[Redite] Un autre ministre de l’Écologie était possible !

Article initialement paru le 05.09.2018

Un an s’est écoulé depuis la nomination de François de Rugy au ministère de l’Écologie. À l’époque, je notais que d’autres choix étaient possibles que ce fadasse politicien professionnel des dîners en ville et de la connivence habituelle dans ce milieu… Les événements m’ont donné raison puisqu’il n’a pas fallu attendre longtemps avant que soient découvertes ses petites frasques au frais du contribuable.

Las.

Viré de son poste, le pauvre François aura été remplacé par Elisabeth Borne, son strict équivalent féminin. Au moins pourra-t-on se consoler en se disant qu’on a, une nouvelle fois, échappé à un effervescent abruti ou une frétillante péronnelle qui nous auraient agoni d’insultes et de taxes vexatoires… Au moins, les taxes et les vexations s’abattront dans la discrétion.

Grand soulagement dans les couloirs de l’Élysée, de Matignon, dans les rédactions parisiennes et au sein des principaux partis politiques français : ouf, le poste de Ministre de l’Écologie ne restera pas vacant !

Et malgré la difficulté du maroquin, fort visible aux traits tirés, à la mine déconfite et aux yeux humides du petit Nicolas, il y avait bousculade pour le poste.

Mais jugez plutôt : avec le récent déferlement de moraline écologiste, délivrée par cargos entiers suite à l’intervention médiatico-festive de plusieurs centaines de célébrités gravement éco-conscientisées, la liste des prétendants venait brutalement de s’étendre bien au-delà du simple domaine politique où pullulaient déjà pourtant de frétillants candidats.

Ainsi, voilà nos célèbs’ déchaînées jugeant – je cite – qu’« Il est temps d’être sérieux ». Parce qu’avant, voyez-vous, malgré l’ouragan ininterrompu de taxes, de vexations, de culpabilisation, de films, de documentaires, d’articles en mode « on va tous mourir », on n’en était qu’à l’échauffement décontracté, n’est-ce pas. Il est maintenant temps de se concentrer sur les vrais enjeux planétaires. Et pour cela, quoi de mieux qu’une vertuoparade aussi bruyante que possible dans une presse gourmande de relayer cette friandise estampillée Camp du Bien ?

Car pas de doute : l’effondrement est en cours ! La planète reverdit ! La reforestation progresse ! Le nombre d’ours polaire augmente ! Les catastrophes climatiques diminuent, et leur nombre de victimes aussi ! Comme le WWF le montre, le capitalisme favorise la biodiversité !

Et alors qu’apparemment, même la Terre empile des dettes (on ne sait où, on ne sait envers qui), on comprend la montée au créneau, la levée de boucliers et l’authentique bronca de ces artistes à la fibre écologique évidente devant cet empilement de dettes, de catastrophes et de réchauffement qui n’en finit pas de ne pas arriver.

Las.

Finalement, nous n’aurons pas eu la joie d’hériter d’un débris cinématographique mou ou d’une pénible criailleuse de salon comme Ministre de l’Écologie qui auraient probablement eu l’envie de nous imposer cette écologie punitive décroissantiste. Plus traditionnellement, le choix du président s’est porté sur François de Rugy, l’actuel président de l’Assemblée Nationale : un élu professionnel de la profession, habitué au rond de serviette républicain aux frais du Contribuable et hontectomisé très jeune, de surcroît tendrement allié à Macron à la faveur des transhumances politiques de l’année 2017. Vraiment, l’actuel président ne prend aucun risque avec ce loustic, vibrant exemplaire de ce que l' »écologie » permet de produire comme animal politique au bout de quelques décennies de bonne et loyale démagogie éco-moralinée.

À présent et selon toute vraisemblance, le ministère de la Transition Écologique va pouvoir reprendre sa reptation transition vers une économie moins capitaliste, moins libre, plus taxée, plus chère, plus polluante et moins performante sous les vivats de plus en plus modérés d’une population qui voit surtout les factures s’empiler.

Il est finalement dommage que l’option d’un non-remplacement du petit Nicolas n’ait pas été choisie, quand bien même les Français se détachent de plus en plus des questions écologiques.

Peut-être les questions économiques liées au chômage, au pouvoir d’achat, voire – soyons fous – aux questions d’insécurité, d’immigration ou de désindustrialisation occupent-elles plus les esprits du corps électoral et du corps contribuable que les questions écologiques, au demeurant de plus en plus vastes, floues et dont la traduction en termes de politiques concrètes se fait systématiquement par le versant fiscal ou punitif ?

Allez savoir.

Quoi qu’il en soit, on ne pourra s’empêcher de penser qu’un autre ministre de l’Écologie qui Transite aurait été possible !

Tant qu’à piocher dans les célébrités ou ces gens qui ont par le passé largement prouvé leur attachement à la nature, aux petits oiseaux et à toutes ces choses rigolotes qui nous font vivre (mais pas les virus, n’exagérons rien), Emmanuel Macron aurait pu faire preuve d’une vraie innovation politique en nommant Jammy (de « C’est pas sorcier ») ou Mac Lesggy (pour ne rester que dans le monde télévisuel, comme Hulot). En évoquant ces deux noms et en les comparant à l’amusement microdosé provoqué par le nouveau ministre, on mesure toute la distance qui reste à parcourir pour rendre un jour l’écologie si ce n’est amusante, au moins intéressante.

Et si l’on élimine le personnage de la pub Cétélem (même s’il n’y a pas plus vert que lui, une partie des Français ne pourrait sans doute pas supporter qu’un vendeur de crédit soit aussi officiellement installé sous les ors républicains, même si le crédit est pourtant la mamelle indispensable à laquelle tètent tous les gouvernements depuis 40 ans avec un appétit féroce), il y avait malgré tout Jawad qui, bien qu’escroc, meurtrier et repris de justice, n’aurait pas dépareillé avec l’actuel aréopage républicain et n’aurait probablement pas fait pire que les précédents ministres. Au moins peut-on être certain que lui, il sait faire pousser des plantes, ce qui est toujours plus que les autres.

Pas de doute, il y avait bien d’autres choix que ce Rugy fadasse pour tenir le poste. Par ailleurs, il faut se rappeler que l’écologie n’a jamais été qu’un paravent aux dérives collectivistes auxquelles les socialistes et les communistes nous ont régulièrement habitués, ainsi qu’un prétexte pour tous les autres afin de taxer, ponctionner et prélever pour sauver qui le climat, qui la nature, qui les générations futures, qui [insérez ici un concept flou aux limites mal définies]. Dans ce cadre, un saltimbanque aurait eu le mérite d’amuser la galerie qui paye pour la facture finale et les propositions ci-dessus, aussi loufoques soient-elles, n’auraient en pratique absolument rien changé de ce qui sera effectivement réalisé par Rugy ou n’importe qui d’autre.

Enfin, si l’on doit évidemment écarter Alexandre Benalla pour éviter une écologie qui cogne trop fort, reconnaissons tout de même qu’Emmanuel Macron aura eu le petit courage politique de nous éviter Daniel Cohn-Bendit, Ségolène Royal ou Noël Mamère, éternels chevaux de retour d’une écologie poussiéreuse, agressive et correctionnelle.

C’est maigre, mais c’est toujours ça de pris.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires47

  1. Le Gnôme

    Sic transit gloria mundi. Il a eu son quart d’heure warholien et est retombé dans le néant dont il n’aurait jamais du sortir.

    Mais un autre clown est monté sur la piste, le spectacle désolant doit continuer.

  2. Aristarkke

    Mélusine, les sexes étant distingués, l’abruti ne peut être la péronnelle et le poste de ministre de l’écologie étant mono-titulaire, le premier cité ne peut l’occuper en même temps que la seconde citée, d’où le *ou* alternatif . Donc écrire : qui nous aurAIT

  3. Aristarkke

    Mais nous sommes d’accord que cette offre génitrice dans tous les cas de force impôts, taxes et règlements ineptes est en fait celle entre la poêle à frire et le feu.

  4. Calvin

    Mac Lesggy comme ministre de l’écologie, voilà une excellente idée.
    Mais il aurait eu face à lui des hystériques incultes et menteurs éhontés comme Jadot (ce type ne sait pas calculer une surface à partir d’un rayon, et confond les unités d’énergie).
    L’écologie est malade des médias.

    1. sam player

      Bon dimanche mouais… je relisais le billet original de 2018 dans les commentaires duquel ma bien-aimée nous faisait part de ses dernières pensées… 😥

      sam player —- veuf

        1. Aristarkke

          Dans quel article de Dame MP ?
          Tu n’aurais pas lu un vieil article ?
          Parce que Bonsaï est également portée disparue dans d’autres blogs ???…

    1. Pheldge

      p’tain, y’a des mecs qui n’ont rien à f0utre, pour aller pondre une bio de ce type … après, c’est leur temps, ils font ce qu’ils veulent, mais franchement …

  5. carpe diem

    L’ineffable Cochet y va de sa prédiction , pour résumer on va tous crever d’ici à 2030 (à quelle heure?) et nous serons tellement nombreux sur la planète, que nous n’aurons d’autre choix que de nous entre tuer. C’est con-sternant. Ce midi dans un vague journal poubelle, la « journaliste » annonçait qu’il y avait maintenant une écolo-dépression chez les jeunes, à moins que ce ne soit un climato-burn out ou bien serait-ce le fameux suicide vert? Un ministre de l’écologie? vous n’y pensez pas! nommez plutôt un gourou muni d’un gong ou bien un Savonarole , celui là même qui embrigadait déjà les enfants à Florence, aux yeux exorbités. Quitte à le faire cramer dans quelques mois quand il aura bien fait ch…

    1. Al Bundy

      Le Cochet assure pourtant bien ses arrières, il a vendu pour 50.000 euros à la mairie de Paris une prospective pour Paris allant au delà de 2030, avec la disparition des périphériques, remplacé par des ilots de cultures plein de gazouillis et les gentils n’habitants prenant soins des légumes en chantant ds leurs charrettes, etc….

      1. Pheldge

        J’avais signalé il n’y a pas longtemps :
        « Via son think tank, la SNCF a commandé à Yves Cochet, désormais fervent effondriste, un rapport à 50 000 euros. » rapport « commandé à Momentum par le Forum Vies mobiles de la SNCF, un think tank que l’entreprise publique a créé en 2011, qu’elle finance à 100 % (à hauteur de 2 millions d’euros par an) et dont Yves Cochet a rejoint le comité d’orientation il y a quelques années »

        C’est beau quand même l’écologie, les copains : ça rapporte !
        lepoint.fr/societe/apres-l-effondrement-quand-la-sncf-demande-conseil-aux-collapsologues-04-09-2019-2333671_23.php

        1. kekoresin

          Tous pareils, ils sont recyclables à l’infini ces connards qui font la leçon aux sales pauvres qui polluent par ignorance crasse. Alors qu’eux font des efforts non négligeables pour décrocher des emplois fictifs à 5 zéros et ainsi se payer une tuture à pipiles. Avec ces nuisibles quatre murs c’est trois de trop! De toute façon on peut les buter puisque la fin du monde est proche non?

  6. Dr Slump

    Un autre ministre de l’écologie était possible? Palsambleu, mais par la barbe bleue du prophète en chaussettes sur le palier du HLM! N’est-ce pas là un rayon d’espoir dans les caves humides de la république fraônçaise?
    Mais alors, un autre ministre de la justice aussi? Et de la santé? et de l’intérieur? et de l’art, la culture, et de l’art de la culture bien calibrée? Et pourquoi pas, soyons fou, un autre ministre de l’économie, du chômage, et des salopes de conseillères à l’évolution professionnelle que j’étranglerais volontiers à la sortie de Pôle Emploi entre deux bennes à ordures?
    Ce n’est pourtant pas le Pérou… mais malgré tout, nous devons nous coltiner Bruno le Mairde et Burne Poison. Finalement, c’est décidé: je pars au Pérou! Et merde aux conseillères de Paul Emploi… idiotes! salopes!

    Avertissement: ceci est une oeuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes ou des faits réels serait purement fortuite, et indépendante de la volonté de l’auteur, et ne pourrait en aucun cas engager sa responsabilité. Le corps de la conseillère pourra être retrouvé entre les deux bennes à ordures du 12, rue du Cherche-Noise, Paris 21e arrdt.

  7. kekoresin

    Hé oui des redites ad vitam sur le sujet qui s’éternise dans la niaiserie feinte et l’anéantissement pur et simple de la réflexion.

    Très pratique cette écologie carbonée pour glisser dans les fions préalablement élargis par des décennies de forçage sphinctériens, les nouvelles versions toujours plus musclées des godes taxifères. Et hop, un malus renforcé qui va même doublé en 2020. Un doublé, donc, fion – glotte mais pour la bonne cause: financer le bonus des voitures à piles (6000 euros) accordé aux familles modestes qui vont se précipiter comme des coucous sur des nids d’hirondelles en déboursant les 20000 qui restent pour s’équiper! De toute façon, dans l’esprit des bobos sauveurs de planète, les pauvres ont bien les moyens de s’acheter du soda et du Nutella, donc ils n’ont qu’à économiser et puis si ça ne suffit pas, il prendront le vélo. Heureusement que ces bons samaritains sont là pour prendre soin des indigents incultes incapables de prendre en main leur santé!

    Ben oui, c’est ça, ferme ta gueule et va voter le pauvre, et puis t’es pas content de Macron? T’inquiète, à l’heure de son décès tu défileras l’œil humide (l’autre sec à cause d’un lance patates NF) devant les caméras de Franceflix en bredouillant des mots d’amour pour Manu. Hé oui, le français est passé du veau au poisson rouge.
    Impeccable la France avec ses élytres green compatibles, pour qui la pollution à Rouen c’est RAS. Vous l’entendez ce petit vrombissement continuel du mensonge et de la manipulation? Et si par hasard un ou deux sans-dents crachent du glaviot à la calamine on mettra ça sur le dos du tabagisme passif et on doublera le prix des clopes. Responsables, pas coupables, fuck them all until their eyes pop up from their ugly faces!

    Aujourd’hui voter c’est un peu comme fourrer son sgeg dans des moules pas fraîches; après on ne vient pas se plaindre que son gland en forme de choux fleur purulent gratte un peu. Qu’ils soient écolos ou pas, tous nos soi disant représentants sont porteurs de MST (Malhonnêteté Spoliation Trahison).

    1. Al Bundy

      « Vous l’entendez ce petit vrombissement continuel du mensonge et de la manipulation?  »

      « L’exécutif annonce une baisse de l’Impôt sur le Revenu de 5 Mds en 2020. Sauf que le budget 2020 prévoit 75,5 Mds de recettes d’IR, contre 72,6 Mds en 2019 ! « 

      1. Pythagore

        @Al, depuis le tps, tu devrais commencer à avoir compris, que le concept de baisse est essentiellement une baisse de la hausse. On était sur 10Md/an de hausse, et on va passer à 5Md/an de hausse, c’est donc une baisse. Rrrrrraaahhh faut vraiment tout expliquer 😉

      2. Pheldge

        Al, les recettes de l’état, c’est pas que l’IRPP ! t’as l’IS (sociétés) la TVA, la TICPE et une multitude de taxes diverses et variées, dans les 400 …
        Tu baisses d’un côté et tu augmentes de l’autre. En plus, si tu transfères le poids de ces taxes, sur, au hasard, les riches, en plus tu fais de la « justice fiscale » ! que du bénèf !

        1. Al Bundy

          mdr Pyt, j’ai du mal avec la novlang.

          Pheldge, lis avec ton doigt:

           » L’exécutif annonce une baisse de l’Impôt sur le Revenu de 5 Mds en 2020. »

          1. Pheldge

            ah oui j’ai lu trop vite  » 75,5 Mds de recettes d’IR, contre 72,6 Mds » …
            Ah, et pis t’écris tellement mal qu’on arrive à peine à te lire, tellement que c’est petit ! 😉

        2. Husskarl

          Les dépenses de l’état sont principalement liées aux cotisations dites sociales et à la TVA. Le reste, c’est du nice to have au vu des montants.

  8. glot

    Il y a deux semaines les « réchauffistes » se complaisaient en pitoyables lamentations avec des appels à manifester contre les vilains pollueurs , pas assez taxès, responsables de la sécheresse qui allait tous nous anéantir. Aujourd’hui les commerçants des villes touristiques font la gueule car la météo annonce des arrivées massives de nuages et de pluie ! Finie la sécheresse inéluctable de fin du monde des alarmistes du climat !
    Et vivement le mois de février quand tout ce petit monde frigorifié parce qu’il gèle à pierre fendre et que la chaudière (aux energies fossiles) de leur immeuble …ne chauffe pas assez..
    Une bonne période de neige et glace, et leur bagnole qui patine sur le verglas et les oblige à marcher à pied, pour leur clouer le bec à tous ces adorateurs de Greta Thunberg

    1. kekoresin

      Pas du tout cher(e) glot, froid = météo / chaud = climat. Au pire, ces crétins couineront dérèglement climatique. Mais ces nostalgiques du bon vieux temps ont pris le pari de prendre une ado de 16 ans comme guide spirituel avec le gouvernement pour procéder à la spoliation indispensable au financement de la secte. Comme c’est la seule voie raisonnable à suivre comme le communisme sous Lénine ou le national socialisme sous Hitler, le peuple entier doit suivre et on sait tous où finissent les récalcitrants!

    2. Theo31

      À Toulouse, brouillard à la périphérie depuis une semaine. Quand ça chauffe, c’est le climat, quand il fait froid, c’est la météo : c’est pas possible d’être aussi débile.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.