui succéde. On peut pleurer d’avance.

  24. barbe

    ai lu ceci quelque part
    « Le texte du doyen de l’université de Genève:
    « Faisant suite à une récente question, le doyen rappelle que les règles d’admissibilité des bacheliers français ont été modifiées à la suite d’une réforme des bacs L et ES (littéraire et économique et social). Cette dernière a ramené au niveau d’options des branches scientifiques obligatoires dans une maturité suisse, en particulier les mathématiques, supprimant ainsi l’équivalence entre les deux diplômes et donc l’admissibilité automatique, sous réserve d’une note suffisante, des bacheliers de ces filières. De longues discussions ont eu lieu entre la Faculté et le Rectorat afin d’obtenir un moratoire dans l’application des nouvelles règles. Mais notre institution, à l’instar des autres universités suisses, les a fait entrer en vigueur l’an dernier. Il n’y a dès lors plus de négociation possible et force est de constater que nous perdons ainsi 20 à 30 bons candidats.
    Il subsiste deux voies d’accès pour les bacheliers concernés : obtenir une licence française et s’inscrire à Genève au niveau maîtrise, ou présenter un « dossier d’excellence » à soumettre au Rectorat avec le préavis de la Faculté. Cette dernière possibilité, dont deux lycéens ont bénéficié l’an dernier, est réservée aux Lettres. »

  25. Reddef

    Plus jeune nous critiquions les américains de ne pas savoir placer ou nommer des villes d’ Europe ou d’ ailleurs sur une carte du monde , les français ont tellement absorbé la culture d’ icelui que benêts ils sont devenu , étant plutôt Beatles que Lynyrd je m’ en sort un peu mieux. Après Tocqueville avait quand même prévu cette démocratie d’ opinion et non de raison.

  26. Hennequin

    C’est curieux : voilà des années que cela se passe ainsi pour le bac pro. Ancien prof en lycée pro, je ne relève pas un ou deux points misérables.
    C’était plutôt 3 ou 4 points…
    Le bac ? Enfumage institutionnel.

  27. Ned Kelly

    Bon, exemple du niveau qui s’effondre.
    Brevet des collèges 1986 : faute de grammaire : -2 points.
    2022 : 0.5 points.
    en 1986 avec 5 fautes on avait 10/20, aujourd’hui 17.5/20.
    Pas grand chose à rajouter. De nos jours, il faut 20 fautes pour avoir 10/20…

    Ma fille qui passe son brevet réflechit, regarde son portable, réfléchit encore puis me dit « du coup, personne n’avait la moyenne? « 

    1. Theo31

      – 63 (pas pour moi, je devais être proche de 0) en version latine en troisième.

      Fin de première, premier en latin avec 2/20 en version.

      Autre temps, autres moeurs.

  28. Léo C

    Vous savez, lorsque j’entends quotidiennement, avec l’aplomb et la certitude hautaine de ceux qui savent, des « on s’est demandé qu’est-ce que c’était » plutôt que le « ce que c’était » attendu, du « problématique », adjectif, à l’envi, désormais substantivé, au lieu de « problème », « dangerosité » plutôt que « danger », etc, je ne m’étonne plus de rien.

    Tout ceci avec la caution des media au fil-à-plomb, qui s’en gargarisent avec suffisance et fatuité.
    L’École des Fans et Tonton Mayonnaise qui donne dix à tout le monde, nous y sommes.

    Les Suisses ont fort bien fait de ne plus reconnaitre le bac français

    L’égalité à la sauce gaucho. Tous médiocres, tous pauvres; sauf certains, dépositaires de la pensée humaniste universelle et salvatrice, qui estiment pouvoir s’en affranchir pour se préserver de la merde qu’elle génère inévitablement.
    Progéniture dans les meilleures écoles privées, à l’abri dans les quartiers encore vivables, protection policière….

    Il y a encore des indécrottables (dont des proches, de mon âge) qui pensent que Méchancon nous sortirait de l’ornière.
    Après 40 ans de dégringolade, initiée par une des pires crapules de la Vème République, après avoir goûté aux bienfaits d’un socialisme triomphant, ils n’en démordent pas.

    Dans ma circonscription, j’ai le choix entre les 2 fossoyeurs appointés.
    Ça tombe bien, j’ai piscine (vraiment, chez un ami) à partir de cet après-midi, pour le week-end.

    Lorsqu’on en arrive à ce stade, il reste le départ, la résignation ou la révolte.

    On a pas le cul sorti des ronces.

    1. Pheldge

      @ Léo C 11 h 30 : permettez une correction : l’Ecole des fans, c’était Jacques Martin, par contre « Tonton Mayonnaise » c’est un immortel succès, un méga-tube de Stéphane Collaro, il faut quand même pas plaisanter ! 😉

  29. lxy

    Quand j’ai passé le bac-il y a bien longtemps- il y avait une section C =Math +Latin avec au bac une épreuve écrite de version latine.Cette année-là on avait eu Tacite un historien pas facile à traduire. Ceci marquait l’achévement de 6 années de latin à haute dose.
    .
    « O tempora, O mores »

    1. Roanna

      J’ai toujours estimé que le latin et le grec c’était du temps perdu mais vous avez certainement des arguments solides pour me prouver le contraire.
      Si c’est pour mettre en avant l’origine des mots je crains fort qu’à l’heure des SMS le latin ait pris une méchante claque.

      1. durru

        L’origine… peut-être.
        Mais surtout, pour rester dans la ligne de l’article, le sens des mots.
        Le langage, c’est abstrait et c’est ce qui nous distingue de l’animal. La déchéance du langage c’est la déchéance de l’humanité.

      2. Dr Slump

        La peste de ces arguments utilitaristes…
        Avec votre raisonnement, les maths c’est du temps perdu aussi, vu qu’on a des ordinateurs et des calculatrices qui font les opérations de base les plus courantes pour le fonctionnement d’une entreprise.
        Pas besoin d’apprendre la chimie, la biologie et la physique, y’a des ingénieurs qui s’occupent de ça, pas besoin d’apprendre la langue, y’a google trad, et pas besoin d’apprendre l’orthographe non plus, il y a des correcteurs tout à fait efficaces.

        Les lettres anciennes, latin, grec, littérature, philosophie, histoire, droit, font partie d’un corpus d’enseignement qu’on appelait les Humanités, et moi je tiens ces enseignements pour les plus indispensables pour former de bons esprits. C’est dans les humanités que le courant de pensée libéral prend sa source. Otez les humanités et vous n’avez plus de débat raisonné, plus de libéralisme, plus de droit, plus de morale, et bien pis que ça plus de h16.

        Otez toutes les Humanités de l’enseignement général, et vous ferez des étudiants qui ne savent pas écrire, pas s’exprimer, et pas penser. Cela vous rappelle une situation déjà connue ? Non ? Maintenant allez me prouver le contraire.
        Même les maths vous ne pouvez pas en faire si vous ne savez pas penser correctement dans votre langue.

        1. Pierre 82

          J’ai écrit dans le même sens, mais un peu plus long, désolé. Je n’avais pas encore vu..
          Comme quoi les grands esprits se rencontrent, vu que vous opposez également les Humanités et l’utilitarisme.

        2. Roanna

          C’est un point de vue qui se défend.
          Ceci dit je n’ai pas suivi ce corpus Humanités ou alors très à la marge, il y avait par contre une classe Philo et je serais intéressé de savoir ce que sont devenus tous ces jeunes qui sont passés par là.
          Pour commencer c’étaient généralement des gens qui ne pouvant pas choisir ni les sections C ni D ni autre chose se retrouvaient en A.
          Peut-être avons nous là une grosse partie des gens qui votent à présent LFI parce qu’ils ne savent pas faire autre chose que du social (je ne critique pas).
          Vu le nombre de personnes ayant fait philo, je cherche nos grands philosophes. A une époque reculée ou la matière n’était pas enseignée il y en avait un certain nombre mais où sont-ils actuellement? alors qu’on serait en droit d’avoir beaucoup de lumières. Au lieu de ça on a des lanternes de sortie de garage.
          Pour votre dernier § considérez donc que je ne sais ni lire ni m’exprimer ni penser mais je compense avec autre chose.

          1. Aelil

            C’est marrant j’ai l’impression d’un sujet de discussion déjà dans le billet précédent XD.
            Pour la philo comme je l’avais déjà dit je pense que c’est utile, mais la « vraie » philo, pas le cours de philo que j’ai eu en terminale (sachant que je suis de la fin des années 80 ça donne vers le milieu des années 2000 pour le cours lui-même).
            Je suis personnellement moins convaincu par le latin, mais je dirai que du simple fait d’être en démocratie il est préférable de donner la base la plus solide possible à tous.
            La démocratie a été imaginée pour des citoyens éclairés, s’ils ne le sont pas il ne faudra pas s’étonner de mauvais résultats. On pourrait résumer (pour les puristes ce n’est pas exact et ils ont raison mais c’est du chipotage) que la démocratie consiste à confier le pouvoir à un mec qui a le niveau moyen du peuple, si ce niveau est bas ça augmente les chances de mal se passer.

          2. Dr Slump

            « Vu le nombre de personnes ayant fait philo »
            Franchement peu de personnes, en réalité. En lettres anciennes, c’est pire, les facs de lettre sont en voie de disparition.

            « je cherche nos grands philosophes »
            Donc pour vous étudier la philo ne sert qu’à devenir philosophe, fin.
            Comme étudier les maths ne sert qu’à devenir mathématicien, et étudier la physique devenir physicien. Ce qu’il faut de patience pour répondre à des points de vue obtus…

            1. Roanna

              Pour être obtus vous tenez le pompon.
              Je me contre fiche que les facs de lettres soient actuellement en voie de disparition, ce n’était pas le cas il y a 50 ans et les philosophes actuels seraient ceux qui ont été formés à cette époque là.
              « Donc pour vous étudier la philo ne sert qu’à devenir philosophe »,
              Non, mais plus j’en forme plus j’ai de chance d’en voir émerger un.

              Fin de réponse obtuse.

              1. Dr Slump

                LOL, la réponse qui prétend réfuter tout en réaffirmant exactement le même raisonnement : on ne fait pas philo pour devenir philosophe, mais bon, plus on a d’étudiants en philo, plus on aura de chances de voir émerger des philosophes. Mais qu’est ce qui vous permet d’affirmer qu’il n’y a pas de grand philosophe de nos jours ? et qu’est-ce qu’un grand philosophe d’abord ?

                Vous connaissez Thomas Sowell? Ouille, il fait bien de la philosophie. Ah c’est vrai, il n’est pas français. Mais vous voyez que même aux US on fait de la philo! Pas la philo que vous aviez sans doute en tête, mais c’est de la philo quand même.

                Et des philosophes français de renommée internationale, il y en a un nombre certain. Je ne préfère pas les citer parce que ce sont des socialistes et des déconstructivistes pour la plupart, mais ils sont bien actifs et payés pour leur travail.

                Mais à la fin il y a qq chose que vous ne semblez pas saisir; personne ici ne prétend qu’on a besoin de savoir philosopher pour devenir pilote d’avion. Bien sûr on peut tout à fait être pilote de boeing avec 300 passagers en soute (oui, j’aime torturer les passagers, surtout ceux qui ont un pass) sans rien piger à la philo et à la culture grecque. Ce qu’on dit, c’est que sans les Humanités, aucun professionnel ne serait capable de comprendre un langage logique et rationnel, de savoir se comporter de façon appropriée dans les situations qui ne sont pas dans le manuel, et qui requièrent des compétences qui ne sont pas techniques, mais humaines.

                Vous êtes parfaitement libre de ne pas vous y intéresser du tout. Mais le fait que vous ne trouviez aucune philosophie dans l’exercice de votre profession n’est pas une preuve de son inutilité… d’autant plus qu’en argumentant un point de vue utilitariste, vous parlez en fait philosophie depuis le début, lol !

      3. Le Gnôme

        Bah, si les potaches avaient fait du latin, ils connaîtraient le sens du mot ludique, car ils auraient reconnu le mot latin ludus.

      4. Pierre 82

        Pareil pour moi, mais c’était quand j’étais en Belgique: Section Latin-Math.

        Il faut remettre l’étude du latin dans l’optique de ce qu’on appelait « Les Humanités »,
        Je réalise que l’étude du latin (et du grec pour les littéraires) est compliquée à défendre. Incontestablement, ça oblige à se replonger dans nos racines profondes, et ça nous donne une certaine façon analytique d’aborder les langues. Ça, c’est au niveau technique, je n’oserais pas dire que ça m’a beaucoup servi de manière directe.
        J’en garde néanmoins de bons souvenirs, car grâce à ces traductions d’Ovide, de Tacite, de Suétone ou d’Horace, et bien sûr Cicéron, on se plonge dans une culture qui est très différente de celle que nous connaissons. Je dois dire aussi que le côté « gratuit » de cet apprentissage était intéressant en soi. La nécessité de cet apprentissage était déjà largement remis en cause par beaucoup à l’époque (années 70), et c’était plaisant de se dire qu’on faisait des études « de luxe ». Une sorte de snobisme.

        Je pense que la vision utilitariste de l’éducation est une chose abominable: former des jeunes uniquement dans l’optique d’être de bons techniciens ne nous donnera que des robots, ou des j’en-foutre, incapables de réflexion. Il fut un temps où le bac était l’aboutissement d’enseignements « inutiles » tels que l’histoire, la littérature, la géographie, les langues étrangères (en exceptant l’anglais d’aéroport et l’anglais technique) ou pire encore, les langues anciennes, et bien sûr, la philosophie dont on parlait récemment ici.

        Les choses étaient également plus claires pour nous à l’époque:
        – pour ceux qui étaient rétifs à l’enseignement ex-cathedra, il y avait les études « techniques » ou « professionnelles ». On considérait ça comme une manière rapide d’avoir un boulot, et de gagner sa vie le plus tôt possible. Beaucoup revenaient par la suite prendre les fameux « cours du soir » vers 25-30 ans quand ils avaient envie d’autre chose et voulaient faire d’autres formations. J’ai au moins 3 exemples directs dans ma famille. Tout le monde n’est pas fait pour des études longues.
        – Pour ceux qui se destinaient à des études plus longues, il était clair que les « Humanités » ne donnaient pas de métier, et qu’elles permettaient juste de donner un ticket d’entrée pour l’université, ou les nombreuses écoles de niveau IUT, ou écoles pour les professions libérales (droit, médecine, etc…)
        – Il y avait plusieurs sections dans les Humanités, suivant qu’on était plutôt matheux, littéraire, technique, etc… Latin-Maths étaient une sorte d’exception, de défi: des matheux qui avaient décidé d’étudier le latin, en plus, juste pour le plaisir.
        Comme en Suisse, l’examen final portait l’appellation « Examen de maturité » ce qui était exactement la définition de la finalité de cet enseignement. On devait, en plus d’examens sur chaque matière au programme, donner une leçon sur un sujet dans une matière choisie, et qui n’était pas au programme, et se taper une dissertation, tout à fait comparable à ce qu’était l’examen de philo en France.
        L’arrivée du collège unique (et l’équivalent en Belgique avec ce qu’on appelait « enseignement rénové ») a tout foutu par terre.
        Ces domaines « inutiles » ont été progressivement purgés des branches étudiées, ou ont été réduites à leur plus simple expression.

        Il ne faut donc pas s’étonner que nos élites sont maintenant complètement acculturées, qu’elles n’ont aucune notion d’histoire, qui ne savent même plus d’où on vient, et quel est le sens de notre civilisation, et qui pire encore, tirent une gloire d’avoir bousillé les « Humanités » pour les remplacer par des cours qui seraient plus utiles comme les maths ou les sciences. Le pire, c’est qu’ils ont lamentablement échoué dans ces domaines également.
        Comme quoi remplir une tête mal faite avec des maths ou de la science, ça ne fonctionne pas. Il faut que le terreau soit fertile, et une personne à qui on n’a jamais appris la curiosité ne possède sans doute pas ce terreau. C’est pour ça que j’en veux énormément à tous ces pédagogiste, qui ont commis non seulement un crime contre l’intelligence, mais en plus, un crime contre la jeunesse.
        Je me suis un peu éloigné du cadre initial de l’étude du latin, mais ça en fait partie. Je n’ai pas prétendu non plus que ce serait la non-étude du latin qui nous aurait mené dans le mur.

        1. Higgins

          Entièrement d’accord. J’ai fait du latin de la quatrième à la terminale. Si je pouvais refaire le parcours, c’est une matière que je travaillerai bien plus. Je l’ai négligée car je m’intéressais plus à la civilisation romaine qu’à maîtriser sa langue. Il y a fort longtemps, on pouvait accéder aussi bien à la médecine via un cursus littéraire ou un cursus scientifique. Si le monde médical est devenu aussi con, l’abandon des humanités y est pour beaucoup. Le virage utilitariste pris par le système éducatif est une des raisons du naufrage actuel. Maîtriser le calcul différentiel peut être une bonne chose mais c’est loin de suffire pour comprendre le monde dans lequel nous évoluons. Notre civilisation plongeant ses racines dans le monde gréco-romain, maîtriser ou ou ses deux langues fait partie des outils requis pour l’appréhender correctement.

          1. Pierre 82

            Parce que vous pensez qu’un médecin maitrise le calcul différentiel? Ou même un ingénieur?

            Même pendant mes études d’ingénieur, on se demandait vraiment s’il était vraiment important de devoir se farcir autant de maths, à tel point que tous les cours ressemblaient à des cours de maths.
            Pour largement plus de la moitié de nos cours, on se disait: « ça ne nous servira jamais ».

            Je ne sais plus qui disait: « la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié ». Que ce soit la culture littéraire, technique ou mathématique.
            Et tout au long de ma vie professionnelle, j’ai pu le vérifier, et souvent plus par des réminiscences que par connaissance approfondie d’un sujet que j’ai appris et oublié aussitôt.

            1. Higgins

              C’était simplement une image. J’aurai pu parler de mécanique quantique ou de théorème de Fermat. C’est juste pour signifier que s’il est important, et nécessaire, de maîtriser un certain nombre de postulats scientifiques par exemple pour devenir médecin, il est dommage que le mode de recrutement actuel fasse, à ce que j’en sais, l’impasse sur les humanités. Je crois posséder une bonne culture scientifique mais j’apprécie au quotidien d’avoir plein d’autres centre d’intérêt qu’on peut qualifier de littéraire.

        2. Roanna

          C’est très long.
          Une synthèse rapide me ferait dire que les « Humanités » c’est bien, pas essentiel et que celui que ça intéresse il peut l’acquerir hors formation scolaire.
          Une question que je me pose, n’y ayant jamais été, est la suivante; l’Amérique du sud qui a cette même base linguistique que nous a t-elle dans son cycle de formation cette volonté d’inclure le latin et le grec? ou bien resteront-ils les oubliés de ce monde.

          1. Dr Slump

            L’ Amérique du sud a ses propres humanités, tirées elles aussi de son histoire, ses langues, ses mythes et traditions, lesquels sont, croyez-moi, au moins aussi riches et complexes que les nôtres, et d’un grand intérêt intellectuel, philosophique et spirituel.

          2. Pierre 82

            Quand vous écrivez « celui que ça intéresse il peut l’acquérir hors formation scolaire. », c’est vrai, sauf à un détail près: un jeune adulte qui n’a jamais appris à être curieux ne le sera jamais.
            Et il y a une grande chance qu’il ne s’intéresse jamais à rien d’autre que son entourage immédiat.
            On entend beaucoup « ça me gonfle », ou « faut pas se prendre la tête », et c’est très révélateur d’un état d’esprit de totale inculture, et totale incapacité à se poser des questions chez hélas beaucoup de jeunes professionnels que je côtoie. En bref, pas d’esprit critique.

            Cette curiosité « naturelle » (et qui, est sans doute beaucoup plus culturelle) provient tout autant de l’éducation donnée par les parents que de l’école. Jadis, en maintenant un haut niveau d’exigence, l’école permettait de lisser les différences sociales. Maintenant bien sûr, c’est terminé.
            Et c’est bien au-delà de l’enseignement du latin.
            Mais si on ne « force » pas un peu les collégiens / lycéens à apprendre des trucs dont ils pensent que ça ne servira jamais, ils n’iront jamais voir plus loin que le minimum.

            1. Roanna

              « Mais si on ne « force » pas un peu les collégiens / lycéens à apprendre des trucs dont ils pensent que ça ne servira jamais, ils n’iront jamais voir plus loin que le minimum. »

              Condition nécessaire mais pas suffisante. Je prends mon cas car c’est toujours plus parlant que de prendre son voisin qui a entendu dire de son pote etc.

              Cours de philo, une ou deux heures de philo par semaine en terminale, je ne me souviens plus exactement. J’ai jamais rien compris, une crêpe totale et ça ne m’a jamais incité à aller voir plus loin.
              S’il n’y a pas de motivation ou d’intérêt personnel l’âne ne boira pas.

          3. Dr Slump

            Les humanités, c’est ce qui fait une culture, une civilisation, et la différencie d’une bande de chasseurs cannibales. Ou d’une foule d’émeutiers obèses beuglant des slogans dégénérés.

            C’est aussi ce qui donne l’esprit scientifique, la volonté d’observer, d’étudier, de comprendre, et d’élever son regard et ses intentions au-dessus des simples besoins primaires et matériels.
            Et vous en avez forcément bénéficié, car c’est aussi de là que vient votre raisonnement utilitariste.

          4. René-Pierre Alié

            « Celui que ça intéresse il peut l’acquérir hors formation scolaire ».
            Ce serait même préférable, compte tenu de la l’influence idéologique sous laquelle sont enseignées ces « humanités ».
            C’est l’avantage d’être autodidacte. L’inconvénient étant de se frayer son chemin sans que personne ne vous tende de poteaux indicateurs.
            Titulaire d’un modeste BEPC, je considère néanmoins avoir un niveau BAC+24, dans certains domaines.
            L’ennui, c’est que l’absence de tout parchemin vous rend pratiquement inexistant, dans un pays où l’on adore les diplômes, soient-ils en toc.

            1. Roanna

              La sélection ne se fait plus sur le savoir faire mais sur l’école que vous avez fréquentée, c’est un gage mini de ce que l’individu est capable de faire, parfois il n’en est pas capable.
              Un autre très compétent mais ne sortant pas de la bonne école ne sera pas retenu, c’est tout le dilemme quand il y a beaucoup plus de candidats que de postes à pourvoir.
              S’il y avait plus de postes que de candidats la probabilité d’être retenue serait beaucoup plus grande.
              Le problème c’est qu’il n’y a pas de travail ^pour tout le monde.

              1. durru

                « Le problème c’est qu’il n’y a pas de travail pour tout le monde. »
                Normal, dans un monde socialiste de pénuries.
                C’est la seule cause.

                1. Roanna

                  Je ne sais pas si ça a à voir avec le socialisme de pénuries mais ce qui est certain c’est que le travail délocalisé, eh bien il n’est plus là, parti, envolé. Ce n’est pas pour autant que les produits sont beaucoup moins chers, c’est surtout que les intermédiaires -qui sont nombreux- s’en mettent plein les poches puisque le produit à la production est beaucoup moins cher.

                  1. durru

                    Et pourquoi les délocalisations ? Parce que c’est devenu trop cher de payer un employé en France, ou alors les salaires que les employeurs se permettent de payer ne sont pas compétitifs par rapport aux aides diverses et (a)variées que le pékin de base reçoit s’il reste chez lui les bras croisés.
                    Bien sûr que la pénurie d’emplois est organisée et consubstantielle au socialisme.

              2. Aristarkke

                La Suisse, à côté de chez nous, pas au bout du monde, n’est-ce pas, montre que plus les gens travaillent, plus il y a de travail disponible puisque ceux qui travaillent ont évidemment des besoins qu’ils ont les moyens de satisfaire en fournissant du travail à autrui pour y arriver…
                Je maintiens qu’il y a en Grance des besoins insatisfaits parce que le coût du travail est devenu insupportable en raison de tout ce qui doit être supporté par celui-ci et parce qu’il y a un état providence à un tel niveau qu’il est préférable économiquement de ne pas travailler (officiellement) plutôt que d’émarger au premier échelon de revenu officiel par le jeu d’allocations et de remises totales ou partielles de dépenses contraintes supportées par tous.

            2. Yanka

              « L’ennui, c’est que l’absence de tout parchemin vous rend pratiquement inexistant, dans un pays où l’on adore les diplômes, soient-ils en toc. »

              Je connais très bien cette situation ! Le diplôme prouve votre docilité. L’école à n’en plus finir, c’est la formation militaire, mais pour des civils. Il faut obéir à des chefs qui ont le goût de l’humiliation. La moitié des trucs que tu apprends ne sert à rien, mais il faut l’apprendre et c’est comme ça, parce que si tu travailles bien, tu auras un beau diplôme qui te permettra d’avoir un beau travail puis une belle retraite, si dans l’intervalle, néanmoins, tu ne fais pas égorger par un cochon d’Allah diplômé en surinage ! Un autodidacte est un anarchiste. Il ne se soumet qu’à son bon plaisir (sans nuire à quiconque), à sa volonté, à sa soif de connaissances pour lui utiles. L’autodidacte est trop imprévisible, ce n’est pas un type qui suit les chemins balisés, mais un adepte de l’école buissonnière, un chien fureteur parfois très sympathique, mais impossible à tenir en laisse, qui se casse quand on l’appelle. Une société n’a que faire d’une telle clientèle. Elle préfère les têtes à vastes képis, à la fois très dociles avec les maîtres et très mordantes envers les irréguliers qui rouscaillent.

      5. Mitch

        Le Latin (ou Grec) est-il utile ?

        Je suis un abominable pragmatique de la pire espèce (mais je me soigne). Quand j’ai rencontré ma femme et que nous faisions les boutiques (je rephrase: et qu’elle me trainait faire des boutiques) , elle me disait parfois en voyant un objet : « c’est beau, qu’en penses-tu ? » Ma réponse était quasi invariable : « A quoi ça sert ? ». Ça l’énervait (et je la comprends) donc à présent je lui dis : « prends si ça te fait plaisir, carpe diem ». Ce petit postulat pour expliquer la suite 😉

        Il va sans dire que tout enseignement est bon à prendre. Pour l’enseignement du Latin, à mon avis, ce n’est pas tant l’utilité mais la priorité et l’envi que l’on peut avoir d’apprendre telle ou chose qui est primordiale.

        Cela m’inspire les réflexions suivantes:

        1- Je n’ai pas fait de Latin (ni de Grec). Là ou j’étais ce n’étais pas une priorité ni un marqueur social. Je me garderais donc bien de juger si c’est ‘utile’. Je n’ai pas l’impression que cela m’ai manqué dans mon apprentissage mais si j’en avais fait peut-être aurais-je été plus efficace/meilleur ?

        2- D’après ma femme (je parle donc sous son contrôle et le vôtre car je n’ai intégré le système Français que sur le tard), le Latin était une option nécessaire pour être dans une bonne classe. Les élèves n’étaient donc (peut-être) pas plus motivés qu’ils ne le sont aujourd’hui pour faire du Latin mais c’est juste qu’ils n’avaient pas le choix pour être dans une bonne classe.

        3- Toujours d’après ma femme, il fallait y adjoindre l’Allemand en première langue (en plus du Latin) pour, je cite : « être dans une bonne classe ». A la question : « quand as-tu retenu (du Latin) ? » sa réponse est : « pas grand-chose ». Plus tard en Ecole d’Ingé, j’ai pu observer que beaucoup des meilleurs avaient effectivement fait Allemand en première langue et Latin. A présent, les meilleurs font des sections bilingues ou Euro. Cela explique sans doute la désaffection pour le Latin. C’est pas qu’ils sont plus cons, mais juste que les marqueurs ont changé.

        4- Pour certaines disciplines tel que le Droit, le Latin (et les ‘Humanités’ de façon générale) me paraissent fondamentales. Je rejoins le Major, Pierre et d’autres en ce sens. En Droit Anglais par exemple, beaucoup de termes proviennent directement du Latin du reste. Je rejoins aussi le Major pour la Médecine : si les Médecins faisaient un peu plus d’’Humanité’, cela pourrait aider, car certains sont devenus de véritables machines.

        5- D’un point de vue plus pragmatique (arf désolé- je me soigne pourtant), les établissements scolaires ont une ‘dotation horaire’ (dictit ma femme – c’est le terme qu’elle emploie – dans mon jargon c’est un ‘fucking budget’). Ce budget est partiellement cramé avec l’enseignement du Latin qui se fait avec 6 élèves (dans le lycée de ma femme qui est pourtant une des rares vitrines de mon coin). Pour les autres matières ils s’entassent à 35. Il y a quelque chose qui déconne. Là encore les priorités bon sang !! : le niveau de Math est pathétique, le classement PISA minable, le niveau en langues ‘six feet under’, etc, .. mais le Latin en quasi cours particulier. Chacun se fera son avis. Le mien est que quand il y a le feu on essaie de l’éteindre avant de ‘ripoliner’ (copyright le Boss) la clôture.

        6- Il faut tenir compte de l’évolution des élèves. Dans les années 90, 75% de la classe d’âge avait le BAC. Dans les années 70, sans doute beaucoup moins. Nous en sommes à +90%. Dit autrement, les élèves ne sont plus les mêmes et imposer des matières des ‘Humanités’ à l’ensemble revient à demander à des singes de préparer un programme vers Mars. C’est totalement ‘hors-sol’, voire arrogant et prétentieux (désolé, c’est vraiment ce que je pense).

        7- Les politicards Franchouilles sont quasi tous issues de filières dites ‘Humanistes’ (Droit et Philo en tête). Sont-ils meilleurs ? Plus ‘humanistes’ ? S implement plus ‘humains’ ?

        8- Dans les systèmes éducatifs que je connais les ‘Humanités’ n’ont pas la place qu’elles ont ici (on ne voit jamais de ‘philophoses sur la Pravda et cela ne manque à personne), et pour autant les gens ne sont pas plus cons, ni moins éduqué, ni n’ont moins de culture ou de conscience politique. Combien d’entre vous ont fait de la musique suite à vos cours de musique à l’école ? combien d’entres vous ont font du sport suite au cours de sport à l’école ? Combien d’entre vous on attrapé un Byron ou William suite au cours d’Anglais ? Bien peu j’imagine.

        9- Enfin, pour l’enseignement des ‘Humanités’, je tends à penser qu’ils sont énormément liés à la maturité de l’élève. Pour certains (beaucoup), ces matières arrivent bien trop tôt.

        My 2 cents

        1. Pierre 82

          Attention, on est en train de parler de deux sujets qui sont disjoints:

          1. la nécessité de former des gens correctement formés à la fois à l’histoire, à l’évolution de la pensée (les fameuses Humanités, peu importe comment on les nomme ailleurs, ni les intitulés des cours), et bien sûr à l’esprit critique, choses à mon avis indispensables pour recevoir le sésame donnant accès à l’enseignement supérieur. Dans le temps, le latin était une bonne porte d’entrée pour se familiariser avec l’histoire de notre civilisation (en Belgique, nous avions même un cours intitulé : « Civilisation grecque » d’une heure par semaine, où en fait, on parlait beaucoup des philosophes grecs et de leur influence sur la société occidentale). J’admets sans peine qu’il existe plein d’autres portes d’entrée à ces matières capitales pour former une « élite intellectuelle » digne de ce nom (terme très peu politiquement correct). Je ne fais aucune fixation sur l’apprentissage du latin, hormis que j’en ai un souvenir plutôt bon.

          2. La situation cataclysmique de l’ednat en France (et en Belgique également, pour ce qu’on m’en a dit), qui a comme origine le collège unique, qui a comme moteur des syndicalistes accouplés à des pédagogistes cinglés, dirigés par des politiciens aux petits pieds cons comme des enclumes, sous le regard d’une administration kafkaïenne mêlant des crétins malfaisants à des chefs de bureau arrivistes (les fameux boulets appelés inspecteurs d’académie). Une telle pétaudière ne peut rien sortir de positif, et je comprends que certains parents sont obligés de pousser leurs enfants à choisir l’option allemand (pour des gens habitant Marseille) afin que leur progéniture ne finissent pas dans une section de cassos, meilleure manière de sortir du lycée sans rien avoir appris d’intéressant. De plus, le niveau d’exigence pour les matières « humanistes » sont désastreuses en France, les cours de philo (j’ai regardé les cours de mes enfants il y a une dizaine d’années) font presque figure d’un gag tant leur niveau est grotesque. En aucun cas, je ne pourrais considérer que cette matière telle qu’enseignée ne fasse partie d’un corpus satisfaisant. J’ajouterais même qu’entendre parler de Socrate, de Platon ou d’Aristote pour la première fois à 17 ans, c’est très tard. Et si on ajoute qu’une fois l’examen terminé, l’élève s’empressera d’oublier ces noms à tout jamais et n’en entendra plus jamais parler, c’est carrément dramatique.

          Pour la clarté du débat, séparons les problèmes. Sur le fond, je pense que nous sommes quasi entièrement d’accord.

          1. Pierre 82

            Un petit ajout sur un truc qui me fait bondir: l’apprentissage des « langues régionales ». Ici, c’est l’occitan.
            Première remarque: l’occitan est une langue artificielle, sorte de moyenne arithmétique entre les différents patois de la langue d’oc. A la base, ce sont les patois qui sont parlés: du béarnais au provençal, il y a de grosses différences. Donc cette langue n’est parlée naturellement par personne, et ses locuteurs en général parlent simplement le patois en l’appelant occitan, ou alors ce sont des gens qui l’ont appris pour pouvoir travailler sur une chaine de TV « régionale », grassement subventionnée et qui irrite souvent les oreilles des vieux locuteurs de patois.
            Désolé, mais cet enseignement n’a pas sa place dans les collèges ou lycées, et les quelques rares gamins qui comprennent encore un peu le patois, c’est parce que leurs grand-parents leur parle parfois patois.
            Chez nous, il est choisi par certains ados (souvent du cru) parce que c’est facile, et ça ramène des points.
            L’enseignement de cette langue serait par contre le bienvenu pour des gens que ça intéresse, soit pour retrouver leurs racine, ou pour étudier les fameux félibres.
            Je pense notamment à l’étude du breton ou du basque qui se fait beaucoup au sein d’associations. Mais que l’ednat s’occupe de ce qu’elle devrait plutôt que de dépenser du pognon dans ces conneries. Car en plus de ça, il y a pléthore de sections complètement bidons, comme cinéma et d’autres. Stop avec ces gabegies.

            1. Higgins

              Je crois très important de connaître ses racines. Rien d’étonnant à ce que des universitaires s’intéressent à la langue d’œil et à la langue d’oc. Transformer au nom d’un régionalisme imbécile (très à la mode sous… Vichy) des patois locaux en langue est une escroquerie intellectuelle. Hélas, l’université française regorge de ce genre d’escroc.

              1. Dr Slump

                Et d’ailleurs, on ne cesse d’invoquer l’héritage gréco-romain, mais on a complètement oublié l’héritage gaulois. Pouf, disparu.

                1. P&C

                  Quasi 400 ans d’occupation romaine…
                  En plus, gaulois et romains étaient déjà en train de fusionner culturellement sous Vercingétorix (ce qui fait apparaitre son action pour ce qu’elle est : le baroud d’honneur d’une élite dépassée).
                  De même pour les anglais/bretons… ils sont les héritiers de la civilisation romaine stricte, pas des mecs peints en guède.

                  1. Aristarkke

                    Le niveau de qualité de vie dans les villes sous domination romaine au long de la Méditerranée, était très nettement supérieur à celui des mêmes restées gauloises…
                    De la même façon, lors des guerres d’Italie, quand François 1er a constaté le niveau de raffinement des constructions italiennes, il n’a pas tergiversé longtemps pour vouloir avoir exactement ce niveau là dans sa France, à son usage. D’où l’extrême décalage des nouveaux châteaux par rapport à ceux construits antérieurement, même très peu de temps avant cet aggiornamento !

          2. Mitch

            Pierre, oui je pense que nous sommes quasi entièrement d’accord sur le fond. Mon intervention portait principalement sur ton point 2.

            Pour le point 1, je suis d’accord avec l’ensemble de ton intervention. Les ‘Humanités’ sont une porte d’entrée parmi d’autres et selon les formations elles me paraissent même complètement nécessaires.

            Le gros problème est que tes 2 points sont liés par le fait que, comme tu le mentionnes, le Collège/Lycée étant unique ‘l’élite’ se tape les cassos jusqu’au BAC. Difficile d’être exigeant avec certains comme on doit l’être alors que (beaucoup) d’autres se trainent misérablement sous les ‘hurrahs’ du système

            1. Pierre 82

              Et encore. Si au moins les cassos s’élevaient intellectuellement en poussant jusqu’au bac, on pourrait dire que le collège unique aurait au moins réussi ça. Mais non seulement ce n’est pas le cas, mais en plus:
              – ils ont même régressé au niveau intellectuel, car s’ils avaient plutôt été travaillé, ils auraient déjà appris quelque chose, et seraient parfaitement intégrés, pour la plupart d’entre eux, dans le monde du travail et dans la vie en société. Au lieu de ça, ils sont restés dans l’oisiveté qui, comme on le sait, est la mère de tous les vices.
              – Ils ont pourri la vie des autres, et ont empêchés ceux qui voulaient s’élever de le faire
              – Ils ont pourri le budget de l’ednat, subitement transformée en gardiens d’enfants.

              Bref, un échec sur toute la ligne. Et malgré ça, on n’observe toujours aucun signe de faire machine arrière, alors qu’il est patent qu’on est dans un cul-de-sac.

              1. BXL

                @Pierre.
                Me trompé-je en disant que durant le Moyen-Age, l’illettrisme permettait au pouvoir en place de régner sans que quiconque n’élève la voix, puisque personne n’avait appris à réfléchir ?

                1. Pierre 82

                  J’avais 40 ans quand j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire de France, et j’ai été stupéfait de constater que ce qu’on appelle le Moyen-Age, n’a pas été une époque de régression, au contraire, à part essentiellement 2 périodes: le tout début, quand l’empire romain s’est effondré et où ça a merdé pendant à peu près un siècle. Et ensuite, ça s’est progressivement arrangé, et du XIème au XIIIème siècle, ça a été un vrai âge d’or. Vous connaissez beaucoup de civilisations qui ont laissé des bâtiments aussi audacieux que les cathédrales encore debout près de 1000 ans après?
                  La décadence de cette époque a eu pour cause essentiellement le pourrissement des grands féodaux, et la catastrophe démographique de la peste noire (1347 et sq.), qui a achevé de fragiliser cette société. Ensuite est venue l’entrée dans la Renaissance qui, ne l’oublions pas, a été une période particulièrement violente et sombre de l’Histoire, contrairement à ce que les historiens formés par Michelet en disait.
                  Et la vision historique a ensuite été instrumentée par la troisième république afin d’inculquer aux jeunes générations que « Église = caca » et que « république = miam-miam ». Et la doxa n’a d’ailleurs pas évolué, et ils sont resté sur une fixation sur les « Lumières » dont il y aurait beaucoup à dire.

                  Je rappelle, par exemple, qu’au début du XVIIIème siècle, à peine 20% de la population savait à peu près lire et écrire au début du siècle, conte près de 50% au moment de la révolution. Et qui leur avait appris à lire? Non, pas les loges maçonniques, ni les philosophes donneurs de leçons. Mais plutôt des religieux. Ça aussi, il serait bon de le rappeler…

                  Donc oui, je vous conseille de lire et relire sur ce sujet. Les historiens ont fait d’énormes progrès depuis lors.

                  1. Higgins

                    Et puis, le Moyen-âge, c’est très long. De la chute de l’empire romain d’occident à Louis XI, il s’écoule près de 1000 ans. Ces 1000 ans englobe l’optimum médiéval qui permet à la société de s’extirper progressivement du trou noir qui va de 476 à 800. Pour l’été, je conseille la lecture « L’histoire de France » de Jacques Bainville.

  30. breizh

    Quand je lis le programme nupes de ma circonscription, j’ai l’impression d’un retour au communisme d’après-guerre…

  31. Reddef

    Pourquoi apprendre toutes ces choses qui ne servent à rien nous avons des calculatrices, des correcteurs orthographique, de l’ argent pour faire par les autres la cuisine, des travaux etc mais un jour vous pourriez vous trouver seul et perdu dans un environnement différent.

  32. Higgins

    J’ai mis plus haut un lien vers le site Météo Paris pour la vague de chaleur de mai-juin 1922. Je viens regarder les années de 1921 à 1929. C’est intéressant à voir car on s’aperçoit que, très loin de l’image d’Épinal qu’on a, la météo était très capricieuse et que chaque année révélait son lot de catastrophe en tout genre. La soi-disante accélération de ces dernières due au terrible réchauffement climatique est donc bien une aimable fumisterie. Allez voir par vous-même : https:/ /www.meteo-paris.com/chronique/annee/1924

    1. Nemrod

      Ce qui est vraiment récent est ce phénomène de gouttes froide atlantique qui fait pompe à chaleur pile sur nous.
      Quelle est la récurrence du phénomène…est il du à la fonte du Groenland, est ce du à l’homme et peut parler de anthropocene ?
      Je n’en sais rien.
      Ce qui est certain est que l’adaptation est nécessaire.
      Mais ce n’est pas ce qui est proposé.

  33. lxy

    Plus qu’à la langue latine on se frottait pendant au moins 5 heures par semaine à une autre civilisation combien riche en péripéties,en ambitions (« Quo usque habutetur patientia nostra »), en trahisons (« Tu quoque mi fili ».). En tout cas je m’en suis régalé et je n’avais pas l’impression de perdre mon temps.

  34. Reddef

    Il faut admettre que pour ceux qui ont eu de mauvais profs les études sont pénibles , j’ en ai connu 2 qui ont finis par démissionner.

  35. Pierre 82

    Totalement HS
    https:/ /lecourrierdesstrateges.fr/2022/06/18/au-sommet-economique-de-saint-petersbourg-vladimir-poutine-demande-a-letat-russe-de-laisser-les-pme-se-developper-dans-un-climat-de-confiance/

    Si Poutine commence à comprendre ça, et si les faits suivent les intentions, la Russie pourrait bien devenir une vraie puissance économique, et beaucoup plus solide que la Chine. Mais ça signifie qu’il devra s’attaquer aux superstructures du pays, et je pense notamment aux nombreuses maffias locales et au mode de gouvernance locale totalement inadaptée à une économie libérale.
    Reste à voir s’il est en mesure d’ouvrir un second front. Ou alors, il a déjà acté d’avoir gagné sa guerre, et il est en train de prépare le futur.
    Un pays ne peut pas tenir au sommet des superpuissances s’il se base exclusivement sur sa puissance militaire (Russie), ni exclusivement économique (Chine). Si les USA ont réussi depuis si longtemps, c’est parce que pendant plus de 50 ans, ils avaient les deux.

    1. Higgins

      J’ai lu son discours chez Bruno Bertez. Très sincèrement, ça a une autre gueule que les bla-bla du Poudré. Chaque item abordé mérite une réflexion. J’ai rarement lu un discours politique aussi charpenté. Le dernier en date est cui de Philippe Seguin sur Maastricht en 1992.

      1. Pierre 82

        A vrai dire, pour le poudré, je ne sais pas. Je n’ai jamais eu la patience de l’écouter jusqu’au bout.
        En fait, ce type ne m’intéresse pas.
        Poutine, qu’on soit d’accord ou pas avec lui, est d’un tout autre niveau.
        Parfois, je me dis qu’ils s’est trompé de siècle, car je ne vois aucun chef d’état qui soit d’un niveau pareil. Il y a des malins (Erdogan), des mélange de brutalité et de subtilité (Xi), mais comme Poutine, je n’en vois pas. L’énorme majorité des autres sont soit corrompus jusque la moelle, soit cons comme des enclumes, et souvent les deux.

          1. Pierre 82

            Il est encore d’un autre genre: psychopathe, comme le Trouduc du Canada et la Jacinda de Nouvelle-Zélande. Ils sont carrément du niveau asile d’aliénés.

            1. Theo31

              +1000. D’autant que je n’ai jamais voté aux pestilentielles.

              J’en suis maintenant à renier ma nationalité. C’est juste un adjectif sur un bout de papier plastifié.

    2. pabizou

      Crois tu vraiment que s’il n’avait pas compris depuis longtemps l’endettement de la Russie n’aurait pas suivi la pente pourrie de celui de l’occident? Tout ce qui semble t’étonner dans ce discours est en germe dans toutes ses déclarations publiques depuis 5 ou 6 ans, même celles faites en milieu hostile comme Davos .

    1. Mitch

      A chaque fois je pense qu’ils ne pourront pas aller plus bas, et à chaque fois ils arrivent à me surprendre en grattant à la petite cuillère et avec les dents pour s’enfoncer toujours plus. Au moins, avec ces mecs il n’y aura pas de longue agonie.

  36. Arthur H

    Le salut viendra non de l’argent mais de la liberté, du droit donc, de disposer des fruits de son travail à 75% au minimum. Quelque soit la monnaie et les govs en cours.

    Les citoyens sont intelligents, ils savent parfaitement se débrouiller entre eux pour construire, échanger, partager ce qu’ils possèdent ou ce qu’ils imaginent. Ils sont intelligents souvent mais abreuvés de saloperies, ils deviennent ce qu’ils boivent: des salauds (pensée émue quant aux réflexions anthropologiques de Frank Herbert et de son « chemin d’or »).

    J’affirme mm que mes compatriotes sont majoritairement IVRE de ce qu’ils boivent à la télévision ou à la radio. Je doute me tromper.

    Le salut viendra par la création de richesse la moins taxée, la moins chargée, au monde. Tel est l’avenir de France, être la terre de la Liberté.

    Amen

    1. Unmeusien

      Des sociétés se dirigeant elles mêmes sans qu’il y eut un pouvoir qui la dirige, la morigéne,ou la châtie ? Un doux rêve de cet homme hors du commun que fut Élise Reclus. L’anarchie. Il faut lire et apprendre ses nombreuses autres nouvelles, enrichissantes d’humilité, Histoire d’une montagne, Histoire d’un ruisseau ( la rivière vascularise la Terre comme le vaisseau sanguin irrigue le corps. Superbe métaphore ) La question des vêtements et de la nudité.. là,Elisé se soucie de notre peau,au sens profond du terme.
      Et d’autres,si touchantes.

      1. Arthur H

        On ne peut qu’entrevoir la perfection.
        Perfection existe sans nous, elle n’est ni supérieur ni inférieur: elle est.

        Juché sur des épaules de géants, nous regardons cette nature un peu plus grandement mais nos compatriotes d’achètent pas assez vite les jumelles pour la voir comme nos aïeux la regardaient: c’est regretable.

  37. Aristarkke

    A entendre les résultats du second tour, il semble qu’il s’est trouvé des Grançais en nombre suffisant qui ont décidé d’emm..der Flop Joene en ne lui donnant plus une majorité d’office et en mettant sur la touche quelques uns de ses séides et autres affidées.
    Pour les refuzpicks, l’entrée dans les camps de concentration est repoussée, au moins temporairement, avec la claque prise par Bourguignon.
    On peut espérer qu’il (FJ) ne pourra plus faire voter et revoter l’AN jusqu’à obtention du résultat implicite tant désiré.

  38. Aristarkke

    Maintenant, ce psychopathe, aigri et blessé assurément dans son orgueil par la claque encaissée, ne va en être probablement que plus dangereux…

    1. Laglute

      Oui, mais c’est une bête blessée.

      Marrant d’écouter les affidés de la Méluche être désolés du résultat du RN, alors que leur Leader Minimo a appelé les fachos pas fâchés à voter pour ses représentants à lui.
      Ils ne doutent de rien, comme Macron.

      Macron réussira quand même à passer ses lois, en tapant ici et là.

      1. Laglute

        Clair.
        Mais faut l’empapaouter quand même…

        Juste à l’instant où je rédige ce message, j’écoute Borne dire vouloir assurer notre sécurité : les anglais et espagnols du stade de France apprécieront…
        Du wishfull thinking.
        Mais malgré tout, et je suis sincère, ça peut fonctionner : suffit juste de faire peur aux couillons…

        1. Arthur H

          Bah borne pour bien son nom: elle est borné.
          Le socialisme est simple à résumer, deux bornes: 1 et 1 ou 0 et 0. Entre les deux ne subsistent que des radicaux + des extrêmistes, des terroristes en sommes.

Laisser un commentaire