Agression lilloise : doit-on vraiment compter sur la collectivité ?

Mercredi dernier, dans le métro lillois, une jeune femme se fait tripoter par un ivrogne. Appelant à l’aide les passagers de la rame, elle doit cependant subir l’individu alcoolisé sans que personne n’intervienne. Ce n’est qu’une fois hors du métro, au milieu de la circulation urbaine, qu’un automobiliste lui viendra en aide. Magie des réseaux sociaux couplés à une presse en désuétude trop heureuse de faire du drame social pour occuper ses colonnes, ce fait divers malheureusement banal a rapidement enflé pour finir par faire de gros titres dans la presse nationale.

En substance, l’affaire racontée par les journaux nationaux est brossée à gros traits : la jeune femme a été agressée sexuellement, a subi les attouchements d’un jeune homme en état d’ébriété, le tout sous le regard indifférent (ou torve et concupiscent, allez savoir) de nombreux passagers du métro qui se sont honteusement abstenus d’intervenir. Ceci n’a pas empêché la justice de passer puisque l’agresseur a finalement été rattrapé, est passé en comparution immédiate et s’est pris dix-huit mois de prison ferme assorti d’une interdiction du territoire de deux ans (le fait qu’il était, comme on dit de nos jours, « défavorablement connu » des forces de police a dû jouer quelque peu).

Mais voilà : tout ceci soulève plein de questions, dont une de société qui aura été posée par le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre, et qui en a profité pour ouvrir une enquête préliminaire pour « non-assistance à personne en danger » : comment la société égalitaire, solidaire, citoyenne, multiculturelle, festive et éco-consciente dans laquelle nous vivons tous, et pour laquelle nous payons tant d’impôts afin que ça se passe bien, comment peut-elle dériver pour aboutir à cette hideuse indifférence de nos concitoyens devant les malheurs d’une femme agressée ?

indifference

La question posée, l’enquête débute donc. Il ne s’agit plus de châtier l’impétrant (c’est fait, n’y revenons plus), ni même d’en expliquer le comportement : tout le monde sait que c’est la société qui est au moins en partie responsable de la dérive de ce pauvre homme, que ce sont les conditions d’emploi difficiles, le turbo-capitalisme des patrons mangeurs d’enfants communistes et l’ultra-libéralisme doublé d’un individualisme double-couche molletonné de tous les individus qui traînaient par là qui ont produit ce résultat navrant, pas de doute. Non, ici, il s’agit de retrouver ceux qui n’ont rien fait et de les punir aussi un peu, parce que franchement, dans une société normale (égalitaire, solidaire, citoyenne, multiculturelle, festive, éco-consciente et aux bisous nappés de caramel) il est inconcevable qu’on laisse ceci se produire. Et puis ça tombe bien, c’est puni par la loi, d’abord.

Il faut bien ça. Le procureur de la République à Lille est d’ailleurs tout tourneboulé de l’intérieur et a bien rappelé le fond du problème :

« En tant que représentant du ministère public, je suis inquiet de ce visage d’une société où on est capable de prendre une autre rame en laissant seule une femme face à son agresseur. Il est là, l’effroi aujourd’hui, se dire que dans notre société, on ne pourra pas compter sur la collectivité »

Pansements "Hello Kitty"Voilà : c’est horrible de savoir qu’on ne peut plus compter sur la collectivité ! La collectivité, c’est l’alpha et l’oméga de la sécurité. C’est la béquille quand on boite, le coussin quand on doit mettre un genou à terre, le sparadrap Hello Kitty quand on est amputé. Et la collectivité qui n’agit pas, ce serait comme l’État qui n’apporterait pas de solution. Ce serait comme un service des urgences débordé qui laisserait mourir des gens faute de soin. Ce serait comme des gouvernants qui s’occuperaient plus d’air pur et de vélos que de chômage et d’entreprises. Ce serait insupportable. Il faut donc punir les individus individualistes.

Sauf qu’à première vue, cela ne va pas être totalement du gâteau de retrouver et mettre en examen les méchants égoïstes/individualistes indifférents au sort des donzelles en détresse. Et puis, on ne peut pas s’empêcher de se dire que cette recherche des coupables, de tous les coupables, ce pointage minutieux des défaillances cache un peu trop la nécessaire réflexion sur ce qui s’est produit.

Par exemple, on pourrait noter qu’à part la médiatisation très exagérée de ce fait divers, cette affaire est d’une triste banalité et n’est finalement qu’un nouvel exemple parfaitement ordinaire de ce qui se passe, régulièrement, en France. D’ailleurs, selon les propres paroles de la personne agressée,

« J’espère que ça n’arrivera pas à une autre fille. Arrivé une certaine heure, mieux vaut ne pas prendre le métro. Il y a des gens qui boivent, qui fument, qui sont désagréables. »

Apparemment, c’est donc quelque chose d’assez banal, à Lille, d’avoir des gens qui boivent, qui fument, et qui sont désagréables (on supposera ici qu’il s’agit en réalité de gens qui boivent plus que de raison, qui fument là où c’est interdit et des substances a priori pas autorisées, et qui sont plus désagréables que la faune habituelle de voyageurs en transport en commun). C’est d’ailleurs tellement banal qu’il y a quelques semaines, un groupe de militants du Groupe Identitaire avait organisé des « patrouilles sécuritaires » dans ce même métro, au grand dam de tout ce qui compte parmi les associations conscientisées, dénonçant l’apparition de milices (apparemment, le collectif, dans ce cas-là, ce n’est pas bien).

Eh oui : on est fort prompt à dénoncer l’absence de réaction des individus devant l’agression en cours, mais on oublie qu’apparemment, ce genre de faits divers est suffisamment courant pour que justement, plus personne ne s’en émeuve. Peut-être le problème réside-t-il en partie là, et il faut ensuite se poser la question : ces agressions ont-elles lieu parce que les gens ne réagissent plus, ou les gens ne réagissent plus, blasés, parce que ces agressions ont lieu régulièrement ?

Et là, la réponse est gênante quel que soit le cas.

Si les individus ne réagissent plus parce qu’il y a trop d’agressions, peut-être est-ce le signe clair d’un problème fondamental de sécurité. Peut-être est-ce la démonstration que la société, voulue si bisou, ne l’est plus depuis suffisamment longtemps pour que personne ne s’émeuve plus qu’une femme se fasse peloter lourdement par un poivrot agressif. Peut-être cette société est-elle devenue suffisamment violente pour que chaque individu fasse un calcul, sordide, d’importance de l’agression, et que celle-ci se soit classée bien trop bas dans le niveau de danger pour justifier une action… En tout cas, le collectif appelé de ses vœux par le naïf procureur, ici, est clairement en faute de n’avoir su endiguer cette insécurité galopante. Au fait, quelle entité collective est en charge, justement, d’assurer la sécurité ? La foule ? Les individus qui voyagent dans le métro ? Ou l’État par sa police ?

Au contraire, si les agressions ont lieu parce que les individus ne réagissent plus, peut-être est-ce parce que chacun d’entre eux sait qu’intervenir peut lui coûter fort cher. On ne compte plus, dans la presse, les cas où le bon samaritain, venant à la rescousse, se retrouve à son tour troué. D’ailleurs, Laurence Rossignol, sénatrice PS, avait fait l’expérience de cette « indifférence », et s’était étonnée que personne ne soit venu à sa rescousse ; mais voilà, lorsqu’à l’inverse de Laurence, on est défavorablement inconnu des services de police, on évite d’intervenir et de passer ensuite de longues heures au commissariat du coin à expliquer ce qui s’est passé, ou aux urgences à tenter de survivre. Sans compter qu’ensuite, l’agresseur, devenu agressé, peut aussi se retrouver à réclamer des dommages et intérêts. Et les obtenir.

laurence rossignol

Alors oui, comme le dit le gentil procureur, c’est fort désolant et très très mal de n’avoir pas observé de réaction. C’est bien triste que la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui autorise ce genre d’inaction. Mais voilà, monsieur le procureur : tout ceci n’indique pas franchement un problème au niveau des individus qui sont très rationnels, finalement, et qui ne réagissent pas parce que c’est devenu trop banal ou trop dangereux. Cela montre plutôt que vous et les juges, les politiciens et tout l’appareil d’État, avez parfaitement réussi à faire pénétrer le message important que seul l’État peut intervenir sur ce genre de problèmes.

Vous et tout l’appareil d’État avez persuadé tout le monde efficacement que la défense concrète du citoyen ne passait que par l’État. Et maintenant, vous vous plaignez que, l’État n’assumant pas les missions qu’il s’est lui-même arrogées, les citoyens soient les bras ballants ? À force de collectivisme, vous avez durablement désarmé les individus, physiquement d’abord, puis psychologiquement, en leur ôtant toute possibilité, puis toute envie, de défendre leur prochain. Et maintenant, devant l’échec lamentable de la collectivisation de la force, vous vous plaignez et vous versez des petites larmes ?

Allons. Un peu de cohérence, que diable !

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires331

    1. Black Mamba

      Personnellement , j’ai la mauvaise habitude d’intervenir quand il y a du grabuge … je suis insortable pour le coup …
      La dernière fois que je suis intervenu mais bon je ne suis pas arrivé au main car WP et mes enfants étaient derrière moi pour me dire de me me calmer et d’ignorer le conflit …
      C’était au environ de 23h, on sortait du restao , une petite sortie en famille quand j’entend un homme insulté une jeune femme , il était prêt à la battre

      1. Black Mamba

        Au bout d’une bonne demi heure d’insultes mutuelles … C’était à celui qui avait une plus grande gueule et là je suis imbattable :mrgreen: , il avait dit que j’avais pas à intervenir car c’était sa meuf ..
        « Même si c’est ta meuf tu lui dois du respect à ta mère.  » …
        L’affaire s’est réglée quand la jeune fille a pris un peu plus d’assurance et m’a dit de ne plu m’inquiéter que tout ira bien .

        1. Tom P

          Dans le centre de Rennes, des amis du rugby sortent d’un bar et tombent nez à nez avec une scène de couple qui commence à dégénérer. Ils tentent de les séparer. Réponse inattendue de la jeune femme  » kestu fé la wesh ?  » et elle lui envoie sa main directement dans le visage. Et la des amis du couple sont arrivés de partout. Je ne vous raconte pas le carnage qui a suivi.

          1. Black Mamba

            La notion de carnage je le connais aussi, je dois tenir sa de ma mère :mrgreen: elle ne fait pas dans la dentelle…. J’étais toute petite peut-être 4 ans quand j’ai vu ma mère sortir avec tout un plateau remplis de verre. Elle revient avec le plateau vide et 5 min plus tard je vois son amant rentrer la tête ensanglantée … Elle prend un fil et une aiguille et le recoud … Un de mes oncle avait vu la même scène que moi et me dit  » Ah ! Vous êtes terribles vous les femmes mais on vous aime quand même 😈  » . Apparemment il était dans les bras d’une autre …

  1. Caton

    Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. Quant à moi, la destruction progressive de notre société me donne plutôt envie de pleurer.

    1. bob razovski

      J’ai trouvé une parade égoïste.

      Je me dis que ce n’est plus ni mon pays, ni ma société. Je paye juste un loyer exorbitant pour y vivre, en attendant de trouver une place ailleurs, peut-être pas pour moi, mais au moins pour mes enfants.

      Je sais, il n’y a pas de quoi en être fier.

  2. Scarlet Pimpernel

    En général, BM est plus rapide sur Google… il suffit de demander la trad….

  3. Nemrod

    En d’autres temps ou d’autres lieux, je serais intervenu Mr le Procureur.
    Je serais intervenu avec mes deux copains Smith et Wesson.
    Mais ici et maintenant mes deux copains ont mal tournés et ne fréquente plus que des gens peu recommandable.
    C’est triste mais c’est comme ça.

  4. Le Gnôme

    Je m’étais porté témoin voici de nombreuses années lors d’une agression où un chauffeur de taxi avait perdu un oeil. Comme je bossais, je n’avais été au commissariat que le lendemain, qui était un jour de repos. J’y ai passé l’après-midi, après avoir été reçu comme un chien dans un jeu de quilles, et sans l’intervention d’un inspecteur, je repartais direct.

    Trois ans après, un coup de téléphone de ma boîte chez un client que je visitais m’informait que je devais aller au tribunal correctionnel toutes affaires cessantes pour témoigner. Depuis le temps, j’avais oublié les détails de l’affaire, je me suis fais houspiller par l’avocat de la défense auquel j’ai répondu vertement que les informations étaient dans ma déposition et que trois ans après, il ne fallait pas compter sur des détails supplémentaires.

    Alors, témoin, jamais plus. La déposition devrait suffire.

    1. royaumont

      J’ai un ami qui a fait le même type d’expérience : coup de fil du commissariat à 3h du mat’.
      En fait, il vaut mieux ne jamais avoir affaire à la justice, même comme simple témoin.
      Les magistrats savent décourager le civisme avec une habilité et une efficacité incroyable.
      Qu’un procureur s’offusque du comportement des témoins démontre l’inconscience et la cécité de la corporation par rapport aux conséquences de leurs actes.

    2. gameover

      En plus même en temps que témoin il y a de grandes chances que tu te retrouves dans le fichier STIC (service de traitement des infractions constatées) qui comporte 38 millions de noms (victimes, mis en cause, auteurs d’infractions etc) … dont l’accès est pratiquement public quand on voit les fuites et la fiabilté largement ébranlée.

      Il suffit que votre nom soit cité dans une procédure.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_traitement_des_infractions_constat%C3%A9es

  5. labolisbiotifool

    Bonjour Grand Hache , joli billet , un peu retenu peut-être ?
    Un détail ( pardon , un gros mot ) qui a selon moi une
    grande importance : il semble que l ‘ agressée fut une Africaine
    du nord , Algérienne ou Marocaine …

    Entre autres réactions – ou passivité – du public :
     » qu ‘ ils se démerdent entre eux  » est ce qui vient à l ‘ esprit .
    Après on peut tout imaginer hein …

    All the best : )

    1. Cela a peut-être joué aussi, mais le public de l’agression était aussi très probablement de diverses origines, donc on ne peut pas en tirer vraiment de conclusion.

      1. carpe diem

        Si je ne m’abuse, les méchants qui sont passibles de « non assistance à personne en danger » encourent 5ans de prison, l’agresseur a pris 18 mois, il sera sorti dans 8 mois au bas mot avec les excuses de la république et sera laissé dans la nature où, bien sûr, il s’empressera de recommencer. Donc, les mecs, ne vous gênez pas : tripotez, pelotez, importunez, tenter de violer, mettez vos mains partout : vous risquez beaucoup moins que celui qui regarde.

    2. Kazar

      Et l’agresseur était de même origine, c’est peut être aussi pour ça qu’il s’est comporté ainsi…Ceci dit, lorsque quelqu’un se fait agresser, je doute que les origines de la victime soient déterminantes dans la décision de faire ou non quelque chose.

      1. Gerldam

        Au contraire, devant un africain (du nord ou du centre), on ne sait jamais si un couteau (ou pire) ne va pas sortir de sa poche. C’est plus rare (quoique tout à fait possible) d’un blanc.
        Mais surtout le risque de se retrouver accusé et condamné par la justice de la Taub en retiendra plus d’un.

      2. sa0000

        Non, en revanche, on peut plus facilement supposer qu’il s’agit d’un problème de couple. Ou en tous cas d’un truc dont on ne devrait pas se mêler, car même la victime peut se retourner contre vous.
        Raison de plus pour ne pas intervenir.

        1. La Coupe Est Pleine

          Là je suis bien d’accord, on ne peut pas juger à posteriori une situation pareille sans l’avoir vécu. Les faits n’étaient peut-être pas aussi évidents que ce que la presse rapporte.
          Surtout quand on parle de la faune étrange qui peuple les métros de nombre de nos villes.
          La couleur de peau et les origines sociales n’ont que peu d’impact, face à la situation elle-même.
          La promiscuité du métro, le bruit ambiant, la réputation du lieu, ne vous encouragent que peu à l’intervention.
          Imaginez la même scène, ou assez similaire, dans un grand magasin ?
          Là j’en suis sûr tout aurait été différent !

      3. Le Parisien Libéral

        « Et l’agresseur était de même origine, c’est peut être aussi pour ça qu’il s’est comporté ainsi… »

        sans doute rien à voir, cf le cas du viol anti française à Evry.

  6. Aristarque

    Voilà un dossier de la Justice qui passe qui a du réjouir le coeur de Laurence Rossignol dont un quidam a tripoté d’un peu trop près les billets de banque que notre mansuétude lui avait permis de recevoir sur son compte et qui se lamentait d’aucune intervention de secours en dépit de ses appels à l’aide…
    Remarquons aussi que quand la victime du vol se défend un peu trop vigoureusement (le bijoutier de Nice, par exemple), cela ne plaît pas non plus à la justice, même si le voleur n’en était pas, et de loin, à son coup d’essai mais était plutôt chevronné dans le domaine, malgré son jeune âge (un peu plus vieux que Calvin, toutefois…) :mrgreen:

    1. bob razovski

      « Rossignol dont un quidam a tripoté d’un peu trop près les billets de banque que notre mansuétude lui avait permis de recevoir »

      Dans ce cas, on peut parler de subvention aux personnes délinquantes (et donc défavorisées), puisqu’au départ, il s’agit d’argent public. Certes, le raccourci a été cavalier, mais le résultat est le même. 😉

  7. chrome

    Excellent billet comme d’habitude. Un élément supplémentaire : le fait de ne pas intervenir ne vient pas de l’individualisme mais bien de l’esprit grégaire. Ce phénomène est démontré par Robert Cialdini dans son livre « Influence et manipulation ». En groupe (dans un transport en commun pour les humains ou dans la savane pour des gnous), lorsque un agresseur parait, les éléments du troupeau agissent en calquant leur comportement sur celui du voisin (les neurones miroirs jouent un rôle crucial dans ce comportement). Il semble que le temps et l’évolution aient validé le comportement « ne rien faire ou fuite ». Le plus faible est le tribut versé au prédateur. Et justement, lorsque la victime a pu quitter le fourgon à best… la rame de transport, c’est un individu dans son automobile qui lui est venu en aide. Elle l’avait sollicité lui et lui seul contrairement (très probablement) à ce qu’elle avait fait dans la rame avec un appel au secours lancé à la cantonade.
    Si vous avez besoin d’aide un jour (malaise, accident ou agression), pointez du doigt la personne à qui vous demandez de l’aide. Interpellez là directement, vous aurez plus de chance d’être secouru.

    1. Oui, bien sûr.

      Maintenant, tout ceci est à « armes égales et périmètre constant ». Dès lors que les personnes sont susceptibles d’avoir une arme sur elles, ou ont toutes latitudes pour agir avec la force nécessaire sans être poursuivies par la justice (cas typique « home invasion »), alors le comportement n’est plus le même (la rationalité est différente : le gain et le coût sont défavorables à l’agresseur et favorables aux bons samaritains).

      1. chrome

        Absolument d’accord sur ce point. La responsabilisation individuelle (armement individuel, sens du devoir ou de l’honneur…) et la « reconnaissance sociale » de l’action individuelle sont les moyens les plus efficaces pour lutter contre cet instinct grégaire. Rendre le rapport bénéfice attendu / risques encourus moins séduisant pour l’agresseur diminuera les chances d’apparition de son comportement prédateur. En France, on fait exactement l’inverse. Comment dites vous? CPEF?

      2. Calvin

        Ce qu’il y a de navrant avec cette quasi interdiction de posséder une arme, c’est que les bonnes âmes la réclament pour tous sauf pour les criminels…
        Je suis pour la possession d’arme, mais je n’en veux personnellement pas.
        Mais je préfère savoir qu’à tout moment un citoyen peut faire basculer la peur entre un agresseur et moi même.

    2. bob razovski

      le problème n’est pas tant l’instinct grégaire dan son ensemble, que de quel « grégaire » il s’agit (pardon pour cette tournure). Le gnou est l’exemple bien choisi dans le cas présent, mais une meute de loups réagira différemment.

      Encore faut-il qu’on ne leur ait pas raboté le dentier 😉

      1. chrome

        A l’état naturel, une meute de loup est rarement attaquée par un individu seul. Autre différence, une meute de loup (ou de chiens) est hiérarchiquement structurée avec un dominant et des dominés. Si le dominant passe à l’attaque, les autres suivent. Après 40 ans de socialisme, cet aspect là (une hiérarchie spontanée qui naît dans le groupe) a été quasiment effacé chez l’homme.

        1. gem

          Effacé ? Que non pas. Tout jeune, agressé par un groupe, j’ai latté le dominant. Les nombreux dominés sont restés en standby pendant et même après (alors même que j’étais affaibli et que le plus minable d’entre m’aurait à son tour étalé). Après coup l’évidence c’est que les dominés ont l’instinct d’attendre de savoir qui de nous deux allait dominer l’autre…
          Et vous verrez la même chose dans un groupe d’adulte, en réunion par exemple, même si c’est plus « poli ».

    3. Kazar

      Très juste, a priori, il aurait suffit qu’un individu réagisse pour que d’autres le suivent.

  8. SebMtp34

    Il eut suffit qu’un quidam appelle la police ou appuie sur le bouton d’appel de la sécurité du métro (mois risqué que de prendre un coup de tesson de bouteille : le proc l’a admis d’ailleurs; ou d’assommer le type et de se retrouver soi même en GAV)…

    ah mais oui, c’est vrai, il aurait pris une amende parce que le temps qu’ils arrivent, il n’y aurait plus eu personne et on l’aurait accusé d’avoir mobilisé les secours pour rien.

    Pays de c…..

  9. brondillant

    une fois de plus tout est dit mais j’ai l’impression que rien ne changera jamais et que ma France sombre, doucement mais sûrement.
    L’état, l’état, l’état……nos politiques n’ont que ce mot à la bouche.
    Mais au fait l’état c’est quoi ?

    1. bob razovski

      Les tas c’est quoi ?

      Les moches, que louis 14 se gardait dans les parties fines de Versailles. « choisissez les plus belles, les tas, c’est moi » 😉

    2. royaumont

      L’état est un mythe au travers duquel tout le monde cherche à vivre au dépend de tout le monde.
      Par corollaire, moins il y en a, mieux on se porte, ou pour citer Thomas Jefferson : « le meilleurs des gouvernement est celui qui gouverne le moins »

  10. Flash

    Notre conception de la légitime défense est bien trop étroite pour prendre un quelconque risque en la matière. Intervenir dans une bagarre est trop risqué. A moins de parfaitement contrôler toutes les variables (…ce qui est impossible, surtout dans une bagarre d’ivrognes), les probabilités pour qu’on utilise de façon disproportionné la force sont très fortes.

    C’est encore plus vrai en cas de vol. Un croche-pied : beaucoup trop risqué. S’il se faisait mal, le voleur, qui finirait devant la Justice?

    Le courage ou l’initiative étant sanctionnés, on obtient la passivité.
    Cela me semble logique.

    1. bob razovski

      « Le courage ou l’initiative étant sanctionnés, on obtient la passivité. »

      Justice, société, économie, même combat. Faut pas s’étonner des fermetures d’entreprises. 😉

    2. GG

      « Un croche-pied : beaucoup trop risqué. S’il se faisait mal, le voleur, qui finirait devant la Justice? »

      C’est malheureusement exact. On rencontre régulièrement dans les faits divers des gars qui sont intervenus en véritables héros, et qui finissent au tribunal.

  11. Kazar

    Il y en a encore sur ce forum qui n’ont pas lu « La France orange mécanique » de Laurent Obertone ? Car ce livre explique fort bien pourquoi notre société est devenue si violente. Sur le fond H16 a raison, quelqu’un prenant le parti d’intervenir peut fort bien se retrouver mis en cause par le délinquant, et personne n’a envie de voir ses coordonnées divulguées dans les documents d’une procédure judiciaire, permettant à l’agresseur de se venger après coup le cas échéant. Mais comme d’habitude, on préfère s’en prendre aux vilains voyageurs qui ne sont pas intervenus au lieu de se demander pourquoi cet individu déjà connu était encore en France…
    En la matière, l’UMP et le PS peuvent être mis dans le même sac, le karcher de Sarko n’étant finalement jamais passé, et la prochaine réforme pénale de Taubira visant à vider les prisons promettant une sympathique envolée de la délinquance. Et en France, on trouve encore des bonnes âmes pour traiter de « victime » le délinquant mort lors de l’interception d’un go-fast. Pauvre pays.

    1. petit-chat

      « des bonnes âmes pour traiter de « victime » le délinquant mort »
      C’est gentil de les trouver « bonnes »…

      1. Nyamba

        Faute de frappe, probablement. Le « c » n’est qu’à deux touches de clavier du « b », après tout…

  12. bob razovski

    « Mais comme d’habitude, on préfère s’en prendre aux vilains voyageurs qui ne sont pas intervenus au lieu de se demander pourquoi cet individu déjà connu était encore en France… »

    Le problème : il existe des agresseurs français. Ce n’est pas en jouant la carte « immigrés dehors » qu’on résoudra le problème, mais en libérant une bonne fois pour toute la légitime défense de son carcan. Parce qu’ensuite, immigré ou pas, si l’agresseur sait qu’il risque de se faire éclater la cafetière par n’importe quelle personne présente lors de l’agression sans qu’il puisse avoir de recours, il y réfléchira à deux fois.

    1. jeff

      Entièrement d’accord.
      Le problème de l’immigration n’est pas forcément lié, même si quelques stats, comme en Suisse, ne seraient pas superflues sur le lien entre immigration et délinquance…

    2. Kazar

      Attention : je n’écris pas que tous les immigrés sont des délinquants, mais que si celui-ci avait été reconduit chez lui, l’agression n’aurait pas eu lieu. Ceci dit, je reste persuadé qu’un meilleur contrôle de l’immigration permettrait de faire baisser la délinquance, les clandestins étant surreprésentés dans la délinquance, ce qui n’étonnera personne vu leurs chances a peu près nulles de trouver travail, logement, et donc de s’intégrer. La Suisse l’a bien compris…
      Sur la légitime défense, je suis d’accord, il faudrait la réformer, mais qui en aura le courage, certainement pas les gauchistes qui nous gouvernent et ont ouvertement pris la défense des délinquants « victimes de la vilaine société qui ne leur donne pas tout ce à quoi ils ont droit, et na » !!

      1. royaumont

        Sur le principe, je suis assez d’accord : que chacun s’occupe de ses délinquants et les moutons seront bien gardés.
        Donc, pour les étrangers, la réponse est (théoriquement) simple : dehors.
        Cependant, pour les immigrés de la 2ème, 3ème, voire 4ème génération, le problème est plus complexe : ils sont français, au moins sur leurs papiers. Difficile de revenir là-dessus, la parole donnée ne se reprend pas. De plus, nous sommes tenus pas des traités internationaux, qui interdit de créer des apatrides.
        Le reflux de l’insécurité est un problème qui n’appelle pas une « solution », mais une stratégie de gestion au long cours. Il ne faut pas espérer résoudre en un claquement de doigt un problème enkyster depuis 40 ans.
        Ce sera un combat, presque une guerre.

  13. almeja

    Imaginez la même scène . Mais avec un policier à bord. Il est en service, donc armé. Il intervient et se présente comme tel. Il tombe sur le connard type que notre société produit industriellement. Connard décidé, car il sait qu’il ne risque pas grand-chose. Et armé d’un « objet »contondant, non léthal par destination, mais pouvant l’être par utilisation (tournevis, batte,etc. par exemple).
    Quelle sont les options possibles du policier ? Il ne sort pas son arme, formaté par le syndrôme du flic qui préfère être tué que traduit devant la justice (si, si, pensez aux deux gendarmettes assassinées par une ordure)
    Il se prend un coup de tournevis, de batte, peu importe. S’il meurt, il y aura toujours un charognard qui ira, une main sur le cercueil, se faire un peu de com, en promettant, le regard perdu sur les ruines de la ligne maginot, que tout sera fait pour que le drame ne se reproduise plus. Autre option . Des individus présents dans le bus, ne connaissant pas l’agresseur, mais partageant les mêmes « valeurs » (il faut être prudent aujourd’hui, à ce qu’on écrit), prennent fait et cause pour lui, tabassent joyeusement le policier, lui piquent son arme. Résutat, hôpital plus blâme de l’administraion pour s’être fait fauché son pistolet. Scénario du pire, il est amené à utiliser son arme, blesse ou tue l’agresseur. Il se dira toute sa vie qu’il aurait mieux fait de prendre le vélo ou sa voiture pour aller bosser Sans préjuger des représailles éternelles de la famille, copains du voyou. Dites moi que je délire !

  14. jeff

    Quand on voit la faune qui traine dans le métro lillois ou parisien, peut on reprocher au peuple de ne pas agir ?

  15. neuneu

    Ce qui est terrible, c’est que ça arrive tous les jours, mais que je n’ai jamais été témoin, à chaque fois qu’une situation deviens tendue du slip dans les transports, je suis « attentif » et peut etre que ça se voit, mais ayant pris les transports tous les jours pendant des années, je n’ai JAMAIS été témoin d’une agression…

    En meme temps, il y a un biais, je serais probablement eu taule sinon pour avoir abimé l’innocente victime de la societé pour proteger la vile bourgoise…

    1. Il y a aussi une question d’horaires et de lieux. Si on voyage toujours aux mêmes horaires qui ne sont pas ceux des problèmes, on ne remarque jamais rien.

      1. Kazar

        Exact, je voyage tous les jours sur une ligne de RER et les deux fois ou j’ai été témoin de « problèmes », c’était vers 2h30 – 23 h, c’est à dire largement en dehors de mes horaires habituels de bureau (19-20h).

  16. Laurent

    Périlleuse et fine analyse, encore une fois bravo. La conclusion est parfaite. Enfin… difficile de juger de la situation réelle, on n’était pas sur place.
    Je me souviens d’une descente de métro un samedi matin où j’aperçus 2 gars se faire un rail (de coke, probablement) à même le quai, dans l’indifférence générale. En remontant jusqu’au guichet, ma compagne tient tout de même à prévenir la RATP en la personne du guichetier. Réponse : « Laissez, on a l’habitude ici », sans bouger de son siège, derrière sa vitre blindée. No comment.

  17. GG

    Mouarf.

    En somme, après avoir ringardisé et ridiculisé autant que possible l’héroïsme et la virilité, on voudrait que dans des cas bien précis quand l’Etat-môman n’est plus là, il ressurgisse ?

    ça me fait penser à ceci que j’ai lu quelque part : (je ne sais plus où mais j’avais fait une capture) :
    Personne ne souhaite vraiment le retour d’une autorité masculine ailleurs qu’au sein de l’Etat. Même les forces de l’ordre sont féminisées toujours plus tant on pense que cette force masculine est inutile. Alors demander au simple quidam de faire preuve d’esprit d’initiative, c’est vraiment déplacé, et même contradictoire : il n’est pas possible de demander aux hommes de faire preuve exceptionnellement de virilité tandis que dans la vie de tous les jours, ce sont les comportements les plus lâches qui sont valorisés, en particulier dans l’entreprise.

    1. Aristarque

      Le blog de la Lime, tenu par Boizard ? C’est un de ses marronniers favoris, la dévirilisation.

  18. Cerf D

    Si je comprend bien, tu es témoin d’une agression, tu décides de t’interposer, tu es coupable des dommages collatéraux pouvant survenir à l’agresseur, tu décide de ne pas t’en mêler, tu es coupable de ne pas avoir aidé la victime. A tous les coups tu perds !

    Ceci étant dit, la sécurité intérieure et et la justice ne sont-elles pas des fonctions régaliennes ? Y aurait-il autant d’agression si ces fonctions étaient assurées correctement ? Alors que l’état n’est pas foutu d’assurer ses fonctions essentielles, il voudrait qu’on lui en confie d’autres ?

    1. Kazar

      Ben oui, il voudrait par exemple se mêler de politique industrielle, tellement il est bon dans ce domaine 🙂

  19. petit-chat

    Un djeun pickpocket pris sur le fait par des contrôleurs en tenue dans un métro ont été obligé de le relâcher sous la pression populaire et de le laisser s’enfuir car il criait de le lâcher. Les réactions des groupes sont parfois difficiles à comprendre.

    1. Eole

      Mais rappelez-vous Bayrou qui, pendant la compagne présidentielle, s’était fait faire les poches par un gosse. Bayou l’avait giflé au scandale des tous ces braves gens autour de lui qui avaient trouvé ce « châtiment » troporible!

      1. Nyamba

        C’était ce geste, précisément, qui m’avait fait envisager l’option centriste, à l’époque à laquelle j’ignorais tout du libéralisme…

        1. Calvin

          +1
          Dernière personne pour qui j’ai voté pour la dernière fois.
          Depuis, c’est lui qui mérite des baffes…

          1. Kazar

            Bayrou, Bayrou, ne serait-ce pas la girouette quia a fait élire Hollande en appelant à voter pour lui, s’est fait proprement entuber par le PS lors des législatives qui ont suivi, puis a du se mettre à genoux et faire des choses inavouables aux dirigeants UMP pour obtenir leur soutien lors des dernières municipales ? Ça me disait bien quelque chose, ce nom…

            1. bob razovski

              Ne retournez pas le couteau dans la plaie 😉

              Bayrou est finalement aussi merdeux que les autres. J’y ai cru, on ne m’y reprendra plus.

      2. Black Mamba

        Pourtant une bonne gifle pourrait remettre à leur place ces bandes de voyou… l’éducation n’est plus ce qu’elle était 😕

        1. petit-chat

          Attention, tous les jeunes (et brillants) commentateurs vont vous tomber dessus. L’époque de la taloche salvatrice est terminée, et bientôt même la fessée sera interdite (ajoutée au gender, j’imagine déjà le merdier social)

      3. gem

        j’ai pas souvenir qu’ils avaient trouver ça troporible. il me semble même qu’au contraire sa réaction a été bruyamment approuvée et que ça l’a servi dans sa campagne.

        1. Petitpatapon

          @gem
          J’ai le même souvenir. Mais là encore il faut sans doute distinguer l’opinion du commun (qui avait largement approuvé), de celle des journalistes

  20. Easy

    Ça me rappelle mon service militaire: officier de semaine, je percevais mon MAS 50 et je prenais mes intructions d’un vieil adjudant-chef malicieux, qui m’a dit: le flingue, gardez-le dans son étuis, hein mon lieutenant. Si quelqu’un rentre, vous vous enfermez dans le bureau de semaine et vous appelez la police. Si vous tirez sur des intrus vous n’aurez que des ennuis. Nous étions quand même dans une zone de défense hautement sensible (armement de guerre, munitions, etc.). Royalement le code de la Défense vous permet de tirer après les 3 sommations d’usage (oui, oui, 3). Comme suit:
    Annonce de l’intention d’empêcher ou d’interrompre l’intrusion en énonçant à voix haute : « Halte »
    2° Procéder à une deuxième sommation, si le ou les individus n’obtempèrent pas, en énonçant à voix haute : « Halte ou je fais feu » ;
    3° Procèder à une troisième et dernière sommation, si le ou les individus n’obtempèrent pas à la deuxième sommation, en énonçant à voix haute : « Dernière sommation : halte ou je fais feu ».

    En gros t’as le temps de mourir 50 fois avant, surtout qu’en plus il faut arracher les scellés de ton arme de service (pas fastoche, c’est un bon gros fil de fer). C’est normal, hein, tu es un militaire, un psychopathe en puissance, avec une arme. Coupable quoiqu’il arrive.

    1. Popeye

      Hélas, trois fois hélas. Ce texte que vous trouvez peu protecteur pour la sentinelle l’autorisait, et même l’obligeait à faire feu pour défendre la « zone militaire sensible » face à une effraction. Il s’agissait, sauf erreur de ma part, du TTA102 (textes toutes armes numéro 102) transcrivant dans un règlement militaire propre à l’armée de terre un décret fixant les conditions d’usage de la force.
      Cette gradation conduisant à l’ouverture automatique du feu (« halte ou je fais feu » / « halte ou je fais feu » Clac (bruit de l’armement du FAMAS / « halte ou je fais feu » pan t’es mort) n’est hélas plus possible. Les ZMS sont mortes en 2007, remplacées par des zones hautement prioritaires de la défense, ou autre appellation bizounoursesques de cet acabit. Dans le même temps, le décret nouvelle formule introduisait dans sa rédaction les mêmes termes qui condamne quasi systématiquement le citoyen farfelu qui aurait l’étrange idée de vouloir faire preuve de civisme en empêchant la commission d’une infraction. Et oui, il faut même pour la sentinelle gardant une installation abritant une bombe atomique utiliser des « moyens strictement proportionnels à l’agression »
      Sauf que les « moyens strictement proportionnels » ne conduisent qu’ à l’escalade de la violence. Il faut taper plus fort que le malandrin si l’on veut que l’infraction cesse, c’est une simple question de logique.
      Et cette logique est abandonnée. CPEF.

        1. Popeye

          @ Easy
          Article R2363-5 du dit code de la défense. Une petite locution latine pour commencer : in cauda venenum…
          dernier alinéa du dit article : « Dans tous les cas, il ne doit être fait usage que de la force armée absolument nécessaire. »
          Certes, on ne parle pas de « proportionnalité », mais la précédente formulation ne mentionnait pas cette restriction de l’usage de la force au « strictement nécessaire ». Version ante 2007 la sentinelle avait OBLIGATION de faire feu « en visant le centre de la cible » (de mémoire, pas de tir en l’air ou à délibérément à coté à effectuer)
          Version post 2007, un magistrat pourra toujours prouver par A+B que la force employée n’était pas absolument nécessaire. Un juridisme de pacotille, et une perte de la volonté farouche de défendre dans certains cas des éléments vitaux quitte à employer la force létale, sont à l’origine de cette formulation que je trouve scandaleuse pour le pauvre gars qui se retrouve sentinelle, et avec une mission impossible à remplir puisqu’il n’a pas les moyens de le faire. Autrement dit, il s’agit encore d’une manifestation de la dévirilisation mentionnée par ailleurs.

          1. Scarlet Pimpernel

            illo tempore… 1974… je gardais des hangars immenses bourrés de matériel qui auraient bien fait rire les Russes : il y avait encore des GMC de la 2° GM, des mono BMW 250cc, et même, je crois, des Dodge 6×6… on m’avait donné une Mat 49, mais bizarrement sans munitions… comme je suis un grand distrait, j’avais retrouvé dans mes poches une ou deux poignées de 9 para non tirées lors des exercices au stand… alors, ma Mat était approvisionnée… quelques mois auparavant, la « bande à Baader » avait attaqué des soldats des FFA pour voler leurs armes… ils ne m’ont jamais attaqué… Ils devaient se méfier…

  21. WSHTF

    Tout d’abord cela fait 40 ans que l’on nous bassine avec « l’égalité des sexes »; nous sommes égaux; elle a donc les mêmes muscles (les mêmes cou…)………qu’elle se débrouille.

    ensuite pourquoi risquer sa tranquillité face : aux tracas administratifs; blessure, représailles, GAV (hé oui on peut finir en GAV pour moins que cela….)

    enfin l’impression générale donnée par la justice en france n’est pas favorable à l’individu courageux donc on laisse faire. Il arrive parfois que l’on peut à peu de frais corriger une pépite nuisible mais avec l’installation de caméras cela devient difficile et surtout la machine judiciaire et policière se retourne avec tous ses moyens contre nous.

    Donc la france ne manque pas d’individus courageux mais ils font des choix comme d’autres (politiques magistrats etc ) font d’autres choix qui guide vers la lumière notre société ».

  22. Guillaume_rc

    Et quand un immigré catalan dépouille les vieux de leur pension de retraite sans que personne ne moufte, qu’est-ce qu’ils disent le proc’ et Mme Rossignol ?

    Personne n’intervient ?

    Il y a lâcheté collective ?

    1. Caton

      Euh, non. L’immigré catalan en question continue à dépouiller les entreprises, les artisans et les employés et en reverse une partie à des vieux sous prétexte de « pension de retraite ». La seule chose qui a changé c’est qu’il va garder un peu plus du pognon qu’il me pique.

  23. GG

    Un doyen m’avait confié un jour très sérieusement qu’un des traits de la société actuelle qui le frappait le plus, c’était le manque de courage physique.

    1. Fredzer

      Oui, même quand il s’agit de simplement bloquer l’accès à un malotru dans un train. Dans un train banlieue Paris la semaine dernière, un homme entre et commence un prêche en gueulant (« Dieu est grand, etc. etc. »). Je vais le voir et lui demande de cesser ce vacarme: il ne me regarde même pas et continue à crier sa foi.. 10 minutes plus tard, je me lève à nouveau et, le temps d’arriver jusqu’à lui (rame ouverte, tout le train l’entendait), j’arrive à convaincre 2 bons gars de m’aider à le mettre hors du train au prochain arrêt en disant que si nous étions cinq, nous réussirions sans doute à le mettre dehors et à l’empêcher de rentrer de nouveau.
      La rame étant bondée, 2 n’était déjà pas un joli succès, mais alors en arrivant et en lui demandant de sortir, un 4ème larron vient nous voir et nous dit de ne pas le sortir, qu’il a le droit de rester dans le train comme tout le monde. Je n’en suis pas revenu, et ai fini par aller me rasseoir (quelques personnes m’ont dit en passant qu’elles n’étaient pas d’accord avec ce qu’on avait eu l’intention de faire.. J’ai répondu que ce n’est pas parce qu’on avait délégué tous nos pouvoirs à la police qu’il fallait se laisser emmerder à ce point). J’ai appris que ce lascar avait emmerdé la rame déjà deux fois dans la même semaine.

      Je suis sûr que si le prêcheur n’avait pas été une chance pour la France, nous aurions été plus que trois.. D’ailleurs, son défenseur en était aussi une, et devait se sentir so so solidaire.

      Je suis certain qu’il y a 50 ans, personne n’aurait tergiversé et il aurait été jeté dehors sans chichi ni second thought!

      CPETF

    1. bob razovski

      Rohhhh, excellent le lien 😉

      zone sans relou ? Quand le n’importe quoi passe la vitesse supérieure !

      1. gameover

        Bah, pas forcément n’importe quoi. Ce sont des citoyens qui s’organisent même si ça prête à sourire.
        Y a pas une grande différence avec la milice du métro de Lille.
        Le début du libéralisme ?

  24. Jesrad

    Heureusement, il reste encore malgré tout en France quelques dangereux anarchistes pour intervenir et interrompre les agressions et autres crimes au mépris des monopoles de l’état sur la violence et sur le port d’armes.

    Cela ne tient qu’à chacun de nous.

    1. petit-chat

      Et ils se retrouvent au tribunal, accusés par leurs « victimes », à payer force amende, voire pension à vie.
      Certains bijoutiers pourraient en parler, et sans être anarchistes.

  25. LaM

    En même temps la plupart des jeunes hommes « non issus de l’immigration » sont devenus de telles fiottes que j’imagine mal une quelconque intervention musclée de la part de ces braves garçons.

    1. Nemrod

      Meuh non.
      A 10 contre un comme vos virils « djeuns » ils bastonnent allègrement.
      Voyez les « supporters » de foot.

  26. Ayunkel

    Oui, un magnifique exemple de pensée circulaire car si l’on rentre dans ce système de pensé qui cherche a blâmer l’environnement en plus du coupable, je trouve que l’on a très très peu parlé des agents de surveillance qui sont censés regarder les milliers de caméras pour justement prévenir ce genre de chose. Voir même ils sont payés pour cela, mais ce sont des fonctionnaires donc des gentils et donc qui ne peuvent porter une part de la responsabilité de ce fait divers, c’est donc forcément les autres voyageurs les coupables désignés.

  27. val

    Il y a des années (99), vivant a l’étranger et de passage pour les fêtes à Paris , j’ai assisté un premier de l’an a une scène qui m’avait paru incroyable :
    Delanoe avait pour la premiere fois rendu les transports gratuits pour la nouvelle année.
    Les gens (dont nous) avaient donc en masse utilisé le métro pour sortir.
    Surprise surprise , le métro avait fermé ses grilles comme de juste et comme d’habitude vers 12h !!! Comme chacun sait , le 31/12 , tout le monde rentre chez soi à 11h ….. ???!!!!
    Tout le monde s ‘est donc retrouvé à faire la queue qui aux bus qui aux taxis .
    Les bus sont arrivés plus vite …. je crois que personne ne sera surpris sur cet espace de vie (merci H)
    Pendant que les gens faisaient la queue , des djeunes des banlieues en profitaient pour faire les poches de certains en bandes , à la manière de charognards entourant les gens et distrayant leur attention, un homme qui venait de se faire dérober son portable s’en plaint à un groupe de policiers passant par la . Les flics ont fait les sourds et mal comprenants , devant la colère et l’insistance de l’homme , les flics ont demandé si l’homme qui désignait les jeunes avait des preuves contre eux , et comme il n’a pu en fournir , ils lui ont dit d’arrêter son tapage et qu’ils allaient l’embarquer s’il persistait pour cause de desordre public.
    Les flics ont ignoré les jeunes , pas un mot , pas un regard.
    Les jeunes ont pu recommencer leur manège , sourire au lèvres.
    Nous sommes rentrés à pieds , à 6h du matin.
    A certains endroits de Paris , le bon peuple hagard et ivre de fatigue faisait la queue devant les arrêts de bus , par centaines , des cordons de CRS plantés devant eux pour éviter qu’ils fassent du tapage .Les flics , en fait étaient là , veillant à ce que le bon peuple se tienne tranquille. On voyait des femmes tomber dans les pommes n ‘en pouvant plus .
    Voila l’image qu’a donné ce soir la notre pauvre pays. Pour moi vivant à l’étranger , je n’ai plus reconnu mon pays .
    Je me suis dit alors que cela devait être une horrible farce et que j’avais rêvé .
    Rentrée au pays actuellement , je me dis juste que non , c ‘est vraiment ce qu’il est devenu.

    1. carpe diem

      Et c’est bien pire encore pour qui se renseigne un peu : dans la région Nantaise (au fait on ne voir plus l’Endive sur Nantes, il doit se remettre de son ministère, tout chamboulé) nos amis les manouches menacent de mort depuis des mois les pêcheurs en Loire professionnels (avec licence ), notamment un qu’ils persécutent régulièrement car il leur tient tête, il a eu ses bateaux dégradés, son véhicule utilitaire jeté dans le fleuve et j’en passe. Dans l’indifférence totale de la gendarmerie, on lui a conseillé de ….déménager car sa vie et celle de sa famille sont en jeu.Les manouches veulent avoir la main mise sur la Loire pour pêcher sans aucune autorisation et vendre , surtout les civelles, à prix d’or. Les artisans et agriculteurs-maraîchers du coin sont a bout: l’un a tiré sur un véhicule qui fonçait sur lui dans l’enceinte de sont entreprise, les flics l’ont arrêté et il écope d’une amende, et d’un sermon. Les voleurs : rien.

      1. gameover

        En transposant : les pécheurs avec licence ce sont les taxis, les manouches les VTC, les poissons le client, la rivière la rue.

        La question est donc : ils appâtent ou pas ?

        1. Nyamba

          Je ne connais pas bien ce milieu mais y a-t-il une limite au nombre de licences de pêche délivrées ? Des dispositions particulières qui rendraient l’activité inaccessible en l’état à qui souhaite la pratiquer ?
          Dans la négative, je ne suis pas sûre que la transposition directe de l’exemple soit possible…

            1. Nyamba

              Bien vu l’article. Vu le statut très sensible de l’anguille européenne, et avec des pêcheurs professionnels qui jouent le jeu (à priori, hein), je reste quand même réservée sur la façon d’appréhender les deux problèmes – peut-on comparer l’exploitation d’une ressource naturelle fragile (si, elle est fragile, l’anguille, d’abord !) avec celle d’un pool de clients potentiels pour une course ?

              Je crois qu’en l’état actuel des choses, les quotas dans le cadre des pêcheries sont encore nécessaires (si tant est que les contrôles sont efficients et que tous le monde joue selon les mêmes règles…). Cette opinion est probablement biaisée, ici certains braconniers sont tellement vifs d’esprit qu’ils sont prêts à assécher ou empoisonner (ou les deux) entièrement une rivière pour grappiller quelques centaines d’euros. Le long terme, le prélèvement raisonné des ressources, ils n’en ont rien à branler… Donc si les manouches dont il est question sont de cet acabit, je conçois que les tensions soient vives avec ceux qui ont un réel souci de leur activité.

            2. gameover

              J’avoue que j’ai un petit problème avec la protection des ressources telle qu’on la pratique.

              Sans vouloir utiliser la facilité on a protéger les sangliers fut un temps et on ne sait plus quoi en faire.

              Dans le cas de cette civelle il ne me semble pas que les techniques de pêche aient beaucoup changé et il ne me semble pas non plus qu’il était nécessaire de mettre en place un observatoire.

              Le problème vient certainement que la ressource est publique. Pourquoi pas une concession PAYANTE du territoire limité pour une durée de 10 ans à une organisation privée qui se débrouille pour gérer cette ressource suivant ses critères puisque ce serait leur intérêt d’en prendre soin et de faire respecter leur droit.

              et 10 ans après on voit si on reconduit ou si on remet ça aux enchères.

            3. Nyamba

              A brûle-chemise comme ça, j’adhère à cette idée. C’est ce qui se passe, peu ou prou – et en théorie – avec les pêcheurs en eau douce. Le jeu se complique avec les syndicats de rivière qui, sur le principe, auraient pu marcher si on n’était pas en fRance. Je devrais mieux me renseigner sur le sujet, mais les spécificités réunionnaises mobilisent déjà toutes mes réserves de patience :/ …

    2. Nocte

      C’était lié aux instructions du préfet et non une volonté des flics, loin de moi l’idée de les dédouaner, hein, mais oui les ordres venaient du préfet et donc très probablement du ministère.

  28. Serpico

    Petite description, en tant qu’habitant à Lille, du métro. Effectivement, le soir, ça craint un peu, comme j’ai pu te le dire par mail.

    En somme, passé 22h et à certains endroits (si des lillois me lisent, coucou Porte d’Arras, de Douai et Lille Flandres), le métro se remplit de clochards complètement ivres qui veulent se battre, de Bjorns qui fument des joints et qui regardent mal tout le monde en crachant partout par terre et autres joyeusetés dans le style.

    Le plus amusant, c’est que Transpole, la boîte qui gère le réseau bus/tram/métro de l’agglomération lilloise, a embauché des tonnes de types pas super utiles qui sont là pour faire de la « médiation » et de la « prévention » (pour les lillois, je parle des types en orange). On les voit toutes la journée, un peu comme les contrôleurs qui sont là régulièrement.
    Mais le soir, et dès qu’il y a un problème, ils disparaissent magiquement. Tous. Et on est seul dans la merde.

    Zéro sécurité. C’est de la couille en boîte un peu. Dommage, le réseau métro est très pratique et, somme toute, assez efficace.

    1. Serpico

      Et par ailleurs, quand j’évoque les Bjorns, le soir, ce ne sont pas toujours les petites frappes habituelles qu’on croise… Toute la journée, mais des types souvent plus craignos.

    2. Ano59

      Les gars en orange, la fameuse « Prévention Transpole » ! Je les avais complètement oubliés tellement ils font partie du décor !!

      Pour les non-Lillois, dans notre bon vieux métro on a deux façons d’imposer la sécurité. Celle « de droite » c’est la vidéosurveillance avec personne ou presque pour regarder les images. Celle de gauche est encore plus croustillante : on embauche des gens juste pour…être présents dans les transports plus ou moins aléatoirement (mais moins souvent à 23H00 certes). Leur présence est censée dissuader la délinquance, en dehors de ça ils ont les mêmes droits que des vigiles privés c’est à dire pas grand chose (sauf que leur fiche de poste ne doit même pas requérir d’assurer activement la sécurité).

      Être payé pour être présent, c’est merveilleux.

  29. nononimous

    Exélent, a lire aussi: « rescapé du camp 14 » l’histoire d’un nord coréen évadé de son camp …. On retrouve à peu prés les mêmes comportements, disparition de la solidarité, indifférence, … comme quoi, le socialisme ne rend pas humaniste ….

  30. André Rosa

    Les valeurs chevaleresques font partie de mon bagage culturel et comme j’enseigne dans un établissement privé hors-contrat, je peux les faire connaître à mes élèves, par la littérature.

    Mais les « imposer » aux autres, est-ce conforme à la République laïque, une, indivisible et vivrensembliste? Hors du sacro-saint relativisme, rien n’est universel aujourd’hui. De quel droit déranger ce couple sado-masochiste qui s’amuse dans le métro?

    Circulez, y’a rien à voir. Rentrez chez vous, braves gens.

  31. kloupa

    D’ailleurs, on se demande ce qu’aurait fait en situation ce procureur donneur de leçon? Mais peut-être ne prend-il jamais le métro? La plupart de nos dirigeants ont maintenant peur du peuple, et bien sûr, pas question pour eux d’affronter leur peur; la peur, c’est pour les plébéiens, qui font l’objet de tout leur mépris! Eux, quand ils n’ont pas d’autre choix, ils faut bien qu’ils y vivent dans ces cités de non-droit, et qu’ils prennent les transports en serrant les fesses!

  32. G. Boyer

    Ce procureur, dans la mesure où il marche sur la tête, n’aurait pas fait mieux que les témoins empêchés d’agir.
    Les français sont empêchés d’agir pas seulement parce que ces faits deviennent HABITUELS, mais parce qu’on les a soumis, par la force (la force de l’anathème sur eux, la force des tribunaux contre eux), à une loi incontournable : il y a des intouchables.
    Les personnes en danger, ce sont les français, les françaises ayant un traitement particulier dans la mesure où s’y ajoute une connotation sexuelle.
    La responsabilité de notre mise en danger revient à la parole présidentielle qui ne cesse de nous désigner, sur tous les tons, pour tous les lieux et pour tous les temps, comme des coupables à abattre.
    Si les français sont matériellement cloués sur place, c’est par le discours hollandais.

    1. toufou

      C’est plus simple.
      Laissons la police faire son travail. Assurons nous que les juges prononcent les peines prévues (en remaniant le CSM s’il y a un problème à ce niveau là) puis assurons nous que ces peines soient effectivement et totalement exécutées.
      Ca evitera déjà que beaucoup de multirecidivistes se balladent dans les rues. Ca leur evitera de faire de la mauvaise pub à ceux qui n’ont pas encore choisi la voie de la criminalité.
      Quand on s’occupe de la criminalité, elle baisse. Cf New York.

      Si les gens sont cloués sur place, c’est parce qu’il savent que s’ils agissent, ils auront des soucis derriere au lieu d’etre félicités et remerciés.

      Le discour de Hollande n’a aucune incidence, ni positive, ni negative. Tout le monde s’en f…

      1. G. Boyer

        « si les gens sont cloués sur place c’est parce qu’ils savent que s’ils agissent ils auront des soucis au lieu d’être félicités et remerciés »
        Nous avons l’expérience de l’insécurité dans la réalité. Et nous savons que nous ne devons pas nous défendre à cause des discours qui pleuvent sur nous, d’en haut.
        Le discours de hollande donne le ton des autres discours. Notamment celui du procureur, qui sait qui il peut publiquement vilipender.

  33. toufou

    La sécurité. Clairement les français demandent des mesures. Et depuis longtemps. Les prisons sont pleines et les peines prononcées ne sont plus appliquées, ce qui poussent ensuite les juges à prononcer des peines « édulcorées » et ce qui pousse au final les flics à baisser les bras faute de voir les personnes interpelées incarcérées. Tout s’enchaine.

    La droite, notamment Sarko, s’est fait élir à plusieurs reprises sur des promesses. Au lieu de construire des prisons, ils ont mis des radars sur le bord des routes. Sarkozy en 2007 avait parfaitement identifié l’attente des français mais il a déçu lourdement. Rien d’étonnant à ce que Hollande ait été élu par défaut.

  34. BRI-Gnoles

    A la fin d’une pénible journée de labeur, dans cette ville sans métro du sud de la France où Sarko est venu mesurer la responsabilité qui fut la sienne dans les circonstances exceptionnelles où nous nous trouvions, et suite à une sauvage altercation avec un jeune et gaillard norvégien (ou peut être était-ce un auvergnat) en pleine rue bien populaire, je décidais spontanément d’exprimer mon mécontentement autrement que par des mots.
    C’est devant 2 ou 3 caméras de vidéo surveillance + une trentaine de passants pas spécialement acquis à ma cause que j’ai formulé ma très vive contrariété.
    Le bitume a eu le temps de changer de couleur : personne n’est intervenu.

  35. Kuing Yamang

    Le truc c’est que si tu vas aider la nana, c’est soit toi qui te prends un coup de couteau soit tu cognes l’agresseur et il porte plainte et c’est toi qui va en taule.
    Si le mec emmerde mes proches, pas de problème, je le défonce même si je morfle ensuite par contre si c’est pour aider une nana lambda (qui semble être un peu pétasse), bof, me prendre un coup de couteau ou un procès parce que j’ai cogné l’agresseur, ça me m’intéresse pas. Et puis c’est le job de la police, si je dois faire le job de la police, je ne veux plus payer d’impôt pour financer une police qui ne fait pas son job.
    Pourquoi appeler la police qui comme d’habitude mettra 30 minutes à venir ? C’est tout de suite que cette fille est agressée, pas dans 30 minutes, donc si tu veux l’aider, tu te prendras ton coup du couteau si tu perds et si tu gagnes, le mec portera plainte pour coups et blessures et t’auras ton procès (et la fille agressée ne te remerciera même pas quand tu seras en taule).
    Perso, j’interviens si mes proches sont agressés, sinon je laisse la générosité socialiste agir pour cette nana, je garde les coups de couteau ou les procès contre moi pour ceux que j’aime. ^^
    En plus si tu aides un(e) inconnu(e) en France il y a plus de chance que tu aides un(e) socialiste qu’une autre personne, donc tu as une grande probabilité d’aider une personne qui ne pense qu’à te piquer ton fric.
    C’est d’ailleurs aussi pour ça que je ne donne plus mon sang depuis disons une quinzaine d’années (depuis que j’ai compris qu’il y avait pas mal de probabilité que je donne mon sang à quelqu’un qui me suce déjà via les impôts).
    En France, on empêche les honnêtes gens d’être armés et ensuite on leur reproche via les médias de ne pas intervenir quand une fille se fait emmerder par un mec qui lui ne se gênerait pas pour être armé et te fumer si tu l’embêtes.
    J’ai même vu aux infos un rond de cuir des politiciens du coin (Lille) qui n’a jamais dû mettre les pieds de sa vie dans le métro aux heures de pointe dire que les caméras ont tout filmé et que donc ils allaient rechercher les gens qui n’ont pas risqué leur peau pour une inconnue ou un procès pour avoir cogné l’agresseur. Et donc qu’ils allaient les attaquer pour non-assistance à personne en danger. Le problème est qu’en France quand tu assistes quelqu’un en danger, c’est toi-même que tu mets en danger, le serpent se mord la queue.
    Un jour à Lyon, quand j’étais étudiant et de sortie (fiesta), je suis intervenu Place des Terreaux dans une altercation pour aider deux minettes qui se faisaient emmerder par des connards, je me suis fait cogner et mettre à terre puis coups de pieds dans les côtes par trois des mecs qui les emmerdaient, ça m’a coûté ma soirée, plus deux côtes fêlées et des bleus sur le visage et bien sûr les nanas ne sont pas restées pour me dire merci, même si ce n’est pas ce que j’attendais d’elles, alors le Ducon du «ministère public» qui dit qu’il va y avoir des poursuites envers les gens qui n’ont pas voulu se prendre un coup de couteau pour aider une pétasse, je l’emmerde profondément.

    1. gameover

      « si c’est pour aider une nana lambda (qui semble être un peu pétasse), bof  »

      Comme je disais hier, c’est bon, on peut violer les moches, personne ne bougera !

      MDR sur l’aide possible à un socialiste si ça tombe et aussi sur le don du sang. On n’y pense pas assez.

      1. Kuing

        J’ai pas dit qu’elle était moche, hein ^^ … mais qu’elle semblait être un peu pétasse. 😉

    2. Tom P

      En espérant que le jour ou vous aurez besoin de sang les socialistes qui le donnent seront plus intelligent que votre remarque.
      Je suis d’accord sur tout le reste. Mais cette remarque, je la trouve particulièrement déplacée.

      1. gameover

        C’est bien le seul truc qu’ils donnent… :mrgreen: m’étonnerait pas qu’ils viennent pour le casse-croûte, tiens.

        Perso je suis pour le don contre monnaie sonnante et trébuchante vu le pognon que d’autres se font sur votre dos. Y a pas de raison.

        Bon je vous laisse, je vais me faire pomper et apès je vais faire les courses (dans l’ordre).

      2. Kuing

        Je préfère crever que recevoir leur sang, de toute façon on meurt tous un jour, autant mourir dignement que vivre dans la honte.

  36. Word

    Une réaction de la première dame de la capitale des Flandres ? Une vision bisounours de la justice et une politique en faveur des caméras de surveillance ne semble pas efficace:

    http://www.metronews.fr/lille/lille-les-usagers-denoncent-le-manque-de-securite-dans-le-metro/mndy!z9kjC8QhtE80A/

    Et qu’est ce que c’est que ces médiateurs ? La jeune fille pose bien la question dans l’article. UN passager pose problème mais c’est elle que l’on met dehors.

    Par ailleurs personne ne poses cette question: comment une agression a pu ne pas être vu pendant 30 minutes par les services de sécurité du métro ?

    1. gameover

      J’ai entendu qu’il y avait 1000 caméras et seulement 30 écrans.
      Il existe des logiciels qui permettent de switcher les écrans automatiquement sur une zone quand il y a des mouvements de foule ou des cris ou une situation anormale genre passagers anormalement répartis dans une rame ou sur un quai. Ces logiciels fonctionnent par auto-apprentissage en fonction des réponses de l’opérateur à des situations « anormales ».

      M’étonnerait qu’il y en ait en service en france. Mais dans tous les cas ça ne sera jamais la panacée permettant de s’affranchir d’une police car ce ne sont pas les caméras qui courront après les personnes indésirables.

  37. guitou73

    Absolument d’accord avec toi H16 comme d’hab’ comme avec la plupart des commentaires. Voyageant beaucoup pour mon taf, je suis toujours frappé du niveau d’insécurité, d’incivilité du métro et plus généralement de la rue française, largement supérieur à ce que je peux voir dans les grandes capitales que je visite. La lâcheté et l’irresponsabilité ont été institutionalisées.

  38. Petitpatapon

    J’ai eu récemment un client qui s’est fait cambrioler de nuit pendant qu’il dormait. Ayant entendu la porte claquer, il est descendu avec son fusil. Les malfrats étaient déjà partis emportant au passage quelques biens, il a donc contacté la police. Lorsque les agents sont arrivés sur place, ils ont vu le fusil et ont commencé par lui faire un sermon. CPEF

  39. Sanksion

    Ca fait flipper cette apathie. Mais pas besoin d’agresseur. J’ai vu un motard se planter, qu’ont fait les gens ? Un détour pour rouler. Pas un pour s’arrêter, éventuellement prendre 30 minutes de retard (que j’ai pris) pour tenir compagnie a un mec qui agonise en attendant les secours. Alors une personne en danger avec un agresseur sur le dos, elle peut mourir personne ne sourcillerait. Pays de merde.

    1. GG

      😀

      L’autre jour, en moto, je stoppe courtoisement à un passage piéton pour laisser passer deux dames. Je freine ostensiblement en les regardant dans les yeux avec un petit coup de tête, style « allez-y madame ».
      Pas de bol il venait de pleuvoir, revêtement glissant à cette endroit et je ne devais pas être réveillé, bref je bloque la roue avant et je m’étale devant les clous.

      Vous croyez que ces deux pouffiasses en doudoune rose se seraient enquises de mon état ? Que nenni elles ont traversé et se sont barré sans m’accorder un regard… J’ai hésité à revenir le lendemain à la même heure pour leur dire leur fait mais bon, ‘il faut être économe de son mépris’ !

      1. Sanksion

        C’est ce qui me laisse penser que les éventuels problèmes juridiques sont la pour rationaliser l’absence de réaction. C’est une justification pourrie pour des gens pourris.

      2. Nyamba

        COMMENT ?! Elles n’avaient même pas ri ? Sérieux, j’en aurais pleuré d’hilarité 🙂

        1. Nyamba

          … et ensuite, en l’absence de réaction de ta part, je me serais probablement enquise de ta santé… Je ne suis pas un monstre !

            1. Aristarque

              L’ une ou l’ autre, c’est rien que du bonheur que de lancer un appât à votre endroit! Ça mord dans les dix minutes!… 😆

            2. Nyamba

              J’ai bien envie de vous donner tort et ne pas mordre, mais… je suis obligée de poser la question : punir les méchants garçons, quel que soit leur âge, je croyais que c’était un truc que vous appréciez, vous autres du genre 2 ?
              Aurais-je été mal renseignée ?

            1. GG

              Tu ne crois pas si bien dire, dans la même commune à quelques centaines de mètres de là, il y a un grand et magnifique rond-point que j’emprunte régulièrement.

              Depuis 3 mois, à la suite de je ne sais quoi (un accident ?), le rond-point est maintenant solidement encadré par… des feux de circulation !

              Peut-être un élu pense-t-il que (dépense inutile + dépense inutile) = 0 ?

            2. Aristarque

              Il y a la même chose en sortie de la N7 à Evry. Ce qui occasionne des bouchons quand les feux fonctionnent… Sont cons, les automobilistes! Heureusement que Manouel V. pensait pour eux… 😈

            3. gameover

              Oui il y a ça qu’a poussé chez moi aussi, des feux au rond point.

              Fut un temps les communes étaient classées en fonction du nombre de feux tricolores et ça donnait droit à des subventions pour une piscine par exemple.

              Pour les feux tricolores et l’éclirage public, c’est le SICECO qui accorde les subventions (50% du devis)… euh… c’est le SICECO qui fait les devis aussi.

              Et en plus c’est clairement écrit…

              http://www.siceco.fr/activites/eclairage-public.0_3_96681_.php

        1. GG

          J’étais stupéfait et je les aurais bien rattrapée mais elles s’éloignaient déjà et y avait le bidule à redresser 🙂

            1. Scarlet Pimpernel

              blague graveleuse, du genre de celle qui se racontait à propos d’un député appelé Coudé du Foresto qui, abordé par une prostituée, lui répondit : « Mais vous n’y pensez pas, madame, je suis Coudé du Foresto ! » Elle répliqua ingénument : « T’inquiète, on s’arrangera quand même ! »

      3. Aristarque

        Il m’ arrive volontiers de céder priorité pour permettre à un non prioritaire de libérer le passage (cas typique de la voiture qui veut tourner à gauche et bloque tout le monde). J’ai constaté depuis longtemps que ce sont les mâles, théoriquement ceci ou cela de pas bien ni bisounours, qui remerciaient le plus volontiers et le plus largement, cette obligeance. Ayant invité ma moitié qui le contestait à l’ expérimenter par elle-même, elle a bien dû venir à résipiscence à ce propos….

          1. Aristarque

            Petit rappel, le genre 1, bien qu’ apparu le second, est devenu l’ égal, au minimum, du genre 2, bien qu’ apparu en premier. La galanterie appartient donc au passé, comme marque d’une infériorité…

        1. Nyamba

          Je remercie toujours l’amabilité, y compris lorsque le geste s’avère au final parfaitement contraire au bon sens (du genre création d’un mini-embouteillage uniquement pour que je puisse passer… souvent les hommes qui font ça…). J’injurie aussi copieusement les crétins qui font exprès de ne pas céder lorsque ça ne leur coûte ni temps, ni énergie supplémentaire (souvent des femmes, d’ailleurs…).
          Tout ça pour dire que les femmes au volant… pfff, n’est-ce pas ? :mrgreen:

        2. gameover

          Oui je suis d’accord Harry : je dis plus souvent pétasse que connard dans ces situations.

  40. Ladioss

    Pas la peine de chercher des excuses ad vitam eternam : l’attitude à avoir dans une telle situation, c’est de casser la tête à l’agresseur, et surtout derrière de se casser sans attendre l’arrivée des forces de l’ordre.

      1. Kazar

        Retrouver quelqu’un qui n’est pas fiché, donc anonyme, dans un tel cas, ce n’est pas de la tarte, surtout en fonction de la qualité de la vidéo…

        1. Nocte

          Si vous êtes un habitué et qu’il y a des systèmes comme navigo à paris, croire que vous êtes anonyme c’est être naïf.

    1. Kazar

      Petit conseil : aller tout de suite porter plainte contre l’agresseur, en biaisant légèrement la réalité, vous aurez moins de chances d’être emmerdé.

  41. LeRus

    J’hésite lorsque j’entends des histoires pareilles. J’hésite entre les options qui attirent le plus.

    Je pense qu’une solution (pas la seule, mais une), serait la vengeance privée, du type Shaft. Pas une équipe d’auto-défense, mais un type, qui place une balle dans la tête (ou ici le genou) des individus qui pourrissent la vie des gens et se sentent intouchable. Un ancien flic ayant accès au dossier serait pour moi un vrai héro. Le violeurs seraient pour moi les première cible. Pas de possibilité de récidive. Jamais.

    4-5 cadavres exquis retrouvés par les compagnons de violence font réfléchir. Drôle, personne ne vole la voiture de Don Corleone ni ne touche à sa fille.

    Mais, c’est pas bisou-compatible du tout bien sur.

    1. gem

      Don Corleone c’est pas l’exemple tip top, vu que sa fille chérie se fait buter.

      Et puis on l’oublie, mais une bonne réponse proportionnée suffit à éviter d’en venir à ces extrémités. La petite frappe qui s’est pris quelques baignes au bon moment est moins faraude, moins dangereuse.

      1. LeRus

        Ah, forcément, la violence appelle la violence. C’est pour cela que j’affectionne l’idée de justicier de l’hombre. (et pour Shaft, quelle musique!)

        Je me suis laisser dire que certains policiers se laissaient aller à une sorte de justice parallèle lorsqu’une ordure s’en sortait grâce à un vice de forme ou quelque chose comme ça. On n’en parle gère, c’est que tout le monde doit y trouver son compte.

        1. petit-chat

          Il y a aussi la suite « Inspecteur Harry » qui n’est pas mal dans le genre policier efficace (Clint Eastwood), et la suite de « Un Justicier dans la Ville » (Charles Bronson), un citoyen qui en a ras le bol et décide d’épurer différentes villes américaines.

      2. LeRus

        Et oui, bien sur, ça doit être proportionné. Mais ça doit faire mal si on veut faire peur. Je parle de délits plus ou moins sérieux telles les agressions, pas les tags sur les murs ni les excès de vitesse.

        1. toufou

          C’est meme pas la force de la douleur, mais la certitude des poursuites, qui compte. Il n’est pas necessaire de promettre un mort attroce au malfrat, mais il doit être bien certain qu’on ne le lachera pas.

          Si au moindre petit larcin vous avez la moitié des flics de la ville à vos trousses pour vous faire payer une petite sanction, vous en aurez marre d’avance, vous faites autre chose.

          Or actuellement on est loin du compte. La police se fait jeter des pierres et passe la moitié de son temps derriere des jumelles. La justice prononce des peines qui ne sont pas executées en totalité, loin de là. Pire, le législateur semble plus se préoccuper de la défense du coupable que de la victime.

      1. gameover

        Oui mais il faut que tes parents aient été découpés devant toi dans une baignoire à la tronçonneuse, sinon ça marche pas dexter.

  42. JS

    Quand l’Etat s’occupe de tout, les citoyens ne s’occupent plus de rien…qu’ils se démerdent donc avec les problèmes qu’ils ont eux-même crées..

Les commentaires sont fermés.