L’âge d’or de la science

par Vladimir Vodarevski

Nous vivons une époque dangereuse, où la science est remise en question. Alors que les gouvernements de la planète appliquent des politiques guidées strictement par la science, celle-ci est de plus en plus remise en cause, portée par les courants complotistes et anti-vax.

C’est ainsi que, guidés par les principes scientifiques, les gouvernements ont, de fait, dans le monde occidental, interdit tout traitement contre le virus chinois, au grand dam des complotistes. Non pas que les traitements proposés soient dangereux. Non pas qu’ils soient proposés par des gourous sans solides connaissances médicales. En fait, une querelle a opposé partisans et opposants aux traitements. Des deux côtés, d’éminents spécialistes donnaient leur opinion. Il faut reconnaître que par la suite beaucoup de non scientifiques sur les plateaux de télévision avaient leur opinion sur les études scientifiques, et étaient capables de juger, scientifiquement, si elles étaient correctement réalisées, et savaient les analyser, scientifiquement. Il y avait débat, les scientifiques étaient partagés. On décida, scientifiquement, de ne pas soigner.

On décida, scientifiquement, de privilégier une opinion sur une autre. A compter de ce moment, ceux qui faisaient preuve d’un doute scientifique, qui questionnaient cette opinion, étaient vilipendés comme complotistes, anti-science. Il fut donc décidé que le questionnement, le doute, l’argumentation, n’étaient pas des critères scientifiques. Le décret gouvernemental, administratif, ou supra-national, décidait de ce qui était scientifique. Le plus scientifiquement du monde, bien sûr.

On décida donc de tout miser sur la vaccination, en l’absence décrétée de tout traitement, et de toute possibilité de traitement. Bien sûr, le fait qu’un coronavirus mute, que tout coronavirus mute, ce qui rend aléatoire l’efficacité d’un vaccin, ne fut pas évoqué. Bien sûr, on sait faire des vaccins contre la grippe, dont le virus mute aussi. Mais l’efficacité de ces vaccins est aléatoire, bien qu’on connaisse beaucoup mieux le virus. Face à un virus aux mutations plus aléatoires et totalement inconnues, il était logique, scientifique donc, de tout miser sur la vaccination.

Ensuite, on évalua scientifiquement l’efficacité des vaccins proposés. Le vaccin chinois fut éliminé. Les Chinois ne peuvent pas faire de bons vaccins, c’est logique, même si tous nos médicaments sont fabriqués là-bas, et qu’une des hypothèses sur l’apparition du virus est sa création dans un laboratoire chinois. C’est logique, c’est scientifique. Le vaccin russe fut éliminé car Poutine est le grand méchant, c’est scientifique. Restèrent donc les vaccins occidentaux. Le vaccin Astra Zeneca fut plébiscité par l’Union-Européenne et le Royaume-Uni, tandis qu’il ne reçut pas d’autorisation aux USA, qui le considéraient comme peu efficace. Nous avons donc un vaccin considéré comme très efficace d’un côté de l’Atlantique, mais pas de l’autre. Vérité au-delà de l’Atlantique, erreur en deçà. Les US ont tout même consenti à considérer comme vaccinés les Européens qui avaient reçu des injections d’Astra Zeneca et qui voulaient entrer sur le territoire US. Tout cela est scientifique, c’est prouvé. La géopolitique et le lobbying comme critère d’efficacité d’un vaccin, c’est scientifique.

Certaines mauvaises langues ont questionné sur la dangerosité des produits en question, et sur la pertinence d’une vaccination de masse avec des produits utilisant des technologies nouvelles. Après tout, on n’a jamais lancé une vaccination de masse contre la rage quand le vaccin a été inventé. Ces esprits chagrins furent bien évidemment conspués comme antivax. C’est scientifique. Même si, par la suite, sur les quatre vaccins autorisés en Europe, trois sont désormais interdits aux jeunes, dont deux réservés aux plus de 55 ans. Avec des disparités, scientifiques bien sûr, selon les pays. Mais il n’y a aucun danger, raisonnement scientifique, bien sûr.

Quelle est l’efficacité des vaccins ? On s’est aperçu très vite qu’ils ne protégeaient pas de la contamination, ni de l’infection. Des pays pionniers de la vaccination comme Israël et le Royaume-Uni connaissant des poussées de malades. C’est à ce moment que le président de la République française décréta le pass sanitaire, pour forcer le bas-peuple à se faire vacciner. En toute logique, scientifiquement. Le journaliste Yves Bourdillon s’est amusé récemment à chercher les études prouvant l’effet protecteur sur la contamination des vaccins, avant leur mise sur le marché. Il n’en a quasiment pas trouvé. C’est donc scientifiquement, sur une base inexistante, qu’on nous a dit que la vaccination protégeait de la contamination.

Aujourd’hui, le plus officiellement du monde, si on regarde les études et publications adoubées, officielles, administrativement et politiquement correctes, il est considéré que les vaccins ne protègent pas de la contamination, ni de l’infection, qu’ils protègent des formes graves, mais seulement pendant trois mois, qu’il faut un coup de booster, à l’effet cependant incertain en raison des variants, et à l’effet encore plus temporaire. Arguments qui justifient, scientifiquement, d’obliger à la vaccination, à toujours soigneusement éviter de soigner. Sachant par ailleurs, toujours officiellement, selon la science officielle, selon ls études politiquement adoubées, que le virus chinois est peu létal, et cible des populations précises, on décide néanmoins, sur une base scientifique donc, de vacciner tout le monde, même si la vaccination n’empêche pas la propagation, même ceux qui ne courent aucun risque, et qui transmettront le virus chinois qu’ils soient vaccinés ou pas. C’est logique, c’est scientifique. On ne s’interroge pas sur le fait que certains pays, comme la Corée du Sud, connaissent leur pire épisode en terme de mortalité du virus chinois, alors que la population est largement vaccinée. Comme il est logique de créer un pass vaccinal, quand tous les scientifiques nous disent que le variant Omicron est presque sans danger, et qu’il va vacciner les population. C’est logique, c’est scientifique.

Evidement, il est hors de question de discuter de la balance bénéfice-risque de la vaccination. C’est anti-scientifique. Comme s’interroger sur la pertinence d’une vaccination en pleine épidémie, alors que, paraît-il, l’adage dit qu’on ne vaccine pas pendant une épidémie. En effet, la vaccination commencerait par affaiblir l’organisme et par le rendre plus vulnérable. Le fait qu’on constaterait une poussée des infections après chaque dose n’a pas d’importance, ce ne serait pas dans les statistiques, car on est considéré comme non vacciné jusque 14 jours après une injection.

Ne parlons pas des statistiques officielles qui montrent une augmentation de la mortalité chez les plus jeunes en 2021 dans les pays occidentaux, c’est une coïncidence. Ou cette statistique qui montre un taux de mortalité standardisé par âge deux fois plus élevé chez les vaccinés que chez les non vaccinés, en Angleterre, dans la tranche d’âge 10-59 ans. On vous répond que les vaccinés sont plus âgés, ceci expliquant cela. Sauf que c’est du taux de mortalité standardisé par âge dont il s’agit, qui atténue l’effet âge justement. Et qu’en début d’année 2021, quand ce sont les plus âgés qui sont vaccinés, la mortalité des vaccinés est plus faible, et que cette mortalité des vaccinés augmentent quand la vaccination s’étend au sein de la population, notamment auprès des moins âgés.

Se questionner, pratiquer ce qu’on appelait autrefois le doute scientifique, s’interroger sur les données, simplement se baser sur les données, chercher l’argumentation, tout cela est aujourd’hui une caractéristique des complotistes, des antivax, des anti-sciences. La science est ce qui est décidé au niveau du gouvernement, des administrations, étatistes ou supra-étatistes, et quiconque émet le moindre doute est un adepte des théories du complot. C’est le progrès, l’esprit des Lumières porté notamment par le président de la République si progressiste française.

C’est la science officielle, qui rappelle ces républiques si progressistes et si populaires, qui ont écrit ces heures les plus sombres glorieuses de notre histoire !

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires115

  1. Elie

    Tout cela est un gigantesque foutage de gueule.

    Mais tous ces chefs d’état, tous ces gouvernements, toutes ces assemblées nationales et tous ces médecins qui semblent faire partie d’un grand « truc » planifié, j’ai l’impression que eux aussi sont le jouet d’un gigantesque jeu de dupes… tout autant que le premier citoyen lambda.

    Si j’étais quelqu’un de véritablement puissant et tordu, avec un plan derrière la tête, je n’irais jamais confier un « grand secret » à des gens comme trudeau, macron ou leyen. Ou alors, je ne serais vraiment pas quelqu’un de bien malin.

    Après, on peut tout simplement penser comme Rocard qu’il vaut mieux « Toujours préférer l’hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante. Le complot exige un esprit rare. »

    1. Jacques B.

      Cela peut être un mélange, à divers niveaux selon les pays, entre stupidité, corruption, désir de se couvrir au niveau juridique d’où une forme de fuite en avant, désir de profiter de l’occasion pour accroître ses pouvoirs et faire avancer un agenda de contrôle « renforcé » sur la population, par idéologie de type socialiste (je vais faire votre bien malgré vous si besoin), etc.

    1. Vauban

      Pourquoi/comment l’interdiction en avance de phase de certains médicaments? L’achat massif de Remdesivir? Ont-ils achevées des personnes âgées au Rivotril qu’un traitement précoce aurait sauvées? Comment osent-ils encore persévérer dans cette politique malsaine? Se dédire à ce stade c’est mourir ! Ils le savent sciemment ou inconsciemment et comptent sur l’apparence de l’assurance et la propagande pour s’en tirer.

        1. Elie

          Le faible taux de vaccination des 5-11 ans témoigne d’une certaine méfiance, ou, à tout le moins, d’un certain attentisme.
          Déjà, pour la tranche 12-17 ans, ce sont suivant les zones de un jeune sur quatre à trois jeunes sur dix qui ne sont pas vaccinés.
          Ceux qui ont pris le risque pour eux-même l’année dernière (ou qui comme moi ne se posaient pas encore de questions sur ce sujet précis du vaccin) ne le prennent pas pour leur propre enfant. Donc quelque chose a bien bougé imperceptiblement.
          Je ne fais pas les manifs, je ne suis pas dans la démonstration et ne suis pas sûre de leur utilité, mais bien évidemment je les soutiens. Combien sommes-nous dans ce cas-là, à l’arrière ?

  2. RaphBG

    > il est hors de question de discuter de la balance bénéfice-risque de la vaccination. C’est anti-scientifique.

    Il est tout à fait admis de discuter publiquement de la balance bénéfice-risque, à condition d’admettre que celle-ci est en faveur du vaccin. C’est scientiste.

    Mouaaârh… vive la science !

  3. Dr Slump

    Ah merci Mr Vodarevski pour cette recension complète des arguments de la Science en faveur de la vaccination.
    J’imagine que cet article n’aurait jamais pu être publié sur Ctpts, il s’attaque trop frontalement aux libéraux antivaxx, la rédaction ne peut pas cautionner, n’est-ce pas 😉

    1. Pheldge

      merci Pierre, enfin un qui voit clair : c’est rien que de la propagande russe tout ça, heureusement que notre bon gouvernement tient bon, et maintient le cap. Il devrait y avoir une loi pour punir ce genre de propos conspirationnistes !

        1. Pheldge

          le cyclone c’était rien, le pire ce fut les enfants, pourtant bien traités, nourris logés blanchis, avec l’électricité du groupe, et de l’eau de réserve malgré les coupures : quand Internet a coupé samedi matin, ils sont devenus fous …

  4. lxy

    Comment un pays comme la France qui croit encore et toujours au socialisme serait -il prêt à entendre un discours raisonnable et rationnel ?

    1. Ulysse

      Merci pour le fou rire du matin que vous m’avez procuré. Ce qui est d’ailleurs idiot (d’en rire), car c’est en fait tragique, tellement c’est vrai. Une des réflexions les plus percutantes que j’ai lues depuis longtemps. Et qui explique tellement l’état du pays.

  5. baretous

    Par contre ça c’est anti-scientifique de tenir de tels propos ! : 🙂

    https:/ /www.israelnationalnews.com/news/321674

    Vous pensez bien que si on ne parle plus dans nos médias mainstreams de la terre Promise, c’est que l’affaire a été réglée en 2 coups de cuillère à pot de pus vaccinal

  6. JPB

    (copy/paste en vrac)
    La nouvelle histoire des sciences ne sera plus celle des savants à la recherche de vérités gratuites mais celle des techniciens aux ordres de financiers espérant des placements lucratifs et d’infaillibles moyens d’asservissement.
    Les savants ne sont pas de purs esprits (voir *La double hélice*) : comme tout le monde, ils sont capables de tout. Pas tous, évidemment, mais en nombre suffisant pour justifier des bouquins tels que *La souris truquée*. L’histoire des sciences ne propose pas que des esprits admirables : outre les étourdis de bonne foi, on trouve aussi les fraudeurs, auxquels on peut ajouter aujourd’hui les pourritures ivres de pouvoir, d’argent et d’honneurs frelatés — carriéristes et politicards ne sont généralement même pas de vrais savants. Les diplômes garantissent qu’on a passé des examens, mais pas nécessairement qu’on est qualifié, encore moins *très* qualifié, quel que soit le domaine. Un honnête prof’ de français n’est pas nécessairement un écrivain (contrairement à ce que croit Brighelli). Etre en mesure de prouver dans une dissertation argumentée qu’on a bien lu quelques philosophes ne transforme personne en Aristote. Refaire une démonstration mathématique n’est pas la preuve qu’on rivalise avec Evariste Galois. Même dans les milieux où le raisonnement devrait l’emporter sur l’érudition, on sait de très belles carrières faites sans la moindre compétence exceptionnelle, à part l’exploitation de ces éléments : administratium, bureaucratium et moronium.
    Tête du journalope de *L’Express* quand le professeur Raoult, répondant à une question idiote, a commencé calmement ainsi : « Vous confondez les docteurs avec des gens qui ont fait des études de médecine, ce qui n’a rien à voir. »
    Ce qui est bien, avec les études scientifiques, c’est qu’on trouve *toujours* celle qui soutient n’importe quelle thèse (en général, celle de l’organisme qui finance). Mandosio aimait à citer le cas d’une étude démontrant que mâcher du chewing-gum rendait plus intelligent, étude offrant toutes les garanties *apparentes* de « la » science et de la rigueur. Desmurget en cite quelques autres de la même farine qui tentent de faire croire que l’ordinateur, lui aussi, rend intelligent. Les sophistes et les menteurs ne sévissent pas que dans les belles-lettres.

    1. Pythagore

      Le soucis comme dit Raoult, c’est que le modèle économique est mort. Il est très probable que la plupart des molćules dont on a besoin ont été trouvées et les grandes percées, il n’y en aura plus. Comme évoqué ds le courrier des stratèges, le chiffre d’affaire de Pfizer ne cessait de baisser depuis plusieurs années avant l’affaire du vaccin.

    2. RaphBG

      Je souscris à votre copy/paste, notamment sur les techniciens. Ceux-ci ne sont effectivement pas forcément de mauvaise foi, ni systématiquement étourdis, mais surtout curieux. Et pour assouvir leur curiosité, ils ne sont pas très regardants sur les fins tant qu’ils ont les moyens. Quelques hommes rares existent ou ont existé, je pense à Alexander Grothendieck qui n’a pas supporté que ses travaux servent au développement de l’armement.

    3. P&C

      Beaucoup font la même erreur car docteur pour désigner un médecin est un abus de langage tellement courant qu’il est dans les mœurs.

      Pour être clair, docteur, c’est un titre universitaire qui sanctionne la réalisation et la soutenance d’une thèse.
      Tu peux être docteur en médecine tout en littérature grecque antique… mis n’espère rien du second concernant les questions de santé.

      1. RaphBG

        Pourquoi ne rien espérer du second concernant les questions de santé ? Malgré le lobbying des médecins pour s’octroyer le monopole de la santé, celle-ci concerne en premier lieu les individus et, dans une plus large mesure, tout un tas d’autres professions dont l’accès n’est pas réservé aux médecins. Le médecin est au contraire, celui que l’on consulte quand il y a un défaut de santé.

        1. P&C

          Ben parce qu’il n’y a aucun cours de médecine, voire de biologie… dans le cursus universitaire de littérature comparée ?

          Et puis y a la formation et l’expérience… J’ai eu des 2 mois de cours en virologie, mais je ne suis pas de taille à me mesurer à Raoult dans ce domaine.

          1. RaphBG

            Non, mais tu es pour autant certainement capable de savoir quels aliments peuvent être bénéfiques pour ta santé ou lesquels sont à éviter en fonction de ta physiologie, quelles vitamines prendre dans tel cas ou savoir identifier une douleur et en déduire la raison… Autant d’aspects de la santé qui heureusement ne nécessitent pas forcément l’intervention d’un toubib.

    1. JPB

      Vous avez raison, car c’est beaucoup plus rémunérateur, en plus d’être moins épuisant. Démonstrations irréfutables dans *Ma sorcière bien payée* de Frédéric Méridien et dans *Sorciers* d’Edouard Brasey. On peut allier les deux dans la fiction, même à l’université : *Conjure Wife* (*Ballet de sorcières*) de Fritz Leiber, Jr.

  7. Higgins

    Encore vu hier quelqu’un, triple vacciné, qui m’indiquait qu’un couple de ses relations, triple vacciné, degustait grave avec la bête. « Mais tu comprends, le vaccin n’empêche pas la contamination !!!… ». Je n’ai rien répondu, je n’ai pas envie de me fâcher mais un tel niveau de bêtise me laisse pantois.

      1. Nemrod

        Un mien ami triple picousé ( 50 ans) a le Covid…malade…fièvre, fatigue, maux de tête…classique.
        Pas plus mais pas moins…mais il a pas pu chasser…
        Un autre copain :  » heureusement qu’il est vacciné… » je précise que ce copain là est pneumologue.
        Et moi  » ben oui ça aurait été trop con qu’il loupe la Chasse en étant malade…s’il avait pas été vacciné »…yeux ronds et agacés.

  8. MCA

    Voilà que le Patron profite du repos dominical pour remettre 100 balles dans le bastringue covidesque ! 🙂

    On parle bcp de sciences en oubliant une chose primordiale, les sciences n’obéissent pas à un processus démocratique, ne le feront jamais et c’est souhaitable.

    Ceci implique que dans le domaine scientifique, un seul individu puisse avoir raison
    à un moment donné contre la terre entière.

    Or il se trouve que les décisions sanitaires depuis le début sont prises sur avis d’un conseil prétendument « scientifique » lors de débats qu’on pourrait qualifier avec les guillemets qui s’imposent de « démocratiques » autrement dit la loi et la lumière du nombre qui s’auto-persuade qu’il détient la vérité.

    Pendant ce temps un druide nommé Raoult, pratiquement seul sur la planète terre, affirme mordicus que le vaccin est une erreur et que la voie à suivre est la médication précoce.

    Et une fois de plus on peut vérifier que la raison de Galilée se heurte au triomphe de la décision du nombre.

    Donc, rien n’est nouveau sous le soleil.

    1. Husskarl

      « les sciences n’obéissent pas à un processus démocratique »

      Effectivement, c’est peut être une partie de la cause du problème. Les gens commencent à penser que la vérité est définie selon la volonté de la majorité.

      1. P&C

        On a le même problème avec l’écologie : les délires des verts se heurte au mur des lois de la physique.
        J’ai coutume de dire que la nature, voire le réel dans son ensemble est nazi : ses lois s’imposent à tous, et nul ne peut y échapper.

      2. JPB

        @Husskarl 13h 42 (toujours en cas d’heisenbug du bouton « répondre ») Bergier racontait avec un écoeurement amusé avoir vu en 68 des crétins, à la Sorbonne, désireux de soumettre au vote populaire le résultat de problèmes de mathématiques. Idée à la Feyerabend.
        On doit pouvoir garantir un prix Nobel (un prix ig-Nobel, évidemment) au chercheur avancé qui mettra au point un diagramme de Hertzsprung-Russel et un tableau de Mendeleïev *révisés* dans une optique citoyenne, paritaire, *gender-neutral*, inclusive, écoresponsable et bisounours.

          1. JPB

            Ou encore un{|e} pri{x|se} Nobiel, remis à l’occasion d’une Nobiel Pride.
            Quand Klarkash-Ton commençait ainsi « The Great God Awto » en 1940, il croyait encore plaisanter, l’heureux mortel : « Males, females, androgynes and neuters ».

        1. René-Pierre Alié

          La démocratie n’est concevable (et encore !) que comme système de remplacement des gouvernants. Imaginer que la vérité puisse sortir de la majorité est la conséquence la plus funeste des systèmes égalitaires.
          Simon Leys: «La démocratie est le seul système politique acceptable, mais précisément car elle n’a d’application qu’en politique. Hors de son domaine propre, elle est synonyme de mort car la vérité n’est pas démocratique, ni l’intelligence, ni la beauté, ni l’amour. »

      3. Higgins

        Le président du tribunal révolutionnaire, Jean-Baptiste Coffinhal, à propos de Lavoisier: « La République n’a pas besoin de savants, ni de chimistes… « .

    2. Pheldge

      c’est surtout qu’il y a un gros bug dans l’envoi répétitif de cinq commentaires du précédent billet. J’ai essayé de me désabonner via mon compte wordpress, comme suggéré, impossible.
      Je me réabonne donc sur ce billet, je reçois une demande de confirmation, ce qui n’était pas arrivé depuis 5 ans : il y a eu de la mise à jour …
      Dans la foulée on peut espérer – soyons fous – que les balises « gras » vont enfin être reconnues. Pour le bouton « réponse » dans les mail, qui devrait permettre une réponse directe au commentaire, bien placée et tout – comme chez les concurrents – , je crains que la réponse soit « not in this lifetime » 😉

      1. Dr Slump

        A la caisse on vous demande toujours si on a la carte de fidélité, et pour avoir la paix je réponds que je ne suis pas fidèle. Des fois ça fait rire, des fois non…
        Mais saprelotte, pourquoi s’abonner, vous êtes collé au blog à longueur de journée de toute façon ?

  9. Jacques B.

    À l’auteur : avez-vous une référence pour « cette statistique qui montre un taux de mortalité standardisé par âge deux fois plus élevé chez les vaccinés que chez les non vaccinés, en Angleterre, dans la tranche d’âge 10-59 ans. » ? Merci.

    Sinon, il est clair que nos formidables dirigeants appliquent la science selon les Shadoks :
    https://4.bp.blogspot.com/–ksqQ5Bmjyc/VTYG-L6kP7I/AAAAAAABAZ4/HRDBSo3aPDc/s1600/Pomper.jpg

    Forcément, ça va bien se terminer.

    1. durru

      Les chiffres sont exacts et issus de documents officiels. Le seul souci (je crois déjà évoqué ici) est le faible taux de mortalité dans cette tranche d’âge, donc des valeurs absolues assez basses et qui n’attirent pas l’attention, en plus des problèmes sur la stat (un grave accident de car n’a pas le même impact en France ou à Malte).

        1. durru

          C’est les stats publiées par le NHS. Maintenant, lesquelles, il y a un paquet. Et il faut trouver dedans les bonnes pages…
          Comme je n’essaie plus de convaincre qui que ce soit avec des chiffres depuis un bail, je ne retiens plus tout ça, désolé…
          Le style de cet article me semble bien plus adapté à la situation actuelle.

          1. Jacques B.

            OK.
            Pour ce genre d’infos, perso je conserve systématiquement la source (ma formation scientifique sûrement). Quand les données sont solides, comme par exemple celles mises au jour par Pierre Chaillot sur la mortalité en Hongrie – hausse très nette, et inédite depuis 10 ans, chez les moins de 40 ans de mémoire, juste après le début de la campagne de vax, et très difficile à attribuer à autre chose que le vax – c’est le genre d’info que perso je diffuse, avec la source. Certes les chiffres mis au jour par Chaillot sont eux aussi faibles en valeur absolue (quelques dizaines de décès supplémentaires) donc indétectables dans les stats de mortalité globales, mais quand même, ils montrent de façon irréfutable que la balance bénéfices/risques penche très nettement en défaveur du vax pour ces catégories d’âge.

            1. durru

              Montrent… oui, à ceux qui veulent bien regarder.
              Ceux qui ont compris, l’ont compris depuis longtemps. Les autres, ils serrent leurs oeillères autant qu’ils le peuvent encore.

  10. JPB

    Raoult est un lointain cousin du professeur Challenger de Doyle, n’ayant d’estime ni pour ses confrères corrompus ou sots, et encore moins pour les journalistes.
    L’histoire de Galilée est un peu plus compliquée que « ‘je suis seul [à avoir raison] et eux, ils sont tous [de parfaits abrutis obscurantistes] » : la lecture, agréable et instructive, du *Sleepwalkers* (*Les somnambules*) de Koestler s’impose — et pas uniquement pour l’affaire Galilée.
    Avant, l’histoire des sciences montrait le chercheur obligé de lutter contre les académies pour faire reconnaître à un monde incrédule la valeur de ses travaux et découvertes (un côté David Vincent). Le savant seul, libre et original était un héros. Pour reprendre le mot de Planck à la fin de sa courte autobiographie, la vérité pouvait ne pas triompher, mais ses adversaires finissaient par mourir. C’est fini. Il n’y a plus de héros, seulement des équipes aux ordres (dessin de Chas Addams sur ce thème). Le mythe du cerveau collectif a hélas de beaux jours devant lui, d’être appuyé par la force et la sottise — pour les résultats, c’est autre chose…

    1. P&C

      Équipes aux ordres, c’est vite dit.
      La science est un effort collectif. Même le plus grand ponte ne fait rien sans ses équipes. Ce sont les thésards et les post docs qui font le gros des recherches.
      Le boulot d’un directeur, c’est surtout de manager le labo et de lever le pognon.
      Un thésard peut même être plus pointu sur son champ d’expertise que son directeur.

      1. JPB

        @P&C 14h19 (je précise car le fonctionnement de répondre semble erratique et sujet aux heisenbugs) : Aux ordres d’impératifs idéologiques n’ayant rien à voir avec la recherche jadis principalement désintéressée. Impossible, ou presque, de faire aujourd’hui accepter un projet ne mentionnant pas les sottises écolos en vogue, ou ne formulant pas des promesses d’applications rapides et vertes faisant surtout avancer les carrières et donnant à quelques politicards une image de modernitude à la ségogole (c’est en tout cas le résumé des discours tenus par un ami physicien au C.N.R.S., ami qui n’est même pas un révolutionnaire, et qui s’afflige du niveau toujours plus consternant des petits nouveaux).
        Je ne sache aucune découverte importante faite par des équipes. A la rigueur, par deux ou trois cervelles de même niveau. La pensée collective n’existe pas.

        1. durru

          Je crois qu’il fait référence aux petites mains qui font, surtout dans des domaines aussi techniques que la physique ou la chimie, la préparation du matériel, sa manipulation, etc. Même qu’ils écrivent des logiciels ou autres activités intellectuelles.
          Mais ce qu’il oublie, le P&C, c’est que dans une structure qui fonctionne, c’est le chef qui donne les ordres. Et qui donc établit la direction.
          J’ai l’habitude, les cocos ont enraciné l’idée que les ouvriers sur la ligne de production sont plus importants que l’ingénieur qui a conçu ce que la ligne produit… Et aussi que ceux qui organisent le bousin. Bref.

          1. JPB

            Le piano n’aime pas s’entendre dire qu’il n’a pas écrit le concerto, pas plus que le phare qui éclaire la route n’aime à se souvenir qu’il n’est pas au volant. (Mankiewicz et Detoeuf)

          2. P&C

            @Durru

            Certes, mais c’est plus compliqué que cela dans la recherche publique. Tu as bien sur des liens de subordination, mais moins clairs…
            Le management n’est également pas le même : les gens sont souvent très autonomes.

            Les chercheurs sont en général très spécialisés… tu peux très bien avoir un chercheur qui ne panne rien à une manip faite par un ingénieur d’études, par exemple un généticien vs un mécanicien.

            Il ne faut aussi pas oublier une chose : les thésards et post docs de ton labo ne sont pas juste des petites mains, ce sont les potentiels futurs chercheurs, ton rôle en tant que directeur est avant tout de les former (en théorie, en pratique le nombre de labos qui prennent du thésard parce que ça fait un tech ++ qui bosse plus que 35H payé à peu près le prix….).

            1. durru

              Ah, ben voilà pourquoi la recherche publique marche très bien (on dépense tout ce qu’on reçoit), tandis que la trouvèche… eh bien, on en cherche.
              C’est que l’homme est câblé ainsi : pourquoi se casser la tête si l’argent gratuit va de toute façon couler à flots ? Les individus réellement passionnés ne sont pas légion, et la passion aussi peut s’évaporer avec le temps.
              L’absence d’une hiérarchie claire mène aussi à des conflits, la constitution de chapelles et les combats souterrains pour savoir qui est le mâle alpha qui aura son nom cité en premier avant même d’avoir un résultat pour lequel on pourrait être cité.
              De toute façon, on revient toujours aux quatre modes de dépenser de l’argent dont parlait ce cher Milton. Et y’a pas de doute, le moins efficace est de dépenser l’argent d’autrui dans l’intérêt des tiers. L’Etat moderne est au mieux une nécessité, lui trouver (pardon, chercher) une utilité en dehors de sa raison d’être est voué à l’échec. On le constate tous les jours, mais c’est comme le nez au milieu de la figure…

            2. Pheldge

              la recherche publique c’est kif kif la fac : cooptations, chapelles, et les mêmes abus et dérives … au lieu de t’obstiner dans ce milieu, dans lequel tu n’as aucune chance d’avancer, parce que tu n’as pas les codes, tu devrais chercher dans le privé, faire de la recherche appliquée …

        2. P&C

          +1 malheureusement. Une amie font le job est de rédiger des appels à projets européens se plaint souvent des clowneries qu’elle doit mettre pour que le projet coche les bonnes cases…

      2. sam player

        « Ce sont les thésards et les post docs qui font le gros des recherches »

        Des chercheurs qui cherchent, on en trouve… mais des chercheurs qui trouvent on en cherche 😀

        Thésards et Postdocs se branlent la nouille et y a rien qui sort…

        1. P&C

          @Sam
          ça se voit que tu n’y connais rien.
          Le « trouve » comme tu dis, ça s’appelle des publications, brevets, etc…
          Dans la recherche publique, les principaux auteurs de papiers sont des thésards et post docs.
          Les Raoults et cie, ils sont en dernier auteur, la place où figure le directeur de labo. Et ils n’ont en général pas le temps de conduire des recherches, il ont le labo à gérer et la thune à lever.
          Avoir écrit un papier est obligatoire pour pouvoir soutenir la thèse, et le nombre dépend des disciplines et des écoles doctorales.

          1. sam player

            «recherche publique » y a comme un oxymore… ROI ? et la «trouve publique » ? 😀

            Je ne vois pas ce qu’il y a de régalien dans la recherche

            1. P&C

              La recherche est en général menée par des labos universitaires, et suit le classique thèse/postdoc/tenure.

              La France avec ses instituts de recherche est particulière, avec son fonctionnariat (CRNS, INRA, INSERM, etc… le CEA est particulier). A l’étranger le maintien des postes est conditionné à certaines métriques dont le nombre de publications.

              En général, le problème de la recherche est que ça coute cher et ne rapporte pas de suite… sans parler des recherches dont le but est juste d’étoffer nos connaissances et qui n’ont aucun objectif économique.
              Pour d’autres domaines, des partenariats sont fréquents, même chez les pays libéraux. Les GAFAM sont nés de la recherche militaire et universitaire financée par le contribuable américain.

              1. sam player

                « Les GAFAM sont nés de la recherche [militaire et] universitaire financée par le contribuable américain. »

                Tautologie : vu que toute personne est passée par le système éducatif national financé par le contribuable…

                1. P&C

                  Par seulement qu’ils y ont été formés, mais que de nombreuses recherches à la base de leur existence (dont internet) sont issues de la recherche militaire et universitaire.

                  D’ailleurs, c’est un chemin normal pour la recherche : trouver et développer une technologie est une chose, en faire quelque chose de pratique et marchandable en est une autre.

                  1. sam player

                    P’tain t’es grave pénible :
                    “… mais que de nombreuses recherches à la base de leur existence (dont internet) sont issues de la recherche militaire et universitaire.”

                    Raisonnement circulaire
                    Mets ça à la voix active : ce sont des personnes et des étudiants avant tout, la recherche elle ne fait rien toute seule, tu ne peux pas la personnifier comme étant actrice de qque chose

                    1. P&C

                      Tout ça pour juste du transfert…
                      En général, les chercheurs ne sont pas des entrepreneurs… (le chercheur startupeur est un phénomène récent) donc les résultats obtenus par les chercheurs sont récupérée/transférés à d’autres acteurs (du privé par exemple), qui vont s’en servir pour concevoir leurs services et produits.

                    2. durru

                      @P&C
                      C’est un peu ce que le capitalisme avait mis en place : la concentration du capital pour des prises de risque.
                      L’Etat veut maintenant se positionner en (seul) preneur de risques. Et ça marche de mieux en mieux.
                      Tu vas pas nous expliquer que tous les chercheurs depuis la nuit des temps ont été financés avec de l’argent public pour réaliser leurs trouvailles, j’espère…

                    3. P&C

                      @Durru

                      En général, les financeurs étaient souvent des rois, des grands féodaux, des hauts ecclésiastiques… (Léonard de Vinci, Archimède…) ou se finançaient via leur profession principale (Lavoisier, Ibn Khaldoun…).
                      Il y avait aussi le mécénat des grands familles de marchands et de banquiers.

          2. bibi

            Il n’y a aucune obligation de publier pour pouvoir soutenir une thèse, il y a nombre de thèses CIFRE ou il est même interdit de publier.
            En France 90% des thésards en sciences font un boulot de technicien.

            1. P&C

              Dans mon école doctorale, c’était 1 publi minimum obligatoire avec un IF correct pour pouvoir soutenir.
              Les CIFRE, c’est particulier : les entreprises ne tiennent pas vraiment à ce que le fruit de leurs recherches soient librement consultables…
              Oui, beaucoup de thésards sont des techniciens +++ : ils ont les avantages de leur formation universitaire pour le même prix, sauf bourse spécifiques.

          3. durru

            Faut arrêter…
            Un mec qui ne fait que « gérer » et « lever de la thune » serait incapable de tenir une conférence de ce niveau, sans notes, sans rien :
            https: //www.youtube.com/watch?v=thaxON18uJs
            Il fait certainement d’autres choses aussi.

            1. P&C

              @Durru
              Tu te méprends sur mes dires.
              Le dir lab certes fait surtout gérer le labo et lever la thune, mais il n’empêche qu’il est passé par le parcours du chercheur : thèse, post doc, chercheur titulaire, directeur de recherche, directeur de labo…
              et en fac, professeur et professeur émérite.
              Ils sont au courant des sujets traités par leurs équipes puisqu’ils ont rédigé les projets et les appels à financements, et j’en ai rencontré pas mal qui étaient de vrais experts de leur sujet.

  11. Yeesha

    Très bel article, mais j’ai un problème avec ce passage:
    « Ou cette statistique qui montre un taux de mortalité standardisé par âge deux fois plus élevé chez les vaccinés que chez les non vaccinés, en Angleterre, dans la tranche d’âge 10-59 ans. »
    La tranche 10-59 est bien trop large pour signifier quoi que ce soit. Au sein d’une tranche aussi large, il y a largement la place pour d’énormes différence d’âge moyen entre vax et non-vax. Donc j’éviterais de me baser là-dessus…

      1. Yeesha

        Je me rappelle avoir vu ce document, mais je n’ai pas le souvenir que les taux étaient standardisés par âge. Dans mon souvenir, c’était des taux de mortalité bruts par tranche d’âge. Je me trompe peut-être. Il conviendrait sans doute d’ajouter un lien vers la source…

    1. casuffit

      Vous avez raison. Cette assertion est fausse. L’auteur a confondu morbidité et mortalité. Je vous ai retrouvé un article donnant les chiffres de la Dress (2 ème tableau).
      https:/ /resistance-mondiale.com/les-statistiques-officielles-ne-cachent-meme-plus-que-les-injections-exposent-a-la-maladie-les-plus-jeunes-et-les-plus-a-risque
      Ce qui n’empêche pas une augmentation anormale des décès chez les 20/30 ans non liée à la maladie, mais aux médications géniques.

      1. casuffit

        Un graphique de la base de donnée gouvernementale américaine, sans critère d’âge, ne traitant que des piqouses et non pas du covid résume la question :
        https://openvaers.com/covid-data/mortality
        Ou encore, un Prof américain a calculé : Il faut tuer 2 jeunes en parfaite santé pour sauver 3 vieux bourrés de comorbidités, et ceci quand c’était le delta qui sévissait. J’ai la flemme de rechercher la source.

  12. Laurent569

    Observations dominicales :
    Sur Youtube, le bandeau COVID19 a disparu, comme par enchantement, depuis quelques jours,
    Hier et aujourd’hui, sur France-Intox, plus un mot sur « l’explosion des cas », restent les messages débiles précédant les « informations ».

  13. Higgins

    Autre HS mais le sujet interpelle : https:/ /legrandcontinent.eu/fr/2022/02/03/celui-qui-decide-doit-pouvoir-rendre-des-comptes-une-conversation-avec-guillaume-ancel/

  14. Higgins

    Je trouve que le ton général de la presse change. Exemple pour le Canada : https:/ /www-ledauphine-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.ledauphine.com/amp/sante/2022/02/06/a-ottawa-la-police-impuissante-face-aux-manifestations-des-anti-restrictions-sanitaires
    On a quitté l’ignorance méprisante.

  15. Ba

    Ah bon, ce blog est contre le DDT maintenant ?
    Pourtant en 2006, vous en faisiez l’éloge (et je suis d’accord) : https://h16free.com/2006/09/19/252-le-fluffy-massacreur

    Vous avez d’autres arguments en défaveur du DDT maintenant ?

    Pas la peine de dire que vous n’êtes pas l’auteur du présent billet que je commente. S’il y a revirement de position sur ce blog, il faut comprendre pourquoi. Et j’aimerais connaître les arguments qui ont fait mouche chez vous pour laisser passer cette attaque contre le DDT.

    1. sam player

      Oui cette vignette du DDT à côté de l’amiante m’a aussi étonné étant donné l’historique de l’aubergiste (je ne suis pas un spécialiste du domaine 😀 )

  16. Higgins

    Des nouvelles du Canada : https:/ /amp-lefigaro-fr.cdn.ampproject.org/c/s/amp.lefigaro.fr/flash-actu/manifestations-anti-mesures-sanitaires-la-situation-a-ottawa-hors-de-controle-20220206

    Justin va-t-il céder ?

    1. Pythagore

      Tiens les modérateurs du sites sont aux lits ? Plusieurs commentaires contre les vaccins et les mesures sanitaires inutiles.
      L’article est grandiose, ooooooooooooooooohhhhhhhhhhhhh les méchants ils klaxonent la nuit !!!

    2. Pierre 82

      Pas dit que Fudeau soit en train de perdre la partie, bien au contraire. Il a laissé pourrir, jusqu’au moment ou les Ottawaïens sont tellement excédés que l’usage de la force est devenue inévitable. Ils ont les mêmes conseillers que notre poudré qui a réussi à mater les gilets jaunes, crise qu’il a admirablement géré (de on point de vue). Il leur suffira d’envoyer l’armée, et détruire une vingtaine de camions en rentrant dedans avec des chars (ou des grues) en arrêtant massivement des dizaines de bloqueurs et en les condamnant à de lourdes amendes (pour l’exemple), et ils se disperseront la queue entre les jambes sous les applaudissements de la foule des canadiens. N’oublions pas qu’ils sont propriétaires de leurs camions, et que la perspective de se retrouver dans la misère ne les enchante sans doute pas. Et comme la plupart d’entre eux sont déjà vaccinés, ils se remettront au boulot en acceptant d’avaler toutes les couleuvres.
      J’ai toujours imaginé que ça terminerait comme ça, d’ailleurs.
      A force de les observer, on finit par comprendre comment ça fonctionne. Nul ne sait par contre comment ça se terminera, tout à la fin. Mal, probablement.
      Nous sommes en guerre, qu’il disait. Probablement la seule fois où il n’a pas menti.

  17. Elie

    Justin n’est toujours pas sorti de son trou d’eau ? Mais c’est qu’il est en train de nous faire un covid long, crénom de caribou !

  18. Higgins

    https:/ /lactudissidente.com/dr-daniel-cosculluela-il-y-a-3-semaines-nous-avons-recu-des-documents-officiels-sur-la-4eme-et-la-5eme-dose/

  19. Rick Enbacker

    Si vous êtes vraiment pressés :
    https:/ /h16free.substack.com/p/la-mise-en-place-de-dictatures-democratiques?utm_source=substack&utm_medium=email&utm_content=share&token=eyJ1c2VyX2lkIjo1NDk5ODQ4MiwicG9zdF9pZCI6NDgyNjUzNjQsIl8iOiIvSklUWSIsImlhdCI6MTY0NDIyMTQzNSwiZXhwIjoxNjQ0MjI1MDM1LCJpc3MiOiJwdWItMzM1NTc4Iiwic3ViIjoicG9zdC1yZWFjdGlvbiJ9.W5XVMUzYWFC2fTu-wQToYdNP66wLXGumlaG0qKFp8r4

  20. Duff

    Merci pour le rappel, l’énumération (non exhaustive en plus) de tous les points qui montrent que les principaux artisans de la défiance contre les vaccins et des politiques gouvernementales plus largement, furent les politiques eux-mêmes et les scientifiques qui ont accepté d’être pris en otage. Pire qui ont participé au lynchage de leurs collègues qui exprimaient des doutes. La science comme la démocratie sortent salement amochées de cette période, ça ne préfigure rien de bon.

Laisser un commentaire