Pierre Moscovici n’a pas un travail facile

Pierre Moscovici n’a pas un travail facile. Il doit convaincre tout le monde qu’il est le Ministre de l’Économie et des Finances françaises, qu’il y comprend quelque chose, et que la situation va s’améliorer dans les prochaines semaines, les prochains mois ou les prochaines années. Ce n’est vraiment pas un travail facile. Heureusement, il est « aidé ».

hollande humideBien sûr, au départ, lorsqu’il est arrivé à son poste, il avait une idée assez précise de ce qu’il y aurait à faire. Un peu comme François Hollande, son copain qui l’avait mis là parce qu’ils avaient décroché la timbale, un 6 mai 2012. Ce jour là, c’était bien, c’était simple, c’était frais (et humide aussi un peu). Tout était limpide dans la tête de Pierre : les clowns qui l’avaient précédé à son poste avaient fait n’importe quoi et n’y comprenaient rien en Ministère des Finances Économiques Truc-machin, alors c’était le souk. Mais lui, Pierre, il savait sur quel bouton appuyer et comment remettre la belle machine en marche. Et un petit coup de chiffon ici, et ce sera nickel chrome.

Bon.

Cependant, après un an à filer des petits coups de chiffons, l’ampleur du souk en question est apparu à Pierre qui a maintenant lui-même du mal à ne pas passer pour un clown. C’est un comble et c’est scandaleux parce que lui, il a gagné avec François et toute son équipe et donc, normalement, ça devrait marcher mieux. Logiquement. Si vous me suivez bien…

En plus, ceux qui devaient l’aider ne l’aident pas vraiment.

Bien sûr, il y a Montebourg, cette frétillante endive frisée dont chaque sortie médiatique accroît l’embarras de son patron, du patron de son patron, d’une bonne partie des Français et d’une quantité croissante d’industriels du monde entier. La dernière fois, c’était avec Dailymotion, cette entreprise dont le ministre du Dressement Reproductif tente à tout prix de saboter la croissance à l’étranger pour un motif obscur et bien plus électoraliste qu’économique. Pierre avait pourtant prévenu François : « Arnaud, il n’y connaît rien en ministère, et rien en redressement. » Mais voilà, maintenant, il faut faire avec.

Bien sûr, il y a Mélenchon, le bruit et l’odeur, l’insulte et le tracas, qui prend un malin plaisir à exister en opposition avec le Parti Socialiste, le parti dont Pierre semble être membre, entre deux coups de chiffon au Ministère ; en effet, même si cette existence, mélange subtil de l’ectoplasme de Georges Marchais et de la momie de Lénine ne se traduit par rien d’autre qu’une déferlante de mousse médiatique chargée des odeurs lourdes de bière tiède et de merguez froides, le bouillant tribun semble bien parti pour cristalliser avec lui les rancœurs de militants qui attendent enfin l’ouverture des sprinklers socialistes de pognon gratuit. Pierre, lui, a bien tenté de faire comprendre qu’il les avait ouvert à fond (mais bon : au lieu d’une pluie de richesses, ce fut surtout un gros appel d’air). Peine perdue : maintenant, Mélenchon accuse même Hollande d’être responsable de la crise. Pierre n’est vraiment pas aidé.

Bien sûr, il y a Jean-Marc et son combi Volkswagen hors d’âge. Après un Président normal, il écope d’un Premier Ministre réel qui, en guise d’orientation de son gouvernement et à défaut de la moindre autorité sur les multiples dissensions dans les membres de son équipe, se contente de filer des métaphores bucoliques et printanières pour calmer l’impatience des Français :

« Quand vous semez, quand vous êtes jardinier, ça ne pousse pas dans les minutes qui suivent. »

Le président fait du bricolage, le premier ministre, lui, fait du jardinage. Tout ceci sent bon la crédibilité, la solidité et la détermination.

Et puis surtout, il y a François Hollande lui-même. Normalement, François devait réenchanter la France, faire de gros changements-maintenant, insuffler un nouvel élan, tout ça. Et un an après…

Peau de zob.

Bon. Bien sûr, Pierre expliquera à qui veut l’entendre que François est dans l’action, qu’à côté de lui, les Avengers sont des vieux sous Tranxène, et que la politique avec Hollande, c’est comme ABBA interprété par Slayer, ça dépote et c’est capable de mobiliser les foules.

hollande dans l'action

Mais la réalité, c’est que François n’en décoince pas une. Si Midas transformait tout ce qu’il touchait en or, Hollande, lui, semble posséder le toucher du clown : tout ce qu’il touche se termine systématiquement en pitrerie pathétique (et ça s’est vu, même Outre-Atlantique). Le dernier exemple en date n’est même pas symptomatique mais juste normal : alors que toute l’équipe gouvernementale s’égosille depuis un an sur le thème « On va passer sous la barre des 3% de déficits budgétaires en 2014″, la Commission Européenne a remis les choses au clair en donnant, tout de même, deux ans de plus à la fine équipe en place pour atteindre cet objectif de toute façon invraisemblable. C’était couru d’avance : en février, Hollande avait réitéré son objectif d’annulation des déficits d’ici à la fin du quinquennat. Il avait touché le sujet, à de multiples reprises. Pif ! C’est maintenant une pitrerie pathétique que plus personne ne prend au sérieux.

Pierre lâche un soupir.

Il lui faut maintenant convaincre les Français et le reste du monde que ce délai de deux ans ne sera pas une nouvelle occasion de faire absolument n’importe quoi. Et il faudra choisir avec tact et doigté. En effet, un peu d’analyse montre par exemple que si Pierre se contentait de courir tout nu dans un champ de colza en fleurs, sans plus s’occuper du tout ni d’économie, ni de finance, en laissant reposer en paix le code fiscal pendant un ou deux ans, et – mieux encore – s’il pouvait faire participer Arnaud Montebourg à cette joyeuse farandole, l’économie française s’en porterait nettement mieux.

Nous n’aurons pas cette chance : à peine l’annonce du répit bruxellois connue de nos protagonistes, Pierre n’a pas pu s’empêcher de continuer son « travail » : prenant d’autorité d’une poigne ferme les bouquets de micros mous tendus à lui pour qu’il exprime aussi vocalement que possible son opinion sur les efforts à mener pour continuer à patauger dans la crise sans trop éclabousser de monde, il se sera empressé d’expliquer avec son humour inénarrable que « l’austérité c’est fini, le sérieux ça continue ». Eh oui : l’austérité fantasmée d’une réduction drastique du périmètre de l’État est à présent terminée. Elle n’a jamais eu lieu, il n’y a jamais eu de diminution des dépenses de l’Etat. Les arrosages publics ne se sont jamais arrêtés et n’ont même jamais été aussi forts.

Austerité en France ?

En revanche, l’autre austérité, celle qui qui aura exclusivement consisté à tabasser les contribuables, les salaries et les entreprises d’impôts, de taxes et de ponctions, celle qui se sera traduite par de multiples pertes d’emploi dans le secteur marchand, celle qui aura détourné de la création d’entreprise les quelques esprits un peu fous prêts à se lancer pour tenter de s’en sortir, cette austérité là, oui, elle a bien eu lieu. Et pour le coup, cette austérité là, elle va continuer comme devant, sans laisser un pouce de terrain : les charges sociales vont continuer d’augmenter, la compétitivité française va continuer à se détériorer, le nombre d’emplois précaires va augmenter, le nombre de chômeurs aussi.

Pierre nous l’a gentiment fait comprendre : l’austérité, qui n’a jamais été en place, est finie. Le sérieux, qui n’a jamais été en place non plus, continue donc. Et question sérieux, il en connaît un rayon, le Mosco !

mosco tranquille

J'accepte les Bitcoins !

1542XKnMqucNgrXeM4UgcwgXuCQEPAU6iR

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires124

  1. Martin T

    « Le président fait du bricolage, le premier ministre, lui, fait du jardinage. »

    Excellent!

    En fait le gouvernement c’est « Bricorama », sans ouverture dominicale, bien évidemment.

    1. Bruno

      ça rappelle plutôt le bon Roi Henri et son ministre Sully.
      Bricolage et Jardinage sont les deux mamelles de l’Etat-Providence.
      Pour la poule au pot, faudra repasser!

  2. Black Mamba

    Pauvre Mosco, l’Etat des lieux de la France est déplorable, il y a des mites partout, il y a des fuites dans la toitures, les WC sont bouchés, il y a une odeur de cadavre.
    Mais cela ne fait rien tant que ça tient, on fait avec.

  3. Nord

    « les Avengers sont des vieux sous Tranxène, et que la politique avec Hollande, c’est comme ABBA interprété par Slayer, » :-D (*)

    Sinon tu aurais la source des données de ton graphique?

    (*) Ceci dit, Helloween avait, jadis, commis un cover de Abba: http://youtu.be/XseLGzmqa7c on pourrait peut-être s’en inspirer?

      1. Aristarque

        Ça, c’est de l’ austérité! +40% de dépenses en plus en neuf ans! Et la pente de croissance est tellement reguliere qu’elle montre bien que l’effort a ete particulierement constant dans l’inexistence!
        Même s’ il faut deduire l’ inflation, cela témoigne d’ une telle austérité que j’ aurais bien aimé la connaître à propos de mes revenus.

        1. parisien9999

          Selon le calcul que j’ai fait entre le 31/12/03 et le 31/12/12 il y a eu 16,29% d’inflation d’après l’INSEE…. L’administration n’a même pas l’excuse de l’inflation pour justifier la hausse de ses dépenses, qui sont très très au-dessus de l’inflation.

      2. adrien

        Quel périmètre considérez vous exactement sous le vocable « administrations » ? Je n’arrive pas à reconstruire votre graphe à partir des données Eurostat sur la dépense publique

    1. Aloux

      Tiens d’ailleurs étonnant cette mention de Slayer dans le billet d’aujourd’hui, alors qu’un de leur deux guitariste vient de casser sa pipe. Une forme d’hommage ?

    2. Nocte

      Je suis assez fan de l’idée de Slayer reprenant ABBA :D

      [HS](au passage, ceux qui aiment les grattes électriques façon Heavy Metal devraient jeter une oreille sur le lien de Nord, et sur l’album Metal Jukebox d’Helloween qui est constitué de reprises dont Space Oddity de Bowie)[/HS]

  4. Yrreiht

    Nous ne sommes ni dans une démocratie,
    ni ploutocratie,
    ni kleptocratie,
    ni gérontocratie,
    ni bureaucratie,
    ni dictature molle,

    Nous somme en pathocratie. Ce sont des malades.

      1. Riguite

        Sans doute connaissez vous déjà la célèbre définition de l’inaptocratie selon Jean D’Ormesson :

        INAPTOCRATIE : un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d’un nombre de producteurs en diminution continuelle.

        1. Aristarque

          Bien sûr, d’ autant que j’ aime bien Jean d’O qui a toujours son regard malicieux de garnement qui vous a fait une bonne niche.

        2. parisien9999

          Waouh ! quel excellent résumé l’inaptocratie !!!! C’est la France toute crachée ça ! Snif ! Un pays avec tellement d’avantages (géographie, climat, histoire, culture, intelligence…).

  5. Jesrad

    « Je suis le premier ministre de la réalité », déclare Zayrault. Damned, et nous qui, depuis tout ce temps, pensions qu’il était premier ministre de la France ! Ça explique quelque peu la dérive du pédalo France, j’imagine.

    Mélenchon, la momie de Lénine habitée pr l’esprit de George Marchais. Très bon !

    1. parisien9999

      Je ne suis pas d’accord, Mélenchon n’a rien à voir avec Marchais et Lénine qui eux étaient de vrais communistes. Mélenchon c’est un franc-mac socialiste reconverti par calcul électoral en chantre d’extrême gauche qui veut l’ouverture des frontières pour les immigrés (ce à quoi Marchais était totalement opposé) pour le plus grand profit de la gauche (le peuple vote mal ? pas grave, il suffit de le changer) et du MEDEF. Les islamistes ont appelé à voter Mélenchon l’année dernière…

  6. max

    Au moins un secteur qui progresse en France depuis les 35 heures et la montée du chômage, c’est celui du bricolage, la partie pleine du fond du verre.

  7. infraniouzes

    Les socialistes pourraient faire une foule de choses pour redresser la France. Mais tout ce qu’ils feraient, absolument tout, fâcherait leurs « clients ». Car leur arrivée au pouvoir est assise sur une « clientèle électorale » copieusement gavée de cadeaux aussi dispendieux qu’inutiles. Toucher aux « Zakis » et tout le monde saute. Donc il est urgent de ne rien faire…

    1. JS

      Le nombre de personnes que je connais qui ont vote Hollande juste pour l’augmentation de l’allocation de rentree scolaire, c’est juste affligeant..

  8. Higgins

    Le vrai drame, c’est que Normal 1er, et le pays avec, a perdu toute crédibilité au plan international (à l’exception peut être du Venezuela chaviste?). Bien sûr, on l’écoute poliment quand il parle mais ça ne va pas plus loin. Les déplacements en Inde ou en Chine ont été des fours. Seule la brillante démonstration de force faite au Mali (en pouvait-il être différemment?) fait exception. Et encore, si c’est une indéniable victoire tactique, ce déploiement a également montré, si besoin en était, combien le roi est nu, que ce soit au plan matériel (Le Croix y a consacré un article inquiétant) ou au plan européen (Nos alliés naturels se sont empressés de nous aider dans cette aventure). Ce n’est pas l’échec récent du tir du M51 qui va arrangé l’affaire.
    Talonette 1ère avait laissé une situation désastreuse, Normal 1er réussit le tour de force de faire pire.
    Pour mieux comprendre l’incapacité qu’à ce pays à comprendre le monde moderne, écoutez les Matins de FC de ce jour où était invité Jacques Fournier. Emblématique.

    1. Deres

      Au final, le Mali n’est pas vraiment une réussite hors de la chose militaire … Les politiques et diplomates eux n’ont pas vraiment fait leur travail … Dans les faits, le pays est divisé entre le sud et le nord où les troupes maliennes n’ont pas le droit d’aller et qui est sous le contrôle des rebelles. Pendant l’intervention française, les troupes maliennes se combattaient entre factions dans la capitale, bérets rouges contre bérets verts.

      Les sources des problèmes qui nous ont forcés à intervenir existent donc toujours. On a traité les symptômes, pas la maladie … Comme en Afghanistan, si on retire les troupes étrangères, les islamistes reviendront en quelques mois ou années …

      1. Baichette

        Le mali sera une réussite lorsque les intégristes auront tous rendu les armes et que le pays sera pacifié sans que la présence de troupes étrangères soit nécessaire.
        Pour l’instant c’est une opération militaire avec des objectifs flous et variables. Les résultats du moment ne disent rien du futur: attentats à la voiture piégée, poches de résistance impliquant le maintient (couteux en vie et argent) de troupe…

  9. Deres

    Pendant ce temps là, une dépêche discrète à peine relayée par les médias, nous apprend que le déficit budgétaire est en train de déraper sévèrement en 2013. Le coupable, je vous laisse deviner, roulement de tambours … La dérive des dépenses de personnels !

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/05/07/97002-20130507FILWWW00255-le-deficit-budgetaire-se-creuse.php

    Le plus affligeant est que le matraquage fiscal est efficace, les rentrées explosant aussi mais pas suffisamment pour suivre l’augmentation des dépenses sans contrôle. On voit au passage se poindre la courbe de Laffer, les recettes augmentant moins que prévu (les contribuables et entreprises ont surement anticipés les hausses d’impôts clairement annoncés par l’élection de Flamby …) Le gouvernement bénéficie au passage de la diminution des taux d’intérêt, ce dont il n’est responsable en rien.

    Il est savoureux de constater qu’en parallèle, nos dirigeants socialistes continue à insister sur le sérieux de leur gestion …

    Ils perdent d’ailleurs toute crédibilité en affirmant sans cesse des choses qu’ils ne tiennent pas au final. Au lieu de faire profil bas, ils pensent se créer des statures en étant affirmatif en permanence. Comme aucunes de leurs prévisions optimistes ne se réalisent à terme, ils se décrédibilise au contraire un maximum. C’est le meilleur moyen de passer pour un charlot. Cela a été le cas pour les 0.8% de croissance, pour les 3% de déficit, sur la taxe à 75%, sur l’absence de hausse d’impôt en 2014 … Comme ils ne comprennent rien à rien, au lieu de devenir évasifs, ils continuent à faire des prévisions et promesses qu’ils ne tiendront pas : inversion de la courbe du chômage en 2014, 3% de déficit en 2014, 0% de déficit en 2017, stabilisation des dépenses de l’Etat en 2013, 100 000 contrats d’avenir en 2013, … Ils ne comprennent rien à rien, ce sont vraiment des minables …

  10. Aloux

    Concernant Mélenchon, ça fait quand même plaisir de voir cette grosse baudruche se dégonfler une fois de plus un an après le four de la présidentielle. On notera toutefois que lors du picnic de la place de la Bastille dimanche dernier il a pu tranquillement appeler à l’insurrection, sans que personne ne s’en émeuve particulièrement. Certes vu son poids réel, il vaut peut-être mieux ne pas en parler et lui donner plus d’importance qu’il n’en a, mais bon ça en dit long sur le personnage.

    1. Elphyr

      C’est le pouvoir du Camp du Bien.

      Il pourrait déclarer une shoah fiscale et rétablir une guillotine à Bastille (puisqu’il a l’air de s’approprier la place de plus en plus) que personne ne dirait rien.

  11. jc

    Tiens, avec ses métaphores bucoliques, Zayrault me fait penser à Chance, dans Being There, avec Peter Sellers. Chance avait passé toute sa vie dans une seule maison, Zayrault, c’est pareil, il n’était jamais sorti du parti socialiste.

    1. Aristarque

      Une cloche pareille aussi inaudible que quelconque, quelle équipe un peu sensée peut rêver d’ en faire un équipier ? Il n’y a donc aucune chance qu’ on cherche à le débaucher… Il n’ est à ce poste que parce qu’il ne s’ est trompé de cheval sur lequel miser et parce qu’il est « loyal » (Normal 1er évite de souligner tout autre point)…

  12. Meritopheles

    Le principe de la démocratie c’est que n’importe qui peut accéder au pouvoir du moment que les électeurs le jugent compétent et donc vote pour lui .

    La stratégie est simple, diminuons la capacité de jugement du peuple, et moi en tant que non compétent, je pourrai accéder au pouvoir.
    Tenons les en laisse dans une prison subventionné . Rendons les ignares de la complexité économique comme des simples principes de bases.
    Rendons les étrangers aux grands principes qui forment une nation mais n’arrêtons pas de les employer dans les discours pour maintenir l’illusion.

    Bon, j’arrête, je m’énerve tous seul …
    j’étais entrain de me demander , si demain un groupe de gens non affilié à la politique (mais vraiment compétent pour gérer un pays) voudrait se présenter, combien de chance ont-il d’arriver jusqu’au second tour ?

    1. Black Mamba

      Perso , je suis prêt . Mission Kamicase.
      Je prendrais H16 comme Haut Conseiller et que des libéraux comme Ministre
      On peut avoir une chance

      1. Meritopheles

        Même si je suis d’accord sur le fait qu’il est grand temps que la France se mette au libéralisme, c’est pas des penseurs qu’il faut au gouvernement, mais seulement des gens qui ont déjà travaillé, que l’on arrête de mettre des gens qui n’ont jamais signé une feuille de salaire de leurs vie au ministère du travail par exemple. Au ministère de la santé, n’y met pas un avocat, faut des notions de gestion et de santé, un directeur d’hôpital intègre serait très bien, enfin , c’est juste un raisonnement logique . Si tu as besoin d’un plombier , tu appelles pas un électricien.

        1. Nocte

          L’hôpital du côté de chez moi voit dans son comité de direction une bonne part des élus locaux… après, je ne m’étonne plus trop de son fonctionnement lamentable…

      2. Black Mamba

        Il faut aussi l’appui des forces armées pour stopper toute rébellion car bien sûr cela ne sera pas sans douleur, car quand on a ses petits privilèges, pas question de les céder.
        C’est là que tout le mode se rassemble et se met d’accord pour renverser le pouvoir.
        Oui OPÉRATION KAMIKASE

        1. Black Mamba

          Quand on a des privilèges:
          Les privilégiés sont les fonctionnaires, les syndicats et tous ceux qui subsistent que grâce au divers allocations et subventions.
          Cela fait du monde contenir.

    1. Deres

      Oui, si ce n’est pas un contre-feux cela …
      Franchement, ils sont pathétiques de rejeter la faute une fois de plus sur Sarkozy …

    2. Aloux

      Par contre en lisant les commentaires, j’ai vu que plusieurs faisaient allusion au fait que le statut de première dame n’ayant aucune existence constitutionnelle ni juridique, le fait que Trierweiler ne soit pas marié ne constitue pas une entorse au règlement, mais simplement un cas inédit (tous les présidents ont toujours été mariés jusqu’à aujourd’hui). Certes ça n’enlève rien au fait que si ils sont concubins la déclaration de patrimoine de Hollande est un faux lamentable (ce qu’il est déjà sans ce détail du reste), mais cela ne risque-t-il pas de compromettre toute plainte pour détournement de fond comme celle déposée par Kemlin ?

    3. gnarf

      Ca risque de tomber a l’eau tout ca.
      Faire une declaration de patrimoine commune aurait fait jaser.
      Donc il a fait une declaration pour lui seule, mais elle est calculee pour que meme si on rajoute le patrimoine de sa concubine le total vient pile poil en dessous du seuil de l’ISF.

      1. gem

        Possible. On verra dans 5-10 ans (durée « normale » d’instruction de ce genre de dossier) ce qui en ressortira.

      2. Aloux

        Ce qui est hallucinant c’est que sa déclaration soit si manifestement fausse que n’importe qui de sensé puisse s’en rendre compte avec 5 min de réflexion, mais qu’en même temps personne ne puisse rien y faire !

  13. Martin T

    Les chiffres de la production industriel viennent de tomber et ils sont tout simplement magnifiques:

    Industrial Production (YoY) -2.5% contre -1.4% attendu et la cerise sur le gâteau, les chiffres du mois derniers sortis à -1.9% sont revus à la baisse à -2.9%.

    Bref c’est plus les -0.1% de croissance du PIB (selon la commission européenne dont le talent prévisionnel n’est plus à démontrer…) sur lequel il faut tabler mon petit Mosco mais c’est plutôt entre -1% et -0.5% au rythme actuel…et je suis gentil…

    Va falloir en chercher des « brousoufs » parce que 0.1% en moins c’est 10 milliards en plus à trouver mon petit canard. Je suis impatient de voir comment le « produit » des cessions va être « affecté » (attention le mot privatisation est interdit de langage, dixit Harlem Désir du Passé).

    Good night and good luck…

  14. Cyrielle

    Notre gouvernement étant dans sa phase « raclement des fonds de tiroirs », leur dernière idée lumineuse est de réduire la participation de l’Etat dans certaines entreprises.

    Dans ce cadre, le subtil Mosco a cru bon de préciser qu’il ne fallait surtout pas y voir de la privatisation mais « une gestion fine du capital de l’Etat ».

    C’était la leçon du jour de notre Maître en économie. Vu la finesse du personnage et de ses prévisions, il est permis de douter de l’efficacité de ce bidouillage…même si l’idée de privatiser n’est pas inintéressante tant je suis persuadée que les entreprises se débrouilleront très bien sans les interventions intempestives de l’Etat, à condition bien sûr que les fonds récupérés ne soient pas gaspillés.

    Comme vous l’avez très bien dit, même s’il est vrai qu’il est plus facile d’augmenter les impôts et taxes, et de vendre les bijoux de famille, il y a bien un truc qui pourrait permettre de trouver quelques milliards (bien que notre gouvernement se contorsionne désespérément pour éviter le sujet) c’est une baisse drastique de la dépense publique pour s’aligner par exemple sur la moyenne des pays européens. Mais pour ça, bien sûr, il faut avoir des …. un certain courage.

    1. zecrocwhite

      sauf que dans le cas présent, les fonds récupérés dans la vente des participations ne servira visiblement pas à redresser les comptes, mais à investir dans des projets d’aveniritude (transition énergétique, télécoms,…)

      1. Deres

        Personnellement, je ne pense pas que le très haut débit soit d’ailleurs un investissement d’avenir. Je ne pense pas que cela créera vraiment de la richesse à part pour Google via Youtube … J’aimerais pouvoir regarder ma TV en HD pendant que ma box enregistre plusieurs autres chaînes en HD, mais cela détruirait plus ma capacité productive qu’autre chose !!!

        Pour la transition énergétique, le sujet a été largement abordé par ici. On sait très bien que les « énergies nouvelles » ne sont en fait pas rentables hors subventions.

        Pour moi, les seules investissements d’avenir vraiment rentables possibles sont :
        - isolation de l’immobilier ancien (quand la rentabilité est avéré sur moins de 10 ans …)
        - connexion des réseaux d’eau chaude urbains (Paris et Lyon) aux centrales nucléaires pour faire de la co-génération
        Cela permettrait de diminuer notre facture énergétique significativement …

        Pour tous le reste, le pays a surtout besoin de libéralisation, de baisse des taxes et des charges, de diminution des normes et obligations idiotes, et de concurrence pour donner son plein potentiel sans tripatouillage étatique permanent.

        L’exemple de Free est significatif … Personnellement, ils m’ont permis moi et ma femme en quelques années de passer de 135€ par mois à 45€ par mois pour un service sans commune mesure … Cela fait 90€ injecté dans l’économie en plus par mois pour des services supplémentaires !

        1. Aristarque

          La plus proche centrale nucléaire de Paris est à 100kms environ. Quand on a eu à gérer, contrôler et discuter avenants pour de la fourniture chauffage et ECS par réseau urbain, quand on a vu ce que cela pouvait couter entre les P1, P1bis, P2, P3, P4 plus les P spécifiques à la géothermie pour la corrosion des réseaux, la maintien de la température du réseau (la production de chaleur par géothermie est très constante été comme hiver mais naturellement plafonnée en quantité si bien qu’ en cas de grand froid, il faut une source auxiliaire de chaleur pour que le réseau distributeur reste au niveau requis), qu’il a fallu retransmettre cela aux copropriétaires et payer les factures adéquates sous les applaudissements, il est urgent de laisser tomber une telle idée, séduisante sur le papier, beaucoup moins en réalité.
          D’autant que ce type de reseau géré par des boites type Veolia, faut-il vous faire un dessin quant au mélange des genres avec la puissance publique?

          1. Grosben

            Je confirme que le chauffage des logements par cogénération est bien de la merde collectiviste.
            J’habite un immeuble chauffé par un incinérateur à déchets, sur le principe c’est un peu la même chose.
            On pourrait se dire youpi la source d’énergie est gratuite sauf qu’entretenir le réseau d’eau chaude sous pression coûte un bras et au final ce n’est pas si économique que ça (10% moins cher que le gaz).
            Les coupures d’eau chaude et de chauffage pendant plusieurs jours sont fréquentes en hiver à cause de fuites dans les tuyaux. Il va sans dire que le compteur électrique n’est pas dimensionné pour utiliser des chauffages électriques d’appoint et qu’il n’est pas possible d’aller se doucher chez le voisin. Dans ces moments, on se sent bien impuissant et on regrette très fort le bon vieux chauffe-eau électrique que l’on peut souvent réparer soi-même.
            Ironie du sort écologiste, le développement du recyclage fait qu’il y a de moins en moins de calories à bruler dans les déchets, du coup l’incinérateur doit bruler du gaz pour compléter !

          2. deres

            Tout ceci est bien vrai mais je pensais surtout à relier des réseaux déjà existants donc ayant déjà ces défauts, pas à en créer de nouveaux. De plus, à mon humble avis, l’intérêt serait surtout de moins importé d’hydrocarbure. Pour le moment, une puissance énorme est rejeté dans l’atmosphère par les centrales nucléaires. J’avais lu des slides semblant dire que cela pouvait être faisable et rentable (surtout pour Lyon qui est à moins de 100 km d’une centrale).

            PS : perso, je suis chauffé par un réseau urbain avec cogénération au gaz et incinérateur. Cela marche plutôt bien sans aucune coupure sur de nombreuses années sauf une semaine d’arrêt pour entretien en été. Effectivement, je n’ai pas l’impression que la différence de coût soit faramineuse.

    2. Deres

      Mouais.
      Déjà que les monopoles publiques se gavent bien sur notre dos, j’imagine quand ils vont devenir des monopoles privés sans se réformer le moins du monde … Le truc, c’est qu’ils veulent revendre sans privatiser donc sans créer une concurrence saine pour protéger le consommateurs !

  15. zen aztec

    « Les arrosages publics ne se sont jamais arrêtés et n’ont même jamais été aussi forts. »J’ai même entendu ce matin qu’on allait donner un « coup de pouce »(expression de merde)au fonctionnaires…

    1. Aristarque

      Quand on fonctionne en social-clientélisme et qu’on oublie qui nous a fait roi, on est vite mort électoralement. Ce n’ est pas parce qu’on n’ a rien récolté, selon zayrault pointé qu’ on ne va pas distribuer du blé. Plus que quatre ans à endurer…

      1. bob razovski

        Hélas, je ne suis pas aussi optimiste que vous.

        Vous dites « plus que quatre ans », mais quand on regarde le graphique du billet, cela fait près de 10 ans d’ouverture sans cesse plus grande des sprinklers à oseille. Droite ou gauche, même socialie.

        Dans quatre ans, on en reprendra pour 5 ans.

        je ne vois aucune lumière au bout du tunnel…

        1. Aristarque

          Cela dure en réalité depuis 81…
          (…) à endurer : sous entendu, avec cette bande de guignols jusqu’ à la suivante, à moins que le pognon gratuit ne vienne à manquer ou à trop se raréfier pour que le bal puisse continuer.
          :/

          1. Vodkaman

            c’est à se demander s’il ne faut pas souhaiter toucher le fond le plus rapidement possible comme la Grèce ou Chypre, et être palcé sous tutelle du FMI?

            Présigland, AKA rain man serait ainsi peut-être obligé de faire les réformes structurelles dont nous avons besoins.

            en plus, il serait obligé de lécher « l’émotion » – puisqu’on parle de Desproges un peu plus bas – de Merkel, et ça, cela me ferait vraiment bien rire, lui qui se vantait de pouvoir lui faire une clef de bras…

  16. Pascale

    Ce qui me terrifie le plus c’est d’entendre le résulats des sondages qui indiquent que les Français trouvent que Hollande ne fait pas suffisamment de réformes. Je m’exclame : malheureux ! avec tout ce qu’il a fait jusqu’à présent pour enfoncer un peu plus la France économiquement (taxes, discriminations et brimades en tous genres contre les entreprises et les « riches »), surtout qu’il ne bouge plus ! Ne souhaitons pas qu’il nous sorte encore de son chapeau une idée géniale pour aider la France. Qu’il reste tel quel, qu’il ne bouge surtout plus le petit doigt, ce sera un moindre mal pour nous.

  17. Biglou

    Jeune à la conscience politique à peine formée (19 ans), je me suis fait un point d’honneur à explorer toute la presse d’opinion, de tous bords politiques confondus. Un constat c’est imposé: partout ce désir d’étatisme bourratif commun à tous les partis.
    Une bien belle surprise donc, que de tomber sur Hashtable, qui prône le pragmatisme et la prise d’initiative individuelle.
    En vous lisant, je repense à Desproges, qui parlait déjà à l’époque de « démocratie couchée ».
    Mais n’ayons crainte, un jour les gens compétents et motivés prendront le relais, qui ne seront plus là pour « politiser » les consciences mais pour gouverner intelligemment.
    Cela se réalisera t-il un jour ? Rien n’est moins sûr , le tonneau des Danaïdes est toujours là, pire encore, il fuit.

    1. Before

      Bienvenue au club !
      A peine plus âgé que vous (hem hem), je me suis découvert libéral dans l’âme, grâce entre autres à H16 (en fait grâce à Internet, plus généralement, qui catalyse toutes les révolutions, cf les différents « printemps » de ci et de là).
      Être libéral en somme, c’est être épris de liberté, et faire confiance aux hommes et à leurs capacités.

      1. Biglou

        « faire confiance aux hommes et à leurs capacités. » – Vous résumez là fort bien ce qui , à mon sens , est la base d’un pays prospère. Pragmatisme, Volonté, Responsabilité. Bref, les piliers d’une démocratie « normale ».

        1. Before

          Le problème, c’est que l’éducation nationale, l’état omniprésent ont fini par casser cet esprit de liberté, de pragmatisme, de volontarisme, cette confiance en soi que tout un chacun devrait avoir.
          Alors oui, faire confiance en la responsabilité des français c’est pour l’instant un gros pari dans la France de 2013.

    2. fangshuo

      Bien normal que ce billet vous fasse penser à Desproges (paix à son cancer), puisque la « frétillante endive frisée » qui ouvre ce blog est de lui.

      Une formidalbe formule, qui s’adaptait merveilleusement bien à Lang à l’époque, mais il faut reconnaître que Montebourg ne s’en sort pas mal non plus, question culture en cave.

      1. Biglou

        D’autant que Desproges , tout cultivé qu’il était, avait bien trop de classe et ne se prenait pas suffisamment au sérieux pour faire étalage de sa personne , contrairement aux « cuistres » d’état , tels que Jack Lang, dont le teint auto-bronzé le rapproche désormais plus de l’orange mécanique que de l’endive.

    1. gem

      Le De Gaulle de 58 a fait du meilleur boulot que celui de 45, et après un peu d’air frais pris à l’extérieur, allez savoir.
      De toute façon, je ne vois pas la moindre figure libérale à l’horizon, et je suis sur que le pire ne peut engendrer que de l’encore pire, pas un « sursaut » ou une « renaissance » libéral.
      J’ai plus qu’à aller pleurer dans mon coin :-(

    2. channy

      VGE aussi a cru pendant des années que les français allaient le ramener au pouvoir…
      Le nain excité sur talonnette il a rien foutu pendant 5 piges, sauf à faire chier le monde et à nous foutre la honte dans le reste du monde avec sa morue périmée..
      Talonnette 1er et le gros mou à teinture pour incarner l’avenir de la France..ce pays est vraiment foutu..quand à Melanchon et ses dents jaunes pfffff

  18. NOURATIN

    Et encore, on ne parle même plus de l’affaire Cahuzac!
    Question sérieux, nous sommes imbattables!
    Mais bon, fallait il attendre autre chose de cette bande de branquignolles?

    1. parisien9999

      On entend parler encore parler de Cahuzac, mais à son initiative : il veut se représenter aux législatives…

  19. socialovici

    cet article est bien trop pessimiste:je conseille a tout le monde la lecture de l’excellente Karine Berger(star économiste montante du ps): »les 30 glorieuses sont devant nous ».

        1. parisien9999

          « Karine Berger : Du point de vue social en France, un certain nombre de personnes se sont retrouvées sans travail, mais, globalement, en termes de pouvoir d’achat moyen, de vie de tous les jours, d’épargne, etc., on n’a pas de problèmes. Le PIB de la France est supérieur aujourd’hui à celui de début 2008. Quand on regarde l’évolution du pouvoir d’achat des ménages français — au niveau macroéconomique et non pas individuel —, on s’aperçoit qu’entre 1996 et 2007, celui-ci a augmenté en moyenne de 12% ! C’est paradoxalement, un peu comme si la crise n’avait pas eu lieu. Je sais bien que la perception est différente, mais voilà la vérité des chiffres. Le seul vrai risque pour les ménages – heureusement, il ne s’est pas matérialisé ! –, c’est qu’une banque ferme et que les gens ne récupèrent pas leur argent. »
          Lol !!!!!! Génial ! tout va bien. J’adore le « c’est un peu comme si la crise n’avait pas eu lieu » ! T’as raison Karine. Tu reprendras un peu d’amphétamines ?

    1. deres

      Je vais faire comme elle.

      Donner moi 10 milliards par an pendant 10 ans pour investir dans des technologies d’avenir et je vous promets des lendemains heureux avec des toits en ors et des escortes pour tout le monde.

      Dix ans plus tard : Ah ben non, je m’étais trompé, cela ne marche pas mes investissements foireux. A propos, on a perdu tout l’argent. C’est pas tout cela, mais je vous laisse pour prendre ma retraite entre mon Ryad de Marrakech et ma villa à Los Angeles.

  20. Peste et coryza

    Regardez le CV de cette Karine Berger :
    - fille de profs
    - Polytechnique, École nationale stats et administration économique
    - IEP Paris.
    - direct fonction publique.
    Comment elle a trouvé son boulot ? simple, réseau…

    Comparez avec les vilains économistes capitalistes chinois ou (pire !) américains : soit ils ont faits leurs armes dans le privé (généralement la banque) avant d’entrer en politique, soit ils ont un doctorat.

    1. Mouton rebellé

      Le problème ne réside dans le fait qu’elle soit diplômée de Polytechnique et de l’E.N.S.A.E. ; l’être prouve qu’elle est très intelligente.
      Le problème est qu’elle n’a jamais mis les pieds dans une entreprise, elle n’a jamais vendu, elle n’a jamais acheté pour le compte d’une entreprise, elle n’a jamais géré, elle n’a jamais investi son argent dans une activité productrice. Elle ne sait rien de l’économie réelle. C’est une statisticienne. Or, Alfred Sauvy disait que les statistiques sont des êtres fragiles qui avouent n’importe quoi sous la torture ; Mark Twain disait : « je connais trois sortes de mensonges : les mensonges simples, les gros mensonges et les statistiques ».
      Karine Berger n’est pas dangereuse parce qu’elle a les diplômes qu’elle a ou même qu’elle a eu la carrière qu’elle a eue, elle est dangereuse parce qu’elle vit dans une bulle, dans l’imaginaire, le fantasme. Résultat, elle a publié en 2011 un livre intitulé Les Trente glorieuses sont devant nous… Elle n’a aucun avenir. Elle est dores et déjà totalement décrédibilisée.
      Les statistiques, le socialisme, c’est le rêve : http://moutons.rebelles.free.fr/socialisme/un_reve.jpg.
      Les gens qui travaillent en entreprise, eux, vivent dans la réalité et son suffisamment fort et résistant pour ne pas se « shooter ».

  21. johnny_rotten

    Les médias sont pitoyablement à l’écoute des petites phrases de Flamby 1er , à propos d’un possible remaniement ministériel.
    Comme si, remplacer quelques incompétents par d’autres ou par des technocrates « c… molles » allait changer quelque chose.
    La France souffre d’un cancer généralisé et on attend de savoir si on va lui donner de l’aspirine.

  22. Mouton rebellé

    Mais saviez-vous que Pierre Moscovici, le ministre de l’économie, a un « phare » ?

    Si, si ! Quel est-il ce phare de l’économie française ?

    Réponse : une nymphette de 25 ans inscrite en 1ère année de doctorat en philosophie ! Voir : http://www.lepays.fr/doubs/2013/04/11/marie-charline-fiancee-de-pierre-moscovici-son-phare-dans-la-tempete

    Mise en scène des communicants d’Havas Worldwide (anciennement Euro R.S.C.G.) : à défaut d’avoir une politique, on met en avant une jolie blonde, on occupe les esprits avec une image. Pendant ce temps, les Français s’inscrivent à Pôle emploi, les entreprises déposent le bilan, mais qu’importe : Pierre Moscovici « communique » grâce à une petite bourgeoise de 25 ans.

    Cette politique du spectacle est en train toutefois de se retourner contre lui ; voir : https://twitter.com/Guffin_Mac/status/332040239445069824/photo/1.

    On continue le petit florilège ? Nicolas Domenach, Marianne, qui déclare que « Bercy, c’est la pétaudière » (maison où il n’y a ni ordre, ni autorité, bordel) » : https://twitter.com/Guffin_Mac/status/330914723526737922.

    Un recensement des critiques à l’encontre de Moscovici serait long à dresser.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)