L’agonie rigolote du Parti Socialiste, sans la mort du socialisme

Il existe, en France, un parti dont le but est, tout à fait officiellement, de socialiser les moyens de production et d’échange pour transformer la société capitaliste en société collectiviste. Et bien qu’en pleine agonie, ce parti peut légitimement prétendre avoir atteint son but.

Question agonie, difficile de faire plus clair, même si l’aspect éminemment rigolo des claquements de portes fait oublier la situation catastrophique du Parti Socialiste.

C’est sans le moindre pincement au cœur qu’on apprend ainsi que Marie-Noëlle Lienemann quitte le Parti Socialiste, elle qui s’y est pourtant encartée au siècle dernier alors que Led Zeppelin était encore en phase active de production de tubes (ce qui ne nous rajeunit pas). Alors qu’on n’entendait plus aucun éléphant socialiste depuis des lustres, c’est donc à l’occasion de ce départ largement médiatisé qu’on se rappelle que ce parti ne fut pas toujours cette coquille vide gérée par des tierces-couteaux et autres pièces rapportées.

J’en veux pour preuve la raison même du départ de cette militante antédiluvienne qui parvient à faire parler d’elle (et du Parti) malgré son impact nul dans la vie politique française : elle suit dans sa démarche un certain Jean-Michel Maurel qui, lui aussi, fuit le parti.

Oui. Raphaël Mhorel.

Mais si, enfin, Samuel Morèle, ce député européen dont, au-delà du cercle extrêmement réduit de ses électeurs (qui ont glissé son nom dans l’urne par défaut ou sur un malentendu), personne n’a réellement entendu parler et dont le visage rond, l’absence totale d’aspérité, de passé politique palpable, de pensée propre ou de caractéristique un tant soit peu saillante lui permet de relever le défi de passer pour un François Hollande diaphane.

En tout cas, la presse a eu bien du mal à faire ses choux gras du départ moyennement fracassant de ce brave Mohreyl dont la moelleuse inutilité laisse tout le monde violemment indifférent…

Ou presque, puisqu’Olivier Phaure, un autre poids lourd du Parti, s’est vertement exprimé à son sujet et celui de Lienemann en qualifiant la démarche entreprise de « populiste » (oh !) …

La violence de ce qui a suivi aura laissé plus d’un commentateur totalement coi ou complètement occupé à autre chose. Il faut admettre qu’Olivier Fore n’est pas non plus très connu ni médiatique, et qu’on ne s’étonnera pas d’apprendre qu’on lui demande, assez régulièrement, sa carte de membre ainsi qu’une preuve quelconque un peu solide qu’il est bien, effectivement, premier secrétaire du Parti Socialiste (Wikipedia semble confirmer prudemment).

Il faut se rendre à l’évidence : alors que Lienemann qualifie le parti de « canard sans tête », les dix-huit derniers mois ont amplement montré que le Parti Socialiste n’a plus aucune existence concrète. Absence de programme clair, de têtes d’affiches médiatiques, sa présence à l’Assemblée Nationale est parfaitement anecdotique et, par voie de conséquence, ne représente plus que des entrefilets oscillants entre le navrant et le cocasse dans les pages locales des journaux.

À tel point d’ailleurs que ses finances l’obligent à ajuster sa masse salariale, ce qui ne manque pas d’occasionner quelques retours douloureux à la réalité tangible pour certains salariés qui imaginaient que le socialisme marchait pour de vrai.

Terrible constat : ce parti qui entendait gouverner la France et prendre des décisions (notamment économiques) pour son avenir s’est avéré totalement incapable de voir venir l’échec, de provisionner quelque peu pour un éventuel retournement de situation. Pire, lorsqu’il a fallu se séparer de plusieurs dizaines de salariés, les belles valeurs du parti se sont évaporées au profit d’un pragmatisme un peu rêche sur la couenne des concernés, qui avaient bien conscience de quitter un jardin d’Eden à base d’argent public :

« Conditions de travail, salaire, avantages sociaux, le paradis socialiste, on l’avait inventé : c’était à Solférino ! »

Mais voilà, c’est fini ! Les belles paroles socialistes, les belles valeurs humanistes des dirigeants du parti se sont effilochées sur les récifs de la réalité et d’un échec électoral cataclysmique. Triste constat : il n’y avait en fin de compte pas plus de « valeurs de solidarité » que de beurre en broche…

Pour résumer, le Parti Socialiste n’est plus vraiment un parti, et comme son socialisme s’arrête très vite dès qu’on rentre dans les difficultés concrètes, c’est – mieux qu’un canard sans tête – un couteau sans manche auquel il manque la lame.

En somme, le PS est-il vraiment en train de mourir ? Réjouissons-nous, cela semble assez bien engagé en effet.

Pourquoi s’en réjouir ? Est-ce seulement souhaitable ?

Évidemment oui, tant ce débris d’un autre siècle trimballait avec lui des élites surannées, tant il a démontré avoir gangrené la vie politique française avec ses idées économiquement néfastes, ses dogmes sociétaux particulièrement délétères qui se sont infiltrés partout, jusque dans les autres partis, y compris à droite où tout libéralisme, tout combat pour la liberté se sont complètement évaporés pour laisser place au mieux à des gimmicks, au pire aux propositions parfaitement socialistes de taxations tous azimuts ou aux idées ridicules d’interventionnisme débridé.

Maintenant, il ne faut pas se leurrer. Cette mort prévisible, joyeuse et souhaitable n’en laisse pas moins un espace que la nature politique n’a pas traîné à remplir : La République En Marche, c’est l’ancien PS ripoliné à grands coups de jeunisme savamment dosé (et franchement artificiel), c’est un Parti Socialiste hors de Solférino, sans le mensonge « Socialiste » écrit en toutes lettres mais avec lui comme mur porteur.

D’ailleurs, outre une proportion (grandissante !) de vieux caciques du PS, le contingent de jeunes socialistes qui ne veulent pas de cette étiquette mais en conservent les traditions et les programmes empêche de différencier vraiment ce que fut le PS de ce qu’est LREM actuellement. Et si l’on peut éventuellement accorder à LREM de ratisser un peu plus large que le PS puisque ce nouveau parti agglutine aussi quelques globules politiques du centre, cela ne change pas la coloration générale, traversant décidément tout le spectre de rose à rouge.

La mort du PS était probablement l’occasion de faire un bilan critique du socialisme en France, et, qui sait, faire ouvrir les yeux d’une population shootée aux subventions, à la redistribution de l’argent des autres sur les méfaits qu’elles entraînent. Il n’aura jamais eu lieu ; la pantalonnade de l’élection présidentielle, soufflée par l’enfumage massif qui aboutit à l’élection de Macron, ne l’aura pas permis, laissant les politiciens français, coincés entre les populismes de plus en plus marxistes (tant à droite qu’à gauche), à asperger leur socialisme démagogique sur tout le spectre politique sans plus offrir la moindre alternative. La mort du Parti Socialiste n’est que la traduction d’une évidence : ses membres tentaient de vendre un programme qui est déjà en place et déjà appliqué. Pas étonnant que l’électorat ne suive plus.

À présent tourné vers un collectivisme tous azimuts, le pays consacre plus de 57% de son produit intérieur brut à la dépense publique. Ses impôts sont supérieurs à 53% de son PIB. L’État représente plus d’un actif sur cinq (plus de 20%), là où la moyenne dans les pays industrialisés se situe à 15%. Enfin, avec un nombre de textes de lois, règlements et décrets estimé à 520.000, la France nage dans un corpus légal de volume double de tous ses autres partenaires du G7…

Le PS est mort ou tout comme, mais pratiquement, le socialisme a pris le contrôle du pays.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires181

  1. Aristarkke

    Il n’y a pas si longtemps, le corpus légal, réglementaire, etc… grançais n’ était estimé qu’ aux environs de 400.000 textes…
    On voit le progrès d’ un tiers du volume…

      1. Stéphane B

        Certes mais ces belles lois bavardes, ces décrets signés par un pseudo président qui s’accapare un domaine qui n’est pas le sien permettent de laisser une trace que leur Ego vénère.

        1. Aristarkke

          Lois bavardes, je conviens aisément à votre propos.
          Il ne suffit que de voir pour éloquent exemple, la loi Duflot, son nombre d’articles et surtout le caractère interminable de trop d’entre eux pour être effaré par une loi censée aplanir les difficultés et régler des problèmes et qui commence par en constituer une d’ampleur pour la déchiffrer et la comprendre avant d’essayer de la mettre en application correcte sans casse…

  2. Aristarkke

    Encartée au PS depuis 71, post 68 que son âge lui a permis de connaître activement, elle n’a jamais suivi les bons cadors, affiliée d’ abord à Rocard puis ensuite à Fabius… Maire un temps d’Athis Mons, commune conquise sans gloire puisque conquête sans le moindre péril, elle a surtout été député européen, ce qui n’est pas le meilleur moyen d’ entretenir sa légende personnelle surtout quand on n’y fait rien au delà de l’ acte éventuel de présence pour justifier les sousous dans la popoche…

      1. Aristarkke

        Quand même pas mais elle a connu l’ascension du mont Solutré de l’Arsouille à partir du moment où il a réussi à mettre le PS à sa botte

        1. Mildred

          Mais elle doit être une des rares à n’être pas passée à la casserole, parce que…, ah oui, c’est vrai, on a dit : pas le physique !

            1. Pheldge

              euh, ça date votre truc … depuis belle lurette elles sont rasées, n’en déplaise à notre bien aimé « marin au long coup » RPS 😉

  3. Calvin

    Oui, ce Pays Souffre (PS).
    Le Maurrelle, Jean-Edouard ou Jean-Marcellin, va néanmoins rejoindre la Force Incomprise, et Lienemann sans doute ensuite après passage par un micro parti illusoire.
    Les choses sont désormais claires :
    – un gros pôle social démocrate en marche à vent,
    – un bloc conservateur communiste et insoumis à la réalité,
    – un bloc conservateur socialiste de droite,
    – un bloc conservateur communiste identitaire et soumis à la marine…

    Bref, le monde nouveau est équivalent à l’ancien.
    Comme on a vu avec Flanby :
    Le Changement, c’est Maintenant un Changement de Noms.

          1. GgaMars

            Tiens ?! Cela ne peut être une faute de frappe, le « d » et le « n » n’etant pas à côté sur le clavier. Pourtant, moi c’est tout ce que le PS m’évoque.

  4. Rhub

    la bonne nouvelle c’est que le PS est mort, la mauvaise, c’est que Merluchon se frotte les mains tant le « peuple de gauche » demeure avide d’avaler des couleuvres toujours plus grosses.

  5. MarieA

    « de plus en plus marxistes (tant à droite qu’à gauche), à asperger leur socialisme démagogique sur tout le spectre politique »

    +1000!

    En fait, en France, il n’y a pas d’autre choix que le socialisme. TOUS sont socialistes et ultra-étatistes. Même Marine Le Pen qui est censée être d’extrême-droite est une immonde gauchiste qui passe son temps à promettre des « aides » à tout le monde et qui déclare que l’immigration est inévitable. La seule chose d’extrême-droite chez elle, c’est la raie de son brushing. C’est une petite bourgeoise, comme l’a déjà dit son père, qui a grandi dans un château et qui, aujourd’hui, essaie de se faire passer pour une rebelle anti-système.

    On devrait lui prendre une carte d’adhérent du parti communiste et la lui envoyer en cadeau, c’est là-bas qu’est sa vraie place.

    1. theo31

      Ce qu’on appelle extrême-droite a TOUJOURS été socialiste. Comme son jumeau social-démocrate, elle cherche une troisième voie imaginaire où l’on pourrait instaurer le socialisme sans faire la guerre civile chère aux marxistes.

      De plus, le socialisme est indissociable du nationalisme et de l’eugénisme.

      1. Husskarl

        « De plus, le socialisme est indissociable du nationalisme et de l’eugénisme. »

        Euh non, l’actuel est internationaliste, cosmopolite et dysgéniste.

          1. Val

            @H16 apres ça dépend ce que l’on entend par national. Je ne connais pas H de Lesquen. Pour ma part je suis fermement pour la notion de nation. Comment espérer avoir du régalien sans cela ?

            1. Dr Slump

              Sans aller jusqu’à parler de nation (concept nébuleux à mon sens), en l’absence de territoire délimité par des frontières je ne vois pas comment on peut avoir un état régalien, ou comment on peut avoir des lois applicables.
              J’ai parlé de territoire, maintenant parlons de pays, avec sa langue, sa culture, ses moeurs, ses valeurs morales héritées de siècle d’histoire: tout ceci est également facteur de cohésion et de stabilité, ce sont des règles non écrites, qui ont leur utilité, et je pense même leur nécessité.
              Avant il n’y avait pas autant de lois, était-ce pour autant le chaos? Non parce qu’il y avait toutes ces règles non écrites. Maintenant l’état cherche à détruire les fondements culturels et traditionnels du pays, à dissoudre les frontières pour un idéal de vivrensemble illusoire, et on en voit le résultat, avec l’anomie qui se répand doucement mais sûrement.
              On peut tout à fait être libéral et conservateur, libéral et patriote.

              https://institutdeslibertes.org/un-liberal-peut-il-etre-conservateur/
              https://www.contrepoints.org/?s=liberal+conservateur

              1. erreur404

                « Si « conservateur » signifie qu’on refuse, à titre personnel, d’être entraîné à marche forcée par décision gouvernementale dans les valeurs obligatoires du progressisme et qu’on souhaite avoir le droit d’adopter un mode de vie qu’on pourrait qualifier de « classique » ou « traditionnel », tout en reconnaissant aux autres le droit de faire des choix différents, il devient inutile d’accoler ce mot à « libéral » dans la mesure où le libéralisme est justement l’environnement qui laisse la société évoluer par elle-même et permet à chacun de vivre à sa façon dès lors qu’il n’y a pas d’atteintes aux personnes et aux biens.

                Mais l’on peut songer à une autre définition du « conservateur ». Pour Friedrich Hayek dans son texte « Why I am not a conservative »(*) – en français ici -, il s’agit de quiconque se montre hostile aux changements radicaux. Dès lors, le « conservateur » sera enclin à protéger l’ordre établi, y compris en recourant à l’autorité de l’Etat, afin de ralentir la marche de la société et graver dans le marbre de la loi l’ordre ancien qui lui est cher contre le « déplorable relativisme » qu’il attribue à toute personne qui se déclare ouverte aux valeurs qui ne sont pas les siennes. »

                https://leblogdenathaliemp.com/2018/01/14/pourquoi-comme-hayek-avant-moi-i-am-not-a-conservative/

  6. plutarque

    En bref, la tumeur PS est en voie d’excision, mais a fait des métastases dans tout le corps électoral. Ce dernier présente en France un terrain particulièrement favorable.

    Je me faisais hier encore cette réflexion avec une mienne amie originaire d’outre-atlantique : l’américain lambda (notion sujette à caution, je sais) confronté à un tracas de la vie quotidienne ou professionnelle, aura pour premier réflexe de se débrouiller, chercher une solution. « It’s not stupid if it works ». Après quoi, il pourra éventuellement embaucher un avocat et faire raquer qui de droit si il s’estime victime. L’un n’empêche pas l’autre.

    Le français lambda voudra : savoir à qui c’est la faute si sa maison est toute inondée; Se dira que « l’Etat/le Maire/sa nounou » aurait du prévoir et lui dire; Demandera (par la voix de ses élus) la levée d’une contribution/taxe/impôt pour faire payer les autres; Et finalement, demandera le vote d’une Loi, pour reconnaitre le « droit à ne pas avoir sa maison inondée ».

    En résumé le centralisme jacobin français a dégénéré en socialisme : le Français attendant tout de l’Etat considère logique de lui donner les moyens de sa tyrannie.

    1. MarieA

      En même temps, vu tout ce que l’Etat te vole en temps, argent, droits, libertés, etc… C’est tout à fait logique que le peuple ainsi prélevé réclame que l’Etat s’occupe de lui et de ses problèmes. Si tu payes un prix premium, tu t’attends à un service premium.
      Macron devrait le savoir, lui qui a fait la pute (d’après son pote Minc) 2 ans dans le privé…

      1. plutarque

        Ah oui, le fameux « Je paye, j’y ai droit »… Méprisable mentalité de boutiquier. En même temps, j’ai connu des cadres qui choisissaient de rester au chômage car « tu comprends, j’ai cotisé, j’ai droit à mes 2 ans de chômage »…

        Avec des mentalités comme ça, on est pas rendus.

        Que l’Etat se contente de gérer Police, Justice, Armée (de manière Premium pour les 3), les sommes extorquées au contribuables ne seront plus « premium ».

        1. En réalité, il faudrait plus de cette mentalité : si les gens se rendaient compte combien ils cotisent et le service de merde qu’ils ont en face, la situation évolueraient enfin favorablement. Mieux : si tout le monde réclamait à chaque fois tout son dû, toutes les subventions et autres aides auxquelles il a le droit, le système s’écroulerait très très vite.

          1. Aristarkke

            L’ennui, Monseigneur, est que les cotisations des gens sont, physiquement, payées par d’autres.
            Pour moult salarié(e)s, les prélèvements sur la paie ne sont que des chiffres, seul comptant celui qui atterrit sur le compte en banque..
            Je pense qu’il en irait autrement si les gens devaient exécuter les chèques ou les virements nécessaires à toutes les ponctions.
            Quand vous faîtes les courses de la famille, vous avez en tête des multitudes de prix parce que vous les acquittez vous-mêmes.

            1. albundy17

              « j’ai connu des cadres qui choisissaient de rester au chômage car « tu comprends, j’ai cotisé, j’ai droit à mes 2 ans de chômage »…

              Encore une fois le problème ne vient pas de ces cadres ou subalternes, ils ne réagissent que comme des humains, c’est le cadre collectiviste d’assistanat qui pousse ces gens a le faire et mène, bien trop lentement il est vrai, vers la banqueroute, et l’avenir des enfants (que l’on ne fait plus) on s’en tape, après moi le déluge.

              Doux rêve que l’état s’occupe des seules fonctions qui lui incombent, ses représentants sont biens protégés et ne connaissent pas la vie des manants.

              HS: Je voyais tt à l’heure des vieilles évacuées de leur taudis immergés ds l’aude, des bidons de pétrole blanc flottant parmi les immondices, ben oui, devant les factures t’as des vielles de 80 balais qui remplissent un feu à pétrole pour pas crever de froid, ils sont dégouttant les remplis de caviar des autres

              1. Pheldge

                t’es en train de nous refaire le coup de « c’est la faute à la société et au système » … les gens sont quand même responsables de leurs actes !

          2. Pheldge

            Patron, faut pas rêver, l’exemple de la sécu est là pour le prouver ! Et le service se dégradant lentement, il n’y a jamais d’effet électrochoc !
            Et en cas de manque de moyens, tout le monde sera d’accord pour « faire payer les riches et les patrons qui se gavent » ! c’est sans issue …

            1. Higgins

              Il y a des nouvelles qui font plaisir parfois: « Sécurité Sociale : la CPAM et l’Urssaf condamnées face aux travailleurs transfrontaliers ! » (https:/ /mail.google.com/mail/u/0/#inbox/FMfcgxvzLDwZhpbcQNzVnKxcGHnHphxJ)

              1. Aristarkke

                http://www.atlantico.fr/decryptage/securite-sociale-milliers-transfrontaliers-parviennent-faire-condamner-urssaf-et-cpam-pour-avoir-affilier-force-3534940.html

                Au bout de combien d’années de procédure??? Le Tribunal reconnait (en creux) la malhonnêteté de l’ URSSaf (notre amie la bête) et autres CPAM dans ce qui est relevable d’une extorsion de fonds puisqu’il déclare que les textes en l’espèce sont clairs et peu suspects de difficultés d’interprétation…
                Combien de centaines de procédures ainsi lancées par ces prédateurs patentés???
                (perso, j’y ai gouté avant de décramponner l’URSSaf par port du litige en cassation à la suite d’un arrêt de la Cour d’Appel de Paris rendu sans aucune réponse précise à mes chefs de contestation des demandes exorbitantes)

        2. MarieA

          @ plutarque 15 octobre 2018, 14 h 48 min :

          « Ah oui, le fameux « Je paye, j’y ai droit »… Méprisable mentalité de boutiquier.  »

          Oh la la, les sales ordures qui veulent retirer des bénéfices du fruit de leur travail! A la potence!
          Du coup, si votre patron ne vous verse que 25% de votre salaire pour la même quantité de travail, j’imagine que vous n’allez pas faire le boutiquier et vous plaindre…
          On est au-dessus de ça!

          « j’ai connu des cadres qui choisissaient de rester au chômage car « tu comprends, j’ai cotisé, j’ai droit à mes 2 ans de chômage »… »
          La sale ordure qui ose avoir envie de vivre sur le fruit de son travail et qu’on lui a imposé de force (ses cotisations)!!!

          J’ai l’impression que vous oubliez qu’on ne laisse pas le choix aux Français! On se sert directement, on les menace et on les poursuit quand ils essaient d’y échapper.
          C’est mignon de découvrir la vie comme ça. Et oui, les gens ne pensent qu’à leur intérêt personnel.

          « Que l’Etat se contente de gérer Police, Justice, Armée (de manière Premium pour les 3), les sommes extorquées au contribuables ne seront plus « premium ». »
          C’est ne plus avoir d’état qui est le vrai luxe.

          Voilà un nouvel exemple des dépenses faites avec l’argent des Français :
          « Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, une grande région du sud-ouest de la France, envisage à terme d’accueillir d’anciens guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie – plus connues sous le sigle des FARC – afin de les former au métier d’éco-guide. Ils feraient notamment leur apprentissage sur le terrain dans la belle forêt des Landes. »

          Le meilleur passage de l’article : « Les initiateurs, les élus socialistes, expliquent qu’il s’agit de « répondre à la problématique de la réinsertion des anciens combattants des FARC ». »
          LOL c’est aux contribuables français de payer pour la reconversion professionnelle des criminels d’Amérique du Sud. Il fallait oser et ce sont bien sûr des sales ordures socialistes qui l’ont fait.

          http://www.fdesouche.com/1088359-des-ex-guerilleros-communistes-des-farc-bientot-dans-la-foret-des-landes

          1. plutarque

            1. A la différence du maître des lieux et de vous-même, je ne suis pas (encore) révolutionnaire : je ne veux pas « faire écrouler le système », ce qui arriverait si « tout le monde exigeait son dû ». Entre parenthèse, l’expression « son dû » est savoureuse sous la plume d’un libertarien…

            Je sais trop bien à quoi ressemble une guerre civile, et j’ai des enfants.

            2. Assimiler le paiement d’une période de chômage non subie mais choisie (dans le cas que je relate) aux « fruits du travail »… j’ai du mal.

            3. Le sens de mon propos n’était peut-être pas clair : je déplore qu’en France l’omniprésence de l’Etat-maman a créé une dépendance du français, un sens du « j’y ai droit » (« entitlement ») qui est absolument délétère.
            L’Etat est sensé être un outil au service des citoyens (maitrisé par ces derniers), pas un Moloch. Si l’Etat est un prédateur qui vous fait les poches sans même vous dire merci. Changeons l’Etat.

            4. Je passe sur vos rêves humides d’une société sans Etat, totalement chimérique (et heureusement). Allez vous promener en Afghanistan, regardez Mad-Max, jouez à Fallout…

            5. Nous nous abreuvons aux mêmes sources, je suis parfois tenté de sortir le calibre 12, oui.

            1. « savoureuse sous la plume d’un libertarien »
              Quand on paye (de force) pour un service, oui, contractuellement, c’est un dû.
              Le fait que vous ne le voyiez pas donne une bonne idée des marges de manœuvres dont dispose l’Etat pour vous spolier et se foutre de votre bobine …

              L’Etat est sensé être un outil au service des citoyens
              C’est devenu l’inverse (le citoyen au service de l’Etat) ; il n’y a qu’en combattant pied à pied, notamment en rappelant qui doit quoi à qui, que la tendance peut espérer être inversée.

              1. plutarque

                Je n’aime pas parler de « dû », mon petit côté Kennedy (ask not what your country can do for you, ask what you can do for your country)… En l’espèce (les allocations chômage), le contrat moral est : « je dispose d’un filet de sécurité sous réserve d’avoir suffisamment cotisé, le temps de retrouver un emploi pourvu que je recherche activement ». Cette dernière notion est importante. Je pointais du doigt l’immoralité qui consiste à détourner ce contrat moral « passque je le v(e)aux bien ».

                Pour inverser la tendance, mon opinion est qu’une réforme complète du statut des élus est indispensable : assurer une représentation politique de la société civile dans sa diversité et ne plus avoir 75% de députés issus de la caste des fonctionnaires.

                Ce n’est que par ce biais que nous pourrons arriver à réduire la tyrannie de l’Etat.

                1. Pheldge

                  Ô Camarade Plutarque, le mot « dû », bien que juste dans son emploi, pouvait être interprété autrement … allez, on ferme le ban 😉

                2. « l’immoralité qui consiste à détourner ce contrat moral »
                  Il n’y a pas de contrat moral, ou alors, le contrat qu’on nous oblige à supporter n’a rien de moral. Un contrat moral suppose que les deux parties le soient. L’Etat républicain, moral ? Ca se saurait.

                3. Aristarkke

                  Pour obtenir cela, il faudrait un régime façon GB où tout fonctionnaire qui désire se présenter à une élection politique DOIT démissionner avant la moindre autre démarche (même pas démissionner de la FP après avoir été élu…)
                  Autant dire que les poules auront le temps d’avoir des dents dans ce pays avant que cela n’arrive pacifiquement

                4. Husskarl

                  « En l’espèce (les allocations chômage), le contrat moral est : « je dispose d’un filet de sécurité sous réserve d’avoir suffisamment cotisé, le temps de retrouver un emploi pourvu que je recherche activement ». Cette dernière notion est importante. Je pointais du doigt l’immoralité qui consiste à détourner ce contrat moral « passque je le v(e)aux bien ». »

                  La moralité n’existe pas dans un pays laïque. C’est l’intérêt qui prime.

            2. MarieA

              @ plutarque 16 octobre 2018, 10 h 54 min :

              1. La guerre civile vous la vivez déjà. Les services de l’Etat qui dysfonctionnent, l’absence de justice et de protection, la réduction continue des libertés individuelles et l’extorsion des fruits de votre travail, c’est le quotidien de ce pays dégénéré.

              2. Ben oui, les fruits de son travail, la France s’est servie sur son salaire pour lui faire payer une assurance au cas où il se trouverait dans cette situation, on ne lui a jamais laissé le choix, donc, oui, c’est bien son argent qu’il récupère maintenant, son argent qu’on lui a volé. Qui abuse qui?

              3. Censé être à votre service sauf que non. Donc, aucune raison d’entretenir la parasite qui vit à votre dépend.

              4. En Afghanistan, l’Islam s’applique il me semble et ce n’est pas l’absence d’état qui cause les problèmes de ce pays.

              5. On retourne au point 1. et à votre ami l’état qui serait soit-disant indispensable.

              Moi aussi, avant, j’étais persuadée que sans état, aucune vie n’était possible. Mais quand on y réfléchit quelques instants, on réalise que 98% de nos problèmes, en tant qu’individu, sont la conséquence des actions de l’état. Ça fatigue à force.
              De toute façon, on est pas censé valoriser la dépendance à autrui, alors autant l’appliquer dans le domaine le plus important de notre vie, non?

              1. plutarque

                Je pense que tous ici nous formons une petite communauté (d’esprit) et reconnaissons que l’Etat (que je persiste à écrire avec une majuscule) n’est PAS notre ami.

                Tel le fougueux labrador en surcharge pondérale qui se précipite sur le retraité paralytique, son affection débordante et baveuse, sa masse, ses coups de queue et de museau inquisiteurs, peuvent provoquer une catastrophe.

                Cela étant posé, gardons nous des positions trop acrobatiques : parler de « vol » lorsque l’Etat vous prend des sous est un non sens : la notion est définie dans le Code Pénal, ha ha. N’oublions pas que ce sont nos zélus, oints de l’onction démocratique, qui font les Lois. Autant dire vous et moi…

                1. albundy17

                  Autant dire vous et moi »

                  ramassis de stupideries, fadaise ritournelle que l’on a ce que l’on mérite, on l’a juste ds l’os et droit à fermer sa gueule tout en raquant pour la nouvelle mafia prenant le pognon et n’assurant pas ce pourquoi on est censé payer, les mafias avaient un code d’honneur et remplissaient leurs obligations morales, la c’est juste du raket

                  1. Dr Slump

                    « Si vous voulez une image du futur, imaginez une botte écrasant un visage humain… pour l’éternité »

                    Papa Orwell, ça y est, on y est arrivé, dit?

                    1. Husskarl

                      « Bah oui, on a TOUJOURS ce que l’on mérite.  »

                      Vous méritez quelque chose en fonction de vos actes. Vous êtes coupable de quoi ?

                2. Husskarl

                  « N’oublions pas que ce sont nos zélus, oints de l’onction démocratique, qui font les Lois. Autant dire vous et moi… »

                  Si tous les crétins se mettaient à hurler que 2+2=5, ça n’en ferait pas une vérité. Que le code pénal ne décrive pas l’impôt comme du vol n’en fait pas une vérité.
                  Et tout le monde ne se sens pas démocrate…

                3. bibi

                  Parler de « vol » lorsque l’Etat vous prend des sous est en effet un non sens, car il s’agit d’extorsion qui plus est en bande organisée.

                  Code Pénal article Article 312-1 :

                  L’extorsion est le fait d’obtenir par violence, menace de violences ou contrainte soit une signature, un engagement ou une renonciation, soit la révélation d’un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou d’un bien quelconque.

                  L’extorsion est punie de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende.

                  legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006165327&cidTexte=LEGITEXT000006070719

                  1. P&C

                    @bibi

                    Le monde se divise en deux catégories : celui qui a un pistolet chargé, et celui qui creuse.
                    Nous, nous creusons.

                    Pour le coup du cadre chômeur volontaire, je ne vois pas pourquoi vous pester : en réduisant ses revenus, il réduit également la part que peut lui prendre l’état, et sa contribution au fameux PIB (la seule chose qui intéresse nos élites actuelles, ce sont les 2700 milliards de brouzouf dans lesquels ils peuvent taper). Pourquoi croyez vous que les états ont tout fait pour empêcher les gens d’être indépendants ?

                4. Val

                  @plutarque « Tel le fougueux labrador etc. » curieuse image, on ne doit ni avoir le même chien, ni avoir le même Etat :mrgreen: , bon je ne suis pas non plus une retraitée paralytique . En fait je ne connais pas un seul animal qui se comporte comme l’Etat, l’animal sait que si il pousse trop loin sa chance il se prend : une baffe/ un coup de fusil , si seulement on pouvait en faire autant à certains représentants étatiques … en tous les cas on sait pourquoi ils nous interdisent les armes .

      2. theo31

        On verra quand tu auras un cancer. tu pourras arguer que t’as versé un demi million d’euros à la sécu, on te demandera de payer ton opération de la tumeur parce que l’hosto n’a pas eu l’agrément. Elle est pas belle la vie en Socialie ?

        1. plutarque

          Bah oui, mais il faut choisir le bon hosto, qui possède le bon agrément et qui a le bon cerfa, aussi. On est en France, pays qui possède la médecine quelemondenetiernouzenvie…

        2. Dr Slump

          Bah faut pas avoir le cancer, voilà tout. Faut pas se plaindre si tu l’attrapes, c’est que t’as pas assez fait attention, tu t’es pas assez sorti les doigts pour ta santé, on a ce qu’on mérite épitoussa. Sinon, bah sors de ta zone de confort, pars à l’étranger, trouve des sous!

    2. Aristarkke

      Et le grançais lambda hurlera comme un putois coincé dans un piège si on lui dit qu’il va falloir démolir sa maison, là où il prétendra, toute honte bue, qu’ il a toute sa vie, sanglots, pleurs, gémissements, même s’il ne l’a achetée qu’il y a trois ans…

    3. Jacques Huse de Royaumont

      On ne va pas pleurer sur le PS, même pas une larme de crocodile. Cependant, cela a un inconvénient majeur, ça laisse le champ libre à LREM, qui est la même chose en pire. Ce syndicat de hauts fonctionnaires et de capitalistes de connivence, totalement hors sol, n’a plus d’autre souci que son intérêt propre et n’a même plus besoin de faire semblant de s’intéresser au peuple.
      Il est d’ailleurs symptomatique que l’insulte suprême soit désormais « populiste », et que Macron, enfant métisse des 2 élites, supprime la fiscalité locale autonome mais veut créer une fiscalité européenne. Le message est clair : les élites mondialisées hors sol sont tout, les terroirs locaux ne sont rien.
      Avec son réseau d’élu locaux, le PS, même totalement dégénéré, ne faisait pas montre d’un tel mépris.

    4. Dr Slump

      La tumeur PS en voie d’excision, branche « Insoumise » comprise. Après Fillon et le FN, maintenant l’état s’attaque à démantibuler le parti des insoumis, dont le siège du parti a été perquisitionné. Mélenchon en fait des tonnes, et connaissant l’animal, il ne va pas se laisser faire. Mais connaissant l’état, ce sera en vain. Combien de postes fictifs va-t-il leur sortir de derrière les fagots de tracts révoltés? Mélenchon va-t-il devoir subir une expertise psychiatrique? La république est en marche vers le parti unique, ne vous inquiétez pas, ça va bien se passer!

      1. Citoyen

        Ben oui, nous avons basculé dans un autre monde … Aujourd’hui même, notre Mélanchavez est victime de méthodes Staliniennes … Qui l’aurait cru ? … Un scandall !!! aurait dit Georges … Quand on a passé les bornes, il n’y a plus de limites … Mais, où va-t-on ? …
        Le Mélanchavez qui goûterait de l’asile psychiatrique, puis du goulag … Le bolcho pris à son propre piège, ça aurait de la gueule …

      1. Pheldge

        oui, mais à l’époque il habitait près de la Seine, à côté de Courbevoie, vers Shuresnes … 😉
        Hélas, depuis, il vette au renard ! ♫

  7. Duff

    Les socialistes qui découvrent la réalité du code du travail quand il faut « se séparer » de collaborateurs permanents, qui découvrent comment gérer des actifs quand le fric ne tombe plus du ciel etc ça me fait penser à la news du week-end sur l’ENA incapable de gérer son budget. Maggie l’avait bien dit, la farce socialiste s’arrête avec l’argent des autres. Skin in the game, presomptions et asymétries fatales…

  8. Guillaume_rc

    « La mort du PS était probablement l’occasion de faire un bilan critique du socialisme en France, et, qui sait, faire ouvrir les yeux d’une population shootée aux subventions, à la redistribution de l’argent des autres sur les méfaits qu’elles entraînent. Il n’aura jamais eu lieu »

    Même chose pour le communisme. Il n’y a pas l’équivalent des procès de Nüremberg pour le PC.
    Résultat : il existe encore un PC et des « intellectuels » qui n’ont jamais rien renié voire nient carrément les faits ! Si vous avez le courage, regardez ça https://www.youtube.com/watch?v=Y4im-sxTgrc&t=360s

    1. Le Gnôme

      Quand on constate que « l’équipe éducative » d’un nouveau lycée de Carquefou s’indigne que le nom d’Honoré d’Estienne d’Orves à l’établissement au prétexte qu’il était de droite et monarchiste, ce qui ne l’a pas empêché de résister avant le Parti Communiste et de se faire fusiller, on se dit que le Camp du Bien peut se permettre toutes les abominations.

      1. Aristarkke

        La municipalité est « divers droite » avec 75% de votes en sa faveur malgré une triangulaire avec deux listes DVD et celle du PS où la honte de Peak de la Faribole commençait à agir…

          1. douar

            Non, ils sont sous la compétence de la Région, ce qui explique les bisbilles ici car la région PdL est passée à droite en 2015, tandis que le département 44 est resté PS.

          1. Higgins

            Médiocrité active et revendiquée, pas du tout résignée, on en a hélas là un parfait exemple. Et c’est encore être trop bon que de leur prêter une telle attitude. Ce type d’individu ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on le reconnaît. J’hésite entre le dégoût et le mépris. Il fine, je prends les deux.

        1. Val

          @higgins il serait intéressant de voir le pedigree des parents qui ont « levé le bouclier », celui des autres (profs et politiques) on le connaît . On vit les prémisses d’une guerre larvée et bien sûr comme dans la précédente on a de belles brassées de traîtres, surprise !! ils sont socialistes, allez savoir pourquoi 😉 ces gens sont des poulpes pas de colonne vertébrale, pas de boussole, tout juste bon à balancer de l’encre noire sur les pompes des autres.

          1. P&C

            Oh que si, ils ont une colonne vertébrale… ils conseillent très bien leurs enfants, et savent bien gérés leurs intérêts de classe.
            Ne jamais oublier que les beaux principes des socialistes s’arrêtent au perron de leurs portes.

  9. douar

    Champagne !! la France a vient de dépasser la barre des 1000 milliards d’Euros de prélèvements obligatoires en 2017. (1038 Mds), soit une hausse de 54 % en quinze ans, là c’est plus parlant. (Les Echos de ce jour).
    Et l’on prévoit 1070 Mds pour 2019, malgré un effort sans précédent.

        1. Aristarkke

          Le Patron a commis au moins un article direct sur ce sujet régulièrement invoqué par ceux qui aimeraient bien coller la responsabilité de la dette à Pompidou.
          Monseigneur, sauriez-vous le retrouver dans vos très riches archives ???

          1. Jules

            Je serai preneur. Bien que lecteur assidu, je suis peut-être passé à coté.
            Il est évident que la dette n’est pas dû aux déficits budgétaires sur plus de 4 décennies… non, c’est la faute aux Rotschilds et Rockfellers :-\

    1. Aristarkke

      ET ces sal..ds d’automobilistes qui geignent que cet état impécunieux ne mette même pas un pour cent du budget dans l’entretien des routes « gratuites » (ce doit être pour cela, c’est sûr, hein Milton!!!)

  10. JiJiBé

    « Viens voir les comédiens
    Voir les musiciens,
    Voir les magiciens
    Qui arrivent
    Viens voir les comédiens
    Voir les musiciens
    Voir les magiciens
    qui arrivent

    Les comédiens ont installé leur tréteaux
    Ils ont dressé leur estrade
    Et tendu leur calicot
    Les comédiens ont parcouru les faubourgs
    Ils ont donné la parade
    A grand renfort de tambour
    Devant l’église une roulotte peinte en vert (ou en rose)
    Avec les chaises d’un théâtre à ciel ouvert
    Et derrière eux comme un cortège en folie,
    Ils drainent tout le pays*
    Les comédiens. »
    ___________________

    *Tout le pays…?? Oui ces tristes comédiens ont drainé 20 % de spectateurs dans les conditions qu’on connaît. Aujourd’hui ils drainent les fonds de tiroir, c’est-à-dire nos poches avant d’aller jouer ailleurs leur ultime et minable parodie de spectacles archi usés et définitivement éculés.

    PS : Puisque c’est d’actualité :

    Si tous les éculés du monde se donnaient la main voilà qui ferait une jolie farandole de fatigués, exténués, harassés, lessivés par autant de prodigalité dans le parasitisme et la pusillanimité).

  11. Pheldge

    Le PS agonise, et ses têtes de gondoles se font virer une à une …toutes ? non, pas vraiment, l’Âne de Paris vient de trouver la parade : quoiqu’il arrive, elle restera , elle ne quittera pas la Mairie de Paris !
    lefigaro.fr/flash-actu/2018/10/14/97001-20181014FILWWW00010-hidalgo-ouvre-la-mairie-de-paris-aux-sdf.php

  12. albundy17

    Le PS n’est pas mort, il y a juste eu un glissement de terrain sémantique, encore le réchauffement climatique, mais réel pour ce fait.

    C’et bien chauffé au gros rouge partout en occident

  13. cyprus ill

    Le problème incontournable pour nous, libéraux, est que la France est composée à 80% (si ce n’est pas plus) d’électeurs étatistes, quels que soient leurs partis de rattachement. À moins de heurter le mur pour de bon, et de devoir faire un « reset » salutaire (que nous sommes nombreux à souhaiter), jamais cela ne changera « pacifiquement ». C’est désespérant, mais c’est ainsi.

        1. Val

          @Harry mais non mais non, notre doux pays en a vu d’autres et bien des pires. 😉 après , je ne dis pas que le chemin sera semé de roses mais bon, ça finira comme Asterix comme d’habitude.

    1. Calvin

      Après, Macron a été élu par moins de 20% des votants. Et par quelques anti-étatistes.
      Ce qui nuit aux libéraux, ce sont les médias ultra-étatistes, aidés par quelques pédagogues et une cohorte d’enseignants loin des réalités.

  14. Anankè

    Pourquoi le socialisme est-il si enraciné en France? Une explication peut être dans le vidéo ci-dessous (en anglais). Il s’agit de l’interview d’un transfuge du KGB dans les années 80 qui explique comment subvertir un pays de l’interieur, pour le convertir au marxisme jusqu’à ce que “exposition to true information does not matter anymore” et “people are unable to assess true information”. Ce qu’il décrivait il y a plus de 30 ans est là sous nos yeux aujourd’hui. Et les écolos pastèques appliquent le même programme avec le “changement climatique”.
    https://youtu.be/bX3EZCVj2XA

  15. Bonsaï

    Macron apporte tout de même un peu d’air frais dans cette configuration classique et poussiéreuse. Son inventivité, sa culture et son éloquence lui confèrent un style tout à fait particulier qui renouvelle un peu le genre !

    1. albundy17

      Le ton de ses allocutions me refont invariablement revivre les sermons dominicaux que j’ai du me farcir jusqu’à l’age de raison. Macron, nouvelle curée de la france.

      Mais vas y Bonsaî¨, lache toi comme Castanner: « Tout en lui est fascinant, son parcours, son intelligence, sa vivacité et même sa puissance physique. » Le Point 29/09/17

      1. WorldTour73

        En parlant de Castagnette, Monsieur benêt est maintenant ministre de l’Intérieur.
        Lechez le fondement de Macron peut vous rapporter quelque chose.

            1. Aristarkke

              Sa fiche wikipedia est éclairante quant sa formation de jeunesse avec des mentors tout ce qu’il y avait pour ses futures fonctions…
              Un vrai Fouché , pas Christian mais Joseph…

        1. Dr Slump

          Je taquine: Bonsaï bientôt ministre! Je me demande quel maroquin cette chère demoiselle va recevoir? Secrétariat d’état à la poésie? Non, j’ai trouvé: secrétaire d’état à l’enregistrement des mémoires et hauts faits du Praisigland président. Biographe quoi, mais avec un titre plus progressiste, et juste ce qu’il faut de flagornerie.

          1. Pheldge

            Notre Helvète végétale préférée, elle kiffe les soldats russes, version forces spéciales, puissants et musclés ! et certainement pas les reubeuhs flasques et adipeux, dont les Marocains sont une triste illustration ! 😉

    2. P&C

      Mouais…
      Le type a autant d’épaisseur qu’une feuille de papier.

      Même l’arsouille valait mieux.
      Et niveau culture, Pompidu battrait le marquis de bellegueule haut la main.

  16. Pheldge

    attention également aux cerceaux d’argile … méfiez-vous de l’anneau d’terre ! 😀

    @] Gosseyn : no offense, mais ça fait comique de répétition, comme qu’on disait au collège.

  17. Mildred

    Franck Riester, un de la « bande du Bellota » – ces traîtres à leur parti – hérite du ministère de la Culture ! Il aura coché la seule case apparemment nécessaire et suffisante pour s’occuper de culture en France, puisque « la culture française n’existe pas », son homosexualité assumée !

    1. Citoyen

      Oui, c’est curieux … après un Bern pour retaper les vieilles pierres, il nous met un Riester pour retaper l’éducation … y’ aurait-il un message subliminal ? …

  18. plutarque

    HS mais rigolo : il est prévu un hébergement collectif pour “favoriser le brassage social” lors du fameux Service National Universel (source : hxxp://www.valeursactuelles.com/societe/service-national-universel-vers-un-hebergement-collectif-pour-favoriser-le-brassage-social-99844)

    Je sais pas si ils vont héberger les filles et les gars ensemble, mais si oui, ça promet une belle partouze nationale et universelle…

    1. Pythagore

      Et dire qu’ils s’en trouvent pour critiquer les camps des jeunesses russes de poutine.
      Dire qu’il y en a pour soutenir ces camps d’endoctrinement à la francaise.
      Sera-t-il possible de prendre la voie réformé.e P4 ?
      Incroyable.

    2. WorldTour73

      Rachid avec un casier judiciaire aussi long que mes deux bras avec Charles Louis dans la même chambrée! J’y crois! Mais Je vais etre sympa : wait and see.

    3. P&C

      Bah, les révolutionnaires avaient habillé une prostituée d’un drap et d’une torche, et en avaient fait la « déesse de la raison ».
      Ce ne sera que du sport républicain. Surtout si les filles blanches vont copiner avec la diversité.

  19. JiJiBé

    Merci aux bobos socialos qui n’eurent de cesse de nous faire avaler une France au pain sec et à l’eau, en ne cessant de nous beurrer les mots.*

    * Hein ?? Oui entre autre comme dirait le nouveau ministre de la déculture.

    Allo maman (Hidalgo) bobo. Plus de bobos socialos, que des bobos rigolos.

    1. JiJiBé

      « Il n’y a pas plus de libéralisme économique en France que de beurre en branche.

      Plus le temps temps, et plus l’État en France se boursoufle, à rebours de ce que prône le libéralisme. »

      (Contrepoints 17.10.2018)

  20. MarieA

    Au sujet du dysgénisme, je trouve louche que depuis 2/3 ans, plusieurs pays occidentaux se lancent dans la légalisation du cannabis alors que plusieurs études ont montré que ça faisait très sérieusement baisser le QI. A l’heure où on nous gonfle avec toutes les conneries quotidiennes à faire pour être en bonne santé et le principe de précaution, c’est paradoxal.
    Il me semble qu’il y a quand même d’autres priorités en matière de santé publique.

    1. Ce n’est pas un problème de santé publique mais de sous. La prohibition de la drogue coûte extrêmement cher pour des résultats nuls ou carrément négatifs. À court de pognon, les états les plus réalistes légalisent (ce qui a d’ailleurs pour résultat de faire baisser la conso, comme le prouvent pas mal d’exemples dans le monde).

        1. Val

          @h16 on repousse juste la prohibition d une case. And so what? Tout légaliser ? C’est sans fin … mais bien pratique pour un état à court de thunes et une jeunesse qui grogne.

    2. Val

      @Mariea ce n est pas contradictoire. Une jeunesse camée ne fait pas la révolution et en plus elle va payer de bonnes taxes juteuses. S ils le pouvaient ils en colleraient dans le biberon .

  21. goufio

    Oui, c’est bien beau la mort du PARTI socialiste, sauf que les caciques sont soit à la retraite comme le grand ordonnateur de la JUSTICE SOCIALE Jean-Marc AYRAULT qui vit avec 15.000 euros par mois, comme un riche, non, très riche et son compère F. HOLLANDE avec 19.000 euros de retraites cumulées par mois mais avec une subvention à vie de 2.000.000 d’euros par an, comme les trois autres ex présidents, pour ses frais de représentation et de nuisances, etc. Je ne les cite pas tous, ils sont trop nombreux ces RENTIERS -qu’ils exècrent par ailleurs- mais pas en politique

      1. Tess

        Effectivement le recul est meilleur mais le Portugal n’a que dépénalisé la drogue en 2001 mais vient de voter la loi pour la légalisation de la drogue si je ne m’abuse. Le recul sur la légalisation ne peut être valable pour le cas du Portugal et les effets pervers sur la légalisation ne peuvent être pris en compte.
        Cependant, le Portugal a accompagné la loi de dépénalisation avec un suivi des drogués, obligation de soin lorsque la drogue est consommée de manière très excessive et surtout un facilité de soin accrue. Je me pose une question ? Quel est l’impact bénéfices/couts de la loi ? Puisque le trafic de drogue est toujours présent! On dépénalise le consommateur s’il utilise la drogue pour sa consommation personnelle ce qui suppose vérifier la consommation. Comment la vérifier ?
        J’avoue que la légalisation des drogues me laisse perplexe et que les études sur le sujet ne sont pas forcément représentatives de la réalité. Mais j’admets que je peux me tromper. C’est un sujet sur lequel, je suis dans l’incapacité de trancher.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.