Woerthgate : encore un gate pour Sarkozy

En ce 18 juin, on va pouvoir célébrer ! L’appel du Général en temps de guerre. La défaite de Raymond Domenech, qui aura osé un assemblage de joueurs qui, s’ils avaient été des fromages, aurait été un motif de meurtre au pays de la gastronomie. Et surtout, un nouveau « x-gate », après Karachi et Clearstream.

Une République irréprochable, qu’il disait. C’était en 2007. Le frétillant candidat à l’élection présidentielle assurait sur toutes les ondes, à qui souhaitait l’entendre, qu’il voulait pour son quinquennat une République irréprochable, avec un gouvernement resserré pour une réforme plus profonde, plus durable, plus mieux.

C’est raté.

En terme d’échec, c’est même assez phénoménal, à mi-chemin entre un film de BHL et l’obtention du brevet de pilote pour Mohammed Atta. Et pour un président, cela se traduit par des fonds de culotte notoirement marqués et, plus prosaïquement, par une démission gouvernementale (enfin, normalement …)

Cette affaire, comme bien souvent dans les cas épineux où les grosses légumes sont touchées, n’aura pas été dévoilée dans la presse mainstream traditionnelle. Ce ne sont donc pas Le Figaro, Le Monde ou Libération qui se seront fendus d’un communiqué croustillant. Parions cependant que l’affaire ne va pas en rester là et qu’à présent que le chat est sorti du sac, la presse nationale va prendre le relai et faire un peu son travail.

En l’occurrence, c’est donc Médiapart, un média internet, qui explique en substance qu’une partie de l’évasion l’optimisation fiscale mise en place pour Liliane Bettencourt a été réalisée par la femme d’Eric Woerth lui-même, et que ce dernier a assuré à la fortunée, dans le cadre de l’affaire qui oppose la milliardaire à sa fille, le service après-vente de l’Elysée.

Les enregistrements sont synthétisés ici et .

Tous des Moutons

C’est assez cocasse, quand on y pense.

Parce qu’à vrai dire, on se doute bien que tout ce petit monde, tant Woerth que d’autres, n’arrête pas, justement, de faire de la fuite fiscale à un niveau de compétition olympique : d’une part, pour des fortunes majeures comme celle de Bettencourt (un quart de L’Oréal, tout de même), c’est une routine logique qui vient avec les participations multiples, croisées et complexes dans les douzaines de sociétés et de holdings qui forment ce type de fortunes. D’autre part, pour les politiciens, connaissant précisément l’ampleur des ponctions ainsi que les niches – puisqu’ils les votent – on comprend que la tentation est grande d’affiner au plus juste l’impôt résiduel qu’ils consentiront à payer.

En pratique, ces manœuvres montrent en réalité très bien l’hypocrisie des responsables qui montrent du doigt les paradis fiscaux, s’en servent en cachette, et admettent ainsi en contraposé que la France est bel et bien devenue, lentement mais sûrement, un enfer fiscal que tout être normalement constitué fait absolument tout pour fuir une fois qu’il a compris que c’est possible et comment s’y prendre.

Au-delà du cas pathétique de Woerth dont on sent déjà qu’il va tourner en jus de boudin médiatique à l’approche des grandes vacances, on peut noter la recrudescence actuelle des « affaires » plus ou moins sordides et tout aussi amusantes montrant justement à quel point tout ce petit monde est corrompu au point de ne même plus comprendre qu’ils ont abusé : 12.000 euros de cigares payés par le contribuables, c’est  honteux. 45.000 euros pour faire voyager une secrétaire d’état et quelques sous-fifres, avec suites réservées dans un cinq étoile, en temps de crise, ça choque. Plus de 100.000 euros pour un aller-retour France-Martinique, ça fait cher du round-trip pour faire le beau après un tremblement de terre.

Bref : ce n’est pas la première fois. C’est même tellement fréquent que l’écœurement a laissé place, pour bien des Français, à la résignation (mais qui ne va pas, incroyablement, jusqu’à chier dans les urnes citoyennes, républicaines et de plus en plus vaselinesques).

Français, tout montre que les politiciens, totalement déconnectés de la réalité, ont complètement oublié ce que vous êtes, ce que vous gagnez, ce que valent les choses et le prix de vos efforts. Ces politiciens, qui collectionnent les casseroles, les rolex ou les cartes centurions, n’ont plus ni respect pour vous qui n’êtes à leurs yeux que les paisibles ovins qu’on tond sans méchanceté mais sans hésitation, ni solution pour le pays qu’ils ont, consciemment ou non, par leurs actions et leurs omissions, flanqué dans le fossé avec, au mieux, l’incompétence la plus crasse et ingénue, et au pire, le cynisme le plus froid et le plus calculé.

Français, vous avez, tous, les moyens de vous sauver dix fois des problèmes hideux que ces politiciens vous ont créés et que vous avez acceptés, par facilité, par habitude, par confort et parfois par manœuvre pour profiter des autres sans comprendre que le dupé, la victime, c’était vous-même.

Français, ils vont, dans les prochaines semaines, continuer à vous tondre comme jamais. Ils vont continuer à vous mentir, à vous endormir, à vous promettre des paradis aussi artificiels que ridicules ; ils vous vendront du vivre-ensemble, du bisou, de la solidarité gentille et lobotomisée, lamineront votre pouvoir d’achat par la ponction, la taxe et l’inflation.

Français, ils vous ont menti pendant 30 ans. Ils vous ont spolié pendant 30 ans. Et ils promettent de le faire encore pendant des décennies.

Français, après tout ça, vous votez encore ? Vous payez encore vos impôts ?

Moutontribuables

Français, votre stoïcisme laisse pantois.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires27

  1. Didier

    J’ai déjà fait la moitié du chemin. Je vis toujours en France, mais je travaille en Suisse. Salaire double pour 40 h par semaine/4 semaines de congés par an, et surtout de bien meilleures conditions de travail, malgré l’absence de protection pour le salarié dans la loi. Comme quoi trop de protection tue la protection. Les impôts sont élevés à Genève (prélevés à la source) mais je suis largement gagnant.

    Et puis pour finir, le gros problème qui fait peur aux bisounours : il n’y a pas de Sécurité Sociale en Suisse ! Il faut s’assurer contre la maladie auprès d’un vilain assureur privé bouhhhh. Et cela coûte 200 euros par mois, c’est horible ! Réveillez-vous : de l’autre côté de la frontière, en France donc, un SMICard paye 285 euros chaque mois pour des prestations minables. C’est ça qui est horrible !

    Et fin du fin, la retraite a une petite part de répartition, mais elle est principalement basée sur la capitalisation avec une part obligatoire et une part facultative.

    Un pays libéral où il fait bon vivre.

      1. Didier

        Il reste quand même un des (le?) plus libéral d’Europe. Et ce mouvement de moins en moins libéral n’est pas restreint à la Suisse. Tous les pays d’Europe occidentale s’enfoncent chaque jour en peu plus dans la social-démocratie, sans compter les États-Unis qui sous la houlette du sauveur Obama essaient maintenant de les rattraper !

        1. Winston (l’autre)

          Il me semble quand même que les suisses ont quelques atouts que nous n’avons pas. Les votations, les armes, l’argent des autres et la non-adhésion à l’UE, sans compter la France comme voisin pour connaître tout ce qu’il faut éviter.
          Quant aux USA ils sont pas mal armés aussi et là-bas un politicien qui perd est un perdant à vie, à la présidentielle tout du moins.

  2. Higgins

    Tu as affreusement raison. Certains commencent pourtant à s’inquiéter: http://authueil.org/?2010/06/17/1636-montee-du-populisme
    Je dois dire qu’il me devient de plus en plus difficile d’avoir du respect pour les « élus ». Quand ils ne sont pas pris la main dans le sac, on assiste à un mélange des genres douteux. Comme le dit Authueil, même si c’est à son corps défendant: « Pour éviter toute suspicion, le conjoint d’un ministre ou d’un élu doit renoncer à sa carrière, à exercer tout poste de responsabilité… ». Il y a 2000 ans, on disait plus prosaïquement (pas de sexisme là-dedans): « La femme de César ne doit pas être soupçonnée ».
    C’est comme l’histrion qui « préside » aux destinées de « l’assemblage de joueurs » (j’ai pour ma part une plus belle phrase que je tiens de Mirabeau décrivant la société française en 1789: « un agrégat inconstitué de joueurs désunis » – Mirabeau utilise le mot peuples au lieu de joueurs -). Sans suivre le football, par qui et comment cet incompétent (560.000 €/an source http://www.actu-foot.fr/Raymond-Domenech-18eme-salaire-de_article726.html ) est-il protégé? Voilà la question à laquelle j’aimerai qu’il soit répondu. On va bientôt pouvoir remplacé la devise de notre pays par « Prévarication, Corruption, Bisous ».

  3. Winston (l’autre)

    Bonjour Didier. Vous m’intéressez car je déménage bientôt dans le beau pays de Franche-Comté et je serai preneur de quelques conseils d’une personne expérimentée. Vous pouvez m’écrire afin de ne pas « polluer » ce fil : irectangle@hotmail.com
    merci par avance.

  4. fifou

    qui tiens le pari que Woerth ne demissionnera pas (pas plus que Amara, Blanc, Estrosi, Yade pour ne citer que les plus recents)

    ils ont trouve la super parade: les scandales sont si rapproches que le temps d’en developper un un nouveau arrive et dillue l’attention. C’est la technique des bancs de petits poissons…

  5. France libre

    Intéressant ce Woerthgate. Chapeau pour cette exclusivité. Le Monde et Le Fig n’en parlent pas (encore).

    Sinon, tous les commentaires sur l’équipe de France et son entraineur pourraient très bien s’appliquer à la classe politique qui nous gouverne depuis plus de 30 ans: tous responsables, tous coupables. Il faut les virer et recommencer avec du neuf.

  6. Franck

    On dit toujours qu’on a l’état qu’on mérite.
    Vous pensez vraiment que remplacer l’équipe dirigeante résoudra les problèmes?
    Tant qu’une majorité des Français persistera à penser que l’état tel qu’on le connaît est nécessaire, rien ne changera. Et en cas de faillite grave (le seul moyen de stopper le bazar), je n’ose imaginer ce qu’un tel état d’esprit pourra engendrer comme solution de rechange…

    1. Flak

      oui mais comme ce sont des moutons, en theorie il suffit d’imposer le changement et le francais fermera son gueul.
      😀

  7. axel

    ouaich. moi naif ai voté en 2007 en croyant les belles promesses de fin du clientélisme et des apéros petits fours au ministère. Quel imbécile fus-je!
    Que reste-t-il? Prendre les armes? Pour que ce soient les pires qui reprennent le pouvoir ensuite?

  8. Théo31

    Les libéraux oublient un détail très important : la grande majorité de la population aime se faire sodomiser par ses dirigeants. Les résistants, enfin les vrais, pas ceux qui tirent trois coups en l’air une fois les hostilités finies pour s’attribuer un brevet de résistance, ne sont en fait jamais nombreux, mais les dirigeants en ont toujours peur. Le problème en France, c’est qu’il n’y a pas de contre-pouvoirs pour résister aux politiciens et aux bureaucrassouillards. Les Français font alors comme jadis les Soviétiques : ils attendent que ça se casse la gueule. En revanche, s’ils se réveillent (faudra que les frigos soient vides pour cela), il y aura grosse distribution de claques.

    1. Flak

      les mechants ne seront pas punis, ce sont les gentils qui vont morfler, comme d’hab! c’est pour ca qu’il faut se casser.C’est plus facile de revenir filer un coup de main quand on n’est ni epuise ni ruine.

Les commentaires sont fermés.