Mauvaise communication à l’OMS ? La faute à l’internet, bien sûr !

Dans un précédent billet, j’avais noté que les politiques français se tenaient joyeusement les coudes pour trouver dans Internet un nouveau coupable aisé à tous leurs déboires d’image. Il semble que ce trait soit partagé par d’autres.

On apprend ainsi, goguenard pour le moment, que l’OMS ronchonne un tantinet au sujet de la communication sur la pandémie grippale H1N1 qui devait tuer des millions de personnes et puis non finalement.

Et le Dr Fukuda, le conseiller spécial pour les grippes de l’OMS, d’y aller de son petit coupelet sur Twitter, les blogs et autres médias sociaux nouvelle-technologie-webdeuzéro ; ben oui, avant, en cas de pandémie grave qui doit tuer des millions de gens, on utilisait les journaux, la télé, et tout ça. Moyennant quoi, c’était la panique, mais contrôlée : tout le monde paniquait dans le même sens et de jolies files se formaient devant les dispensaires, les pharmacies ou les médecins. Bref : les moutons obéissaient !

Mais ça, c’était quand le monde n’était pas webdeuzéro.

Depuis, le Dr Fukuda a constaté que “l’information était bien plus disponible et décentralisée” qu’auparavant, et si “les médias traditionnels” ont relayé les informations confuses et paniquées de l’OMS, de nombreux nouveaux médias, totalement incontrôlables dont néfastes, se sont aussi emparés du sujet, comme “internet, twitter, les blogs et emails“, et toutes ces choses qui font que franchement, faire de la communication quand on a un grand pouvoir et aucune espèce de responsabilité, c’est très très dur.

Je disais un peu plus haut “goguenard pour le moment”. Parce qu’à la longue, ce genre de discours devient un tantinet pénible.

Quand il est tenu en haut de l’Elysée, on sait qu’il s’agit de la peur de cette absence de contrôle qui rend l’homme de pouvoir inquiet voire turbulent. Excité et ronchon, il finit par faire un gros caca législatif mou, qui retombe sur les citoyens : “Régulons tout ça, ça ne peut plus durer !“.

Mais quand il est tenu dans l’une de ces instances internationales où plusieurs pays se tiennent par la barbichette, on ne peut pas aboutir à quelques petites crottes molles. Il faut du lourd, du traité international ou tout autre artifice de papier qui permettra, là aussi, de “retrouver le contrôle où on l’avait perdu“, c’est-à-dire, tout décryptage fait, museler les avis différents ou contrôler la transparence réelle qu’on veut bien s’accorder.

De la même façon que le climategate a déclenché une avalanche de petits pamphlets ridicules des thuriféraires d’une solide action étatique à la Foucard et Huet, au point d’en décrédibiliser complètement leurs auteurs lorsqu’il criait au négationnisme climatique pour museler leurs opposants, l’OMS veut ici bien faire comprendre que, voyez-vous, ces vilains nouveaux médias qu’ils ne contrôlent pas pourraient donner de l’écho à des théories plus ou moins fantaisistes, complotistes, ou, bien pire, de gens sensés notant que, finalement, cette pandémie ne doit pas faire courir tout le monde dans tous les sens, et que les dépenses menées par les états sont, ni plus ni moins, que du gâchis.

Mais pourtant, l’OMS a eu l’occasion de roder un peu sa communication : entre le SRAS et la grippe aviaire, on n’a pas manqué de ces entraînements pour savoir ce qu’il fallait dire ou pas pour déclencher une bonne panique.

On se rappellera ainsi que, pour la grippe aviaire, on avait eu droit à ceci :

En Novembre 2004, Shigeru Omi, directeur régional de l’OMS estimait que les évaluations les plus prudentes font état de sept à dix millions de morts, mais le maximum pourrait être de cinquante millions ou même, dans le pire des scénarios, cent millions.

Sept à dix millions de morts, pour des évaluations prudentes. Bilan constaté ? Quelques centaines dans le monde.

Pour le SRAS, la terrible épidémie de 2002 et 2003, on a dénombré 500 morts dans le monde.

Pendant ce temps, les accidents domestiques (à la con) provoquent 19.000 morts par an, en France.

Devant le nombre de personnes hachées menues par leur tondeuse, écrasées par des frigos, brûlées par de l’huile de friture, électrocutées avec leur sèche-cheveux dans le bain, explosées en petits morceaux par des bouteilles de butane mal branchées, je pense que le Dr Fukuda devrait mettre en place une communication efficace telle qu’il l’a fait pour le SRAS, H5N1 et H1N1. Peut-être pourrait-on alors lutter contre ce fléau déjà répandu partout sur la planète ?

Toute blague mise à part, l’OMS est, comme tout gros ruminant étatique ou méta-étatique, dans le besoin continuel et permanent de montrer qu’il existe et qu’il sert à quelque chose, sur le principe du “Et Si ?” (Et si cette fois, c’est la vraie pandémie qu’on redoute tant, et si cette fois, les morts vont sortir de terre et manger les vivants, et si cette fois l’OMS était notre seul rempart devant la peste, le choléra, la diphtérie et la pénurie de café ?)

En faisant miroiter ces “Et si ?”, l’OMS continue de recevoir les fonds qui le font ruminer paisiblement, mâchouillant de la subvention à haute valeur nutritive en entrée, engraissant des cellules administratives gavées de lipides fonctionnariales au milieu, et excrétant … de la bouse, comme tout bon ruminant.

Tout comme, à son niveau, le président de la république, qui ne sert factuellement à rien du tout, prétend justifier son salaire en cramant du kérosène dans des voyages au sommet, en lançant de grandes réflexions sur les cardidentiténationalesiouplait, l’insécurité ou la régulation des pédonazis sur l’interweb.

Mais, pour rappel, l’OMS, comme le Président, ne sont déjà pas capables de gérer les épidémies, régulières, de bête grippe normale, ou d’empêcher que des petits vieux claquent lorsqu’il fait chaud en été. C’est pourtant, là, totalement prévisible, récurrent depuis des années, et on connaît les solutions, les vaccins et les précautions.

Alors le seul “Et si” qui me vienne à l’esprit est le suivant :

“Et s’ils n’existaient pas, sérieusement, faudrait-il vraiment les inventer ?”

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8