La si délicate transparence patrimoniale de nos élus

En France, pour chaque problème, on peut trouver un Comité ou une Autorité qui s’emploie, avec autant d’application que d’abnégation, à en trouver une solution, fût-elle impraticable ou rigologène. Ainsi en va-t-il de la Transparence de la Vie Publique qui dispose même d’une Haute Autorité dont le travail consistera à rassembler les preuves de la bonne foi financière de nos élus. Tâche d’autant plus herculéenne que nos élus ne font guère d’efforts.

Cette année et après le tsunami de « renouvellement » à l’Assemblée nationale qui aura vu une proportion inquiétante de députés transformer leur socialisme affiché en petite randonnée pédestre et d’autres à s’improviser politiciens, c’est ainsi qu’on découvre qu’une partie d’entre eux, normalement tenus de déclarer clairement leur patrimoine à cette Haute Autorité, n’ont toujours pas rendu leur copie.

C’est gênant. Ils avaient jusqu’au 21 octopardon 21 août.

Ce petit dérapage de deux jourspardon deux mois concerne maintenant 13 députés qui n’ont pas réussi à remplir les deux formulaires demandés. Comme il se doit, la Haute Autorité (et une petite partie de la presse pas trop endormie) a fourni quelques uns des noms de ces députés, dont font partie Alexandre Freschi, Jean-Claude Leclabart, Julien Borowczyk ou Sophie Errante. Notons la présence d’une « insoumise », Bénédicte Taurine, qui montre que les cerfas transparents ne passeront pas par elle.

De façon nettement moins transparente, il semble que l’identité de sept députés parmi ces 13 soit à déterminer ; on frémit à l’idée que des têtes de liste ou des ténors de l’Assemblée pussent être présents dans cette funeste liste d’oublieux.

Par ailleurs, la Haute Autorité pointe de surcroît «des carences sur certaines rubriques qui paraissent peu ou mal prises en compte, par exemple s’agissant de l’identification des collaborateurs parlementaires et de leurs activités annexes». Rappelons que des dérapages, constatés dans le chef de certains anciens députés lancés inconsidérément dans la course présidentielle leur ont coûté l’Élysée ; il serait donc normal que, si ces omissions s’avéraient trop importantes, la justice, la presse, les médias sociaux et les meutes de chiens républicains soient proprement lâchés sur les impétrants pour qu’on en finisse une bonne fois pour toute avec ce genre de petits arrangements pas très Camp Du Bien dans l’esprit.

Concernant ces carences, on lira avec profit l’analyse de Regards Citoyens dont Le Parisien fait le compte-rendu. S’il ne ressort – comme d’habitude – rien de réellement répréhensible de l’exercice (ce qui rendra d’autant plus cocasse la découverte, dans quelques mois ou années, d’un nouveau cas de magouilles évidentes), il surnage malgré tout l’impression que nos députés n’aiment guère se livrer à cet exercice :

« Cela peut paraître pour de la mauvaise volonté dans ces cas plus que de la malhonnêteté. Il y a une obligation de sérieux lorsqu’on remplit ces déclarations sur l’honneur, et beaucoup n’aiment pas avoir de comptes à rendre. »

Volonté de ne pas vouloir rendre de comptes qui semble partagée bien au-delà de la seule Assemblée nationale française puisqu’on retrouve un problème équivalent au niveau européen : pour les députés européens, rendre public le détail de leurs dépenses et de leurs frais de fonctionnement constituerait une source trop importante de tracas pour eux et offrirait à la presse et aux groupes de pression un bien trop beau bâton pour les battre. A priori, on se demande bien pourquoi si nos députés sont aussi intègres qu’ils veulent le laisser croire…

Vraiment, qu’il est délicat de demander des comptes à ceux qui pondent les lois et peuvent, tous les jours, décider de ne pas s’y soumettre ! Rappelez-vous, d’ailleurs, que jusqu’à récemment, la divulgation des données patrimoniales de nos élus était passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 45 000 euros. La transparence, oui, mais surtout pas pour eux…

Et puis, qu’il est compliqué de demander un peu de transparence sur l’argent public qui est versé à ces dépositaires du suffrage universel ! Certes, on peut les comprendre : ces petites déclarations gênent d’autant plus nos députés qu’ils auront eu des discours enflammés contre les riches ou les privilégiés… Dont ils rejoignent les rangs dès qu’on épluche leurs déclarations patrimoniales, plaçant immédiatement leurs discours dans la catégorie des hypocrisies habituelles que ces arracheurs de dents professionnels tentent de nous faire passer pour des vérités intangibles.

Pour s’en convaincre, on pourrait éplucher, comme le fait Marianne, les us et coutumes de nos élus grandiloquents pour retrouver, encore une fois, ce sentiment de filoutage décontracté ; je me contenterai de noter l’art consommé dont fait preuve Alexis Corbière (un autre insoumis anti-capitaliste mais près de ses sous) dont la déclaration montre qu’il a travaillé pour deux organismes directement reliés à la sphère FI, Mediascop et l’Association de financement de la campagne, lui permettant d’empocher 2000 euros brut par mois pour chacun des postes en 2017, auxquels il faudra ajouter 3.013 euros net de la part de l’Éducation nationale comme professeur d’Histoire, et ce alors qu’il déclarait, contre toute vraisemblance, être « en disponibilité de l’Éducation nationale ».

Passons aussi rapidement sur les largesses du député Ruffin, lui aussi « insoumis » et délicieusement pratico-pratique lorsqu’il décide d’employer comme collaborateurs parlementaires plusieurs salariés du journal Fakir, fondé par l’élu. Rassurez-vous : le déontologue de l’Assemblée a tout fait accepté ce mélange des genres tant qu’il s’agissait d’un temps partiel (ben tiens), répartis à 20% pour Fakir et 80% pour l’Assemblée. On sera heureux d’apprendre que le contribuable ne subventionne pas le journal du député. Enfin, disons, pas plus que d’habitude aux travers des subventions à la presse, disons.

Comme quoi, il n’y a pas à tortiller, l’anticapitalisme … ça paye.

Mais soyons honnêtes : la mauvaise volonté affichée par les élus avec ces déclarations, leur façon de remplir parfois fantaisiste (foutaisiste ?) les petits cerfas administratifs qui rendront publiques leurs possessions et, incidemment, l’écart entre leurs discours et leurs comportements privés, tout cela n’est pas sans rappeler que tous, citoyens, aspirons effectivement à conserver ces éléments aussi privés que possible.

Or, s’il apparaît absolument normal qu’on impose une telle transparence sur les élus, qui sont après tout payés par et responsables de l’argent collecté de force (l’impôt), on oublie un peu vite que ce sont ces mêmes élus qui font absolument tout pour que la transparence fiscale soit imposée à ceux sur lesquels ils légifèrent : on ne compte plus les lois, règlements et cerfas à remplir pour s’assurer que tous vos émoluments, tout votre patrimoine et tous vos fonds soient connus de l’Etat, que vos paiements soient tous aussi traçables que possible et que l’argent liquide disparaisse (méchant cash que seuls les vendeurs de drogue, les trafiquants d’armes et les ministres des finances trimbalent dans des valises discrètes).

Autrement dit, les élus, jusqu’à récemment épargnés par ces fouilles invasives de leur domaine privé, se trouvent maintenant rattrapés par la tendance globale qu’ils ont eux-mêmes déclenchée sur leurs concitoyens, et s’en retrouvent agacés…

Je ne vais pas les plaindre.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires72

    1. panchovilla

      la phobie administrative de Thevenoud a fait l’objet de bien des commentaires des médias, qui ont à cette occasion démontré leur ignorance crasse. On passera sur les commentaires des Grands Guignols de RMC qui ne savaient que dire que « Manuel Valls ne serait pas content », (fin de l’analyse politique, et hop, emballé c’est pesé, où est-ce que je touche mon chèque ?) pour aller à l’essentiel : le code électoral stipule que tout candidat à l’élection doit être à jour de ses impôts. Point barre. Partant de là, si tel n’est pas le cas, le bureau de l’assemblée se réunit et transmet une demande d’annulation de l’élection au conseil constitutionnel. Si ça ne s’est pas fait c’est parce que la gauche et la droite complicesn’ont pas voulu que le FN gagne un siège supplémentaire.
      Dans le même genre la levée d’immunité de Collard pour un twittage de photo, et rien pour celui qui a mis dans le coma un opposant, à coups de casques sur la tête. Et là non plus pas d’indignation médiatique.
      Couler Fillon pour certains faits, OK, mais couler les Thénardier – Corbiere pour bien pire, certainement pas. Pas touche aux copains !

    1. Quand il s’agit de pognon public, rien n’est trop transparent. Et ainsi, cela fera réfléchir les aigrefins et trembler tous les autres. On ne devrait entrer en politique que la peur au ventre.

      1. jm

        Où on notera donc, pou la 15589 ème fois, que la pureté dont les « insoumis » se parent et se pâment est un foutage de gueule intégral…

        Mais dites nous donc h16, comment voyez vous une solution pour résoudre ce problème – et d’autres problèmes liés qu’on peut résumer par « quelques uns accèdent aux pouvoirs et décident en réalité entre eux de qui doit être puni ou non via des hautes autorités des commissions et autres arnaques d’entre soi » – ?

        Quelques phrases de vous?
        Quelques liens?

        Ps. Remarque sur faute lourde. Ce ne sont pas NOS députés, comptez.

    2. bibi

      Quand vous voyez que Bercy sait tout du patrimoine que vous détennez sur le sol de France, et que nos politichiens qui n’ont souvent eu que comme seul employeur l’état eux ne sont pas capables de remplir correctement leur déclaration de patrimoine sa laisse sans voix.

      Quand je n’aime pas les riches et la reine des neiges se permettent de sous-évaluer leur patrimoine pour échapper à l’ISF sans que Bercy ne trouve rien à y redire, on sait au moins que la place de ces gens là et de ceux qui les couvrent est en prison, mais faute d’y être il ne faudra pas s’étonner si sous peu ils finissent la tête au bout d’une pique.

      1. Aristarkke

        « se permettent de sous-évaluer leur patrimoine pour échapper à l’ISF »
        Et pas qu’un peu…
        – sous évaluation d’au moins de la moitié, leurs biens immobiliers achetés au début des années 90 n’ayant quasiment pas augmenté en 20 ans de hausse des prix immobiliers… Fatalitas…
        – sans parler, pour le calcul de l’ISF, de l’absence de jonction du patrimoine de Peak avec ceux de ses concubines successives alors que c’est la règle pour le bon peuple…

          1. Benway

            Ce serait pas plutôt Elevage Nefaste d Arnaqueurs?

            Que le patrimoine immobilier de Flamby ait perdu de sa valeur peut s expliquer: en sa qualité d amibe, qui vous dit qu’il n’y a pas quelques cellules générées par mitose qui traînent entre les lattes du plancher, des répliques flambyques qui se développent dans la plomberie? La mérule à côté c’est peanuts

  1. Aristarkke

    il semble que l’identité de sept députés parmi ces 13 soit à déterminer

    Issu.e.s de certaines catégories de personnels en grève de personnes qu’il ne faudrait pas stigmatiser???

  2. Aristarkke

    Monseigneur, seriez-vous fâché avec l’arithmétique la plus élémentaire :
    vous évoquez treize députés insoumis aux Cerfas, vous citez quatre noms puis un cinquième et indiquez ensuite que sept ne sont pas identifiables.

    Quel est donc celui connu dont vous ne révélez pourtant pas le nom puisque 4 + 1 + 7 = 12 et non 13 ???

    Un protégé, un sigisbée, une éminence grise que vous stipendiez pour avoir des infos du Parlement en première main ???

  3. hub

    L’idée qu’un homme qui se dévoue au bien commun doit être irréprochable date de la Révolution française. C’était faire place à l’hypocrisie. Les purs adorent l’hypocrisie.
    RIchelieu, Mazarin, pour ne citer qu’eux, confondaient aisément leur fortune et celle de l’état. Mais ils pouvaient à l’occasion payer de leur trésor une guerre, une armée, etc. Quitte ensuite à demander un taux d’intérêt exorbitant….
    Quoi de neuf? Du haut en bas, tout le monde essaie de dissimuler au maximum ses revenus, de diminuer la réalité de son capital.
    Ces messieurs dames parlent haut et fort d’honnêteté? de lutte contre la fraude? Quoi de neuf?
    Vouloir la transparence du pognon public? Oui, mille fois oui.

      1. Pat

        Les professionnels du syndicalisme sont comme Mélancon : une vie de « dévouement au petit peuple » fait que tout ce qu’ils peuvent se mettre dans la poche est amplement mérité.

      2. Gosseyn

        Mauvaise interprétation, à mon humble avis. C’est une lecture  »mainstream », alors que leurs comptes sont légalement accessible. Mais le dire en toute régularité nuirait à cette critique orientée. Et attention, hein, il n’y a pas que des syndicats de  »prolétaires » !
        Car que se passerait-il si l’on obligeait tous les syndicats à rendre publics tous leurs comptes ? Eh bien, il y aurait de telles manifestations pour que TOUS les comptes publics (Assemblées, communes, etc.) soient diffusés qu’un réel risque politique existerait : quel magouilleur politique voudrait voir passer ses comptes au crible de commissaires aux comptes adverses ? Aucun !
        L’argument des comptes syndicaux à diffuser est donc l’argument de gens qui ne veulent en aucun cas diffuser les leurs. Du billard ! Et eux sont loin d’être des syndicalistes, effectivement.

  4. Bonsaï

    Il est tout à fait normal que les députés qui jouissent par ailleurs de nombreux avantages, soient tenus de déclarer l’ensemble de leur portefeuille. Non mais., quelle idée de seulement en douter… une démocratie exige la probité de ses serviteurs qui sont par ailleurs fort bien traités !

        1. bibi

          C’est une remarque qui vaut pour n’importe quel régime que cela soit une dictature, une démocratie, une oligarchie, …
          Quand on demande aux gouvernants d’être exemplaires, c’est bien parce qu’ils sont incapables de faire ce pourquoi ils ont le pouvoir s’occuper convenablement du peuple qui pardonne bien plus facilement les travers de ceux qui ont le pouvoir quand ils font leur travail.

  5. Mildred

    Dans une République égalitaire, il y en a toujours qui sont plus égaux que les autres. Ne nous dites pas que vous le découvrez aujourd’hui ?

      1. Mildred

        La réponse à laquelle vous me renvoyez est, si je ne me trompe rédigée au mode conditionnel dont ma Grevisse dit : « présente l’action comme une éventualité ou comme la conséquence possible ou irréelle d’un fait supposé. »
        Le « fait supposé » ici, étant : « On ne devrait entrer en politique que la peur au ventre ».
        Regardez bien, au hasard, monsieur Darmanin, et dites-moi s’il vous donne l’impression d’avoir la peur au ventre ?

        1. Theo31

          C’est juste que ce gros sac a des gardes du corps et une voiture avec chauffeur pour lui éviter de se faire dérouiller par les gueux.

    1. Aristarkke

      Cela ne va pas en gêner beaucoup d’ entre eux puisqu’ils sont de plus en plus rares, ceux qui connaissent la notion d’ honneur autrement qu’en inscription dans un dictionnaire…

      1. bibi

        Vous êtes bien réducteur, la notion d’honneur ils la connaissent quand elle est accompagné du mot vin et des petits fours qui vont avec, sans oublier les putes de fin de soirée.

      2. Vodkaman

        Pour le coup, je serais effectivement plus enclin à croire un yakuza quand il mets son honneur en jeu qu’un politicien, même contraint à coup de taser dans les cou…s
        Ah, on me glisse dans l’oreillette que cette technique avoue ses limites avec les politiciens, du fait justement de l’absence de ces zones sensibles, fautes d’organes adaptés.

  6. Duff

    Via le compte twitter de Projet Arcadie, j’ai pu voir la liste des émoluments d’une autre insoumise, Clémentine Autain.

    Que des emplois manifestement fictifs ou du copinage avec l’éducation nationale pour finir comme Corbière. Personne ne s’étonnera que des gens aussi vicéralement attachés à la solidarité et au vivrensemble sont de gigantesques réceptacles à pognon publique. Insoumis peut être mais fortunés par la naïveté maladive de la bonne populace.

    1. Insoumis à droite, insoumis à gauche, c’est toujours insoumis de côté. Et d’insoumis de côté à un autre, on finit avec une fortune. Il n’y a pas de petit profit, jamais de petite épargne, même pour les insoumis.

      1. Mildred

        Mais puisque madame Bénédicte Taurine explique que « il n’y a pas de souci » et que « tout est clair », vous pourriez essayer de comprendre !

          1. Lorelei

            Je vais me servir de l’argument la prochaine fois qu’on m’obligera à payer taxes ou impôts par Internet.
            Et comme tout sera clair (c’est la faute à l’informatique), notre chère administration m’exonèrera de toute amende.

  7. sam00

    Et pendant ce temps, les obligation des employeurs fondent comme neige au soleil … non je plaisante:

    « Depuis le 24 septembre 2017, l’employeur doit informer chaque année les salariés, par tout moyen, de la disponibilité des adresses des organisations syndicales de salariés représentatives dans la branche dont relève l’entreprise sur le site internet du ministère du travail. »
    https://www.legisocial.fr/actualites-sociales/2395-nouvelle-obligation-information-charge-employeur.html

    1. Vodkaman

      la vraie simplification aurait pu être

      – tu aurais pu toucher : X
      – tu vas réellement toucher : Y
      – tu vas prendre dans une partie sensible de ton anatomie : Z = Y-X
      – bonus track : tu ne touches pas mais tu vas payer des impôts dessus…

  8. Gaeloup

    Les socialistes passés en marche après me font penser à ces restaurants chinois vendant une viande avariée et passant sous enseigne japonaise

      1. Pheldge

        ça se conçoit pourtant très bien : au lieu de manger du chien en côtelettes avec de la sauce d’huîtres, on te le prépare en sushis, mais ça reste du chien ! 😉

      2. Gaeloup

        La migration n’est pas plus difficile que celles de nos sociales passant sous obédience « en marche » et ployant le genou devant un dirigeant décrit comme libéral, banquier, venant du milieu de la finance. Tout est question de présentation mais les amateurs de sushi peuvent en effet faire la moue :o)))

  9. totor101

    Le patrimoine devrait être déclaré AVANT les élections !
    Au delà des opinions politiques, l’électeur devrait savoir qui est réellement le candidat …. est-ce un fauché de droite ou un milliardaire de gauche ? ? ? ?

  10. Guillaume_rc

    Concernant Corbière, c’est tellement gros que personne ne voit le scandale de départ.
    Il est logé en HLM. On le lui reproche et il dit que c’est normal, que c’était quand il n’était pas encore député et qu’il va déménager…
    Et la plupart des journalistes laissent passer.
    Alors que…
    Le patron nous informe qu’il gagnait très bien sa vie, sans parler de la rémunération de sa femme.
    C’est quand même curieux que personne ne souligne qu’avec cette rémunération il n’a strictement rien à faire en HLM !!!
    Et il donne des leçons de morale….
    Ce type est une ordure.

    1. Aristarkke

      Mettez vous un peu à sa place!
      Il a tellement eu de mal et de chance aussi pour décrocher un appartement dans sa barre d’ HLM blême que cela ne peut que le désoler de devoir la rendre, cette place si durement acquise…
      Et en plus au moment où l’ISF va taper dur sur l’immobilier….
      C’est ballot…

  11. panchovilla

    affaire Ferrand :

    il s’en sort tout beau tout propre parce que la justice a regardé là où on lui a dit de regarder, et que donc, effectivement, il n’y a ni abus de confiance ni escroquerie. Il a juste tordu le bras au code des marchés publics, mais ça personne ne le dit. Et pour moins que ça des petits maires se sont retrouvés devant M.le juge, et condamnés (pour une non-affaire où il n’y a même pas une faute de procédure on a sali Eric Woerth pendant des mois, alors que là, pour le coup, en regard de la réglementation des marchés, l’affaire Ferrand dépasse tout ce qu’on ait jamais vu….).

    C’est tellement énorme que je me demande comment après ça on pourra poursuivre quelqu’un pour une faute, voire une erreur comme ça arrive parfois, dans une procédure de marché public.

    1. Gosseyn

      Ne soyez pas mauvaise langue, l’intégrité de nos magistrats est comme celle de nos élus, totalement transparente, au point que vous n’arrivez même pas à la voir ! Intégrité et transparence, voilà les vraies valeurs françaises !

      1. lxy

        Même remarque. En droit des sociétés ça releverait de l’abus de bien social. L’affaire Ferrand souléve la question de ces multiples mutuelles sans aucun contrôle peuplées d’affairistes socialistes (vois Mnef avec DsK, Cambadélis,Harlem Désir, Julien Dray) qui s’en servent et se servent… Tout le monde se tient par la barbichette. Tous les citoyens et journalistes exemplaires se gardent bien d’y mettre le nez.

Laisser un commentaire