Un entêtant parfum de faustérité

Comme je le notais dans un article précédent, le récent tsunami d’impôts et de taxes créatives finit par agacer franchement les Français qui, naïfs qu’ils sont, croyaient avoir voté pour un changement…

On se rappelle en effet que le quinquennat de Sarkozy s’était finalement traduit par une consternante accumulation d’impôts et d’actes manqués, et que Hollande avait clairement annoncé la couleur en déclarant vouloir protéger la veuve (encartée PS), l’orphelin (inscrit aux Jeunesses Socialistes) et les classes moyennes (qui votent pour lui). Comme il était prévisible, la crise — qui n’était pas si anodine que ça, au contraire de ce qu’imaginait les fines équipes au pouvoir — eut rapidement raison des modérations fiscale du président qui aura dû trouver rapidement de quoi alimenter l’immense usine-à-gaz administrative qu’est devenue la France bureaucratique, dont les petits moteurs tournent à fond et crament de l’argent public à hauteur d’un peu plus de 1600 millions d’euros à la semaine.

Le brave Moscovici se sera donc retrouvé à redoubler d’inventivité fiscale (sans toutefois parvenir au niveau olympique du premier de ses ministres au Budget, Cahuzac). De bricolages improbables en mensonges éhontés, le ministre de ce qui reste d’économie et de finances dans le pays aura hissé le carpet-bombing fiscal au rang d’art, tout en conservant cette décontraction que seuls les cuistres et les exonérés fiscaux peuvent se permettre.

moscovici est un grand sensible

Il n’est alors pas étonnant que huit Français sur dix commencent à trouver le fond de l’air fiscal carrément glacial, voire mortel, au point de refuser la perspective de payer plus d’impôts pour redresser les comptes publics. Du reste, on peut se demander ce que « redresser » veut dire tant ce petit air de flutiau nous aura été joué sur les 40 dernières années pendant lesquelles non seulement, ces comptes ne furent jamais redressés, mais en plus ils furent copieusement aggravés. On notera au passage l’aspect parfaitement apolitique de ce mécontentement puisque cette écrasante majorité d’opposants à toute nouvelle hausse d’impôts se retrouve aussi bien chez les affreux droitards (94%) que chez les gentils gauchistes (70%) : au moins, Hollande sera parvenu à déclencher une belle unanimité (contre lui).

Et il n’est donc pas étonnant que, devant cette grogne maintenant difficile à oublier, on fasse monter au créneau le premier fusible disponible (un certain Cazeneuve) pour lui faire dire qu’en 2015, on allait marcher sur du velours. En langage politicien, cela se dit :

« Le budget de l’État, hors dette et pensions, va baisser de 1,5 milliard d’euros. »

oat 10 y FR sept 2013En décodé, cela veut dire que le budget de l’État va continuer d’augmenter et puisque l’impôt est devenu un sujet extrêmement sensible, on va augmenter (encore) la dette ; ça tombe bien, les taux sont bas, ne montent pas de 50% en six mois, le marché prête en toute confiance, l’avenir est parfaitement rose, promet une fin d’année flamboyante et une année 2014 qui va dépoter. D’ailleurs, Ayrault l’a récemment indiqué, la croissance repart, et c’est exact : elle trouvait l’ambiance morose, elle est donc repartie et nous enverra une carte postale.

la croissance est repartie

La réalité est, bien sûr, que nos socialistes de gouvernement n’ont qu’une corde à leur arc : l’impôt. Ils ne voient les problèmes de déficit qu’avec le prisme du « manque à gagner », considérant qu’un écart entre les recettes et les dépenses en faveur des dernières ne pourra se combler exclusivement qu’avec une augmentation des premières. Diminuer les dépenses, c’est diminuer l’influence de l’État, et par voie de conséquence, diminuer leur pouvoir. En attendant, l’austérité (celle qui consiste donc à diminuer un peu la pression fiscale et beaucoup les dépenses de l’État) n’a toujours pas été mise en place.

J’en veux pour preuve la lecture assez édifiante de ce document de Stefan Homburg, de l’université de Hanovre, qui détaille justement cette fameuse austérité européenne pour arriver à la conclusion qu’elle n’a pas été mise en place et que le fait d’équilibrer un budget gouvernemental n’aggraverait pas la récession, au contraire de ce qu’on lit un peu partout dans la presse si bien informée :

The proposition that Southern European countries suffer from austerity policies contains two flaws. Firstly, there is no austerity policy; and secondly, deficit reductions are unlikely to prolong recessions.

L’étude concerne surtout la Grèce, l’Espagne et le Portugal, mais elle se transpose assez facilement à la France, pour aboutir aux mêmes conclusions. Et du reste, il est facile de constater qu’Austérité Il N’y A Pas Au Royaume De François : comment expliquer que l’Etat diminuerait son périmètre alors qu’au final, il augmente le nombre de fonctionnaires qui travaille pour lui ? Comment gober que l’austérité se traduirait par une diminution des services publics alors que sur les six premiers mois de l’année 2013, l’État a embauché davantage de nouveaux agents que sur l’ensemble de l’année 2012 ? Et puis, comment concilier cette augmentation de sa masse salariale avec une austérité qu’on n’arrive pas à définir alors qu’en même temps, les impôts et les taxes augmentent tant (certaines, de 300 à 500%, joli !) qu’ils déclenchent maintenant une forte grogne ?

Non, l’austérité n’est pas en place. Elle n’est même pas dans un carton, prête à sortir et être utilisée puisqu’elle n’est même pas conceptualisée au niveau des élites : pour les fins pipoconomistes du Parti Socialiste et bien malheureusement, pour une assez bonne proportion de Français qu’on aura soigneusement tenu à l’écart de toutes notions fiables d’économie, la seule voie de sortie d’une crise qui prend malgré tout de l’ampleur, c’est justement en augmentant les impôts, en tapant sur les riches, et en redistribuant toute cette belle richesse qu’on aura créée on ne sait pas trop comment (mais peu importe).

Et il suffit pour se convaincre de cette consternante réalité de regarder les multiples articles qui paraissent actuellement pour encenser le dernier pensum de Thomas Piketty, ce semi-habile de l’économie encarté PS dont on se souvient surtout les exactions et les bidouillages de courbes pour arriver aux conclusions qu’il avait déjà choisies : entre les panégyriques de Marianne (qui est au journalisme ce qu’une tournante est à la romance), du NouvelObs ou de Challenges, difficile de ne pas imaginer qu’un si précieux pavé ne va pas alimenter les prochaines réflexions de nos dirigeants avec les conséquences désastreuses qu’on peut déjà imaginer (pour rappel, l’idée récente de surtaxer les propriétaires pour compenser leur absence de loyer n’est pas étrangère au brave Thomas).

En définitive, la locomotive État Français continue d’avancer, toujours plus vite, sur les mêmes rails qu’il y a un an, deux ans, cinq ans, dix ans : ceux de l’augmentation des dépenses et de l’intervention, ceux du Toujours Plus d’Impôts, ceux de la dette. Et on sait tous comment se termine cette voie-là.

train rvf3

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires250

      1. deres

        Se vanter d’un budget qui baisse quand on en retire les composants qui montent, c’est joli. Cela vaut le coup des économies par rapport à une hausse tendancielle non définie ou les baisses de dépenses qui sont en fait des hausses d’impôts. Idem pour le « pas de nouveaux impôts » qu’il faut pas confondre avec « pas de hausse des impôts, des charges ou des prélèvements déjà existants ». Ce gouvernement n’a même plus besoin de mentir tellement il distord les éléments de langages.

        Non franchement, je pense que nous avons les meilleurs des meilleurs dans ce gouvernement. On a vraiment hérité des champions mondiaux du pipeau. Bravo les artistes. Chapeau bas. On s’est rarement foutu de la gueule des français avec un tel brio et une telle sophistication de la sémantique.

        Là ou on a pas de chance, c’est qu’on voulait des gars droits et responsables aux commandes …

        1. Pascale

          «  » »Idem pour le « pas de nouveaux impôts » qu’il faut pas confondre avec « pas de hausse des impôts, des charges ou des prélèvements déjà existants ». » » »

          C’est là où l’on constate toute la veulerie des polititocards cauteteux et de la politique politicienne. Écœurant !

          1. hussardbleu

            manquent un Boulanger crédible, et un Déroulède sérieux… comme disait Retz, il faut « une tête froide, une tête folle et une tête célèbre »…

          1. Fred

            Je vous accompagnerais volontiers ! Sous les fenêtres de la chambre à coucher de Flamby, se pourrait-être plus drôle encore. Imaginez sa tête s’il venait à ne plus dormir… MDR

    1. anafesto
  1. Pffffffffft

    Et puis : « Avec le retour à un équilibre structurel des finances publiques et une croissance de l’activité de 2 % en volume, le ratio de dette diminuerait de 2 points par an en moyenne » …

    Muahahahah

    1. deres

      Sauf qu’équilibre structurel veut dire encore une fois hors dette et pensions. Si il y a une croissance de 2% par an, le taux d’intérêt sera au minimum de 4% ce qu’il fait semblant de ne pas savoir. De plus, les pensions d’Etat sont complètement hors de contrôle. Donc en fait, la dette continuera à augmenter dans ce cas …

      Quand le budget 2014 sortira, il faudra bien regardé la prévision de taux d’intérêt sur les prochaines années. Il est plus que probable qu’ils prolongent abusivement les taux bas actuels alors qu’ils prévoient une reprise en parallèle …

    1. Pascale

      Pui, je l’avais remarqué aussi cet article de BFM sur les PME qui seraient très heureuses de la manière dont elles sont traitées par le gouvernement socialiste. H16 nous fait rire, mais là, j’ai carrément éclaté.

    2. Marc Aurèle

      J’écoutais, avant, souvent BFM. J’avais l’impression d’entendre un langage différent. Aujourd’hui, je retente de temps en temps ma chance. On n’y trouve malheureusement plus que des analyses techniques du marché et de la bourse sans grand intérêt, des interviews d’entrepreneurs au mieux poliment interrogatifs de la politique de notre gouvernement et au pire, c’est à dire la plupart du temps, de la théorisation ad-nauséam de pourquoi la politique du gouvernement elle est top.

      Pas une once de critique, pas un avis imaginatif, juste un gros déni de réalité. Sans intérêt.

      1. val

        @marc aurele

        Vous avez dû rater Taittinger , il a été cinglant, ça m’a fait chaud au coeur ,un vrai patron !!! voir http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/paris-est-a/paris-pierre-emmanuel-taittinger-president-champagnes-taittinger-paris-est-a-10-09-145560/

        Bon pour le reste vous avez raison, les commentaires de bourse me font penser aux pronostics du tiercé. Même vocabulaire , mêmes délits d’initiés , même couillons couillonnés , les mêmes « usual suspects » gagnants du gros lot…

  2. Christophe

    Soyons précis ! Mosco a dit : « l’endettement de la France allait « atteindre un maximum » avant de « décroître », insistant sur l’ardoise laissée par les précédentes majorités. »

    C’est pourtant clair ! Ca monte. Et demain ça descendra ! C’est tout.
    😉

    Ce pauvre clown triste ne cherche même plus à être inventif… Non. Il est fatigué. Comme nous tous.

    Prochaine étape : Orwell en suppositoire. Et alors Moscovici affirmera : « la dette baisse, les déficits baissent »… « Mais Monsieur le Ministre, les chiffrent augmentent ! Non. Ils baissent…. Mais… Non…. Bon d’accord ».

    Chaque jour est un festival.

    Et certain jour, j’en viens à souhaiter une bonne guerre en Syrie… Car franchement, je ne vois pas comment ils vont pouvoir tenir sur le même registre pendant encore 4 ans…

    1. Le Diable probablement

      J’ai aussi noté cette phrase géniale de Moscovici, qu’on ne se lasse pas de relire : « les déficits vont atteindre un maximum, et après ça décroîtra. »

      Ben oui, c’est la définition d’un maximum en fait. Il est fort, le mec.

      1. Aristarkke

        Maintenant qu’il est bruxellois, il pérore tout autant sans le moins du monde se souvenir qu’il y a apporté des pierres à cet édifice…

    2. carpe diem

      Vous oubliez que le pauvre mosco (pas de majuscules pour les crétins) est fatigué car sa copine pré pubère l’use prématurément…jusqu’où tiendra-t-il?

    3. val

      l’ endettement allait « atteindre un maximum » avant de « décroître » ???? belle affirmation , dans la genre « apres la pluie , le beau temps » … et dire qu’ils ont fait mai 68 , et dire qu’on les paie (et cher) pour dire ça … je dois dire que l’on a repoussé les limite dans le domaine du fouttage de gueule

    4. Aristarkke

      Hélas! Je pensais aussi que la catastrophe était devant nous bien avant l’ échéance de Peak de la Faribole. Il a tenu, certes en brinqueballant grave mais tenu tout de même. Et maintenant, Flop Joene va arriver à ses deux ans de pouvoir sinistrant la Grance…
      Les bailleurs de fonds n’ ont peur de rien, visiblement…

    1. Olivier Vitri

      @Josselin Aujourd’hui, mardi 17 septembre, le montant de la dette française s’élève à 1 875 954 597 513 € soit 28 861€/habitant

      On est laaaaarg(u)és

  3. LeRus

    Comment ça il n’y a pas d’austérité en Europe? Les fonctionnaires grecs vont perdre leur prime d’ordinateur (6 jours de vacances par an parce que ça pique les yeux)!

    Et des milliers d’emplois d’avenir, ce n’est pas de l’austérité? Vous voyez le mal partout…

    Ailleurs, en Bohème: « La deuxième plus importante formation de l’ancienne coalition gouvernementale entend notamment réduire chaque année le déficit du budget de l’Etat d’au moins 0,5% du PIB. Le parti prévoit également de réaliser des économies en supprimant les ministères des Transports, de l’Industrie et du Commerce et du Développement régional pour les rassembler en un seul ministère de l’Economie. »

  4. Kazar

    Pas de doute, avec Mosco, on tient un champion du monde !!!
    Ses déclarations doivent être rédigées par sa copine, « chercheuse en philosophie », pour atteindre un tel niveau : « l’endettement va atteindre un pic avant de décroitre », c’est beau comme une chanson des inconnus

  5. kloupa

    A voir tous les avertissements que la France reçoit en ce moment, avec la présentation de son budget 2014, conçu par les rois de l’enfumage grossier, la locomotive étatique Française est bien proche du grand plongeon…FMI, BCE, commission Européenne, nous crient: « casse-cou »!

    1. deres

      D’ailleurs, tous ces avis négatifs de l’étranger sont complètement absent de l’immonde qui a par contre toutes les semaines un article décrivant les dérives horribles du système capitaliste teuton. A croire qu’il n’y a pas de pauvre chez nous et que nos chômeurs nagent dans le bonheur …

  6. Tribuliste

    « La France se réinvente » qu’ils disent… oui, à force de mensonges et manipulations grossières.
    Même le petit gars paisible, qui bosse pépère, consomme et développe une vie sociale sans faire de vagues, bien lui aussi ils vont le chercher dans sa quiétude pour lui réclamer ce qu’il ne doit pas.

    D’ailleurs pour en revenir au fameux clip de nos têtes pensantes, certains journalistes ont bien fait leur boulot en rappelant que faire l’apologie de la France technique de demain et la mettre en musique par Vivaldi était une preuve supplémentaire d’amateurisme.

    Les méthodes scolaires n’ont jamais été adaptées au monde du travail, seules l’expérience et la remise en question créent les grands dirigeants.

  7. FaLLaWa

    Des que j’ai lu le mot « pipoconomiste », je me suis dit: « Ah je sens que H16 va citer Piketty », j’ai parcouru le reste de l’article des yeux et oui il etait bien là. 😀

    1. hussardbleu

      Arrêtez de vous en prendre à ce pauvre Piketty : je rappelle que cet excellent garçon avait une inestimable qualité à mes yeux, celle de calotter régulièrement la copine de F. de Saint Saturnin…

  8. Calvin

    Rho, le style primesautier, ironique et dévastateur !
    Encore merci pour la forme.
    Quand au fond, c’est tellement consternant cet autisme de la part de nos gouverniais…

    Tiens, finalement, c’est une bonne définition. L’austérité à la française, c’est de l’autisme.

  9. Woodi

    Le train et la carte postale, ça remonte un les zygomatiques, parce que franchement, la situation empire et les gens s’en foutent. Vous avez discuté un peu avec vos proches ? Ah bien sûr, ils mettent de côté (les idiots, Livret A et tout et tout) mais tout en espérant qu’avant la fin du mandat du fossoyeur socialiste, ça s’arrange. Je vais fuir dans un temple bouddhique tibétain et je sonnerai le gong tous les matins en pensant à la dette française, tiens.

    1. Dahu

      Comme je vais m’expatrier en Australie, je regarde en ce moment les forums pour m’instruire sur des sujets fachos comme comment créer un compte en banque à l’étranger. Je suis stupéfait de voir que des français qui restent en France sans volonté d’expatriation veulent ouvrir des comptes chez westpac pour mettre en sécurité leur fric avant l’effondrement de l’euro ! Je sens une grande confiance dans les banques françaises et le livret A …

    2. yp

      Bah ! Le français, il « s’en fout de la politique ».

      Sauf lorsqu’il y a une élection présidentielle, bien sûr : Là, le français-qui-s’en-fout se déplace gentillement pour aller glisser le bulletin de celui-qui-rase-gratis dans l’urne.

      Je suppose que les gens-cool-qui-s’en-foutent vont un peu râler quand ils se feront chyprioter leurs comptes. Il conviendra de leur expliquer que c’est une sorte d’impôt sur la veulerie…

  10. Christophe

    Oui on a encore de la marge. Mais attention aux comparaisons…
    -Au Japon la dette est massivement tenue… par les japonais eux-mêmes.
    Beaucoup plus facile donc à tondre par un gouvernement local.

    -alors qu’en France : la moitié c’est à l’étranger. Ces étrangers goûteront moins les clowneries de nos Hollande, Moscivici et autres, le jour où ils seraient tentés de faire des « hair cut »… En clair, ils seront moins compréhensifs et beaucoup moins dociles.

    -l’ordre social règne au Japon. De nombreux japonais vivent de manière très frugale… Ils peuvent tenir le coup, et accepter une baisse de leur niveau de vie, pour le bienêtre de la communauté.

    Mais allez annoncer à Micheline, Jean Paul, Rachid et Mohamed chez nous qu’il n’y a plus de sous, moins de sécu, plus de ronds points, plus de boulot, moins de fonctionnaires, plus de vacances, et plus de tiercé ! Ca ne se passera pas aussi bien qu’au Japon, c’est une certitude.

        1. deres

          Il est fort probable que les pays du moyen-orient soient de plus gros détenteurs de dette française que les américains. Mais la répartition exacte des détenteurs de dette est un secret d’Etat. Il y a donc bien quelque chose à cacher …

          1. yp

            L’étrange politique étrangère menée ces dernières années laisse filtrer des informations à ce sujet.

            « La main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. »

            1. Duff

              Oui et le fait que les socialiste la dénonce dans l’opposition et la France qatari et se lance à leur tour dans les mêmes expéditions périlleuses en faisant le baise-main aux mêmes qataris soudainement devenus sympas permet de remplacer le mot « probable » par « certain »…

          2. Aristarkke

            Vu comment nous cirons des babouches proches-orientales en nous en cachant de moins en moins, la nationalité de nos principaux bailleurs de fonds se déduit aisément…

    1. deres

      Sachant qu’une partie de notre dette est constitué de véhicule « innovants », c’est à dire des paris sur le futur de même niveau que les subprimes … Une partie de ces emprunts est par exemple indexé sur l’inflation française ou européenne. Donc les réflexions sur une inflation plus élevée pour diminuer la dette ne marchent qu’à moitié …

  11. douar

    Un peu HS quoique: sur Ouest France du 16 septembre:
    « La laiterie de Montaigu (Vendée), qui vient d’engager trente millions d’euros dans des installations destinées à produire du lait infantile, a refusé une aide à l’investissement de 400 000 euros allouée par le conseil régional. Les actionnaires(…), considèrent finalement avoir suffisamment de partenaires financiers pour pouvoir supporter cette charge (…). A la région, on s’étonne de ce revirement qui intervient à l’issue d’une longue procédure d’instruction engagée à la demande de la laiterie elle même, et du vote du dossier en commission permanente. »

    Je pense que ces dirigeants ont du voir l’énergie nécessaire pour obtenir des fonds publics et en plus, être obligés de dire merci aux politiques, qui parallèlement, leur mettent des bâtons dans les roues. C’est une forme de résistance à suivre.

    1. Calvin

      La Région est surprise.
      Car, Normal-ment, « Subventions et Impôts sont les deux mamelles de la France ».

      C’est un cycle fermé, avec évaporation de lait dans les rouages administratifs et politiques.

    2. Olivier Vitri

      Bien vu et bravo à leur clairvoyance. Dans une échelle plus large, le boycott total du bastringue BPI simpose. Malheureusement les entreprises font face à une pénurie de capitaux orchestrée par le bazar étatique. Le Venture capital négocié doit s’imposer comme référence auprès des entreprises (là je suis un homme mort :).

  12. Calvin

    Je serais Hollande, je changerai le nom du Ministère des Finances en « Ministère du Redressement Fiscal ».
    C’est plus conforme à la réalité et ça rendra jaloux Arnaud.

    Voire même : « Ministère du Redressement Fiscal et des Maisons de Corrections Statistiques. »

  13. Christophe

    C’est balo. Le déficit de la Sécu se creuse ! Oh ben non alors…

    Les news hilarantes de ramassent à la pelle en ce moment, comme les feuilles des arbres.

    **********************
    Après deux ans de réduction, le déficit de la Sécu est en effet en train de se creuser à nouveau. Il s’élèvera, à la fin de l’année, à 17,3 milliards d’euros, un niveau quasi-identique par rapport à 2012 quand le gouvernement tablait sur une baisse de près de 3 milliards. En fait, les dépenses continuent sur leur lancée alors que les recettes, elles, s’assèchent. La faute, selon la Cour des comptes, à la crise économique qui n’en finit pas. Or, les recettes de la Sécu (CSG et cotisations sociales) sont précisément très sensibles à la situation économique et de l’emploi. Résultat, les recettes prévues ne sont aujourd’hui pas au rendez-vous. Elles s’afficheront, fin 2013, à 4,1 milliards d’euros en deçà des prévisions pour le seul régime général.

    1. Calvin

      Dès que la croissance revient d’Allemagne, c’est bon, on vous dit.
      De toute façon, il a dit qu’il inverserait la courbe du chômage, pas celle du déficit de la Sécu.
      Il agit, il œuvre, mais il ne peut pas être partout, avec ses petits bras musclés, et ses « euh » lancinants dans ses discours.

        1. downuts

          J’ai entendu ça ce matin. Y’a pas à dire, la sécu que tout le monde nous envie, c’est le top du top.

          Rigolo le petit encart « Carambar » sur le liens, on pourrait presque croire que c’est une blague.

        2. Claribelle

          Exact. D’ailleurs il est question ce matin à la télé de ne plus rembourser lunettes et lentilles (déjà que le montant remboursé était ridicule) mais de laisser ça aux mutuelles…

    2. Dahu

      « Or, les recettes de la Sécu (CSG et cotisations sociales) sont précisément très sensibles à la situation économique et de l’emploi. Résultat, les recettes prévues ne sont aujourd’hui pas au rendez-vous. »

      C’est précisément ce qu’on appris au bout de 1h de cours sur « la création d’entreprise en France », dispensé par mon école doctorale. Je dois avouer qu’avant ce cours (qui présente avant tout le système social et fiscal français), j’étais totalement ignorant et je croyais même (comme beaucoup de français) que la Sécu c’était l’Etat…

      Ce qu’il y a de rassurant, c’est qu’à la fin du cours, le prof a demandé à chaque étudiant de s’exprimer sur sa volonté de créer une entreprise. A vue de nez 30% ont été dégouté. Le reste voulait toujours créer une entreprise, mais plus en France. Youpi pour notre sécu …

  14. Anankè

    Je recommanderais la lecture du livre de Henry Hazlitt « Economics in one lesson » à tous les membres du gouvernement (et de l’opposition) et aux journalistes. Ca leur changerait des conneries de Piketti.

  15. Le Gnôme

    L’idéologie causera la chute de ce pays comme elle a causé celle de l’URSS. L’aveuglement poussé à ce point paraît inconcevable, pas l’ombre d’une once de pragmatisme, tout est programmé pour la perpétution d’une Nomenklatura qui ne dit pas son nom, le reste peut s’écrouler.

    1. Théo31

      Les parasites qui « gouvernent » s’en foutent de l’Etat du pays du moment qu’ils restent au pouvoir et continuent la fête du slip.

  16. Pierre

    Je vis a Londres depuis 2 ans. J’ai dirige une PME en France durant 15 ans, ils m’ont tout simplement massacre en URSSAF, caisse de retraites, cotisations diverses et inutilespour rien au monde je ne reviendrai dans ce pays de fous. Ce blog me rassure, il me montre que certains de mes compatriotes voient clair et restent lucides face a ce passe. Je ne pense pas que ce pays puisse tenir comme cela au-dela de 2015-2017. Il va se produire une guerre civile ou quelque chose de ce genre. Meme si les allies et crediteurs de notre beau pays sont puissants (US, city de Londres, Luxembourg, Emirats, Arabie saoudite), je ne pense pas que nos zenarques et ponctionnaires pourront encore longtemps sevir et appauvrir les Francais.

    1. Le Gnôme

      On peut peut être rembourser les Emirats en leur cédant le 9-3, l’Arabie avec Marseille, la city avec la Bretagne, l’Allemagne avec l’Alsace et le gouvernement trouvera refuge à Bourges.

      Il ne restera qu’à trouver la Pucelle, et là, c’est pas gagné d’avance.

    2. Olivier Vitri

      Perso j’attends l’OAT FR 10 ans à 4% (cf. la courbe du billet de ce jour)
      C’est le point de rupture de la « confiance », la dette et le pays passent ‘Junk’, en // l’euro se weimarise au travers de la crise obligataire Fed+BoJ.
      Le résultat direct est en général assez rapide (Argentine ?) : siphonages des bas de laine du pays par MoscoBercy > gel (séquestre) des valeurs et comptes courants > Bank Run > les chars dans la rue 2 jours après.

    3. yp

      Non. Il ne se passera rien. Le français qui réagit, c’est un mythe construit pour rassurer le français. En vérité, le français n’est pas plus réactif que les autres: c’est un veau.

      Je me permet de citer Georges Frêche : « Les deux première années, je tape sur le claque merde de ces connards. Les deux années suivantes, je ne fais rien… La dernière année, je vais me mettre à les aimer. (…) Ils vont voter pour moi et paf ! Ils en reprendront pour 5 ans… J’aime les cons. »

      En 2017, ils ré-éliront pépère. Et ils en reprendront pour 5 ans. Le monde est quand même bien foutu.

      1. Olivier Vitri

        Ce peuple aime décidément la servitude après 30 années glorieuses – savamment ressassées (Vous avez vu le standing Empire de Pépère lors de l’interview de dimanche ? Je n’ai pas perdu de temps à regarder le vide mais une simple photo de presse suffit à faire briller les Ors de la Ripoublique en arrière plan).
        Quand ce pays changera, le décor Et les gus qui en font partie changeront avec.
        Ce pays pète tellement dans la soie depuis 70, qu’il en a oublié que tout peut dégringoler du jour au lendemain. Il y aura peut-être 20 % (et encore) à savoir pourquoi, quand les 80 % restant se décrocheront la machoire avec des « Oh », « Ah », « mais comment est-ce possible ? » « Comment en est-on arrivés là ? »… et toutes autres billevesées du désinformé de base.

        Comme je le disais auparavant, tant que les supermarchés sont pleins (Panem) à craquer et que le foot coule à flot (Circenses), aucun problème, les crânes d’œuf sont peinards, ça roule. Mais lorsqu’il faudra se pointer « à la Weimar » en brouette à biftons chez SuperU pour la tranche de pâté du petit dernier, ça sera une autre musique. Et là, on réussira (peut-être) à se débarrasser du Léviathan en 2, 3 semaines, avec pas mal de plomb au passage.
        Certes, on doit espérer une autre issue, mais on se demande si cela ne sera pas salvateur pour sortir les cloportes qui creusent sans aucune morale notre ornière et celle des prochaines générations…

  17. Duff

    Il suffit de regarder Paris, une ville magnifique morte en 1914 pour contrer l’argumentaire fallacieux de Piketty. Sur les immeubles en pierre de taille, toujours les mêmes inscriptions datant au mieux des années 20 mais généralement avant la grande guerre.

    A cette époque, la ville lumière accueillait toutes les nouvelles technologies : Electricité, voitures, aviation et on osait tout : Y compris construire la tour la plus haute du monde.

    A regarder certaines vidéos d’époque – tiens le cinéma aussi on était pionniers – ces doux dingues n’avaient pas placé le principe de précaution ou autres fadaises dans la constitution.

    A noter ce matin la tirade un brin politique de Christian Saint Etienne dans les experts qui a scotché tous les autres. Il a tout dit.

    1. Oh, il y a une autre affirmation de Piketty qui est du n’importe quoi (mais je ne sais pas si ce n’est pas la déformation journalistique qui est en cause ici) :

      Piketty a constaté que la rente du capital (intérêts, dividendes, loyers, plus-values…) rapporte, en net, près de 5% par an, et dépasse durablement la croissance économique, qui, dans les pays avancés, plafonne autour d’1% l’an.

      Donc je résume : les richesses croissent de 1%, et la rente rapporte 5%. Autrement dit, 4% sont créés ex nihilo. J’avoue que je ne vois pas par quelle contorsion mathématique on peut arriver à ce résultat dont le bon sens indique que c’est du bon gros n’importe quoi.

      1. Duff

        C’est pas exactement ça qu’il dit, mais peut être l’a-t-il écrit et ça je ne pourrais pas le vérifier ayant nullement l’intention d’acheter son bouquin : En gros si j’ai bien compris, il dit qu’à un certain montant de capital, le rendement augmente. En gros, il faut un gros ticket d’entrée pour commencer à toucher des rentes qui rapporte plus que le petit bas de laine.

        C’est pas totalement faux : Jusque dans les années 70/80 la classe moyenne pouvait acheter un bien immobilier dans Paris par exemple, aujourd’hui sans un gros apport ce n’est plus possible et l’immo a Paris a pris 100% en moins de 15 ans. Autrement dit ceux qui ont pu acheter à la fin des années 90 au plus bas ont fait une super affaire en vendant ces dernières années. On trouve des rendements bien plus significatifs que sur d’autres placements, surtout vu la gueule de la bourse depuis 2007/2008 pour ceux qui étaient investi avant.

        Ce qui cloche dans son raisonnement et qui est typiquement de la jalousie socialiste c’est de faire croire que c’est scandaleux que le rendement de placement augmente avec le montant investi. Piketty a juste compris que dans une société en société en faible croissance voire pas de croissance la majorité de la population trinque. S’il pousse le raisonnement plus loin il pourrait même s’apercevoir que ses amis qui prônent la décroissance sont les meilleurs agents de l’appauvrissement massif et inégalitaire de la société mais chut, ça risquerait de le perturber de découvrir que le socialisme appauvrit 95% des gens et enrichit sans mérite les autres 5%. Faut pas pousser.

        1. Hum mais ce n’est pas non plus ce que je dis ou conteste. Je conteste qu’il puisse y avoir une rente > à la croissance sur du très long terme. C’est juste impossible : d’où vient le rendement obtenu ?

          1. Duff

            Je suis d’accord mais la volonté de Piketty c’est de montrer que depuis quelques années les inégalités progressent et que les plus riches ne subissent pas ce que la majorité de la population subit. Le biais idéologique il est exactement là : Il prend la conséquence de 20 ou 30 années de faible croissance pour la cause de nos maux. Exactement aussi quand Olivier Berruyer sur son site ou dans les experts déclare que la croissance c’est fini on l’a reverra plus. Non, c’est faux, on n’a plus de croissance parce qu’on a fait tout ce qu’il fallait faire pour ne plus en avoir!

            Si je prends mon cas personnel, mes arrière grands parents étaient d’extraction paysanne ou des artisans. C’est grâce à la méritocratie et au capitalisme libéral que vomit Piketty et d’autres andouilles socialistes que mes aînés ont fait de bonnes études et se sont élevés dans la société. Piketty oublie totalement qu’en 1914 la France est un pays encore fortement agricole et que le progrès et la dynamique parisienne fait qu’en 1900 un quart des franciliens soit plus d’un million de gens venaient de Bretagne échapper la misère.

            1. LeRus

              Je suis toujours MDR de lire les marronniers à propos de l’augmentation des inégalités. Il n’y a pas 36 possibilités:
              Option 1: Les riches deviennent plus riches, et les pauvres deviennent plus riches aussi. Ça s’appelle l’inflation.
              Option 2: Tout le monde devient plus pauvre, ça s’appelle la récession.
              Option 3: Les riches deviennent plus pauvres, et les pauvres deviennent plus riches, comme en 1918 en Russie, c’est le communisme, qui rapidement devient Option 2.
              Option 4: Les riches deviennent plus riches, les pauvres ‘relativement’ plus pauvres puisque le niveau de vie augmente pour tous. C’est l’histoire de l’humanité.

            2. hussardbleu

              la NEP …. lire « Ce que j’ai vu à Moscou » d’Henri Béraud, pourtant bien à gauche à cette époque…. on peut transposer assez facilement…

          2. max

            je crois que ce qu’il dit c’est que la répartition de la richesse créée par la croissance fait que la rente financière rapporte plus que le travail , la plus grosse partie de cette richesse étant dirigé vers la remuneration du capital ,
            aprés ça cest ce que je comprend de ce qu’il dit hein , mais ça semble plus plausible en tout cas

          3. Stéphane Montabert

            « Je conteste qu’il puisse y avoir une rente > à la croissance sur du très long terme. C’est juste impossible : d’où vient le rendement obtenu ? »

            L’emprunt, voyons. Madoff y parvenait très bien. Il reste juste à définir « très long terme » est le tour est joué!

          4. Buchanan

            Gros débat l’année dernière entre Bill Gross/Jeremy Siegel . Gross soutient que l’appréciation de la bourse (6,6% sur les 100 dernières années dividendes inclus) ne peut pas dépasser la croissance du PIB (3,5%). Siegel dit que si, les dividendes sont dépensés et reviennent dans l’économie, l’appréciation de la bourse hors dividendes est comparable à la croissance de l’économie.
            http://www.nerdwallet.com/blog/investing/2012/death-cult-equities-debate-explained-bill-gross-jeremy-siegel/
            Les riches deviennent plus riches parce qu’ils investissent majoritairement en actions. Les pauvres restent pauvres car ils investissent dans de l’immobilier ou du livret A. Le fautif c’est l’Etat qui encourage ce type d’investissement improductif grâce a des avantages fiscaux donc Piketty devrait s’en prendre à L’Etat. (Magie des intérêts cumulés : 100 Keuros à 6,6% sur 20 ans deviennent 360 Keuros. Les mêmes à 1% , 122Keuros).
            Maintenant, ce qui fut vrai sur les 100 dernières années ne le sera pas forcément sur les 100 prochaines.

        2. Pascale

          Cher Duff, avez-vous pensé à éditer vos argumentaires sur tous les sites économiques ou politiques où la faune gauchiste est majoritaire ?
          Ma question est valable aussi pour tous ceux qui, ici même, apportent des analyses pertinentes de la situation économique, et ils sont nombreux.

            1. Pascale

              Lancez-vous pour faire avancer la cause. Et pour vous amuser en même temps …
              Faites des copié-collés et postez-les sur un maximum de sites.

            2. Duff

              La cause est noble mais le temps perdu est toujours perdu à la fin… Voyez dans les autres commentaires à ce billet, quelqu’un a ressorti ce que nos amis de gauche nous sortent souvent : « Tant que l’épargne française est supérieure à la dette, ça reste gérable ». J’ai pas le courage de lutter face à ça. Je préfère débattre avec des gens qui peuvent me convaincre or je trouve que très souvent, ce n’est pas toujours le cas certes mais qu’il y a un trait de caractère que partagent beaucoup de gens de gauche : Des certitudes inébranlables. En économie, sur des questions morales etc. En écrivant ceci je m’aperçois que ça fait écho au fameux sectarisme dont parlait Fillon. Il y a un peu de ça…

            3. Duff

              @Pascale vous répondriez quoi à ce genre de crétin?

              ls sont beau les libéraux. Des autoritaires tyranniques … #LRT

              duff ‏@duff_officiel 3 h
              @HgtHnr Quand vous aurez un peu de culture historique et économique, vous remplacerez aisément « libéraux » par « socialistes » dans le tweet

              HnrHgt ‏@HgtHnr 3 h
              @duff_officiel vous êtes bien marrant à défendre ce cancer. Allez dire ça à un ouvrier dans le textile au Bangladesh
              Ouvrir
              duff ‏@duff_officiel 2 h
              @HgtHnr Quand le Bangladesh sera plus riche que la France socialiste par terre, vous me le sortirez encore cet argument? 😉
              Ouvrir
              HnrHgt ‏@HgtHnr 2 h
              @duff_officiel Quand les socialistes auront pris le pouvoir au Bangladesh et renversés les patrons vous me ressortirez cet argument ?
              Masquer la conversation Répondre Retweeter Favori Plus
              1:06 PM – 17 Sept, 13 · Détails
              Texte du Tweet
              Répondre à @HgtHnr
              L’image apparaîtra en tant que lien
              duff ‏@duff_officiel 2 h
              @HgtHnr Qu’avez-vous contre les patrons?
              Ouvrir
              HnrHgt ‏@HgtHnr 2 h
              @duff_officiel leur manque de morale et leur recherche perpétuelle du profit et de l’exploitation au détriment de l’humain

              PS : désolé pour le copier coller sauvage qui rend pénible la lecture. On ne m’accusera pas de trahir le réel…

          1. Aristarque

            Faudrait aussi que le taulier de ce type de blog laisse « passer » nos subversifs poste… Pas gagné d’ avance pour l’ immense majorité où les commentaires sont « modérés », édulcorés, etc…

      2. gem

        règle statistique de base : tout utilisateur de % est un escroc qui vous arnaque, ou un débile qui s’est fait arnaqué et vous refile la mauvaise camelote qu’il a avalé sans la mâcher.
        Parce que parler % sans parler de la base sur laquelle ont le calcule, c’est la certitude de comparer des choux et des lapins.
        Comment la « rente » peut elle rapporter 5 % dans une économie qui ne croit que de 1% ?
        Il y a plein de solutions, la plus évidente étant que … le capital n’est plus entretenu et disparait petit à petit, tout a rapportant à peu près la même chose (mais ça ne durera pas…)
        C’est le même phénomène que celui qui fait perdre de la valeur en capital à des obligations parce que les taux d’intérêt remonte.
        année N : le capital est évalué 100, il rapporte 4.
        année N+1 : le capital ne rapporte plus que 3, et sa valeur est descendu à 60 (les investisseurs n’ont plus confiance). il rapporte maintenant 5%. Bouh les affreux kapitalisses
        Variante : le capital représente une part assez faible de la VA. (ce qui est effectivement le cas).
        année N : le capital rapporte 50, le reste rapporte 950, pour un total des revenus de 1000 (donc le capital encaisse 5% de la valeur)
        année N+1 : le total des revenus est passé à 1010 (croissance 1%) tandis que les revenus du capital croissent de 5% pour atteindre 52,5. Le capital est maintenant passé à un un gain de 5,19 % de la valeur… Ça peut durer très, très longtemps : la part des revenu du capital croit grosso modo de 4% par an (pas 4 points, juste 4%), c’est à dire qu’en 30 ans elle passe de 5% à 15 %. Rah l’horreur turbolibérale.

        bref : les chiffres de Piketou sont plausibles, mais néanmoins une tromperie.

      1. Duff

        Justement dans CSOJ Piketty a eu comme contradicteur l’autre brèle d’Emmanuel Todd. Il n’y a que le service poublic pour nous offrir ça : Un pipoconomiste de gauche « contredit » par un crétinus d’extrême gauche.

        Si il y a bien un économiste présent régulièrement sur les plateaux TV qui a fait des rentes une obsession c’est bien Jean Marc Daniel dont la culture historique de l’économie aurait aussi permis de relativiser les fumisteries de Piketty.

        1. simine

          Je faisais surtout allusion à ST-Etienne (qui, hélas, roulerait, par exemple, pour une inflation controlée…bref, pour un peu d’état malgré tout!)

          1. Duff

            C’est pas ce qu’il a dit ce matin et d’une manière générale, dès qu’on lui parle de l’euro et des mauvaises raisons d’en sortir, sa position est claire. Je suis pas son avocat, je n’habite plus Paris, ce n’est pas sa parole politique mais d’économiste que je relaie.

  18. Mominette

    1,5 milliards de contraction de l’Etat, c’est totalement dérisoire ! La Belgique a fait le triple, alors qu’elle est 6 fois plus petite, et sans aucun inconvénient pour les administrés.

    Bref, avec un travail budgétaire délicat et bien pensé, elle sera (toujours en déficit, mais ça progresse) à 2,5 % fin d’année, quand le mammouth français broute encore plus de 4 % .

    Un « détail » : la Belgique n’a pas majoré le moindre impôt, ni diminué la moindre alloc, que du contraire !

    Je propose dont un échange à la loyale : nous accueillons vos exilés fiscaux, vos étudiants, vos malades, et même les charters de délinquants en provenance de France : demandez en échange des ministres belges pour gérer votre foutoir 🙂

  19. Jacques

    Il n’y aura aucun problème de dette française tant que le patrimoine des français sera supérieur à celle-ci. C’est ce qui a déjà été dit voici 5 ans par Mme Boutin lors d’un de ses passages en province. Elle ajouta alors que le jour venu, l’état prendrait 100% des assurances-vies en France, et que cela soldera ce jour-là définitivement cette pseudo-dette. Ensuite, on recommencera, voilà tout.
    De plus, avez-vous entendu parler de la taxe Delpla? Prendre d’un coup 17% du patrimoine des français, et hop, plus dette, plus de service de la dette, que du bonheur redistributif !

    1. Elphyr

      Oui, l’idée chypriote en gros.
      Sauf qu’en France ça risque de dégénérer parce que il n’y aura pas l’excuse du « nombre incroyable de riches étrangers ».

      1. Jacques

        Sauf qu’à Chypre, il semble qu’un nombre incroyable de riches étrangers vont réussir à se faire indemniser, en fin de compte, voir le blog à Lupus, pour le coup.

        1. Elphyr

          Ah c’est sûr. Et comme d’hab ce sont les petits porteurs /épargnants qui se font fister et ça continuera tant qu’ils ne grogneront pas.

          J’avais pas l’impression que la région soit particulièrement docile pourtant…

    2. Ca, c’est la théorie. Chyprer un peu tout le monde.
      La pratique, c’est que la France n’est pas Chypre et que ce genre de cascade va se voir et se sentir au niveau européen. La pratique, c’est que les taux longs remontent doucement et qu’ils vont acculer le gouvernement à des solutions drastiques très désagréables sans savoir si cela ne va pas exploser au museau de tout le monde.

      1. Jacques

        H16, vous ne ferez pas voir à nos dirigeants ce qu’ils refusent de voir. Prendre le patrimoine des français est LA solution. Soyez sûrs qu’ils en viendront là, Europe ou pas, français mécontents ou pas. Le fait même que prendre, par exemple, 20% d’une propriété, c’est en pratique infaisable et que le seul acheteur potentiel, c’est celui qui a déjà payé pour ce bien, ils s’en tapent le coquillard en rythme et en cadence. Tant que le chaos ne sera pas là, tout ira bien.

        1. LeRus

          Je le crains aussi. Et je suppute que les premiers à cracher au bassinet seront les non-résidents (salauds d’exilés fiscaux!).

          Pour ceux qui partent, faites bien attention de ne rien laisser derrière vous.

      2. deres

        J’ai par exemple noté qu’au niveau des annonces budgétaires « avec aucun nouveau impôts en 2014 » et des « réductions d’impôts en 2015 », on ne voit pas la moindre trace des impôts temporaires mis en place en 2013. De toute évidence, la valeur temporaire de l’avant dernière tranche à 41% de l’IR et le prélèvement exceptionnel de l’ISF vont en toute discrétion se couler dans le marbre … Il faut aussi noter que les hausses de CSG et de charge de ces dernières années sont toutes considérées toutes comme complètement définitives. Elles sont censés être là à cause de la crise mais en fait, elles servent à payer els dépenses de fonctionnement courant et non eds trous exceptionnel.

    3. deres

      C’est déjà un peu le cas. La réalité est que l’Etat se taille la part du lion des bénéfices en prélevant massivement des charges et des impôts sur tout revenu. Sur le capital, l’accroissement de ces dernières années est vertigineux. Et derrière cela, il repasse avec l’ISF qui taxe directement le capital … Et les taxes foncières qui s’attaque au capital immobilier tous les ans. Et les droits de mutations qui s’attaque au même lors des transactions. Et les droits de succession à une échelle de temps plus grande.

      Dans les faits, l’Etat français a depuis longtemps commencé à préempter les patrimoines des français. Tous les outils sont en place et il avance les potards tous les ans vers la confiscation. C’est la méthode socialiste française de marche vers le communiste. Pas de grand jour, mais une collectivisation lente et progressive de tous les biens.

      1. Pascale

        Et les Français ont beau créer, créer, créer de la richesse, de toute façon elle va passer dans les poches de l’État et ils n’en verront pas la couleur. De l’esclavagisme pur et simple.

  20. Christophe

    Non, non, vous faites une énorme erreur d’analyse.

    C’est quoi le « patrimoine » des Français ? Des jeux comptables appliqués à :
    -de la pierre
    -des instruments financier synthétiques (s’appuyant eux-mêmes sur d’autres jeux comptables) : exemple l’assurance vie.

    Donc, expliquez nous :
    -le jour où on subira une véritable austérité (= baisse réelle et importante des dépenses publiques) avec une impossibilité de refinancement (explosion des taux, les étrangers faisant la grève des OAT), créant une dépression… ils feront quoi les prix de l’immobilier ? Que fera la valeur de votre « patrimoine » immobilier ?

    -et vos assurances vie ? Assises sur quoi ? Des instruments de dette soit disant hyper sûrs : des obligations d’état… Si les taux montent, le prix (la valeur) de ces obligations ira A LA CAVE. Que fera alors la valeur de votre « patrimoine » ? Hum ?

    Donc ce genre de raccourcis (« on est riches, y’a pas de soucis, il suffit de taper le patrimoine ») est une véritable hallucination.

    Une hallucination mortifère.

    1. Le Gnôme

      Pas faux, si les assurances-vie sont investies en emprunt d’Etat, le souscripteur a du mouron à se faire. Il va falloir un nouvel abbé Pierre version 54, mais des curés, il n’y en a plus beaucoup.

      1. Christophe

        On dit : 80 % de l’assurance est placée en obligations… dont la moitié est en obligations d’état…

        Ca fait beaucoup… On se rassure : « ok mais on n’a pas pris du grec »… Je pense en effet que les banques et assurances ont dû abandonner ces beaux instruments depuis longtemps… Mais il n’en demeure pas moins : on a de l’OAT française à fond, qui était le truc le plus « sûr »…

        Voilà pourquoi tous ces débats autour des taux… n’ont rien de virtuel. Et voilà pourquoi la BCE (et plus largement tout le système) fait tout pour manipuler ces taux, et les maintenir au ras des paquerettes.

        Car je vous rappelle la règle : taux et prix d’une obligation sont… inversés.

        Si les taux sur nos OAT augmentent fortement… leur prix s’effondrera… Et « pfuit » fera la valeur du « patrimoine » de nos compatriotes, alors que c’était le placement « hyper sûr ».

        Vous imaginez les effets REELS, concrets sur nos vies ? Et donc sur l’économie du pays ?

        Ca donne le vertige.

        Les enjeux de la crise de 2008 (à défaut d’autre nom)… sont à ce titre ONTOLOGIQUES.

        Voilà pourquoi les crapules déploient des trésors de manips, d’embrouilles pour ne serait ce qu’assurer le status quo, maintenir le Potemkine.

        Sinon, c’est Dante. « Vous qui pénétrez ici, abandonnez tout espoir ».

        Mais je vous rassure (dans une certaine mesure) : c’est bien parce que la peau du Système est en jeu… que nos amis (BCE, banques, gouvernements)… iront jusqu’au bout.

        Il n’y a pas d’alternative.

        On peut ainsi affirmer que dès la première alerte sur les OAT…. la BCE interviendra MASSIVEMENT pour racheter tout le papier. Permettant aux banques et aux assurances de sortir sans trop de casse.

        Le problème serait déplacé, ou à terme on troquerait la peste contre le sida (avec de l’inflation).. mais on gagnerait du temps.

        Plus prosaïquement, on comprend mieux pourquoi Hollande… semble n’en avoir rien à foutre de rien… Il sait parfaitement qu’on le rattrapera au vol… Que la BCE (ainsi que les autres crapules européennes) le sauveront.

        Too big to fail.

        Il n’y a donc pas de risque ontologique pour Hollande.

        1. Aristarque

          Peut-être pas de risque ontologiquement? Mais il peut en apparaître d’ autres, passablement incontrôlables, même avec 2.000 CRS ?…
          Je ne gage pas ce qui se passera le jour où tout le transfert social qui pacifie une grande partie de la Grance disparaitra…

        2. Duff

          Je suis d’accord avec vous. J’ai longtemps cru que la fermeté affichée par Merkel et son ministre des finances n’étaient pas feintes. En recevant Hollande d’entrée après son élection, je pensais qu’elle lui dirait que ce n’est pas l’intérêt des allemands de voir leurs voisins français faire n’importe quoi. Finalement j’ai un doute, je me demande si au fond ils ne sont pas satisfaits de voir la France couler, maintenant qu’ils ne peuvent plus nous faire la guerre…

          C’est clair qu’au premier souci sur les AOT, Super Mario va ouvrir les vannes à fond et peu importe ce qu’en pensera Merkel ou la court de Karlsruhe.

    2. LeRus

      Facile.

      Il n’y aura qu’a fixer, par exemple, la valeur ‘moyenne’ du bien en question au 1er Janvier de l’année écouler et d’y appliquer une taxe.

  21. Christophe

    Pour illustrer mon propos, plus concrètement : à une époque (un peu plus de 20 ans), la « valeur » immobilière du palais impérial à Tokyo dépassait la valeur de l’immo… dans toute la Californie.

    Si, si… les « chiffres » le prouvaient.

    Cela permet de comprendre que le « patrimoine » des Français… n’est absolument pas gravé dans… la pierre sans mauvais jeu de mot.

    In fine, ce sont des signes, des hallucinations collectives plus ou moins fortes…

    Du vent…

    Donc dire : les ménages ont « 10 400 milliards de patrimoine » (ah merci l’Insee), je fous une taxe de 20%, et zou ! Ca me permet de rembourser la dette, problème réglé… relève de l’incantation de collégien : y’a quafaukon, ou encore « si tout le monde gagnait au loto, il n’y aurait plus de pauvres », ou encore « augmentons les salaires de tout le monde de 300 %, ça règlera le déficit de la Sécu ».

    1. LeRus

      C’est bien ça le problème! Le programme du PS (mais des autres aussi en fait), c’est justement yakafokon.

      Je pense taxe à 75%, aux 35h, aux emplois d’avenir, etc. Donc, une taxe de 20% sur le patrimoine pour renflouer (provisoirement) les caisses n’est pas si irréelle malheureusement.

  22. Lieutenant X²

    Autan faire les choses à fond : que tout le pognon aille à l’Etat et qu’il redistribue aux citoyens selon son bon vouloir et son idéologie. Enfin ces politiciens seraient en accord avec eux même et le peuple pourrai commencer sa guerre civile/révolution contre les « élites ».

  23. trottinette

    Bien dans tout ce maelstrom (pour rester poli), la dette de la France, elle augmente ou pas ? Va-t-on vers les 2000 milliards ? Je n’en doute plus.
    Alors les « le manque à gagner » , je ne ne vois d’ailleurs pas ce que c’est ce terme là, ça ne veut rien dire. On gagne ou on perd de l’argent. Une entreprise n’a pas de manque à gagner, elle achète, elle transforme, elle vend en fonction du marché et elle gagne de l’argent.
    L’État, obèse, ne peut pas avoir de manque à gagner, elle ne transforme rien. Elle lève des impôts, elle paie ses coûts de fonctionnement et investissement (il y a certainement autre chose), alors si le code des impôts est devenu complexe, faut voir avec ceux qui sortent de l’ENA. Tel des shaddocks, ils pompent mais y a rien, du vent, un compte sans fond (plouf, plouf,).
    Les journaleux nous rapporte des bruissements de vente de voitures, untel un concorde, je m’égare, un airbus en plus. Crise finie, c’est reparti. Ha ben pour le coup, on va s’attendre à des rentrées fiscales. Mais pour quoi faire, diminuer la dette annuelle ?, boucher la dette annuelle ? ou alors comme d’hab, une dépense supplémentaire puisqu’on a du fric en plus, comme c’est reparti, le gvmt va bien trouver une idée. Alors les 2000 milliards vont rester durablement, les dépenses étatiques ne sont pas prêts d’être diminuées. Ils sont infoutu de faire un budget à l’équilibre (droit à 2 ou 2.5% de déficit annuel par l’europe : c’est UN DROIT donc on y va) alors faire un budget positif, ca doit bien faire 40 ans qu’on ne l’a pas vu.
    Faudra bien que tous ces gouvernements qui se suivent, creusent les vrais problèmes ou suppriment des lignes de compte au lieu de faire une fuite en avant vers impôts et taxes.

  24. Fred

    Du ras-le-bol fiscal des français, je peux le constater quand je suis à l’accueil de mon centre ou quand je décroche le téléphone de mon poste. Mais que puis-je faire ? Ouvrir un cahier de doléances pour l’envoyer ensuite à l’Elysée en copie à Mosco ? Je ne suis pas persuadé que ce serait bien perçu… En attendant, notre mot d’ordre est de répéter à chaque contribuable : « L’impôt, ça se prévoit et se provisionne. » Voilà, vous n’avez pas votre mot à dire. Vous n’avez qu’à payer !

        1. Duff

          C’était pourtant un des rares trucs bien sous Sarko : Travailler plus pour gagner plus, et se dire que la croissance on va la chercher avec ses dents et non assis devant TF1 en faisant 35h et pas une de plus. D’autant qu’on mettait fin à une idée absurde de partage du travail.

          On sait parfaitement comment ça va se terminer, on va revenir à 39h mais payé 35. Travailler plus pour gagner pareil, donc la refiscalisation des heures sups, c’était une des conneries qu’Hollande s’est empressé de faire, il va continuer.

  25. Lambda Expression

    Remercions les journalistes du point qui ont du lire les billets de la semaine derniere pour contribuer au sommaire du dernier numero.
    On y retrouve, entre autres, le ras le bol des entrepreneurs, une article sur les dufloteries, quelques entrefilets qui matchent trop bien.
    J’eusse aime voir un petit merci au site de H16.

    1. Duff

      Les chiffres en plus, je suppose, intègrent la prétendue croissance de 0.9% pour 2014 que Moscouvici a osé nous sortir… Quand je me rappelle des socialistes « accablant » Sarkozy de nous avoir endetté de 600 milliards en plus, au trend actuel Hollande va pulvériser ce chiffre. Ce sinistre spectacle doit être fascinant vu de Suisse.

      1. Pascale

        D’autant plus que les 600 milliards de Sarko ont été utilisés pour faire une relance keynésienne si chère à nos gauchistes. Hollande (ou un autre de gauche) aurait été à la place de Sarko, c’est pas 600 milliards qu’il aurait cramés mais le double.
        La preuve en est, effectivement, que sans la crise de 2008, Mou 1er a déjà largement dépassé Sarko en terme de dépense et de prélèvements obligatoires.
        La mauvaise foi des gauchistes va même jusqu’à reprocher à la droite d’avoir mené une politique de gauche.

        1. Duff

          Pascale, on peut même aller plus loin : Maintenant que la droite est dans l’opposition, ceux qui ne sont pas des socialistes de droite ont immédiatement pigé que Sarkozy a été battu parce qu’il avait fait du socialisme… C’est quand fort de café d’entendre Fillon critiquer la pseudo réforme des retraites alors que la sienne ne comportait pas plus de courage et d’honnêteté face au problème. Le problème français est avant tout institutionnel.

            1. Calvin

              @Duff
              Oui, c’est une grande partie de cette inculture…
              Et pour le coup, tu avais raison : c’est Institutionnel !

              Mea Culpa.

              (Mea Culpa, mea culpa, mais la dette, elle, elle coule à flot)

  26. Fred

    En même temps, le Fig est sensé être un journal d’opposition en ce moment… Il est donc moins conciliant que L’Immonde et L’Aberration…

    1. trottinette

      Effectivement, le monde je le lis (maintenant les grandes lignes) et il suffit de voir l’aveuglement des internautes (c’est surtout cela que je regarde), leur parti-pris, la bisournourserie, leur condescendance, et les rares personnes qui s’opposent sont systématiquement conspués.
      J’espère qu’avec H16, si je m’oppose je ne serai pas à mettre au pilori ou à la roue ou l’écartèlement

  27. Paroxystique

    Ce matin au journal radiophonique… Mosco est toujours confiant … La preuve en est des taux d’emprunts de la dette « Historiquement bas » …

    M’enfin :p

        1. Duff

          Absolument, puisque ni aux USA, ni en France ou dans la zone euro ont été menées des réformes structurelles comme on dit, le temps qui a été acheté en manipulant les taux a été perdu. C’est d’ailleurs une vraie tragédie pour les italiens espagnols et portugais qui ont vu leurs taux monter et celui des français baisser alors qu’on ne faisait aucune réforme. Les retraites, on rate la réforme avec des impôts en plus à la clé.

          Pour Hollande et son minustre il ne reste pas 36 solutions en cas de stress sur les marchés : L’assurance chômage et maladie. Je vois mal les socialistes raccourcir la durée d’indemnisation du chômage pas plus que de privatiser la sécu. Game over donc. Reste à savoir quand et comment.

        2. Oui oui. +50% en 4 mois, hein. C’est forcément bon signe.
          La BCE qui dit que la France devrait se calmer, c’est forcément bon signe.
          L’Union Européenne qui dit que la France devrait se calmer, c’est forcément bon signe.
          Le FMI qui en pense aussi, c’est forcément bon signe.

          1. Duff

            Contrairement aux pignoufferies de la presse française, le FMI lui quand il regarde le budget il trouve tout suite les principales lignes de crédit à rogner :

            http://www.challenges.fr/economie/20130914.CHA4341/le-fmi-pointe-la-vulnerabilite-budgetaire-de-la-france.html

            Il y a cependant une bonne nouvelle : Tout ça, ça va péter à la figure des socialistes une bonne fois pour toute ce qui nous épargnera du socialisme pendant de longues années. Enin j’espère! 😉

            1. douar

              Jean Marc Airault a bien dit qu’un effort sans précédent a été réalisé dans le budget 2014 sur la réduction de la dépense publique: 15 myards. On était sur une augmentation naturelle de 30 myards, mais finalement, ce ne sera que 15, donc on a gagné 15 myards. Trop fort jean Marc, et personne ne s’en rendra compte.

            2. Duff

              Des sondages montrent que les français n’ont jamais été aussi méfiants envers les politiques et les journalistes, et quand je dis méfiants, c’est plus de 50% qui disent ne pas avoir confiance! Un exemple qui montre que les français sont plus lucides qu’on ne le croit : Le pourtant excellent Charles Consigny s’est livré à une conclusion hâtive et maladroite après un très bon billet (il a lu le dernier billet de Pascal Salin dans le Monde) :

              http://www.lepoint.fr/invites-du-point/charles-consigny/consigny-nicolas-sarkozy-the-one-and-only-13-09-2013-1730929_1449.php

              Les internautes ont bien relevé qu’un retour de Sarko en sauveur, c’est pas crédible et ni souhaitable. Il y a aussi quelques commentaires qui pointent le fait que ceux qui se sont présentés comme libéraux à droite ont donné comme les socialistes au capitalisme de connivence qui assurent à tout un tas de grandes boîtes de manger dans la main de l’Etat.

            1. Fred

              Enfin, là je ne fais que répéter les médias mainstream à la solde du pouvoir, du style l’Aberration, Challenges et autres merdouilles médiatiques du genre. 🙂

  28. Black Mamba

    Hier, j’ai eu la joie de discuter avec mon comptable préféré.
    Il prenait de nos nouvelles car tout récemment Le greffe du tribunal voulait nous faire payer une amende car on n’était pas à jour sur la publication annuel des comptes qui doivent être rendu publique.
    Notre comptable s’indignait du nombre de cas similaires au nôtre qui augmentait, pour lui il trouvait le gouvernement insupportable avec leurs fausses promesses .
    http://entrepreneur.lesechos.fr/entreprise/fiscal/actualites/fin-de-l-obligation-de-publication-des-comptes-pour-les-tpe-jean-marc-ayrault-annonce-mais-fait-durer-le-suspense-sur-la-fiscalite-10028439.php
    et les fonctionnaires sont plus pénibles que de coutume.

    1. Black Mamba

      Donc suite à cela , je lui ai fait remarquer que notre IR avait augmenté de 300 %, il m’avait répondu cela aurait été pire mais vraiment pire si nous avions continué en BNC.
      Le passage SEL et la micro holding familiale nous épargnaient du massacre mine de rien.
      Il nous disait qu’il avait plein de nouveaux clients qu’il appelait « les clients Hollandes »; des personnes qui avaient hésité de changer de structure juridique mais maintenant elles n’avaient plus le choix pour sauver leurs entreprises.
      Au moins mon comptable est heureux avec toute cette nouvelle clientèle. 😈

      1. Aristarque

        Serait-il possible que tu donnes la solution que tu utilises ou un lien ou cela soit expliqué? Je pense en effet qu’ il faut que je fasse évoluer ma structure d’entreprise pour limiter la casse.

            1. Black Mamba

              Chose importante
              Pour casser le cercle vicieux de tes charges , il faut rapidement faire les démarches pour enregistrer le nouveau statut .
              N’attend pas la fin de l’année . Tu pourras rester chez ton comptable actuel mais laisse mr Dumas faire le montage il connaît les ficelles de son métier du bout des doigts.
              😉

        1. Black Mamba

          « Passez à l’étranger »
          Vous voulez dire notre société?
          Mon époux essaie de partir pour l’Australie mais le dossier est fort complexe même si sa profession est très demandé 🙁

          1. Dahu

            Je confirme, c’est pas simple de partir en Australie. Rien d’impossible ni de tordu, mais il faut avoir un projet qui tienne la route. Sinon ça finira en backpacker…

            1. Black Mamba

              Mon époux a moins de 2 ans pour réussir à faire son dossier après cela nous serons « trop vieux »
              Il doit repasser le IELTS il doit avoir 7 à toutes les épreuves.

    2. Olivier Vitri

      Ils sentent le sapin du statut et la fin du pognon gratuit, c’est donc normal. Et tout à fait souhaitable (et le plus vite possible s’il vous plaît).

      1. Black Mamba

        Mais comme toujours , le zèle du fonctionnaire est fonction de la tête du client .
        Pour l’instant , on nous laisse tranquille parce que j’ai accompagnée mon époux et ma tête chance pour la France a été fort plaisante au monsieur qui nous recevait pour savoir si il allait nous coller une amende de 1500 € tout de même .
        😉

      1. Calvin

        Le pire, c’est que comme un ISF mondial ne rapporterait pas autant que prévu (Laffer, si tu me lis…), il supposerait une évasion fiscale sur une planète extra-terrestre.
        On nous prouverait alors l’existence des E.T., de la collusion avec la finance a-patride et désormais a-terrienne, et rien moins qu’un Krugman proposerait de fabriquer une Etoile Noire pour aller atomiser une planète paradis fiscale…

      2. Marc Aurèle

        Pikettout, je le répète est un courtisan qui excelle dans l’inutile. Il n’a jamais rien produit dans la vraie vie qui lui aurait permis de survivre. Juste un thuriféraire de plus, sans réelles valeurs morales qui vit dans l’ombre de ses maîtres dont il pave la voie, ce en quoi il excelle. Un démon mineur en somme.

        1. Peste et coryza

          Bah, on a aussi Jupette, « personnalité préférée des français ».
          http://www.metronews.fr/info/sondage-alain-juppe-personnalite-politique-preferee-des-francais/mmiq!gkCzr0VBoANtw/

          Petite annonce :

          Electeurs cherchent homme politique incarnant l’avenir, ayant une expérience confirmée (de préférence au minimum 30 ans), habitué tel un morback a être payé par le contribuable et à gaspiller son argent. Un casier judiciaire est le bienvenu.

  29. HerveLE

    Hollande s’en fout que la locomotive aille s’écraser tout en bas, car c’est pas nous qui sommes dans le train, mais nos enfants! Et ils ne votent pas encore, eux, pas de bol!!!

    1. Calvin

      L’idée, c’est d’être mort avant que nos enfants ou petits enfants doivent faire face aux inepties de nos aïeux ???
      En avons nous le temps (tiens, ça me fait pas penser à « Il n’est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout »…)

      Quelque chose me dit que cette histoire de train va dérailler en un conflit sévère des générations. Une sorte de Brétigny inversé !

      Va falloir une sacré solidarité au sien des familles…

  30. Peste et coryza

    Petite question :
    A vu de mes retours réponse de CV+lettres de motivs, qui frisent le o% de réponses positives… et sachant que mon contrat se termine bientôt… Je vais donc me retrouver (encore) au chômage.
    Histoire de pas revivre mon expérience de RMIste traine ruelles et de Tanguy désargenté, je demande si quelqu’un sur ce forum connait les éventuelles allocs percevables autres que l’ARE.

        1. Peste et coryza

          Je la rédige, et la soumet en décembre.
          D’un autre coté, j’ai profité de mon temps libre pour tâter le marché, sur 6 mois environ.
          Pour les affaires, c’est en cours : je revend le superflu, et le reste sera mis à la disposition de mes neveux.

  31. BA

    Espagne, France, Italie : c’est toute l’Europe du sud qui est en train de faire naufrage.

    Ces quatre derniers jours, Espagne, France et Italie ont vu leurs derniers chiffres de dette publique pulvériser les prévisions de leur gouvernement.

    Vendredi 13 septembre 2013 :

    Espagne : nouveau record de la dette publique. 92,2 % du PIB en juin 2013.

    La dette publique de l’Espagne a atteint fin juin un nouveau record à 92,2% du PIB, dépassant l’objectif annuel fixé par le gouvernement, ce dernier expliquant cette hausse par la récession et la plus forte activité du Trésor public.

    Lundi 16 septembre 2013 :

    France : la dette publique explose : 95,1 % du PIB en 2014.

    INFO LE FIGARO. Selon nos informations, le texte qui sera présenté dans huit jours montrera qu’après avoir atteint 90,2% du PIB en 2012, la dette de la France en représentera 93,4% en 2013, et grimpera jusqu’à 95,1% fin 2014 ! Un record, bien supérieur au taux de 94,3% envoyé au printemps par Paris à Bruxelles dans le programme de stabilité.

    Enfin, l’Italie :

    Italie : la dette publique explose : 132,2 % du PIB en 2014.

    Italy’s public debt will rise next year to a new record of 132.2 percent of output, up from a previous forecast of 129.0 percent, according to a draft Treasury document obtained by Reuters.

    http://www.reuters.com/article/2013/09/16/italy-debt-idUSR1N0G100Y20130916

    1. Nyamba

      C’est rassurant, quand on y pense, les pourcentages : 95,1%, c’est très loin de 100 % (mouiiii…euh…) et puis, ça contient bien moins de chiffres que 1870.3 myards d’euros…
      A partir du moment où un gouvernement annonce, sans ciller, que c’est ça son « programme de stabilité », et que la presse relaie benoîtement l’information au grand public, que penser, à part CPEF ?

      1. Duff

        Le pourcentage n’a aucune espèce d’importance en soit. Toute la question est de savoir si on suit une trajectoire crédible pour revenir à l’équilibre et si la stratégie est la bonne.

        Hollande n’a pas de stratégie autre que l’impôt pas de chance ça ne marche plus, et d’autre part, comme évoqué par BA, les déficits constatés sont supérieurs aux prévisions et les recettes fiscales moins bonnes qu’attendues. Donc en clair la trajectoire est foireuse (au sens littéral du terme).

        Tout à l’heure je suis tombé sur une vidéo de Marc Fiorentino qui disait en gros que la France serait attaquées après l’élection de Hollande. Non pas parce que c’est ce que souhaitent tous ses opposants. L’attaque n’a pas eu lieu et pire AFT a emprunté à des historiquement bas. Pas de quoi susciter une réflexion stratégique en gros…

        Cette situation est aberrante et plus longtemps elle durera, plus la correction risque d’être salée.

        Un point qu’on n’a pas évoqué aujourd’hui : Sarkozy avait mangé un downgrade des agences notation. Hollande aussi mais on nous expliqué qu’en fait on s’en foutait et c’était pas si grave en fait. Avec un visible, très visible dérapage des déficit je ne comprends pas qu’on ne downgrade pas encore la France, et cette fois ci, sérieusement.

        Fin 2011, la réduction du déficit budgétaire était de mémoire légèrement supérieure aux attentes mais bim downgrade quand même. Alors qu’en ce moment où ça perd à l’évidence en sucette nada…

        1. Nyamba

          Le pourcentage n’a aucune espèce d’importance en soi. Toute la question est de savoir si on suit une trajectoire crédible pour revenir à l’équilibre et si la stratégie est la bonne.
          Je pensais juste que ça faisait partie d’une stratégie d’apaisement du peuple inquiet (qui ne marche pas tellement, ceci dit). J’avoue être à mille lieues de ce niveau de décryptage, étant une pure profane en matière économique.

          A dire vrai, j’en apprends davantage à lire les commentaires ici qu’à tenter de comprendre les articles mainstream qui, très franchement, n’aident pas le citoyen lambda à apprécier ce qui se passe autour de son portefeuille. Merci donc de vos différents éclairages ! 🙂

          1. Duff

            Vous savez l’économie est une drôle de science, j’essaie de m’y intéresser mais le matheux que je suis reconnais volontiers le caractère humain et imprévisible du truc..

            En clair quand l’UMP menait une politique socialiste et montait les impôts, ça passait à peu près. Le discours encore plus teinté de la destruction créatrice de Joseph Schumpeter blablaté par Hollande ça ne passe pourtant pas.

            Au delà des discours, la droite a joui d’une incroyable mansuétude des agents économiques alors qu’elle faisait n’importe quoi. Hollande et la gauche n’a pas cette chance, même ses soutiens le lâchent rapidos en voyant sa politique ce qui crée un climat anxiogène.

            Voilà qui permet de comprendre la science économique, ce n’est pas une science dure comme les maths contrairement à ce qu’ont prétendu des économistes et certains libéraux. La droite peut faire de la merde sans être immédiatement sanctionnée contrairement à la gauche. Le facteur psychologique et irrationnel joue donc à fond, plus qu’on ne veut le croire…

            1. La comparaison tiendrait « toutes choses égales par ailleurs ». Mais entre la droite et la gauche, la situation économique s’est largement détériorée. Les opérateurs économiques & financiers furent « cléments » (et encore, pas tant que ça) du temps de Sarkozy parce qu’il y avait encore un peu de marge de manœuvre, marge qui fut bouffée par les pitreries de la droite. Quand la gauche est parvenue au pouvoir, elle s’est retrouvée avec un pédalo au gouvernail bloqué et 0 marge. Boum l’iceberg.

    2. gem

      L’Italie a un problème de trésorerie à court terme, mais à long terme s’en sort nettement mieux que la France et même que l’Allemagne : son système de sécu a été correctement traité, il ne fait pas des fausses promesses

      http://www.stiftung-marktwirtschaft.de/wirtschaft/themen/generationenbilanz.html
      le tableau est lisible même sans être germanophone
      et la version pdf / anglais
      http://www.stiftung-marktwirtschaft.de/fileadmin/user_upload/Generationenbilanz/Summary_Honorable-States_2012.pdf

  32. LeRus

    La moisson du matin:
    – La réduction des vacances d’été n’est plus à l’ordre du jour (on a frôlé la catastrophe!)
    – Filippetti annonce une baisse de la TVA sur les billets de cinéma (Il était temps, enfin des réformes courageuses!)
    – Cahuzac: la commission d’enquête va blanchir le gouvernement (On n’était pas au courant je vous dis!)

    Pom pom… tout va bien.

    1. christophe

      Tu oublies :

      -« la pause fiscale »… qui comme la croissance, est « repartie » (voir la carte postale d’H16). Promise pour 2014… Ben non… faudra attendre 2015 dixit Ayrault.
      Mais c’est pour la bonne cause : « Nous le faisons pour préserver notre modèle de solidarité» » a dit le clown triste.
      Par exemple les 100 millions votés hier en urgence par les députés pour payer…. des chambres d’hôtel aux faux demandeurs d’asile mais vrais migrants économiques de Clermont Ferrand…

      -Ah et puis je lis un truc qui croque sous la dent : « Inquiétante baisse du marché de l’emploi des cadres en août »
      Ah ? Ca doit être la reprise, c’est sûr !
      http://tinyurl.com/oe8d95f

      -Enfin un peu de prospective : PSA… qui s’est encore mangé un -17 % sur les ventes en août (la reprise !) aimerait bien se « rapprocher » du chinois Dongfeng.
      « Mauvaise passe financière » dit les Echos. Ah bon ? Non ?

  33. Calvin

    Bon, si j’ai bien compris le psychodrame des annonces :
    – Hollande dit que la pause fiscale c’est en 2014, autrement dit pas d’impôts nouveaux (et ânonné par NVB) ;
    – Ayrault dit que la pause fiscale c’est en 2015, autrement dit pas d’impôts nouveaux, certes, mais juste une augmentation de ceux déjà existants puisque déjà décidé ;
    Sur ce coup là, je trouve le PM plus honnête et bien moins menteur que son ‘What Else’ François Clowney.
    Bien sûr, ils restent persuadés qu’il n’y a pas d’autre solution que la hausse des impôts au lieu de la baisse des dépenses.
    Là, où le PM est moins honnête, c’est qu’il ment par omission : les contrats aidés vont faire que la pause fiscale, c’est pas maintenant, c’est pas demain, c’est pas en 2015…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.