On a retrouvé le Modèle Social Français !

Depuis plusieurs années déjà, nul ne pouvait plus prétendre sérieusement définir ou montrer le Modèle Social Français (MSF) que tout le monde, apparemment, nous envierait. Certains l’imaginaient bâti sur la solidarité, d’autres sur une égalité des droits, des ponctions et des obligations, d’autres sur une forme de culture. La donne vient cependant de changer : une image claire du MSF se dégage enfin ! Il s’agit d’un igloo de toile imperméable, d’environ 3 mètres carrés de surface au sol, montable et démontable en quelques minutes.

Le nouveau Modèle Social Français, ref. MSF2006-08, propose une habitabilité pour une ou deux personnes, une entrée, avec montage express du toit sur arceaux externes. L’ensemble est lavable et les armatures sont renforcées, car prévues pour une utilisation intensive en milieu urbain et péri-urbain.

Grâce à son enduction polyester Ripstop® 1500 mm et son tapis de sol polyamide, le modèle MSF2006-08 assure une bonne étanchéité face aux inflitrations des eaux de la Seine notamment ; sa forme géodésique permet un bon maintien par vent fort, notamment à proximité du périphérique, même en tenant compte de la limitation à 80 km/h des véhicules de passage.

Les essais, menés par le laboratoire Demaerd Sports & Leisure, ont permis d’établir qu’une tente du modèle MSF2006-08 pouvait être montée et démontée suffisamment rapidement pour éviter de se faire choper par la police ou les patrouilles de sécurité. Le modèle existe dans différents coloris permettant de passer inaperçus dans plusieurs environnement. Une version « Mosaïque Métro » est envisagée pour les campeurs malins qui viseraient une installation sur certaines lignes décorées de la capitale.

Bien évidemment, le MSF2006-08 est une fabrication Franco-Française et l’on doit s’en réjouir : grâce aux subventions du Ministère du Tourisme, les ateliers qui fabriquent ces excellentes tentes ne seront pas obligés de licencier et d’envoyer à la rue leurs nombreux employés, pendant que les ex-salariés des entreprises qui ont payé ces subventions auront, eux, tout loisir d’étudier et profiter de ces productions.

On notera au passage que l’arrivée sur le marché le trottoir de ce nouveau MSF2006-08 aura été suivi d’une campagne de publicité digne de ce nom dans les média, notamment Le Moôonde, qui voit dans ce fantastique produit un « hébergement durable ». Nous avions le développement durable, le citoyen durable ;), nous aurons maintenant l’hébergement durable. Le Monde nous fait ainsi profiter de son humour durable, car, rappelons-le, vivre dans une tente est une expérience enrichissante, youkaïdi, youkaïda, que tout un chacun veut prolonger durablement. Notons au passage que les distributeurs du MSF2006-08 préfèrent le terme d’ « hébergement de stabilisation », qui, dans le politiquement correct, représente un vrai saut qualitatif.

De son côté, et de façon bizarrement moins politiquement correcte, le maire de la capitale a peu goûté à l’opération Paris-Camping, qui, semble-t-il, fait de l’ombre à sa propre opération marketing, Paris-Plage. Le MSF2006-08 se fond en effet assez mal avec l’idée touristique de la Ville Lumière. On peut encore profiter à Paris-Plage d’un moment de détente en sirotant un peu de jaja extrait d’un cubi de Père Julien qu’un aimable participant de l’opération Paris-Camping vous aura proposé, mais gageons que ceci ne devrait pas durer…


Toute cette affaire est passionnante par le regard qu’elle permet sur l’ensemble de la société française qui nous gouverne : arc-boutée sur sa bienpensance et pétrie de l’idée grandiose de sa grandeur fantasmée, elle se noie dans ses paradoxes où un maire prétendument socialiste, le coeur sur la main, vire les plus mal lotis de ce monde à coup de pied au derrière, où le gouvernement ne peut décemment pas laisser s’installer cette image ubuesque d’un pays du G8 dans lequel la population campe au pied d’hôtels particuliers inhabités, mais où, dans le même temps, on lui demande de s’agiter pour trouver une solution « humaine », « solidaire », « citoyenne » et surtout rapide.

En revanche, aucune prise de conscience : ces petits igloos de polyester, furoncles démangeant sur le corps social moribond d’une France en bien piteux état, ne sont finalement que la partie émergée d’un iceberg d’emmerdements à venir. Plus les lois de protection contre le chômage et l’exclusion se font nombreuses, plus les exclus, les chômeurs se font nombreux. Plus les dépenses de l’état se font nombreuses, plus les subventions se font importantes, plus les SDF, les RMIstes, les CMUsiens se font nombreux.

A chaque nouvelle exclusion, une nouvelle subvention, une nouvelle aide, correspondant à une nouvelle ponction dans la société qui produit. Petit à petit, cette dernière se réduit ; pour compenser, sa productivité augmente, jusqu’au point de rupture où cette productivité ne pourra plus augmenter et où les taxations continueront pourtant de pleuvoir… A ce moment, après les ex-étudiants, les ex-salariés, les laissés-pour-compte de la société française « surprotectrice », on trouvera, dans ces gros boutons de plastique imperméable, les retraités et les chômeurs que l’état ne pourra plus pensionner.

A ce moment, bien sûr, le MSF2006-08 sera un réel succès ; mieux, il deviendra une absolue nécessité.

J'accepte les Bitcoins !

1LDN87sneEDr3uEmvP9bJxKdvHPctRhCnE

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires8

  1. SilenT BoB

    C’est magnifique!

    Et puis apres on mettre une boite au lettre devant, on leur donnera des portables, et one demandera aux entreprises de fournir des portables usages aux SDF pour qu’ils puissent au moins recevoir des coups de telephones dans leur tente.
    Et le puis apres les constructions de logements sociaux, nous entrons dans l’ere de la tente sociale!

    Vous aurez des gens sur des listes pour acceder a des tentes, les campings prives ne feront place qu’aux mobilhomes pour ne pas subir les "tentistes". Les camping municipaux deviendront les camping municipaux de solidarite pour les tentistes.

    Apres la tente modele MSF2006-08, on aura la MSF2006-08(2) et la MSF2006-08(3), etc… pour heberger des familles entieres, tout le monde trouvera ca normal que des gens vivent dans des tentes, ca va devenir le nouveau logement social francais! Comme ca les HLM resteront a la portee des copains et copines des maires, prefets, fonctionnaires, etc…

    VIVE LA FRANCE!

  2. laffreuxthomas

    Mouah ha ha ! "Médecin du monde", pas MSF !

    Blague à part, les rigidités autour de l’emploi sont probablement l’une des causes de l’exclusion. Mais peut-être pas la première des causes. Les sécurités sociales impersonnelles sont à mon avis un facteur bien plus terrible de mise à la rue. De part le désengagement de l’entourage de chacun, que ça provoque.

  3. @thomas : c’est un point de vue que je partage aussi. Un être humain c’est autant une volonté (d’être, d’agir) et un besoin de liberté afférent qu’un maillon dans la société et qui à ce titre a besoin de recevoir des autres des messages clairs de son utilité ou de son intégration. Les solutions proposées par les gouvernements et les associations sont généralement très orientés sur le matériel, le côté humain est très absent des démarches, et ce d’autant plus que le problème est médiatisé. Rencontrer des gens et leur parler, c’est beaucoup, mais ce n’est pas photogénique, médiatique et surtout pas palpable financièrement – d’où l’absence patente des média traditionnels sur ce terrain, et, par voie de conséquence, des politiques…

  4. PingouinProteine

    je m’eclate au canada mais je dois dire que la poutine ca pue et ca me donne des boutons apres.
    Des gros, ceux qui font bien mal et mettent une semaine a maturer en faisant une grosse tache rouge sur le nez.

    Serieusement, il y a des bonnes choses au Quebec, mais je ne placerai pas le sirop d’erable et la poutine en tete de classement ;)

    http://www.schwartzsdeli.com/

    Pingprot

  5. arnaud

    Je suis allé une fois chez schwartz, j’ai été tellement mal acceuilli et ca puait tellement la viande séchée que je me suis cassé.
    T’es ou au Canada, on pourrait fonder un section canadienne de hashtable :-)…

  6. PingouinProteine

    @arnaud:

    roh mais quel francais tu fais!! :))

    "on pourrait fonder un section canadienne de hashtable :-)…"

    comme un club de tir ? ou un terrain de airsoft? ;))

    PP

  7. Jesrad

    <i>A chaque nouvelle exclusion, une nouvelle subvention, une nouvelle aide, correspondant à une nouvelle ponction dans la société qui produit.</i>

    En fait, à chaque dépense publique de 15672 euros par an (= revenu net moyen français) correspond exactement un chômeur. Ainsi, une dépense de 440 millions d’euros par l’état crée 440E6 / 15672 = 28076 chômeurs.

    Et le premier qui me dit "mais l’argent retourne au public" se prendra une vitre cassée en pleine figure :P

  8. REMLI saïd André

    Bonjour, Mon nom est Saïd André REMLI. Agé de 49 ans, j’ai passé 25 ans en prison, dont je suis sorti le 1° juin 2004, en conditionnelle. Vous pouvez aller sur un serveur, Google par exemple, et taper mon nom. Ainsi, vous en saurez plus sur mon parcours et sur mon investissement pour des causes qui me tiennent à coeur. Je viens de réaliser un documentaire sur l’état des lieux de la réalité carcérale et judiciaire française. Je ne connais aucun sortant de prison, ayant effectué de nombreuses années d’incarcération qui s’en soit sorti. Beaucoup se suicident quelques temps après leur sortie. D’autres récidivent, de façon beaucoup plus violente, de façon beaucoup plus désespérée… D’autres, complètement brisés par leur parcours, deviennent SDF. Les derniers, quant à eux, plongent dans la drogue… Le documentaire sur les prisons est quasiment terminé. J’ai signé avec Michel Rotman, de Kuiv Productions et nous sommes en pourparler avec les chaînes pour le faire diffuser. Mon objectif est d’essayer de révéler, sans compromis d’aucune sorte, la réalité des différentes formes d’exclusion qui sévissent dans notre pays depuis trop longtemps. Celle des SDF en est une. L’idée est de parler d’eux, de leur quotidien, mais aussi de leur parcours. De ce parcours qui les a amené dans cette situation. Ce qui veut dire, rencontrer leurs parents, leurs amis, leurs anciens collègues de travail, etc… si j’ai pu faire un documentaire, paraît-il pertinent, sur la réalité carcérale française, c’est parce que je connaissais bien le sujet. Elle a été la mienne pendant plus de la moitié de ma vie… J’aimerais que vous acceptiez de trouver le temps de me recevoir pour parler plus en détails de ce projet de documentaire sur la réalité des SDF. Mon numéro de téléphone est le 06 24 81 45 43, mon adresse mail : saidremli@yahoo.fr. Je vous remercie, d’ores et déjà, d’avoir pris le temps de me lire et espère que vous donnerez une réponse à ce message, quelle qu’elle soit… Amicalement. Saïd André REMLI

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)