Grèce : le dérapage incontrôlé continue…

La guerre de Troie n’aura pas lieu : moyennant quelques poignées de mains, un ou deux sourires crispés devant des photographes, et une sodomie rapide de 320 millions d’Européens, on va éviter le pire… Pour l’instant.

C’était prévisible : la Grèce peut maintenant compter sur le soutien de ses petits amis européens. A l’image d’un groupe de seize parachutistes qui disposeraient d’un unique parachute et de quinze sac-à-dos remplis d’explosifs, les pays de la zone euro ont donc choisi de sauter dans le vide qui s’offre à eux. On comprend les sourires enjoués et la bonne humeur frétillante affichés lors du sommet européen.

Nico et Angela, une histoire qui bastonne

En substance, en quoi consiste l’accord ?

Ceux des pays européens de la zone euro qui ne sont pas encore à barboter dans le caca, mais y sont seulement jusqu’aux genoux, ont donc décidé d’afficher un soutien officiel à la Grèce de la façon suivante : si la Grèce risque trop de faire défaut, ils lui viendront en aide à hauteur des deux tiers de ses soucis, et le FMI pour le tiers restant.

Évidemment, tout ceci est assorti de condition qui font frémir : la situation doit l’exiger ! Promis, juré, craché, on ne viendra pas en aide aux Grecs pour des peccadilles. Ainsi, pour reprendre les termes du Président Sarkozy, on va racler les fonds de tiroirs seulement si les financements devenaient insuffisants pour la Grèce sur les marchés financiers. Ce qui veut dire, en clair : « c’est à la fois si les emprunts ne sont pas souscrits complètement et si les taux de rémunération sont extravagants. »

Et pour les gens normaux, « extravagant », c’est lorsque le marché commence à comprendre que la Grèce est sur une très mauvaise pente glissante, savonnée, avec des rollers à réaction et un équilibre de poivrot en sortie de bar après deux tournées générales. Les taux reflétant le degré de risque qu’on calcule sur une obligation ou un bon d’état, on pourra facilement admettre qu’ils ne risquent pas de diminuer tant que la situation grecque ne s’améliore pas visiblement.

Or, et c’est là que l’affaire devient croustillante, avec ce mââgnifique accord, tout semble indiquer qu’aucune amélioration ne sera visible.

Tout d’abord, lorsqu’un accord engageant plus de 300 millions d’Européens est signé de haute lutte, après deux semaines d’atermoiements humides de la part des politiciens les plus dépensiers et les moins bons gestionnaires de la zone, et quand il semble déclencher un grand « ouf » de soulagement dans leurs rangs, on ne peut que trouver ça louche.

Quand un politicien affiche une joie difficilement contenue et que des nombres avec 9 zéros sont annoncés, j’ai toujours ce petit sentiment que quelque chose va très mal tourner pour ma pomme, sentiment jusqu’à présent confirmé par les faits avec une régularité et une prévisibilité de tiers provisionnel.

Si l’on ajoute que les pays qui sont le plus près de l’orthodoxie budgétaire ont traîné la patte pour signer, le sentiment se confirme violemment : ce plan est bel et bien un abominable patch sur une situation explosive et tout indique qu’il va, encore une fois, empirer la solution plutôt qu’apporter un remède de fond au problème.

En effet, la Grèce n’est pas confrontée à un problème monétaire, mais à un problème budgétaire.

Son souci n’est pas de trouver de l’argent pour se financer, mais de le faire pour éponger ses dettes, ce qui revient à faire de la cavalerie avec le soutien des autres états. Si la Grèce veut réellement résoudre ses problèmes, elle doit revenir à l’équilibre budgétaire rapidement et toutes affaires cessantes.

Compte-tenu du passif des autres pays, on comprend qu’ils se tiennent tous par la barbichette : ils ont tous, à un moment ou un autre, joué au jeu des déficits de folie, des CDS – à l’exception notable de la France, une fois n’est pas coutume – et sont tous, peu ou prou, en train de refinancer leurs dettes par de nouveaux emprunts – avec le cas notable de la France qui compense largement la bonne idée de ne pas tripoter les CDS en produisant de la dette à un rythme jamais atteint dans l’existence du pays.

On est, en réalité, dans la continuité prévisible et mécanique de la suite de la catastrophe annoncée : en donnant un message clair de soutien à la Grèce, les autres pays européens ont, ni plus, ni moins, donné un gros sursis juteux à son gouvernement, véritable rallonge de procrastination.

Ici, on applique la même méthode avec le même brio, et, très probablement, le même résultat, que celle qui fut employée en 2008 et en 2009 pour les banques américaines en faillite ; pour chacune d’entre elles, progressivement de plus en plus grosse, l’état fédéral est venu en aide, envoyant ainsi un message aux dirigeants des autres banques en difficultés : « l’Etat Maman va s’occuper de nettoyer vos petites fesses sales, pas besoin de le faire vous-même ».

Jusqu’à ce jour de septembre 2008 où la quantité de caca et la surface de fesses à nettoyer fut trop grande:  « too big to bail out« . Lehman Brothers chuta. Et ce fut, bien évidemment, la panique pour toutes les autres ! Cygne noir, dindon un 25 décembre au matin, krach et fourchette en plastique, il va falloir trouver – vite, vite – un moyen rapide pour se renflouer.

Le schéma européen est le même : plutôt qu’utiliser l’opportunité de réforme profonde et nécessaire que représente la crise pour la Grèce, on passe encore une fois l’éponge du moutontribuable européen, et roulez jeunesse. Jusqu’au prochain domino (Portugal, quelqu’un ?) puis au suivant (Italie, Espagne ?), puis au suivant (France ?)… Lequel sera « too big to bail out » ? Lequel sifflera, par sa cuisante faillite, la fin de la récré budgétaire et le retour à la réalité ou, pour reprendre mon analogie du début, la rencontre rapide du sol avec le groupe de parachutistes amateurs ?

On pourra par exemple écouter avec profit l’économiste Alex Korbel interviewé hier sur RFI en face de Daniel Gros,  promoteur d’un Fond Monétaire Européen, qui explique très clairement pourquoi ce genre de plan et ce genre de fonds sont une très mauvaise idée et que tout se déroule comme prévu, à savoir … mal :

[La crise] n’est pas une catastrophe, mais plutôt une opportunité les citoyens grecs. Prenons l’affaire de New York City dans les années 1970. La ville informa le gouvernement qu’elle était sur le point de déclarer faillite et que ce serait le cas à moins d’un renflouement. Le gouvernement répondit à New York « je vous en prie, faites défaut ». Et finalement, personne n’a fait défaut ! Encore mieux, la ville de New York est devenue plus responsable et ce sont les New-yorkais qui ont gagné dans l’histoire.


Le vrai problème est en amont quand on a laissé les finances publiques grecques déraper, pas le défaut en soi ! Les pays qui n’ont pas respecté les règles de l’union monétaire et qui ont profité de l’euro sans se plier aux conditions permettant d’y avoir accès ne devraient pas être récompensés pour leur mauvaise conduite. A cet égard, mieux vaut faire respecter les critères de Maastricht plutôt que de proposer un autre gadget bureaucratique comme le FME ! Il faudrait même aller plus loin en inscrivant dans les textes européens une obligation de budgets équilibrés (=zéro déficit).

Pendant ce temps, les marchés, pas dupes, se sentent de plus en plus mal.

Les récentes contre-performances de l’euro marquent clairement la confiance que la planète accorde à l’union monétaire. Mis à part quelques naïfs ou protectionnistes suffisamment à l’ouest pour chanter les louanges d’un euro faible (voire dégringolant), les déboires de la monnaie unique sur les marchés vont se traduire par un renchérissement énergétique, par une augmentation des taux d’emprunt et par un amoindrissement de la puissance européenne.

Eh oui : quand on emprunte pour payer les dispendieuses couvertures sociales collectivistes, quand on a recours, trop souvent et trop longtemps, aux manipulations financières de haute voltige pour cacher des déficits abyssaux et une mauvaise gestion impénitente, on finit toujours par se faire rattraper par les créanciers et la réalité reprend, un jour, ses droits.

Pour l'instant, tout va bien ...

Effectivement, pour les parachutistes, tant qu’ils n’ont pas essayé d’ouvrir leur parachute pour se rendre compte qu’ils ont, en réalité, un sac à dos remplis de grenades, et tant que le sol est encore loin, tout va bien.

Avec l’air frais qui file le long de leurs tempes, et la bonne humeur du groupe qui se fait des petits coucous et des sourires joyeux, tout va même mieux que bien, d’autant que de charmantes hôtesses passent distribuer du champagne et des petits fours (et c’est nous qui régalons).

Et puis un jour, …

Paf.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires14

  1. Flo

    « Jusqu’à ce jour de septembre 2009 »

    Bien peur que ça ne remonte à 2008.
    Le temps passe décidément trop vite!
    Sinon pour le reste excellent comme d’hab.

  2. Laetitia

    Ce qui me rassure un peu, c’est que certains commencent quand même à parler officiellement des vices de l’intervention étatique, ce qui laisserait espérer une certaine prise de conscience mais encore plus une reconnaissance implicite du fait que ladite intervention étatique est en très large partie responsable de la crise financière.

    Hier, j’ai lu non sans surprise un article du figaro papier (oui c’est pour ca que j’étais surprise) qui expliquait que le projet de taxer les banques dans le but de pouvoir sauver l’une d’entre elles au cas où était vu comme foireux par certaines hautes sphères du pouvoir (Bercy et Banque de France) car « ce serait donner aux banques le signal que cette taxe est une sorte de prime d’assurance ».

    Bon, ne nous réjouissons pas trop vite: ils utiliseront cet argument pour affecter l’argent à autre chose, mais tout de même, le fait que ce soit évoqué n’est pas négligeable…

  3. Mr T

    La phrase exacte que Gerald Ford avait répondu aux revendications de la ville de New York était : ‘Drop dead’ (=allez vous faire f… en gros). Et effectivement stupeur – ou pas – la suite fut telle que vous l’avez décrite, hélas clairement ce n’est pas le chemin emprunté dans notre cas.

  4. adnstep

    Si j’ai tout bien compris, l’accord stipule que si on « prête » de l’argent à la Grèce, il faut l’unanimité des 27 pays. L’unanimité. Autant dire que l’Allemagne a un droit de véto. Autant dire que la Grèce ne devrait pas trop y compter, sur cet argent.

    1. Filibert

      Cet accord est peut-être une victoire de l’Allemagne, qui aurait vaguement promis d’aider la Grèce en échange d’un engagement des Européens à avoir recours au FMI.

      L’Allemagne n’a pas sorti d’argent, mais maintenant l’hypothèse du FMI est officiellement accepté par JC Trichet et la France. Je ne serai pas étonné que le ( 1/3 FMI – 2/3 pays de l’UE ) se transforme en ( 3/4 FMI – 1/4 pays de l’UE ) dans quelques semaines.

  5. Théo31

    Ce que je comprends, c’est que si la Grèce fait défaut, c’est l’euro qui va exploser. A la crise financière succèdera la crise économique et une crise politique dont l’UE ne se relèvera pas. Si l’UE aide la Grèce, c’est juste pour se donner un sursis, car faut pas être un devin pour imaginer que tout ce beau merdier étatique va s’effondrer quoi que les gouvernement fassent, et le plus vite possible sera le mieux.

    1. Si la Grèce fait défaut, elle ne pourra plus emprunter et devra faire, rapidement, des coupes claires dans les budgets, le fonctionnariat, l’assistance sociale et compagnie. Bref, revenir à une gestion saine du budget. Rien de tout cela n’oblige à sortir de l’euro.

      1. alex6

        Sauf que si la Grece fait defaut, l’euro va serieusement prendre la direction du sud. Et la je vois mal l’Allemagne accepter de payer la dette grecque via une devalorisation de sa monnaie.
        Donc non, la Grece ne sortira pas de l’euro ce qui serait suicidaire pour elle mais en revanche il va y avoir une pression enorme des pays comme l’Allemagne pour le faire.
        Allant de soi que si l’Allemagne parvenait a se detacher de l’euro, cela enverrait la monnaie au tapis de la meme maniere. Je crois les Allemands bien trop intelligents pour se laisser avoir de la sorte et serait pret a parier que l’on discute deja d’un moyen d’introduction de taux de change variable entre pays europeens.
        En tout cas ca sent le sapin pour la monnaie unique, probablement l’etincelle qui amorcerait la prochaine crise mondiale.

  6. wijngaards

    L’état français est une garantie à tout épreuve en somme les grecs sont obligé de chercher leurs emprunte sur le marché et vu que les taux serent élevés et en plus garantie si le marché est défaillant les petits épargnents peuvent aller c’est encore plus sûr que l’eurotunnel et l’emprunt russe garanti eux aussi. mais voilà dans 5 ou 10 ans quand il vaut rembourser ces titres ils font se faire papahouter par ces même grècs.
    et là il n’y a aucun obligation de nos Frenchies et autres Teutons de soutenir les épargnants petite ou grand bien que les grands vont filer ça dans des sicaves et évidament ce sont des petits ou retraitées en somme les citoyen et sujets lambda qui font l’avoir dans le…. l’oeil en plus de leur doigt.
    Si le marché de finance répond positivement à cet marché de dûpe le monde entier peut se faire des mourons parce que du fait que la France cq Allemagne n’a pas déboursé un centimme il peut remettre son triple A dans la balance pour les autres P.I.G.S et pourqoi pas pour la reste du monde angletère et même USA tant qu’on y est.

  7. Cultilandes

    Qu’est-ce qu’un taux extravagant pour un état?
    Jus qu’à présent, on a estimé qu’un crédit revolving pour un particulier à plus de 20% est normal…

    1. Justement : la loi pour les Etats et pour le vulgus pecum, c’est pas la même. Un taux extravagant pour un particulier, c’est quelque chose qui dépasse sensiblement le taux usuraire, me semble-t-il. Pour les états, c’est dès que ce taux met en danger sa capacité à faire de la dette en toute décontraction…

    2. Théo31

      « Qu’est-ce qu’un taux extravagant pour un état? »

      En 1992, la Suède a proposé de lever des fonds à un taux de 88 % si mes souvenirs sont bons. Devant le refus des marchés de prêter même à ce taux-là, le gouvernement suédois fut contraint à dévaluer la couronne et a vendre une partie des bijoux de famille.

Les commentaires sont fermés.